Navigation – Plan du site

Chemins d’internationalisation des multinationales émergentes : vers une extension des modèles théoriques d’internationalisation

Internationalization paths of emerging multinationals: towards an extension of internationalization theoretical models
Morgan Marchand et Marion Vieu

Résumés

Les multinationales émergentes (EMNE) sont souvent considérées comme des firmes à l’internationalisation accélérée, « en sens inverse » des modèles classiques. Dans le cadre conceptuel de la théorie de l’internationalisation incrémentale, cet article analyse les chemins d’internationalisation de 110 EMNE. Il propose une typologie nouvelle et complète des chemins d’internationalisation - prudent, méthodique, explorateur, intrépide - qui dépasse la distinction binaire entre approches classique et moderne. Les résultats rendent compte de la diversité des trajectoires d’internationalisation des EMNE. Un croisement avec certaines caractéristiques des firmes, permet d’identifier des spécificités liées aux pays d’origine des EMNE ainsi qu’à l’effet du contexte des années 2000.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La plupart des théories en management international reposent sur l’étude des multinationales nord-américaines et ouest-européennes. Le développement des multinationales issues de pays émergents (EMNE) défie-t-il ces théories établies ? Dit autrement, les théories classiques sont-elles suffisantes pour rendre compte des stratégies et pratiques des EMNE ? Si la littérature fournit pour l’instant des observations donnant à penser que les stratégies d’internationalisation des multinationales des pays émergents présentent certaines particularités, celles-ci font l’objet d’encore peu de synthèses globales, et leurs conséquences théoriques restent en discussion (Amal et al., 2013 ; Bandeira-de-Mello et al., 2015). Plusieurs options sont en débat et vont du maintien de ces théories à des appels pour leur complet renouvellement (Aharoni, 2014 ; Cuervo-Cazurra 2012 ; Girod et Bellin, 2011 ; Narula, 2012).

2Les EMNE sont souvent considérées comme des firmes à l’internationalisation accélérée, « en sens inverse » par rapport aux modèles classiques. Cette affirmation fait l’objet d’un relatif consensus, sans toutefois être systématiquement étayée par des recherches empiriques d’ampleur. Cet article se consacre donc à la question les EMNE suivent-elles le chemin d’internationalisation prédit par le schéma séquentiel classique, ou celui inversé qui serait supposément le leur, ou encore des schémas sous-explorés jusque maintenant ?, tout en s’inscrivant dans la thématique du dossier spécial relative à une meilleure compréhension de l’internationalisation des entreprises issues de pays émergents. Une première partie analyse la littérature sur les chemins d’internationalisation, en propose une typologie originale associant systématiquement choix de localisation et intensité des modes d’entrée, et explore les hypothèses en cours sur les chemins suivis par les EMNE. Ensuite, en opérationnalisant finement les concepts, grâce notamment à un cadre d’analyse exhaustif de la notion de distance, l’article confronte le modèle typologique proposé aux chemins d’internationalisation de 110 EMNE issues des pays BRICSAM (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud, Mexique), fournissant des données empiriques d’ampleur sur ce sujet. L’identification des chemins d’internationalisation est finalement enrichie par une mise en relation de ces chemins avec des caractéristiques des EMNE (pays d’origine, secteur d’activités, taille, âge de la firme, date de la première opération à l’international et temps d’internationalisation).

1. Revue de littérature et contributions théoriques

3Cette première partie propose une réflexion théorique relative aux chemins d’internationalisation des firmes. Une première section (1.1) analyse la littérature sur les chemins d’internationalisation et propose une typologie originale associant systématiquement choix de localisation et intensité des modes d’entrée. Une seconde section (1.2) discute les hypothèses en cours sur les chemins suivis par les EMNE.

1.1. Vers un modèle complet des chemins d’internationalisation

4L’IPM (Internationalization Process Model), ou théorie de l’internationalisation incrémentale (Johanson et Vahlne, 1977) est connue sous le nom de « modèle d’Uppsala ». Elle décrit, à partir d’un cadre conceptuel à deux dimensions, les processus d’internationalisation des entreprises et propose un modèle classique qui est le reflet théorique des chemins d’internationalisation des EMN de pays développés initialement étudiées par ses auteurs, à savoir la Suède puis la majeure partie des pays nord-américains et ouest-européens. Ce modèle suggère que les entreprises s’internationalisent graduellement, de manière incrémentale avec une double progressivité : (1) de pays proches, en termes de distance psychique, vers des pays plus lointains, (2) en ayant recours à des modes d’entrée de plus en plus engageants. Le cœur de ce modèle est le processus d’apprentissage, cumulatif, opération après opération, qui permet à une entreprise de progressivement se développer sur des marchés de plus en plus distants avec des modes d’entrée de plus en plus engageants. Le caractère incrémental de l’internationalisation est le résultat de cet apprentissage cumulatif. Ce modèle, l’un des plus célèbres de management international, a été abondamment cité, repris, adapté, à commencer par ses propres auteurs. Johanson et Vahlne (2009) en ont en effet proposé une version revisitée, à la lumière des changements de pratiques et théoriques, soulignant le rôle des réseaux et de la création de connaissance dans l’internationalisation, et l’associant à une dynamique de globalisation des activités (Vahlne et Ivarsson, 2014).

5Au-delà d’innombrables discussions subséquentes du modèle initial (Hertenstein et al., 2017, Knight et Liesch, 2016), Meier et Meschi (2010) considèrent que ce modèle d’Uppsala d’origine reste très robuste car il apporte une réponse conjointe aux deux questions principales que se pose une firme qui s’internationalise, à savoir les choix des pays et des modes d’entrée. Laissant de côté les discussions sur les déterminants, facteurs et moteurs de cette internationalisation (apprentissage, réseaux, etc.), ainsi que les discussions sur la dimension temporelle de l’internationalisation, nous suivons leur raisonnement pour se concentrer sur l’essence du modèle, qui parait paradoxalement sous-étudié et sous-utilisé dans la littérature. Ce modèle peut en effet être représenté graphiquement (Figure), avec, au sein d’un cadre logique à deux dimensions, un modèle de développement progressif : l’intensité des modes d’engagement, et la distance des pays cibles. La théorie de l’internationalisation incrémentale originale s’y inscrit à partir du quadrant inférieur gauche.

Figure 1. Modèle d’Uppsala initial - représentation graphique

Image 10000000000000B9000000B5E6F70912.jpg

6Étonnamment, ce modèle n’a pas fait l’objet d’une exploitation systématique, et a été sous-exploité avant d’être considéré comme obsolète. En effet, depuis les années 2000, des « nouveaux venus » dans le paysage compétitif (Hitt et al., 2016) sont considérés comme s’internationalisant rapidement, directement dans des pays distants et avec des modes d’entrée engageants sans progressivité incrémentale (Cui et al., 2014). La réflexion sur les chemins d’internationalisation prend alors comme point de départ une perspective binaire opposant au modèle ancien une « approche moderne » fondée de nouvelles pratiques (Amal et al., 2013 ; Knight et Liesch, 2016). C’est faire peu de cas du potentiel de la théorie de l’internationalisation incrémentale initiale. En effet, ses deux dimensions peuvent être associées pour révéler théoriquement une typologie des chemins d’internationalisation plus fine. Il est possible d’exploiter le modèle d’Uppsala pour le compléter, en révélant plusieurs idéal-typiques de trajectoires d’internationalisation dans le cadre des dimensions conceptuelles d’origine. Le quadrant « bas-gauche » est ainsi le marqueur d’un chemin classique, progressif et incrémental, avec développement initial dans des pays proches et des modes d’entrée peu engageants. À l’opposé, le quadrant « haut-droite » associe développement dans des pays distants et modes d’entrée engageants, illustrant les approches récentes censées invalider l’ensemble du modèle. Cette réflexion en matrice révèle aussi deux autres chemins théoriques, jusqu’ici non conceptualisés simplement dans la littérature : un quadrant « haut-gauche » associant développement dans des pays distants avec des modes d’entrée peu engageants, et en miroir un quadrant « bas-droite » associant développement dans des pays proches et modes d’entrée engageants.

