Navigation – Plan du site

Le maintien institutionnel : entre routines et actions stratégiques - Le cas de l’industrie musicale face à la licence globale

Institutional Maintenance: Between Routines and Strategic Actions
The Case of the French Music Industry during the global license debate
Antoine Blanc

Résumés

Plusieurs recherches se sont intéressées au maintien des institutions et aux efforts qui y contribuent. Cependant, l’horizon temporel de ces efforts reste mal compris : reposent-ils sur des visions à long terme et des intérêts stratégiques, ou sont-ils essentiellement liés à des routines et des habitudes ? Cet article explore les efforts réalisés dans la filière musicale en lien avec le maintien de la propriété intellectuelle durant un épisode critique. Nous nous appuyons sur une série de 26 entretiens semi-directifs et sur un riche corpus de données secondaires. Nous contribuons ainsi au débat agence-structure et à la réflexion sur les différentes formes d’agence intervenant dans le maintien institutionnel. En particulier, nous suggérons plusieurs facteurs qui favorisent des efforts routiniers associés au maintien institutionnel et mettons en évidence la relation entre position sociale des acteurs et travail institutionnel en suggérant l’idée que les efforts stratégiques de maintien sont l’apanage des acteurs les plus puissants et les plus légitimes.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Comment certaines valeurs et modes de pensée se maintiennent-ils dans une industrie ? Quelle est la part des actions individuelles dans ce mécanisme ? Puisque c’est surtout la question du changement qui a été une quête centrale de la recherche en management (Van De Ven et Poole, 1995), l’étude des facteurs induisant des formes de stabilité reste marginale dans la plupart des courants de recherche en gestion. Les travaux qui abordent les formes de stabilité ont tendance à privilégier une vision ou bien déterministe ou bien volontariste, et le plus souvent se focalisent sur une dimension micro ou bien macro (Astley et Van de Ven, 1983 ; Van De Ven et Poole, 1995). De nombreux auteurs ont pourtant chercher à dépasser ces dualismes, que ce soit dans le sillage de sociologues tels Bourdieu (1972) ou Giddens (1984) et plus récemment avec les théories néo-institutionnelles en sociologie des organisations. La notion d’institution est particulièrement utile pour comprendre des formes plus complexes de stabilité en permettant d’envisager un niveau d’analyse intermédiaire. Si la théorie des organisations en a fait un de ses objets et outils d’étude dominants (Scott, 2008), c’est justement parce qu’elle permet de considérer les tensions entre les acteurs et les structures sociales dans lesquelles ils évoluent, reconnaissant à la fois la durabilité de ces structures et leur possible changement suite à des actions stratégiques. Une approche institutionnelle invite en cela à observer les actions des individus via un double prisme : comprendre les éléments institutionnalisés qui structurent la vie sociale et comprendre les modes par lesquels les acteurs peuvent utiliser ou transformer ces éléments.

2En outre, en définissant l’institution comme un ensemble d’ « éléments normatifs, régulateurs, et sociocognitifs qui fournissent une stabilité et un sens à la vie sociale » (Scott, 2008b, p. 48), la question de la persistance des normes et modes de pensée apparait comme intrinsèque. Elle a d’ailleurs fait l’objet d’un débat fécond dans les travaux institutionnels. Les études les plus récentes sur les institutions constituent un réel apport dans ce débat. Elles insistent sur le fait que le maintien institutionnel ne relève pas d’un simple phénomène systématique, en particulier lorsque surviennent des changements technologiques ou sociaux importants. Pour rendre compte des périodes de stabilité plus ou moins longues des institutions, il faut aborder la question du rôle des individus. Dans ce cadre, la notion de travail institutionnel (Lawrence et al., 2009) souligne l’importance à donner aux efforts exercés pour influencer les institutions. On reconnait ici aux individus une agence – c’est-à-dire une capacité d’action – qui va leur permettre d’agir sur l’institution. Les actions constituent alors une conciliation entre un environnement relativement déterminant et une capacité personnelle d’agir. Cependant, il semble que jusqu’à présent l’horizon des efforts de maintien reste mal compris : sont-ils tournés vers le passé et s’apparentent-ils à la répétition de routines ? Les efforts de maintien relèvent-ils à l’inverse, d’une intention stratégique et d’une vision à plus long terme ? Cette absence d’intérêt pour l’horizon des efforts de maintien dans la littérature est d’autant plus problématique que le phénomène même de maintien, probablement plus que celui du changement ou de la destruction des institutions, permet d’appréhender les éventuelles tensions entre routines et intentions stratégiques dans les efforts de travail institutionnel. Cet article a pour objectif dès lors de répondre aux questions suivantes : quelle est la part de routines dans les efforts qui visent le maintien institutionnel ? Existe-t-il des formes plus construites de stratégies de maintien qui reposeraient sur des visions à long terme ? Comment expliquer l’orientation temporelle des efforts de maintien, plutôt vers le passé, le présent ou le futur ?

3Nous abordons ces questions en explorant le cas de la musique enregistrée et de l’institution de la propriété intellectuelle. Nous la considérons comme une institution puisque la propriété intellectuelle est aujourd’hui tenue pour acquise, incontestable pour une très large majorité. Pour reprendre la typologie de Scott (2008b), cette naturalité et cette incontestabilité de la propriété intellectuelle sont portées par un pilier régulateur (par exemple le droit d’auteur inscrit dans le droit français), un pilier normatif (comme le devoir de protéger les artistes ou celui d’assurer la diversité culturelle) et un pilier culturo-cognitif (par exemple les croyances fondées sur le star-system). La propriété intellectuelle structure ainsi les interactions entre acteurs (producteurs et artistes par exemple), légitime et régule les modes de rémunération et de consommation des œuvres.

4Par ailleurs, nous abordons la filière musicale à un moment de crise : le vote de la licence globale entre 2004 et 2005. Lors d’un épisode critique, les acteurs engagés dans le maintien de l’institution développent des efforts importants, eux-mêmes largement relayés par la presse puisqu’ils doivent justifier et expliciter leurs motivations. En ce sens, le travail de maintien est nécessaire pour sauvegarder une institution en danger. Les efforts effectués sont alors d’autant plus variés, et aisément observables.

5L’orientation temporelle des efforts des acteurs met en lumière des actions plus ou moins déterminées par les pressions institutionnelles et permet de comprendre les éléments à la source d’une action plus ou moins réflexive vis-à-vis des institutions. Dans ce papier, nous mettons finalement en évidence le rôle double des individus dans le processus de maintien : certains la renforcent et la reproduisent par des efforts routiniers et guidés par l’habitude, tandis que d’autres font preuve d’une relative créativité guidée par leurs intérêts stratégiques. Cela nous permet de contribuer à la réflexion agence-structure dans le maintien institutionnel – ce qui constitue un pan important de l’agenda de recherche néo-institutionnel (Battilana et D’Aunno, 2009 ; Lawrence et al., 2009) – et d’aborder les aspects stratégiques du maintien institutionnel.

2. Cadre Théorique

2.1. Le rôle des acteurs dans la dynamique institutionnelle

6Dans les premiers travaux institutionnels, la question des intérêts des acteurs et des jeux de pouvoir est en exergue (Hirsch et Lounsbury, 1997 ; Parsons, 1960 ; Selznick, 1949 ; Stinchcombe, 1968). Cette approche est cependant écartée assez radicalement par une posture plus déterministe avec le développement des travaux néo-institutionnels : l’individu y est implicitement décrit comme un acteur se conformant aux institutions ( Meyer, Scott et Deal, 1981 ; Tolbert et Zucker, 1983 ; Zucker, 1983) et se comportant comme un « idiot culturel » pour reprendre l’expression de Garkinkel (1967, p66). Il s’adapte et se calque à des pratiques préfabriquées, conduisant à une forte homogénéité (DiMaggio et Powell, 1983). Les efforts de l’individu se réduisent alors à une dimension répétitive et routinière.

7Les années 90 marquent un regain d’intérêt pour la notion d’efforts et de stratégie : on reconnaît aux individus une part de volontarisme et de capacité d’agir en dehors des déterminismes sociaux. Pour le dire différemment, la notion d’agence est réhabilitée. De nombreux travaux se focalisent sur les mécanismes par lesquels certains individus parviennent à changer les institutions et à réaliser leurs intérêts (DiMaggio, 1988 ; Fligstein, 1997 ; Leblebici et al., 1991). Ils se poursuivent dans les années 2000 (Garud, Hardy et Maguire, 2007 ; Levy et Scully, 2007 ; Maguire, Hardy et Lawrence, 2004) avec un nombre croissant de travaux sur l’agence collective et les mouvements sociaux (Hargrave et Van de Ven, 2006 ; Hensmans, 2003 ; Rao, Morrill, et Zald, 2000).

8En filigrane de la réflexion sur le rôle des acteurs dans les dynamiques institutionnelles, la littérature pose le problème essentiel de leur intentionnalité. Existe-t-il une forme d’intention stratégique dans les manœuvres institutionnelles des individus ? Ou leurs efforts sont-ils le reflet de routines et de manières de pensée stabilisées, qu’ils ne parviennent pas à dépasser ? La littérature, tout en reconnaissant l’importance du problème (Lawrence et al., 2009) n’apporte que peu de réponses à ces questions. On retrouve plutôt des postures théoriques, parfois antagonistes, allant de l’acteur rationnel qui définit sans obstacle ses intérêts à la notion de « fausse conscience » qui opère comme une illusion dans laquelle les intérêts des individus sont manipulés par leur environnement social. Des postures intermédiaires stipulent que les préférences sont influencées par les institutions (Clemens et Cook, 1999 ; Wildavsky, 1987) tout en admettant une relative autonomie des acteurs vis-à-vis d’elles.

