Navigation – Plan du site

Processus d’internationalisation et performance : Apport de la théorie Springboard au paradigme Uppsala

Antonin Ricard Dr et Yaqi Zhao

Résumés

Notre recherche se propose de tester l’incidence du processus d'internationalisation sur la performance internationale des firmes multinationales des pays émergents (FMNE). Nous avons constitué une base de données de 1132 observations années nous permettant de distinguer différentes caractéristiques centrales du processus d’internationalisation : le rythme de l’engagement, le risque du pays ciblé, et la distance culturelle entre le pays d’origine et le pays ciblé. Dans le contexte des FMNE, nous montrons que les firmes qui performent le mieux à l’international sont celles qui suivent un engagement rapide et soutenu à l’international. Nous notons également une relation quadratique inversée entre la performance internationale et le risque d’une part, et entre la performance internationale et la distance culturelle d’autre part. Ces résultats nous permettent de remettre partiellement en cause l’utilisation des théories classiques du processus d’internationalisation sur le terrain des FMNE, ainsi que d’émettre des recommandations intéressantes pour celles-ci.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le célèbre Pankaj Ghemawat, dans son récent article paru dans Foreign affairs, identifie que les investissements directs à l’étranger des firmes chinoises se sont développés tardivement en comparaison de ceux des firmes des pays les plus développés (Ghemawat et Hout, 2016). Cette expansion tardive a conduit les firmes chinoises à adopter des stratégies d’investissement plus risquées que celles menées par les pays occidentaux (Ghemawat et Hout, 2016; Luo et Tung, 2007), remettant en cause les théories classiques sur les investissements directs à l’étranger. D’une manière générale, les théories existantes en management international (MI), fondées sur l’étude des firmes occidentales, ne s’appliquent que partiellement aux Firmes Multinationales des pays Émergents (FMNE) (Angué et Mayrhofer, 2010; Métais et al., 2010; Meyer et Thaijongrak, 2013; Santangelo et Meyer, 2011).

2Les travaux fondateurs sur le processus d’internationalisation furent principalement développés dans les années 1970, notamment par Johanson et Vahlne. Les premiers travaux de ce courant de recherche ont mis en exergue que les firmes s’internationalisent de manière séquentielle, en limitant la distance psychique vis-à-vis des pays ciblés (Johanson et Vahlne, 1977). Ce modèle, encore régulièrement employé et amendé aujourd’hui (Vahlne et Johanson, 2013) fut l’objet de nombreuses critiques (Cheriet, 2010; Forsgren, 2002). Vingt ans plus tard, un second courant sur le processus d’internationalisation a émergé, initié par les travaux de Mamis (1989). Ce second courant s’est construit en mettant en exergue que certaines firmes, appelées Entreprises à Internationalisation Rapide et Précoce – EIRP, ne s’internationalisent pas de manière séquentielle et progressive, mais suivent une expansion rapide et accélérée (Servantie, 2007).

3Des recherches plus récentes, menées sur le terrain des FMNE notent que celles-ci suivent des trajectoires d’internationalisation uniques (Luo et Tung, 2007; Peng, 2012) et nécessitent le développement de théories dédiées. Parmi les nouvelles théories et adaptations des anciens travaux, la théorie springboard (Luo et Tung, 2007) s’est imposée comme étant la plus influente en termes de nombre de citations (Kin et al., 2015). Selon Luo et Tung (2007), la stratégie d’expansion des FMNE est impulsée par une nécessité de fuir les contraintes institutionnelles et de marché que les firmes endurent dans leurs pays d’origine. Ces contraintes poussent les firmes à adopter des comportements agressifs et risqués et à se déployer à l’international de manière discontinue, en suivant une plus grande diversification géographique (Luo et Tung, 2007). Ces comportements dévient du processus d’internationalisation classique, et suggèrent que le rythme d’engagement à l’international, le risque (caractérisé par un engagement dans des pays ayant des gouvernements instables-Luehrman, 1998), et la distance (culturelle, administrative, géographique, économique…-Ghemawat, 2001) soient abordés différemment par les FMNE.

4Malgré le succès de la théorie springboard et la pléthore d’articles citant Luo et Tung (2007), cette théorie demeure essentiellement descriptive : elle se concentre sur les déterminants et sur les comportements des FMNE, ignorant leurs conséquences sur leur performance internationale (en termes de ventes à l’international-Sousa et al., 2008). Très peu de recherches ont approfondi cette théorie, et de nombreuses questions demeurent. Ainsi, nous n'avons pas identifié de travaux développant le caractère prescriptif de cette théorie (Kiss et al., 2012). En d'autres termes la théorie springboard ne permet pas de comprendre l'incidence du processus d'internationalisation des FMNE sur leurs performances. Cet article sera donc articulé autour de la question de recherche suivante : quelle est l’influence du processus d’internationalisation des firmes multinationales des pays émergents sur leur performance internationale ?

5Nous nous proposons de répondre à cette question en analysant les performances internationales des firmes en panel, sur une période significative de onze ans entre 2005 et 2016, afin de limiter les effets conjoncturels sur les résultats. Un échantillon de 1132 observations années a été constitué dans ce but. Cet échantillon est analysé à l’aide d’une régression en panel.

6Cette recherche est articulée autour de quatre parties. Une première partie présentera la littérature sur le processus d’internationalisation et les hypothèses de recherche. Dans une seconde partie, nous présenterons notre méthodologie de recherche et le terrain de cette recherche. Ensuite, nous présenterons nos résultats, que nous discuterons dans une quatrième partie.

1. Cadre théorique et définition des hypothèses

7Confrontées à un environnement concurrentiel global avancé, les FMNE souffrent d’une position de dernier entrant. Dans ce contexte, les FMNE peuvent adopter des stratégies d’internationalisation imitant les comportements des FMN, ou au contraire être poussées à adopter des comportements non prévus par les théories traditionnelles. Les parties qui suivent se proposent de présenter les principales théories sur le processus d’internationalisation (processus séquentiel et progressif, processus discontinu et accéléré, théorie springboard) et d’introduire des hypothèses qui en découlent.

1. Processus d'internationalisation et FMNE

8Les recherches sur le processus d’internationalisation sont historiquement essentiellement centrées autour de deux perspectives partiellement opposées. Un premier courant de recherche a émergé dans les années 1970, porté par des chercheurs de l’université Uppsala. Selon cette perspective, l’internationalisation est la résultante d’un processus séquentiel et progressif. Une seconde perspective a émergé à la fin des années 1980, suite à la mise en exergue d’entreprises s’internationalisant très rapidement après leur création (Mamis, 1989). Plus récemment, des travaux ont remis en cause l’applicabilité de ces théories sur le terrain des pays émergeants, (Child, 2009) et un courant de recherche naissant aborde la question du processus d’internationalisation des FMNE. Principalement portées par l’article de Luo et Tung (2007), ces recherches mettent en exergue des comportements qui dévient des théories historiques sur le processus d’internationalisation. Chacune de ces théories est détaillée dans les paragraphes qui suivent.

9Processus d’internationalisation séquentiel et progressif.

10Cette perspective fut initiée par les travaux de Johanson et Wiedersheim-Paul (1975). Ces chercheurs ont noté que la plupart des firmes suédoises suivent un processus d’internationalisation séquentiel et progressif. Rapidement, un modèle dynamique a été proposé pour expliquer le mécanisme du processus d’internationalisation séquentiel et progressif (Johanson et Vahlne, 1977). Selon ce modèle, l’internationalisation est la résultante de variables d’état et de changement qui co-évoluent progressivement avec le degré d’internationalisation de la firme (Johanson et Vahlne, 1977). La connaissance des marchés étrangers, ainsi que l’état de la firme initient la décision d'engagement à l’international et altèrent la performance de la firme. Ce changement conduit à une évolution de l'état de la firme, de sa connaissance des marchés étrangers, et de son engagement à l’international (cadre 1 de la figure 1 ci-après). Cette dialectique entre changement et état permet l’acquisition progressive de connaissances des marchés étrangers et limite le risque à l’international.

11Processus d’internationalisation discontinu et accéléré.

