Navigation – Plan du site

Les éditos des rapports de développement durable servent-ils à quelque chose ?
Une étude empirique de leur capacité à prédire la performance RSE

Yohan Bernard, Laurence Godard, Fabrice Hervé et Mohamed Zouaoui

Résumé

La plupart des grandes entreprises éditent un rapport de développement durable. Ce document commence par un édito signé du dirigeant ou d’un top manager. Nous proposons un modèle explicatif de la performance RSE future des grandes entreprises françaises en menant une analyse textuelle du contenu des éditos en référence à la définition de la RSE de Carroll (1979). L'étude empirique menée confirme que la présence des quatre dimensions de la RSE dans les éditos peut être considérée comme un indicateur avancé de la performance RSE, ce lien étant plus fort lorsque les éditos sont signés par le CEO.

Haut de page

Texte intégral

Les auteurs remercient vivement Vigéo-Eiris pour la mise à disposition des données de performance RSE, ainsi que les deux relecteurs pour la qualité de leurs remarques qui ont permis d’améliorer cet article.

1. Introduction

1Les parties prenantes de l’entreprise ont des attentes de plus en plus fortes concernant l’impact des activités de l’entreprise sur l’environnement, les clients, les employés, les fournisseurs, les actionnaires ou la communauté locale. Ces pressions conduisent un nombre croissant d’entreprises à publier annuellement un rapport de développement durable (Corporate Responsibility Report / Sustainability Report). Ce document présente la stratégie de l’entreprise en matière de RSE. D’après une étude récente de KPMG (2015), près de 75 des 100 plus grandes entreprises de chacun des 45 pays étudiés éditent un rapport de développement durable. Ce chiffre dépasse les 90 % pour les 250 entreprises du classement de Global Fortune. Ces rapports font naître des attentes élevées en matière de transparence (Fernandez-Feijoo et al., 2014).

2En France, les sociétés cotées ont l’obligation légale de produire un reporting sociétal depuis 2001. Il peut prendre la forme d’une section spécifique du rapport annuel de l’entreprise ou d’un rapport complémentaire (rapport de RSE, rapport de développement durable, etc.) qui doit présenter les conséquences sociales et environnementales de leurs activités. Sous l’effet du Grenelle de l’Environnement, l’obligation de publier des données sociales et environnementales concerne, depuis 2014, toutes les entreprises françaises de plus de 500 salariés et 100 M€ de chiffre d’affaires net ou de total bilan.

3Le choix de l’entreprise – plus ou moins libre ou contraint – consistant à éditer un rapport annuel distinct (du rapport annuel aux actionnaires) consacré aux problématiques RSE soulève plusieurs questions telles que : Quel est le contenu de ces rapports (e.g. Patten et Zhao, 2014) ? Les informations présentées dans ces rapports sont-elles crédibles (e.g. Lock et Seele, 2016) ? Quel est l’effet de ce reporting sur les stratégies et les pratiques des entreprises (e.g. Hess, 2014) ? Les interrogations portent donc à la fois sur la nature de ces rapports (contenu, crédibilité) et sur leur impact sur les pratiques des entreprises. La présente recherche tente de concilier ces deux questions en s’intéressant aux liens entre le contenu des rapports de développement durable et la performance RSE des entreprises. En effet, elle tente de déterminer si les entreprises ont tendance à se limiter à un exercice de communication ou si elles divulguent des informations de valeur. Si les informations présentées dans ces rapports sont effectivement révélatrices des efforts consentis par les entreprises en matière de RSE et représentent un indicateur avancé de la performance RSE future des entreprises, c’est que le contenu de ces rapports est crédible.

  • 1 Le choix de cet échantillon a été guidé notamment par la disponibilité des rapports annuels de déve (...)

4Afin d’aborder les liens entre le contenu des rapports de développement durable et la performance RSE (PSE) future de l’entreprise, nous proposons de réduire notre champ d’investigation à la partie du rapport qui a le plus de chance d’être lue de manière exhaustive : la lettre d’introduction rédigée par le CEO ou par un top manager. Il existe en effet un courant de recherche qui examine le contenu des éditos des rapports annuels et de développement durable (e.g. Mäkelä et Laine, 2011 ; Patelli et Pedrini, 2014 ; Boudt et Thewissen, 2016). Ces travaux analysent notamment les liens entre certaines caractéristiques des éditos et des indicateurs de performance financière de l’entreprise. Nous prolongeons ce courant de recherche en considérant une autre forme de performance, en l’occurrence la PSE. Nos investigations portent sur les entreprises françaises cotées les plus importantes (appartenant à l’indice CAC 40)1. Le cas français permet d’étudier le reporting sociétal sur une longue période car l’obligation de communication en la matière est relativement ancienne pour les entreprises cotées (2001). Les plus grandes d’entre elles (CAC 40) ont été les premières à se plier à cette obligation.

5Notre question de recherche peut être formulée ainsi : les éditos des rapports de développement durable des entreprises françaises cotées sont-ils de bons indicateurs de la performance RSE future de ces entreprises ?

6Traiter cette question implique de définir précisément la notion de RSE et les conditions nécessaires à une bonne performance de l’entreprise dans ce domaine. Pour cela, nous mobilisons le cadre conceptuel de Carroll (1979). Presque quarante ans après la première formulation de la définition de la RSE par Carroll (1979), cette définition semble toujours trouver sa place dans les études théoriques (Carroll, 2016) ou empiriques dans le domaine (e.g. Burton et Hegarty, 1999 ; Clarkson, 1995 ; Smith et al., 2001). Trois traits la caractérisent : elle revêt en effet un caractère légitime, global, et graduel. Dès le départ, elle a constitué un fondement pour un très grand nombre de recherches sur la RSE en délimitant la nature des responsabilités des entreprises vis-à-vis de la Société. Son caractère englobant n’est sans doute pas étranger à ce constat. En effet, cette définition a dimensionné la RSE autour de quatre composantes qui représentent les principaux domaines d’intervention de l’entreprise en la matière : économique, réglementaire, éthique et philanthropique. Ainsi, selon Carroll, la RSE constitue « l’ensemble des obligations que l’entreprise a vis-à-vis de la société [en englobant] les caractéristiques économiques, légales, éthiques et discrétionnaires ». Enfin, cette définition place la responsabilité économique au premier plan tout en laissant la place à d’autres responsabilités tout aussi légitimes. Parmi les quatre catégories, deux dimensions semblent incontournables (Reynaud, 2007), les dimensions économique et réglementaire, alors que les deux autres dimensions, les dimensions éthique et discrétionnaire, semblent beaucoup plus sujettes à controverse.