9Emirbayer et Mische (1998) proposent, quant à eux, une grille de réflexion particulièrement intéressante pour analyser les formes d’action – c’est-à-dire l’ « agence » – et leur part de déterminisme/volontarisme, selon différents horizons temporels (cf. figure 1). Ils identifient trois éléments :

- Un élément itératif (vers le passé) : activation par les acteurs d’anciens modèles de pensée et d’action, incorporés de manière routinière dans la pratique quotidienne, qui apportent stabilité et ordre aux éléments sociaux (identités, interactions, institutions)

- Un élément projectif (vers le futur) : génération imaginative des trajectoires futures possibles d’une action. Les structures existantes de pensées et d’actions sont alors reconfigurées selon les espoirs, peurs et désirs des individus.

- Un élément pratique et évaluatif (vers le présent) : capacité des acteurs à faire des jugements pratiques et normatifs parmi divers trajectoires alternatives d'action en réponse à des problèmes émergents, des dilemmes, des ambiguïtés face à des situations en évolution.

10Plusieurs auteurs reconnaissent la portée de ce modèle pour mieux intégrer l’agence dans les théories néo-institutionnelles (Battilana et D’Aunno, 2009 ; Lawrence et al., 2009), invitant à sortir d’une approche unidimensionnelle qui reposerait sur une simple opposition entre déterminisme et volontarisme dans la relation acteur/institution. Si certains auteurs mobilisent cette théorie pour prendre en compte les dynamiques institutionnelles (Dorado, 2005 ; Fligstein, 2001 ; Seo et Creed, 2002) et développer les formes d’agence dans le travail institutionnel (Battilana et D’Aunno, 2009 ; Zietsma et Lawrence, 2010), les formes d’agence intervenant dans le maintien institutionnel restent encore sous-explorées (Battilana et D’Aunno, 2009 ; Scott, 2008).

Figure 1 – Les dimensions de l'agence, à partir d’Emirbayer et Mische, 1998

Image 10000000000002460000016E7FE31D16.jpg

2.2. Le travail de maintien institutionnel

11Lawrence et al. estiment que le travail de maintien institutionnel se rapporte essentiellement « aux mécanismes sociaux de soutien, de réparation et de recréation qui assurent la conformité » (ib., p36) des acteurs à l’institution. Ils proposent deux grandes catégories de travail de maintien : une première qui concerne l’adhésion des acteurs du champ à un système de règles, et la seconde qui repose sur la reproduction du système de normes et de croyances. Pour chacune de ces catégories, les auteurs proposent trois types d’action. Le maintien du système de règles repose sur un travail d’« habilitation » (enabling), de « maintien de l’ordre » (policing) et enfin de « dissuasion » (deterring). Pour la seconde catégorie, les actions de maintien concernent la « valorisation/diabolisation », la « fabrication de mythes » et enfin « l’incorporation et la routinisation » de certains éléments institutionnels. Cette classification des efforts de maintien peut paraître restrictive dans le sens où elle ne prend pas en compte le rôle des efforts routiniers. Ces derniers ne sont pourtant pas dépourvus d’agence (Emirbayer et Mische, 1998). Battilana et D’Aunno ( 2009) complètent les catégories précitées et relèvent plusieurs « exemples » de travaux de maintien institutionnel selon les formes d’agence : pour l’agence itérative, les auteurs évoquent les efforts quotidiens, consistant à mettre en œuvre des pratiques institutionnalisées. Ils donnent aussi l’exemple des efforts pour sélectionner une pratique institutionnalisée, la présentant comme plus légitime qu’une autre. Pour l’agence pratique, les auteurs font référence aux efforts pour adapter certaines pratiques institutionnalisées en fonction des évolutions dans un champ organisationnel. Ils mentionnent aussi les efforts liés au renforcement des mécanismes de régulation. Enfin, pour l’agence projective, les auteurs proposent l’exemple de la « réparation » des institutions et des efforts liés à leur défense. Comme le reconnaissent les auteurs, il est important de compléter ces exemples d’efforts impliqués dans le maintien, d’autant que la littérature s’est jusqu’à présent surtout intéressée au changement et à l’agence projective. En outre, ils soutiennent qu’on ne sait que très peu de choses sur les facteurs qui peuvent expliquer le recours à un certain type d’agence pour le maintien institutionnel en fonction de la position sociale des acteurs dans le champ (2009, p. 50).

12Notre travail empirique a pour objet de combler ces lacunes de la littérature. Il est intéressant d’étudier ces efforts de maintien institutionnel durant un épisode de crise, puisque les horizons temporels sont brouillés et les acteurs sont incités à mobiliser différentes formes d’agence (Dorado, 2005). Certains peuvent se tourner vers des routines pour diminuer l’incertitude, tandis que d’autres se cantonnent à des jugements pratiques pour résoudre certains dilemmes. Enfin, certains acteurs stratégiques, plus réflexifs par rapport aux institutions, peuvent s’accommoder d’un environnement brouillé en traçant des perspectives qui leur semblent souhaitables (Dorado, 2005) Ainsi, dans le cas du maintien en particulier, nous posons plusieurs questions : le maintien institutionnel repose-t-il essentiellement sur une agence itérative orientée vers les routines ? Peut-on identifier des liens entre la position sociale des acteurs et les formes d’agence mobilisées ?

3. Le cas de la musique enregistrée 

13La filière musicale rassemble un ensemble hétérogène de groupes et individus : petites et moyennes entreprises, multinationales, syndicats, artistes, femmes et hommes politiques, internautes, … Elle traverse une crise sans précédent, puisque la vente des disques s’est drastiquement étiolée. À son apogée en 2002, la filière française du disque vendait 125 millions d’albums alors qu’en 2008 elle doit se contenter de seulement 50 millions d’unités vendues. L’émergence d’Internet depuis la fin des années 90 a accompagné des nouveaux modes de consommation et de production musicale. L’échange sur les réseaux s’est généralisé. Une pléthore de groupes naît, portée par de nouvelles formes d’autoproduction. Des plateformes d’écoute sur Internet se multiplient, comme l’atteste le succès de Deezer qui revendique 10 millions d’utilisateurs en Europe en 2009.

14Pourtant, étrangement, comme se plaît à nous le dire un directeur du label lors d’un entretien en 2009 « jamais le métier de producteur n’a autant ressemblé à ce qu’on faisait il y a trente ans ». Alors que la filière est en pleine transformation, en bouleversement, nombreux sont ceux qui aiment remonter aux débats de l’Assemblée Constituante au XVIIIème siècle pour défendre le droit d’auteur, reprenant quelques vieilles formules. Des propos qui semblent éternels sont répétés : « les artistes ont toujours vécu dans la précarité » admettent nombre d’artistes et représentants de la filière que nous avons interrogés. En ce sens, même si la filière musicale se trouve dans une effervescence certaine, il n’en reste pas moins que certains de ses piliers résistent davantage aux turbulences de son environnement, en particulier l’institution de la propriété intellectuelle qui apparait inattaquable. Comme nous l’indiquions, cette résistance n’est pas naturelle et nous cherchons à déterminer le rôle des acteurs dans la persistance d’une institution mise en danger. En nous appuyant sur des données issues d’entretiens et de sources secondaires, nous définissons ensuite les efforts des acteurs, qui reflètent différentes formes d’agence. L’institution de la propriété intellectuelle structure d’autres secteurs comme le cinéma, l’édition ou encore les industries via le brevet d’invention par exemple. Nous focalisons ce travail de recherche sur la propriété intellectuelle dans la filière musicale pour plusieurs raisons. D’une part, l’institution de la propriété intellectuelle est ébranlée essentiellement dans la filière musicale – et dans une mesure moindre dans le cinéma. Une première phase exploratoire du terrain a montré que les acteurs d’autres filières comme celles du cinéma ou de l’édition ont peu participé aux débats lors de notre période d’étude. Les efforts ont été essentiellement consentis par des acteurs de la filière musicale, comme la SACEM ou des syndicats de producteurs, qui se sentaient davantage concernés par la crise que traversait leur secteur en particulier (Hracs, 2012 ; Zentner, 2006). Les nouveaux formats de compression et le développement d’Internet ont pu favoriser de nouveaux usages qui menacent l’institution de la propriété intellectuelle. D’autre part, les industries créatives restent relativement clivées et il n’y a pas d’instances transversales dans lesquelles les différentes filières pourraient se concerter. Nous nous concentrons donc, dans cet article, sur les efforts de maintien de la propriété intellectuelle dans la filière musicale en particulier.

3.1. Méthodologie

15Nous nous sommes intéressés à une période de quelques mois, entre décembre 2005 et mars 2006, durant laquelle la question de la licence globale est apparue publiquement et a été débattue à l’assemblée nationale. Projet hautement controversé, il a fait naître une opposition virulente entre différents groupes d’acteurs. La licence globale, en tant que projet alternatif, constituait un choc. Elle a conduit à une réaction directe de la part des individus engagés dans le maintien de l’ordre existant. Elle constitue un moment clé de la chronologie musicale, au cours duquel des efforts considérables sont menés. Pour autant, il serait déraisonnable de figer les frontières de cette étude à une période rigoureusement comprise entre décembre 2005 et mars 2006. Nous tenons aussi compte les éléments qui ont contribué à l’émergence du débat, ainsi que les conséquences des actions de maintien initiées durant cette période.

