Navigation – Plan du site

PME et multinationales émergentes : quels modèles d’internationalisation ? 

Ulrike Mayrhofer et Pierre-Xavier Meschi

Texte intégral

1La recherche en management connait des avancées substantielles quand celle-ci est initiée, motivée et guidée par des « grandes questions ». C’est également le cas dans le champ plus spécifique du management international. Ce constat a été fait par Peter Buckley dans un article (« is the international business research agenda running out of steam? ») publié dans Journal of International Business Studies en 2002. Dans cet article, il est revenu sur un demi-siècle de recherches en management international en soulignant les apports (théoriques, méthodologiques et managériaux) majeurs réalisés en matière de compréhension de trois phénomènes : les flux d’investissement direct étranger, les multinationales et la globalisation des marchés. Au-delà de cette satisfaction, et en anticipant l’avenir, Peter Buckley faisait le constat inquiet que « l’agenda de la recherche en management international a perdu de sa vigueur après une période d’effervescence » (p. 365).

2Quinze années plus tard, le même Peter Buckley, associé à Jonathan Doh et Mirko Bnischke dans un autre article publié dans Journal of International Business Studies (« towards a renaissance in international business research ? Big questions, grand challenges, and the future of IB scholarship »), se félicitait que la recherche en management international avait réussi à se renouveler et à identifier de nouvelles « grandes questions ». Au premier rang de celles-ci, on peut trouver « l’explication de l’émergence et des stratégies des multinationales des économies émergentes » (p. 1047).

3Sur cette question de l’internationalisation des multinationales des pays émergents, autrement qualifiées de « multinationales émergentes » (Aulakh, 2007 ; Cuervo-Cazurra & Ramamurti, 2015 ; Ramamurti & Singh, 2009), la recherche en management international a réussi à apporter des réponses et produire de nouvelles approches théoriques. Cette recherche est d’autant plus réussie que les réponses et les approches théoriques proposées offrent des éléments de compréhension et d’explication couvrant les différentes dimensions du modèle d’internationalisation des multinationales émergentes : pourquoi s’internationaliser (motivations) ? Où s’internationaliser (sélection des marchés géographiques) ? Comment s’internationaliser (choix des modes d’entrée) ? Et quand s’internationaliser (temporalité et rythmique des entrées) ? (Eden, 2009).

4C’est avec l’article de Tarun Khanna et Krishna G. Palepu sur « emerging giants : building world class companies from emerging markets » (publié en 2006 dans Harvard Business Review) que les chercheurs ont pris connaissance des premières manœuvres à l’international de groupes originaires des économies émergentes. Dans le prolongement de ces travaux pionniers, d’autres ont mis en lumière l’existence d’un processus d’internationalisation spécifique à ces multinationales émergentes. En effet, il ressort de ce courant de recherches en management international que les multinationales émergentes ont suivi un modèle d’internationalisation qui leur est propre et qui se distingue nettement de celui, largement influencé par les approches incrémentale d’Uppsala et éclectique de Dunning, des multinationales des pays développés (Mayrhofer, 2011).

5Tout d’abord, le départ à l’international de ces multinationales émergentes est rarement la conséquence ou la suite logique de l’établissement d’une position concurrentielle forte sur leur marché domestique. Au contraire, ce sont les déficiences institutionnelles et le manque d’opportunités stratégiques au sein de leur marché domestique qui les incitent à s’internationaliser, avec en ligne de mire, la recherche d’actifs et de ressources qui sont peu ou pas disponibles localement (haute technologie, marques globales, et éventuellement matières premières) et la volonté de réduire leur exposition à un pays d’origine marqué par des « vides institutionnels » (Khanna & Palepu, 1997) et une réputation faite de stéréotypes négatifs (Alkire & Meschi, 2018). Ensuite, le projet d’internationalisation de ces multinationales en devenir se prépare et se murit grâce aux apprentissages générés localement au contact des multinationales des pays développés qui sont implantés sur leur marché domestique. Enfin, leur internationalisation, lorsqu’elle se déclenche, va suivre une démarche rapide, marquée par une faible aversion au risque lorsqu’il s’agit de cibler des zones géographiques, avec des entrées simultanées dans plusieurs pays et régions (émergentes et/ou développées) du monde, et privilégiant l’acquisition de firmes locales avec une intégration rapide de leurs actifs et ressources. Cette démarche d’internationalisation des multinationales émergentes se caractérise également par un soutien affirmé et constant de leur gouvernement respectif qui va agir à plusieurs niveaux : à un niveau direct, en leur octroyant un financement large et peu coûteux, et à un niveau plus indirect, en exerçant des actions de lobbying auprès des gouvernements et des acteurs politiques des pays ciblés. Il s’agit là des grands traits de la démarche « springboard » formalisée par Luo et Tung (2007).

