Navigation – Plan du site

L’Économie Sociale et Solidaire et ses parties prenantes : une étude du discours

The social and solidary economy and its stakeholders: a discourse analysis
Sébastien Mariaux et Emmanuelle Reynaud

Résumés

Pour conserver l’adhésion de toutes leurs parties prenantes, les organisations peuvent s’appuyer sur différents leviers : adoption de pratiques, recours à des symboles, explications, justifications… Parmi ces leviers, la rhétorique joue un rôle particulier. Elle est utilisée pour favoriser l’identification des parties prenantes à l’identité organisationnelle désirée, et donc la renforcer. L’adhésion des parties prenantes est un enjeu majeur pour les Organisations de l’Économie Sociale et Solidaire (OESS) qui, au-delà des traditionnels clients et propriétaires, dépendent des bénévoles et des donateurs pour assurer leur pérennité. C’est pourquoi, nous analysons dans cet article le lien entre la rhétorique des OESS, leur identité et l’importance accordée à leurs différentes parties prenantes. Grâce à l’étude de plus de 100 000 mots utilisés dans 97 sites internet, nous montrons que le discours est adapté aux parties prenantes considérées comme essentielles pour l’organisation et que le choix de communiquer sur une identité particulière dépend des parties prenantes à satisfaire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 http://www.economie.gouv.fr/ess-economie-sociale-solidaire

1Dans un contexte économique morose, l'État Providence ne semble plus être en mesure d'assurer le bien-être de la population. La solidarité, institutionnalisée par les schémas de redistribution et complétée par les œuvres caritatives, est désormais partagée entre plusieurs acteurs. Les organisations de l'Économie Sociale et Solidaire (OESS) font de ces préoccupations le cœur de leur positionnement. Ce secteur est constitué d’organisations ayant pour objectif de « concilier solidarité, performances économiques et utilité sociale »1. Il s’agit des associations, des coopératives, des mutuelles et des fondations. La loi du 31 juillet 2014 (Loi Hamon) intègre aussi dans l’Économie Sociale et Solidaire (ESS) des entreprises commerciales qui inscrivent dans leurs statuts leur adhésion à des principes de gestion (lucrativité limitée, prise de décision démocratique, finalité autre que le partage des bénéfices). En 2015, ce secteur représente 13 % des emplois privés en France (CNCRES, 2015, p. 2). Près de 30 % des effectifs salariés de l’ESS ont 50 ans et plus. Le secteur sera donc amené à recruter massivement dans les prochaines années, et constitue un véritable enjeu pour l’emploi (CNCRES, 2015, p. 8). L’économie sociale affiche de belles perspectives : son taux de croissance est plus élevé que celui de l'économie traditionnelle, et elle semble avoir mieux résisté à la crise que les autres secteurs. L'économie sociale est proposée comme une solution là où les entreprises capitalistes échouent, contraintes par leurs marchés et les exigences de rendement.

2Issue des mouvements associationnistes du XIXème siècle, l’ESS a pour vocation initiale de proposer des modèles alternatifs à l’économie capitaliste, valorisant la participation de la société civile et revêtant une dimension politique, allant dans le sens d’une démocratie populaire (Laville, 2016). Pourtant, partout dans le monde, ces organisations sont appelées à adopter progressivement les pratiques du marché (Dart, 2004a). La légitimité de l’ESS dans l’économie serait liée à l’adoption de bonnes pratiques et à la démonstration de leur efficacité, de leur utilité sociale. Ceci conduit certains auteurs à parler d’identité multiple ou hybride de ces entreprises, selon le concept introduit par Albert et Whetten (1985). L’enjeu principal réside dans le management de ces identités qui appellent parfois des décisions stratégiques opposées. Quelle dimension est alors favorisée par les managers ? En l’espèce, l’entreprise d’économie sociale choisit-elle d’offrir le meilleur service à ses bénéficiaires, ce qui est sa raison d’être, ou de favoriser un fonctionnement plus rentable dont dépend sa survie ? Malgré les difficultés posées, Sillince et Brown (2009) considèrent que cette multiplicité peut constituer un atout, en particulier lorsque l’organisation est confrontée à des interlocuteurs ayant des attentes différentes. Dans une perspective d’influence, les organisations peuvent s’appuyer sur différentes identités selon le message qu’elles souhaitent véhiculer auprès de leurs parties prenantes.

  • 2 Société coopérative d’intérêt collectif

3La nécessité de prendre en compte les parties prenantes dans la gestion d’une entreprise a été théorisée par Freeman (1994). Elle est particulièrement pertinente dans l’ESS, qui s’appuie sur des modèles participatifs, où chacun détient un droit de vote, indépendant de sa participation au capital. Certaines coopératives, comme les SCIC2 ouvrent très largement leur capital, faisant participer salariés, fournisseurs, clients et collectivités aux décisions. Les revenus de l’ESS ne sont pas limités au chiffre d’affaires, mais intègrent des dons privés d’entreprises ou de particuliers, ainsi que des subventions d’État. Leurs ressources humaines peuvent être salariées ou bénévoles, ce qui implique un management différent. Les OESS répondent donc à des attentes multiples, souvent contradictoires.

4Pour maintenir leur légitimité et conserver l’adhésion de toutes les parties prenantes dont elles dépendent, les OESS peuvent s’appuyer sur différents leviers. La théorie institutionnelle souligne le rôle des isomorphismes, ou l’adoption de pratiques déjà perçues comme légitimes. Mais la légitimité peut aussi être construite à travers le recours à des symboles, à la publicité, ou à travers des explications et justifications données par l’organisation face à des situations particulières (Suchman, 1995). Dès lors, la rhétorique prend une place considérable dans la construction ou le maintien de la légitimité. Pour Suddaby et Greenwood (2005), la rhétorique constitue une « manipulation délibérée des logiques institutionnelles » à travers laquelle les entrepreneurs peuvent se légitimer. Le langage permet également de favoriser la diffusion des pratiques (Green, 2004), et peut soutenir la volonté d’acteurs de l’ESS de promouvoir des innovations sociales.

5Il est donc intéressant de savoir à quelles parties prenantes les OESS s’adressent. C’est l’objet de cette recherche où nous analysons le lien entre la rhétorique des OESS, leur identité et l’importance accordée à leurs différentes parties prenantes. Il s’agit de déterminer si le discours est adapté aux parties prenantes considérées comme essentielles pour l’organisation, et si le choix de communiquer sur une identité particulière dépend des parties prenantes à satisfaire. L’étude s’appuie sur le contenu des sites internet d’entreprises de l’ESS. En effet, Sillince et Brown, (2009) argumentent que les sites officiels constituent une source intéressante et pertinente d’information, visent à supporter les intérêts de l’entreprise tels qu’elle les conçoit, et constituent une projection de l’identité de l’organisation « rhéteur ». À l’aide d’une analyse factorielle des correspondances réalisée sur un échantillon de 97 organisations, nous mettons en évidence le recours à un discours correspondant à différentes identités en fonction des parties prenantes mises en avant. Nous montrons aussi que certaines organisations ont recours à une seule identité, alors que d’autres s’appuient sur des identités multiples, traduisant une volonté de satisfaire des groupes distincts de parties prenantes.

6La section 1 présente la littérature sur l’ESS, la légitimité et l’identité organisationnelle. La section 2 détaille la méthode de l’analyse lexicale. Les résultats sont présentés dans la section 3 et discutés dans la section 4.

1. Littérature

1.1. L’économie sociale et solidaire

7Le développement des organisations à but non lucratif a été d’abord étudié sous l’angle de la théorie économique. Le débat a principalement opposé l’approche par les défaillances de marché (Hansmann, 1980 ; Steinberg et Gray, 1993 ; Valentinov, 2008) à la théorie de l’offre (Rose-Ackerman, 1996). Les défaillances de marché se produisent lorsque les marchés, suivant les intérêts privés, échouent à allouer les ressources d’une façon qui sert l’intérêt public. Contraintes par l’impossibilité de distribuer les profits à leur propriétaires (Hansmann, 1980), les organisations à but non lucratif n’ont pas d’incitation à profiter des défaillances du marché au détriment des consommateurs. Elles sont donc jugées plus « dignes de confiance » par les consommateurs (Rose-Ackerman, 1996 ; Valentinov, 2008). En outre, elles sont plus susceptibles de recevoir des dons que d’autres types d’organisations (James, 1983). Plusieurs auteurs ont souligné qu’en outre, les organisations à but non lucratif répondaient aussi à des défaillances des pouvoirs publics : les États, qui pourraient intervenir pour corriger des défaillances de marché, ne le font que lorsque l’incitation politique est suffisante et correspond aux attentes de l’électeur moyen (Steinberg et Gray, 1993 ; Valentinov, 2008). Pour Rose-Ackerman, le marché ne justifie pas à lui seul la création d’organisations à but non lucratif, mais une partie des raisons se situe « du côté de l’offre », c'est-à-dire du côté de l’entrepreneur. L’ESS conviendrait mieux à des idéologues valorisant davantage leurs principes ou convictions que la recherche du profit. L’absence de détenteurs de capital auxquels rendre des comptes sur les résultats financiers offre à l’entrepreneur idéologue plus de liberté pour exprimer ses convictions.

8L’approche européenne de l’économie sociale repose davantage sur sa dimension morale. Ce secteur est issu de l’émergence d’un mouvement populaire en réaction au système capitaliste (Monzón Campos et Chaves Ávila, 2012). Plus récemment, il a été présenté comme une réponse au désengagement des questions sociales de l’État Providence, affaibli par les crises économiques (Azam, 2003). Par conséquent, l’économie sociale est aujourd’hui institutionnalisée en Europe et considérée comme composée d‘organisations qui s’inscrivent dans un cadre de valeurs. Ceci est particulièrement vrai en France où l’économie sociale a été bâtie « sur des principes idéologiques forts » (Archambault, 2001).

