Navigation – Plan du site
III. Où l'identité prend corps – Shaping Identities

Domination et dépendance : l’évolution du statut des chefs aïnous en Asie orientale (xviie-xviiie siècle)

Domination and Dependency: Changes in Ainu Chieftains’ Status in 18th Century East Asia
権威と依存―18世紀のアイヌ社会における酋の地位とその変遷
Noémi Godefroy
p. 207-240

Résumés

À partir du XVIIe siècle, l’île d’Ezo (actuelle Hokkaido) devient une zone-frontière entre les populations japonaise, aïnoue et russe. Les rapports intra- et interethniques dans cette « zone médiane » (middle-ground) s’insèrent dans un système complexe de dépendances croisées économiques et politiques entre les différents acteurs régionaux. Ces rapports d’interdépendance sont matérialisés par la création de ce que Fredrick Barth appelle des « statuts ethniques dichotomisés », des distinctions ethniques figées sous-tendant une altérité irréductible, garants du maintien de relations stables, et par la mise en place de protocoles de légitimation mutuelle, de plus en plus codifiés, lors de cérémonies de remise de tribut.
À travers l’étude de ces cérémonies, organisées par les Japonais, en territoire domanial (uimam) et en territoire aïnou (umsa), on observera l’évolution du statut des chefs aïnous à l’intérieur de cette société pluriethnique, et on verra dans quel sens cette évolution reflète les changements dans l’équilibre des pouvoirs régionaux au xviiie siècle.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Ainu ne no an Ainu, « des hommes tels qu’ils devraient être » : statuts et fonctions des chefs dans la société aïnoue
Commerce, culture et « biens charismatiques » dans l’émergence de la culture aïnoue
Homme de bien, homme de biens : les liens entre richesse et valeur morale dans la société aïnoue
Sō daishō et ottena : le statut des chefs aïnous à l’épreuve des déséquilibres interethniques et environnementaux
L’émergence de chefs aïnous régionaux et de l’autorité domaniale au sud de Hokkaido (xve-xviie siècles)
L’avènement des grands chefs aïnous : le soulèvement de Shakush’ain contre les activités marchandes
L’exhibition de la soumission des chefs aïnous : commerce charismatique et ascendant diplomatique au prisme des cérémonies de remise de tributs (uimam)
Chevauchement d’autorité et collision d’intérêts : de nouveaux rôles et statuts face à la nouvelle donne régionale (xviiie siècle)
La hiérarchie aïnoue mise à mal par les demandes des marchés intérieurs et extérieurs japonais
La cérémonie d’umsa et la collision des autorités traditionnelles, officielles et officieuses
Les chefs aïnous face à la multiplication des partenaires commerciaux
Vers la perte d’autonomie des derniers grands chefs aïnous (1789-1799)
Points de ruptures des équilibres intra- et interethniques chez les Aïnous du nord-est
Le soulèvement aïnou du Kunashiri-Menashi en 1789 et la désunion des grands chefs
Conclusion

Aperçu du début du texte

Avant son incorporation, au xixe siècle, aux territoires japonais et russe, l’espace occupé par les Aïnous englobe une vaste zone, qui s’étend du nord de Honshu au Kamtchatka, en passant par l’île Hokkaido et les Kouriles, et jusqu’à l’embouchure du fleuve Amour, via l’île de Sakhaline. Ces territoires sont désignés en langue japonaise par le toponyme Ezo, jusqu’en 1869. Ils ceignent la mer d’Okhotsk, mais sont également ouverts sur le Pacifique et la mer du Japon. La composante maritime de ce territoire, renforcée par un habitat quasi exclusivement côtier, est à l’origine de l’intégration des Aïnous à de nombreux réseaux d’échange ultramarins intra- et interethniques.

Bien que les activités commerciales de la société aïnoue et leurs rapports avec leurs voisins japonais et russes soient évoqués dans les sources japonaises et occidentales jusqu’à la seconde moitié du xixe siècle, à partir de 1869, date de l’annexion de Hokkaido par le gouvernement impérial de Meiji, et dans un nouveau...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Noémi Godefroy, « Domination et dépendance : l’évolution du statut des chefs aïnous en Asie orientale (xviie-xviiie siècle) », Extrême-Orient Extrême-Occident [En ligne], 41 | 2017, mis en ligne le 23 novembre 2019, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/extremeorient/721 ; DOI : 10.4000/extremeorient.721

Haut de page

Droits d’auteur

© PUV

Haut de page