7Ces quatre chemins, suggérés par le cadre théorique, présentent des caractéristiques contrastées qui permettent de dégager une typologie, articulée sur les deux axes initiaux du cadre conceptuel d’Uppsala. En fonction de la distance et de l’engagement des modes d’entrée des opérations initiales, quatre chemins d’internationalisation peuvent être caractérisés :

- Prudent (faible distance, modes d’entrée peu engageants)

- Explorateur (forte distance, modes d’entrée peu engageants)

- Méthodique (faible distance, modes d’entrée engageants)

- Intrépide (forte distance, modes d’entrée engageants)

Figure 2. Typologie des chemins d’internationalisation

Image 10000000000000F80000008510D13218.jpg

1.2. EMNE : l’hypothèse d’une internationalisation « en sens inverse » en question

8Les EMNE sont souvent associées à une « approche moderne » de l’internationalisation, qui serait l’inverse de la théorie incrémentale classique (Amal et al., 2013 ; Knight et Liesch, 2016). Une des « énigmes » des EMNE (Ramamurti, 2012) concerne en effet leurs séquences d’internationalisation : les EMNE s’internationaliseraient « dans le mauvais sens », à un rythme rapide et en commençant directement dans des pays distants (Madhok et Keyhani, 2012). C’est ainsi que plusieurs EMNE ont d’abord investi dans des pays développés (sud-nord) avant de se développer dans d’autres économies émergentes (sud-sud), surprenant les premiers observateurs par des pratiques d’internationalisation rapides et agressives (Sirkin et al., 2008). Confirmant ces premiers constats empiriques, Ramamurti (2012) soutient que les EMNE sont susceptibles d’opter directement pour des modes d’entrée engageants comme les fusions-acquisitions, dans des pays considérés comme distants. Cette tendance est exprimée par un dirigeant chinois ayant effectué des acquisitions en Europe. Dans une interview à la presse, il parle ainsi de « raccourcis » dans l’internationalisation des EMNE :

« Notre stratégie est d’accélérer notre expansion internationale. Le raccourci, s’il existe, passe par l’apprentissage, le rattrapage et le dépassement des grands groupes mondiaux. Afin d’apprendre d’eux, nous devons sortir de nos frontières et internationaliser nos opérations ».

9Un consensus s’établit ainsi dans le champ du management international, qui prête aux multinationales de pays émergents une internationalisation rapide, accélérée et agressive, tant en termes de choix de modes d’entrée que de relative indifférence à la notion de distance : « elles s’internationalisent généralement rapidement et pas nécessairement de manière incrémentale comme le prédit la théorie processuelle conventionnelle » (Luo et Zhang, 2016, p. 343). Sans questionner véritablement ce postulat, un grand nombre de recherches s’attachent alors à identifier les déterminants de ces chemins d’internationalisation supposés similaires des EMNE. Elles auraient ainsi une plus grande tolérance au risque, et leurs dirigeants sépareraient la distance psychique de l’attractivité des marchés lors de la sélection de pays et des modes d’entrée (Cuervo-Cazzura, 2012). Leur environnement d’origine de pays émergents, caractérisés par le dynamisme, les faiblesses institutionnelles et le manque de ressources et de capacités, les pousserait également à s’internationaliser plus rapidement et plus agressivement (Hitt et al., 2016). De plus, elles bénéficieraient d’une phase antérieure de pré-internationalisation sur leurs marchés domestiques, au contact de multinationales établies pour lesquelles elles sous-traitent ou avec lesquelles elles créent des partenariats (Elango et Pattnaik, 2011 ; Luo et al., 2011). Et même si des nuances sont récemment apportées, en signalant notamment des différences d’approches en fonction du pays d’origine (Hobdari et al., 2017), il reste que les EMNE sont considérées a priori comme suivant un chemin d’internationalisation opposé au modèle traditionnel.

10Ce consensus est renforcé par le rapprochement effectué entre les EMNE et les born-globals (Oviatt et McDougall, 1994), les deux catégories étant considérées comme des représentants similaires de chemins d’internationalisation non conventionnels (Ramamurti, 2012). Le terme de « born-again-global » a même été créé pour désigner, à l’instar de nombreuses EMNE, des entreprises anciennes qui s’internationalisent (ou se ré-internationalisent) tardivement mais rapidement (Bell, et al., 2001). Ainsi, les « nouveaux venus » d’Hitt et al. (2016) sont des born-globals, elles-mêmes placées dans la lignée des International New Ventures (Oviatt et McDougall, 1994). Il est légitime de questionner ce rapprochement, conceptuellement et empiriquement abusif. En effet, d’un côté, les termes born-globals et International New Ventures sont des descripteurs d’une stratégie et d’une pratique d’internationalisation, là où le terme EMNE ne renvoient qu’à l’origine économico-géographique d’un vaste ensemble de multinationales, sans aucune considération de leur chemin d’internationalisation. Là, où par définition et construction théorique, les born-globals sont des jeunes entreprises qui suivent un chemin intrépide, ou explorateur, rien ne permet par contre de caractériser a priori le chemin suivi par les EMNE. En effet, les recherches sur les EMNE prennent souvent comme base anecdotique et empirique des étapes déjà avancées de leur internationalisation, tout particulièrement les acquisitions réalisées à partir du milieu des années 2000 dans les pays développés, ce qui indiquerait (à première vue seulement) un chemin intrépide. Mais, en ne considérant souvent que quelques points au bout du chemin, est-il possible de conclure que l’ensemble du chemin se résume à ces opérations ? Dit autrement, si toutes les EMNE font effectivement à un moment des opérations avec modes d’entrée engageants dans des pays distants, cela indique assurément au moins un point de maturité, mais est-ce réellement représentatif de la trajectoire, du chemin qu’elles ont suivi ?

11Le consensus sur les chemins d’internationalisation des EMNE est-il donc légitime et empiriquement fondé ? Ou bien relève-t-il, en partie ou en totalité, d’une extrapolation hâtive des opérations les plus tardives de leur chemin d’internationalisation, voire d’un effet d’optique du à des échantillons trop réduits de pays d’origine des EMNE ? Comme souvent pour les EMNE, les hypothèses et discussions sont plus nombreuses que les recherches empiriques (Birkinshaw et al., 2010 ; Marchand, 2015). Pour donner un corps empirique à ces réflexions, il est possible de se pencher sur le développement de deux EMNE emblématiques, qui sont parmi les plus fréquemment étudiées, et citées en exemple de l’ensemble de la catégorie d’EMNE (Guillen et García-Canal, 2013 ; Williamson et al., 2013) : Haier (Chine) et Cemex (Mexique).

12Le cas de Haier est souvent cité pour illustrer l’internationalisation inversée des EMNE : « Sous le leadership visionnaire de Zhang Ruimin, la stratégie d’internationalisation d’Haier a été fondée sur le principe “difficile d’abord, facile plus tard”. Haier a opté pour des pays développés, comme les États-Unis, avant de s’implanter dans des pays présentant un accès potentiellement plus simple, comme l’Inde. » (Sanchez et al., 2012, p. 1). Une analyse attentive conduit néanmoins à relativiser ce discours du « difficile d’abord ». Si Haier s’est effectivement développée d’abord principalement sur les marchés d’Europe et d’Amérique du Nord, ceci s’est fait avec des modes d’entrée reflétant un engagement progressif : l’export aux États-Unis en 1994, puis des Joint-Ventures (JV, notamment aux Pays-Bas en 1997), puis la création de filiales commerciales (Italie en 2000) et enfin des acquisitions de structures de production (Duysters et al., 2009 ; Liu et Li, 2002). Considérée dans sa globalité, l’internationalisation d’Haier a donc nettement suivi un chemin explorateur. La trajectoire de Cemex est bien différente. Au début des années 1990, Cemex acquiert le leader espagnol du secteur (considéré par Ghemawat, 2001 comme un marché à faible distance pour le Mexique). Ensuite, le groupe continue son développement par des acquisitions dans des pays hispanophones d’Amérique Latine, avant de cibler d’autres pays émergents à la fin des années 1990. Ce n’est que finalement dans les années 2000 que Cemex réalise des acquisitions dans les économies avancées, aux États-Unis puis au Royaume-Uni et en Australie (Lessard et Lucea, 2009). Cemex a donc suivi un chemin d’internationalisation de type méthodique, se développant dans des pays d’abord peu distants avec des modes d’entrée engageants.

13Ces deux exemples, s’ils sont anecdotiques, n’en sont pas moins essentiels, car ce sont deux cas emblématiques des EMNE. Et aucun des deux ne corrobore l’hypothèse d’une internationalisation « en sens inverse ». Leur tendance commune est le net infléchissement de leur internationalisation autour de 2000, avec le début d’acquisitions, importantes et répétées, dans les économies avancées. Mais leur chemin avant cette phase avancée de leur internationalisation est très contrasté, chacun représentatif d’un type particulier, explorateur et méthodique en l’occurrence. L’association « EMNE-internationalisation moderne » apparait donc hâtive, et trop générale, la réalité est vraisemblablement plus nuancée, et plus complexe (Vieu, 2014). Le fait que les EMNE ne suivent pas le modèle classique ne signifie pas automatiquement qu’elles suivent un chemin inverse. La suite du travail se base sur ce cadrage conceptuel élargi (les quatre quadrants) pour répondre à la question de recherche qui anime cet article : quel(s) chemin(s) d’internationalisation suive(nt) les EMNE ? Dit autrement, dans quelle mesure les EMNE s’internationalisent selon le schéma séquentiel classique (type « prudent »), ou selon un schéma inversé qui serait supposément le leur (type « intrépide »), ou encore selon des modalités sous-explorées jusque maintenant (types « méthodique » ou « explorateur »)?

