Navigation – Plan du site
III. Où l'identité prend corps – Shaping Identities

Une identité religieuse dans la tourmente : les catholiques face à la politique de proscription des Tokugawa (xviie siècle)

A Religious Identity in Turmoil: Catholics Toward the Anti-Christian Policy of the Tokuwaga (17th Century)
弾圧の中の宗教的アイデンティティ―徳川政権における禁教のキリシタンをめぐって (17世紀)―
Martin Nogueira Ramos
p. 153-178

Résumés

Cet article s’inscrit dans les débats actuels en histoire du Japon sur la perception du catholicisme et le façonnement des identités religieuses au début de l’époque d’Edo. J’apporte d’abord des éléments de réponse aux deux questions suivantes : les Japonais de la première moitié du xviie siècle perçoivent-ils le catholicisme comme une religion étrangère ? Établissent-ils des liens entre la pratique religieuse et l’idée qu’ils se font du Japon ? Des recherches récentes, qui se fondent essentiellement sur des textes écrits par les guerriers, tendent à montrer que le catholicisme était souvent assimilé à la figure de l’altérité absolue, voire à ce que l’on pourrait appeler l’ « anti-Japon ». J’estime que ce point de vue doit être nuancé, notamment en ce qui concerne les roturiers. Mon propos porte ensuite sur l’attitude des catholiques face à la répression et aux critiques qui leur étaient adressées par le pouvoir. En m’appuyant sur des documents rédigés par les participants à la révolte de Shimabara-Amakusa (1637-1638), je défends l’idée d’une radicalisation de leur identité religieuse qui repose en grande partie sur leur rejet des dieux et des bouddhas.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Religion et japonité
Les discours sur le caractère allogène du catholicisme
Désigner la religion de l’autre
Le bricolage identitaire des catholiques face à la répression
Une communauté qui se pense à l’échelle nationale
Clandestinité et affirmation identitaire
L’ailleurs comme source de légitimité
Conclusion

Aperçu du début du texte

***

En 1549, dans le sillage des premiers marchands portugais, la Compagnie de Jésus commence l’évangélisation du Japon. En jouant, entre autres, de son influence dans le commerce luso-nippon, elle parvient à obtenir la conversion de seigneurs féodaux (daimyō) et, en conséquence, à établir de nombreuses communautés dans la partie nord de Kyūshū (Nagasaki, Ōmura, péninsule de Shimabara, archipels d’Amakusa et de Gotō, Hirado) et autour de la capitale impériale, Kyoto. Cependant, à partir de la fin des années 1580, le nouvel homme fort du Japon, Toyotomi Hideyoshi (1536-1598), se méfie de cette religion soumise à des souverains étrangers et de l’emprise de son clergé sur la population : la position de l’Église est menacée.

Tokugawa Ieyasu (1543-1616), après avoir toléré une dizaine d’années le catholicisme, fait interdire en janvier 1614 cette religion dans l’ensemble du Japon. Le premier objectif du pouvoir est de couper la population catholique de ses élites religieuses (missionnaires...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Nogueira Ramos, « Une identité religieuse dans la tourmente : les catholiques face à la politique de proscription des Tokugawa (xviie siècle) », Extrême-Orient Extrême-Occident [En ligne], 41 | 2017, mis en ligne le 23 novembre 2019, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/extremeorient/714 ; DOI : 10.4000/extremeorient.714

Haut de page

Droits d’auteur

© PUV

Haut de page