  • 3 Notre étude se limite aux associations, mutuelles et coopératives, qui sont les plus nombreuses
  • 4 http://www.economie.gouv.fr/ess-economie-sociale-solidaire/sinformer
  • 5 Société coopérative de production
  • 6 http://www.emploi-ess.fr/economie-sociale/principes-et-valeurs

9L’ESS est d’abord définie par les organisations qui la constituent, à savoir les associations (qui représentent 70 % des établissements de l’ESS), les coopératives (18,8 %), les mutuelles (7,7 %), les fondations (3,5 %) et les entreprises sociales (chiffres : CNCRES, 2015, p. 4)3. En raison de leur récente intégration au périmètre de l’ESS, et de la nécessité pour elles d’obtenir un agrément spécifique, les entreprises sociales sont encore largement sous-représentées. Cette approche est consistante avec la vision américaine du « tiers secteur », récemment reprécisée par Salamon et Sokolowski (2016). Ces statuts de sociétés de personnes traduisent la volonté de constituer « une économie véritablement humaine » (Snizetar et André, 2000) et de « remettre l’humain au cœur de l’économie »4. La majorité des définitions laissent une place importante aux valeurs et principes fondamentaux de l’ESS : (1) les OESS sont formées par des personnes autour d’un « projet collectif » (Snizetar et André, 2000), (2) les individus, hommes et femmes, sont au cœur de l'entreprise, (3) la gestion est démocratique et ouverte à toutes les parties prenantes. Dans ces organisations, une personne équivaut à une voix et (4) les organisations respectent une règle de non lucrativité (par exemple les associations), ou de lucrativité limitée (par exemple les SCOP5), c’est-à-dire que le profit est un objectif secondaire après le maintien et le développement de l'activité et qu'il bénéficie prioritairement aux salariés ou à l'entreprise6. Szinetar et André listent par ailleurs un grand nombre de valeurs énoncées par des OESS, dont la responsabilité sociale, la solidarité, l'amélioration des conditions d'existence, ou encore la liberté d'action.

10En raison de ses importantes disparités, l’ESS a tardé à être considérée comme un secteur à part entière. Le cadre législatif de ces organisations, qui délimite notamment leur champ d’activité, diffère selon leur statut. Les associations peuvent opérer dans tous les secteurs, dès lors que le but n’est pas de partager des bénéfices. Les mutuelles ont comme activité l’assurance, la prévoyance et l’action sociale. Les coopératives ont pour but de rassembler les efforts des membres pour réduire les coûts et améliorer l’efficacité de leur activité. Elles s’inscrivent dans une démarche plus « commerciale » mais ont toutefois comme priorité le développement et non le profit à court terme. L'ESS recouvre tous les secteurs d'activités (CNCRES, 2015, p. 6), au même titre que le secteur privé classique ou que le secteur public, mais avec une forte prépondérance des services. Une autre distinction majeure est celle du financement de ces organisations. Alors que certaines dépendent en grande partie de dons ou de financements publics (notamment des associations), d’autres se financent par leur activité économique. Elles ne sont, en outre, pas soumises à la même fiscalité. Ces organisations diffèrent également par leurs bénéficiaires. Il peut s'agir des salariés, qui tirent un bénéfice monétaire (redistribution des profits) ou non monétaire (le respect et la valorisation des personnes étant un des principes fondateurs de l'ESS). Les mutuelles visent à offrir à leurs membres le meilleur service au moindre prix. Les associations s’adressent à des publics très divers et recherchent en général un bénéfice « sociétal ». Le tableau 1 récapitule les éléments de définitions proposés par différents organismes concernés.

11Les auteurs s’accordent largement sur l’évolution du secteur vers un fonctionnement plus managérial, via des objectifs intégrant des aspects économiques, un service client efficace, une organisation et une rhétorique managériale (Dart, 2004a). Les critiques de cette tendance redoutent la perte de la spécificité sociale et démocratique de ce segment de l’économie, et sa dilution dans l’économie de marché (Eikenberry, 2009 ; Eikenberry et Kluver, 2004 ; Schlesinger et al., 2004).

Tableau 1. Différentes approches de l'ESS

  • 7 http://www.cncres.org/accueil_cncres

Source

Forme sociale

Principes et valeurs

Différenciation

Snizetar et André (2000)

Associations

Mutuelles

Coopératives

- « une identité forte »

-« Projet collectif »

- « rencontre (8), réseau (3), échange (2), bénévolat (2), réunir (2), regrouper, associatif, vie collective, mutualisation, synergie, projet, réseau solidaire, solidarité ».

- « une économie véritablement humaine »

- « une finalité, qui n’est pas le profit maximum, mais le meilleur service aux membres ou à une catégorie identifiée »

CNCRES7

- « groupements de personnes et non de capitaux »

- « Ces entreprises sont les coopératives, les mutuelles, les associations, les structures de l'insertion par l'activité économique, les fondations... »

-« des règles du jeu originales » 
-« mise en œuvre d’un projet »
-« objectifs d'intérêt collectif et activités économiques »
- « démocratie, innovation et développement durable. »

- « une autre façon de concevoir l’économie »

- « Ces entreprises responsables se distinguent par leur mode d’organisation et leur finalité »

Ministère de l’Économie et des Finances

« SCOP, coopératives, mutuelles, associations, fondations et entreprises sociales »

« les structures et entreprises qui concilient utilité sociale, activité économique et/ou gouvernance démocratique. Donnant la primauté aux personnes sur la recherche de profits, elles sont organisées autour :

d’une solidarité collective ;

d’un partage démocratique du pouvoir dans l’entreprise ;

et réinvestissent leur résultat dans leurs projets et au service des personnes. »

- « remettre l’humain au cœur de l’économie. »

Vercamer (2010)

-« Fondées comme sociétés de personnes »

-« les coopératives, les mutuelles, les associations, les fondations »

-« plus récemment le secteur de l'entrepreneuriat social »

Monzón Campos et Chaves Ávila (2012)

« Cooperatives, mutual societies and

associations – which have recently been joined by foundations »

« • The primacy of the individual and the social objective over capital

• Voluntary and open membership

Democratic control by membership (does not concern foundations as they have no members)

• Combination of the interests of members/users and/or the general interest

• Defence and application of the principle of solidarity and responsibility

• Autonomous management and independence from public authorities

Use of most of the surpluses to pursue sustainable development objectives, services of interest to members or the general interest.»

« a pole of social utility between the capitalist sector and the public sector, made up of a great plurality of actors »

USGERES

- « Elles sont incarnées par des sociétés de personnes»

-« associations, mutuelles, coopératives et fondations»

-« des principes et des valeurs spécifiques qui fondent son utilité sociale».

-« priorité donnée au projet collectif»

- « promotion des personnes»

- « gestion démocratique»

- « lucrativité encadrée»

-une « économie pas tout à fait comme les autres»

-« cette forme de collaboration, qui tranche avec les relations classiques de travail. »

12Ceci renvoie à la question de l’identité organisationnelle de l’ESS. Le concept d’identité permet de répondre à la question « qui sommes-nous en tant qu’organisation ? » (Whetten, 2006). Il est généralement présenté comme ce qui constitue un attribut « central, distinctif et durable d’une organisation » (Albert et Whetten, 1985 cités notamment par Gioia et al., 2000 ; Scott et Lane, 2000 ; Young, 2000). Face à une certaine confusion sur le concept, Whetten (2006) apporte des précisions sur sa définition. Le caractère distinctif d’un attribut doit permettre d’indiquer de qui l’organisation est similaire ou différente et dans quelle mesure. Le caractère central et durable renvoie aux engagements profonds de l’organisation, répétés dans le temps et quelles que soient les circonstances. De multiples identités peuvent cohabiter, conférant alors à l’organisation un caractère ‘hybride’ (Foreman et Whetten, 2002). Le contexte de l’ESS semble propice à ce type de configurations, et la littérature met en évidence des identités qui a priori s’opposent, mais qui sont pourtant fréquemment observées simultanément. Ainsi, « des organisations d’Économie sociale comme les SCOP, les mutuelles ou les banques coopératives ont un double visage, l’un utilitariste (tourné vers la rentabilité et la pérennité), l’autre normatif (tourné vers la démocratie, la solidarité, la promotion sociale). » (Chedotel et Pujol, 2012, p. 8). Pour Foreman et Whetten (2002), la dimension normative met en avant des traditions et symboles, et s’appuie sur une idéologie et sur l’altruisme, quand le système utilitariste est tourné vers la rationalité économique et l’intérêt personnel. Ce double visage est observé également par Laville (2016), pour qui l’ESS repose d’une part sur une dimension « entreprise » et d’autre part sur la notion de « mouvement », valorisant l’implication de la société civile et de la démocratie dans la vie économique. Kreutzer et Jäger (2011) observent un conflit dans certaines organisations recourant au volontariat, entre une identité « volontaire » et une identité « managériale ». La première, défendue notamment par les bénévoles, affirme le caractère solidaire de l’organisation, basé sur l’entraide et la générosité. La seconde, à laquelle s’identifient plus volontiers les salariés, repose sur le caractère professionnel, la nécessité d’une bonne gestion économique, et le respect de standards et procédures. S’intéressant successivement à différentes formes d’organisations du tiers secteur aux États-Unis (fondations de subventions, organisations de collectes de fonds, centres de recherche sur le secteur non lucratif, entreprises sociales et associations chapeau), Young (2000, 2001) montre que chacune peut adopter plusieurs identités. Ces identités s’apparentent généralement aux systèmes utilitariste et normatif. Une troisième catégorie qui émerge de l’approche de Young est une identité tournée vers l’accomplissement de la mission, avec pour objectif de résoudre de manière efficace des problèmes sociaux.