2. Méthodologie

14Cette recherche repose sur l’identification des chemins d’internationalisation de 110 EMNE de six pays, présentées dans la section ci-après (2.1). En opérationnalisant les notions de distance et d’intensité des modes d’entrée (section 2.2), elle rapproche ces chemins des idéal-typiques identifiés par construction théorique. Si la production et l’utilisation de typologies est une manière éprouvée de produire de la théorie (Doty et Glick, 1994 ; Shepherd et Suddaby, 2017), elle gagne ensuite à être mise en relation avec d’autres éléments (Fiss, 2011). Les données sont ainsi traitées (section 2.3) afin de présenter des résultats en deux temps : un premier qui catégorise les trajectoires d’internalisation et un second qui analyse les liens entre les différents chemins d’internationalisation identifiés et certaines caractéristiques des EMNE.

2.1. Echantillon

15L’étude des chemins d’internationalisation des EMNE proposée dans cet article repose sur des données secondaires recueillies, en amont, sur une base de données sur les fusions-acquisitions (SDC Platinum). Plusieurs raisonnements motivent cette approche. Sur un plan pratique, il apparait inefficace de travailler à partir de données concernant des entreprises exportatrices par exemple, car il faudrait alors qualifier manuellement toutes ces entreprises pour déceler celles qui optent ensuite pour d’autres modes plus engageants. Cet aspect empirique est d’autant plus fort que, dans le même temps, les bases de données sur les fusions-acquisitions sont parmi les plus complètes et les plus fiables actuellement disponibles. Il est donc empiriquement préférable de partir de données d’EMNE qui optent pour des modes d’entrée plus exigeants et plus complexes comme les acquisitions, pour ensuite, à rebours, analyser comment et par quel processus elles en sont arrivées à ce mode d’entrée. C’est ainsi que des données sur les acquisitions sont très fréquemment mobilisées dans la littérature pour étudier les processus d’internationalisation, que ce soit pour les DMNE (Benito et Gripsrud, 1992), les EMNE (Meyer et Thaijongrak, 2013) ou les EMN de manière générale (Casillas et Moreno-Menéndez, 2014).

16Le choix des pays d’origine relève quant à lui d’une double volonté : éviter les tropismes liés aux études sur les seules EMN de Chine et d’Inde, tout en conservant une cohérence dans les données. Le choix des pays du BRICSAM (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud, Mexique) permet de conjuguer ces deux exigences : s’il n’a plus la vigueur ni la pertinence qu’il avait au milieu des années 2000 (Cooper et al., 2007), il reste un panel représentatif de la notion de pays émergents (Kin et al., 2015), tant dans leurs similarités que dans leur croissante hétérogénéité.

Tableau 1. Échantillon d’EMNE mobilisé pour l’étude

Image 10000000000001C5000001375E19B6D9.jpg

2.2. Opérationnalisation des concepts

17Les deux dimensions du modèle, intensité d’engagement des modes d’entrée et distance du pays cible, sont opérationnalisées de manière à pouvoir rapprocher les idéal-typiques identifiés dans la littérature des 110 cas de notre échantillon.

2.2.1. Intensité d’engagement des modes d’entrée

18L’intensité d’engagement des modes d’entrée est une notion couramment utilisée dans la littérature (López-Duarte et al., 2016 ; Mayrhofer et Urban, 2011). L’approche incrémentale décrite dans le modèle d’Uppsala représente une intensité d’engagement théorique, démarrant de la forme de croissance la moins engageante et se terminant avec la plus engageante. Pan et Tse (2000) hiérarchisent par exemple les modes d’entrée sur un marché selon plusieurs modalités elles-mêmes séparées en deux grandes catégories, les modes d’entrée sans ou avec engagement en capital. À l’image du score de progressivité de l’internationalisation de Tapia-Moore et Meschi (2010), nous utilisons un score d’intensité d’engagement allant de l’export aux différentes formes de partenariats puis aux créations et aux acquisitions :

Tableau 2. Classification des modes d’entrée selon leur intensité d’engagement

Image 100000000000013B00000095FD121CB0.jpg

19L’exportation permet à la firme de s’internationaliser sans investir lourdement dans un marché étranger (Mahoney et al., 1998) et est donc le mode d’entrée le moins engageant. À l’inverse, les acquisitions majoritaires représentent le mode d’entrée le plus engageant (Agarwal et Ramaswani, 1992). Un score de 1 à 8 peut ainsi être attribué à chaque opération internationale des EMNE de l’échantillon. Afin de pouvoir confronter ces données au cadre théorique, et en gardant à l’esprit que, loin d’être seulement une question de capital, la question du choix de mode d’entrée est avant tout un « choix humain » (Oortwijn, 2011) pouvant impliquer et mobiliser plus ou moins de ressources d’une entreprise, les opérations d’export et de partenariats seront considérées comme peu engageantes, par contraste avec les filialisations qui regroupent des opérations globalement plus engageantes pour une entreprise.

2.2.2. Distance avec le pays cible

20La notion de distance, abondamment utilisée en management international (Ambos et Håkanson, 2014 ; Hutzschenreuter et al., 2016), est un concept extrêmement polysémique (Viegas-Pires 2013) dont la difficile objectivation conduit à des défis méthodologiques importants. Depuis les premières analyses successives au modèle d’Uppsala, ce concept a connu beaucoup d’évolutions, et présente diverses facettes, des plus objectivées comme le modèle de distance CAGE (Cultural, Administrative, Geographic, Economic) de Ghemawat (2001) au plus subjectives comme la notion de distance culturelle perçue (Hutzschenreuter et al., 2014 ; Nebus et Chai, 2014). Trop souvent ramenée à la seule dimension de distance culturelle, cette notion peut même être inutile (Harzing et Pudelko, 2016), et est de plus en plus remise en question dans ses versions simplifiées (Williams et Grégoire, 2015). Ses effets sont également depuis longtemps discutés, Tihanyi et al. (2005) relativisant par exemple l’impact et la consistance du concept en indiquant que les EMN des États-Unis modifient peu leurs pratiques de mode d’entrée en fonction de la distance. À tout le moins, travailler avec prudence avec ce concept nécessite de l’opérationnaliser comme un construit multidimensionnel dépassant la seule dimension culturelle (Mayrhofer, 2002) : « de futurs travaux doivent incorporer plus d’une mesure de la distance, ou opter pour un index composite comme celui proposé par exemple par Dow et Karunaratna (2006) » (Ambos et Håkanson, 2014, p. 5).

21Un indice composite et multidimensionnel a donc été élaboré, en incorporant aux travaux de Dow (Dow et Karunaratna, 2006 ; Dow et Larimo, 2009) les recherches ultérieures de Batsakis et Mohr (2017), Contractor et al. (2016), Håkanson et al. (2016), Amal et Tomio (2015), Azar et Drogendijk (2014), Lopez-Duarte et Vidal-Suarez (2013), Blomkvist et Drogendijk (2013), Buckley et al. (2012), Rabbiosi et al. (2012), Hashai (2011), Child et al. (2009). De ces 12 recherches, il ressort que huit dimensions de la distance peuvent être mobilisées et agrégées pour construire un indice composite de la distance : les distances culturelle, linguistique, religieuse, économique, politique, institutionnelle, géographique et éducative.

Tableau 3. Construction de l’indice composite de distance

Image 10000000000001C6000000D3131340FF.jpg

22À partir des sources recommandées par ces travaux, un indice composite unique a été établi pour chaque dyade de pays (Vieu, 2014). Plus le score est élevé, plus la distance est élevée et inversement. Afin de relier ces indices au cadre théorique, une classification ascendante hiérarchique (méthode de Ward) des scores de distance de la première opération a été réalisée avec le logiciel SPSS (). Compte tenu du score moyen sur l’échantillon, nous considérerons le groupe 1 comme représentatif des « faibles » distances et les groupes 2,3 et 4 comme représentatifs des « fortes » distances.

