Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15NOTE DE POLITIQUE

Texte intégral

1. Pour le Fonds mondial : L’argument du « conflit d’intérêt » qui exclut les Ministres de la santé des CCM est un contresens politique. Un argument pragmatique

1La composition des Instances de coordination nationales repose sur l’idée que le bénéficiaire principal ne peut siéger dans le CCM. Le Fonds mondial et les CCM travaillent donc avec des parties prenantes dont l’acteur clé est exclu. C’est comme si une équipe de football s’entraîne pour une grande compétition en excluant de la préparation le capitaine de l’équipe, au prétexte que c’est lui qui va recevoir le brassard et le meilleur des équipements. Dans cette logique, les CCM se privent des compétences, de l’expertise et de la légitimité corporatiste des ministères de la santé auxquels sont rattachés les Conseils/Comités nationaux de lutte contre le sida, la tuberculose ou le paludisme dans plusieurs pays. Pour compenser et contourner cette règle, plusieurs pays nomment ou imposent un représentant de la présidence de la république à la tête du CCM (Côte d’Ivoire, Cameroun, etc.). C’est une stratégie, par défaut, qui consiste à garder le contrôle, sur une instance dont les décisions engagent la vie de millions de personnes. C’est le rôle des Etats africains, même les plus pauvres, d’en assurer si ce n’est la direction au moins régulation au niveau du secteur de la santé. Le CCM ne peut être réduit à une banque dont le ministère de la santé ne serait qu’un client dont on décide du sort en son absence. Une partie des échecs ou de la faiblesse des CCM est lié à un déficit des compétences qui existent par ailleurs dans les mêmes pays. Il faut les mettre à contribution. Comment ? En révisant la question de ce vrai faux « conflit d’intérêt », pour remettre le ministre de la santé dans la discussion collégiale quitte à ce que, dans certaines circonstances, il ne soit pas « votant ». Le cantonner au rôle d’invité, de temps en temps, est un contresens. C’est une question de légitimité, de répartition des rôles et de respect des attributions sectorielles. Personne ne décide de la politique de sécurité d’un pays sans les ministères dédiés à ce secteur. Pour la santé il faut respecter la même logique.

2. Pour la France. : Repenser l’équilibre entre l’aide directe et l’aide multilatérale en France. Sortir du logiciel étatiste et jacobin

2Les États-Unis et l’Allemagne assurent un équilibre entre les deux niveaux de partenariats, suivant une architecture intégrée dans leur culture politique. La France tente de s’en inspirer avec l’Initiative dite « 5% » (mettre 5% de la contribution française au service de l’expertise française et francophone). Il convient d’aller plus loin car ce dont se plaignent, à juste titre, les acteurs français de terrain relève de deux points principaux : la faiblesse des ressources humaines et le déficit de visibilité de l’apport de a France. Au-delà de la question de la visibilité et donc de « l’influence de la France », il est impératif de redéployer l’aide française. Dans ce registre, il faut aller plus loin dans « l’imitation » du modèle anglo-saxon. En effet, les Etats-Unis, comme l’Allemagne mobilisent les expertises locales et nationales, au long cours, par le recrutement de cadres africains sur place. Ils assurent la continuité de l’expertise et des projets sur plusieurs années en renforçant les réseaux de cabinets de consultants de haut niveau et d’ONG de premier rang. La France doit s’en inspirer. Si le PEPFAR tient la corde en matière d’aide en santé dans un des plus anciens pays partenaires historiques de la France en Afrique (la Côte d’Ivoire), c’est essentiellement grâce à ce système. Si l’orientation politique de la Couverture maladie universelle au Sénégal est d’inspiration américaine, cela est lié au même phénomène.

3. Elargir les « fonds de contrepartie » nationale aux multinationales. L’argent de l’Afrique au service de la santé

3En imposant aux pouvoirs publics des pays récipiendaires des fonds de contrepartie qui correspondent à 20% de la somme totale de la subvention qui leur est versée par le Fonds mondial, ce mécanisme suit un raisonnement dont la logique est simple mais partielle : « si tu vaux que l’on t’aide, il faut que tu participes au projet ». Sans insister sur le fait que ces fonds nationaux sont ceux de contribuables pauvres dans des pays pauvres pour lesquels le Fonds a été créé, les pouvoirs publics ne peuvent avoir qu’une contribution relative. Sinon il ne serait pas éligible au Fonds mondial et souvent « 20% de rien c’est rien » pour les besoins et parfois beaucoup pour les fonds publics.

4Il convient ainsi dans ce registre que les entreprises privées tant nationales que multinationales qui réalisent des bénéfices importants contribuent à ces fonds de contrepartie puisque ces bénéfices proviennent de ressources naturelles et/ou de consommateurs africains. Dans le cadre de la Responsabilité Sociale d’Entreprise (RSE), il faut appeler à leur contribution sur incitation. Pourquoi ? Parce que financer des tournois de football, des concerts, des festivals de cinéma, n’est pas incompatible avec le fait de sauver des vies ? Comment procéder ?

4. Organiser des Conférences nationales de reconstitution des fonds de contrepartie

5Il est souhaitable que la récolte des fonds de contrepartie ne soit plus seulement un exercice et un jonglage des pouvoirs publics en Afrique. En impliquant les entreprises privées et notamment les multinationales à ces Conférences nationales, ces manifestations vont provoquer un effet d’émulation et offrir une exposition médiatique susceptibles de remplir un des objectifs qui nous réunissent tous : des partenariats « gagnant-gagnant ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« NOTE DE POLITIQUE »Face à face [En ligne], 15 | 2019, mis en ligne le 10 octobre 2019, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/faceaface/1328

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search