6Si la recherche conduite autour de « l’explication de l’émergence et des stratégies des multinationales des économies émergentes » a donné lieu à une production significative de connaissances, avec des avances théoriques et empiriques notables, il n’en reste pas moins que de nombreuses questions restent en suspens.

7Ainsi, une première interrogation porte sur la généralisation de la démarche « springboard » à l’internationalisation de l’ensemble des groupes issus de pays émergents. Un élément caractéristique de cette démarche est qu’elle s’appuie essentiellement sur l’observation du comportement à l’international des multinationales chinoises. Effectivement, cette démarche offre une grille particulièrement bien adaptée pour analyser l’internationalisation de grands groupes chinois tels que Lenovo, Haier ou Huawei. En revanche, elle ne s’applique que très partiellement pour suivre l’expansion internationale d’autres multinationales des pays émergents, et cela à la différence des modèles classiques d’internationalisation, notamment ceux issus des approches incrémentale et éclectique, qui trouvent là des champs d’application renouvelés. « Un vieux vin dans de nouvelles bouteilles », c’est par cette image que Dunning, Kim et Park (2008) résument l’idée de la pertinence des modèles classiques pour expliquer l’internationalisation de certaines multinationales émergentes. C’est ainsi le cas pour les conglomérats familiaux des pays émergents, les business houses tels que Tata ou Mahindra, les holdings turcs tels que Koç ou Sabanci, ou les conglomerados brésiliens tels que Odebrecht ou Gerdau, qui ont adopté une démarche d’internationalisation prudente, progressive, privilégiant des entrées dans des pays ayant une « distance psychique » limitée ou culturellement proches (pays anglophones ou issus du Commonwealth pour les groupes indiens, pays turcophones d’Asie centrale et du Moyen-Orient pour les groupes turcs et pays d’Amérique latine et lusophones d’Afrique pour les groupes brésiliens).

8Une deuxième interrogation renvoie à la distinction qui existe entre grands groupes et PME au niveau des comportements stratégiques en général, et de l’internationalisation en particulier (Dominguez & Mayrhofer, 2018). En effet, le mouvement initié par les multinationales émergentes est aujourd’hui suivi par un nombre croissant de PME émergentes qui cherchent également à conquérir le marché mondial. Ces entreprises investissent dans les économies développées, mais aussi dans d’autres économies émergentes. Ces investissements Sud-Nord et Sud-Sud des PME font l’objet d’une attention croissante dans la recherche en management international (voir par exemple, Bandeira-de-Mello, Ghauri, Mayrhofer & Meschi, 2015). Cependant, les connaissances produites jusqu’à aujourd’hui en management international l’ont été sous le prisme de la grande entreprise, de statut public ou privé, des pays émergents. Pour ces PME émergentes, va-t-on observer un modèle unique ou plusieurs modèles d’internationalisation ? Est-ce qu’un nouveau modèle va émerger pour ces PME en sachant qu’elles abordent leur internationalisation avec une double spécificité, celle de leur forme organisationnelle et celle de leur origine géographique ?

9Comme nous pouvons le constater, la « grande question » de l’internationalisation des firmes des pays émergents n’est pas épuisée, il y a encore matière à explorer, à produire des connaissances, à identifier des modèles et à valider des hypothèses. Ce dossier thématique en est la preuve !

10Réalisé en collaboration avec Atlas AFMI – Association Francophone de Management International, ce dossier thématique vise à contribuer à une meilleure compréhension de l’internationalisation des firmes des pays émergents. Les contributions soumises pour ce dossier thématique ont fait l’objet d’une double évaluation en anonyme. Elles ont pu bénéficier des remarques constructives des évaluateurs que nous remercions très sincèrement : Katia Angué, Hanane Beddi, Alexis Cantazaro, Ludivine Chalençon, Sylvie Chevrier, Ana Colovic, Noémie Dominguez, François Goxe, Karine Guiderdoni-Jourdain, Olivier Lamotte, Frédéric Le Roy, Olivier Meier, Karim Messeghem, Emna Moalla, Sophie Nivoix, Frédéric Prévot, Nathalie Prime, Sylvie Sammut, Dora Triki et Philippe Very.

11Les articles présentés dans ce dossier thématique portent sur le développement international des multinationales ainsi que des PME. Ils couvrent des organisations de plusieurs espaces géographiques, et plus précisément l’Afrique, l’Amérique latine, l’Asie et le Moyen-Orient.

