Navigation – Plan du site

Comprendre les motivations des étudiants en filière CCA : une étude exploratoire

Understanding students motivations in the auditing/accounting programs: an exploratory research
Aude Deville, Claudine Mangen et Véronique Pérès

Résumés

Cet article s'appuie sur une collecte de données auprès d'étudiants français des filières comptabilité/audit afin d'analyser leurs motivations prioritaires de choix de carrière. Nous portons un intérêt particulier à l'étude des motivations plutôt de nature pécuniaire versus des motivations plutôt inhérentes à des soucis de responsabilité et de représentation professionnelle puisque, du fait de leur statut futur, ces étudiants seront les garants de l'image fidèle, de l'objectivité de l'information financière et d'un comportement éthique. Le cas bien connu d'Enron montre que cette question est particulièrement sensible et actuelle. Notre étude trouve ses fondements au sein d'un cadre sociologique.

Haut de page

Texte intégral

Nous remercions nos collègues avec qui nous avons eu des échanges très enrichissants et des encouragements lors de la présentation de ce papier au 35ème Congrès de l’AFC (Lille, 2014). Nous remercions également les deux évaluateurs anonymes et le rédacteur en chef Gérald Naro pour leurs conseils et commentaires qui ont contribué à améliorer le papier.

1. Introduction

1Les experts-comptables et les auditeurs ne cessent de réfléchir à l’évolution de leur métier et les moyens d’attirer et de fidéliser les jeunes diplômés. Pour cette profession nécessitant un fort degré d’expertise, communiquer sans cesse envers de jeunes recrues potentielles est nécessaire, tant pour améliorer l’image de la profession que pour les encourager à s’investir dans une profession en « pénurie ».

  • 1 Présidente du Conseil Supérieur de l’Ordre des Expert-Comptable
  • 2 http://www.lenouveleconomiste.fr/agnes-bricard-doubler-le-nombre-dexperts-comptables-entrant-dans-c (...)

2Agnès Bricard1, interrogée en 20112, fait le constat alarmant de 1.000 diplômés, alors qu’il en faudrait le double pour renouveler la profession, répondre au cadre réglementaire et au besoin croissant de sécurité financière, tout en dispensant conseils et services aux entreprises dans de nouveaux territoires. Mais pour être efficace, cette communication doit prendre en compte les attentes et motivations des jeunes adultes s’engageant dans la voie d’études comptables supérieures.

3Dans cet article nous cherchons à comprendre les motivations des étudiants en filière comptabilité, contrôle. Ramirez (2001) souligne l'idée qu'une profession n'est pas un objet pré-existant mais bien un construit socio-historique. Les fondements de notre étude s’inscrivent dans cette littérature. Le choix d’une profession suppose celui d’un groupe social d’appartenance et s’accompagne nécessairement de réflexions sur une future identité professionnelle. Nous pourrions alors légitimement supposer que les étudiants ayant choisi cette filière bien spécifique ont des prédispositions éthiques supérieures aux autres étudiants des sections de gestion plus classiques. Nos résultats sont cependant assez loin de cette réalité : les étudiants se montrent davantage centrés sur la promesse d’une insertion rapide ou celle d’une rémunération attrayante que propose la spécialité comptable que sur l’aspect réglementé que représente la profession. Cette question peu traitée dans la littérature amène également à réfléchir aux conséquences que peuvent avoir les résultats de cette étude sur la rénovation des programmes CCA et les systèmes d’incitation et de rémunération dans les cabinets.

4La première section présente les fondements de l'étude. La deuxième expose le contexte de l’étude exploratoire et la collecte de données opérée auprès d'un échantillon de 221 jeunes adultes en seconde année de Master. La troisième section est consacrée à la revue de littérature. Enfin, nous analysons le choix des étudiants et examinons dans quelle mesure se sont articulés intérêt pécuniaire vs préoccupation de la représentation professionnelle, dans la quatrième section.

2. Théorisation

5Notre théorisation s’ancre dans la sociologie des professions. Dans une approche sociologique, les représentations professionnelles sont « […] élaborées dans l’action et l’interaction professionnelle qui les contextualisent, par des acteurs dont elles fondent les identités professionnelles correspondant à des groupes du champ professionnel considéré, en rapport avec des objets saillants pour eux dans ce champ » (Bataille, Blin, Jacquet-Mias & Piaser, 1997, p. 63). La représentation de la profession comptable est, en d’autres termes, influencée simultanément par les éléments qui structurent et définissent la profession (p. ex., le cadre réglementaire) ainsi que par les acteurs qui exercent leur agence au sein de cette profession via les gestes qu’ils choisissent.

6Nous proposons que la représentation de la profession comptable, de par ses acteurs et ses éléments structurants, attire un type spécifique d’étudiant, notamment des étudiants qui sont intéressés par les avantages pécuniaires de la profession comptable plus que par d’autres facettes de cette profession (i.e., l’expertise technique, le professionnel qui agit pour le bien commun) (Champy 2009).

7Notre théorisation se base sur la présomption que les étudiants ont des affinités pour les avantages pécuniaires que peut procurer leur future profession. En d’autres termes, leur salaire futur joue un rôle suffisamment important pour constituer un des éléments qui motive leur choix de carrière et d’études, en particulier d’études supérieures. L’analyse des motivations des jeunes adultes à entreprendre et réussir des études supérieures a souvent fait l’objet de recherches (de Kerchove & Lambert, 2001 ; Boudrenghien & Frenay, 2011 ; Hamel, 2009). Celle des motivations des étudiants qui se destinent à une carrière d'expert-comptable, d’auditeur ou de commissaire aux comptes est en revanche inexploré, surtout en France.

