Navigation – Plan du site

Gouvernance d’entreprise : Nouveaux résultats

Editorial
Numéro spécial de la Conférence Internationale de Gouvernance CIG 2017 à Lausanne
Véronique Bessière et Alain Schatt

Texte intégral

1Ce numéro spécial est le premier d’une série, qui s’appuie sur la Conférence Internationale de Gouvernance (CIG) de l'Association Académique Internationale de Gouvernance (AAIG). Les articles sélectionnés ont été présentés lors de la 16ème conférence annuelle, organisée conjointement par HEC Lausanne et l’EHL Lausanne en juin 2017.

2Nous remercions chaleureusement les évaluateurs pour leur travail de grande qualité et aussi, tout particulièrement, pour leur réactivité. En effet, le processus de sélection requiert les mêmes exigences que pour tous les autres numéros de FCS, mais nous avons souhaité une parution accélérée après la conférence de Lausanne, ce qui n’aurait pu se faire sans la grande disponibilité des évaluateurs.

3Les articles sélectionnés reflètent la vitalité de la recherche en gouvernance et sa diversité. Ces articles portent sur des questions de financement des investissements, de rémunération des dirigeants et de responsabilité sociale des entreprises et de développement durable.

4Plusieurs auteurs ont indiqué que le mode de financement des investissements influence les décisions d’investissement et peut faciliter l’alignement des intérêts des dirigeants et ceux des actionnaires. Les travaux de Jean-Laurent Viviani, Olivier Adoukonou et Florence André-Le Pogamp s’incrivent dans cette problématique. Ils étudient le financement séquentiel avec des obligations convertibles en Europe. Cette étude teste l’hypothèse de Mayers (1998), qui suggère que les entreprises émettent des obligations convertibles (OCs) afin de maîtriser un problème de surinvestissement. En utilisant la méthodologie des doubles différences, les auteurs observent notamment des variations positives des dépenses d’investissement des émetteurs ayant réalisé les remboursements anticipés de leurs OCs « dans la monnaie », significativement plus importantes que celles des firmes ayant remboursé leurs OCs « en dehors de la monnaie ».

5Si le financement des investissements peut conduire à réduire les conflits d’intérêts entre actionnaires et dirigeants, d’autres mécanismes existent également. En particulier, le mode de rémunération permet d’inciter les dirigeants à prendre des décisions favorables aux intérêts des actionnaires. En pratique, il est cependant possible que des conseils d’administration affiliés aux dirigeants, notamment dans les entreprises à actionnariat dilué, acceptent de verser des rémunérations jugées excessives, car non liées à la performance de l’entreprise. Il est donc important que les entreprises divulguent des informations sur la rémunération des dirigeants, pour que les actionnaires puissent juger de son caractère équitable. Géraldine Broye, Alexandre Di Giacomo et Enrico Prinz examinent la conformité au code de gouvernance en ce qui concerne la communication des éléments relatifs à la rémunération des dirigeants d’entreprises françaises cotées en bourse. Ils mettent en évidence une faible conformité avec les recommandations du code AFEP / MEDEF et de l’AMF, sachant que les entreprises familiales sont associées à des scores de divulgation significativement plus faibles.

6Si les conflits d’intérêts entre actionnaires et dirigeants occupent une centrale dans la gouvernance d’entreprise, il faut cependant reconnaître que les réflexions actuelles se préoccupent également des conflits d’intérêts entre les dirigeants (et les actionnaires) et d’autres parties prenantes. En particulier, de nombreux auteurs considèrent que les dirigeants doivent également prendre en compte les intérêts des citoyens, car ces derniers supportent les externalités négatives, notamment la pollution. La responsabilité sociale des entreprises est donc, désormais, un sujet d’intérêt majeur étudié par les chercheurs en gouvernance.

7Ali Dardour, Nadia Ben Farhat Toumi et Rim Boussadaa examinent l’impact de la composition du conseil d’administration (CA) sur la qualité des informations relevant de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) divulguées par des sociétés cotées en France. Après avoir contrôlé pour les biais d’endogénéité, les résultats montrent notamment un fort impact de la diversité de genre et de la représentation des administrateurs élus par les salariés sur la divulgation des informations sociales. De plus, une relation positive et significative est détectée entre la diversité des nationalités au sein du CA et les mesures RSE.

8Enfin, Yohan Bernard, Laurence Godard, Fabrice Hervé et Mohamed Zouaoui analysent les éditos des rapports de développement durable. L’analyse textuelle du contenu des éditos confirme que la présence des quatre dimensions de la RSE dans les éditos peut être considérée comme un indicateur avancé de la performance RSE, ce lien étant plus fort lorsque les éditos sont signés par le CEO.

9Au final, ce numéro spécial propose des résultats originaux qui contribuent à une meilleure compréhension de la gouvernance des grandes entreprises cotées en bourse. Nous espérons que les chercheurs et les praticiens (investisseurs, administrateurs, dirigeants) y trouveront des sources de réflexion ou des réponses à des questions qu’ils se posent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Bessière et Alain Schatt, « Gouvernance d’entreprise : Nouveaux résultats », Finance Contrôle Stratégie [En ligne], NS-4 | 2018, mis en ligne le 22 octobre 2018, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/fcs/2607

Haut de page

Auteurs

Véronique Bessière

Articles du même auteur

Alain Schatt

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page