7D’après Carroll, une entreprise ne peut être performante sur le plan de la RSE que si elle s’implique dans ces quatre dimensions. En nous fondant sur ce postulat, notre proposition principale est que si les éditos des rapports de développement durable reflètent sincèrement la réalité des efforts consentis par l’entreprise en matière de RSE, ils peuvent être utilisés comme un indicateur avancé de la PSE future. Cette proposition principale, qui fera l’objet d'un test empirique, appelle deux commentaires. D’une part, les efforts évoqués dans les éditos portent à la fois sur les réalisations de l’année passée en matière de RSE (année qui fait l’objet du rapport) et sur les actions prévues pour l’année (ou les années) à venir. D’autre part, le discours relatif à la RSE dans les éditos fera l'objet d’une analyse textuelle automatisée.

8La progression de l’article est la suivante. Après avoir discuté du contenu informationnel des éditos des rapports annuels (2), nous présenterons la définition selon Carroll (1979) de la RSE avec ses quatre dimensions et la distinguerons de la PSE (3). Nous présenterons ensuite nos hypothèses (4), les méthodes de tests et les résultats (5) ; ces derniers feront enfin l’objet d’une discussion conclusive (6).

2. Les éditos des rapports de développement durable

9Une large majorité des grandes entreprises éditent annuellement un rapport de développement durable (KPMG, 2015). Bien qu’il réponde à une attente forte des parties prenantes, certains considèrent qu’il est peu lu (Utopies, 2012) et trop long (Global Reporting Initiative, 2015). C’est pourquoi notre attention se porte sur les éditos (2.1.) et non sur l’ensemble du rapport. Cette partie des rapports suscite d’ailleurs un intérêt croissant chez les chercheurs (2.2.), bien que la question de sa sincérité soit posée (2.3.).

2.1. L’importance des éditos

  • 1 Les rapports de développement durable sont obligatoires depuis la loi NRE.

10La littérature souligne l’importance des éditos des rapports annuels. Les arguments avancés semblent pouvoir s’appliquer également aux éditos des rapports de développement durable1. Dans les deux cas, l’auteur jouit d’une liberté totale : la présentation et le contenu de ces textes ne sont en effet soumis à aucune contrainte réglementaire et ne font l’objet d’aucun audit formalisé (Muslu et al., 2016).

11Les éditos sont la partie des rapports annuels qui a le plus de chance d’être lue de manière exhaustive (Fanelli et Grasselli, 2005, p. 816). Rédigés par le CEO ou un top manager, les éditos sont le moyen le plus important utilisé par ces derniers pour communiquer leurs attitudes et leurs valeurs (Amernic et al., 2010). Ils constituent des éléments importants du discours narratif des CEO car ils sont périodiques (tous les ans), largement lus, écrits et signés par le CEO (Amernic and Craig, 2006) ; ce sont des représentations publiques des buts, actions et résultats de l’entreprise (Courtis, 2004). On notera enfin que la valeur informationnelle des lettres des CEO pour prédire la performance financière future (ROA ou ROE) est généralement reconnue (Patelli et Pedrini, 2014 ; Abrahamson et Amir, 1996).

2.2. Intérêt croissant de la recherche sur les éditos

12Les éditos des rapports annuels, comme ceux des rapports de développement durable, font l’objet d’un intérêt croissant de la part des chercheurs en management.

13Mäkelä et Laine (2011) étudient les éditos des rapports annuels et des rapports de développement durable de deux grandes entreprises finlandaises du secteur de la métallurgie sur une période de 10 ans pour montrer comment ces textes sont employés par les CEO (et plus largement les entreprises) pour véhiculer une certaine vision du monde (en d’autres termes, une certaine idéologie), et, en particulier, une certaine vision du développement durable. Patelli et Pedrini (2014) étudient 664 éditos de rapports annuels écrits par les CEO pour évaluer l’optimisme des propos à l’aide de la lexicométrie. Barkemeyer et al. (2014) évaluent le sentiment qui se dégage des éditos de CEO de 34 entreprises sur 10 ans. Florio et Melloni (2015) étudient les lettres aux actionnaires des entreprises italiennes cotées en 2013 pour cerner dans quelle mesure les entreprises usent du management des impressions. Boudt et Thewissen (2016) étudient 342 éditos de rapports annuels écrits par les CEO sur la période 2000-2011 pour évaluer l’optimisme des propos. Enfin, Muslu et al. (2016) montrent que la qualité de la divulgation des informations dans les rapports de développement durable des firmes notées par KLD influence les analystes financiers. Notamment, leurs résultats mettent en avant le fait que lorsque les rapports de développement durable sont de grande qualité, les analystes financiers produisent des prévisions plus précises, de meilleure qualité.

2.3. La sincérité des éditos

14Peut-on faire confiance au contenu des éditos ? Dans la littérature, deux visions s’opposent. La première considère que les éditos – des rapports annuels ou de développement durable – relèvent du management de l’impression et ne sont pas sincères. Une autre approche considère au contraire que ces éditos sont sincères et apportent une information incrémentale de valeur.

15Dans le cadre de la première approche, plusieurs travaux proposent d’analyser les éditos comme des actions stratégiques conçues pour influencer l’interprétation des résultats et des performances de l’entreprise. Ils se situent donc dans la logique du management de l’impression. Par exemple, les résultats de l’étude de Florio et Melloni (2015) menée sur les lettres aux actionnaires des entreprises italiennes cotées en 2013 vont dans ce sens : leurs résultats montrent que les éditos manipulent le langage afin d’obscurcir les faibles performances financières de l’entreprise. Barkemeyer et al. (2014) ne trouvent pas de lien entre le sentiment dégagé par les éditos des rapports de développement durable signés par les CEO et celui issu des éditos des rapports financiers annuels des entreprises, laissant penser que ces textes relèvent d’un management de l’impression. Boudt et Thewissen (2016) montrent comment les auteurs des éditos tentent de manipuler l’impression générale de leur propos en jouant sur la place des mots positifs et négatifs dans le texte (au début, à la fin, etc.). Ces éléments sont en faveur d’écrits produits pour contrôler l’image des entreprises.