8Gonthier-Besacier & Lacaze (2006) documentent, par le biais d’entretiens individuels, que l’orientation vers des études supérieures en comptabilité est influencée par le milieu scolaire et universitaire, le milieu professionnel, et les caractéristique personnelles et, en dernier lieu, le milieu social. Nous élargissons les connaissances mises en avant par cette étude en nous penchant sur la question de savoir si les intérêts pécuniaires des étudiants en France jouent un rôle dans leur orientation vers la filière comptable, question que Gonthier-Besacier & Lacaze (2006) ne posent pas. Cette question est d’autant plus pertinente que, du fait de leur statut futur, ces étudiants seront les garants de valeurs clés de la profession comptable (i.e., l'image fidèle, l'objectivité de l'information financière, le comportement éthique, et la déontologie), et que les motivations pécuniaires peuvent être en conflit avec ces valeurs clés.

9Nous contribuons ainsi toute une littérature internationale qui indique, dans des contextes culturels autres de que celui de la France, que le potentiel d’un salaire élevé est une des motivations les plus importantes pour les étudiants de la filière comptable (Paolillo & Estes 1982 ; Cangelosi, Condie & Luthie, 1985 ; Gul, Andrews, Leong & Ismail, 1989 ; Adams, Pryor, & Adams, 1994, Tan & Laswad, 2006).

10Dans le contexte français, nous approfondissons les connaissances non seulement sur les motivations des étudiants, mais aussi, de façon plus générale, sur le milieu universitaire, étudiée dans Musselin (2005), Adangnikou (2008) et Ientile-Yalenios (2013). Ces derniers travaux portent sur différents acteurs internes aux universités françaises (p.ex., le corps professoral). Nous nous interrogeons sur des acteurs spécifiques (i.e., les étudiants), complétant ainsi les travaux d’Adangnikou (2008) qui discute la littérature sur les pratiques d’apprentissage des étudiants en milieu universitaires. Notre travail se concentre sur une autre caractéristique des étudiants, à savoir leur motivation.

11Notre théorisation s’appuie sur le concept d’identité professionnelle pour opérer l’attraction d’un type spécifique d’étudiant (i.e., celui pour qui les avantages financiers importent) vers la filière d’études comptable. Les identités professionnelles sont « des manières socialement reconnues, pour les individus, de s’identifier les uns les autres, dans le champ du travail et de l’emploi » (Dubar, 2000, p. 95). L’identité professionnelle d’un jeune individu, en train de choisir sa filière d’étude, est encore en formation ; elle se construit sur base de sa socialisation au sein de sa famille, de ses amis, de ses connaissances, pendant son enfance, son adolescence et sa jeunesse, notamment via sa scolarité. L’identité professionnelle peut ainsi être considérée comme s’inscrivant dans la notion plus large de l’habitus que Bourdieu (2000) définit comme une « subjectivité socialisée, transcendantale historique dont les schèmes de perception et d’appréciation (les systèmes de préférence, de goûts) sont le produit de l’histoire collective et individuelle » (p. 259).

12L’identité professionnelle joue un rôle important dans la façon dont un individu identifie, choisit et intègre son groupe de référence professionnel, c'est-à-dire un groupe dans lequel il se reconnaît professionnellement (Mangen & Brivot 2014). Pour les étudiants présentant une affinité aux avantages pécuniaires, de tels groupes de référence mettent l’accent sur les valeurs pécuniaires, tel que le salaire futur que l’étudiant pourra gagner une fois qu’il aura terminé ses études et intégré sa profession (par ex., les associations professionnelles de comptabilité, les cabinets comptables). Dans la mesure où ces valeurs résonnent avec l’identité professionnelle d’un étudiant, ce dernier ressent une affinité avec le groupe de référence, auquel il s’identifiera et qu’il essaiera d’intégrer.

13Les professionnels de la comptabilité enjambent plusieurs champs. Les champs sont des espaces relativement autonomes bien qu'inter-reliés divisant la société, et sont structurés d'après les positions détenues par les agents qui font partie d’un champ (Bourdieu, 1976, 1995, 1996). La profession comptable opère, de par son expertise technique (Champy 2009), dans le champ culturel ainsi que, de par son emphase sur les revenus et les avantages pécuniaires, dans le champ économique. Au fil des ans, la profession comptable semble avoir migré du champ culturel vers le champ économique : la logique commerciale sous-jacente à l’emphase sur les revenus et les avantages pécuniaires joue un rôle de plus en plus important en comptabilité (Anderson-Gough, Grey, & Robson 1998 ; Ramirez, 2001 ; Empson, 2004 ; Malsch & Gendron, 2013). Cette migration vers le champ économique ressort, notamment, dans les publications des associations comptables : ces publications soulignent, de par leurs images et leurs textes, le salaire que l’on peut gagner en intégrant la profession comptable (Picard, Durocher, & Gendron 2014).