12Cette perspective a émergé à l'issue de deux évolutions de l’environnement international : le développement de nouvelles technologies permet aujourd’hui de proposer des produits identiques à plusieurs pays (1), la globalisation donne accès à des marchés dont l’environnement institutionnel est très différent du marché d’origine (2) (Belaounia et Fouquau, 2015). Ces évolutions ont permis à certaines firmes de développer des activités à l’international dès leur création suivant des comportements innovants, proactifs, et risqués (Covin et Slevin, 1991). Comme le note pour la première fois Mamis dans les années 1980 (Mamis, 1989), certaines firmes perçoivent le marché comme global dès leur création et s’implantent rapidement, voire simultanément, dans plusieurs pays. Ces firmes ont été nommées EIRP dans la littérature française (Servantie, 2007) ou born global (Rennie, 1993) dans la littérature anglophone. Le processus d’internationalisation suivi par ces firmes dépend de facteurs sectoriels (Andersson et al., 2014) permettant un accès à des ressources clés (Colovic et Lamotte, 2014), à des avantages de localisation (Fernhaber et al., 2007), et à des réseaux internationaux (Melén Hånell et al., 2014). Ces facteurs interfèrent directement avec les variables de changement organisationnel, sans nécessairement prendre en compte les variables d’état organisationnel, et accélèrent ainsi l’engagement à l’international de la firme (cadre 2 de la figure 1 ci-après). Trente ans plus tard, la notion de born global a été modérée par Lopez et al. (2009) qui relèvent que la plupart des firmes s'internationalisent d'abord dans des pays limitrophes, ce sont donc des born-regionals.

13Les deux perspectives présentées en amont ne reflètent que partiellement les trajectoires d'internationalisation suivies par les firmes. En effet, certaines firmes ont des comportements qui dévient du schéma systématique et linéaire (Crick et Spence, 2005): elles ont un engagement erratique (ou sérendipien) qui évolue au grès des opportunités (Cardone-Riportella et Cazorla-Papis, 2001; Doherty, 2000). Par ailleurs, toutes les firmes ne suivent pas des trajectoires d'expansion à l'international (Turcan, 2011; Turner et Gardiner, 2007). Certaines firmes suivent des trajectoires inverses (déinternationalisation), poussées par un besoin de recentrer leurs activités, par une mauvaise estimation des étapes à franchir pour s'engager dans un pays, ou par une réduction de connaissance des marchés ciblés (Gnizy et Shoham, 2014).

14Processus d’internationalisation selon la théorie springboard.

15Très récemment, des recherches se sont intéressées au processus d’internationalisation des FMNE. Le paradigme Uppsala, initialement développé pour analyser les réactions des firmes à un environnement changeant, semble donc a priori adapté pour expliquer le comportement des firmes issues de pays présentant des environnements institutionnels faibles comme ceux des pays émergents (Santangelo et Meyer, 2011). Cependant, certaines FMNE présentent des spécificités qui les conduisent à aborder des comportements à l’international qui ne sont pas prédits par les cadres théoriques existants. Ces FMNE affrontent la contrainte d’une arrivée tardive sur les marchés internationaux, poussées par un marché d’origine imprévisible et peu sécure, ou tirées par des facteurs tels que le désir de sécuriser des ressources critiques ou d’acquérir des technologies avancées (cadre 3 de la figure 1 ci-après) (Luo et Tung, 2007). Ces facteurs expliquent l’engagement rapide et/ou discontinu dans les économies développées et dans les économies émergentes observé chez certaines FMNE. La théorie springboard ne se positionne pas clairement par rapport aux théories traditionnelles sur le processus d’internationalisation, mais dresse les principales caractéristiques des comportements des FMNE à l'international. Plus spécifiquement, selon Luo et Tung (2007), les trajectoires des FMNE à l'international et les choix des pays cibles sont davantage aléatoires : le rythme d’engagement et le mode d'entrée sont plus rapides et plus agressifs.

16Les développements énoncés en amont nous permettent d’établir un cadre généralisé du processus d’internationalisation présenté en figure 1. Ce cadre reprend, dans la continuité des travaux de Johanson et Vahlne (1977) les variables d'état et de changement organisationnel en intégrant les variables de changement sectoriels identifiées dans les recherches sur les EIRP, ainsi que les variables de changement institutionnel auxquelles sont confrontées les FMNE (Luo et Tung, 2007).

Figure 1. Cadre généralisé du processus d’internationalisation (adaptation des auteurs de Johanson et Vahlne, 1977; Luo et Tung, 2007; Oviatt et McDougall, 2005)

Figure 1. Cadre généralisé du processus d’internationalisation (adaptation des auteurs de Johanson et Vahlne, 1977; Luo et Tung, 2007; Oviatt et McDougall, 2005)

17Cette figure reprend les principaux facteurs explicatifs des comportements des firmes présentés par les trois courants mobilisés dans cet article (Uppsala, EIRP, Springboard). Au centre des travaux sur le processus d’internationalisation se trouvent trois notions séminales : le rythme de leur engagement (Vermeulen et Barkema, 2002), le risque (Figueira-de-Lemos et al., 2011) et la distance (Khavul et al., 2010). Chacune de ces notions fait l’objet d’une hypothèse détaillée dans les paragraphes qui suivent.

2. Hypothèses de recherche

18Les deux courants de recherche traditionnels sur le processus d’internationalisation présentent des divergences concernant les facteurs expliquant la performance des firmes à l’international. Premièrement, le paradigme Uppsala est prescripteur : celui-ci précise que les comportements des firmes à l’international, ainsi que leur performance, découlent de l’acquisition progressive de connaissances expérientielles des marchés étrangers (Johanson et Vahlne, 1977). Ce paradigme préconise donc une internationalisation incrémentale. Deuxièmement, les recherches sur les EIRP sont historiquement principalement descriptives : les travaux sur ce type de firme se sont développés sur une observation terrain, et sont essentiellement focalisés sur l’incidence de divers déterminants, comme l’industrie, ou les traits individuels (tendance à tolérer des situations risquées) sur les comportements de la firme (Acedo et Jones, 2007; Coeurderoy et al., 2013). Par la suite, des chercheurs se sont intéressés aux performances de ces firmes, et ont noté que ce processus d’internationalisation génère un handicap de l’extranéité et de la nouveauté (Coviello et McAuley, 1999). Par conséquent, il n’est pas surprenant que certaines recherches aient noté que les firmes s’internationalisant de manière rapide et discontinue performaient moins bien que les autres (Autio et al., 2000; Sapienza et al., 2006). Les recherches passées analysant les performances des entreprises s’internationalisant selon le paradigme Uppsala et les EIRP sont essentiellement centrées sur les FMN des pays occidentaux.

19En contexte des pays émergents, les moteurs de l’internationalisation semblent différents. Plus spécifiquement, Luo et Tung (2007) identifient que ce contexte présente des caractéristiques qui encouragent les firmes à développer leurs connaissances des marchés étrangers (leadership entrepreneurial, support institutionnel à l’internationalisation, partage de ressources avec des acteurs globaux) ainsi que des facteurs qui les poussent à développer leur présence à l’international (arrivée tardive sur les marchés internationaux, absence de compétences clés, diminution du cycle de vie des produits). Dans ce contexte, il semblerait que la vitesse d’action soit un atout. Les FMNE qui s’internationalisent rapidement, en respectant un alignement temporel entre la firme et son environnement, ont de meilleures performances à l’international (Khavul et al., 2010). Ces bonnes performances peuvent être expliquées par la capacité d’absorption importante développée par les firmes lorsqu'elles s'engagent dans un nombre élevé de pays (Carr et al., 2010). En outre, il semblerait que les FMNE développent une forme d’avantage au dernier entrant (Buckley et Casson, 1981), notamment en développant des ressources complémentaires avec leur fournisseurs ou distributeurs (Luo et Tung, 2007). Cela nous permet d’ériger notre première hypothèse :

H1 : Les FMNE se développant à l’international de manière discontinue et accélérée performent mieux que les FMNE se développant à l’international de manière séquentielle

20D’une manière assez surprenante, la question de l’incidence du risque sur la dynamique d’internationalisation n’est pas tranchée aujourd’hui (Buckley, 2015). En effet, le paradigme Uppsala, les travaux sur les EIRP et la théorie springboard sont partiellement opposés sur l’incidence du risque sur le processus d’internationalisation.

21Le risque est le concept nucléaire du paradigme Uppsala (Figueira-de-Lemos et al., 2011) et des travaux sur les EIRP (Oviatt et McDougall, 2005). Ainsi, les premiers travaux sur le processus d’internationalisation se sont développés autour du lien entre le risque et l’engagement à l’international de la firme (Johanson et Vahlne, 1977). Plus la firme vieillit, plus elle accumule de l’expérience, et moins le risque perçu à l’international est élevé (Ogbuehi et Longfellow, 1994). La diminution du risque perçu s’accompagne d’un engagement plus important à l’international (Santangelo et Meyer, 2011). Plus précisément, la relation entre le risque et l’engagement à l’international est asymptotique (Figueira-de-Lemos et al., 2011) : l’apprentissage expérientiel est bien plus important dans les premières phases d’internationalisation, puisque la firme découvre un nouvel environnement.