3.1.1. Collecte de données

16Afin de comprendre les efforts qui s’exercent dans le maintien de l’institution de la propriété intellectuelle au sein de la filière musicale, il s’agit de prendre en compte la multiplicité des acteurs ayant un intérêt dans la musique enregistrée, c'est-à-dire l’ensemble des organisations et acteurs qui « de manière agrégée, constituent une aire reconnue de vie institutionnelle » . Dans ce travail, nous nous intéressons 1) à un noyau d’acteurs centraux : les artistes (auteurs-compositeurs et interprètes), les producteurs, les agences de collecte de droits, les groupes de pression, les distributeurs, le public, le ministère de la culture, les syndicats d’artistes ; 2) à un ensemble d’acteurs périphériques : les médias, les parlementaires, les constructeurs électroniques.

17Pour répondre aux questions de recherche, à savoir déterminer les efforts des individus relatifs au maintien institutionnel et les formes d’agence sous-jacentes, nous avons mis en place une stratégie de recherche de type qualitatif. Nous nous focalisons sur plusieurs sources de données, primaires et secondaires.

18D’une part, une série d’entretiens semi-directifs a permis d’obtenir des témoignages directs sur les actions menées durant la période d’étude. Ce matériau qualitatif a aussi servi à recueillir les discours des acteurs, révélant leurs modes de pensée et leur vision de la filière musicale. La population interrogée se veut refléter la diversité du champ. Parmi les nombreuses demandes d’entretien que nous avons formulées, 26 personnes ont répondu, dont des individus médiatiques et ayant joué un rôle central comme le directeur d’Universal France, le président de la SACEM, le chef de cabinet du ministre de la culture, plusieurs députés, un essayiste… Plus globalement, nous avons interrogé six artistes (dont un faisant partie de l’Alliance Public-Artistes), cinq représentants de l’industrie musicale, six producteurs indépendants, trois personnes ayant appartenu à l’Alliance Public-Artistes, cinq personnes de la sphère politique, un journaliste et enfin un essayiste spécialiste des droits de propriété et de ses systèmes alternatifs. L’objectif n’est pas de constituer un échantillon représentatif de la filière, mais plutôt de récolter les différents points de vue et de les trianguler. Les entretiens ont duré en moyenne 66 minutes (minimum : 37 min, maximum 1h39). Nous avons aussi participé à des cafés politiques, des réunions d’associations en notant sur le terrain les comportements et certains discours significatifs.

19D’autre part, nous avons recueilli un corpus important de données secondaires à partir de nombreux textes diffusés dans la filière. Nous avons à la fois recueilli les articles de presse relatant les événements liés à la licence globale (165 articles) et les textes produits par les défenseurs de l’institution, provenant du site de la SACEM (éditoriaux, interviews, réponses aux défenseurs de la licence globale), du site Internet du SNEP (Syndicat National de l’Edition Phonographique), les communiqués de presse de critique de la licence globale, le site Promusicfrance.com (dédié à expliquer aux consommateurs les bonnes respectueuses de la filière musicale), ce qui représente plus d’une centaine de documents. Tous ces textes ont été collectés de manière systématique en aspirant les données disponibles sur les sites et prospectus distribués. Nous avons éliminé ceux qui ne traitaient que de pures considérations artistiques en ne sélectionnant que les textes liés à la licence globale ou l’organisation de la filière.

3.1.2. Analyse des données

20Les entretiens ont été retranscrits puis traités par le biais d’une analyse classique de contenu, assistée du logiciel Nvivo 8. Le tableau 1 détaille les critères retenus pour classer les différents types d’agence selon les trois dimensions itérative, pratique ou projective.

Tableau 1 – Critères pour déterminer les différents types d'agence

Types d’agence

Critères

Agence projective

-Objectifs sur le long terme

-Volonté d’agir sur la stabilité de certains arrangements institutionnels

-Capacité à anticiper les éventuels impacts de ses efforts sur l’institution

Agence pratique

-Objectifs à court terme

-Des efforts pour répondre à une situation complexe (qui peuvent nécessiter une certaine créativité)

-L’institution n’est pas la cible de ses efforts

Agence itérative

-Efforts qui s’appuient essentiellement sur des routines

-Problèmes présents évalués selon une vision tournée vers le passé

-Institution tenue pour acquise.

21Nos données secondaires nous ont permis de compléter ces analyses, nous permettant, d’une part d’identifier d’autres efforts liés au maintien de la propriété intellectuelle dans la filière musicale (en particulier à partir des articles de presse, des sites Internet et des entretiens retranscrits dans de la presse professionnelle) et, d’autre part, d’affiner la catégorisation des efforts identifiés à partir de nos données primaires grâce à une meilleure contextualisation des propos qui nous ont été rapportés. Nous avons ensuite fait émerger différentes catégories à partir des efforts de maintien les plus notables en notant aussi les types d’acteurs à l’origine de ces efforts. Notons que nous n’avons pas seulement codé les actions qui reflétaient une intentionnalité de maintien de la part des individus, mais l’ensemble des efforts, même routiniers, qui pouvaient participer au maintien. Les biais d’interprétation ont été limités en discutant de nos analyses avec plusieurs personnes interrogées, qui étaient aussi des spécialistes de la filière musicale. Par ailleurs, précisons que notre unité d’analyse repose sur les efforts des acteurs sans préjuger de leur efficacité ou inefficacité à maintenir l’institution de la propriété intellectuelle.

22L’analyse des données secondaires a pour principal enjeu la vérification des résultats obtenus à partir des données primaires, en les confrontant aux événements racontés dans les articles de presse. L’analyse des données secondaires a été réalisée grâce à Nvivo 8, en utilisant et enrichissant les catégories déjà obtenues pour le codage des données primaires.

3.2. Histoire de la licence globale

23La notion de licence globale est pour la première fois évoquée dans la presse grand public dans un article des Échos, daté du 24 mai 2005. Elle survient dans un contexte où la France doit transposer dans son droit la directive européenne sur les droits d’auteur. Sommairement, la licence globale (on parle aussi de licence légale) propose d’autoriser les échanges de fichiers sur Internet – y compris les musiques protégées par le droit d’auteur – en demandant à chaque Internaute de s’acquitter d’une redevance pour dédommager les ayants-droits selon les téléchargements que leurs œuvres ont engendrés. On parle d’un montant mensuel d’une dizaine d’euros. Pour autant, il ne s’agit pas de s’accorder sur un principe de musique gratuite pour tous, mais plus, sur le principe de la redevance pour la copie privée, de faire face à la diminution des revenus des artistes liés à la distribution de leur musique via Internet. Cette licence globale s’attaque ainsi, dans une certaine mesure, à la sacralité du droit d’auteur et présente un fort potentiel disruptif.

24Rapidement, différents lobbies se forment : les uns pour maintenir les règles existantes de protection des auteurs et les adapter au développement d’Internet, les autres pour adopter des voies alternatives, en particulier en défendant la licence globale. Dès 2004, l’Adami et la Spedidam, d’abord séparément, avaient formulé des propositions sur la rémunération des artistes à l’ère de l’Internet, en reprenant plusieurs travaux antérieurs. Certains consommateurs élèvent aussi la voix et militent pour un plus grand respect des internautes qui subissent une répression « excessive ». Des acteurs périphériques, comme les défenseurs du libre, ont aussi joué un rôle important, du moins idéologique. Le 11 mai 2005, un ensemble de quinze organismes qui s’insurgent contre la répression face aux « pirates » s’associent et signent une charte. Ils définissent alors une série de missions et de positions communes. Ainsi nait l’Alliance Public-Artiste, qui va défendre âprement un principe de licence globale.

25En ce qui concerne la presse, rien n’est dit à proprement parler sur la licence globale avant mai 2004, et ce sujet reste anecdotique jusqu’en décembre 2005. Néanmoins, certains journaux s’engagent dans une critique des actions répressives de l’industrie musicale. Un élément déclencheur dans la presse française aura été la condamnation d’un jeune professeur de français, relayée par Libération puis un ensemble de dépêches AFP. En février 2005, ce professeur est condamné à payer plus de 15 000 € de dommages et intérêts. Certains dénoncent les méthodes du bouc-émissaire. La question de la répression tous azimuts entre alors pleinement dans le débat public, et quelques jours après, le Nouvel Observateur lance un appel intitulé « Libérez l@ musique ». Dans cette même veine, le magazine Télérama élevait en icône martyre la jeune Anne-Sophie Lainnemé. Photographiée et placée en une de couverture, un casque aux oreilles, les yeux fermés, un sourire jaune aux lèvres, on pouvait lire « Anne-Sophie, 27 ans, fan de musique, risque 3 ans de prison pour piratage sur Internet ». Le véritable emballement médiatique n’aura lieu que le 21 décembre, lors du vote à l’assemblée nationale.

26Le 20 décembre 2005, les débats à l’assemblée nationale s’engagent. Le 21 décembre 2005, vers minuit, c’est le coup de théâtre. Les députés ont créé la surprise en adoptant les amendements 153 et 154 liés à la licence globale qui réforment le droit de propriété intellectuelle en autorisant les échanges de fichiers sur Internet notamment via les logiciels de « peer to peer ». L’amendement 153 stipule :

Le 2° de l’article L. 122-5 du code de la propriété intellectuelle est complété par une phrase ainsi rédigée :

« De même, l’auteur ne peut interdire les reproductions effectuées sur tout support à partir d’un service de communication en ligne par une personne physique pour son usage privé et à des fins non directement ou indirectement commerciales, à l’exception des copies d’un logiciel autres que la copie de sauvegarde, à condition que ces reproductions fassent l’objet d’une rémunération telle que prévue à l’article L. 311–4 ; »

27Quant à l’amendement 154 :

Le 2° de l’article L. 122-5 du code de la propriété intellectuelle est complété par une phrase ainsi rédigée :

« De même, l’auteur ne peut interdire les reproductions effectuées sur tout support à partir d’un service de communication en ligne par une personne physique pour son usage privé et à des fins non directement ou indirectement commerciales, à l’exception des copies d’un logiciel autres que la copie de sauvegarde, à condition que ces reproductions fassent l’objet d’une rémunération telle que prévue à l’article L. 311-4 ; ».