14En ce qui concerne la profession comptable, la France connaît un contexte particulier, comme le montre Ramirez (2001), qui s’appuie sur les notions développées par Bourdieu de champ et d’habitus. L'utilisation de ces concepts permet à l’auteur de montrer comment le projet professionnel des comptables français, marqué par sa proximité à l'Etat, a promu l'exercice individuel de la profession. Ce projet allie notabilité, corporatisme et individualisme. Cependant, du fait de son inadaptabilité au contexte international, il subit l’hégémonie des grands cabinets venus d’outre-manche, ce qui a entraîné une réorganisation hiérarchique de la comptabilité en France. Cette réorganisation a permis la domination des Big, qui s’imposent désormais tant sur le marché que dans les instances de représentation nationale de la profession. Les Big jouent un rôle clé dans la promotion des pratiques comptables, y compris celles qui reflètent la logique commerciale et mettent l’emphase sur les aspects pécuniaires de la profession comptable (Covaleski, Dirsmith, Heian, & Samuel, 1998 ; Cooper & Robson, 2006).

15Pour résumer, les différents agents qui peuvent constituer des groupes de référence pour des étudiants soulignent les valeurs pécuniaires qui finissent par attirer en filière comptable des étudiants motivés par des considérations pécuniaires. En d’autres termes, une sélection se met en place. Elle permet de matcher les étudiants à leur profession future, et elle s’opère sur des critères pécuniaires. Notre analyse empirique illustre cette théorisation.

3. Design de la recherche

  • 3 Le Diplôme Supérieur de Comptabilité et de Gestion, titre indispensable pour débuter le stage d’exp (...)

16Nous choisissons une approche qualitative pour caractériser et analyser les motivations des étudiants qui choisissent de s’inscrire dans la filière CCA. Leur cas nous a paru être particulièrement intéressant pour les raisons suivantes : en France, le Master professionnel CCA remplace, depuis la réforme LMD, la maîtrise des Sciences et Techniques Comptables et Financières (MSTCF) longtemps considérée comme « la voie royale » de l’expertise comptable. Concurrencé par quelques écoles de commerce et par la voie classique d’accès au DSCG3, ce master reste aujourd’hui le diplôme de référence universitaire dans la formation menant aux métiers de l’audit et de l’expertise comptable.

17Le cas de ces étudiants est donc spécifique à bien des égards :

18- d’une part parce qu’ils se sont engagés, après une sélection rigoureuse, dans une voie d’études longues (8 ans) et techniques : s’agissant d’une filière professionnalisante sélective et réputée difficile, il ne pouvait donc s’agir d’un choix par défaut ;

  • 4 A la différence des pays anglo-saxons qui règlementent moins, font confiance au système d’autorégul (...)

19- d’autre part parce qu’ils rejoindront à terme, une profession réglementée. En effet, en France où l’État joue un rôle prépondérant, la profession comptable bénéficie d’un monopole d’exercice qui lui est conféré par la loi, pour protéger à la fois les utilisateurs et l’intérêt public. Cette prérogative légale implique l’existence d’un Ordre professionnel unique et obligatoire4 et celle de nombreuses restrictions d’exercice : en contrepartie d’une position privilégiée conférée par ce monopole, les professionnels s’engagent à respecter une éthique de comportement tant vis-à-vis du client que de l’État ou encore de leurs confrères.

20Nous présentons les fondements de la démarche en section 3.1. ; puis la collecte de données en section 3.2.

3.1. Démarche méthodologique

  • 5 Par opposition à sémantique qui étudie les signifiés (ce dont on parle, ce que l'on veut énoncer), (...)

21Notre démarche est résolument compréhensive car elle « commence, non par des observations, non par de la théorie que l’on veut tester, elle commence par un problème, une interrogation qui va orienter la recherche » (Dumez 2013 : p 181). Notre démarche est abductive dans le sens de Peirce « L’abduction repose sur le rapprochement entre ce qui a été observé (le fait surprenant) avec quelque chose de différent » (Dumez 2013 : p195). Nous avons choisi d’analyser le discours produit et rédigé par les étudiants dans un questionnaire comportant une question ouverte. Chaque réponse d’étudiant, chaque discours produit, a été exploité selon la méthode de l’analyse syntaxique qui se fonde sur l’occurrence des mots en tant qu’unités hiérarchiquement supérieures à la phrase. Il s’agit donc d’une étude de la production du sens à partir du repérage linguistique de marqueurs dans le discours des étudiants ; cette méthode nous permet d'expliquer certains phénomènes de façon plus pertinente que dans le cadre de l’énoncé global5.

22Nous avons travaillé sur ces marqueurs linguistiques en catégorisant les éléments de façon co-textuelle. C’est une approche multidisciplinaire qui a été utilisée plus récemment en sciences de gestion (Alvesson et Karreman, 2000). La contextualité évoquée supra est celle de la « réalité » (Austin, 1970) : lorsque nous agissons, c’est par rapport à une réalité (non pas une réalité pure de l’objet mais celle que l’on construit), dont le discours fait partie intégrante. Car si dans tout dire on cherche un sens caché, on s’enferme dans un processus sans fin de recherche de signifiés. En complément nous avons posé deux questions fermées qui permettent une analyse par triangulation des réponses apportées précédemment dans la question ouverte et rédigée librement.

3.2. La collecte de données

23Nous avons pris contact avec les directeurs de Masters CCA (via l’Association France Master CCA) qui ont accepté de diffuser notre questionnaire auprès de leurs étudiants. La diffusion s’est opérée sur Internet entre le 8 novembre 2016 et le 23 janvier 2017. Ce questionnaire comporte 3 questions fermées et une question ouverte (indiquée en gras ci-dessous).