16Selon une autre perspective, d’autres travaux soulignent que les éditos peuvent apporter une information réelle et sincère aux parties prenantes. Muslu et al. (2016) mettent en évidence que les rapports de développement durable permettent aux analystes financiers d’améliorer leurs prévisions. Ainsi, ces rapports véhiculent une information de nature incrémentale. Dans le courant de l’information incrémentale, les informations communiquées constituent une information pertinente destinée à améliorer la prise de décision de l’investisseur. Dans ce cas, les choix opérés par le dirigeant en matière de révélation d’informations contribuent à réduire l’asymétrie d’information et dans le même temps permettent une prise de décision pertinente ; on parle alors de comportement utile du dirigeant. Ceci s’inscrit dans une perspective proche des travaux en comptabilité relatifs à l’apport informationnel des rapports annuels. Li (2010) passe en revue les travaux antérieurs sur ce point. En se focalisant sur la partie « discussion et analyse » des rapports annuels, il démontre empiriquement l’existence d’un lien entre le contenu des rapports annuels et la performance financière future des firmes. L’étude exploratoire de Yuthas et al. (2002) va dans le même sens et montre que les propos tenus dans les rapports annuels sont sincères. Ces résultats sont confirmés par Patelli et Pedrini (2014) qui montrent que le niveau d’optimisme qui ressort des éditos est corrélé positivement à la performance financière passée (ROAN-1) et future de l’entreprise (ROAN+1), confirmant ainsi la sincérité des propos tenus dans les éditos.

17Trois arguments additionnels plaident en faveur de la sincérité des éditos. D’abord, le comportement des grandes entreprises est de plus en plus surveillé par les ONG et les États qui communiquent facilement au grand public les éventuels problèmes observés. Ainsi, par exemple, Marquis et al. (2016) montrent que plus les entreprises sont grandes, plus elles recourent aux financements étrangers, et plus elles ont des activités qui génèrent potentiellement des problèmes pour l’environnement, etc., plus ces entreprises sont « surveillées » par des ONG, des États, etc. Elles ont donc un intérêt moindre à biaiser / sélectionner leurs déclarations en matière d’environnement. En outre, comme le soulignent Sethi et al. (2017), une incohérence durable entre le contenu de l’édito et les performances de la firme menacerait la réputation de l’auteur de l’édito (CEO ou top manager) et ruinerait la légitimité de l’organisation. Enfin, l’étude de Boudt et Thewissen (2016) montre que, même si le CEO utilise certaines techniques relevant du management de l’impression, le langage employé dans la lettre adressée aux actionnaires permet de communiquer une information pertinente quant à la performance financière future. En ce sens, Duriau et al. (2007) indiquent que l’analyse du contenu des lettres aux actionnaires montre qu’elles sont représentatives des structures managériales profondes.

3. La notion de RSE : dimensions et performance

18Après avoir précisé les notions de RSE et de PSE retenues (3.1), nous détaillerons les dimensions de la RSE proposées par Carroll (1979) et supposées indispensables à l'atteinte d'un haut niveau de PSE (3.2.). Lorsque les efforts de l’entreprise concernant ces quatre dimensions sont présents selon une certaine pondération, l’entreprise devrait atteindre un haut niveau de PSE. Il est à noter que cette approche de Carroll a fait l’objet d’études dans un grand nombre de pays, y compris la France (3.3.).

3.1. La RSE et la PSE

19Notre travail est fondé sur la définition de Carroll (1979) qui fait l’objet d’un large consensus en management, au niveau théorique ou empirique (Wartick et Cochran, 1985 ; Wood, 1991 ; Maignan et al., 1999 ; Maignan, 2001 ; Garcia de Los Salmones et al., 2005 ; Reynaud, 2007). D’après Carroll, la RSE comprend les attentes économique, légale, éthique et discrétionnaire (philanthropique) de la part de la Société envers les organisations à un moment donné. De fait, la RSE regroupe un large éventail de pratiques qu’il est possible de regrouper de différentes façons. Nous considérons donc que la RSE recouvre un ensemble d’actions menées par les entreprises afin de satisfaire les attentes de la Société (Aguinis et Glavas, 2012).

20Si la RSE englobe un ensemble d’efforts consentis par les entreprises, il convient de la distinguer de la performance RSE (PSE) atteinte par les entreprises. La PSE est une évaluation qui porte sur les résultats des efforts consentis en matière de RSE : dans quelle mesure ces efforts ont-ils permis à l’entreprise d’atteindre des objectifs jugés désirables par la Société, tels que améliorer les conditions de travail des collaborateurs, limiter la pollution, créer des emplois, etc. ? Cette évaluation est réalisée par une tierce partie extérieure à l’entreprise.

21La distinction entre RSE et PSE est centrale dans notre approche, puisque nous nous interrogeons sur les liens existants entre, d’une part, l’évocation dans les éditos des efforts en matière de RSE réalisés ou prévus par l’entreprise, et d’autre part, la PSE future de l’entreprise. Dans le cadre de ce questionnement, et pour conduire la partie empirique de cette recherche, le choix du modèle conceptuel de RSE et PSE de Carroll, par rapport à d’autres modèles existants, se justifie. En effet, cet auteur identifie et analyse le lien entre la RSE et la PSE. Contrairement à d’autres modèles (Wood, 1991, notamment), Carroll aborde les leviers d’actions des entreprises et les conditions dans lesquelles la RSE peut conduire à un niveau élevé de PSE. Cette approche est différente, par exemple, de celle de Wood qui intègre simultanément les principes de la RSE, les processus et les résultats. Au contraire, Carroll s’intéresse spécifiquement aux domaines d’actions de l’entreprise, en précisant qu’une certaine combinaison de ces domaines est nécessaire pour atteindre un haut niveau de PSE.