13Ainsi on distingue trois types d’identités. L’identité normative est basée sur des valeurs, des principes ou une idéologie. Elle renvoie à un élément de la définition de l’ESS, qui lui attribue la mission de remettre l’humain au cœur de l’économie. Cette identité fait donc référence à la dimension « sociale et solidaire » des OESS, et au caractère politique qui a marqué le développement de cette économie (Laville, 2000). L’identité utilitariste repose sur une logique gestionnaire, professionnelle. Dart (2004b, p. 414) souligne ainsi qu’on distingue des OESS qui sont « plus tournées vers le marché, orientées clients, auto-suffisantes, commerciales ou ayant une logique d’affaires ». Selon le même auteur, cette logique d’affaires est caractérisée par des objectifs exprimés en termes de générations de revenus, une organisation tournée vers le client, un fonctionnement managérial et une rhétorique commerciale (Dart, 2004a). Une troisième identité est issue de l’accomplissement de la mission et de l’utilité pour ceux qui en bénéficient. Celle-ci est nommée par la suite « identité fonctionnelle ». Elle renvoie à l’approche défendue par l’école de l’innovation sociale, qui met en exergue l’impact des OESS plutôt que leurs valeurs ou la génération de revenus (Defourny et Nyssens, 2011). Un article de Dees (2003), chercheur ayant une place centrale au sein de cette école, est ainsi intitulé « Social Entrepreneurship is About Innovation and Impact, Not Income ». 

14Pour Scott et Lane (2000), l’identité est construite par l’interaction entre les managers et les autres parties prenantes, qui s’inscrivent dans un processus de construction de leur identité individuelle. Dans la partie suivante, nous discutons du rôle des parties prenantes pour les OESS.

1.2. La nécessaire prise en compte des parties prenantes par les OESS

15La satisfaction des parties prenantes (entendues comme tout groupe d’individus qui affecte ou est affecté par l’atteinte des objectifs de l’organisation (Freeman, 1994)), est un enjeu majeur pour les OESS. Elle leur permet d’abord de se légitimer. La légitimité est décrite par Suchman (1995, p. 574) comme « une perception ou une supposition généralisée que les actions d’une entité sont désirables, convenables, ou appropriées au sein d’un système socialement construit de normes, de valeurs, de croyances ou de définitions ». Le concept de légitimité renvoie à un objet abstrait : une perception, un jugement. Pourtant, elle constitue un enjeu majeur pour les entreprises. Schaltegger et Hörisch (2017) montrent par exemple que la légitimité peut guider les choix managériaux (en l’occurrence en matière de durabilité) de manière plus importante que la recherche de profit immédiat. Elle résulte d’un jugement, c’est pourquoi elle implique une prise en compte des parties prenantes. La littérature sur la légitimité s’organise autour de trois grandes approches complémentaires (Suddaby et al., 2017). L’approche de la propriété voit la légitimité comme une « chose », une ressource que l’entreprise détient ou non. L’approche par les processus s’intéresse à l’obtention et au maintien de la légitimité, notamment par l’interaction et le langage, qui permet de donner du sens à l’action. Dans la troisième approche, la légitimité est une perception à la fois individuelle et collective. Elle résulte d’un jugement, qui peut différer selon les évaluateurs. En effet pour Tost (2011), une organisation est jugée légitime selon trois fondements : un fondement instrumental qui se réfère au service rendu à un groupe donné, un fondement relationnel qui renvoie à l’identité sociale des individus, et un fondement moral qui réside dans la correspondance avec les valeurs morales et éthiques de l’évaluateur. Lorsque les critères d’évaluation de différents groupes d’évaluateurs sont contradictoires, il devient impossible pour l’entreprise de répondre à tous, et d’être perçue comme légitime auprès de tous (Suddaby et al., 2017). Une stratégie possible est alors de justifier son action en adaptant la rhétorique à l’interlocuteur. Nicholls (2010) montre par exemple que le discours des OESS met en avant différents paradigmes selon les parties prenantes ciblées. Pour se légitimer, elles ont ainsi recours au discours de « l’idéal type du Business Model », qui s’appuie sur une logique d’efficacité, de réactivité et de durabilité ; à celui de « l’entrepreneur héros » qui cherche à maximiser le retour sur investissement et les effets de leviers, ou à celui de la « justice sociale » qui vise à maximiser l’engagement et l’empowerment » (p. 624).

16Suchman (1995) s’inscrit dans l’approche de la propriété, et estime que la légitimité peut être considérée comme une ressource opérationnelle. Ainsi Li et al., (2017) observent une association positive entre la légitimité et l’intention d’achat par les clients. Elle donne aussi accès à certaines ressources (Meyer et Rowan, 1977) et permet ainsi d'augmenter les chances de stabilité et de survie. Dans le cas de l’ESS, ces ressources peuvent être des dons, des prêts ou des financements publics, qui seront plus facilement accordés à une organisation dont l'action est perçue comme légitime. Ceci aura aussi un impact sur l’obtention des ressources humaines. La légitimité facilite le recrutement d'une main-d'œuvre salariée, mais aussi bénévole, celle-ci étant motivée, certes par un comportement altruiste, mais aussi par des raisons « égoïstes » (Bussell et Forbes, 2002), et la recherche d’une forme de « prestige ». La satisfaction des parties prenantes confortera le bénévole dans l'idée que son engagement a un impact positif sur la société, et ainsi il maintiendra son engagement.

17Plus généralement, cette nécessaire satisfaction trouve son fondement dans la théorie de la dépendance envers les ressources (Pfeffer et Salancik, 1978) selon laquelle toute organisation est dépendante de différents types de parties prenantes pour obtenir les ressources dont elle a besoin pour la continuation de son activité. Ces parties prenantes vont apporter leurs ressources aussi longtemps que les bénéfices retirés par l’apport de leurs ressources seront supérieurs aux coûts supportés. Les bénéfices et les coûts ne sont pas seulement financiers, ils peuvent prendre des formes plus intangibles comme le statut, la sécurité mais également la reconnaissance ou l’autonomie (Herzberg, 1968). Les organisations ne survivent que si elles réussissent à satisfaire les demandes des différentes parties prenantes dont elles dépendent pour leurs ressources.

18Frooman (1999) préconise une classification des parties prenantes et leur gestion par l’organisation sur la base de la dépendance aux ressources. Selon lui, le niveau de pouvoir n’est pas un attribut des parties prenantes, mais de la relation entre l’organisation et ses parties prenantes. Plus une partie prenante est dépendante des ressources qu’elle reçoit de l’organisation, et moins l’organisation est elle-même dépendante de la participation de cette partie prenante, plus l’organisation a de pouvoir. Or, ce niveau de pouvoir détermine les stratégies d’influence qui peuvent être mises en œuvre pour faire évoluer les pratiques. Les ressources apportées et reçues par une partie prenante déterminent donc l’impact potentiel qu’elle peut avoir sur l’organisation et donc le caractère stratégique ou non de sa gestion.

19L’approche par les parties prenantes a fait couler beaucoup d’encre (Laplume et al. (2008) ont recensé 179 articles entre 1984 et 2007), il n’est donc plus lieu de la présenter. Mais ce complément offert par les ressources, bien que peu utilisé, mérite notre attention. Il nous apprend que pour diminuer les pressions des parties prenantes apporteuses de ressources clés, les organisations doivent conduire une stratégie proactive visant leur satisfaction.

1.3. Le rôle prépondérant de la communication

20Le lien entre l’identité et la satisfaction des parties prenantes est très visible chez Scott et Lane (2000). La construction de l’identité correspond « aux processus, activités et évènements à travers lesquels l’identité organisationnelle devient spécifique dans l’esprit des managers et des parties prenantes » (p.45). L’identité résulte à la fois de l’image construite par le management et de l’évaluation des parties prenantes. Le management cherche délibérément à influencer la construction de cette image en tenant compte de sa propre identité, du bénéfice et de la crédibilité de l’image qu’il souhaite donner, mais aussi des caractéristiques des parties prenantes. La communication est un des leviers utilisés pour favoriser l’identification des parties prenantes à l’identité organisationnelle désirée, et donc la renforcer.

21Une stratégie visant à la satisfaction des parties prenantes mobilise différents leviers, notamment des initiatives écologiques ou sociales. Mais selon Marquis et Qian (2014), de nombreuses organisations mettent aussi en place de nouvelles politiques de satisfaction des parties prenantes…sans modifier leurs pratiques. Et par manque d’information, les parties prenantes ne détectent pas ce stratagème (Crilly et al., 2016). Dès lors, la rhétorique apparaît comme une stratégie à part entière, qu’elle soit accompagnée de modifications substantielles ou pas.

22Dans une optique de management et de transformation de l’identité, Sillince et Brown (2009, p. 1832) soulignent que « Les organisations sont socialement et symboliquement construites par l’usage de la rhétorique ». S’intéressant aux cas des entreprises sociales cherchant à convaincre leurs partenaires industriels de l’intérêt de nouvelles pratiques, Waldron et al. (2016) postulent que les organisations adaptent leur discours, et notamment les registres utilisés, en fonction du différentiel perçu entre leur propre identité et celle de leurs partenaires.

23Dans le cas d’organisations hybrides, faisant cohabiter plusieurs identités pourtant opposées, Sillince et Brown (2009) montrent que celles-ci peuvent être mobilisées différemment en fonction des parties prenantes auprès desquelles la légitimité est recherchée. Reconnaissant le caractère hybride des OESS, nous cherchons à savoir si le discours est impacté par les parties prenantes considérées comme essentielles, et si les organisations mobilisent un registre renvoyant à une identité particulière pour certaines parties prenantes.