1. Etes vous un homme ou une femme ?

2. Pourquoi avez vous choisi la comptabilité comme spécialité ?

3. Pouvez-vous indiquer l’importance de l’aspect pécuniaire dans votre choix en répondant par : (1) pas important (2) un peu important (3) assez important (4) très important

4. Choisissez une seule des 4 affirmations comme étant celle qui vous convient le mieux (1 seule réponse possible)

a- je suis motivée par le fait de rejoindre une profession réglementée

b- je ne sais pas ce qu'implique la notion de "profession réglementée"

c- si la profession n'était pas réglementée, cela ne me dérangerait pas

d- je n'ai pas réfléchi à cette question, car cela n'a pas d'importance à mes yeux

Figure 1 : Présentation des répondants

Image 10000000000001C8000001218B577EB5.jpg

Figure 1 : représentation Hommes/Femmes des répondants

24Nous avons ainsi obtenu 221 réponses, 47 % des répondants sont des hommes et 53 % sont des femmes ce qui constitue une représentation classique de la population des étudiants inscrits en Master CCA. Ce fait nous permet de valider la correcte représentativité de notre échantillon.

25Notre objectif est maintenant d’analyser le discours des étudiants et leurs motivations déclarées tout en triangulant avec les réponses aux questions 3 et 4.

4. Analyse des résultats

26Nous avons trouvé utile d’analyser les résultats, dans l’ordre des questions posées aux étudiants avant de les discuter (au point 5) concernant :

- le discours des étudiants sur leurs motivations (4.1)

- l’aspect pécuniaire (4.2)

- la question de confirmation (4.3)

4.1. Analyse du discours des étudiants (à la question ouverte : pourquoi avez-vous choisi la comptabilité comme spécialité)

27L’attrait pour la spécialité est varié mais néanmoins les mêmes arguments sont souvent avancés par les étudiants. Ainsi, nous retenons 7 motifs de choix pour la comptabilité :

1) la possibilité d’exercer des métiers variés : « La comptabilité offre la possibilité d'accéder à des métiers variés, permet notamment d'accéder à des métiers d'excellence d'un très bon niveau. Je pense que la comptabilité donne des compétences diverses et que c'est un atout, je ne m'attends pas à "m'ennuyer" lors de ma carrière » (Etudiant n° 59, Femme qui est motivée par le fait de rejoindre une profession réglementée).

2) Une position privilégiée : « L'excellente perception du métier par les tiers permet d'avoir une position privilégiée vis à vis des dirigeants » (Etudiant n° 40, Femme qui est motivée par le fait de rejoindre une profession réglementée).

3) La tradition familiale : « Par vocation familiale » (Etudiant n° 35, Homme qui n’a pas réfléchi à la question de la réglementation, car cela n’a pas d’importance à ses yeux).

4) Les mécanismes de réflexion et d’apprentissage inhérents à la comptabilité (selon les étudiants) et l’attrait des chiffres

« J'aime la logique et la droiture que l'on rencontre avec la comptabilité » (Etudiant n° 1, Femme qui est motivée par le fait de rejoindre une profession réglementée)

« Quand j'étais en terminale j'hésitais entre poursuivre vers la comptabilité et les mathématiques, j'ai commencé par faire une licence de mathématiques mais je me suis rendu compte que c'était vraiment la mise en pratique des raisonnements et la gestion qui m'intéressait et je me suis réorienté vers la comptabilité à travers un DUT GEA en année spéciale avant de rejoindre l'IAE. Je pense que le master CCA va bien au-delà que la formation de comptable mais donne vraiment les bases pour participer à la vie économique et financière des entreprises » (Etudiant n° 3, Homme qui est motivé par le fait de rejoindre une profession réglementée)

« La comptabilité est réglementée et normée. C’est ce que j’aime dans la comptabilité. Tout doit être carré » (Etudiant n° 168, Femme qui est motivée par le fait de rejoindre une profession réglementée)

« Intérêt pour les chiffres et la logique » (Etudiant n° 219, Homme qui est motivée par le fait de rejoindre une profession réglementée)

5) La proximité avec les entreprises : « La filière comptabilité audit permet d'être proche des entreprises, de les conseiller. L'autonomie et la capacité à analyser une situation sont des facteurs importants dans ce secteur. Par ailleurs, les possibilités de carrière et de rémunération sont intéressantes » (Etudiant n° 63, Homme qui est motivé par le fait de rejoindre une profession réglementée).

6) L’assurance d’avoir un emploi et diversité des missions :

« Secteur porteur, surtout pour les jeunes diplômés : beaucoup d'offres sur le marché » (Etudiant n° 146, Femme pour qui si la profession n’était pas réglementée cela ne la dérangerait pas)

« Opportunité de carrières et diversités des métiers (audit expertise, finance) » (Etudiant n° 209, Homme qui est motivé par le fait de rejoindre une profession réglementée)

« Beaucoup d’emploi » (Etudiant n° 208, Femme qui est motivée par le fait de rejoindre une profession réglementée)

7) La vocation : « Passion et logique » (Etudiant n° 82, Homme qui est motivé par le fait de rejoindre une profession réglementée) ou « Vocation » (Etudiant n° 208, Femme qui est motivée par le fait de rejoindre une profession réglementée)

4.2. Analyse de la question sur l’aspect pécuniaire (« Pouvez vous indiquer l’importance de l’aspect pécuniaire dans votre choix »)

28Les résultats des réponses à cette question peuvent être synthétisés ainsi :

Figure 2 : Réponse à la question fermée relative à l’importance de l’aspect pécuniaire

Image 100000000000022E000000F17E52458E.jpg

Figure 2 : Réponse à la question fermée relative à l’importance de l’aspect pécuniaire

29Les réponses des étudiants à la troisième question qui leur était posée sont très tranchées puisque seuls 16,3 % des étudiants interrogés ne jugent pas la rémunération importante : à l’évidence, ce critère est loin d’être négligé par les jeunes adultes. Ils sont 61,5 % à trouver ce critère important et 22,2 % à le trouver très important. Au total donc, 83,7 % des étudiants ont jugé ce critère comme déterminant dans leur choix de carrière.