28Ce vote va déclencher le réveil immédiat d’un ensemble hétérogène d’acteurs défendant l’organisation traditionnelle de la filière musicale. Un exemple illustratif : Pascal Nègre nous a raconté la fronde d’artistes contre l’Adami. Cette organisation, pilier de l’Alliance, s’est vue accusée par ses propres membres, les plus connus et les plus médiatisés, de ne pas avoir représenté leurs intérêts. Ainsi, très rapidement, un front anti licence globale s’organise. L’attaque n’est d’ailleurs pas des moindres, puisqu’elle provient d’un ensemble d’artistes fortement médiatisés, dont les propos sont relayés sans relâche par les majors qui les ont sous contrat. La légitimité de l’Alliance Public-Artistes se retrouve fortement amputée. Un groupe d’une trentaine d’artistes, dont Johny Halliday, Corneille, Vincent Delerm, dès le 22 décembre signe un texte commun contre la licence globale. Eddy Mitchell déclarait : « Que les députés démissionnent. Ou ne soient plus rémunérés ». Dans la même veine, Carla Bruni déclare : « Aujourd'hui, voler devient un droit. Cette légalisation, c'est une grande braderie ».

29Parallèlement le 22 décembre 2006, l’Alliance Public-Artistes fait savoir qu’elle a obtenu le support, et la signature, constatée par huissier, de plus de 13 500 artistes-interprètes. Dans cette guerre de légitimité et de représentativité, les majors adoptent une stratégie similaire. Dans la liste des signataires de l’appel contre la licence globale, en février 2006 on en dénombre plus de 9 700, et en mars 2006 ils sont 13 500. Au Midem, grande messe annuelle de la filière musicale, fin janvier 2006, l’ennemi numéro un est bel et bien la licence globale et différentes pétitions y circulent.

30En même temps que la filière musicale s’organise en acteurs pro et anti licence globale, le processus suit son cours à l’assemblée nationale. Le ministre de la culture René Donnadieu de Vabres montre un attachement indéfectible au droit d’auteur. « Je ne sacrifierai jamais le droit d'auteur et la rémunération des artistes » déclare-t-il. Constatant la guerre d’informations qui se joue sur le Net, il décide de lancer le site Lestelechargements.com pour défendre le droit d’auteur. Le 7 mars, c’est le grand retour des débats à l’Assemblée Nationale. La veille au soir, le gouvernement avait retiré du projet de loi les deux amendements « litigieux » votés à l’Assemblée Nationale le 21 décembre 2005, ceux qui avaient ouvert la voie à la licence globale. C’est le 9 mars 2006 que l’article 1er amendé est définitivement rejeté, signant ainsi la mise au rebus de la licence globale.

3.3. Analyse des efforts de maintien

31L’étude de la filière de la musique enregistrée nous permet d’identifier plusieurs catégories d’effort de maintien à partir du matériel collecté. Tous les efforts sont repris dans un tableau synthétique (cf. tableau 2).

Tableau 2– Les formes d'efforts dans le maintien institutionnel

Dimension itérative

Dimension pratique

Dimension projective

Relation agence / maintien institutionnel

Action et institution s’instruisent dialectiquement : l’institution définit les pratiques et les pratiques lui donnent sens et vie.

Les acteurs puissants sont essentiels dans le maintien de l’institution face à des contradictions qui surgissent. Ils renforcent les éléments institutionnels quand surviennent des perturbations

Les acteurs centraux (ou anciennement centraux) s’affairent à défendre une institution questionnée en montrant son utilité et sa légitimité dans l’environnement existant et à venir

Types d’effort

Répétition de pratiques institutionnalisées basées sur :

-une maîtrise partielle des informations relatives à l’institution

- la naturalisation des pratiques autour d’habitudes

- le pouvoir diffus et menaces latentes

-un attachement affectif à l’institution

-l’acceptation des routines et incorporation dans les pratiques

-Efforts de dissuasion

-lobbying et séduction des acteurs clés

- répression

- efforts discursifs

Naturalisation des éléments fondamentaux de l’institution

Campagne de promotion

Informations partiales transmises aux autres acteurs du champ

- ralliement d’autres acteurs du champ

-Verrouillage permanent du champ d’interprétation des éléments institutionnalisés

-élimination active des alternatives : l’institution doit être maintenue

-rôle de gardien institutionnel internalisé

- développement de dispositifs, comme systèmes de mesures réglementaires, technologiques et discursives

Types d’acteurs

Acteurs dominants

Artistes

Représentants de la filière

Sphère politique

Acteurs dominants

Défenseurs de l’institution

Acteurs dominants

Sphère politique

Discours

afférents

Les discours sont porteurs des croyances institutionnalisées.

Ils reflètent des compréhensions et une codification des échanges qui sont une traduction des éléments institutionnels.

Le discours supprime les contradictions qui surviennent et réactive, voire renforce les croyances institutionnalisées.

Il reflète des adaptations pour répondre au changement de l’environnement.

Les acteurs puissants ont une facilité à produire du discours, puisqu’ils ont davantage de ressources pour penser l’institution.

Contexte

prédominant

Peu de changement contextuel

Perturbations de l’environnement. Éventuellement, émergence d’alternatives marginales.

Perturbations de l’environnement. Éventuellement, émergence d’alternatives marginales.

Motivations des acteurs

L’institution organise le détournement des fins : les motivations des acteurs sont confondues avec les finalités et les rôles définis par l’institution. En particulier sa survie apparaît nécessaire et mobilise les acteurs. En outre, les alternatives peuvent sembler trop incertaines et risquées

Les acteurs puissants sont les plus impliqués. Leurs intérêts les encouragent à maintenir l’institution.

Les acteurs puissants sont les plus impliqués. Leurs intérêts les encouragent à maintenir l’institution.

La question des émotions et désirs est importante. Ils sont attachés, émotionnellement et affectivement à l’institution existante

Verbatim caractéristique

On est face à une filière qui réfléchit très peu à la question de la rémunération […]. La SACEM ne le fait pas, les maisons de disques ne le font évidemment pas, ils le font par intérêt personnel c'est-à-dire que les producteurs aujourd'hui réfléchissent à de nouvelles sources de revenus. Personne officiellement ne réfléchit à redessiner le droit d'auteur pour permettre d'obtenir de nouveaux équilibres.

Je m'en suis pris plein la « gueule » ! Le classique étant : libertaire, partisan du tout gratuit, […] C'est de la redistribution.

J'ai reçu des lettres anonymes, j'ai eu droit à tout, la lettre de menaces. […] il y en a eu une qui était assez dure, me conseillant de me méfier […] signée un producteur.

Le sujet c’est de savoir si les nouvelles générations évoluent dans un cadre mental différent de celui de la génération perdue de ces dix dernières années qui associent Internet à la gratuité. […] C'est sensé modifier la représentation que la grande majorité des Internautes se font de l'accès aux produits culturels sur Internet.

3.3.1. Dimension itérative des efforts de maintien : rôle des déterminismes institutionnels

32En premier lieu, dans la filière musicale, les actions des individus et entreprises sont apparues dans leur majorité comme des vecteurs de maintien, cela même dans un contexte de crise, que ce soit pour les artistes, les musiciens, les producteurs, … Cette dimension itérative de l’agence est soulignée par plusieurs personnes interrogées, mettant en évidence des pratiques qui n’évoluent que très peu en dépit de changements technologiques majeurs. Il existe en effet un ensemble de pratiques stables, naturalisées, reflet de l’acceptation d’éléments institutionnalisés (le « star-system », la rémunération des artistes, …). Il ne s’agit pas ici de dresser l’inventaire des efforts itératifs (qui relèvent d’innombrables efforts quotidiens et banals) mais plus de retenir, à partir de nos analyses, les facteurs qui peuvent l’expliquer.

Maîtrise partielle des informations relatives à l’institution

33Plusieurs personnes interrogées témoignent que les artistes et les acteurs de la filière musicale étaient globalement mal informés des enjeux de la propriété intellectuelle face aux nouvelles technologies de l’Internet. Une députée, par exemple, s’étonne de la faiblesse du niveau d’information et des connaissances à propos de la filière musicale et de son histoire. Cela est particulièrement criant chez les artistes, dont une large majorité évite une réflexion d’ensemble sur la filière. S’ils connaissent bien les acteurs avec lesquels ils sont amenés à travailler – salles de concert, studio d’enregistrement, bars, musiciens, producteurs – ils délaissent largement les instances réglementaires du champ qui pourtant jouent un rôle capital dans sa structuration. Tout au plus, la dénonciation de l’ordre existant peut se manifester, mais assortie d’un découragement et d’une forme de naturalisation de leur précarité. Comme nous le déclare sans ambages un artiste : « de toute façon, ça a toujours été comme ça ». Un journaliste de Libération commente son expérience de la filière :

« Et ce qui est assez amusant, c'est que dans la filière musicale, ils connaissent mal l'histoire de leur secteur. Ce sont des passionnés au premier sens du terme. Très peu avait la culture de l'histoire »

34Au-delà des connaissances, c’est même la volonté de réflexion et de remise en question qui fait clairement défaut. Par exemple, pour un membre de l’Alliance Public-Artistes évoquant le droit d’auteur : « la réflexion était extrêmement faible en France », « proche de zéro ». Sur la question de la rémunération des artistes, tandis que le mot apparaît fréquemment, le niveau de réflexion reste très faible. Les nuances disparaissent souvent dans des formulations entendues, naturalisées.