2. Méthodologie

2.1. Constitution du corpus

24Le corpus a été constitué à partir de la présentation des organisations sur leur site internet. Le site constitue pour ces organisations une vitrine qui leur permet de communiquer sur leur histoire, leur action et leurs enjeux. Nous nous intéressons spécifiquement à la façon dont les OESS se présentent et à ce qu'elles mettent en avant. Le corpus est donc formé uniquement à partir des pages de présentation de l'entreprise, telles que « nous connaître », « qui sommes-nous ? » ou simplement « présentation ». Les contenus textuels de toutes les pages inclues dans ces rubriques sont intégrés au corpus, à l'exception des parties « historiques » et « chiffres clés », récurrentes, mais généralement limitées à des successions de chiffres ou de dates clés, sans intérêt pour l'étude. Différents médias accompagnant le texte sont aussi exclus de l’analyse (photographies, vidéos…), bien qu’ils puissent constituer des éléments de communication importants pour les entreprises. En revanche, d'éventuels encarts, citations, légendes des médias, ou définitions placées sur ces pages mais ne faisant pas partie du contenu principal sont intégrés au corpus. Le cas échéant, des brochures institutionnelles disponibles en ligne ont été utilisées comme matériau source.

25Le choix des organisations à intégrer au corpus s'est fait en trois étapes. Trois listes (correspondant aux trois types d'organisations considérées) ont été élaborées, à partir de différentes bases de données en ligne (Autorité de Contrôle Prudentielle, mouvement des coopératives de France…). Chacune de ces listes a ensuite été « mélangée » à l'aide de la fonction ALEA de Microsoft Excel. Enfin, les 30 à 35 premières organisations de chaque liste ont été intégrées dans la liste finale. Pour éviter tout biais, le seul critère de sélection retenu est celui d’un statut juridique justifiant de l’appartenance à l’ESS, sans préjuger de la contribution sociale ou économique de l’organisation.

26La longueur du corpus est de 105 151 mots, répartis entre les trois catégories (organisations). La répartition entre les associations, les mutuelles et les coopératives est indiquée dans le . Le choix est fait d’une répartition équilibrée, mais non proportionnelle au poids de chaque type d’entreprise dans l’économie. En effet, ceci reviendrait à effacer de l’analyse les coopératives et mutuelles, beaucoup moins nombreuses que les associations.

Tableau 2. Composition du corpus

Type

Nombre mots

Nombre d'organisations

Associations

38 448

34

Mutuelles

30 966

35

Coopératives

35 737

28

Total

105 151

97

2.2. Traitement des données

27La méthode utilisée pour analyser le corpus est celle de l'analyse factorielle des correspondances (AFC). Cette procédure exploratoire permet d’extraire des facteurs qui synthétisent la variance entre deux variables qualitatives. La première variable de notre étude correspond aux organisations du corpus, et possède 97 modalités. La seconde correspond aux parties prenantes mentionnées dans le contenu du texte, et regroupées en sept modalités. Une troisième variable correspondant aux occurrences des mots renvoyant à la notion d’identité organisationnelle est intégrée par prise en compte factorielle. Les résultats de l’AFC sont représentés sous la forme d’un plan factoriel positionnant les modalités des deux variables suivant les deux axes expliquant le plus grand pourcentage de variance. Celui-ci permet de visualiser les liens entre les variables.

28L’application de l’AFC à des données textuelles nécessite des retraitements préalables du corpus. La préparation du corpus a été menée selon les critères de Lebart et Salem (1994). Trois types de traitements ont été réalisés. (1) Les variations grammaticales (conjugaisons, pluriels…) ont été neutralisées (lemmatisation) ; (2) les mots non porteurs de sens ont été éliminés (réduction), et (3) les mots d’une même famille ont été regroupés (regroupement). Pour chaque organisation, la fréquence des mots est calculée et permet de constituer la table de contingence, base de l’AFC.

29Les langages informatiques Python et R sont utilisés respectivement pour préparer le corpus et réaliser l’AFC. Python met à disposition de nombreux outils permettant de manipuler des données textuelles tout en gardant une grande flexibilité et un contrôle sur les traitements effectués. Pour la lemmatisation, Python utilise une table constituée à partir de la base de données Lexique (New et al., 2001). Le package FactoMineR de R est spécialement conçu pour réaliser des analyses factorielles, et offre de nombreuses possibilités de personnalisation dans la présentation des résultats. Il donne aussi des informations détaillées sur la contribution des variables aux axes et sur les qualités de représentation sur les cartes factorielles.

2.3. Constitutions des catégories

Parties prenantes

30Suivant Frooman (1999), nous avons regroupé les parties prenantes en fonction de leur rapport avec l’organisation en termes d’échange de ressources et de dépendance. Arrègle (2006) stipule que « Les grandes catégories de ressources sont : financières, physiques, humaines, technologiques, organisationnelles, et la réputation ». De façon comparable, nous avons d’abord identifié :

- Les parties prenantes apportant des ressources humaines (que sont les salariés et bénévoles).

- Les parties prenantes qui apportent des ressources marchandes (financières, physiques ou technologiques ; dans notre cas il s’agit de l’ensemble des fournisseurs et intermédiaires et des financeurs et donateurs).

- Les parties prenantes apportant des ressources organisationnelles, c’est-à-dire celles gérant les ressources (membres du bureau pour les associations ou les membres du conseil d’administration ou les élus).

- Les parties prenantes apportant des ressources de réputation, ou parties prenantes politiques, comme les collectivités ou le gouvernement.

31Dans l’optique de Frooman, qui implique de prendre en compte les ressources reçues par les parties prenantes, et en intégrant des spécificités de l’ESS, nous identifions également :

- Les parties prenantes recevant des ressources dans une logique marchande (clients).

- Les parties prenantes recevant des ressources pouvant être non marchandes. En effet, certaines OESS sont amenées à fournir des biens ou services à des publics gratuitement. Il peut y avoir une transaction monétaire, mais dans une relation toutefois différente de la relation fournisseur-client. Il s’agit de différents types de bénéficiaires (étudiants, familles, handicapés, jeunes…).

- Les parties prenantes pour lesquelles l’entreprise s’inscrit dans une logique partenariale, ou d’échange. Adhérents, membres, ou sociétaires sont à la fois bénéficiaires et acteurs de la vie de l’organisation. Ils profitent de ses services, mais contribuent aussi à son fonctionnement. Ils peuvent donner leur avis sur la gestion des ressources par l’exercice de leur droit de vote, mais ne sont généralement pas directement impliqués dans la prise de décision, déléguée aux administrateurs et aux dirigeants. Les partenaires de l’organisation s’inscrivent dans une logique similaire, puisqu’ils sont dans une logique d’échange : ils vont à la fois apporter des ressources et en recevoir.

32Les mots apparaissant dans la liste des termes les plus employés dans le corpus et correspondant à des parties prenantes sont affectés à un des sept groupes identités. L’affectation est détaillée dans le Tableau

Tableau 3. Parties prenantes dans le lexique

Catégories

Nom des variables

Mots inclus (tels que présents dans le corpus)*

Parties prenantes apportant des ressources humaines

App_RH

salariés, collaborateur, personnel, travailleur, équipes, salariat, employés, employé, bénévoles, bénévole, volontaire, volontaires, bénévolat, volontariat, bénévolement,

Parties prenantes apportant des ressources marchandes

App_RMarch

producteur, artisans, artisan, commerçant, fabricant, fournisseur, médecin, enseignant, actionnaire, investisseur, financeur, donateur, donatrice, donateurs

Parties prenantes apportant des ressources organisationnelles

Gest_R

élus, fondateur, administrateur, délégués, délégué, président, associés, directeur, secrétaire, leader, dirigeant, trésorier

Parties prenantes recevant des ressources non marchandes

Dest_RnonMarch

handicapé, handicapés, sportif, handicapées, bénéficiaire, environnement, jeune, étudiant, scout, étudiant, société, public, population, humain, femme, homme, personnes, particulier, communauté, français, famille, enfant, parent, adulte, garçon, fille

Parties prenantes recevant des ressources marchandes

Dest_Rmarch

client, consommateur, assurés

Parties prenantes partenariales

Echange_R

adhérent, membre, sociétaire, partenaire,

Parties prenantes apportant des ressources de réputation

App_RPol

militant, syndicat, citoyen, administration, état, ministère, gouvernement, collectivités, collectivité

Identités

33La littérature nous a permis d’identifier trois identités organisationnelles de l’ESS. La première est l’identité normative de l’ESS, qui met spécifiquement en avant les valeurs, l’idéologie. La seconde est l’identité utilitariste, mettant en avant la gestion et le fonctionnement professionnel de l’entreprise. Enfin, une identité « fonctionnelle » repose sur la mission, l’activité et l’efficacité de l’action vis-à-vis des destinataires. Nous cherchons à déterminer si ces identités émergent dans le discours en fonction des parties prenantes prises en compte. Pour cela, nous sélectionnons parmi les mots les plus fréquents du corpus ceux qui peuvent être rattachés à l’une de ces identités, tels que « éthique », « rentabilité » ou « service » (cf. Tableau). Les termes retenus sont utilisés comme une variable supplémentaire de l’AFC, c'est-à-dire qu’ils ne contribuent pas à la construction des axes (facteurs) mais sont simplement projetés. Par conséquent, la sélection préalable n’a pas d’impact sur la construction des axes.