4.3. Analyse de la question de confirmation (« choisissez une seule des 4 affirmations suivantes comme étant celle qui vous convient le mieux »)

30Les résultats des réponses à cette question peuvent être synthétisés ainsi :

Image 1000000000000291000000D58F3FAEEA.jpg

Figure 3 : Réponse à la question fermée relative à la motivation des étudiants

31Les résultats des réponses à cette question sont donnés ici en nombre de répondants et en pourcentage :

(1) je suis motivé pour rejoindre une profession réglementée 

(2) je ne sais pas ce qu’est une profession réglementée 

(3) je n’ai pas réfléchi à cette question car cela n’a pas d’importance à mes yeux

(4) si la profession n’était pas réglementée cela ne me dérangerait pas

32Seule une petite moitié des étudiants interrogés se disent donc motivés par le fait de rejoindre une profession réglementée (soit 46 %). 5 % des sondés ne semblent pas connaître le critère (ce qui est tout de même surprenant) et 19 % le jugent sans impact sur leur choix. Par contre, 29 % indiquent que le fait de rejoindre une profession réglementée n’est pas déterminant à leurs yeux.

33Cette question de confirmation nous apporte des précisions sur le discours des étudiants (4.3.1) et sur la question pécuniaire (4.3.2).

4.3.1. Discours des étudiants et motivation pour une profession réglementée

34Les 7 critères que nous avons identifiés et qui président au choix des étudiants (énumérés au 4.1) ne peuvent être corrélés à la motivation de rejoindre une profession réglementée. En effet, on retrouve les 4 affirmations dans tous les critères indistinctement. Ce que l’on peut remarquer en revanche, c’est l’absence du propos dans les discours : personne n’évoque l’aspect réglementé et un seul étudiant seulement cite les normes de la profession.

35Sur les rares étudiants qui verbalisent leur motivation de devenir « expert-comptable » (18 seulement), 11 se disent motivés par l’aspect réglementé de la profession, 4 ne seraient pas dérangés par le fait que la profession ne le soit pas et 3 n’ont pas réfléchi à la question.

4.3.2. Question pécuniaire et motivation pour une profession réglementée

36Nous avons synthétisé la corrélation entre les deux facteurs dans le tableau 1.

Tableau 1 :

Synthèse des réponses à la question

« Pouvez-vous indiquer l’importance de l’aspect pécuniaire dans votre choix »

Je suis motivé par le fait de rejoindre une profession réglementée

Je ne sais pas ce qu’implique la notion de profession réglementée

Si la profession n’était réglementée cela ne me dérangerait pas

Je n’ai pas réfléchi à cette question car cela n’a pas d’importance à mes yeux

(1) pas important

3

1

1

4

(2) un peu important

5

0

9

13

(3) assez important

67

8

25

36

(4) très important

26

3

8

12

Total

101

12

43

65

37Nous pouvons donc constater que 8 % des étudiants motivés à rejoindre une profession réglementée jugent le critère de la rémunération pas ou peu important. (8 réponses sur 101). Sur l’ensemble des autres réponses (pas de motivation à rejoindre une profession réglementée ou pas de réflexion sur ce sujet ou pas de connaissance), ils sont 28 sur 120, soit 23 %. Cela pourrait donc signifier que les étudiants allient bien le critère de rémunération à celui de la profession réglementée (92 % le jugent important lorsqu’ils sont motivés à rejoindre une profession réglementée ; contre 77 % lorsque l’aspect réglementé leur est indifférent).

5. Discussion

38Nous avons vu supra que Bourdieu prend en compte la segmentation de l’espace social en « champs » spécialisés, dotés de leurs propres règles de fonctionnement.

39Notre étude analyse les représentations mobilisées par les étudiants à partir de leur insertion dans le champ professionnel de la comptabilité, tel que synthétisé par Ramirez (2001) :

- Dans le modèle britannique, la profession comptable est devenue un des acteurs de la mondialisation : alliant ambition commerciale et services aux grandes entreprises, elle a su générer un modèle qui s’est exporté grâce à deux caractéristiques « modernes » essentielles : se tourner vers les grandes entreprises, et s’internationaliser. 

- Dans le modèle français de l’expert-comptable-commissaire aux comptes, les caractéristiques sont celles d’un cadre législatif et réglementaire d’une profession adossée aux responsabilités confiées par l’Etat, d’obligations qui lui incombent, d’une quête de respectabilité inhérent à ce modèle basé sur l’individualisme.

40Or nos résultats montrent clairement que les étudiants sont davantage focalisés sur une insertion rapide et la promesse d’une rémunération intéressante. Et ils sont étonnamment tacites sur les éléments du « modèle français » mis en lumière par Ramirez (2003).