Tableau 4. Classification ascendante hiérarchique de la variable « distance »

Image 10000000000001C500000057F1E227C4.jpg

***p<0,001

2.3. Traitement des données

23L’objectif de ce travail est de caractériser les chemins d’internationalisation des EMNE en associant intensité d’engagement des modes d’entrée et distance entre le pays d’origine de l’EMNE et les pays cibles ; les chemins étant in fine assimilables à un des quatre quadrants du cadre conceptuel. La nature de l’objet étudié (le chemin) requiert un traitement des données spécifique. En effet, il ne s’agit pas d’analyser le comportement moyen ou général des EMNE à l’international, mais de percevoir leur chemin d’internationalisation : comment se sont-elles internationalisées ? Le cadre théorique utilisé nécessite de s’intéresser aux premiers temps de cette internationalisation. Pour ce faire, une première approximation des trajectoires a été réalisée sur la base de la première opération, permettant une première identification des types (quadrants). Cette analyse systématique est réalisée par regroupement croisé des caractéristiques de la première opération de chaque EMNE : intensité du mode d’engagement et distance avec le pays-cible. Cette première analyse systématique a été complétée par une analyse qualitative manuelle prenant en compte les opérations ultérieures. Cette analyse en seconde intention a le plus souvent simplement confirmé l’analyse systématique, parfois modifié légèrement l’appréciation initiale. Elle a également permis d’identifier des chemins non linéaires (Yip et al., 2000) qui ne peuvent être rapprochés des idéales-typiques, ainsi que d’autres éléments permettant de mieux caractériser le chemin d’internationalisation (par exemple, un temps très long entre la première opération et les suivantes, ou une première opération singulière au regard des suivantes).

24L’analyse à vue a conduit à modifier 13 attributions de types, et à détecter trois cas de chemins non linéaires. Ces derniers ne pouvant être rapprochés des idéal-typiques du cadre conceptuel, les résultats comprennent au final 107 EMNE. Après ce premier stade d’identification des types de trajectoire, l’analyse est enrichie en mettant en relation les types identifiés et cinq facteurs descriptifs de l’échantillon, par un croisement (tableaux croisés dans SPSS) avec les groupes identifiés : le pays d’origine (BRICSAM, 6 modalités), le secteur d’activités (code SIC, 8 modalités), la taille de l’entreprise (3 modalités), l’âge de la firme et la date de la première opération.

3. Résultats

25L’analyse produit deux types de résultats. À un premier niveau (section 3.1), les trajectoires d’internationalisation des 110 EMNE sont rapprochées des idéal-typiques du modèle théorique, permettant de mieux caractériser les différents chemins d’internationalisation utilisés par les EMNE. Ensuite (section 3.2), ces résultats sont croisés avec des descripteurs de l’échantillon, amenant à déceler des récurrences qui ouvrent des pistes de recherche ultérieures.

3.1. Typologie des chemins d’internationalisation

26Les chemins d’internationalisation des EMNE s’avèrent beaucoup plus variés et contrastés que ce que le consensus actuel dans la littérature laisserait à penser. Leur diversité, analysée dans le cadre conceptuel initial d’Uppsala, est à l’image du cadre typologique étendu annoncé dans la section 1.1.

27Le chemin classique est suivi par 16 EMNE. On y retrouve le progressif développement incrémental, à partir de premières opérations associant faible distance et faible engagement des modes d’entrée. La firme russe TransKonteyner en présente un exemple simple : ses premiers développements internationaux se font d’abord sous forme d’exportations en Mongolie, Biélorussie, Slovaquie, République Tchèque puis au Japon. En 2008, elle crée un bureau de représentation en Chine. En 2010 le processus s’accélère avec une JV en Allemagne et des filiales en Autriche et en Corée du Sud. Une trajectoire un peu plus complexe est celle de la société IT mexicaine Softtek : au-delà d’une première filiale au Brésil en 1997, sa logique principale d’internationalisation est longtemps uniquement faite d’exports, en Amérique Latine essentiellement dans les années 1990, puis à partir de 2006 en Espagne, avant que la courbe s’infléchisse avec des filiales en Chine et aux États-Unis en 2008. Ce chemin classique d’internationalisation est de type prudent, dans le sens où il réduit progressivement les inconnues liées à l’intensité des modes d’engagement et à la distance.

28Le chemin d’internationalisation explorateur, caractérisé par des modes d’entrée peu engageants dans des pays distants, est emprunté par 18 EMNE de l’échantillon. C’est le cas par exemple de l’entreprise pharmaceutique indienne Biocon. Elle exporte à la fin des années 1970 aux États-Unis et en Allemagne, puis noue des partenariats en France et aux États-Unis au milieu des années 2000, et fait une JV aux Emirats Arabes Unis en 2007, avant de créer sa première filiale internationale un an plus tard en Allemagne. La société énergétique chinoise Suntech Power a quant à elle exporté dans de nombreux pays (Australie, Royaume-Uni, Allemagne, Afrique du Sud, etc.) durant les années 2000 avant de réaliser sa première acquisition internationale, au Japon en 2008. Ces EMNE sont exploratrices (au sens géographique et de marchés), en ce qu’elles opèrent rapidement sur une large échelle de distance, mais avec des modes d’entrée d’intensité modérée.

29Le chemin d’internationalisation méthodique caractérisé par des modes d’entrée engageants dans des pays peu distants est emprunté par 33 EMNE. L’entreprise russe Mechel, spécialisée dans les mines et métaux, fait partie de ces entreprises qui, dès le début de leur internationalisation, procède d’une stratégie d’investissement direct à l’étranger, avec un fort engagement de ressources et de capital, mais dans des pays proches en termes de distance psychique. Mechel débute ainsi son internationalisation en 2003 avec des acquisitions en Lituanie et en Roumanie. En 2007 elle prend une participation dans une société bulgare, puis en 2008 elle acquiert une entreprise roumaine. L’entreprise brésilienne de composants automobiles Iochpe-Maxion a suivi une trajectoire similaire, dans son environnement régional, procédant à partir de 2008 à plusieurs acquisitions en Argentine, au Mexique puis aux États-Unis. Il en va de même pour Pretoria Portland Cement (Afrique du Sud) qui, après un bureau de représentation au Botswana en 1996, acquiert une société au Zimbabwe en 2001 et procède à une autre acquisition au Botswana en 2011. Ce chemin d’internationalisation méthodique est essentiellement à l’image d’engagements forts et systématiques, circonscrit dans un premier temps à des pays proches du pays d’origine de l’EMNE.

30Enfin, le chemin d’internationalisation qualifié de rapide ou « moderne » dans la littérature, type intrépide dans ce travail, est suivi par 40 EMNE de l’échantillon. Leurs trajectoires associent effectivement, dès le début, modes d’entrée engageants et grande distance. C’est le cas par exemple de la société chinoise Suzhou Gold Mantis, spécialisée dans la décoration d’intérieur : sa première opération d’internationalisation est directement l’acquisition d’une société des États-Unis en 2012. La société agroalimentaire indienne Global Green a déjà plusieurs opérations à son actif, toutes des acquisitions : la première aux États-Unis en 1998, puis en Belgique et en Hongrie en 2008. La société d’énergie éolienne chinois Goldwind a également suivi une trajectoire accélérée : après un bureau de représentation en Allemagne en 2006, elle y réalise une acquisition deux ans plus tard, ce qui lui permet d’exporter plus largement avant de reprendre la filialisation, par une acquisition aux États-Unis en 2012 puis en Amérique Latine en 2013.

31Les EMNE de l’échantillon étudié dévoilent donc des chemins d’internationalisation beaucoup plus variés que la simple dichotomie « Uppsala classique » - « approche moderne », consensuelle. Ces différentes trajectoires d’internationalisation ne sont cependant pas représentées dans des mesures similaires : si 16 EMNE se sont internationalisées selon le schéma classique prudent, 18 ont emprunté un chemin explorateur, 33 un chemin méthodique, et 40 un chemin intrépide conforme à l’image d’une internationalisation accélérée. Ces premiers chiffres bruts permettent plusieurs réflexions. Tout d’abord, ils relativisent plus qu’ils n’invalident la thèse d’EMNE à internationalisation rapide : la trajectoire intrépide, même si elle ne reflète pas la majorité des cas, est néanmoins celle la plus souvent empruntée. Deuxième élément de réflexion : la distance « compte toujours » : le chemin méthodique, deuxième type le plus représenté dans l’échantillon, est celui d’entreprises qui optent pour des modes d’entrée engageants dans des pays proches. Ce choix peut n’être qu’une étape transitoire vers des opérations plus lointaines, mais il est également très souvent, comme dans les exemples cités précédemment, une option stratégique stable qui caractérise une perspective avant tout régionale, ou du moins non globale, de l’internationalisation de nombreuses EMNE (Sethi, 2009).