Tableau 4. Identités dans le lexique

Identité

Mots correspondants (tels que présents dans le corpus)

Justification de l'affectation

Utilitariste

professionnel, gestion, organisation, travail, ressource, gérer, structures, gouvernance, contrat, production, travailler, filière, direction, stratégique, développement,

Ces termes renvoient à un fonctionnement managérial, aux questions d'organisation de la production et du travail

rentabilité, efficacement, rentable, lucratif, efficace, efficacité, performance, performant, remboursement, fonds, capital, financier, financement, économie, économique,

Ces termes renvoient aux enjeux financiers, à l'investissement et à la génération de revenus

produit, commercial, prix, commerce, produits,

Ces termes renvoient à l'orientation client et au marché

Normatif

valeur, principe, social, solidarité, solidaire

Ces termes renvoient à la dimension "sociale et solidaire" de l'ESS, définie comme un ensemble d'organisations mettant au centre des valeurs et principes plutôt que la seule recherche de profit financier

populaire, engagement, politique, droit

Ces termes renvoient à la dimension politique et militante de l'ESS. Pour Laville (2000) elle résulte d'un engagement de certaines minorités pour défendre leurs droits

collectif, démocratique, démocratie, union

Ces termes renvoient aux dimensions collectives et démocratiques qui sont centrales dans la définition de l'ESS

responsable, responsabilité, équitable, respect, éthique, transparence, compétence, diversité, confiance, indépendant

Ces termes renvoient à la volonté d’agir dans le respect de certains principes et d’une éthique professionnelle

non lucratif, non lucrativité

La non lucrativité (ou lucrativité limitée) est un des principes de l'ESS

durable, développement durable

Ces termes caractérisent la volonté de l’ESS de s’inscrire dans une logique de long terme (par opposition à la recherche de rentabilité à court terme)

Fonction-nelle

service, projet, protection, aide, solution, accompagner, mission, accompagnement, secours, soutien, orientation, aider, accueillir, missions, protéger, défendre, utilité,

Ces termes renvoient à la mission, au projet, aux objectifs : c'est-à-dire aux finalités de l'ESS indépendamment des valeurs ou des enjeux économiques

activité, action, acteur, développer, actions, création, objectif, agir, but, qualité, expertise,

Ces termes mettent l'accent sur l'action, les moyens d'atteindre les objectifs, de réaliser la mission

santé, soin, formation, prévention, prévoyance, métier, éducation,

Ces termes sont directement liés à des métiers de l'ESS (en particulier ici les secteurs de la santé, de l'enseignement et de l'assurance)

3. Résultats

3.1. Les OESS vis-à-vis des parties prenantes

  • 8 Une approche exploratoire analysant la correspondance entre les 97 entreprises et les 50 mots ou gr (...)

34La première analyse8 s’intéresse à la position des entreprises du corpus vis-à-vis des parties prenantes évoquées dans le corpus. Dans le Tableau, nous indiquons le nombre de références faites à chaque groupe de parties prenantes en fonction du type d’organisation. Les parties prenantes financières (App_finance) sont sous représentées, et auront donc peu d’influence dans l’analyse.

Tableau 5. Occurrences du lexique correspondant aux parties prenantes

Tableau 5. Occurrences du lexique correspondant aux parties prenantes

35Le premier plan factoriel résume 60,5 % de la variance (cf. Figure). La contribution des modalités à la construction des axes et leur qualité de projection sont présentées sur la Figure.

Figure 1. Variance expliquée par les facteurs (sortie R)

Figure 1. Variance expliquée par les facteurs (sortie R)

Figure 2. Contributions et projections factorielles des variables

Figure 2. Contributions et projections factorielles des variables

36Les cartes factorielles donnent une représentation visuelle des résultats. Dans un premier temps, pour faciliter la lisibilité, seuls les barycentres de chaque type d’organisation sont représentés (Figure). Le premier facteur (axe horizontal) explique près de 38 % de la variation. Il oppose particulièrement trois groupes de parties prenantes : d’une part celles qui reçoivent des ressources sans échanges marchands (Dest_RnonMarch) et d’autre part les apporteurs et destinataires de ressources marchandes (App_RMarch et Dest_RMarch). Sur cet axe, les associations sont majoritairement positionnées du côté des destinataires non marchands, alors que la communication basée sur une logique commerciale est plutôt adoptée par les coopératives (mais de façon assez peu marquée). L’axe vertical (deuxième facteur) explique 22 % de la variance. Il oppose d’un côté les organisations dont la communication se focalise sur les destinataires de ressources non marchandes et de l’autre les gestionnaires de ressources (Gest_R) et parties prenantes transactionnelles (echange_R). Ce facteur montre que les mutuelles adoptent un discours mettant particulièrement en avant ces deux derniers groupes.

Figure 3. Carte factorielle : les organisations et leurs parties prenantes (barycentres)

Figure 3. Carte factorielle : les organisations et leurs parties prenantes (barycentres)

37Deux groupes de parties prenantes ne contribuent pas à distinguer les organisations entre elles (cf. Figure) : les parties prenantes politiques (App_RPol) et les ressources humaines (App_RH). Ces deux catégories sont bien représentées dans le corpus, mais ne contribuent pas à différencier les organisations entre elles. Ceci peut s’expliquer par la dépendance forte des organisations vis-à-vis de ces ressources. Quel que soit le statut, une organisation ne peut fonctionner sans les humains qui la composent, qu’ils soient bénévoles ou salariés. Les salariés jouent toutefois un rôle particulier dans les coopératives sous statut SCOP, dans lesquelles ils détiennent le capital. On peut alors s’attendre à ce qu’ils prennent une place particulière dans le discours. Celles-ci ne sont toutefois pas majoritaires dans le corpus. En s’intéressant particulièrement à la famille des coopératives, on peut faire l’hypothèse que les parties prenantes apportant des ressources humaines contribueraient à distinguer les SCOP des autres. L’analyse est moins évidente pour les parties prenantes de réputation, ou parties prenantes politiques. En effet, les OESS qui fonctionnent à l’aide de financements publics sont vraisemblablement beaucoup plus dépendantes du soutien politique et devraient donc se différencier. Cependant, au-delà de la dépendance aux ressources, la dimension politique et sociétale est commune à l’ensemble de l’ESS. Les partenariats avec les acteurs publics et représentants de la société civile sont fréquents, y compris dans des entreprises financées par leur activité commerciale (par exemple ENERCOOP).

38La Figure correspond à la même analyse factorielle, mais affiche cette fois toutes les organisations du corpus (qui sont utilisées pour la construction des facteurs). Un premier constat frappant est celui de l’étalement des coopératives sur la carte factorielle, qui traduit une grande diversité de communication vis-à-vis de leurs parties prenantes. Elles prennent des coordonnées positives ou négatives sur les deux axes, en particulier le second. Ces organisations sont donc susceptibles d’intégrer des parties prenantes variées à leur discours. Ceci s’explique notamment par les différentes natures de coopératives, certaines étant détenues par des producteurs qui se rassemblent pour optimiser leur activité, d’autres par leurs clients ou salariés. En revanche, la majorité des associations est positionnée sur des coordonnées négatives pour les deux axes. Ceci indique un positionnement proche des destinataires de l'activité (non clients) conforme aux observations précédentes. De même, les mutuelles sont majoritairement positionnées sur les coordonnées positives de l'axe 2, c'est-à-dire en lien avec les parties prenantes transactionnelles et celles qui apportent des ressources organisationnelles. Avec toutefois quelques exceptions notables, comme Avenir Santé Mutuelle qui se rapproche des parties prenantes apportant des ressources marchandes car elle assure le régime obligatoire des commerçants et artisans, et fait donc de ces parties prenantes un interlocuteur essentiel. Mais c'est en réalité en tant qu'assurés qu'elle s'adresse à ce groupe et non en tant qu’apporteurs de ressources. Les coopératives apparaissent donc comme les plus diverses au regard des parties prenantes intégrées dans leur communication.

Figure 4. Carte factorielle : les organisations et leurs parties prenantes (détail)

Figure 4. Carte factorielle : les organisations et leurs parties prenantes (détail)

3.2. Registres lexicaux et identité

39Nous cherchons maintenant à mettre en évidence le lien entre les parties prenantes prépondérantes pour une organisation et l’identité qu’elle choisit de mettre en avant dans sa communication. Pour cela, les mots renvoyant à l’identité utilitariste, l’identité normative ou l’identité fonctionnelle sont projetés sur le premier plan factoriel (Figure).

Figure 5. Carte factorielle : Parties prenantes et identités

Figure 5. Carte factorielle : Parties prenantes et identités

40La projection des termes sur la carte nous renseigne sur leur proximité avec les parties prenantes qui apparaissent comme prépondérantes dans le discours des organisations. Sur la partie en bas à gauche du graphique, le lexique employé est associé aux bénéficiaires non clients de l’activité des OESS. Il s’agit essentiellement du registre de l’action sociale (‘secours’, ‘mission’, ‘aide’, ‘accueillir’, ‘éducation’, ‘action, ‘projet’). Il est peu fait mention de valeurs morales ou idéologiques (‘droit’, ‘politique’) ou d’aspects économiques (‘ressource’). La communication met en avant ce que font les organisations pour leurs bénéficiaires, plutôt que la façon de le faire, ce qui renvoie à une identité fonctionnelle. Sur la partie droite du graphique, le discours concerne les parties prenantes ayant une activité marchande avec l’organisation. Deux registres sont mis en évidence. D’une part celui de la gestion d’entreprises (‘production’, ‘produit’, ‘commerce’, ‘filière’, ‘prix’) qui renvoie à l’identité utilitariste et d’autre part celui des valeurs (‘durable’, ‘équitable’, ‘transparence’) qui renvoie à l’identité normative. Sur les coordonnées positives de l’axe vertical se distinguent les parties prenantes qui gèrent les ressources. Là encore, la communication adoptée est mixte. Les valeurs et l’éthique (identité normative) sont fortement mobilisées, en commençant par l’importance de la ‘démocratie’ et d’une dimension ‘populaire’, mais aussi ‘l’engagement’, ‘l’indépendance’ et la ‘non lucrativité’. L’identité utilitariste est présente à travers le champ lexical de la gestion d’entreprise (‘performant’, ‘financier’, ‘capital’, ‘contrat’). Enfin, l’identité fonctionnelle est caractérisée par des termes renvoyant notamment à l’action des mutuelles (‘soin’, ‘santé’, ‘prévoyance’, ‘protection’) ainsi qu’un lexique plus générique montrant l’accent mis sur la réalisation de la mission (‘solution’, ‘métier’, ‘expertise’, ‘service’, ‘qualité’).