41Les discours de nos étudiants sondés s’analysent en deux sections représentationnelles majeures :

- Une représentation de la profession structurée autour des savoirs, et qui exprime d’ailleurs des choix plus centrés sur des savoirs techniques que disciplinaires.

42À l’intérieur de cette représentation qui fait consensus, se distinguent par ailleurs trois classes :

- l’attrait des chiffres, de la rigueur et de la logique

- le fait que la comptabilité soit le socle de plusieurs possibilités de carrières

- l’aspect vivant et évolutif de la spécialité

43- Une représentation de la profession plus économique, tournée vers la perception des avantages du secteur qui semble peu touché par la crise et offre des perspectives pécuniaires intéressantes.

44Mais nos résultats les plus probants sont en réalité, une absence de résultat : ceux qui souligneraient l’idée d’une représentation de la profession empreinte de déontologie, de normes, de réglementation, voire de notabilité. Dans toutes les citations des étudiants, seuls 37 références à leur métier futur, dont seulement 3 sur le prestige, l’excellence de la profession ou sa perception par les tiers. Aucune d’entre eux ne cite le monopole de la profession, la majorité se contentant de décrire l’aspect pluridisciplinaire du métier.

  • 6 Analyse RH et rémunérations 2013-2014 Audit & Expertise Comptable : 76 % des cabinets ont embauché (...)

45Sans surprise non plus, les jeunes concernés disent s’être orientés vers une voie qu’ils trouvaient pourvoyeuse d’emplois et de débouchés. Et il est vrai que si la profession a été touchée comme tous les secteurs, elle a cependant bien résisté selon la récente étude du cabinet de recrutement Hays6.

46Et si 20 étudiants traduisent ne pas réellement avoir été à l’origine de leur choix de départ (9 % sont tombés « par hasard », voire « par erreur » ou « par défaut » dans ce domaine), les adjectifs et verbes utilisés dans les textes produits en disent long sur l’attrait de la spécialité pour les autres (« intéressant », « plaire », « attirait » ou « attrait » voire « passion » pour n’en citer que quelques uns) : globalement les étudiants comprennent que c’est une matière évolutive (les termes « dynamique, évolutif, mouvement, diversité »), que le métier est « dynamique, pluridisciplinaire et empreint de changements », fortement ancré au monde de l’entreprise (« cœur de l’entreprise », « vie de l’entreprise », « réalité concrète », etc …). Les relations humaines (le « relationnel », les « contacts ») ainsi que le conseil et l’accompagnement sont également très présents dans le discours des jeunes étudiants. Seuls 7 répondants citent le métier comme étant « technique ».

6. Conclusion

47A la lumière des théories ancrées dans la sociologie des professions et à partir d’un questionnement soumis à 221 étudiants de dernière année d’un cursus spécialisé en comptabilité, nous avons mis en évidence le fait que ces derniers ne perçoivent pas, dans leur choix initial, la dimension éthique de la profession à laquelle ils aspirent. Le modèle français, mis en relief par Ramirez (2003) empreint de responsabilités confiées par l’Etat en échange d’un monopole serait-il en train de disparaître ? Converge-t-il vers un modèle plus socio-économique tourné vers la perception d’avantages pécuniaires et peu touché par la crise ?

48Nos résultats dénotent que 54 % des étudiants sondés ne sont pas motivés par le fait de rejoindre une profession réglementée. Par ailleurs, pour 84 % des étudiants sondés, la rémunération est un facteur noté comme important.

49Pour aller plus loin, nous avons analysé leurs discours et avons remarqué l’absence de toute référence liée à la déontologie et à l’aspect réglementé de la profession : les jeunes adultes traduisent l’idée que, finalement, le cursus comptable donne accès à des métiers généralement bien rémunérés sans qu’il n’ait, à aucun moment, été fait référence à la « fonction » empreinte de responsabilités, d’obligations et donc à quelques principes conséquents de compétence, d’impartialité et d’intégrité.

50C’est donc l’absence d’un résultat attendu qui nous questionne ici. Les étudiants se montrent peu concernés, lors de leur choix de carrière, par l’image et les valeurs désormais véhiculées par la « marque » expert-comptable : celle-ci a pourtant mis en place une communication efficace sur l’image du métier, faite de professionnalisme et de compétence mais aussi et surtout d’éthique. A ces trois piliers se rajoute un quatrième : la responsabilité.

51En tant qu’enseignants chercheurs, nous rejoignons la suggestion de Colasse (2005) : si l’on souhaite faire progresser la réflexion des étudiants en ce domaine, il est urgent de repenser, tant le contenu que l’esprit de l’enseignement de l’audit et de la comptabilité. Selon Trébucq & Noël (2006) « [les étudiants] conçoivent la comptabilité comme un ensemble de règles techniques qu’il suffirait d’appliquer pour produire une information financière de qualité ». La structure même de l’examen d’expertise comptable, traduit cette progression vers une discipline purement technique selon Stolowy (2005).

52Dans nombre de scandales financiers et de fraudes comptables de ces dernières années, (notamment Toshiba, Siemens, Vivendi, Tesco et plus récemment LuxLeaks), les auditeurs et professionnels du chiffre sont montrés du doigt. Incontournables, ils sont pourtant très souvent sur le banc des accusés. Or, si le passé tant ancien que récent de la profession pose problème, c’est qu’il est sans doute temps d’introduire de nouvelles perspectives d’enseignement en matière de responsabilisation des futurs managers et de les éclairer et les sensibiliser aux conséquences de leurs décisions à plus ou moins long terme : en d’autres mots, d’intégrer un enseignement de l’éthique dans les programmes de formation afin d’enrichir le discours de la comptabilité.