3.2. Les quatre dimensions de la RSE selon Carroll

22Pour Carroll, la responsabilité doit d’abord être économique par nature ; ainsi elle doit permettre d’assurer un retour sur investissement aux propriétaires et actionnaires ; créer des emplois et assurer un système de rémunération juste ; promouvoir la recherche technologique, l’innovation et le développement de nouveaux produits et services. Les autres responsabilités deviennent sans effet si les entreprises ne sont pas viables économiquement puisqu’elles sont vouées à disparaître du monde économique. La responsabilité économique est une exigence de base (minimale) qui doit être atteinte dans le monde concurrentiel des affaires.

23La responsabilité légale est le deuxième versant de la RSE. La Société établit des règles fondamentales minimales pour encadrer le fonctionnement des entreprises. Ces règles incluent les lois et réglementations. Les entreprises doivent donc répondre au respect de la légalité et jouer les règles du jeu. Ainsi la Société attend des entreprises qu’elles accomplissent leur mission économique dans le respect des contraintes légales. Elles sont le reflet des pratiques loyales des affaires.

24Cependant, alors que les réglementations peuvent contraindre avec succès les entreprises à répondre à un problème, il est difficile de s’assurer qu’elles sont appliquées de manière équitable (Pratima, 2002). En outre, les réglementations sont par nature réactives, laissant peu d’opportunités aux entreprises d’être proactives. Les lois par conséquent délimitent le cadre d’un comportement tolérable mais jamais ne définissent l’éthique, ni ne légifèrent sur la moralité (Solomon, 1994).

25En troisième lieu, la responsabilité doit être éthique, impliquant que les entreprises sont des entités morales, faisant ce qu’il faut, de manière juste et équitable. Les attentes normatives de la plupart des sociétés maintiennent que les lois sont essentielles, mais pas suffisantes. La responsabilité éthique sous-tend que les entreprises sont sensibles à l’esprit de la loi et pas seulement à la lettre. Les entreprises doivent se comporter d’une manière équitable et objective, même dans les cas où la loi ne fournit pas de règles de conduite. Par conséquent, la responsabilité éthique concerne les activités, politiques et pratiques qui sont attendues ou interdites par la Société en dehors de tout cadre légal. Elle englobe des activités qui ne sont pas nécessairement codifiées dans des lois, mais on attend néanmoins des entreprises qu’elles respectent les gens, qu’elles ne causent pas de préjudice social et qu’elles favorisent la prévention de la blessure sociale. Une telle responsabilité est empreinte de convictions religieuses, des principes d’humanité et des engagements pour les droits de l’homme (Lantos, 2001). Le flou qui entoure la définition de ce type de responsabilité en constitue une limite avec la difficulté qui en résulte pour les entreprises de la traiter de manière concrète (Carroll, 1979).

26Enfin, le quatrième type de responsabilité, la responsabilité philanthropique (activités volontaires ou discrétionnaires), est la responsabilité pour laquelle les entreprises disposent du plus large champ de jugement et de choix discrétionnaires, en décidant d’activités spécifiques ou de contributions philanthropiques qui reviendront à la collectivité (dons, parrainage…). Une telle responsabilité tire ses racines dans la croyance que les affaires et la Société dans son ensemble sont biologiquement indissociables (Frederick, 1994). Ces activités sont guidées par la volonté de participer à des activités sociales en dehors du mandat de l’entreprise, non requises par la loi et généralement pas espérées au sens éthique. Des exemples de telles activités comprennent des actions volontaires, qui vont au-delà de l’éthique pure, des contributions philanthropiques, dons d’argent, volontariat des employés, de la Direction, participation à des programmes de formation interne pour toxicomanes, ou d’amélioration du taux d’alphabétisation (Carroll, 1979). Ce type de responsabilité est le plus controversé de tous, puisque ses limites sont larges et ses implications peuvent entrer en conflit avec l’orientation économique des entreprises. En outre, il peut revêtir une face cachée, c’est à dire répondre non pas à des motivations altruistes mais plutôt intéressées, par exemple améliorer la réputation de l’entreprise. Ainsi la responsabilité philanthropique n’est pas nécessairement espérée dans un sens moral ou éthique.

3.3. L’importance donnée à chaque dimension

27Bien que le modèle conceptuel de Carroll n’oppose pas une vision sociale à une vision économique de la RSE, il considère qu’il existe un ordre de priorité entre les quatre dimensions. Dans cette optique, Carroll (1979, p. 499) suggère une pondération de 4 pour la dimension économique, de 3 pour la dimension légale, de 2 pour la dimension éthique et de 1 pour la dimension philanthropique. Lorsque cet ordre de priorité est respecté, les entreprises sont censées atteindre des niveaux élevés de PSE.

28L’atteinte d’une réelle PSE selon la perspective de Carroll (1979) réside dans l’assimilation et l’adoption des quatre dimensions basiques de la RSE. Selon cet auteur, les quatre responsabilités doivent être remplies simultanément par les entreprises et toute perspective d’accomplissement séquentiel, hiérarchique ou commençant à la base, doit être rejetée. Cette idée peut être reprise sous la forme d’une équation exprimée de la façon suivante :

RSE totale = 4 responsabilité économique + 3 responsabilité légale + 2 responsabilité éthique + 1 responsabilité philanthropique.

29Aupperle (1982, 1984) a souhaité valider de manière empirique les poids attribués par Carroll. Son travail a été répliqué et étendu par d’autres auteurs. Tous les résultats convergent. Ils figurent dans le tableau 1 ci-dessous. Aupperle a réalisé une enquête auprès de 214 cadres américains, l’enquête comprenant 15 items déclinés en quatre affirmations correspondant chacune à l’une des quatre dimensions de la RSE (économique, légale, éthique et philanthropique). Pour chaque item les répondants ont dû répartir 10 points entre les quatre affirmations pour évaluer la RSE. Les résultats obtenus sont confirmés dans une autre étude auprès de CEO (Aupperle et al., 1985), qui a incorporé non plus 15 mais 20 items.

30De leur côté Pinkston et Carroll (1995), afin de compléter le travail de Aupperle, ont utilisé sa mesure sur un échantillon de 591 filiales de firmes internationales, mais géographiquement localisées aux Etats-Unis, dans le secteur de l’industrie chimique. Enfin, Edmondson et Carroll (1999) ont mobilisé la mesure de Aupperle pour calculer le score moyen de chacune des quatre dimensions afin de vérifier si la dimension philanthropique joue un rôle plus important dans les entreprises détenues par des personnes noires.