41Afin d’améliorer la qualité de la projection, et de valider l’interprétation de la carte précédente, une nouvelle AFC est conduite en regroupant les organisations de même type. En faisant cela, nous supprimons une partie de l’information, à savoir la variance entre organisations de même type, mais limitons le nombre de degrés de liberté de l’analyse. Ainsi, le nouveau plan factoriel (Figure) explique logiquement 100 % de la variance et chaque mot est parfaitement projeté sur les deux axes. Sur cette figure, nous avons séparé les trois identités étudiées. L’axe horizontal explique 77,9 % de la variance et oppose les associations aux coopératives. Conformément aux résultats précédents, les associations ont un discours tourné vers leurs bénéficiaires, alors que les coopératives se positionnent plutôt au regard de parties prenantes de nature commerciale. Néanmoins, cette lecture est faite en gardant à l’esprit la diversité des coopératives, observées dans la première analyse. Cet axe est donc fortement marqué par un certain type de coopératives ayant une forte dimension commerciale. Alors que les associations se différencient nettement, l’opposition entre mutuelles et coopératives est moins marquée : l’axe 2 qui les oppose ne représente que 22 % de la variation. Ceci s’explique à nouveau par la forte dispersion de ces organisations qui, selon les cas, s’adressent à différentes parties prenantes. Au contraire, la communication des associations est très majoritairement tournée vers les destinataires de leur activité, ce qui les caractérise fortement. Les mutuelles adoptent un discours donnant beaucoup d’importance aux parties prenantes impliquées dans l’organisation et dans la prise de décision.

42Les parties prenantes correspondant aux ressources humaines, ainsi que les partenaires politiques occupent une position plutôt centrale, confirmant les observations faites précédemment.

Figure 6. Projection des termes correspondants aux identités

Figure 6. Projection des termes correspondants aux identités

43Malgré la perte d’information induite par cette nouvelle AFC qui ne prend plus en compte la variabilité au sein de chaque statut juridique, les résultats convergent avec ceux de la première approche. La projection des mots étant bien meilleure du fait du nombre réduit de degrés de liberté, elle permet de valider les résultats précédents.

4. Discussion et conclusion

44Notre étude met en évidence des groupes d’organisations qui se focalisent sur différentes parties prenantes et adoptent une stratégie rhétorique différente. Les résultats peuvent être synthétisés en associant aux différentes organisations les parties prenantes qui prédominent dans le discours, et les identités qui sont mises en avant (Tableau) :

Tableau 6. Synthèse des résultats

Type d’organisation

Parties prenantes prépondérantes dans le discours

Identité prépondérante dans le discours

Associations

Destinataires de l’activité (perspective non marchande)

- Identité fonctionnelle caractérisée essentiellement par l’action sociale

Certaines coopératives*

Apporteurs et destinataires de ressources marchandes (clients, fournisseurs)

- Identité utilitariste (approche commerciale)

- Identité normative en lien avec la dimension commerciale (aspects durables et équitables)

Mutuelles

Parties prenantes gestionnaires des ressources et parties prenantes partenariales

- Identité utilitariste (en particulier caractère professionnel et performant)

- Identité normative (très proche des piliers de l’ESS, à savoir la démocratie et la non lucrativité)

- Identité fonctionnelle fortement caractérisée par les métiers de l’assurance de personnes.

* Les résultats montrent que les coopératives ne peuvent être considérées comme un ensemble homogène.

45Une opposition assez nette se dégage entre organisations tournées vers des parties prenantes marchandes ou non marchandes. Laville (2000) rappelle que l’économie ne se limite pas au marché, mais qu’elle a aussi une dimension non marchande, basée sur la redistribution et une dimension non monétaire reposant sur la réciprocité. L’ESS adopte un positionnement hybride entre ces différentes économies. L’étude confirme cette hybridation bien qu’elle ne distingue pas le non marchand et le non monétaire. L’ESS est souvent présentée comme un « tiers-secteur » entre l’État et le marché. Les OESS qui s’inscrivent dans une logique marchande se rapprochent davantage du marché et d’un fonctionnement d’entreprise « classique ». Dans une logique non marchande, l’ESS met en place une forme de redistribution ou d’échange, qui la rapproche du rôle de l’état. Ceci ne signifie pas que les OESS adoptant une dimension marchande ne sont pas « sociales » ou que leur appartenance à l’ESS soit questionnée : au contraire, celles-ci mobilisent davantage les valeurs dans le discours, comme pour contrebalancer cet aspect économique. Ceci traduit un débat prégnant au sein de ce segment de l’économie, celui de la marchandisation et de la professionnalisation de l’ESS, et de l’impact sur sa nature solidaire et démocratique (Eikenberry et Kluver, 2004 ; Schlesinger et al., 2004). En raison de la compétition croissante entre OESS et de la raréfaction des financements, le recours à une stratégie de marché est souvent présenté comme la solution. L’ESS devrait être de plus en plus indépendante financièrement, et financer ses activités sociales par une activité commerciale. Pour Laville (2016), ceci correspond à une vision dépolitisée de l’ESS, qui considère qu’elle doit s’aligner sur le modèle du marché. L’auteur conteste cette vision et défend la vision opposée, selon laquelle l’ESS doit au contraire promouvoir une alternative à ce modèle. Eikenberry et Kluver (2004) alertent sur cette évolution vers plus de marché qui met en péril la mission de l’ESS envers la société civile. Tout d’abord, elle limite la liberté d’expression et d’initiative que doivent offrir les OESS. Ensuite, elle détourne les organisations des publics qu’elles doivent protéger, dès lors qu’il est difficile de leur proposer une offre commerciale. Enfin, elle réduit la capacité des OESS à créer du capital social et à encourager la coopération et le lien entre les parties prenantes. Selon Schlesinger et al., 2004, la légitimité de l’ESS est fortement remise en question dès lors qu’elle adopte une orientation de marché. Naturellement ces pratiques offrent aussi des bénéfices, en apportant de nouveaux revenus et en réduisant la dépendance à certaines parties prenantes. Le mouvement de l’entrepreneuriat social s’inscrit logiquement dans cette démarche, en prônant l’efficacité économique comme un moyen de mieux répondre aux problèmes sociaux (il faut toutefois nuancer en rappelant que plusieurs approches de l’entrepreneuriat social s’opposent encore, comme le montrent Defourny et Nyssens (2011)). La mise en avant d’une identité normative par les organisations adoptant par ailleurs une logique commerciale peut alors être vue comme un mécanisme de maintien de la légitimité. Il est possible que ces entreprises cherchent à démontrer que malgré leur posture proche de celle de l’économie capitaliste, elles s’inscrivent pleinement dans le champ de l’ESS et n’oublient pas leur rôle social. Dès lors, le caractère hybride des OESS constitue un avantage en matière de communication : tout en répondant aux attentes de parties prenantes valorisant la performance et une gestion efficace (en particulier les financeurs), elles peuvent recourir à leur dimension éthique pour maintenir l’adhésion de parties prenantes plus attachées à leur caractère social.

46L’étude met en évidence un ensemble d’organisations particulièrement centrées autour des parties prenantes impliquées directement dans la vie de l’organisation, voire ayant une participation directe à sa gouvernance. Il s’agit particulièrement des mutuelles, mais aussi de certaines coopératives et quelques associations. Elle adopte alors un discours multiple, mettant en avant le caractère professionnel et performant (identité utilitariste), le caractère éthique, basé sur les principes de démocratie et de non lucrativité (identité normative), et le secteur d’activité privilégié des mutuelles, à savoir la santé et la prévoyance (identité fonctionnelle). La prépondérance de la performance dans les mutuelles n’est pas surprenante : elles opèrent dans un secteur fortement concurrentiel, où sont présents notamment de nombreux acteurs privés. Pour leurs clients, il est fondamental d’être certains que leurs intérêts sont bien pris en compte et qu’ils bénéficient de la meilleure protection sociale. Enfin, ce secteur, sensible au niveau macroéconomique, fait l’objet d’importantes règlementations (comme la réforme européenne Solvabilité II), dont l’application est complexe et nécessite une gestion efficace et professionnelle. La dimension démocratique de l’ESS est aussi fréquemment liée à la question de la performance. Comme le relève Cornforth (2012), une majorité des recherches sur la gouvernance des OESS s’intéresse à la composition, aux missions et à la performance du conseil d’administration. En outre, des auteurs soutiennent que l’enjeu va au-delà de l’efficacité organisationnelle, ce secteur doit constituer un modèle de société et de démocratie et permettre à tous de participer à la vie civile et politique (McCambridge, 2004).

47Dès lors, un discours centré sur les parties prenantes en charge de la gestion de l’entreprise, et en même temps sur les membres, adhérents, et partenaires pouvant avoir voix au chapitre, traduit probablement une volonté de mettre en avant cette dimension. Communiquer sur les valeurs démocratiques de l’ESS peut être un moyen de conserver l’adhésion de ces parties prenantes, et d’affirmer leur rôle central dans des organisations véritablement participatives. Parallèlement, le lien avec les dimensions utilitariste et fonctionnelle permet de légitimer ce fonctionnement en montrant qu’il n’est pas incompatible avec l’utilité sociale et économique de l’entreprise. Suivant cette logique, les OESS s’inscriraient-elles dans une démarche de légitimation ?