53Corrélativement, on constate que les étudiants n’ont pas de véritable « représentation » de leur future profession. Cette absence de vision est plutôt alarmante surtout dans le contexte national de restructuration, finalement peu flatteur, décrit par Ramirez (2001, 2005) : l’acculturation des gros cabinets nationaux (les « élites nationales ») au modèle anglo-saxon, parallèlement à l’éloignement du modèle du petit cabinet français (il parle d’une distance « incommensurable ») qui continue pourtant à co-exister avec le cabinet international. Cette absence de vision est également fort surprenante dans le récent contexte politico-légal qui a, à nouveau, profondément bouleversé ces deux professions réglementées (l’audit avec la réforme européenne et l’expertise comptable avec la loi Macron). Puisque les professionnels y trouvent eux-mêmes de quoi dynamiser et valoriser leur activité (c’est ce qui ressort de la conférence « évolutions de la profession et déontologie » tenue aux universités d’été 2016 des experts-comptables et des commissaires aux comptes), il est étonnant de constater que les étudiants n’aient pas compris et intégré (voire intériorisé) ces éléments dans la perspective de se forger une identité professionnelle.

54Ces différents constats et résultats nous permettent, au terme de nos analyses, de nous poser la question de la pertinence même du « modèle professionnel » dans les professions réglementées du chiffre en France, tant il nous est apparu que ce champ professionnel était toujours, chez les jeunes entrants, en quête d’identité.

Haut de page

Bibliographie

Adams, S.H., L. J. Pryor et S. L. Adams. (1994), « Attraction and retention of high-aptitude students in accounting: An exploratory longitudinal study », Issues in Accounting Education Spring, p. 45-58.

Adangnikou, N. (2008), « Peut-on parler de recherche en pédagogie universitaire, aujourd’hui, en France ? », Revue des sciences de l'éducation, vol. 34, n° 3, p. 601-621.

Alvesson M. et Karreman D. (2000), « Taking the linguistic turn in organizational research : challenges, responses, consequences », Journal of Applied Behavorial Sciences, vol. 36, p. 136-158.

Anderson-Gough F, Grey C, Robson K. (1998), Making up accountants : the organizational and professional socialization of trainee chartered accountants, Aldershot: Ashgate

Austin J. L. (1970). Quand dire c'est faire, Paris, Seuil.

Bataille M., Blin J-F., Jacquet-Mias C., et Piaser A. (1997), « Représentations sociales, représentations professionnelles, système des activités professionnelles », L’année de la recherche en sciences de l’éducation, p. 57- 59.

Boudrenghien G., et Frenay M. (2011), « La transition de l’enseignement secondaire vers l’enseignement supérieur : Rôle des représentations et motivations à l'égard de son projet de formation », L'orientation scolaire et professionnelle, (40/2).

Bourdieu, P. (1976), « Le champ scientifique », Actes de recherche en sciences sociales, vol. 2, p. 88–104

Bourdieu, P. (1995), « Combattre la technocratie sur son terrain, discours aux cheminots grévistes », Available from : http://www.marianne2.fr/Quand-Bourdieuprenait-fait-et-cause-pour-les-grevistes-en-1995_a80137.html

Bourdieu, P. (1996), The Rules of Art. Genesis and Structure of the Literary Field, Stanford, CA : Stanford University Press.

Bourdieu, P. (2000), Les structures sociales de l’économie, Editions du Seuil, France, Paris.

Cangelosi, J.S., F.A. Condie et D.H. Luthie (1985), « The influence of introductory accounting courses on career choices », Delta Phi Epsilon Journal, vol. 27, n° 1, p. 60-68.

Champy, F. (2009), « La sociologie des professions », Paris, Presses Universitaires de France.

Colasse B. (2005), « Les 'affaires' et la mise en application des normes internationales, des défis et des opportunités pour l'enseignement de la comptabilité », In La formation supérieure comptable, Journée pédagogique organisée par l'Association Francophone de comptabilité (AFC), Ecole Normale Supérieure (ENS) de Cachan.

Cooper D. J. et K. Robson (2006), « Accounting, professions and regulation : Locating the sites of professionalization », Accounting, Organizations and Society, vol. 3, n° 4-5, p. 415-444.

Covalski, M.A., M.W. Dirsmith, J.B. Heian and S. Samuel (1998), « The calculated and the avowed : Techniques of discipline and struggles over identity in Big Six accounting firms », Administrative Science Quarterly, vol. 43, n° 2, p. 293-327.

de Kerchove A. M., & Lambert J. P. (2001), « Choix des études supérieures et motivations des étudiant (e) s », Reflets et Perspectives de la vie économique, vol. 40, n° 4, p. 41-56.

Dubar C. (2000), La crise des identités. L’interprétation d’une mutation, Paris, Presses Universitaires de France, VIII-239.

Dumez, H. (2013), « Méthodologie de la démarche qualitative. Les 10 questions clés de la démarche compréhensive », Vuibert, Paris.

Empson, L. (2004), « Organizational identity change : managerial regulation and member identification in an accounting firm acquisition », Accounting, Organizations and Society vol. 29, n° 8, p. 759–781.