31Si l’on synthétise les résultats obtenus de manière temporelle, la tendance semble indiquer une réduction des dimensions économique et légale, la dimension éthique semble gagner en importance ainsi que la responsabilité philanthropique. Si l’on apprécie les résultats pour un échantillon particulier (entreprises détenues par des personnes noires), les dimensions éthiques et légales semblent moins importantes que dans les autres études et la dimension philanthropique devient plus essentielle.

Tableau 1 : Les pondérations, identifiées empiriquement, des quatre dimensions de Carroll (1979)

Etudes

Economique

Légale

Ethique

Philanthropique

Carroll (1979)

4

3

2

1

Aupperle (1982, 1984),
Aupperle et al. (1985)

3,50

2,54

2,22

1,30

Pinkston et Carroll (1995)

3,28

3,07

2,45

1,15

Edmondson et Carroll (1999)

3,16

2,12

2,19

2,04

32La décomposition de la RSE en quatre dimensions par Carroll en 1979, et son organisation (description) en structure pyramidale en 1991, étaient clairement conçues pour des grandes entreprises américaines de type capitaliste. Depuis cette période, plusieurs auteurs ont proposé une réorganisation de la pyramide pour l’adapter au contexte d’autres pays ou de plus petites entreprises. Ainsi en 2007, Crane et Matten ont observé que les quatre dimensions de la RSE décrites dans la pyramide étaient également présentes dans les pays européens, mais avec une signification et une imbrication différente. Visser (2011) a également revisité la pyramide de Carroll dans des pays en développement, notamment en Afrique, mettant en évidence une organisation différente des quatre dimensions. La priorité est donnée à la dimension économique, suivie par la dimension philanthropique. Selon cet auteur, la culture, les réformes politiques, les priorités socio-économiques, la gouvernance figurent parmi les éléments qui peuvent jouer un rôle de moteur de la RSE.

33Ces auteurs ont donc travaillé sur le caractère global des quatre dimensions de Carroll, en précisant que l’ordre d’importance peut être différent d’un pays à l’autre, mais sans proposer de nouvelles pondérations adaptées à chacun de ces pays.

4. Développement des hypothèses de la recherche

34Dans cette section, nous détaillons notre hypothèse principale (4.1.), puis nous discutons d’un effet modérateur associé à l’identité de l’auteur de l’édito (4.2.).

4.1. L’impact de l’évocation des quatre dimensions de Carroll

35Nous proposons de tester empiriquement la vision de la RSE selon Carroll et, notamment, de cerner si cette vision possède un caractère explicatif de la performance RSE future. Pour ce faire, nous exploitons le contenu des éditos des rapports annuels de développement durable – qui évoquent notamment les actions passées et futures de l’entreprise en matière de RSE – et menons une analyse textuelle automatisée visant à identifier la présence des différentes dimensions proposées par Carroll.

36Nous avons vu que les éditos des rapports annuels pouvaient être sincères et, ainsi, être en mesure de refléter les performances financières futures des firmes. Ainsi, ces rapports véhiculeraient une réelle information et ne relèveraient pas d’une stratégie de manipulation de leurs lecteurs, d’une volonté de management des impressions. Les informations produites dans un rapport de développement durable impliquant le même risque réputationnel et étant soumises à la même surveillance que les informations des rapports annuels (Sethi et al., 2017), on peut arguer d’une même sincérité inhérente à ces informations. On peut alors s’interroger sur la possibilité que les rapports dédiés au développement durable produits par les firmes – puisqu’ils véhiculent une information incrémentale – soient en capacité de donner des indications sur les performances RSE futures des entreprises. En effet, plus une firme (sincère) apparaît accorder une attention complète (au sens de Carroll) à la RSE, plus cela devrait se traduire in fine par une bonne performance en matière de RSE.

37Ainsi, la proposition principale de cet article est la suivante : l’évocation des quatre dimensions de la RSE de Carroll (actions réalisées ou prévues) dans les éditos des rapports de développement durable des entreprises françaises cotées est associée à la performance RSE future des entreprises. L’idée sous-tendant le propos est la suivante. Plus une firme évoque dans ses éditos ses actions passées ou futures en matière de RSE (au sens de Carroll), plus il apparaît qu’elle se préoccupe de la RSE et donc qu’elle mène une stratégie intégrant une forte dimension RSE. Cette orientation stratégique devrait in fine se refléter dans sa performance RSE (PSE). Si l’on précise le propos à l’aide d’une hypothèse testable, il vient :

H1 : Plus un discours relatif à la RSE au sens de Carroll (1979) est présent dans les éditos des rapports de développement durable, plus la PSE future des entreprises est élevée.

4.2. L’effet modérateur de l’auteur de l’édito

38Une variété d’acteurs peut communiquer sur les efforts de l’entreprise en matière de RSE (Herremans et al., 2016) et signer l’édito du rapport de développement durable : le CEO, le responsable du développement durable, etc. Il n’y a en effet pas d’obligation légale, ni « sociale » (habitude) à ce que ce soit le CEO qui signe cet édito. S’il le fait, c’est donc un choix. Dans la logique de la théorie du signal (Spence, 1973 ; Ross, 1977 ; Connelly et al., 2011), ce choix pourrait être motivé par le souhait de signaler aux parties prenantes l’importance des problématiques RSE pour l’entreprise. Si ce signal est sincère, alors on peut penser que la signature de l’édito par le CEO est associée à une plus grande sensibilité et implication de l’entreprise à l’égard des questions de RSE, cette dernière devant à terme être associée à une meilleure PSE. En outre, le CEO étant particulièrement crédible pour évoquer les stratégies et les orientations de l’entreprise, selon la théorie de la crédibilité de la source (Hovland et Weiss, 1951 ; Pornpitakpan, 2004), le fait que l’édito soit rédigé par le CEO renforce la crédibilité de son contenu. Le souhait de donner un maximum de crédibilité à l’édito devrait renforcer ses liens avec la PSE.