« Je trouve ça toujours un peu triste : à l'arrivée, au lieu d'avoir un débat intéressant, on a toujours un débat très appauvri. (Député Vert)

35De ce fait, il règne aussi une forme de naturalité et l’évidence se glisse dans les argumentations. Cela vaut aussi pour certains politiques, dont un journaliste interviewé nous livre son impression :

« Et d'ailleurs quand on discute avec eux, c'est pareil, c'est très frustrant. […]. Il n'y a pas de questions ouvertes, ils n'ont pas plusieurs pistes entre lesquelles ils hésitent et ils pourraient arbitrer. »

36En ce sens, les agents du champ se contentent pour la plupart d’être des consommateurs des institutions, c'est-à-dire qu’ils les abordent dans leur dimension productive, sans les remettre fondamentalement en question. L’acteur face à l’institution agit ici comme son pourvoyeur.

Naturalisation des pratiques autour d’habitudes

37Parmi les efforts liés à la dimension itérative, on peut noter aussi l’importance des modes routiniers d’utilisation de la musique. Parmi les députés, nombreux étaient ceux qui ne maitrisaient que partiellement les nouvelles technologies, en privilégiant l’usage du CD. Pour prendre un propos emblématique, un journaliste explique :

Il y avait des gens qui ne comprenaient même pas [les problèmes posés par les DRM], parce qu'un CD ils le mettent tout simplement dans la platine et pas sur l'ordinateur. Ça c'est le réflexe, c'est un truc tout naturel. Donc après, ils se rabattent sur des arguments qui sont très ancrés dans le débat français : il faut défendre les auteurs, il faut défendre la création. C'est totalement légitime !

38Le CD peut être vu en tant qu’artefact, véhicule des croyances, des routines et des modes de pensée. Son rôle est essentiel puisqu’il façonne des modes de perception et de consommation de la musique, et entrave la compréhension de certaines alternatives.

39Il est intéressant de prendre en compte la manière dont les alternatives sont perçues par les leaders de la filière. Par exemple, le directeur financier du SNEP, syndicat de producteurs, nous explique pourquoi la licence globale n’est pas une alternative intéressante par rapport à des forfaits payants, comme celui proposé par la FNAC :

Non ce n'est pas du tout la même mécanique. Là on est sur un forfait [la licence globale] qui concerne tous les contenus ou qui ne pourrait concerner que la musique mais d'une manière absolument non maîtrisée avec des tarifs qui ne sont pas négociés, avec des montants qui sont faibles, […] avec un manque de contrôle évident. Là avec la FNAC, vous avez une contractualisation, quelqu'un paie, on sait qui s'abonne, qui ne s'abonne pas. Les choses sont très claires. Et puis en plus, sur ces 10 € il y a un modèle économique, une négociation financière entre les ayants droits pour arriver à l'équilibre et si ça ne va pas on ajuste, c'est un système quand même assez classique. Et puis on sait ce qui a été consommé et pas consommé et puis il y a une relation entre le site et le consommateur. Ce n'est pas la même chose.

40L’argumentation développée dans ce paragraphe est intéressante. Elle illustre l’importance de s’appuyer sur un « système relativement classique » pour qu’une solution apparaisse crédible. Les changements radicaux sont d’emblée écartés, et perçus comme des solutions trop risquées. Or, celles-ci sont difficilement contrôlables, précisément parce qu’elles supposent des réorganisations de la filière et un changement d’ordre.

41Les habitudes relèvent aussi de routines discursives, c’est-à-dire de la propension à continuer d’utiliser certains mots centraux, en dépit de changements technologiques radicaux dans la diffusion d’œuvres musicales. Un exemple frappant est l’utilisation des termes « droit d’auteur », avec un très grand nombre d’occurrences que ce soit dans les données secondaires que dans les données primaires avec des sens très différents – tantôt associés spécifiquement au droit, tantôt à des considérations économiques ou encore à des considérations morales de rémunération. Son utilisation routinière, qui associe « droit d’auteur » avec d’autres mots plus récents dans le champ comme Internet ou MP3, facilite la résilience de la propriété intellectuelle face à de forts changements dans les technologies de la filière et dans les modes de consommation.

Efforts cadrés par un pouvoir diffus

42Il apparait dans nos entretiens que la dimension itérative dans les efforts de maintien est favorisée par une impression vague – fondée sur l’expérience – d’un pouvoir diffus qui empêcherait le développement d’alternatives, comme la licence globale. Il se forme ainsi des rumeurs, des sensations de pouvoir qui seraient l’apanage de quelques acteurs identifiés de manière floue. Ce pouvoir relèverait de la domination des sphères économiques et des acteurs qui les incarnent sur des considérations davantage artistiques.

43Un commentateur de la filière explique en entretien sa perception des rapports de force. Pour lui, il ne s’agit pas d’un pouvoir violent, concentré dans les mains de quelques acteurs qui régleraient de manière volontaire l’organisation du champ :

On est dans un système où le ministère de la culture est complètement noyauté, mais ce n'est même pas ça, noyauté, ce n'est pas le complot, c'est plus des attitudes, des parcours, des choses qui font que. Dès qu'on va à un colloque organisé par le ministère de la culture c'est totalement monolithique et ça va dans un seul sens. Et on retrouve les argumentaires de l'industrie, de la SACEM noir sur blanc.

44La crainte du manque de légitimité est ainsi un facteur important pour concentrer ses pratiques autour de règles institutionnelles. Par exemple, le risque politique est considérable pour les acteurs défendant la licence globale. Comme il nous est indiqué durant un entretien :

" Quand on est député socialiste, et se prendre qu'on est un pilleur de culture, un utopiste qui va ruiner la création et qui fait le jeu des gros lobbys des télécoms, ce n’est pas facile …"

Attachement affectif à l’institution

45Comment expliquer la connivence entre une partie des artistes et des majors, sachant qu’ils ont une relation d’exploitation économique ? Cela peut s’expliquer en partie par un attachement affectif à l’organisation traditionnelle de la filière. La passion animant les débats durant les cafés politiques en témoigne, comme cette artiste montant au créneau contre les propos du conférencier – qui défendait le partage des œuvres – l’accusant de « venir piller le travail des artistes ».

46La dimension itérative des efforts est ainsi associée à un attachement affectif et émotionnel à la tradition dans un champ institutionnel. En interrogeant certains acteurs centraux, cela ne fait aucun doute, par exemple un producteur qui déclare à propos de certaines pratiques non conformes aux règles du champ :

« Alors le gars qui dit : [les majors] n’ont pas d’argent, bien fait pour leur gueule, je les vole, je les pille et puis Mylène Farmer elle est blindée, la s*** bien fait ! Bon, passionnant comme discours, admettons. Et quand on dit : viens, tu donnes ce que tu veux : rien ! ! Zéro, peau de zob, 75 % des mecs : ça ne vaut rien ton truc. Mais il est où le respect de l’artiste et de la création ? Ça, ça m’attriste, ça m’attriste. »

47On retrouve en permanence la manifestation de cet attachement à l’ordre traditionnel durant les débats sur la licence globale. Pour les artistes que nous avons interrogés, même parmi les plus modestes, le star-system reste la référence et les échanges sur Internet considérés le plus souvent comme la « négation de la valeur de la culture ».

3.3.2. Dimension pratique dans le maintien : efforts continus de réajustement

48Tandis que nombre d’individus exercent des efforts routiniers qui vont dans le sens du maintien institutionnel, d’autres adoptent des comportements plus réfléchis. En particulier, ils exercent des efforts volontaires pour modifier ou maintenir l’institution, au-delà de la répétition de pratiques habituelles.

49On peut retenir deux types d’efforts : ceux ayant pour objet la surveillance et la mise en conformité des autres acteurs du champ, et ceux qui concernent le renforcement de certains piliers institutionnels en les ajustant aux changements qui interviennent dans le champ.

50La licence globale provoque une crise pour l’institution de la propriété intellectuelle et, dans ce cas, les mécanismes d’auto-maintien sont insuffisants pour assurer sa persistance. Du moins, certains acteurs jugent l’institution menacée et se démènent pour la défendre.

Volonté de contrôler directement les acteurs du champ

51Nos analyses montrent que la défense de l’institution s’exerce en premier lieu sur les acteurs « trouble-fête », subversifs, qui luttent contre le jeu institutionnalisé du champ. Certains vont jusqu’à affirmer que la filière est en « guerre ». Nous pouvons identifier différents types d’efforts caractéristiques des acteurs centraux.

52D’abord, des efforts de dissuasion : certains acteurs témoignent de menaces plus ou moins explicites de la part de producteurs. Cette dissuasion peut s’appliquer aux acteurs politiques (par exemple l’arrêt du financement des festivals locaux, la mobilisation des artistes contre un candidat aux élections), aux artistes (non renouvellement des contrats), voire aux journalistes. On peut aussi noter des efforts importants pour séduire les acteurs clés de la filière, qui s’apparentent à du lobbying. La filière musicale, via les syndicats de producteurs et la SACEM, a consenti d’importants efforts de persuasion, en particulier durant le vote de l’Assemblée Nationale. La présence du directeur d’Universal dans les couloirs de l’Assemblée Nationale est illustrative. La distribution de cartes gratuites de téléchargement de musiques aux députés en pleine assemblée constitue un exemple tout aussi évocateur.

53La répression est aussi caractéristique des efforts de maintien. À ce moment, c’était une des solutions privilégiées par la filière pour faire respecter la propriété intellectuelle et endiguer la tendance au « tout gratuit ». Différents médias ont d’ailleurs mis en couverture des internautes bouc émissaires, illustrant les moyens parfois arbitraires utilisés par la filière musicale. Quant aux hackers, responsables de la diffusion de plateformes de piraterie ou de fichiers illégaux, la répression se voulait plus dissuasive encore. C’est d’ailleurs le principe de « riposte graduée » que le gouvernement a développé à la suite des débats sur la licence globale ; dit autrement, il s’agit d’une répression proportionnelle à la gravité de la faute commise en vertu du droit de propriété intellectuelle.