3.2. Caractéristiques des EMNE

32Une analyse complémentaire permet de croiser ces premiers résultats avec les caractéristiques principales des EMNE. Les cinq données disponibles de manière systématique et cohérentes pour l’ensemble de l’échantillon sont le pays d’origine, le secteur d’activités, la taille de l’entreprise, son âge ainsi que l’année de sa première opération internationale. Les variables testées étant des variables nominales, des tableaux de contingence dont la significativité a été contrôlée grâce au test de Khi-deux permettent de tester l’indépendance des variables entre elles. Le coefficient de contingence permet quant à lui d’évaluer la force de l’association. Trois variables se sont révélées non significatives : le secteur d’activités, la taille et l’âge de l’entreprise ; elles n’ont donc pas d’effet en ce qui concerne la catégorisation et le comportement des EMNE constaté. Par contre, deux autres sont significatives comme en témoigne les tests de Khi-deux (Tableau 5). De plus, notre typologie est contingente à ces variables ; les coefficients de contingence renvoient en effet à une association significative entre la trajectoire des EMNE et le pays d’origine d’une part, et la date de la première opération d’autre part (Tableau).

Tableau 5. Croisement de la typologie avec le pays d’origine et l’année de première opération

Image 10000000000001C5000000E71292759E.jpg

**p<0,05

33Plusieurs régularités apparaissent en croisant le pays d’origine des EMNE et leur chemin d’internationalisation. Les deux éléments les plus saillants concernent les types intrépide et méthodique. Tout d’abord, il apparait que les EMNE chinoises et indiennes comptent à elles seules pour la majorité des trajectoires intrépides, associant forte distance et forte intensité d’engagement. La réciproque est également vraie : si 60% des intrépides sont des EMNE chinoises et indiennes, celles-ci optent à 60% pour ce chemin d’internationalisation. Les résultats disponibles suggèrent donc une association particulière entre les EMNE de ces deux pays, emblématiques de l’ensemble des pays émergents mais trop souvent tenues pour représentatives de l’ensemble d’entre eux. Or, elles deux, et elles seules, apparaissent si complètement portées conjointement à des stratégies de modes d’entrée engageants dans des pays distants. Cette tendance des EMNE chinoises et indiennes est complétée par l’analyse des trajectoires exploratrices. En effet, il apparait que 34 des 41 EMNE chinoises et indiennes (soit plus de 80%) ont mis en œuvre l’un de ces deux types d’internationalisation qui mobilisent des distances fortes. Les EMNE de ces deux pays ont donc en commun de s’internationaliser par des opérations rapidement lointaines, pour lesquelles la notion de réduction progressive de la distance n’est pas pertinente.

34Par contraste, les EMNE d’Amérique Latine apparaissent opter pour des chemins d’internationalisation bien différents. En effet, accréditant les idées de multilatinas (Cuervo-Cazurra, 2008), ces EMNE de pays d’Amérique centrale et du sud s’internationalisent d’abord et surtout dans leur région, les EMNE du Brésil et du Mexique de notre échantillon. Le cas le plus évident est celui du Mexique, exactement opposé aux trajectoires sino-indiennes : huit des dix entreprises mexicaines suivent une trajectoire méthodique, et les deux autres une prudente. Aucune de ces EMNE mexicaines n’opte donc pour un chemin comprenant des pays distants : leur internationalisation se fait donc dans un cadre régional, majoritairement avec des formes d’engagement élevé. Le cas des EMNE brésiliennes est un peu plus contrasté, mais néanmoins proche, le premier chemin emprunté étant à nouveau le méthodique.

35Ce sont donc deux visions et deux pratiques de l’internationalisation qui peuvent être saisies par ces résultats. D’un côté, des firmes latino-américaines qui sont prioritairement tournées vers une régionalisation, et donc pour lesquelles la notion de distance prend une place importante ; de l’autre les EMNE indiennes et chinoises qui opèrent directement à une échelle géographique globale. Notons enfin que les entreprises russes et sud-africaines présentent une distribution plus homogène, et des profils plus contrastés, à l’image des EMNE sud-africaines, aux trajectoires principalement méthodiques et exploratrices.

36Cette dimension géographique de l’internationalisation (les EMNE s’internationalisent différemment selon leur pays d’origine) est complétée par une dimension temporelle : la période à laquelle les EMNE débutent leur internationalisation est également significative. La périodisation est nettement marquée : jusqu’aux années 2000, le chemin d’internationalisation le plus couramment mis en œuvre par les EMNE de l’échantillon est le type prudent, le modèle classique d’Uppsala, devant le type explorateur. Cette tendance s’infléchit nettement à partir des années 2000, ces deux types ne représentant plus à eux deux que 16% de l’ensemble. Cette forte inflexion dans le choix des chemins d’internationalisation se constate quel que soit le pays d’origine des EMNE : il s’agit donc d’un phénomène d’ensemble, qui peut notamment être mis en relation avec les évolutions du contexte macroéconomique global. Une des dates clés de la période est par exemple l’adhésion de la Chine à l’OMC en 2011, donnant une impulsion supplémentaire au phénomène de mondialisation. Ce contexte global semble avoir poussé les EMNE à des opérations plus lointaines, et souvent plus engageantes.

4. Discussions

37La caractérisation des différents chemins d’internationalisation utilisés par les EMNE permet de proposer deux niveaux de discussion relatifs à la robustesse de la typologie des chemins d’internationalisation proposée (4.1), et à l’importance relative de différents facteurs sur les chemins d’internationalisation des EMNE, comme leur pays d’origine et le contexte global dans lequel elles opèrent (4.2).

4.1. Un nouveau cadre conceptuel pour penser les chemins d’internationalisation

38La typologie des chemins d’internationalisation, proposée initialement comme un construit théorique bâti sur les dimensions d’origine du modèle Uppsala, apparait extrêmement utile pour analyser les trajectoires des EMNE. En effet, les travaux s’accordant autour du consensus sur l’internationalisation rapide et « à sens inverse » des EMNE (Amal et al., 2013 ; Knight et Liesch, 2016) ne permettraient de mobiliser qu’une conception dichotomique « internationalisation classique - internationalisation moderne ». Dans cette perspective, une écrasante majorité des EMNE étudiées ne relèverait pas du schéma classique, et pourrait donc être hâtivement regroupée dans une catégorie « moderne ». La typologie « prudent-explorateur-méthodique-intrépide » permet de sortir de cette dichotomie, et d’analyser les chemins d’internationalisation avec une typologie confirmée, puisque chacun des idéal-typiques a pu être constaté empiriquement. De manière plus générale, cet apport conforte la proposition médiane de Cuervo-Cazurra (2012) selon laquelle l’analyse des EMNE permet non pas de renouveler mais d’étendre les théories existantes. Il répond également à la nécessité d’adopter « une approche plus holistique qui combine les perspectives traditionnelles et émergentes » (Ahmed et Humphreys, 2008, p. 54).

4.2. L’importance relative de différents facteurs sur les chemins d’internationalisation des EMNE

39Deux facteurs importants sont mis en lumière : le pays d’origine de la firme et la date de sa première opération à l’international. La répartition de l’échantillon au sein des différents idéal-typiques corrobore les travaux récents mettant en avant les différences d’approche en fonction du pays d’origine (Hobdari et al. 2017). En effet, les EMNE sino-indiennes ont en commun de s’internationaliser par des opérations rapidement lointaines (chemins explorateur et intrépide) quand les entreprises d’Amérique Latine présentent des trajectoires plus prudentes et méthodiques. Cette analyse témoigne donc d’une perception de l’internationalisation des firmes sino-indiennes avec une forte extraversion et peu de limitations liées à la distance, à l’instar des born-globals (Hitt et al., 2016). Ces EMNE représentent une image importante de la mondialisation dans laquelle elles s’insèrent, mais ont toutefois tendance à masquer d’autres trajectoires possibles où l’incrémental reste prégnant (Klein et Wöcke, 2009). Ces résultats permettent in fine de mieux contextualiser certaines recherches actuelles en management international mais en relativisent la portée et la généralisation : les EMNE chinoises et indiennes ne représentent pas l’ensemble de la catégorie (Vieu, 2014).

40L’évolution temporelle, second facteur mis en lumière dans la section 3.2, permet de penser diachroniquement le modèle incrémental et ses construits. Ainsi, le chemin classique, même s’il est loin d’être le seul mis en œuvre par les EMNE avant les années 2000, est néanmoins le chemin principal. Mais, comme la notion de réduction de la distance psychique, sa centralité s’effrite autour des années 2000, dans un contexte qui offre des opportunités d’internationalisation plus diversifiées. C’est à cette période que les propres auteurs du modèle en reconnaissent les limites, et en proposent une actualisation basée notamment sur l’importance des réseaux (Johanson et Vahlne, 2009). Il reste que, si le modèle normatif est dépassé, son cadre conceptuel reste valide : les trajectoires d’internationalisation ont simplement bougé le long de ses dimensions, vers plus de distance et/ou d’intensité d’engagement.