22Le risque est également central dans la théorie springboard (Luo et Tung, 2007). Dans le contexte des pays émergents, l’environnement institutionnel d’origine des FMNE les pousse (Luo et Tung, 2007) à se développer à l’international (faible protection juridique, évolutions inattendues des règlementations…). Les FMNE, évoluant dans un environnement d’origine changeant, ne peuvent développer des routines rigides qui freineraient son internationalisation (Gilbert, 2005). Les instabilités et la faiblesse de l’environnement institutionnel (Dimaggio et Powell, 1983) d’origine réduisent l’inertie, renforcent l’apprentissage organisationnel, et permettent à l’entreprise d’évoluer dans un environnement risqué. En s’internationalisant, les FMNE découvrent un nouvel environnement, ce qui les pousse à mettre en place des stratégies d’adaptation aux changements institutionnels (comme la stratégie des options réelles) et à maintenir un niveau d’apprentissage expérientiel élevé. Ainsi, les FMNE améliorent leur performance en arbitrant leurs choix de localisation (Grosche et al., 2015) en fonction du risque pays (Luehrman, 1998). En revanche cette dynamique vertueuse s’enraye lorsque le seuil de risque est franchi, il y a alors réduction de la présence à l’international de la firme (Buckley, 2015). En effet, une firme s’internationalisant dans des pays trop risqués est confrontée à un déficit de connaissance des institutions locales et de leurs modes de fonctionnement (Santangelo et Meyer, 2011) impactant fortement la stratégie d’internationalisation de la firme (Hitt et al., 2016) et conduisant à un désengagement à l’international.

23La théorie suggère donc qu’il existe une relation croissante positive entre le risque du pays ciblé par les FMNE et la performance de la firme, jusqu’à obtenir un optimum, puis que la relation s’inverse. Les paragraphes en amont nous permettent de proposer notre seconde hypothèse :

H2 : il y a une relation quadratique inversée entre le risque des pays dans lesquels les FMNE s’engagent à l’international et la performance internationale de la firme

  • 1 La distance psychique reflète l’écart culturel, de langage, de niveau d’éducation, ou de développem (...)

24La distance culturelle entre le pays d’origine d’une FMNE et le pays dans lequel elle s’internationalise est également intrinsèquement liée à l’internationalisation de la firme (Meyer et Thaijongrak, 2013). Selon les premiers travaux sur le processus d’internationalisation, une firme prend ses décisions à l’international en fonction de la distance psychique1 perçue des marchés étrangers (Johanson et Wiedersheim-Paul, 1975). Ainsi, la minimisation de la distance psychique joue un rôle prépondérant dans la sélection des marchés étrangers. Ces résultats, établis sur l’étude de firmes occidentales, ne s’appliquent que partiellement aux firmes des pays émergeants. Les FMNE sont caractérisées par des environnements d’origine qui présentent une diversité qui les poussent à développer des routines et une capacité d’adaptation qui améliorent leurs performances à l’international (Gilbert, 2005).

25Lorsqu’une firme s’internationalise dans le contexte des pays émergents, elle est poussée à acquérir rapidement des connaissances des marchés étrangers. Ces dernières sont d’autant plus importantes que les zones géographiques sont éloignées culturellement du pays d’origine (Khavul et al., 2010). Les FMNE bénéficiant de la diversité de l’environnement international dans leur pays d’origine, développent de nombreuses connaissances. De cet apprentissage naissent des routines spécifiques qui renforcent les compétences clés existantes, facilitent l’acquisition de nouvelles compétences (Teece et al., 1997), et diminuent la distance culturelle perçue des pays dans lesquels la firme est présente. En développant des alliances et partenariats internationaux, les firmes renforcent également leur flexibilité (Mathews et Zander, 2007), et leur capacité d’adaptation aux fluctuations de l’environnement. Ainsi, la diversité de l’environnement au sein duquel les FMNE évoluent impacte positivement leur performance financière (Zahra et al., 2000) et internationale.

26A contrario, lorsque la distance culturelle est trop importante, cette relation croissante positive entre distance culturelle et performance ne peut être maintenue. En effet, lorsqu’une firme est confrontée à des différences culturelles trop importantes, elle rencontre des difficultés à adopter un comportement adapté et à communiquer avec les populations locales (Wei-Hwa Pan et Wei-Chun Tsai, 2012). Ces difficultés à manager les équipes locales se traduisent par une réduction de l’engagement à l’international ou une atténuation des performances de la firme à l’international (Hofstede, 1993; Issa Kawar, 2012; Pothukuchi et al., 2002).

27Nous pouvons donc postuler que la distance culturelle entre le pays d’origine et le pays ciblé croît avec la performance de la firme, jusqu’à obtenir un optimum, puis que la relation s’inverse. Ce raisonnement nous conduit à proposer notre troisième hypothèse.

H3 : il y a une relation quadratique inversée entre la distance culturelle vis-à-vis du pays ciblé à l’international et la performance internationale de la firme

2. Méthodologie de la recherche

28Cette recherche se propose d’étudier l’influence du processus d’internationalisation des FMNE sur leur performance internationale. Pour se faire, nous avons constitué une base de données regroupant toutes les FMNE d’Asie et du Moyen-Orient recensées par Eikon (1). Cette base de données regroupe trois types de variables : une variable dépendante (2), des variables indépendantes (3), et des variables de contrôle (4). L’ensemble de ces variables permet de tester la relation entre le processus d’internationalisation des FMNE et leur performance internationale à l’aide de régressions en panel cylindrées (5). Chacun des points listés en amont est détaillé dans les parties ci-dessous.

1. Collecte des données

29Nous avons constitué une base de données à partir de trois sources principales pour tester nos hypothèses de recherche : la base de données Eikon ; les scores de risque pays de la Coface, et les indices culturels GLOBE. Les recherches actuelles ne sont pas représentatives du paysage des FMNE car centrées sur un petit nombre de FMNE très spécifiques (Luo et Zhang, 2016) et sur un petit nombre de pays (Kiss et al., 2012). Nous avons donc décidé de mobiliser la base de données Eikon, proposée par Thomson Reuters, leader de l’information financière dans le monde, afin d’accéder à une liste exhaustive des FMNE cotées sur les marchés émergeants. Cette base contient des données financières sur les FMNE, ainsi que des données pays. En outre, la base de données Thomson Reuters Eikon couvre 99% des capitalisations boursières mondiales. Les pays d’origines des FMNE ont été identifiés à partir de la base IMF World Economic Outlook (2016) qui recense tous les pays considérés comme émergeants. Nous avons supprimé les zones pour lesquelles la base de données Eikon contenait trop peu de firmes (Amérique latine et Afrique sub-saharienne). Ce processus nous a conduits à sélectionner les entreprises des pays émergents d’Asie et du Moyen-Orient situés entre la Turquie et les Philippines, ce qui représente douze pays (Chine, Inde, Indonésie, Philippines, Jordanie, Koweït, Malaisie, Oman, Pakistan, Sri Lanka, Turquie et Vietnam). Les FMNE de ces pays présentent une certaine diversité, mais également des points communs, comme le comportement entrepreneurial, le lien entre le réseau et l’engagement international, et une moindre dépendance aux ressources (Kiss et al., 2012). Les statistiques descriptives de notre échantillon sont présentées dans le tableau 1 ci-après. Nous avons collecté des données sur les dix dernières années fiscales (entre 2005 et 2015) afin de réduire l’impact de données conjoncturelles sur les performances de la firme. Au total, notre échantillon est constitué de 121 firmes multinationales sur une période de onze ans, ce qui représente 1132 observations années.