12Dans un article consacré aux « chemins d’internationalisation des multinationales émergentes : vers une extension des modèles théoriques d’internationalisation », Morgan Marchand et Marion Vieu étudient les trajectoires d’internationalisation de 110 firmes multinationales émergentes. Ces multinationales sont originaires de six pays désignés par le terme BRICSAM : Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud, Mexique. Les auteurs proposent une typologie nouvelle des chemins d’internationalisation qui est fondée sur deux concepts clés du modèle d’Uppsala, la distance psychique et le degré d’engagement : « prudent » (faible distance psychique, modes d’entrée peu engageants) ; « explorateur » (forte distance psychique, modes d’entrée peu engageants), « méthodique » (faible distance psychique, modes d’entrée engageants) et « intrépide » (forte distance psychique, modes d’entrée engageants). Cette typologie met en relief la diversité des trajectoires d’internationalisation des multinationales émergentes et permet de dépasser la dialectique entre le modèle d’Uppsala et le modèle des « born globals ». Les résultats obtenus expliquent aussi les spécificités liées aux pays d’origine des firmes étudiées et à l’effet du contexte des années 2000 sur les choix effectués en matière d’internationalisation.

13Dans leur contribution intitulée « processus d’internationalisation et performance : apport de la théorie Springboard au paradigme Uppsala », Antonin Ricard et Yaqi Zhao examinent l’impact du processus d’internationalisation sur la performance internationale des firmes multinationales des pays émergents d’Asie et du Moyen-Orient. Leurs observations sont fondées sur une base de données recensant les mouvements d’internationalisation de 121 firmes multinationales sur une période de onze ans. Les auteurs analysent plus spécifiquement trois caractéristiques clés du processus d’internationalisation : le rythme de l’engagement, le risque du pays ciblé et la distance culturelle entre le pays d’origine et le pays ciblé. Les résultats des investigations effectuées montrent que les firmes multinationales qui affichent la meilleure performance sont celles qui privilégient un engagement rapide et soutenu à l’international. Ils révèlent aussi une relation quadratique inversée entre la performance internationale et le risque de même qu’entre la performance internationale et la distance culturelle. La recherche menée souligne que les modèles classiques du processus d’internationalisation ne sont que partiellement adaptés pour l’étude des firmes multinationales émergentes.

14Le papier proposé par Hanna Maria Dohlen Opsahl et Denis Lacoste porte sur « l’influence des caractéristiques des pays hôtes sur le choix des modes d’entrée des entreprises indiennes ». Les auteurs s’intéressent à l’influence des caractéristiques des pays hôtes et de la distance institutionnelle sur les modes d’entrée sélectionnés par ces entreprises. L’étude empirique est fondée sur un échantillon de 487 opérations de rapprochement international qui peuvent prendre la forme d’acquisitions ou de joint ventures. Les résultats obtenus montrent que les firmes indiennes préfèrent réaliser des acquisitions lorsqu’elles ciblent les pays développés, mais qu’elles ne choisissent pas un mode d’entrée spécifique lorsqu’elles s’implantent dans d’autres pays émergents. Ils confirment aussi que la distance institutionnelle informelle influence le choix du mode d’entrée des firmes indiennes. Les auteurs concluent que la prise en compte des caractéristiques du pays hôte et de la distance institutionnelle contribue à une meilleure connaissance du choix du mode d’entrée dans le contexte des économies émergentes.

15L’article écrit par Gilde Ralandison, Eric Milliot et Victor Harison et intitulé « de la coopétition intégrée à la coévolution intentionnelle : cas de réseaux de producteurs et d’exportateurs de la filière des huiles essentielles à Madagascar » concerne les interactions managériales développées par des PME malgaches et leurs parties prenantes au sein de réseaux coopétitifs. La recherche réalisée prend la forme d’une étude longitudinale de deux cas de groupements de firmes productrices et exportatrices de la filière des huiles essentielles à Madagascar. Les investigations empiriques menées indiquent que la coopétition est susceptible de conduire à une coévolution des organisations engagées. Les auteurs proposent les concepts de la coopétition intégrée et de la coévolution intentionnelle pour illustrer les phénomènes observés. Ils élaborent également un modèle multi-niveaux qui permet de comprendre la dynamique inter-organisationnelle qui conditionne la convergence partielle des trajectoires d’internationalisation des coopétiteurs.