41Une seconde réflexion peut être issue de cette analyse temporelle. Il s’agit du lien entre ces évolutions du contexte global et les phénomènes de born-again-globals (Bell et al., 2001, 2003 ; Wright et al. 2007). En effet, plusieurs EMNE de l’échantillon présentent une caractéristique spécifique : (a) elles ont débuté leur internationalisation assez tôt, (b) l’ont ensuite interrompue pendant longtemps, avant de (c) la reprendre de manière accélérée. De manière significative, il apparait que la dernière étape se produit systématiquement dans les années 2000. Par exemple, l’entreprise brésilienne de matériaux réfractaires Magnesita a créé une filiale en Argentine dès 1970, mais son internationalisation s’arrête là, jusqu’à ce qu’elle procède directement à une acquisition en Chine, plus de 40 ans après en 2013. De la même manière, l’entreprise pharmaceutique indienne Lupin procède à sa première opération internationale par une JV dans la proche Thaïlande en 1989. Cette première opération ne connait pas de suite immédiate, mais le chemin se poursuit de manière accélérée à partir des années 2000, durant lesquelles Lupin enchaine une création de filiale aux États-Unis puis deux acquisitions au Japon et en Afrique du Sud en 2008. La trajectoire d’Elgi, société indienne spécialisée dans les systèmes d’air comprimé, est également révélatrice. Si Elgi se prévaut aujourd’hui d’avoir des activités dans 70 pays, son internationalisation a commencé simplement par des exports en Thaïlande, en 1999, avant d’attendre près de 20 ans pour connaitre une nouvelle étape. Cette deuxième étape est cependant rapide et intrépide : des filiales sont créées en Chine et au Brésil en 2007 et 2008, et deux acquisitions sont ensuite réalisées en Europe (France 2010 et Italie 2012). Le phénomène qui semble apparaitre dans les années 2000, avec des EMNE qui s’internationalisent de manière accélérée et « en sens inverse » est donc dans ces cas la suite d’une internationalisation débutée longtemps avant de manière plus modérée, et ensuite interrompue, qui se réactive notamment à la faveur du contexte global, de ses opportunités et de ses contraintes.

Conclusions, limites et perspectives

42Cette recherche produit plusieurs niveaux de résultats. Tout d’abord, si le cadre conceptuel de la théorie classique d’Uppsala permet de rendre compte des pratiques et stratégies des EMNE, son modèle normatif (l’internationalisation incrémentale à partir du quadrant bas-gauche) est rendu obsolète, avec de nouvelles possibilités qui remplissent le cadre de nouveaux profils d’internationalisation. Le cadre conceptuel du modèle reste tout à fait valide. Bâti sur des dimensions logiques a priori, il est robuste pour analyser les chemins d’internationalisation des EMNE. Les nouveaux cas de figure rencontrés viennent s’y insérer. Mais, au sein de ce cadre, là où le modèle classique ne prévoyait qu’un seul sens de développement, et l’approche moderne ne voyait qu’un simple contraire, l’étude des EMNE permet d’identifier plusieurs chemins d’internationalisation. Nous avons ainsi finalement caractérisé quatre chemins : prudent, explorateur, méthodique et intrépide.

43L’analyse des trajectoires des 110 EMNE de l’échantillon a permis de proposer certaines tendances dans la mobilisation de ces différents chemins. Si le type intrépide est le plus souvent mobilisé, il ne l’est pas majoritairement, et les trois autres types sont également mis en œuvre par des EMNE. Cela relativise le consensus actuel dans la littérature en management international sur l’internationalisation accélérée et « en sens inverse » des EMNE. De plus, ces différents chemins sont diversement empruntés en fonction du pays d’origine des firmes. Deux conceptions et types de pratiques apparaissent ainsi, avec d’un côté des EMNE indiennes et chinoises optant pour une trajectoire intrépide, alors que la plupart des EMNE latino-américaines optent pour des chemins méthodiques. Nos résultats permettent donc de dépasser l’apparente, car souvent non questionnée, uniformité des EMNE, en allant au-delà du tropisme sino-indien qui illustre souvent la théorie moderne d’internationalisation. Enfin, le croisement avec la date de première opération a permis de confirmer l’importance du contexte géoéconomique global sur les choix de modes d’internationalisation, les années 2000 représentant une période charnière pour l’ensemble de l’échantillon, et notamment pour certaines EMNE dont le mode d’internationalisation les rapproche des born-again-globals.

44Ces résultats doivent être considérés en gardant à l’esprit les limites inhérentes à notre étude. En effet, nous nous sommes basés sur l’information secondaire émise par les firmes lors de l’élaboration de leur rapport annuel ou de leur site internet. Même en triangulant ces données avec d’autres sources d’information, il demeure possible que les chemins d’internationalisation étudiés ne soient en réalité pas complets. Naturellement, une telle étude gagnera à être étendue à un échantillon encore plus large et numériquement conséquent. Surtout, en accord avec nos préconisations sur le dépassement du tropisme sino-indien, il sera intéressant d’ouvrir encore l’analyse à des EMNE d’autres pays considérés comme émergents.

45Un deuxième axe de recherche concerne les déterminants de choix des chemins d’internationalisation. Au-delà des cinq caractéristiques des EMNE de notre échantillon que nous avons analysés (les deux significatifs : pays d’origine et date de première opération, auxquels s’ajoutent l’âge, le secteur et la taille), de nombreux déterminants pourront être explorés et mis en relation avec les choix effectifs des firmes. Ces caractéristiques peuvent être externes (environnement du pays d’accueil, réseaux) et internes (expérience des dirigeants, biais de décisions) (Meyer et Thaijongrak, 2013).

46Tout particulièrement, il sera intéressant d’identifier les motivations stratégiques (Dunning, 1988) liées aux différents chemins d’internationalisation. Par exemple, la distinction B2B / B2C et le positionnement de la firme dans la chaine de valeur de son secteur pourrait être croisés avec le type d’internationalisation mis en œuvre. À l’inverse, la catégorisation des secteurs d’activités (8 classes SIC dans notre étude) pourrait être granularisée pour éventuellement repérer des tendances à des niveaux plus fins d’analyse (industrie, groupes stratégiques).

47Un autre axe de recherche futur serait ainsi de s’intéresser au stade de « pré-internationalisation » des EMNE, et à ses éventuelles conséquences sur leur internationalisation elle-même. Ce concept de pré-internationalisation, créé dans la foulée des premières recherches sur la théorie de l’internationalisation incrémentale (Tan et al., 2007 ; Wiedersheim-Paul et al., 1978) est en effet régulièrement avancé pour expliquer l’internationalisation relativement rapide de certaines EMNE (Child et Rodrigues, 2005 ; Zheng et al., 2012). Il consiste pour une entreprise, sur son marché national, à acquérir des expériences et des connaissances sur les acteurs et les marchés internationaux, notamment par le biais de Joint-Ventures (JV) ou de contrats OEM (Original Equipment Manufacturer) avec des multinationales étrangères déjà établies. Parmi les EMNE symboliques analysées au début cet article, Haier a par exemple conclu des JV et des contrats OEM avec plusieurs grands groupes internationaux, avant de s’internationaliser. Cette pré-internationalisation devrait donc être très intéressante à étudier pour les EMNE, d’autant plus que cet aspect de leur développement n’a pas encore fait l’objet de recherches systématiques.

Haut de page

Bibliographie

Aharoni Y. (2014), « To Understand EMNE a Dynamic IB Contingency Theory Is Called
For », 
International Journal of Emerging Markets, vol. 9, n° 3, p. 377-385.

Ahmed Z.U. et Humphreys J.H. (2008), « A Conceptual Framework for DevelopingCountry Transnationals: PROTON Malaysia », Thunderbird International Business Review, vol. 50, n° 1, p. 45-58.

Agarwal S. et Ramaswami S.N. (1992), « Choice of Foreign Market Entry Mode: Impact of Ownership, Location and Internalization Factors », Journal of International Business Studies, vol. 23, n° 1, p. 1-27.

Amal M., Baffour Awuah G., Raboch H. et Andersson, S. (2013), « Differences and Similarities of the Internationalization Processes of Multinational Companies from Developed and Emerging Countries », European Business Review, vol. 25, n° 5, p. 411-428.

Amal M. et Tomio B.T. (2015), « Institutional Determinants of Outward Foreign Direct Investment from Emerging Economies: A Home-Country Perspective », in S. Marinova (éd.), Institutional Impacts on Firm Internationalization, Palgrave Macmillan UK.