Tableau 1 Statistiques descriptives de l’échantillon

Tableau 1 Statistiques descriptives de l’échantillon

Une première phase a consisté à compléter et préciser cette base à partir des sites internet des firmes. Ensuite, nous avons enrichi notre base à partir des scores GLOBE provenant de l’ouvrage de House (2004). Les scores GLOBE, calculés selon neuf valeurs (l’orientation performance, l’orientation humaine, l’aversion à l’incertitude, le collectivisme, la distance au pouvoir, l’égalité des genres, l’orientation vers le futur, l’assertivité, le collectivisme institutionnel) reflètent la culture d’une société (Dorfman et al., 2012; Kogut et Singh, 1988). Comme le note Hofstede, le niveau de culture ne représente rien en tant que tel, il doit être comparé à celui d’une autre culture (Hofstede, 1980). Un indice composite de mesure de la distance culturelle a donc été implémenté à partir des scores de pratiques du cadre GLOBE. Celui-ci mesure l’écart culturel entre les pays d’origine des firmes et les pays visés. Il est calculé selon la formule (Kogut et Singh, 1988):

30Enfin, la Coface, premier organisme français d’assurance export du risque pays nous a fourni les scores des risques pays. Nous avons calculé, à partir des données de la Coface, les scores moyens des risques pays de chaque entreprise par année.

2. Variable dépendante

31Notre variable dépendante est la performance internationale. Notre échantillon étant constitué de firmes cotées, nous ne sommes pas confrontés aux réticences qui conduisent certains dirigeants à ne pas fournir de données chiffrées de performances (Lu et al., 2010). Il nous semble donc pertinent d’utiliser une mesure la plus objective possible. La performance internationale pour une firme est souvent mesurée avec trois indicateurs : les ventes à l’international, l’intensité des ventes à l’international, ou la croissance des ventes à l’international (Beamish et al., 1999). Selon Sousa et al. (2008), la mesure des ventes permet d'évaluer de manière globale la performance internationale des firmes. Cette mesure a rencontré un engouement important ces dernières années, largement impulsé par la revue de littérature de Zou et Stan (1998). Ce succès nous a conduits à préférer cette mesure de la performance internationale. Plus précisément, nous mesurons les ventes à l’international en calculant le « volume de vente dans les marchés étrangers pendant les 12 derniers mois » (Sousa et al., 2008, p. 350). Cette variable est mesurée en sommant les ventes des opérations à l’international de tous les marchés d’une firme pour une année. Les valeurs de notre variable dépendante variant fortement (d’une entreprise à une autre, et en fonction du temps), nous l’avons donc transformé (à l’aide de la fonction logarithmique) afin de limiter l’étendue de ses valeurs. La transformation en logarithme nous permet d’avoir une distribution contenue de notre variable dépendante, tout en préservant l’ordre des valeurs.

3. Variables indépendantes

32Notre article se propose de mesurer l’influence de trois déterminants de la performance internationale : le processus d’internationalisation, le risque pays, et la distance culturelle.

33Comme énoncé en revue de littérature, il existe cinq catégories de processus d’internationalisation. Ceci impose de créer des catégories de firmes en fonction du rythme de leur engagement à l’international. Pour cela, nous avons distingué cinq catégories d’entreprises en fonction de leur processus d’internationalisation : nous distinguons les firmes s’internationalisant de manière séquentielle et progressive (Johanson et Vahlne, 1977, 2009), de manière rapide à une échelle globale (Oviatt et McDougall, 1994), de manière rapide sur des marchés proches dits régionaux (Lopez et al., 2009), de manière opportuniste (Hennart, 2014), et celles qui réduisent leurs activités à l’international (Gnizy et Shoham, 2014). Les cinq catégories sont respectivement Uppsala, born global, born regional, opportunistes, et deinternationalisation. Le codage de notre échantillon a été effectué selon la procédure suivante. Dans un premier temps, nous avons identifié les firmes ayant des stratégies d’expansions sporadiques et opportunistes, et celles se désengageant à l’international. Nous obtenons deux groupes de firmes : les « opportunistes » et les « dé-internationalisation ». Ensuite, nous avons distingué les firmes s’internationalisant dès leur création des autres, en utilisant un seuil de six ans utilisé dans des recherches similaires (Shrader et al., 2000; Zahra et al., 2000). Ce groupe a ensuite été scindé en deux (les firmes qui s’internationalisent en Asie, les born regional, et les autres, les born global). Le dernier groupe restant correspond aux firmes ayant un mode d’expansion suivant le paradigme Uppsala.

34La distance culturelle est une notion née il y a une quarantaine d’années qui a été traitée dans de nombreuses recherches (Harzing et Pudelko, 2016). Celle-ci intervient lorsque les différences culturelles affectent le flux d’information entre un pays et un autre (Meyer et Thaijongrak, 2013). La littérature existante aborde la distance culturelle selon deux cadres : Geert Hofstede fut le premier à proposer une mesure de la distance culturelle. Celui-ci a développé une mesure de la culture nationale selon quatre, puis six dimensions. Par la suite, les travaux de House (2004) ont proposé une mesure de la distance culturelle selon neuf dimensions. Le cadre proposé par House (2004) est plus complet, plus récent, et couvre davantage de pays, il est par ailleurs préconisé dans de récents travaux sur la distance culturelle (Moalla, 2016). Nous avons donc préféré mobiliser ce cadre.

35La variable risque pays est mesurée à l’aide des indices Coface auxquels nous avons accès. Les risques pays proposés par la Coface sont divisés en dix catégories codées de 1 (risque le moins élevé) à 10 (risque le plus élevé). Par ailleurs, une recherche similaire emploie un indice très proche de celui que nous avons mobilisé: les données des risques pays fournis par Hermes (organisme d’assurance export du risque pays concurrent de la Coface) (Schwens et al., 2011).

4. Variables de contrôle

36Nous avons contrôlé l’influence d’un certain nombre de variables qui pourraient avoir une incidence sur la performance internationale des FMNE.

37La taille de la firme a été contrôlée (en calculant le logarithme du nombre d’employés). Cette variable est fréquemment utilisée pour vérifier l’incidence / la non incidence de la quantité de ressources disponibles sur l’engagement à l’international (Schwens et al., 2011). Une firme de taille importante peut allouer davantage de ressources à ses opérations internationales, elle arrive plus facilement à réaliser des économies d’échelle, et ainsi améliore ses performances à l’international (Moen, 1999; Samiee et Walters, 1990).

38Les recherches antérieures suggèrent que les firmes ayant le plus d’expérience internationale génèrent et développent des procédures qui leur permettent de mieux réussir leurs opérations internationales (Brouthers et al., 2008). Nous mesurons l’expérience internationale en calculant le nombre de marchés étrangers dans lesquelles la firme est présente (Lu et al., 2001). Une mesure de l’expérience de la firme est également évaluée à l’aide de l’âge de la firme.

39La diversification des produits peut également influencer les ventes à l’international. Combinant l’approche basée sur les ressources et la théorie des coûts de transaction, Tallman et Li (1996) montrent qu’il existe une relation quadratique inversée entre la performance des FMN et la diversification des produits. Il nous paraît donc pertinent de contrôler le nombre de produits (Shan, 1990) par firme et par période.

5. Méthode d'estimation

40Le test des trois hypothèses de recherche nécessite un traitement de données en deux parties. Dans un premier temps, nous testerons l’incidence du processus d’internationalisation sur la performance des FMNE. Ce test sera effectué au moyen d’une simple corrélation entre le processus d’internationalisation des firmes (Uppsala, born global, born regional, opportunistes, et deinternationalisation) et sa performance internationale. Ce test sera conduit à l’aide du calcul du Chi² de Wald.

41Dans un second temps, les hypothèses 2 et 3 suggèrent de tester de manière longitudinale la relation quadratique entre le risque pays, la distance culturelle et la performance internationale des FMNE. Il nous faut donc tester la relation suivante :

42Cette relation est testée à l’aide d’une analyse multivariée avec des données en panel cylindrées qui nécessite des traitements préliminaires détaillés ci-après. Les tests Breusch-Pagan et d’Hausman permettent de déterminer le type d’algorithme approprié entre le modèle sur données groupées (modèle sur données empilées), le modèle à effet fixe, et le modèle à effet aléatoire (Hsiao, 2014; Wooldridge, 2010). Le test des effets temporels se fait au moyen du test d’Hausman qui permet d’identifier le type de modèle applicable. Ensuite, nous devons tester la multicolinéarité des variables afin d’assurer que les estimations des coefficients ne sont pas biaisées par des variables redondantes. Enfin, ce type d’analyse nécessite de réaliser un test de spécification, ou régression sur données groupées (modèle sur données empilées), afin de déterminer si les variables indépendantes expliquent la variable dépendante. En d’autres termes, nous cherchons à identifier si la performance internationale est fonction du risque pays et de la distance culturelle.