39Au contraire, si c’est un autre manager qui rédige l’édito du rapport de développement durable, le signal est moins fort. Il indiquerait que l’entreprise est moins impliquée dans la RSE et / ou que le contenu de l’édito est moins crédible. On s’attend donc à un effet moindre si l’auteur n’est pas le CEO. Cela permet d’établir l’hypothèse H2 :

H2 : L’effet positif de la présence des quatre dimensions de Carroll sur la PSE future est plus fort (respectivement faible) lorsque les éditos sont signés par le CEO (respectivement par un autre auteur).

5. Présentation des données, méthode et résultats empiriques

40Une fois les données présentées (5.1.), nous exposons la construction des mesures textuelles des quatre dimensions de Carroll (1979) (5.2.). Ensuite, nous détaillons la stratégie empirique de régression en données de panel (5.3.) et discutons des résultats obtenus (5.4.) et de leur robustesse (5.5.).

5.1. Présentation des données

41L’analyse empirique porte sur les entreprises du CAC 40 pour lesquelles nous disposons des rapports de développement durable sur la période 2003-2015. Les entreprises financières (banque, assurance, immobilier) ont été exclues de l’échantillon pour des raisons tenant à leurs contraintes et comptabilités spécifiques. Au final, après application de ces filtres, nous disposons de données relatives à 35 firmes sur 13 ans. Etant donné que certains rapports de développement durable n’étaient pas disponibles, nous travaillons au final sur 372 firmes-années. Le tableau 2 ci-dessous présente la structure de l’échantillon final.

42Les données utilisées dans cet article proviennent de différentes sources. Les données comptables et financières ont été collectées respectivement dans les bases de données "Worldscope" et "Datastream" qui sont elles-mêmes fournies par la base "Thomson One Reuters". Les données de performance RSE proviennent de la base de données fournie par Vigéo-Eiris. Enfin, les données relatives aux quatre dimensions de Carroll proviennent des éditos des rapports de développement durable. Nous présentons plus avant ces dernières dans la sous-section qui suit.

Tableau 2 : Répartition de l’échantillon par secteur d’activité

Ce tableau présente la réparation sectorielle de notre échantillon. La classification sectorielle est basée sur le GICS (Global Industry Classification Standard). N représente le nombre d’entreprises dans chaque secteur d’activité et Total % représente le pourcentage d’entreprises appartenant à chaque secteur d’activité.

Code

Secteur

N

Total %

1010

1510

2010

2030

2510

2520

2530

2540

3020

3030

3510

3520

4510

4520

5510

Energie

Matériaux

Biens d’équipement

Télécommunications

Automobiles et composants automobiles

Biens de consommation durables et habillement

Services à la clientèle

Médias

Produits alimentaires, boisson et tabac

Produits domestiques et de soin personnel

Équipements et services de santé

Sciences pharmaceutiques, biotechnologiques et biologiques Logiciels et services

Matériel et équipement informatique

Services aux collectivités

3

3

8

2

3

2

1

1

3

1

1

1

1

2

3

8,57

8,57

22,85

5,71

8,57

5,71

2,85

2,85

8,57

2,85

2,85

2,85

2,85

5,71

8,57

43Notre variable dépendante est fondée sur l’évaluation de la performance RSE fournie par le cabinet de notation extra-financière Vigéo-Eiris. Ce cabinet, fondé en 2002, est l’agence leader en Europe de l’évaluation de la responsabilité sociétale des organisations. Vigéo-Eiris note chaque entreprise sur six dimensions : environnement, droits humains, ressources humaines, engagement sociétal, comportement sur les marchés et gouvernance d’entreprise. Notre variable dépendante est la moyenne de ces cinq dimensions (la dimension « droits humains » a été exclue car elle comportait trop de valeurs manquantes) qui peut varier entre 0 et 100. Dans l’échantillon, la note la plus basse est 18,8, la plus haute est 67 (cf. tableau 3 infra).

44Nous nous sommes également intéressés à l’impact éventuellement modérateur de l’auteur des éditos dans la relation principale (H1) au travers de notre seconde hypothèse (H2). Nous avons donc créé une variable muette (CEO) qui prend la valeur 1 si l’auteur de l’édito est le CEO et 0 sinon.

45Par ailleurs, la littérature souligne que certaines caractéristiques spécifiques à l’entreprise agissent comme des déterminants significatifs de la performance RSE (taille de l’entreprise, endettement, etc.) et peuvent donc expliquer des variations dans le niveau de cette performance (Roberts, 1992 ; Artiach et al., 2010 ; Purushothaman et al., 2000 ; Lourenço et Branco, 2013). Il convient donc de les contrôler afin d’isoler le pouvoir incrémental de notre variable centrale EDITO en matière d’explication de la performance RSE future. Ces variables ont notamment été utilisées dans l’étude de Artiach et al. (2010) et dans celle de Lourenço et Branco (2013) dans un contexte brésilien. Elles sont au nombre de cinq. Il s’agit de la taille de l’entreprise, de l’endettement, de sa capacité financière (FCF et rentabilité) et des opportunités de croissance. Nous les avons retenues dans cette étude et mesurées de la même manière que Artiach et al. (2010).

46- La taille de l’entreprise (TAILLE) : les arguments avancés reposent sur des éléments tels qu’une plus grande visibilité et donc une plus grande pression, une réponse plus appuyée aux demandes des parties prenantes ; la taille est également favorable aux économies d’échelle. La taille de l’entreprise est supposée être reliée positivement à la performance RSE. La taille de l’entreprise est mesurée par le logarithme de l’actif total ;

47- L’endettement (LEV) : son effet s’explique par le pouvoir sur les ressources requises par l’entreprise. L’endettement incite l’entreprise à privilégier les créanciers, qui sont généralement plus puissants que les autres parties prenantes. L’endettement de l’entreprise est supposé être relié négativement à la performance RSE. L’endettement de l’entreprise est mesuré par le total des dettes divisé par le total des actifs ;