Gonthier-Besacier N. & Lacaze D. (2006), « Le travail au cœur du choix des jeunes : une étude qualitative des facteurs d’orientation vers les professions comptables », XVIIe Congrès de l’AGRH – Le travail au cœur de la GRH, IAE de Lille et Reims Management School, Reims

Gul, F.A., B.H. Andrew, S.C. Leong and Z. Ismail. (1989), « Factors influencing choice of discipline of study – Accountancy, engineering, law, and medicine », Accounting and Finance vol. 29, n° 2, p. 93-101.

Hamel J. (2009), « Valeurs et engagement dans les études supérieures au Québec », Agora débats/jeunesses, vol. 4, p. 90-104.

Ientile-Yalenios J. (2013), « Les conséquences de la résistance organisationnelle à l'institutionnalisation de l'évaluation sur les pratiques des acteurs : analyse à partir de la mise en place de l'évaluation individuelle à l'université française », @GRH, vol. 4, n° 9, p. 97-121.

Malsch B., & Y. Gendron (2013), « Re-Theorizing Change : Institutional Experimentation and the Struggle for Domination in the Field of Public Accounting », Journal of Management Studies, vol. 50, n° 5, p. 870–899.

Mangen, C., & M. Brivot (2014), « The challenge of sustaining organizational hybridity : The role of power and agency », Human Relations, 68 (4), p. 659-684.

Musselin, C. (2005), « European academic labor markets in transition. Higher Education, vol. 49, n° 1, p. 135-154.

Paolillo, J.G.P. & R. W. Estes. (1982), « An empirical analysis of career choice factors among accountants, attorneys, engineers, and physicians », The Accounting Review, vol. 57, n° 4, p. 785-793.

Picard, C.-F., Durocher S., & Y. Gendron (2014), « From meticulous professionals to superheroes of the business world : A historical portrait of a cultural change in the field of accountancy », Accounting, Auditing, & Accountability Journal, vol. 27, n° 1, p. 73-118

Ramirez C. (2001), « Understanding social closure in its cultural context : accounting practitionners in France (1920-1939) », Accounting, Organization and Society, vol. 26, n° 4/5, p. 391-418.

Ramirez, C. (2003), Du commissariat aux comptes à l'audit », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 1, p. 62-79.

Ramirez, C. (2005), « Contribution à une théorie des modèles professionnels : le cas des comptables libéraux en France et au Royaume-Uni », Thèse de doctorat en sociologie, Paris.

Stolowy H. (2005), « Nothing like the Enron affair could happen in France », European Accounting Review, vol. 14, n° . 2, p. 405-415.

Tan L. M., and F. Laswad. (2006), « Students’ beliefs, attitudes and intentions to major in accounting », Accounting Education : An International Journal vol. 15, n° 2, p. 167-187.

Trébucq S., & Noël, C. (2006), « Les cartes conceptuelles : un outil pédagogique pour un enseignement de la comptabilité intégrant l'éthique et la responsabilité », Comptabilité-Contrôle-Audit, vol. 12, n° 3, p. 5-37.

Haut de page

Notes

1 Présidente du Conseil Supérieur de l’Ordre des Expert-Comptable

2 http://www.lenouveleconomiste.fr/agnes-bricard-doubler-le-nombre-dexperts-comptables-entrant-dans-cette-profession-10510/

3 Le Diplôme Supérieur de Comptabilité et de Gestion, titre indispensable pour débuter le stage d’expertise comptable, peut également être obtenu par une voie “directe”, en obtenant 7 Unités d’Enseignement.

4 A la différence des pays anglo-saxons qui règlementent moins, font confiance au système d’autorégulation du marché et où les professionnels adhèrent à des associations et non à un Ordre professionnel obligatoire.

5 Par opposition à sémantique qui étudie les signifiés (ce dont on parle, ce que l'on veut énoncer), on a utilisé des unités textuelles de base (le mot utilisé). Chaque réponse d’étudiant, chaque discours produit, a été exploité selon la méthode de l’analyse syntaxique qui se fonde sur l’occurrence des mots en tant qu’unités hiérarchiquement supérieures à la phrase.

6 Analyse RH et rémunérations 2013-2014 Audit & Expertise Comptable : 76 % des cabinets ont embauché sur la période 2012/2013. 78 % de ces embauches concernent des collaborateurs débutants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Deville, Claudine Mangen et Véronique Pérès, « Comprendre les motivations des étudiants en filière CCA : une étude exploratoire », Finance Contrôle Stratégie [En ligne], 20-3 | 2017, mis en ligne le 08 novembre 2017, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/fcs/1965 ; DOI : 10.4000/fcs.1965

Haut de page

Auteurs

Aude Deville

Professeur des Universités

Université côte d’Azur - IAE de Nice, GRM

Inseec Business School

24 ave des Diables bleus, 06357 Nice cedex 4,

Aude.deville@unice.fr

Claudine Mangen

Associate Professor,

RBC Professor in Responsible Organizations, Concordia University

John Molson School of Business, Office MB 15-305

1450 Guy Street, Montreal, QC H3H 0A1, Canada,

cmangen@jmsb.concordia.ca

Véronique Pérès

Maître de Conférences

Université côte d’Azur - IAE de Nice, GRM

24 ave des Diables bleus, 06357 Nice cedex 4, a

Veronique.PERES@unice.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page