54On a pu aussi remarquer un effort important consistant à absorber les capacités d’action de certains individus ou groupes de la filière musicale, en particulier en se présentant comme leur porte-parole et en acceptant de diffuser certaines de leurs idées. La filière musicale est particulière à cet égard, puisque l’organisation du champ est centrée autour des producteurs les plus puissants, passages obligés pour de nombreux artistes qui recherchent le succès. Aussi bien dans les entretiens que dans les données secondaires, on a pu remarquer qu’un certain nombre d’artistes sont « envoyés » par leur producteur pour défendre les droits de propriété et critiquer la licence globale sur les plateaux de télévision ou à la radio. Le rôle des pétitions d’artistes a, par exemple, fait l’objet d’une lutte d’enrôlement, aussi bien de la part des producteurs que de celle des défenseurs de la licence globale. Certains témoignent dans la presse être allés sur les plateaux de télévision sur l’invitation pressante de leur producteur, mais sans réellement connaître tous les enjeux du débat de la licence globale.

Rétablir le discours « vrai » et réajustement des compréhensions dans le champ

55On peut noter aussi des efforts discursifs importants. Les acteurs centraux agissent comme des portes paroles. Or, la diffusion de certains propos peut avoir des conséquences importantes sur les croyances et modes de compréhension. Nos entretiens montrent que de nombreux artistes avouent avoir été informés des enjeux de la licence globale par leurs producteurs ou les organes représentatifs comme la SACEM. La licence globale a ainsi le plus souvent été déformée et chargée de connotations négatives : projet liberticide, asséchement du financement de la création, associé à un vol légalisé. Un député explique sa surprise au cours d’un débat avec des artistes durant les débats sur la Dadvsi :

Je pense qu'ils se sont fait manipuler. Parce qu'évidemment pour beaucoup d'auteurs la partie informatique ce n'est pas leur truc et c'est vraiment l'impression que j'ai eue notamment en discutant lors de cette fameuse rencontre avec les cinéastes en tout cas avec quelques-uns. Quand je leur ai expliqué ce qu'était les DRM, ils tombaient des nues. Ils n'avaient pas du tout regardé ça, et tout ce qu'on leur avait vendu -- ce que les majors leur avaient vendu, et en général leur major, leur distributeur, ça permettait d'empêcher le piratage, voilà point ! Sans leur expliquer les conséquences que ça avait finalement.

56On remarque, en outre, une transformation des discours produits par les défenseurs de la licence globale, qui sont souvent caricaturés pour mieux les opposer aux normes institutionnalisées. La licence globale a ainsi été présentée dans les sites d’informations comme une source d’asséchement de la création, ou comme le tout gratuit alors qu’elle été censée être l’opposé. Les acteurs centraux tendent à maintenir le champ de possibles des acteurs, selon les configurations institutionnelles existantes. Il exerce un travail de veille pour éviter l’émergence de contradictions institutionnelles.

3.3.3. Dimension projective et actions volontaires pour maintenir l’institution

57Les efforts de maintien relèvent aussi d’une dimension projective à travers laquelle certaines aspirations sur l’avenir de la filière s’incarnent. On peut remarquer dans nos analyses que ce type d’efforts, dans le maintien, est l’apanage des acteurs les plus puissants – c'est-à-dire de ceux qui disposent de ressources financières et humaines pour penser l’institution de la propriété intellectuelle et développer les moyens d’assurer sa persistance dans la filière musicale. Elle relève ainsi d’une véritable intention stratégique visant à préserver les intérêts de certains acteurs. Dans le cas du maintien, nous avons retenu trois types d’efforts qui reflètent cette dimension projective :

Verrouillage du champ d’interprétations

58En premier lieu, on peut observer une volonté de verrouiller le champ d’interprétations des éléments institutionnalisés, comme la rémunération des artistes, la définition de ce qui peut être considéré comme une œuvre, la répartition des droits... Certains individus exercent des efforts volontaires et pleinement conscients pour stabiliser des croyances et des compréhensions calquées sur leur vision de l’institution et de son avenir. Ces efforts essentiellement discursifs tendent à limiter certains paradoxes. Ils se fondent sur une vision à long terme de l’institution et de ses évolutions possibles. Par exemple, les principaux producteurs de musique, dans leur discours développent une vision de l’artiste professionnel. La norme de rémunération des artistes est ainsi précisée, ce qui évite la dissonance suggérée par l’apparente précarité dans le monde artistique. Lorsqu’un producteur écrit à propos des artistes : « On remet en effet en question le droit absolu pour un travailleur de toucher le salaire dû à son travail », il y a le renforcement d’une vision marchande de la musique dans laquelle l’artiste doit être rémunéré. Ainsi, certains discours alternatifs apparaissent marginaux et moins légitimes, comme celui sur la musique libre téléchargeable gratuitement ou encore un modèle non marchand caractérisé par la pratique musicale de tous pour tous (Attali, 2001).

Incarnation du rôle de garant de la filière

59La dimension projective se traduit en outre par le rôle internalisé – et là encore tout à fait volontaire – des acteurs centraux qui s’érigent en garants de l’institution. En nous appuyant sur nos observations empiriques, le futur perçu par les acteurs centraux du champ repose sur une projection des arrangements institutionnels existants, transposés dans un environnement technologique nouveau. Pour défendre l’institution, les acteurs s’appuient sur une évolution incrémentale de leur environnement sans remettre en question certains fondements : la propriété intellectuelle est universelle et atemporelle et c’est naturellement que les évolutions technologiques et sociales doivent servir cet ordre naturel. La fonction de structuration du champ est internalisée. Par exemple, le directeur financier du SNEP admet que son organisation, comme syndicat de producteurs a pour objectif « d'arriver à des accords et de structurer le secteur ». Le rôle central des producteurs sur les artistes est ainsi assumé sans complexe apparent. Pascal Nègre nous explique avec conviction le rôle qu’il veut assumer, en tant que leader dans la filière musicale :

« Quand vous êtes leader du marché et on est leader, à la fois dans le disque et dans le publishing, votre travail c’est d’essayer de réfléchir à où va la fi-lière. […] Si la filière se porte bien, vous vous portez bien. Si la filière se porte mal vous vous porterez mal ».

Elimination proactive des alternatives

60Un autre type d’effort discursif peut être relevé : l’élimination proactive des alternatives. Les discours des majors et de la SACEM s’appuient sur l’histoire du champ pour en définir son avenir souhaitable. L’ordre institutionnel existant est présenté comme une synthèse fragile de forces complexes et parfois contradictoires. Les alternatives sont alors présentées comme naïves, en inadéquation avec la « réalité ». Les défenseurs de la licence globale se sont ainsi vus taxés d’anti-économisme, de naïveté, d’irréalisme. Le site promomusic, financé par l’industrie du disque, avait ainsi une vocation pédagogique, expliquant pourquoi l’organisation existante de la filière permettait de financer la création et de rémunérer les artistes. Les autres systèmes sont présentés comme des « contre-vérités » et sont évaluées avec les normes existantes de l’institution.

Création de dispositifs ad hoc pour stabiliser des pratiques

61Enfin, un dernier effort apparait essentiel dans le travail institutionnel de maintien : le développement de dispositifs, comme systèmes de mesures réglementaires, technologiques et discursives. Dans notre période d’étude, la volonté de développer les DRM (Digital Rights Mangement) est symptomatique. Plus récemment, la défense du dispositif Hadopi (Haute Autorité pour la Diffusion des Œuvres et la Protection des droits sur Internet) est un moyen d’aligner des principes normatifs (respect de la propriété Intellectuelle), réglementaires basés sur un système de répression graduée, et techniques avec un contrôle plus poussé des échanges sur Internet. Si les DRM et Hadopi ont été si âprement défendus par les acteurs centraux de la filière musicale, c’est précisément par qu’ils sont perçus comme des leviers de contrôle et de stabilisation de la filière. Comme le résume l’architecte du projet création et Internet au Ministère de la Culture, la fonction d’Hadopi n’est pas seulement juridique, mais renforce dans son ensemble les piliers institutionnels de la musique enregistrée :

Le sujet c’est de savoir si les nouvelles générations évoluent dans un cadre mental différent de celui de la génération perdue de ces dix dernières années qui associent Internet à la gratuité. […] C'est sensé modifier la représentation que la grande majorité des Internautes se font de l'accès aux produits culturels sur Internet.

62L’objet de ce type de dispositif est ainsi de rétablir les bonnes pratiques de consommation et constitue dans la filière musicale une partie importante des efforts institutionnels de maintien.

4. Discussion et conclusion

4.1. Apports de la recherche

63Ce papier s’est focalisé sur les efforts qui contribuent à la reproduction des institutions. La période d’incertitude actuelle ne permet pas de prétendre sans nuance que l’institution de la propriété intellectuelle au sein de la filière musicale s’est maintenue. Ce papier n’en a d’ailleurs pas l’ambition. Ce n’est pas la stabilité en tant qu’état qui nous intéresse, mais bien davantage les efforts qui tendent à l’instiller. Nous avons insisté sur le fait que ces mécanismes ne sont le résultat ni d’un pur processus institutionnel, ni de seules stratégies façonnées par différents individus. Ils correspondent à un mélange subtil, dans lequel l’individu est à la fois le reflet et l’acteur du maintien institutionnel. Nous avons adopté un point de vue spécifique par rapport à la littérature managériale en général. En nous positionnant entre un niveau micro et macro, à la croisée d’un déterminisme et d’un volontarisme, nous étudions le rapport subtil entre des structures qui contraignent les acteurs, et leur aptitude à agir sur elles. Ce rapport est particulièrement intéressant à comprendre dans le cas de la persistance de certaines valeurs, entre routines et intentions stratégiques.