3. Résultats

43Nos résultats sont basés sur l’exploitation d’une base de données en panel cylindrée que nous avons constituée en enrichissant la base de données Eikon des données de risque pays et de distance culturelle. Cette base de données contient 1132 observations années. Cette base de données est présentée par les statistiques descriptives regroupées dans les tableaux 1 et 2. Le tableau 1 montre la répartition de notre échantillon selon le pays d’origine, les pays dans lesquels les firmes sont présentes en 2015, les secteurs codés, et leur processus d’internationalisation. Le tableau 2 présente les statistiques descriptives de nos variables indépendantes et de contrôle (moyenne, écart type, valeur maximum, valeur minimum). Ce tableau permet de noter que l’ensemble des variables de contrôle présentées en amont a une incidence significative sur la performance internationale des firmes. Il est donc nécessaire de les inclure dans les régressions.

44Le tableau 3 a pour objectif de tester (à l’aide du calcul du Chi² de Wald) l’incidence du processus d’internationalisation sur la performance des FMNE. Celui-ci nous permet donc de tester notre première hypothèse. Les résultats présentés dans le tableau 3 montrent une très nette influence du processus d’internationalisation sur la performance internationale des FMNE. En particulier, les EIRP des pays émergeants (born global et born regional) performent significativement mieux que les autres firmes. Ce résultat valide donc notre première hypothèse.

Tableau 2 Statistiques descriptives des variables

Tableau 2 Statistiques descriptives des variables

45Nos hypothèses 2 et 3 suggèrent de tester la relation quadratique entre le risque pays, la distance culturelle et la performance internationale des FMNE. En préalable, nous avons veillé à respecter les recommandations de Hsiao (2014) et de Wooldridge (2010) en réalisant le test de Breusch-Pagan entre le modèle sur données groupées (modèle sur données empilées) et modèle en panel. Celui-ci est très significatif (p value = 0,000), nous réfutons donc l’hypothèse nulle stipulant que le modèle sur données groupées est adapté. Le test d’Hausman est significatif (p value = 0,000) ce qui nous permet de réfuter l’hypothèse nulle stipulant que le modèle à effet aléatoire est adapté. Le dernier test nécessaire à l’analyse multivariée avec des données en panel cylindrées est celui de la multicolinéarité des variables. Ce test s’effectue en calculant le taux d’inflation de la variance (VIF). Nous obtenons des VIF de 1,02 à 1,19 avec une moyenne de 1,10. Le VIF étant inférieur à 2, nos variables ne présentent pas de problème de multicolinéarité (Chatterjee et Hadi, 2012).

46Dans un second temps, le test de spécification ou régression sur données groupées (modèle sur données empilées) permet de valider le type de régression à utiliser pour traiter les données. Cette étape revient à déterminer si nos variables dépendantes peuvent expliquer notre variable indépendante. Les résultats de ce test sont présentés dans le tableau 2 (colonnes 1 à 9) en utilisant des régressions basées sur la méthode des Moindres Carrés Ordinaires (MCO) et de l’option des écarts types robustes. Ce tableau est obtenu à l’aide d’une régression sur données groupées. Il synthétise les coefficients de corrélations des différentes variables utilisées. Les tests préliminaires montrent que nous sommes en mesure de tester les hypothèses 2 et 3 de notre article à l’aide d’une analyse multivariée avec des données en panel cylindrées.

Tableau 3. Performances des EIRP (Born global & Born regional) comparées aux autres firmes

Tableau 3. Performances des EIRP (Born global & Born regional) comparées aux autres firmes

47Le tableau 4 présente les résultats des régressions en panel menées sur nos différentes variables. Nous nous proposons d’analyser 4 modèles, représentant chacun des combinaisons différentes de variables dépendantes. Le premier modèle teste les relations linéaires entre le risque pays, la distance culturelle et la performance internationale. Le second modèle teste les relations linéaires et quadratiques entre le risque pays et la performance internationale. Le troisième modèle teste les relations linéaires et quadratiques entre la distance culturelle et la performance internationale. Le dernier modèle réalise la régression avec l’ensemble des variables indépendantes et de contrôle.

48Dans un premier temps, nous analysons l’incidence des variables de contrôle sur les régressions. Nous notons que celles-ci respectent les signes prévus par la littérature, mais ne sont pas systématiquement significatives. Plus spécifiquement, le modèle 4 montre que la relation entre la performance internationale, le nombre de produits, l’âge de la firme, et la taille de la firme est non significative. En revanche, la relation entre la performance internationale et le nombre de marchés est significative pour le modèle 4. Ce résultat souligne le fait que la performance internationale des FMNE progresse avec certaines dimensions de l’expérience acquise dans les marchés étrangers. Dans un second temps, nous allons analyser l’incidence de nos variables indépendantes sur les performances internationales de la firme. Les résultats présentés dans le tableau 4 montrent que le risque pays et la distance culturelle sont positivement et significativement liés avec la performance de la firme à l’international. Les coefficients négatifs et significatifs du risque pays au carré et de la distance culturelle au carré valident l’existence d’une relation quadratique inversée entre la performance internationale, le risque pays et la distance culturelle. Ce point valide donc nos hypothèses deux et trois. Le risque pays, présentant un coefficient plus élevé que la distance culturelle, a un poids plus important sur la performance internationale.

Tableau 4. Relation entre risque pays, distance culturelle et performance internationale des FMNE

Tableau 4. Relation entre risque pays, distance culturelle et performance internationale des FMNE

49Afin de spécifier davantage la nature des relations que nous venons de valider, nous avons tracé les courbes liant la performance internationale, le risque pays et la distance culturelle. Celles-ci sont présentées dans les figures 2 et 3.

Figure 2. Relation entre risque pays et performance internationale des FMNE

Figure 2. Relation entre risque pays et performance internationale des FMNE

Figure 3. Relation entre distance culturelle et performance internationale des FMNE

Figure 3. Relation entre distance culturelle et performance internationale des FMNE

50Ces figures nous permettent de dresser deux constats. La relation entre le risque pays et la performance internationale présente un optimum lorsque le risque pays est égal à 4,6. Les FMNE s’internationalisant dans des pays dont les risques sont supérieurs à ce seuil dégradent leur performance internationale (1). La distance culturelle ne présente pas d’optimum sur l’intervalle compris entre le minimum et le maximum de la distance culturelle (2). En d’autres termes, la distance culturelle est quasiment linéairement liée avec la performance internationale de la firme.

4. Discussion et conclusion

51Notre recherche se propose d’analyser l’impact du processus d’internationalisation, du risque pays et de la distance culturelle sur la performance des FMNE à l’international. Notre premier résultat concerne le processus d’internationalisation. Nos analyses montrent que les firmes qui performent le mieux à l’international sont celles suivent un processus d’internationalisation selon l’approche EIRP. Également, le lien entre le risque et la performance internationale est de nature quadratique inversée. Il existe donc un niveau de risque qui permet d’obtenir une performance internationale optimale. Enfin, nous identifions que la performance internationale croit quasi linéairement avec la distance culturelle. Ces résultats sont intéressants puisqu’ils permettent de mieux appréhender trois points centraux du paradigme Uppsala en contexte des FMNE : le lien entre la performance, la vitesse, le risque pays et la distance culturelle. Chacun de ces points est discuté dans les paragraphes qui suivent.

