Navigation – Plan du site
I. Le récit de rêve, entre vision et divination

Rêve et vision dans la littérature japonaise classique : notes pour la lecture du Roman du Genji

Dreams and Visions in Classical Japanese Literature: A Reading of the Tale of Genji
日本古典文学の夢と幻視―『源氏物語』読解のために
Hiroshi Araki
Traduction de Arthur Mitteau
p. 73-98

Résumés

Au Japon, le terme mu/yume 夢 recouvre un espace conceptuel large. Il englobe en effet aussi bien les « rêves » que les « visions », notions qui sont nettement distinguées dans nombre d’aires culturelles et linguistiques. Dans l’Antiquité, le rêve, en tant que canal par lequel les dieux ou les bouddhas pouvaient faire connaître leurs volontés, possédait une forme d’extériorité par rapport à l’humain. Le présent article étudie la figure de l’apparition du défunt père du prince Genji dans le Roman du Genji via une analyse comparatiste du Hamlet de Shakespeare. À l’issue de cette comparaison, on peut voir à quel point le Roman du Genji fait un usage très maîtrisé de l’ambiguïté entre rêve, vision et apparition dans la culture ancienne.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Visualisation et cadrage du rêve : autour de la question de l’assignation à un espace et un sujet
Rêve et vision : un angle de lecture du Roman du Genji
Hamlet et Roman du Genji : d’adultères altesses
Rêve, vision et image (omokage) : un empereur omniscient après la mort
L’assignation du rêve à un sujet et la structure du Roman du Genji

Aperçu du début du texte

L’écrivain Murakami Ryū (né en 1952) aurait mis par écrit tous les rêves qu’il a faits la nuit depuis plus de vingt ans. Il en a tiré un essai, « Chroniquer les rêves » (Yume no kijutsu), dans lequel il rend compte de ce véritable journal de ses rêves nocturnes, tout en cherchant à résumer en quelques traits les caractéristiques du type de texte qui en résulte, et que l’on pourrait appeler « chroniques de rêves ». Ainsi, il observe une propension à utiliser ore plutôt que boku ou watashi comme pronom de première personne ; une tendance à accorder les temps sur un récit au présent, mais aussi des contradictions ou bien des sauts dans le temps ou dans l’espace ; ou encore, l’absence d’appartenance à un genre littéraire défini, alors même qu’il s’agit de textes d’écrivain. Il remarque, en outre, qu’en rupture totale avec ce qui semblerait une règle tacite du roman, ici il s’agirait plutôt de simplement « retranscrire » ce qui a, dans le rêve, été vu. Pour finir, Murakami résume le cœur...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hiroshi Araki, « Rêve et vision dans la littérature japonaise classique : notes pour la lecture du Roman du Genji », Extrême-Orient Extrême-Occident [En ligne], 42 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 19 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/extremeorient/894 ; DOI : https://doi.org/10.4000/extremeorient.894

Haut de page

Auteur

Hiroshi Araki

(fr) Professeur de littérature japonaise classique et directeur adjoint de l’International Research Center for Japanese Studies (Nichibunken, Kyoto). Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur des œuvres majeures de la littérature japonaise, comme le Roman du Genji (Genji monogatari), Histoires qui sont maintenant du passé (Konjaku monogatari shū), Heures oisives (Tsurezure-gusa) et de nombreux articles dédiés au thème du rêve.
(en) Professor of classical Japanese literature and deputy director-general of the International Research Center for Japanese Studies (Nichibunken, Kyoto). He is the author of several books on the classics of Japanese literature, such as The Tale of Genji (Genji monogatari), Collection of Tales of Times Now Past (Konjaku monogatari shū), and Essays in Idleness (Tsurezure-gusa), as well as numerous articles on the issue of dreams.
 

Haut de page

Droits d’auteur

© PUV

Haut de page