Ambos B. et Håkanson L. (2014), « The Concept of Distance in International Management Research », Journal of International Management, vol. 20, n° 1, p. 1-7.

Azar G. et Drogendijk R. (2014), « Psychic Distance, Innovation, and Firm Performance », Management International Review, vol. 54, n° 5, p. 581-613.

Bandeira-de-Mello R., Ghauri P., Mayrhofer U. et Meschi P-X. (2015), « Theoretical and Empirical Implications for Research on South-South and South-North Expansion Strategies », M@n@gement, vol. 18, n° 1, p. 1-7.

Batsakis G. et Mohr A.T. (2017), « Revisiting the Relationship Between Product Diversification and Internationalization Process in the Context of Emerging Market MNEs », Journal of World Business, vol. 52, n° 4, p. 564-577.

Bell J., McNaughton R. et Young S. (2001), « ‘Born-Again Global’ Firms. An Extension to the ‘Born Global’ Phenomenon », Journal of International Management, vol. 7, n° 3, p. 173-189.

Bell J., McNaughton R., Young S. et Crick D. (2003), « Towards an Integrative Model of Small Firm Internationalization », Journal of International Entrepreneurship, vol. 1, n° 4, p. 339-362.

Bell J., McNaughton R., Young S. et Crick D. (2003), « Towards an Integrative Model of Small Firm Internationalization », Journal of International Entrepreneurship, vol. 1, n° 4, p. 339-362.

Benito G.R.G. et Gripsrud G. (1992), « The Expansion of Foreign Direct Investments: Discrete Rational Location Choices or a Cultural Learning Process? », Journal of International Business Studies, vol. 23, n° 3, p. 461-476.

Birkinshaw J., Bresman H. et Nobel R. (2010), « Knowledge Transfer in International Acquisitions: a Retrospective », Journal of International Business Studies, vol. 41, n° 1, p. 21–26.

Blomkvist K. et Drogendijk R. (2013), « The Impact of Psychic Distance on Chinese Outward Foreign Direct Investments », Management International Review, vol. 53, n° 5, p. 659-686.

Buckley P.J., Forsans N. et Munjal S. (2012), « Host–Home Country Linkages and Host–Home Country Specific Advantages as Determinants of Foreign Acquisitions by Indian Firms », International Business Review, vol. 21, n° 5, p. 878-890.

Casillas J.C. et Moreno-Menéndez A.M. (2014), « Speed of the Internationalization Process: the Role of Diversity and Depth in Experiential Learning », Journal of International Business Studies, vol. 45, n° 1, p. 85-101.

Child J. et Rodrigues S. (2005), « The Internationalization of Chinese Firms: a Case for Theoretical Extension? », Management and Organization Review, vol. 1, n° 3, p. 381-410.

Child J., Rodrigues S.B. et Frynas J.G. (2009). « Psychic Distance, its Impact and Coping Modes », Management International Review, vol. 49, n° 2, p. 199-224.

Contractor F., Yang Y. et Gaur A.S. (2016), « Firm-Specific Intangible Assets and Subsidiary Profitability: the Moderating Role of Distance, Ownership Strategy and Subsidiary Experience », Journal of World Business, vol. 51, n° 6, p. 950-964.

Cooper A.F., Antkiewicz A. et Shaw T.M. (2007), « Lessons from/for BRICSAM about South–North Relations at Tte Start of the 21st Century: Economic Size Trumps All
Else? »,
International Studies Review, vol. 9, n° 4, p. 673-689.

Cuervo-Cazurra A. (2008), « The Multinationalization of Developing Country Mnes: the Case of Multilatinas », Journal of International Management, vol. 14, n° 2, p. 138-154.

Cuervo-Cazurra A. (2012), « How The Analysis of Developing Country Multinational Companies Helps Advance Theory: Solving the Goldilocks Debate », Global Strategy Journal, vol. 2, n° 3, p. 153-167.

Cui L., Meyer K.E. et Hu H. (2014), « What Drives Firms’ Intent to Seek Strategic Assets by Foreign Direct Investment? A Study of Emerging Economy Firms », Journal of World Business, vol. 49, n° 4, p. 488-501.

Doty D.H. et Glick W.H. (1994), « Typologies as a Unique Form of Theory Building: Toward Improved Understanding and Modeling », Academy of Management Review, vol. 19, n° 2, p 230-251.

Dow D. et Karunaratna A. (2006), « Developing a Multidimensional Instrument to Measure Psychic Distance Stimuli », Journal of International Business Studies, vol. 37, n° 5, p. 578-602.

Dow D. et Larimo J. (2009), « Challenging the Conceptualization and Measurement of Distance and International Experience in Entry Mode Choice Research », Journal of International Marketing, vol. 17, n° 2, p. 74-98.

Dunning J-H. (1988), « The Eclectic Paradigm of International Production: a Restatement and some Possible Extensions », Journal of International Business Studies, Spring, p. 1-31.

Duysters G., Jacob J., Lemmens C. et Jintian Y. (2009), « Internationalization and Technological Catching up of Emerging Multinationals: a Comparative Case Study of China's Haier Group », Industrial and Corporate Change, vol. 18, n° 2, p. 325-349.

Elango B. et Pattnaik C. (2011), « Learning Before Making the Big Leap », Management International Review, vol. 51, n° 4, p. 461-481.

Fiss P.C. (2011), « Building Better Causal Theories: a Fuzzy Set Approach to Typologies in Organization Research », Academy of Management Journal, vol. 54, n° 2, p. 393-420.

Ghemawat P. (2001), « Distance Still Matters: the Hard Reality of Global Expansion », Harvard Business Review, vol. 79, n° 8, p. 137-147.

Girod S. et Bellin J. (2011), « Revisiting the “Modern” Multinational Enterprise Theory: an Emerging-Market Multinational Perspective », in R. Ramamurti et N. Hashai. (éds.), The Future of Foreign Direct Investment and the Multinational Enterprise, Emerald Group.

Guillen M.F. et García-Canal E. (2013), Emerging Markets Rule. Growth Strategies of the New Global Giants, Mc Graw Hill.

Håkanson L., Ambos B., Schuster A. et Leicht-Deobald U. (2016), « The Psychology of Psychic Distance: Antecedents of Asymmetric Perceptions », Journal of World Business, vol. 51, n° 2, p. 308-318.

Harzing A.W. et Pudelko M. (2016), « Do we Need to Distance Ourselves from the Distance Concept? Why Home and Host Country Context Might Matter more than (Cultural) Distance », Management International Review, vol. 56, n° 1, p. 1-34.

Hashai N. (2011), « Sequencing the Expansion of Geographic Scope and Foreign Operations by “Born Global” Firms », Journal of International Business Studies, vol. 42, n° 8, p. 995-1015.

Hertenstein P., Sutherland D. et Anderson J. (2017), « Internationalization within Networks: Exploring the Relationship between Inward and Outward FDI in China’s Auto Components Industry », Asia Pacific Journal of Management, vol. 34, n° 1, p. 69-96.

Hitt M.A., Li D. et Xu K. (2016), « International Strategy: from Local to Global and Beyond », Journal of World Business, vol. 51, n° 1, p. 58-73.

Hobdari B., Gammeltoft P., Li J. et Meyer K. (2017), « The Home Country of the MNE: the Case of Emerging Economy Firms », Asia Pacific Journal of Management, vol. 34, n° 1, p. 1-17.

Hofstede G. (1980), Cultural Consequences: International Differences in Work Related Values, Sage.

Hutzschenreuter T., Kleindienst I. et Lange S. (2014), « Added Psychic Distance Stimuli and MNE Performance: Performance Effects of Added Cultural, Governance, Geographic, and Economic Distance In MNEs’ International Expansion », Journal of International Management, vol. 20, n° 1, p. 38-54.

Hutzschenreuter T., Kleindienst I. et Lange S. (2016), « The Concept of Distance in International Business Research: A Review and Research Agenda », International Journal of Management Reviews, vol. 18, n° 2, p. 160-179.

Johanson J. et Vahlne J-E. (1977), « The Internationalization Process of the Firm – A Model of Knowledge Development and Increasing Foreign Market Commitments », Journal of International Business Studies, Summer-Spring, vol. 8, n° 1, p. 23-32.

Johanson J. et Vahlne J-E. (2009), « The Uppsala Internationalization Process Model Revisited: from Liability of Foreignness to Liability of Outsidership », Journal of International Business Studies, Summer-Spring, vol. 40, n° 9, p. 1411-1431.

Kin V., Meschi P-X. et Prévot F. (2015), « Les « pays émergents » : émergence, croissance ou maturité du thème dans la recherche en management international ? Une étude bibliométrique », Management International, vol. 19 (special issue), p. 20-34.