52Notre premier résultat parait surprenant au regard des deux courants dominants sur le processus d’internationalisation des firmes. Selon le paradigme Uppsala (1), une firme augmente son niveau de risque après un temps suffisant pour assimiler les connaissances acquises à l’international, temps nécessaire pour améliorer son niveau de compétitivité (Karlsson et Honig, 2009). Nos résultats montrent que cette dynamique ne conduit pas à un niveau de performance supérieur sur le terrain des FMNE, au contraire. Par ailleurs, certains travaux sur les performances des EIRP (2) ont identifié que celles-ci ont des taux d’échec plus élevés que la moyenne (Sleuwaegen et Onkelinx, 2014). Ces mauvaises performances sont principalement expliquées par les handicaps de nouveauté et d’extranéité. Nos résultats sont également en contradiction avec ces travaux établis sur un terrain occidental. En revanche, nous confirmons les travaux de Santangelo et Meyer (2011) qui notent que l’apprentissage joue un rôle clé dans le processus d’internationalisation des FMNE, contrairement à la dimension temporelle décrite dans les travaux de Johanson et Vahlne (1977). Les divergences par rapports aux courants historiques sur le processus d’internationalisation s’expliquent par la nature de notre terrain. En effet, comme le précise la théorie springboard, les FMNE évoluent dans un contexte institutionnel qui les incitent à s'internationaliser, et dans un contexte temporel qui les positionne en dernier entrant. Dans ce contexte, les FMNE sont contraintes de développer un avantage au dernier entrant (Buckley et Casson, 1981) qui n'est pas prédit par les courants traditionnels sur le processus d’internationalisation. Ce point permet d'apporter des éléments de précision à la version révisée du modèle Uppsala (Johanson et Vahlne, 2009). Johanson et Vahlne sont revenus sur la notion d'opportunité et sur la manière dont celle-ci émerge du réseau que le dirigeant se constitue lorsqu'il s'engage à l'international. Ce réseau est à la fois un facilitateur et une contrainte de l’engagement à l’international. Ce déterminant est moins prégnant dans le cas des FMNE puisque le contexte institutionnel dans lequel les FMNE évoluent les rend moins sujettes à la dépendance de sentier (Luo et Tung, 2007). Le modèle développé par Johanson et Vahlne doit donc être amendé pour intégrer l’incidence du contexte institutionnel spécifique aux FMNE mis en exergue dans la springboard theory.

53Notre second axe de discussion concerne la relation quadratique inversée entre le risque pays et la performance internationale. Nos résultats mettent en exergue qu’il existe un risque optimal à ne pas dépasser, sous réserve de dégrader la performance internationale de la firme. Notre article prolonge les derniers travaux sur le paradigme d’Uppsala qui postulent une relation décroissante asymptotique entre le risque perçu et l’engagement à l’international (Figueira-de-Lemos et al., 2011). Cette relation, établie théoriquement, est en opposition avec les résultats que nous trouvons sur le terrain des FMNE. Dans ce contexte, la relation entre le risque et la performance à l'international n'est pas monotone : les niveaux très élevés de risque conduisent à une réduction de la performance internationale de la firme, et donc vraisemblablement à une réduction de son engagement à l'international. Plus spécifiquement, la formule proposée par Johanson et Vahlne en 1977 (ΔRi= ΔUi(Ci+ ΔCi)+ΔCi.Ui) mériterait d'être retravaillée pour intégrer la relation quadratique inversée que nous observons. Cette formule n’est vraie que sur un intervalle donné, et au-delà de la borne supérieure de cet intervalle, la relation s’inverse.

54Notre troisième point de réflexion concerne la relation quadratique inversée entre la distance culturelle et la performance internationale. Nous avons identifié que cette relation était en fait quasiment linéaire sur l’intervalle entre le minimum et le maximum de l’indice culturel. En d’autres termes, plus la distance culturelle augmente, meilleure est la performance de la firme à l’international. Comme le notent Autio et al. (2000), la chronologie des opérations de la firme à l’international influence sa connaissance du marché, et la vitesse d’acquisition des connaissances conditionne les futurs mouvements à l’international de la firme. Nos résultats prolongent donc ceux d’Autio et al. (2000) en identifiant que les connaissances acquises par la diversité des marchés à l’étranger sont positivement liées avec les performances internationales des firmes. Au-delà de la vitesse à laquelle sont acquises les connaissances, l’expérience est développée par la diversité des marchés ciblés. Nous confirmons ainsi les travaux sur le lien entre la diversité et la performance internationale (Zahra et al., 2000) sur le terrain des FMNE. Ces éléments sont en ligne avec la notion d'apprentissage expérientiel développée dans le paradigme d'Uppsala (Eriksson et al., 2001). Ainsi, une firme exposée à différentes cultures se nourrit d’une expérience très riche qui lui permet de poursuivre avec succès une internationalisation dans des zones plus éloignées. En outre, nous prolongeons les résultats de Johanson et Vahlne (1977) sur cette question en précisant la nature de la relation : la relation est quasiment linéaire et présente un léger tassement pour les valeurs les plus élevées de distance culturelle. Ce résultat remet en cause l’article de Wei-Hwa Pan et Wei-Chun Tsai (2012) dénotant les effets négatifs des différences culturelles sur le management des firmes.

55Les trois points discutés en amont contribuent à la littérature sur les FMNE en proposant l’étude du lien entre processus d’internationalisation et performance. Ainsi, nous abordons une dimension qui n’a pas été traitée dans les travaux Luo et Tung (2007). Certaines FMNE, en ciblant les pays risqués, adoptent une stratégie d’expansion agressive proche d’un comportement entrepreneurial. Les cadres théoriques développés en entrepreneuriat semblent bien expliquer certains comportements à l’international des firmes des pays émergents (Yamakawa et al., 2008). Ce trait caractéristique des FMNE est probablement dû à la récente entrée de ces pays dans le commerce mondial, et à leur faible état de maturité (Vieu, 2014). Contraintes de se développer à l’international pour limiter la concurrence sur le marché d’origine, les FMNE sont poussées à chercher des opportunités en dehors de leurs frontières. C’est donc la diversité des pays ciblés par les FMNE qui caractérise leur mode d’internationalisation entrepreneurial (Jones et Coviello, 2005) et qui leur permet de développer des capacités dynamiques (Sapienza et al., 2006) qui les aident dans leur développement ultérieur. Cette spécificité suggère d’amender certaines caractéristiques du paradigme d’Uppsala, comme exposé en amont dans la discussion.

56Cet article présente des contributions managériales séminales à destination des FMNE. Premièrement, il ne semble pas nécessaire de respecter les étapes prévues par le paradigme Uppsala : une FMNE suivant l’approche EIRP a une meilleure performance internationale que les autres. Deuxièmement, il existe un niveau de risque optimal pour assurer une bonne performance internationale, nous suggérons donc aux FMNE de veiller à ne pas dépasser le seuil de risque que nous avons mesuré dans notre article. Enfin la distance culturelle est positivement liée avec la performance, ce qui signifie que les FMNE bénéficient de la diversité des marchés étrangers sans restriction.

57Cette recherche présente toutefois quelques limites. Le terrain considéré pour notre recherche est composé de firmes évoluant dans un marché ayant ouvert ses frontières relativement récemment. Les FMNE de notre échantillon peuvent donc être considérées comme jeunes. Il serait intéressant de reproduire cette recherche dans des pays dont l’ouverture à l’international est plus ancienne. Il serait également intéressant de regarder l’influence relative de la vitesse d’internationalisation et du risque sur les performances de la firme, afin d’identifier s’il existe des configurations plus efficaces pour aborder les pays étrangers. Enfin, notre article suggère de prolonger des travaux de Tan et Mathews (2015) et Lassalle et al. (2012) en étudiant les avantages spécifiques des FMNE entrant tardivement sur les marchés internationaux. En agissant en dernier, les FMNE sont caractérisées par davantage de flexibilité, de réactivité, et la nécessité de se surpasser pour déséquilibrer les positions des entreprises globales déjà établies. En particulier, il semblerait que celles-ci bénéficient d’avantages spécifiques à leur pays d’origine qu’il serait intéressant d’étudier dans de futures recherches.

Haut de page

Bibliographie

Acedo F.J. et Jones M.V. (2007), « Speed of Internationalization and Entrepreneurial Cognition: Insights and a Comparison Between International New Ventures, Exporters and Domestic Firms », Journal of World Business, vol. 42, n° 3, p. 236-252.

Andersson S. et al. (2014), « International New Ventures: Rapid Internationalization Across Different Industry Contexts », European Business Review, vol. 26, n° 5, p. 390-405.

Angué K. et Mayrhofer U. (2010), « Le modèle d’Uppsala remis en question : une analyse des accords de coopération noues dans les marches émergents », Management International, vol. 15, n° 1, p. 33-46.

Autio E. et al. (2000), « Effects of Age at Entry, Knowledge Intensity, and Imitability on International Growth », Academy of Management Journal, vol. 43, n° 5, p. 909-924.

Beamish P.W. et al. (1999), « The Relationship Between Organizational Structure and Export Performance », Management International Review, vol. 39, n° 1, p. 37-54.

Belaounia S. et Fouquau J. (2015), « Internationalisation et structure du capital : une application aux entreprises chinoises cotées », Finance Contrôle Stratégie, vol. 18, n° 3, p. 1-23.

Brouthers K.D. et al. (2008), « Real Options, International Entry Mode Choice and Performance », Journal of Management Studies, vol. 45, n° 5, p. 936-960.