48Dans un modèle adapté de la théorie rhétorique de la diffusion, Waldron et al. (2016) associent l’uniformité ou la diversité du discours (c'est-à-dire le fait de recourir à un ou plusieurs registres de langage) au différentiel de pouvoir perçu par rapport à son interlocuteur. Un discours uniforme s’adresse à un interlocuteur unique ou homogène, qu’il est possible de convaincre sans soutien extérieur. Au contraire, une communication hétérogène permet de s’adresser à des publics variés, et donc d’obtenir un soutien de parties prenantes qui adhèrent au discours et peuvent prendre part au débat pour le soutenir. Notre étude montre un groupe adoptant un discours relativement homogène et plus centré sur la mission, majoritairement tenu par des associations. Au contraire, les entreprises qui valorisent leur dimension marchande, ou leur gestion performante (souvent des mutuelles ou coopératives), ont davantage tendance à jouer sur plusieurs identités dans leur communication. Plusieurs hypothèses se dégagent de ce constat. Premièrement, alors que leur efficacité est de plus en plus questionnée, cet aspect n’est pas primordial dans le discours des associations. Il est donc possible qu’elles cherchent à affirmer leur rôle non pas en répondant à cette demande de professionnalisation, mais en s’appuyant sur la réalité de leurs actions sociales. Elles semblent en tout cas se focaliser sur les bénéficiaires, faisant peu de cas des parties prenantes commerciales ou de celles assurant la gestion. Il est possible en outre que ce discours soit tenu par ailleurs, mais que leurs sites internet s’adressent avant tout à ceux qui vont bénéficier de leurs services. La sous-représentation de l’identité normative par rapport aux autres organisations (ce qui ne signifie pas qu’elle soit absente !) peut traduire le fait qu’elle soit tenue pour acquise. Le champ de l’impression management nous rappelle en effet que les acteurs dans les organisations cherchent à compenser des faiblesses par un discours insistant sur ces aspects (Leary et Kowalski, 1990). Les associations, en revanche, ont plutôt une réputation sociale et éthique. La théorie suggère que leur existence se justifie parce qu’elles sont « dignes de confiance » (Hansmann, 1980). En revanche, les coopératives et mutuelles sont plus souvent perçues comme des entreprises, et leur appartenance au champ de l’ESS est moins bien comprise. L’approche américaine les distingue d’ailleurs très nettement des entreprises à but non lucratif (nonprofit), bien que les mutuelles n’aient pas d’objectif de partage des profits. Il est donc indispensable pour elles d’accentuer leur dimension normative, et de montrer qu’elles répondent aux principes fondateurs de l’ESS. Cette justification est primordiale, car elle conditionne l’accès aux financements réservés aux entreprises de l’ESS et à des statuts fiscaux préférentiels.

49Il nous semble important de souligner les limites inhérentes à la statistique lexicale. Celle-ci repose sur la quantification de données qualitatives, en utilisant les mots comme unité d’analyse. Par conséquent les associations entre variables sont mesurées par le nombre d’occurrences des mots. Or cette mesure n’est pas parfaite : le fait d’employer deux fois plus souvent le mot « démocratie » ne signifie pas qu’une organisation est deux fois plus démocrate. Toutefois, lorsque la différence d’emploi d’un mot entre deux organisations est significative, ce que mesure l’AFC, cela traduit bien une tendance et un intérêt plus ou moins important pour une thématique. Par ailleurs, le fait d’appréhender un texte comme une liste de mots n’est pas sans risque : ceci ne permet plus de déceler certaines formes rhétoriques comme l’humour ou l’ironie. Toutefois ce type de stratégie est peu probable sur un support tel qu’un site internet officiel, qui se veut davantage sérieux et pédagogique. Une autre difficulté est celle de l’ambiguïté du langage : hors de son contexte, un mot peut être mal interprété. Les études de cette méthode montrent toutefois qu’elle permet de conserver l’essentiel du sens d’un texte (Grimmer et Stewart, 2013, p. 6). Enfin, notre étude ne permet pas de conclure sur le caractère efficace ou non des stratégies rhétoriques mises en place, et du recours à l’identité dans la communication. Elle ne dit rien non plus sur l’intention de départ des communicants. La littérature nous permet toutefois de postuler raisonnablement qu’un site internet véhicule un discours construit traduisant une stratégie rhétorique de l’organisation, visant à la fois à affirmer une identité et à expliquer à différentes parties prenantes comment elle s’attache à satisfaire leurs attentes respectives.

50Malgré cela, nous contribuons à la littérature en mettant en évidence le lien entre les parties prenantes prépondérantes dans la communication des OESS et l’identité organisationnelle véhiculée dans le discours. L’étude met en évidence l’importance du débat sur la marchandisation de l’ESS, et montre comment des identités a priori opposées sont conjointement mobilisées pour satisfaire les parties prenantes. Les OESS adoptant des pratiques proches du secteur marchand ou mettant en avant une préoccupation pour la performance et l’efficacité communiquent davantage sur des identités multiples. Ceci leur permet de rechercher le soutien de parties prenantes ayant des attentes contradictoires. Si les trois identités considérées sont bien mobilisées dans le discours, les organisations s’appuient sur différents aspects en fonction des parties prenantes auxquelles elles attachent le plus d’importance. Ainsi, l’identité normative est mobilisée aussi bien vis-à-vis des parties prenantes gestionnaires de ressources que des parties prenantes marchandes, mais dans un cas, c’est la dimension démocratique qui est mise en avant, et la dimension équitable dans l’autre. Alors que la littérature s’est particulièrement intéressée à la dualité entre recherche de performance (identité utilitariste) et recours à des valeurs (identité normative), nous avons souligné le rôle d’une troisième identité, particulièrement tournée vers la réalisation de la mission, vers l’utilité de l’organisation. Dans un contexte difficile pour l’ESS, l’enjeu est de parvenir à mettre en avant cette identité, et à démontrer son utilité sociale. Celle-ci n’est pas nécessairement liée à la performance, même si la rentabilité est nécessaire pour pérenniser l’organisation, et ne saurait se contenter de l’affichage de valeurs ou d’une éthique. Dès lors, la mesure de l’utilité sociale ou environnementale prend une importance particulière. L’ESS est en effet soumise à une pression croissante pour se rapprocher du fonctionnement de marché, celui-ci étant présenté comme « plus efficace ». Pour autant, l’ESS doit-elle se défaire de sa dimension politique, et effacer la diversité des approches qui s’expriment en son sein ? Alors que la dimension éthique de l’ESS ne semble plus suffire à la légitimer, et qu’un fonctionnement de marché risque de conduire à la détourner de sa vocation initiale, cette troisième voie apparait comme un compromis. Selon nous, l’ESS n’a pas vocation à être unique ni calquée sur le marché, mais à proposer différents modèles, différentes approches, qui se retrouvent dans leur finalité : satisfaire des besoins sociaux, répondre au mieux aux enjeux sociétaux et environnementaux. Dans cette optique, la recherche devrait s’intéresser particulièrement aux apports de ces modèles dans leur diversité. 

Haut de page

Bibliographie

Albert S. et Whetten D.A. (1985), « Organizational Identity », Research in Organizational Behavior, vol. 7, p. 263-295.

Archambault E. (2001), « Historical Roots of the Nonprofit Sector in France », Nonprofit and Voluntary Sector Quarterly, vol. 30, n° 2, p. 204-220.

Arrègle J.L. (2006), « Analyse "Resource Based" et identification des actifs stratégiques », Revue française de gestion, vol. 160, n° 1, p. 241-259.

Azam G. (2003), « Économie sociale, tiers secteur, économie solidaire, quelles frontières  ? », Revue du MAUSS, vol. 21, n° 1, p. 151.

Bussell H. et Forbes D. (2002), « Understanding the volunteer market: the what, where, who and why of volunteering », International Journal of Nonprofit and Voluntary Sector Marketing, vol. 7, n° 3, p. 244-257.

Chedotel F. et Pujol L. (2012), « L’influence de l’identité sur la compétence collective lors de prises de décisions stratégiques  : le cas de SCOP », Finance Contrôle Stratégie.

CNCRES (2015), « « Panorama de l’économie sociale et solidaire en France ».

Cornforth C. (2012), « Nonprofit Governance Research: Limitations of the Focus on Boards and Suggestions for New Directions », Nonprofit and Voluntary Sector Quarterly, vol. 41, n° 6, p. 1116-1135.

Crilly D. Hansen M. et Zollo M. (2016), « The Grammar of Decoupling: A Cognitive-Linguistic Perspective on Firms Sustainability Claims and Stakeholders Interpretation », Academy of Management Journal, vol. 59, n° 2, p. 705-729.

Dart R. (2004a), « Being “Business-Like” in a Nonprofit Organization: A Grounded and Inductive Typology », Nonprofit and Voluntary Sector Quarterly, vol. 33, n° 2, p. 290-310.

Dart R. (2004b), « The legitimacy of social enterprise », Nonprofit Management and Leadership, vol. 14, n° 4, p. 411-424.

Dees J.G. (2003), « Social Entrepreneurship is About Innovation and Impact, Not Income », Social edge.

Defourny J. et Nyssens M. (2011), « Approches européennes et américaines de l’entreprise social  : une perspective comparative », Revue internationale de l’économie sociale : Recma, p. 18-35.

Eikenberry A.M. (2009), « Refusing the Market: A Democratic Discourse for Voluntary and Nonprofit Organizations », Nonprofit and Voluntary Sector Quarterly, vol. 38, n° 4, p. 582-596.

Eikenberry A.M. et Kluver J.D. (2004), « The Marketization of the Nonprofit Sector: Civil Society at Risk? », Public Administration Review, vol. 64, n° 2, p. 132-140.