48- La capacité financière : en cas de rareté des ressources, les dirigeants doivent prioriser entre les besoins des différentes parties prenantes. En période de ressources économiques rares, l’entreprise est contrainte de prioriser les besoins économiques au détriment de la demande sociale. Ainsi, des free cash-flow (FCF) élevés indiquent que la firme dispose d’une capacité financière suffisante pour investir dans la RSE sans que cela se fasse au détriment d’autres domaines. De même, la rentabilité de l’entreprise (ROA) influence sa capacité à entreprendre des programmes en faveur de la RSE. Plus sa performance est élevée, moins une firme subit une pression élevée des investisseurs financiers et plus elle peut satisfaire les attentes sociétales et environnementales. Il existe une relation positive entre la rentabilité de l’entreprise et la performance RSE. Nous avons retenu deux mesures : les free cash-flow (FCF), mesurés par le ratio entre les free cash-flow et le total des ventes et le ROA, calculé comme le rapport entre le résultat avant impôts, taxes et intérêts et le total actif ;

49- Les opportunités de croissance : plus les opportunités de croissance sont nombreuses, plus l’entreprise est capable d’intégrer des principes de RSE dans sa stratégie et plus la performance RSE est élevée. La mesure retenue est le ratio market-to-book (MTB), correspondant au rapport entre la valeur boursière et la valeur comptable des fonds propres.

5.2. Les mesures textuelles de la RSE issues des éditos

50Comme le soulignent Duriau et al. (2007) dans leur revue de littérature sur l’analyse de contenu dans le domaine de la recherche sur les organisations, il est surprenant que seul un quart des études ait recours à une analyse assistée par ordinateur, car elle confère nombre d’avantages (réplication, faible coût, flexibilité). Loughran et Mc Donald (2016) indiquent que plusieurs approches existent pour analyser les structures d’un texte. La première possibilité, la plus simple, consiste à rechercher la présence de certains termes dans un texte ; par exemple, on pourrait recenser le nombre de fois où le terme « corporate responsibility » apparaît dans un document. Une deuxième approche s’appuie sur l’utilisation de listes de mots, supposées représentatives d’un concept. Par exemple, on peut compter le nombre de mots à caractère négatif pour mesurer le degré de pessimisme d’un texte. Enfin, il est possible de mobiliser des algorithmes apprenant de Bayes pour classer les mots sans recourir à une liste de mots. La méthode consiste à entraîner manuellement l’algorithme apprenant sur un échantillon d’analyse restreint, i.e. ce sont des humains qui apprécient la positivité d’un texte, puis à laisser ensuite l’algorithme mener l’analyse sur un échantillon plus large.

51Au vu du nombre de textes à notre disposition (372), nous avons choisi de recourir à une analyse à partir d’un dictionnaire. Les dictionnaires les plus utilisés sont ceux inclus dans les logiciels General Inquirer et DICTION. Seul le dictionnaire de General Inquirer (Harvard IV-4 dictionary1) est publiquement disponible. Cela procure un avantage certain de réplicabilité.

52Afin de mesurer la présence textuelle des quatre dimensions identifiées par Carroll, nous avons sélectionné une ou des listes de mots au sein du dictionnaire Harvard IV-4 pour chaque dimension et dénombré les occurrences de chacun des mots présents dans les éditos des rapports de développement durable à notre disposition. Nous avons travaillé à partir de textes en anglais puisque la langue du dictionnaire est l’anglais. Nous indiquons ci-dessous pour chacune des dimensions les catégories du dictionnaire retenues :

1) Dimension économique : catégories2« econ@ » et « ECON », total de 480 mots. Ces deux catégories contiennent des mots ayant une orientation économique, commerciale, industrielle et en lien avec les affaires ;

2) Dimension légale : catégorie « legal », total de 173 mots. Cette catégorie comprend les mots en lien avec des questions légales, judiciaires et de police ;

3) Dimension éthique : catégorie « rcethic », total de 139 mots. Cette catégorie recense des mots reflétant les valeurs relatives à l’ordre social ;

4) Dimension philanthropique : intersection des catégories « socrel » et « positiv », soit 134 mots, et intersection des catégories « virtue » et « positiv », soit 536 mots, soit un total de 670 mots. Pour cette dimension, puisqu’elle est la plus hétérogène au sens de Carroll, nous avons choisi de retenir les mots à connotation positive dans la catégorie « socrel » qui identifie les mots reflétant les processus interpersonnels socialement acceptés et la catégorie « virtue », qui elle, reflète les mots indicateurs d’accord moral.

53Une fois les décomptes de mots dans chaque catégorie effectués, afin d’éviter tout effet lié à la longueur des textes, nous avons normé chaque nombre de mots de chaque catégorie par le nombre total de mots contenus dans l’édito considéré. Ainsi, la mesure de la prévalence de la dimension économique de Carroll dans un édito est égale au nombre de mots appartenant aux catégories « econ@ » et « ECON » recensés dans l’édito divisé par le nombre total de mots de l’édito. Les mesures des trois autres dimensions sont calculées de la même manière. Formellement, cela s’écrit ainsi :

Image 100000000000029B00000173F6A79A9B.jpg

54Plus l’une des mesures textuelles de dimension de la RSE au sens de Carroll est grande, plus on peut considérer que l’entreprise accorde de l’importance à cette dimension de la RSE.

55Une fois la présence de chaque catégorie quantifiée, nous pouvons établir une mesure de la RSE au sens de Carroll établie à partir de l’analyse textuelle du contenu des éditos des rapports de développement durable. Si l’on se réfère aux pondérations proposées par Carroll (1979), il est possible de calculer la mesure de la RSE pour une firme i à la date t, intitulée par la suite EDITO, de la manière suivante :

Image 10000000000002AE0000004A151685B9.jpg

56Plus la mesure EDITO est grande, plus l’entreprise accorde d’attention aux différentes dimensions de la RSE identifiées par Carroll et, ce, en conformité avec les pondérations identifiées par Carroll. Cette mesure révèle ainsi le degré de préoccupation d’une entreprise quant à la RSE telle que définie par Carroll (1979).