16Enfin, le papier proposé par Catherine Mercier-Suissa et Simin Lin porte le titre suivant : « comment les born global chinoises identifient-elles et développent-elles des opportunités de croissance à l’international ? Cas de la perspective de l’orientation entrepreneuriale ». Les auteurs examinent comment les born globals chinoises identifient et saisissent des opportunités de développement à l’international. Elles retiennent trois dimensions clés de l’orientation entrepreneuriale : l’innovation, la proactivité et la prise de risque. Les investigations empiriques réalisées concernent six born globals localisées dans la province du Zhejiang, qui se situe au Sud-Est de la Chine et qui connaît un développement économique soutenu. Les études de cas réalisées permettent de comprendre comment les opportunités internationales sont reconnues et développées dans les activités entrepreneuriales de ces born globals dans le cadre de leur expansion internationale. Les résultats obtenus montrent que l’identification d’opportunités internationales est liée à l’innovation des born globals chinoises, alors que le développement de ces opportunités internationales est lié à leur proactivité et à la prise de risque.

17Les cinq articles sélectionnés pour ce dossier thématique contribuent à améliorer notre connaissance des modèles et stratégies d’internationalisation des firmes originaires des marchés émergents. Ils mettent en lumière les spécificités des approches privilégiées par ces firmes, multinationales et PME, en matière d’expansion internationale. Nous espérons qu’ils pourront retenir l’attention des chercheurs qui s’intéressent à cette thématique d’actualité qui ouvre de nombreuses pistes de recherche. Nous vous souhaitons une bonne lecture !

Haut de page

Bibliographie

Alkire T. & Meschi P.-X. (2018). The decision to stay or resign following an acquisition by a Chinese or Indian company, Management International Review, 58(1), p. 9-42

Alvaro Cuervo-Cazurra A. & Ramamurti R. (eds.) (2015). Understanding Multinationals from Emerging Markets, Cambridge University Press.

Aulakh P.-S. (2007). Emerging multinationals from developing economies: Motivations, paths and performance, Journal of International Management, 13(3), p. 235-240.

Bandeira-de-Mello R., Ghauri P., Mayrhofer U. & Meschi P.-X. (2015). Theoretical and empirical implications for research on South-South and South-North expansion strategies, M@n@gement, 18(1), p. 1-7.

Buckley P. (2002). Is the international business research agenda running out of steam?, Journal of International Business Studies, 33(2), p. 365-373.

Buckley P., Doh J. & Bnischke M. (2017). Towards a renaissance in international business research? Big questions, grand challenges, and the future of IB scholarship, Journal of International Business Studies, 48(9), p. 1045-1064.

Dominguez N. & Mayrhofer U. (éds.) (2018). Key success factors of SME internationalisation: A cross-country perspective, Emerald.

Dunning J., Kim C. & Park D. (2008). Old wine in new bottles : A comparison of emerging-market TNCs today and developed-country TNCs thirty years ago, in Sauvant K. (éd.). The Rise of Transnational Corporations from Emerging Markets, chapter 8, Edward Elgar Publishing.

Khanna T. & Palepu K. G. (1997). Why focused strategies may be wrong for emerging markets. Harvard Business Review, 75(4), p. 41-54.

Khanna T. & Palepu K.G. (2006). Emerging giants: Building world class companies from emerging markets, Harvard Business Review, 84(10), p. 60-69.

Lorraine E. (2009). Letter from the editor-in-chief: Time in international business, Journal of International Business Studies, 40(4), p. 535-538.

Luo Y. & Tung R. (2007). International expansion of emerging market enterprises: A springboard perspective, Journal of International Business Studies, 38(4), p. 481-498.

Mayrhofer U. (2011). La gestion des relations siège-filiales : un enjeu stratégique pour les firmes multinationales, Revue Française de Gestion, 37(212), p. 65-75.

Meier O. & Meschi P.-X. (2010). Approche intégrée ou partielle de l’internationalisation des firmes : Les modèles Uppsala (1997 et 2009) face à l’approche ‘international new ventures’ et aux théories de la firme, Management International, 15(1), p. 11-18.

Meschi P.-X. & Prévot F. (éds.) (2016). Economies Emergentes. Quels Enjeux pour le Management International ?, Vuibert, coll. Atlas AFMI (Association Francophone de Management International).

Ramamurti R. & Singh J.-V. (éds.) (2009). Emerging Multinationals in Emerging Markets, Cambridge University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ulrike Mayrhofer et Pierre-Xavier Meschi, « PME et multinationales émergentes : quels modèles d’internationalisation ?  », Finance Contrôle Stratégie [En ligne], NS-2 | 2018, mis en ligne le 13 juillet 2018, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/fcs/2237 ; DOI : 10.4000/fcs.2237

Haut de page

Auteurs

Ulrike Mayrhofer

Université de Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3, IAE Lyon, Magellan

Articles du même auteur

Pierre-Xavier Meschi

IAE Aix-Marseille, CERGAM, Aix-Marseille Université, et Skema BS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page