Buckley P.J. (2015), « The Contribution of Internalisation Theory to International Business: New Realities and Unanswered Questions », Journal of World Business, vol. 51, n° 1, p. 74-82.

Buckley P.J. et Casson M. (1981), « The Optimal Timing of a Foreign Direct Investment », Economic Journal, vol. 91, n° 36, p. 75-87.

Cardone-Riportella C. et Cazorla-Papis L. (2001), « The Internationalisation Process of Spanish Banks: a Tale of Two Times », International Journal of Bank Marketing, vol. 19, n° 2, p. 53-68.

Carr J.C. et al. (2010), « a Study of the Moderating Effects of Firm Age at Internationalization on Firm Survival and Short-term Growth », Strategic Entrepreneurship Journal, vol. 4, n° 2, p. 183-192.

Chatterjee S. et Hadi A.S. (2012), Regression Analysis by Example, Wiley.

Cheriet F. (2010), « Modèle d’Uppsala et implantation des firmes multinationales agroalimentaires. La présence de Danone en Algérie », Revue française de gestion, vol. 2, n° 201, p. 45-64.

Child J. (2009), « Context, Comparison, and Methodology in Chinese Management Research », Management and Organization Review, vol. 5, n° 1, p. 57-74.

Coeurderoy R. et al. (2013), « The Internationalization of New Technology Based Firms: the Role of the International Skills of Founding Teams », Finance Contrôle Stratégie, vol. 16, n° 1, p. 43-58.

Colovic A. et Lamotte O. (2014), « The Role of Formal Industry Clusters in the Internationalization of New Ventures », European Business Review, vol. 26, n° 5, p. 449-470.

Coviello N.E. et McAuley A. (1999), « Internationalisation and the Smaller Firm: a Review of Contemporary Empirical Research », Management International Review, vol. 39, n° 3, p. 223-256.

Covin J.G. et Slevin D.P. (1991), « a Conceptual Model of Entrepreneurship as Firm Behavior », Entrepreneurship: Theory & Practice, vol. 16, n° 1, p. 7-25.

Crick D. et Spence M. (2005), « The Internationalisation of “High Performing” UK High-tech SMEs: a Study of Planned and Unplanned Strategies », International Business Review, vol. 14, n° 2, p. 167-185.

Dimaggio P.J. et Powell W.W. (1983), « The Iron Cage Revisited: Institutional Isomorphism and Collective Rationality in Organizational Fields », American Sociological Review, vol. 48, p. 147-160.

Doherty A.M. (2000), « Factors Influencing International Retailers’ Market Entry Mode Strategy: Qualitative Evidence From the UK Fashion Sector », Journal of Marketing Management, vol. 16, n° 1-3, p. 223-245.

Eriksson K. et al. (2001), « Time and Experience in the Internationalization Process », Zeitschrift fur Betriebswirtschaft, vol. 71, n° 1, p. 21-43.

Fernhaber S.A. et al. (2007), « Exploring the Role of Industry Structure in New Venture Internationalization », Entrepreneurship Theory and Practice, vol. 31, n° 4, p. 517-542.

Figueira-de-Lemos F. et al. (2011), « Risk Management in the Internationalization Process of the Firm: a Note on the Uppsala Model », Journal of World Business, vol. 46, n° 2, p. 143-153.

Forsgren M. (2002), « The Concept of Learning in the Uppsala Internationalization Process Model: a Critical Review », International Business Review, vol. 11, n° 3, p. 257-277.

Ghemawat P. (2001), « Distance Still Matters: the Hard Reality of Global Expansion », Harvard Business Review, vol. 79, n° 8, p. 137-147.

Ghemawat P. et Hout T. (2016), « Can China’s Companies Conquer the World? », Foreign Affairs, vol. 95, n° 2, p. 86-99.

Gilbert C.G. (2005), « Unbundling the Structure of Inertia: Resource Versus Routine Rigidity », Academy of Management Journal, vol. 48, n° 5, p. 741-763.

Gnizy I. et Shoham A. (2014), « Explicating the Reverse Internationalization Processes of Firms », Journal of Global Marketing, vol. 27, n° 4, p. 262-283.

Grosche P. et al. (2015), « La configuration et la coordination internationales de la chaine de valeur dans l’industrie automobile allemande », Finance Contrôle Stratégie, vol. 18, n° 2, p. 1-27.

Harzing A.W. et Pudelko M. (2016), « Do we Need to Distance Ourselves from the Distance Concept? Why Home and Host Country Context Might Matter More Than (Cultural) Distance », Management International Review, vol. 56, n° 1, p. 1-34.

Hennart J.-F. (2014), « The Accidental Internationalists: a Theory of Born Globals », Entrepreneurship Theory and Practice, vol. 38, n° 1, p. 117-135.

Hitt M.A. et al. (2016), « International Strategy : From Local to Global and Beyond », Journal of World Business, vol. 51, n° 1, p. 58 73.

Hofstede G. (1993), « Cultural Constraints in Management Theories », Academy of Management Perspectives, vol. 7, n° 1, p. 81-94.

House R.J. (2004), Culture, Leadership, and Organizations : the GLOBE Study of 62 Societies, Sage Publications.

Hsiao C. (2014), Analysis of Panel Data, Cambridge University Press.

Issa Kawar T. (2012), « Cross-cultural Differences in Management », International Journal of Business and Social Science, vol. 3, n° 6, p. 1-3.

Johanson J. et Vahlne J.-E. (1977), « The Internationalization Process of the Firm - a Model of Knowledge Development and Increasing Foreign Market Commitments », Journal of International Business Studies, vol. 8, n° 1, p. 23-32.

Johanson J. et Vahlne J.-E. (2009), « The Uppsala Internationalization Process Model Revisited: from Liability of Foreignness to Liability of Outsidership », Journal of International Business Studies, vol. 40, n° 9, p. 1411-1431.

Johanson J. et Wiedersheim-Paul F. (1975), « The Internationalization of the Firm - Four Swedish Cases », Journal of Management Studies, vol. 12, n° 3, p. 305-323.

Jones M.V. et Coviello N.E. (2005), « Internationalisation: Conceptualising an Entrepreneurial Process of Behaviour in Time », Journal of International Business Studies, vol. 36, n° 3, p. 284-303.

Karlsson T. et Honig B. (2009), « Judging a Business by its Cover: an Institutional Perspective on New Ventures and the Business Plan », Journal of Business Venturing, vol. 24, n° 1, p. 27-45.

Khavul S. et al. (2010), « Organizational Entrainment and International New Ventures from Emerging Markets », Journal of Business Venturing, vol. 25, n° 1, p. 104-119.

Kin V. et al. (2015), « Emerging Countries: Emergence, Growth or Maturity of the Theme in the International Management Research ? A Bibliometric Study », Management International, vol. 19, p. 20-34.

Kiss A.N. et al. (2012), « International Entrepreneurship Research in Emerging Economies: a Critical Review and Research Agenda », Journal of Business Venturing, vol. 27, n° 2, p. 266-290.

Kogut B. et Singh H. (1988), « The Effect of National Culture on the Choice of Entry Mode », Journal of International Business Studies, vol. 19, n° 3, p. 411-432.

Lassalle F. et al. (2012), « L’écart entre performance et aspirations affecte-t-il la performance future d’une organisation ? Le cas de la ligue des champions UEFA (1994-2008) », Finance Contrôle Stratégie, vol. 15, n° 4, p. 2-17.

Lopez L.E. et al. (2009), « Born Global or Born Regional? Evidence From an Exploratory Study in the Costa Rican Software Industry », Journal of International Business Studies, vol. 40, n° 7, p. 1228-1238.

Lu J.W. et al. (2001), « The Internationalization and Performance of SMEs », Strategic Management Journal, vol. 22, n° 6-7, p. 565-586.

Lu Y. et al. (2010), « Capabilities as a Mediator Linking Resources and the International Performance of Entrepreneurial Firms in an Emerging Economy », Journal of International Business Studies, vol. 41, n° 3, p. 419-436.

Luehrman T.A. (1998), « Strategy as a Portfolio of Real Options », Harvard Business Review, p. 89-99.

Luo Y. et Tung R.L. (2007), « International Expansion of Emerging Market Enterprises: a Springboard Perspective », Journal of International Business Studies, vol. 38, n° 4, p. 481-498.

Luo Y. et Zhang H. (2016), « Emerging Market MNEs: Qualitative Review and Theoretical Directions », Journal of International Management, vol. 22, n° 4, p. 333-350.

Mamis R.A. (1989), Global Start-up, Inc.com.