Klein S. et Wöcke A. (2009), « Protective Incubators and South African MNEs », Thunderbird International Business Review, vol. 51, n° 4, p. 341-354.

Knight G.A. et Liesch P.W. (2016), « Internationalization: from Incremental to Born Global », Journal of World Business, vol. 51, n° 1, p. 93-102.

Lessard D. et Lucea R. (2009), « Mexican Multinationals: Lessons from Cemex », in R. Ramamurti et J. Singh (éds.), Emerging Multinationals in Emerging Markets, Cambridge University Press.

Liu H. et Li K. (2002), « Strategic Implications of Emerging Chinese Multinationals: The Haier Case Study », European Management Journal, vol. 20, n° 6, p. 699-706.

López-Duarte C. et Vidal-Suárez M.M. (2013), « Cultural Distance and the Choice between Wholly Owned Subsidiaries and Joint Ventures », Journal of Business Research, vol. 66, n° 11, p. 2252-2261.

López-Duarte C., González-Loureiro M., Vidal-Suárez M.M. et González-Díaz B. (2016), « International Strategic Alliances and National Culture: Mapping the Field and Developing a Research Agenda », Journal of World Business, vol. 51, n° 4, p. 511-524. 

Luo Y., Zhao H., Wang Y. et Xi Y. (2011), « Venturing Abroad by Emerging Market Enterprises: a Test of Dual Strategic Intents », Management International Review, vol. 51, n° 4, p. 433-460.

Luo Y. et Zhang H. (2016), « Emerging Market MNEs: Qualitative Review and Theoretical Directions », Journal of International Management, vol. 22, n° 4, p. 333-350.

Madhok A. et Keyhani M. (2012), « Acquisitions as Entrepreneurship: Asymmetries, Opportunities, and the Internationalization of Multinationals from Emerging Economies », Global Strategy Journal, vol. 2, n° 1, p. 26-40.

Mahoney D., Trigg M., Griffin R. et Pustay M. (1998), International Business: A managerial perspective, Addison Wesley Longman Australia Pty Ltd.

Marchand M. (2015), « When the South Takes Over the North: Dynamics of Up-Market Integrations by Emerging Multinationals », M@n@gement, vol. 18, n° 1, p. 31-53.

Mayer T. et Zignago S. (2011), « Notes on CEPII’s Distances Measures (GeoDist) », CEPII Working Paper 2011-25 (accessible à : www.cepii.fr/anglaisgraph/workpap/pdf/2011/wp2011-25.pdf).

Mayrhofer U. (2002), « La culture nationale du pays d’origine et le choix du mode d’entrée sur les marchés étrangers », Management International, vol. 6, n° 3, p. 23-33.

Mayrhofer U. et Urban S. (2011), Management international: Des pratiques en mutation, Pearson Education.

Meier O. et Meschi P-X. (2010), « Approche Intégrée ou Partielle de l’Internationalisation des Firmes : Les Modèles Uppsala (1977 et 2009) face à l’Approche « International New Ventures » et aux Théories de la Firme », Management International, Fall, vol. 15, n° 1, p. 11-18.

Meyer K.E. et Thaijongrak O. (2013), « The Dynamics of Emerging Economy MNEs: How the Internationalization Process Model can Guide Future Research », Asia Pacific Journal of Management, vol. 30, n° 4, p. 1125-1153.

Narula R. (2012), « Do We Need Different Frameworks to Explain Infant MNEs from Developing Countries? », Global Strategy Journal, vol. 2, n° 1, p. 188-204.

Nebus J. et Chai K.H. (2014), « Putting the “Psychic” Back in Psychic Distance: Awareness, Perceptions, and Understanding as Dimensions of Psychic Distance », Journal of International Management, vol. 20, n° 1, p. 8-24.

Oortwijn M. (2011), « Foreign Entry Commitment as a Human Choice: an Empirical Study of how Firm and Manager Experience Impact the Entrance Decision and Entry Mode Choice Through the Managerial Assessment of Host Country Conditions in China », Thèse de Doctorat, University of Warwick.

Oviatt B.M. et McDougall P.P. (1994), « Toward a Theory of International New
Ventures
», Journal of International Business Studies, vol. 25, n° 1, p. 45-64.

Pan Y. et Tse D. (2000), « The Hierarchical Model of Market Entry Modes », Journal of International Business Studies, vol. 31, n° 4, p. 535-554.

Rabbiosi L., Elia S. et Bertoni F. (2012), « Acquisitions by EMNCs in Developed Markets: an Organisational Learning Perspective », Management International Review, vol. 52, n° 2, p. 193-212.

Ramamurti R. (2012), « What is Really Different about Emerging Market Multinationals? », Global Strategy Journal, vol. 2, n° 1, p. 41–47.

Sanchez C., Sanchez R., Lee Y., Reiche S., Chen Y.T. et Kotake Y. (2012), « Haier: Will it Clean Up or Be a Washout? », IESE Case Study.

Sethi D. (2009), « Are Multinational Enterprises from the Emerging Economies Global or Regional? », European Management Journal, vol. 27, n° 5, p. 356-365.

Shepherd D.A. et Suddaby R. (2017), « Theory Building: a Review and Integration », Journal of Management, vol. 43, n° 1, p. 59-86.

Sirkin H.L., Hemerling J.W. et Bhattacharya A.K (2008), Globality: Competing with Everyone from Everywhere for Everything, Business Plus.

Tan A., Brewer P. et Liesch P.W. (2007), « Before the First Export Decision: Internationalisation Readiness in the Pre-Export Phase », International Business Review, vol. 16, n° 3, p. 294-309.

Tapia Moore E. et Meschi P-X. (2010), « Vitesse et Mode d’Internationalisation des PME », Management international, vol. 15, n° 1, p. 87-99.

Tihanyi L., Griffith D.A. et Russell C.J. (2005), « The Effect of Cultural Distance on Entry Mode Choice, International Diversification, and MNE Performance: a Meta-Analysis », Journal of International Business Studies, vol. 36, n° 3, p. 270-283.

Vahlne J. et Ivarsson I. (2014), « The Globalization of Swedish MNEs: Empirical Evidence and Theoretical Explanations », Journal of International Business Studies, vol. 45, n° 3, p. 227-247.

Viegas-Pires M. (2013), « Multiple Levels of Culture and Post M&A Integration: a Suggested Theoretical Framework », Thunderbird International Business Review, vol. 55, n° 4, p. 357-370.

Vieu M. (2014), « L’internationalisation des multinationales issues de pays émergents : comportements des firmes et déterminants du développement international dans un contexte de croissance par acquisition », Thèse de doctorat en Sciences de Gestion, Aix-Marseille Université, décembre.

Wiedersheim-Paul F., Olson H.C. et Welch L.S. (1978), « Pre-Export Activity: the First Step in Internationalization », Journal of International Business Studies, vol. 9, n° 1, p. 47-58.

Williams D.W. et Grégoire D.A. (2015), « Seeking Commonalities or Avoiding Differences? Re-Conceptualizing Distance and its Effects on Internationalization Decisions », Journal of International Business Studies, vol. 46, n° 3, p. 253-284.

Williamson P., Ramamurti R., Fleury A., et Leme Fleury, M.T. (2013), The Competitive Advantage of Emerging Market Multinationals, Cambridge: Cambridge University Press‬.

Wright M., Westhead P. et Ucbasaran D. (2007), « Internationalization of Small and Medium-Sized Enterprises (SMEs) and International Entrepreneurship: a Critique and Policy Implications », Regional Studies, vol. 41, n° 7, p. 1013-1030.

Yip G.S., Biscarri J.G. et Monti J.A. (2000), « The Role of the Internationalization Process in the Performance of Newly Internationalizing Firms », Journal of International Marketing, vol. 8, n° 3, p. 10-35.

Zheng C., Khavul S. et Crockett D. (2012), « Does it Transfer? The Effects of Pre-Internationalization Experience on Post-Entry Organizational Learning in Entrepreneurial Chinese Firms », Journal of International Entrepreneurship, vol. 10, n° 3, p. 232-254.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Morgan Marchand et Marion Vieu, « Chemins d’internationalisation des multinationales émergentes : vers une extension des modèles théoriques d’internationalisation », Finance Contrôle Stratégie [En ligne], NS-2 | 2018, mis en ligne le 13 juillet 2018, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/fcs/2421 ; DOI : 10.4000/fcs.2421

Haut de page

Auteurs

Morgan Marchand

Chercheur associé, Université Paris Dauphine – PSL (DRM)
morganmarchand@me.com

Marion Vieu

Maître de conférences, Aix Marseille Univ, CNRS, LEST, Aix-en-Provence, France
marion.vieu@univ-amu.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page