Foreman P. et Whetten D.A. (2002), « Members’ Identification with Multiple-Identity Organizations », Organization Science, vol. 13, n° 6, p. 618-635.

Freeman R.E. (1994), « The Politics of Stakeholder Theory: Some Future Directions », Business Ethics Quarterly, vol. 4, n° 4, p. 409-421.

Frooman J. (1999), « Stakeholder Influence Strategies », Academy of Management Review, vol. 24, n° 2, p. 191-205.

Gioia D.A. Schultz M. et Corley K.G. (2000), « Organizational Identity, Image, and Adaptive Instability », Academy of Management Review, vol. 25, n° 1, p. 63-81.

Green S.E. (2004), « A Rhetorical Theory of Diffusion », Academy of Management Review, vol. 29, n° 4, p. 653-669.

Grimmer J. et Stewart B.M. (2013), « Text as Data: The Promise and Pitfalls of Automatic Content Analysis Methods for Political Texts », Political Analysis, p. mps028.

Hansmann H.B. (1980), « The Role of Nonprofit Enterprise », Yale Law Journal, vol. 89, n° 5, p. 835-901.

James E. (1983), « How Nonprofits Grow: A Model », Journal of Policy Analysis and Management, vol. 2, n° 3, p. 350.

Kreutzer K. et Jäger U. (2011), « Volunteering Versus Managerialism: Conflict Over Organizational Identity in Voluntary Associations », Nonprofit and Voluntary Sector Quarterly, vol. 40, n° 4, p. 634-661.

Laplume A.O. Sonpar K. et Litz R.A. (2008), « Stakeholder Theory: Reviewing a Theory That Moves Us », Journal of Management, vol. 34, n° 6, p. 1152-1189.

Laville J.L. (2000), « « L’économie sociale et solidaire en Europe » Impatiences démocratiques.

Laville J.L. (2016), « « L’économie sociale et solidaire : pratiques, théories, débats » (Nouvelle édition), Éditions du Seuil.

Leary M.R. et Kowalski R.M. (1990), « Impression management: a literature review and two-component model », Psychological Bulletin, vol. 107, n° 1, p. 34-47.

Lebart L. et Salem A. (1994), « « Statistique textuelle », Dunod.

Li J. He H. Liu H. et Su C. (2017), « Consumer Responses to Corporate Environmental Actions in China: An Environmental Legitimacy Perspective », Journal of Business Ethics, vol. 143, n° 3, p. 589-602.

Maier F. Meyer M. et Steinbereithner M. (2016), « Nonprofit Organizations Becoming Business-Like: A Systematic Review », Nonprofit and Voluntary Sector Quarterly, vol. 45, n° 1, p. 64-86.

Marquis C. et Qian C. (2014), « Corporate Social Responsibility Reporting in China: Symbol or Substance? », Organization Science, vol. 25, n° 1, p. 127-148.

McCambridge R. (2004), « Underestimating the Power of Nonprofit Governance », Nonprofit and Voluntary Sector Quarterly, vol. 33, n° 2, p. 346-354.

Meyer J.W. et Rowan B. (1977), « Institutionalized Organizations: Formal Structure as Myth and Ceremony », American Journal of Sociology, vol. 83, n° 2, p. 340.

Monzón Campos J.L. et Chaves Ávila R. (2012), « The Social Economy in the European Union », CIRIEC.

New B. Pallier C. Ferrand L. et Matos R. (2001), « Une base de données lexicales du français contemporain sur internet  : LEXIQUE », L’année psychologique, vol. 101, n° 3, p. 447-462.

Nicholls A. (2010), « The Legitimacy of Social Entrepreneurship: Reflexive Isomorphism in a Pre-Paradigmatic Field », Entrepreneurship Theory and Practice, vol. 34, n° 4, p. 611-633.

Pfeffer J. et Salancik G.R. (1978), « « The External Control of Organizations: A Resource Dependence Perspective », Harper & Row.

Rose-Ackerman S. (1996), « Altruism, Nonprofits, and Economic Theory. », Journal of Economic Literature, vol. 34, n° 2, p. 701-728.

Salamon L.M. et Sokolowski S.W. (2016), « Beyond Nonprofits: Re-conceptualizing the Third Sector », VOLUNTAS: International Journal of Voluntary and Nonprofit Organizations, vol. 27, n° 4, p. 1-31.

Schaltegger S. et Hörisch J. (2017), « In Search of the Dominant Rationale in Sustainability Management: Legitimacy- or Profit-Seeking? », Journal of Business Ethics, vol. 145, n° 2, p. 259-276.

Schlesinger M. Mitchell S. et Gray B.H. (2004), « Restoring Public Legitimacy to the Nonprofit Sector: A Survey Experiment Using Descriptions of Nonprofit Ownership », Nonprofit and Voluntary Sector Quarterly, vol. 33, n° 4, p. 673-710.

Scott S.G. et Lane V.R. (2000), « A Stakeholder Approach to Organizational Identity », Academy of Management Review, vol. 25, n° 1, p. 43-62.

Sillince J.A.A. et Brown A.D. (2009), « Multiple Organizational Identities and Legitimacy: The rhetoric of police websites », Human Relations, vol. 62, n° 12, p. 1829-1856.

Snizetar P. et André M.O. (2000), « « Etude Qualitative des Acteurs Economiques Associations - Mutuelles - Coopératives en Région Provence Alpes Cote d’Azur », Rapport pour la Chambre Régionale de l’Économie Sociale Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Steinberg R. et Gray B.H. (1993), « "The Role of Nonprofit Enterprise" in 1993: Hansmann Revisited », Nonprofit and Voluntary Sector Quarterly, vol. 22, n° 4, p. 297-316.

Suchman M.C. (1995), « Managing Legitimacy: Strategic and Institutional Approaches. », Academy of Management Review, vol. 20, n° 3, p. 571-610.

Suddaby R. Bitektine A. et Haack P. (2017), « Legitimacy », Academy of Management Annals, vol. 11, n° 1, p. 451-478.

Suddaby R. et Greenwood R. (2005), « Rhetorical Strategies of Legitimacy », Administrative Science Quarterly, vol. 50, n° 1, p. 35-67.

Tost L.P. (2011), « An Integrative Model of Legitimacy Judgments », Academy of Management Review, vol. 36, n° 4, p. 686-710.

Valentinov V. (2008), « The Economics of Nonprofit Organization: In Search of an Integrative Theory », Journal of Economic Issues, vol. 42, n° 3, p. 745-761.

Vercamer F. (2010), « « L’Économie Sociale et Solidaire, entreprendre autrement pour la croissance et l’emploi » Ministère de l’économie, de l’industrie et de l’emploi.

Waldron T.L. Fisher G. et Pfarrer M. (2016), « How Social Entrepreneurs Facilitate the Adoption of New Industry Practices: Social Entrepreneurs and Industry Practices », Journal of Management Studies, vol. 53, n° 5, p. 821-845.

Whetten D.A. (2006), « Albert and Whetten Revisited: Strengthening the Concept of Organizational Identity », Journal of Management Inquiry, vol. 15, n° 3, p. 219-234.

Young D.R. (2000), « Alternative Models of Government-Nonprofit Sector Relations: Theoretical and International Perspectives », Nonprofit and Voluntary Sector Quarterly, vol. 29, n° 1, p. 149-172.

Young D.R. (2001), « Organizational Identity in Nonprofit Organizations: Strategic and Structural Implications », Nonprofit Management and Leadership, vol. 12, n° 2, p. 139-157.

Haut de page

Notes

1 http://www.economie.gouv.fr/ess-economie-sociale-solidaire

2 Société coopérative d’intérêt collectif

3 Notre étude se limite aux associations, mutuelles et coopératives, qui sont les plus nombreuses

4 http://www.economie.gouv.fr/ess-economie-sociale-solidaire/sinformer

5 Société coopérative de production

6 http://www.emploi-ess.fr/economie-sociale/principes-et-valeurs

7 http://www.cncres.org/accueil_cncres

8 Une approche exploratoire analysant la correspondance entre les 97 entreprises et les 50 mots ou groupes de mots les plus fréquents expliquait 27 % de la variance avec les deux premières dimensions.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 5. Occurrences du lexique correspondant aux parties prenantes
URL http://journals.openedition.org/fcs/docannexe/image/2551/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 1. Variance expliquée par les facteurs (sortie R)
URL http://journals.openedition.org/fcs/docannexe/image/2551/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 2. Contributions et projections factorielles des variables
URL http://journals.openedition.org/fcs/docannexe/image/2551/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Figure 3. Carte factorielle : les organisations et leurs parties prenantes (barycentres)
URL http://journals.openedition.org/fcs/docannexe/image/2551/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 4. Carte factorielle : les organisations et leurs parties prenantes (détail)
URL http://journals.openedition.org/fcs/docannexe/image/2551/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 5. Carte factorielle : Parties prenantes et identités
URL http://journals.openedition.org/fcs/docannexe/image/2551/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 6. Projection des termes correspondants aux identités
URL http://journals.openedition.org/fcs/docannexe/image/2551/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Mariaux et Emmanuelle Reynaud, « L’Économie Sociale et Solidaire et ses parties prenantes : une étude du discours  », Finance Contrôle Stratégie [En ligne], NS-3 | 2018, mis en ligne le 27 septembre 2018, consulté le 23 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/fcs/2551 ; DOI : 10.4000/fcs.2551

Haut de page

Auteurs

Sébastien Mariaux

CERGAM - Aix Marseille Graduate School of Management – IAE
sebastien.mariaux@iae-aix.com

Emmanuelle Reynaud

CERGAM - Aix Marseille Graduate School of Management – IAE
emmanuelle.reynaud@iae-aix.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page