64En nous focalisant sur le processus de maintien, on montre que les efforts des individus ne sont pas que confinés à une dimension itérative. Autrement dit, ils ne sont pas seulement liés à des routines ou des habitudes. Nous insistons sur un ensemble d’efforts, plus réflexifs, qui d’une part limitent les changements institutionnels grâce à un travail de veille et, d’autre part, permet des micro-ajustements de l’institution qui évolue tout en gardant stables ses fondements régulateurs, cognitifs et normatifs – tandis que certains éléments périphériques peuvent évoluer, parfois radicalement. Tandis que la dimension itérative concerne les efforts routiniers, inspirés des actions passées, les dimensions projective et pratique laissent plus de place aux efforts des acteurs confrontés à des situations inédites.

65Nous discutons dans les paragraphes qui suivent de nos trois principales contributions.

Les types d’effort et d’agence dans le travail de maintien institutionnel

66Cet article vient compléter les derniers travaux sur les formes d’agence dans le maintien institutionnel. Le tableau 2 reprend les éléments principaux de notre analyse. Alors que l’agence constitue un concept central pour comprendre les systèmes humains, nombreux sont les auteurs qui en critiquent le caractère vague et ambigu (Campbell, 2009 ; Hitlin et Elder, 2007). L’agence est parfois utilisée comme une métaphore obscure pour désigner génériquement des formes non déterminées d’action. Dans ce travail, nous nous sommes appliqués à analyser différents types d’effort en relevant quelle dimension dominante ils reflétaient.

67Si Battilana et D’Aunno (2009) ont amorcé cette recherche, ils ne proposent que quelques exemples de travail institutionnel selon les types d’agence. Notre recherche vient compléter leur réflexion à partir d’une étude de cas en identifiant d’autres formes de travail institutionnel.

68L’agence itérative est une source ordinaire et constante de maintien. Elle concerne l’ensemble des individus d’un champ, structurés autour de modes de pensée, de normes et dispositifs contraignants. Notre travail a permis de relever plusieurs facteurs qui favorisent cette forme d’effort dans le maintien institutionnel. En particulier, la question du faible niveau d’information des protagonistes sur les enjeux liés à une institution, peu abordée dans la littérature, apparait importante pour comprendre le maintien institutionnel. L’institution n’est pas réévaluée et questionnée au regard d’évolutions technologiques et sociales et les pratiques routinières apparaissent comme naturelles. Nous avons aussi évoqué le rôle de routines dans les discours qui peuvent contribuer à faciliter l’adaptation de croyances institutionnalisées à des évolutions technologiques. Cela invite d’ailleurs à analyser de manière spécifique le rôle des discours dans le maintien institutionnel.

69La dimension pratique des efforts dans le maintien renvoie à des situations dans lesquelles des arrangements institutionnels sont remis en question. Certains individus perçoivent une menace et réagissent de manière créative pour la désamorcer. La dimension pratique dans le maintien concerne d’une part la capacité à contraindre les acteurs subversifs du champ et, d’autre part, réside dans l’art de l’ajustement des éléments institutionnalisés. C’est donc une forme pragmatique de travail institutionnel. Les efforts accomplis sont orientés vers le présent. L’agence pratique de maintien concerne essentiellement les acteurs qui perçoivent un intérêt dans le maintien de certains arrangements institutionnels. Leur discours s’inscrit en réaction à d’autres discours subversifs et refocalisent les débats sur les piliers fondamentaux d’une institution. C’est donc un discours de défense qui tire sa légitimité des croyances institutionnalisées, comme l’importance de rémunérer les artistes dans la filière musicale. L’efficacité du travail institutionnel porté par la dimension pratique de l’action est indissociable du pouvoir des acteurs. C’est leur centralité dans le champ qui donne de la légitimité à leurs paroles et leurs ressources de l’efficacité à leurs actions de contrôle et de répression. La dimension pratique dans les efforts de maintien relève finalement davantage de manœuvres stratégiques pour protéger des institutions en crise. Dans ce cas, les individus ne réévaluent pas leurs intérêts et les actions optimales pour réaliser leurs objectifs sur le long terme. L’institution reste prise pour acquise et apparait spontanément comme un ordre à maintenir.

70L’agence projective dans le maintien institutionnel est une dimension tout aussi importante, en particulier durant une situation de crise. Elle est l’apanage des acteurs ayant une vision stratégique pour la filière et les ressources pour la réaliser. Nous avons souligné dans ce travail que même dans le cas du maintien institutionnel, pour lequel la vision stratégique relève de la continuité par rapport à un modèle existant, cette forme d’agence est mobilisée. Elle repose sur une vision réflexive de l’institution dont les éléments sont analysés à moyen et long terme Les arrangements institutionnels existants sont alors projetés dans l’avenir et les moyens développés par les acteurs servent cet horizon. Il ne s’agit donc pas de nier les changements – nouvelles technologies, nouveaux modes de consommation – mais de concevoir des dispositifs pour intégrer ces évolutions technologiques et sociales dans les arrangements institutionnels existants. Dans ce cadre, nous avons insisté sur la création volontaire de certains dispositifs qui construisent un système cohérent pour assurer la conformité des acteurs du champ avec l’institution. La dimension projective fait aussi intervenir un attachement à l’institution. Certains acteurs sont focalisés sur un unique avenir possible pour l’institution et internalise intentionnellement et réflexivement leur rôle de protecteur de ces institutions.

Déterminisme et volontarisme dans les théories de l’agence

71Dans ce travail nous contribuons aussi au traditionnel débat « agence vs. structure », central dans les théories néo-institutionnelles (Heugens et Lander, 2009) mais insuffisamment abordé (Hirsch et Lounsbury, 1997). En particulier sa formulation même repose sur des conceptions erronées, en opposant de facto agence et structure. Dans la continuité des travaux d’Emirbayer et Mische (1998), nous avons défendu une imbrication forte entre l’agence et la structure. Comme l’illustre la figure 2, il n’existe ni une agence pure, ni un déterminisme pur dans les actions. Elles reposent sur un mélange qui aboutit, selon le dosage, à une action reflétant plutôt une dimension itérative, pratique ou projective. Même les individus les plus déterminés par l’institution marquent une certaine réflexivité et perçoivent un intérêt à accepter les règles institutionnalisées. La dimension projective, quant à elle, n’est pas exempte de déterminisme, puisque la capacité même à percevoir le futur de la filière et à imaginer des solutions nouvelles est structurée par les modes de pensée attachés aux arrangements institutionnels existants.

Relation entre agence et position sociale des acteurs

72En outre, que ce soit dans le cas de l’agence pratique ou projective, nos résultats font valoir que les efforts de maintien sont efficaces dans la mesure où ils sont exercés par des acteurs ayant des caractéristiques spécifiques. Dans une situation de crise, où se jouent des luttes institutionnelles avec des agences en opposition, le travail de maintien institutionnel est opposé à des forces disruptives, qui peuvent être particulièrement menaçantes comme dans le cas de la licence globale. En ce qui concerne les efforts de maintien liés à une agence pratique, nous avons montré que ceux qui ont pu entraver les forces disruptives étaient exercés par des acteurs puissants, disposant d’une forte légitimité et capables d’exercer un pouvoir coercitif. Il s’agit de pouvoir contrôler d’autres acteurs du secteur et de pouvoir faire valoir certains arrangements institutionnels. Quant aux efforts liés à l’agence projective, ces derniers requièrent en particulier de fortes compétences sociales (Fligstein, 2001), et surtout une aptitude à fédérer des acteurs influents autour d’horizons communs. Cela est facilité par la capacité d’un acteur à se présenter comme le garant d’une filière et le représentant de son avenir, ce qui est confirmé dans d’autres travaux (Dorado, 2005). Dans le cas de la filière musicale, cela est illustré par la capacité des majors à faire valoir leur position au gouvernement par exemple en créant une vision commune pour l’industrie musicale à l’ère d’Internet. Enfin, l’agence itérative de maintien est particulièrement efficace lorsqu’un acteur est central dans un secteur. Face à une situation parfois ambiguë et complexe, les efforts des acteurs renforcent d’autant l’institution que ces derniers jouent un rôle incontournable. Dans ce cas, les autres acteurs doivent adopter des décisions conformes à ces routines et indirectement contribuent au maintien de certaines valeurs. C’est ainsi qu’un certain nombre d’artistes ont pu être enrôlés par leur maison de disque, empêchant les défenseurs de la licence globale de diffuser leurs idées auprès d’artistes renommés.

Figure 2 – Sources de déterminisme et de volontarisme dans les efforts de maintien institutionnel

Image 100000000000021A0000020C91DCBEB7.jpg

4.2. Limites et voies de recherche future

73La principale limite de ce travail tient au fait qu’il se concentre sur un cas unique. Ce choix est compréhensible dans la mesure où il s’agit de rendre compte, en profondeur, d’un phénomène. Les volumes de données traitées et les entretiens nécessaires pour appréhender un champ institutionnel sont considérables, ce qui rend complexe le mise en place de plusieurs études de cas. L’étude d’un cas unique ne permet pas de proposer des généralisations sur le phénomène de maintien et ce projet s’inscrit donc dans une démarche cumulative, qui renvoie à l’agenda de recherche sur le travail institutionnel.