Mathews J.A. et Zander I. (2007), « The International Entrepreneurial Dynamics of Accelerated Internationalisation », Journal of International Business Studies, vol. 38, n° 3, p. 387-403.

Melén Hånell S. et al. (2014), « The Continued Internationalisation of an International New Venture », European Business Review, vol. 26, n° 5, p. 471-490.

Métais E. et al. (2010), « Le paradigme d’Uppsala: la distance géographique et l'effet de réseau comme déterminants des décisions d'acquisitions internationales (1990-2009) », Management International, vol. 15, n° 1, p. 47-58.

Meyer K.E. et Thaijongrak O. (2013), « The Dynamics of Emerging Economy MNEs: How the Internationalization Process Model Can Guide Future Research », Asia Pacific Journal of Management, vol. 30, n° 4, p. 1125-1153.

Moalla E. (2016), « Hofstede Vs Schwartz Vs Globe What Measure For National Culture ? Hofstede Vs Schwartz », Management International, vol. 20, p. 26-37.

Moen O. (1999), « The Relationship Between Firm Size, Competitive Advantages and Export Performance Revisited », International Small Business Journal, vol. 18, n° 1, p. 3-72.

Ogbuehi A.O. et Longfellow T.A. (1994), « Perceptions of US Manufacturing SMEs Concerning Exporting: a Comparison Based on Export Experience », Journal of Small Business Management, vol. 32, n° 4, p. 37-37.

Oviatt B.M. et McDougall P.P. (1994), « Toward a Theory of International New Ventures », Journal of International Business Studies, vol. 25, n° 1, p. 440-459.

Oviatt B.M. et McDougall P.P. (2005), « Defining International Entrepreneurship and Modeling the Speed of Internationalization », Entrepreneurship Theory and Practice, vol. 29, n° 5, p. 537-554.

Peng M.W. (2012), « The Global Strategy of Emerging Multinationals from China », Global strategy journal, vol. 2, p. 97-107.

Pothukuchi V. et al. (2002), « National and Organizational Culture Differences and International Joint Venture Performance », Journal of International Business Studies, vol. 33, n° 2, p. 243-265.

Rennie M.W. (1993), « Global Competitiveness: Born Global », McKinsey Quarterly, n° 4, p. 45-52.

Samiee S. et Walters P.G.P. (1990), « Influence of Firm Size on Export Planning and Performance », Journal of Business Research, vol. 20, n° 3, p. 235-248.

Santangelo G.D. et Meyer K.E. (2011), « Extending the Internationalization Process Model: Increases and Decreases of MNE Commitment in Emerging Economies », Journal of International Business Studies, vol. 42, n° 7, p. 894-909.

Sapienza H.J. et al. (2006), « a Capabilities Perspective on the Effects of Early Internationalization on Firm Survival and Growth », Academy of Management Review, vol. 31, n° 4, p. 914-933.

Schwens C. et al. (2011), « The Moderating Impact of Informal Institutional Distance and Formal Institutional Risk on SME Entry Mode Choice », Journal of Management Studies, vol. 48, n° 2, p. 330-351.

Servantie V. (2007), « Les Entreprises à Internationalisation Rapide et Précoce : revue de littérature », Revue de l’Entrepreneuriat, vol. 6, n° 1, p. 1-28.

Shan W. (1990), « An Empirical Analysis of Organizational Strategies by Entrepreneurial High-technology Firms », Strategic Management Journal, vol. 11, n° 2, p. 129-139.

Shrader R.C. et al. (2000), « How New Ventures Exploit Trade-offs Among International Risk Factors: Lessons for the Accelerated INTERNATIONALIZATION of the 21st Century », Academy of Management Journal, vol. 43, n° 6, p. 1227-1247.

Sousa C.M.P. et al. (2008), « The Determinants of Export Performance: a Review of the Research in the Literature Between 1998 and 2005 », International Journal of Management Reviews, vol. 10, n° 4, p. 343-374.

Tallman S. et Li J. (1996), « Effects of International Diversity and Product Diversity on the Performance of Multinational Firms », Academy of Management Journal, vol. 39, n° 1, p. 179-196.

Tan H. et Mathews J.A. (2015), « Accelerated Internationalization and Resource Leverage Strategizing: the Case of Chinese Wind Turbine Manufacturers », Journal of World Business, vol. 50, n° 3, p. 417-427.

Teece D.J. et al. (1997), « Dynamic Capabilities and Strategic Management », Strategic Management Journal, vol. 18, n° 7, p. 509-533.

Turcan R.V. (2011), « Toward a Theory of International New Venture Survivability », Journal of International Entrepreneurship, vol. 9, n° 3, p. 213-232.

Turner C. et Gardiner P.D. (2007), « De-internationalisation and Global Strategy: the Case of British Telecommunications (BT) », Journal of Business & Industrial Marketing, vol. 22, n° 7, p. 489-497.

Vahlne J.-E. et Johanson J. (2013), « The Uppsala Model on Evolution of the Multinational Business Enterprise – from Internalization to Coordination of Networks », International Marketing Review, vol. 30, n° 3, p. 189-210.

Vermeulen F. et Barkema H.G. (2002), « Pace, Rhythm, and Scope: Process Dependence in Building a Profitable Multinational Corporation », Strategic Management Journal, vol. 23, n° 7, p. 637-653.

Vieu M. (2014), L’internationalisation des multinationales issues de pays émergents : comportements des firmes et déterminants du développement international dans un contexte de croissance par acquisition (Thèse), Aix-Marseille Université.

Wei-Hwa Pan et Wei-Chun Tsai (2012), « Internationalization, Regional Diversification and Firm Performance: the Moderating Effects of Administrative Intensity », International Journal of Business & Social Science, vol. 3, n° 18, p. 274-282.

Wooldridge J.M. (2010), Econometric Analysis of Cross Section and Panel Data, MIT Press.

Yamakawa Y. et al. (2008), « What Drives New Ventures to Internationalize from Emerging to Developed Economies? », Entrepreneurship: Theory and Practice, vol. 32, n° 1, p. 59-82.

Zahra S.A. et al. (2000), « International Expansion by New Venture Firms: International Diversity, Mode of Market Entry, Technological Learning, and Performance », Academy of Management Journal, vol. 43, n° 5, p. 925-950.

Zou S. et Stan S. (1998), « The Determinants of Export Performance: a Review of the Empirical Literature Between 1987 and 1997 », International Marketing Review, vol. 15, n° 5, p. 333-356.

Haut de page

Notes

1 La distance psychique reflète l’écart culturel, de langage, de niveau d’éducation, ou de développement industriel entre le pays d’origine et le pays ciblé (Johanson et Wiedersheim-Paul, 1975)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Cadre généralisé du processus d’internationalisation (adaptation des auteurs de Johanson et Vahlne, 1977; Luo et Tung, 2007; Oviatt et McDougall, 2005)
URL http://journals.openedition.org/fcs/docannexe/image/2317/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau 1 Statistiques descriptives de l’échantillon
URL http://journals.openedition.org/fcs/docannexe/image/2317/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://journals.openedition.org/fcs/docannexe/image/2317/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://journals.openedition.org/fcs/docannexe/image/2317/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau 2 Statistiques descriptives des variables
URL http://journals.openedition.org/fcs/docannexe/image/2317/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau 3. Performances des EIRP (Born global & Born regional) comparées aux autres firmes
URL http://journals.openedition.org/fcs/docannexe/image/2317/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 4. Relation entre risque pays, distance culturelle et performance internationale des FMNE
URL http://journals.openedition.org/fcs/docannexe/image/2317/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 2. Relation entre risque pays et performance internationale des FMNE
URL http://journals.openedition.org/fcs/docannexe/image/2317/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 3. Relation entre distance culturelle et performance internationale des FMNE
URL http://journals.openedition.org/fcs/docannexe/image/2317/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antonin Ricard Dr et Yaqi Zhao, « Processus d’internationalisation et performance : Apport de la théorie Springboard au paradigme Uppsala », Finance Contrôle Stratégie [En ligne], NS-2 | 2018, mis en ligne le 13 juillet 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/fcs/2317 ; DOI : 10.4000/fcs.2317

Haut de page

Auteurs

Antonin Ricard Dr

Aix Marseille Univ, AMGSM - IAE, CERGAM, Aix-en-Provence, France

Yaqi Zhao

Aix Marseille Univ, AMGSM - IAE, CERGAM, Aix-en-Provence, France

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page