74Aussi ce travail et le focus sur la notion d’agence appellent à une meilleure compréhension de l’imbrication entre le pouvoir et les dimensions de l’agence. Les efforts des individus reflètent différentes formes de pouvoir : un pouvoir entre les individus, un pouvoir de l’institution exercé sur les acteurs et enfin un pouvoir des acteurs sur l’institution. Ainsi, la compréhension des efforts de maintien et de leur efficacité présuppose une meilleure intégration des théories du pouvoir dans le néo-institutionnalisme, comme l’appellent d’ailleurs plusieurs recherches (Huault et Leca, 2009 ; Khan, Munir, et Willmott, 2007 ; M Lounsbury, 2003 ; Michael Lounsbury et Ventresca, 2003). La question du rôle de l’agence dans le travail institutionnel pose d’ailleurs le problème du pouvoir asymétrique entre l’institution qui contraint et l’acteur qui souhaite agir sur elle.

75Enfin, alors que nous avons développé les différents efforts associés au travail de maintien institutionnel, il reste à poursuivre les recherches sur l’efficacité de ces efforts, en particulier pour les efforts stratégiques. Certains acteurs investissent une énergie et des ressources importantes pour agir sur l’institution, mais cela ne suffit pas nécessairement pour avoir un impact sur elle. À partir du cas présenté dans cette recherche, il apparait que les efforts stratégiques de maintien sont d’autant plus efficaces qu’ils sont exercés par des acteurs centraux et puissants (la licence globale a finalement été décrite, majoritairement, comme un projet fantaisiste, ne permettant pas de répondre aux enjeux de la propriété intellectuelle). L’efficacité du travail de maintien institutionnel semble en cela fortement associée à la légitimité des acteurs qui le porte. Il reste cependant à évaluer si justement cette légitimité ne serait pas entachée par certaines formes de travail institutionnel (discours agressifs, répression, lobbying, …) qui nuirait à l’efficacité de ces efforts de maintien sur le long terme.

Haut de page

Bibliographie

Astley W. G. et Van de Ven A. H. (1983), « Central Perspectives and Debates in Organization Theory », Administrative Science Quarterly, vol. 28, n° 2, p. 245‑273.

Attali J. (2001), Bruits, Fayard.

Battilana J. et D’Aunno T. (2009), « Institutional Work and the Paradox of Embedded Agency», In T. B. Lawrence R. Suddaby et B. Leca (éds.), Institutional Work: Actors and Agency in Institutional Studies of Organizations, Cambridge University Press.

Bourdieu P. (1972), Esquisse d’une théorie de la pratique, Librairie Droz.

Campbell C. (2009), « Distinguishing the Power of Agency from Agentic Power: A Note on Weber and the « Black Box » of Personal Agency », Sociological Theory, vol. 27, n° 4, p. 407‑418.

Clemens E. S. et Cook J. M. (1999), « Politics and Institutionalism: Explaining Durability and Change », Annual Review of Sociology, vol. 25, p. 441‑466.

DiMaggio P. J. (1988), « Interest and Agency in Institutional Theory », In L. G. Zucker (éds.), Institutional Patterns and Organizations, MA: Ballinger.

DiMaggio P. J. et Powell W. W. (1983), « The Iron Cage Revisited: Institutional Isomorphism and Collective Rationality in Organizational Fields », American Sociological Review, vol. 48, n° 2, p. 147‑160.

Dorado S. (2005), « Institutional Entrepreneurship, Partaking, and Convening », Organization Studies, vol. 26, n° 3, p. 385‑414.

Emirbayer M. et Mische A. (1998), « What Is Agency? », The American Journal of Sociology, vol. 103, n° 4, p. 962‑1023.

Fligstein N. (1997), « Social skill and Institutional Theory », American Behavioral Scientist, vol. 40, n° 4, p. 397‑405.

Fligstein N. (2001), « Social Skill and the Theory of Fields », Sociological Theory, vol. 19, n° 2, p. 105‑125.

Garfinkel H. (1967), Studies in Ethnomethodology. Prentice-Hall.

Garud R. Hardy C. et Maguire S. (2007), « Institutional Entrepreneurship as Embedded Agency: An Introduction to the Special Issue », Organization Studies, vol. 28, n° 7, p. 957‑969.

Giddens A. (1984), The Constitution of Society : Outline of the Theory of Structuration. University of California Press.

Hargrave T. J. et Van de Ven A. (2006), « A Collective Action Model of Institutional innovation », Academy of Management Review, vol. 31, n° 4, p. 864‑888.

Hensmans M. (2003), « Social Movement Organizations: A Metaphor for Strategic Actors in Institutional Fields », Organization Studies, vol. 24, n° 3, p. 355‑381.

Heugens P. P. M. a. R. et Lander M. W. (2009), « Structure ! Agency! (And Other Quarrels): A Meta-Analysis Of Institutional Theories Of Organization », Academy of Management Journal, vol. 52, n° 1, p. 61‑85.

Hirsch P. M. et Lounsbury M. (1997), « Ending the Family Quarrel », American Behavioral Scientist, vol. 40, n° 4, p. 406‑418.

Hitlin S. et Elder G. H. (2007), « Time, Self, and the Curiously Abstract Concept of Agency », Sociological Theory, vol. 25, n° 2, p. 170‑191.

Hracs B. J. (2012), « A Creative Industry in Transition: The Rise of Digitally Driven Independent Music Production », Growth and Change, vol. 43, n° 3, p. 442‑461.

Huault I. et Leca B. (2009), « Pouvoir  : une analyse par les institutions », Revue française de gestion, vol. 193, n° 3, p. 133‑149.

Khan F. R. Munir K. A. et Willmott H. (2007), « A Dark Side of Institutional Entrepreneurship: Soccer Balls, Child Labour and Postcolonial Impoverishment », Organization Studies, vol. 28, n° 7, p. 1055‑1077.

Lawrence T. Suddaby R. et Leca B. (2009), « Introduction », In T. B. Lawrence R. Suddaby et B. Leca (éds.), Institutional Work: Actors and Agency in Institutional Studies of Organizations, Cambridge University Press.

Leblebici H. Salancik G. R. Copay A. et King T. (1991), « Institutional Change and the Transformation of Interorganizational Fields: An Organizational History of the U.S. Radio Broadcasting Industry », Administrative Science Quarterly, vol. 36, n° 3, p. 333‑363.

Levy D. et Scully M. (2007), « The Institutional Entrepreneur as Modern Prince: The Strategic Face of Power in Contested Fields », Organization Studies, vol. 28, n° 7, p. 971‑991.

Lounsbury M. (2003), « Power and Institutions. The Problem of Order Revisited : Towards a more Critical Institutional Perspective », In R. Westwood et S. Clegg (éds.), Debating Organizations, Blackwell.

Lounsbury M. et Ventresca M. (2003), « The New Structuralism in Organizational Theory », Organization, vol. 10, n° 3, p. 457‑480.

Maguire S. Hardy C. et Lawrence T. B. (2004), « Institutional Entrepreneurship in Emerging Fields: HIV/AIDA Treatment Advocacy in Canada », Academy of Management Journal, vol. 47, n° 5, p. 657‑679.

Meyer J. W. Scott W. R. et Deal T. E. (1981), « Institutional and Technical Sources of Organizational Structure Explaining the Structure of Educational Organizations », In H. Stein (éds.), Organizations and the Human Services: Cross-Disciplinary Reflections, Temple University Press.

Parsons T. (1960), « Some Ingrédients of a General Theory of Formal Organization », In T. Parsons (éds.), Structure and Process in Modern Societies. Free Press.

Rao H. Morrill C. et Zald M. N. (2000), « Power Plays: How Social Movements and Collective Action Create New Organizational Forms », Research in Organizational Behavior, vol. 22, p. 237-281.

Scott R. (2008), « Approaching adulthood: the maturing of institutional theory », Theory and Society, vol. 37, n° 5, p. 427‑442.

Scott W. R. (2008), Institutions and Organizations Foundations for Organizational Science (3rd éd.). Sage Publications.

Selznick P. (1949), TVA and the Grass Roots: A Study in the Sociology of Formal Organization, University of California Press.

Seo M. G. et Creed W. E. D. (2002), « Institutional contradictions, praxis, and institutional change: A dialectical perspective », The Academy of Management Review, vol. 27, n° 2, p. 222‑247.

Stinchcombe A. (1968), « Constructing Social Theory », University of Chicago Press.

Tolbert P. S. et Zucker L. G. (1983), « Institutional Sources of Change in the Formal Structure of Organizations: The Diffusion of Civil Service Reform, 1880-1935 », Administrative Science Quarterly, vol. 28, n° 1, p. 22‑39.

Van De Ven A. H. et Poole M. S. (1995), « Explaining development and change in organizations », Academy of Management Review, vol. 20, n° 3, p. 510‑540.

Wildavsky A. (1987), « Choosing Preferences by Constructing Institutions: A Cultural Theory of Preference Formation », The American Political Science Review, vol. 81, n° 1, p. 4‑21.

Zentner A. (2006), « Measuring the Effect of File Sharing on Music Purchases », The Journal of Law and Economics, vol. 49, n° 1, p. 63‑90.

Zietsma C. et Lawrence T. B. (2010), « Institutional Work in the Transformation of an Organizational Field: The Interplay of Boundary Work and Practice Work », Administrative Science Quarterly, vol. 55, n° 2, p. 189‑221.

Zucker L. G. (1983), « Organizations as institutions », Research in the Sociology of Organizations, vol. 2, n° 1, p. 1‑47.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Blanc, « Le maintien institutionnel : entre routines et actions stratégiques - Le cas de l’industrie musicale face à la licence globale », Finance Contrôle Stratégie [En ligne], 21-1 | 2018, mis en ligne le 16 mars 2018, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/fcs/2065 ; DOI : 10.4000/fcs.2065

Haut de page

Auteur

Antoine Blanc

Université Paris-Dauphine,
PSL Research University, CNRS, UMR [7088], DRM [MOST]
Antoine.blanc@dauphine.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page