5.3. Méthode d’analyse empirique

57Nous cherchons à étudier si la mesure de la RSE au sens de Carroll, extraite des éditos des rapports de développement durable des entreprises françaises cotées, donne des indications sur leur performance RSE future, au-delà des variables de contrôle traditionnellement utilisées dans la littérature, en l’occurrence les variables associées aux caractéristiques des entreprises. En effet, il faut du temps pour que la politique RSE évoquée dans les éditos produise ses effets. C’est la raison pour laquelle, dans notre modélisation, la variable EDITO est décalée par rapport à la variable représentant la performance RSE. L’impact des variables explicatives sur la performance RSE des entreprises est évalué selon une modélisation en données de panel. La forme fonctionnelle du modèle multivarié est la suivante :

Image 10000000000002A10000008B34B52358.jpg

58Où PSEi,t est la performance RSE de l’entreprise i à la date t. EDITOi,t-k représente la RSE, au sens de Carroll, de l’entreprise i à la période t-k. TAILLEi,t représente la taille de l’entreprise i à la date t. ROAi,t est la rentabilité économique de l’entreprise i à la date t. LEVi,t représente l’endettement de l’entreprise i à la date t . FCFi,t représente le ratio entre les free cash-flow et le total des ventes de l’entreprise i à la date t. MTBi,t est le ratio market-to-book de l’entreprise i à la date t. IND sont des variables muettes qui captent les effets de secteur d’activité. YEAR sont des variables muettes qui captent les effets temporels. k est l’horizon de prévision retenu. Dans notre cas, nous présentons les résultats pour des horizons de prévision de k = 1 à 5 ans. Notre modèle cherche à expliquer la performance future. Le tableau 3 ci-dessous présente des statistiques descriptives pour nos différentes variables.

Tableau 3 : Statistiques descriptives des variables utilisées dans l’étude

Ce tableau présente les statistiques descriptives de base des principales variables utilisées dans l’étude sur la période 2003-2015. PSE représente l’évaluation de la performance RSE de l’entreprise fournie par le cabinet de notation extra-financière Vigéo-Eiris. EDITO est une variable qui représente le contenu des éditos au sens de Carroll. TAILLE représente la taille de l’entreprise mesurée par le logarithme du total de l’actif. ROA est le ratio de rentabilité des actifs mesuré par le rapport entre le résultat avant impôts, taxes et intérêts et le total actif. LEV représente l’endettement de l’entreprise mesuré par le total des dettes divisé par le total des actifs. FCF représente le ratio entre les free cash-flow et le total des ventes. MTB est le ratio market-to-book mesuré par le rapport entre la valeur boursière et la valeur comptable des fonds propres.

Variables

Moyenne

Médiane

Ecart type

Min

Max

PSE (note Vigéo-Eiris)

47,78

49,20

9,43

18,80

67,00

EDITO (cf. détail supra)

0,386

0,445

0,222

0,118

1,0467

TAILLE (m.€)

10,148

10,152

0,877

7,822

12,271

ROA ( %)

5,90

5,50

5,50

-16,50

32,40

LEV ( %)

24,60

22,20

11,10

3,70

54,90

FCF ( %)

3,20

2,90

6,30

-28,60

22,10

MTB (ratio)

2,503

1,878

4,653

0,270

7,059

59Préalablement à son estimation, nous avons conduit des tests empiriques pour évaluer la pertinence de la spécification de notre modèle en données de panel. Nous avons d’abord procédé au test de Fischer portant sur la nullité de l’ensemble des paramètres. La valeur du test statistique permet de rejeter à un seuil de 1 % l’hypothèse nulle d’homogénéité des effets individuels. Ainsi, la méthode d’estimation à effets fixes est plus adéquate que la simple méthode d’estimation avec données empilées (pooled model). Nous avons également comparé le modèle à effets individuels fixes par rapport au modèle à effets aléatoires à l’aide du test d’Hausman. La méthode d’estimation à effets fixes s’est révélée systématiquement préférable à la méthode d’estimation à effets aléatoires. En effet, la réalisation statistique du test d’Hausman implique le rejet à un seuil de 1 % de l’hypothèse nulle, ce qui confirme l’existence d’effets fixes.

60Le tableau 4 présente les corrélations entre les différentes variables. La lecture de ce tableau fait apparaître une corrélation plus ou moins forte entre la mesure Vigéo-Eiris de la PSE et les variables explicatives retenues. Tous les coefficients de corrélation affichent le signe attendu. La plus forte corrélation est enregistrée entre la mesure Vigéo-Eiris de la PSE et la taille de l’entreprise (32,4 %), ce qui laisse présager que la taille de l’entreprise est le déterminant le plus important de la performance RSE de l’entreprise.

Tableau 4 : Matrice des corrélations

Ce tableau présente les coefficients de corrélation de Pearson entre la variable PSE et les variables explicatives pour la période 2003-2015. PSE représente l’évaluation de la performance RSE de l’entreprise fournie par le cabinet de notation extra-financière Vigéo. EDITO est une variable qui représente le contenu des éditos au sens de Carroll. TAILLE représente la taille de l’entreprise mesurée par le logarithme du total de l’actif. ROA est le ratio de rentabilité des actifs mesuré par le rapport entre le résultat avant impôts, taxes et intérêts et le total actif. LEV représente l’endettement de l’entreprise mesuré par le total des dettes divisé par le total des actifs. FCF représente le ratio entre les free cash-flow et le total des ventes. MTB est le ratio market-to-book mesuré par le rapport entre la valeur boursière et la valeur comptable des fonds propres. ***, **, * désignent respectivement les degrés de significativité au seuil de 1 %, 5 %, et 10 %.

PSE

EDITO

TAILLE

LEV

FCF

ROA

MTB

PSE

1

EDITO

0,170***

1

TAILLE

0,324***

0,239***

1

LEV

-0,093**

0,044*

0,331***

1

FCF

0,051*

0,010**

0,180***

-0,093

1

ROA

0,057**

0,070*

-0,067**

-0,206***

0,572***

1

MTB

0,132***

0,124**

-0,076

-0,214***

-0,360***

0,060*

1

61Par ailleurs, la mesure Vigéo-Eiris de la PSE est fortement reliée à la variable EDITO. En d’autres termes, plus le niveau de la RSE au sens de Carroll est élevé, plus la performance RSE (PSE) au sens de Vigéo-Eiris est importante. Cette relation concomitante est significative au seuil de 1 %. Cela soulève alors la question du sens de la causalité qui caractérise cette relation : le contenu des éditos influence-t-il la performance RSE future des entreprises ou est-ce l’inverse qui prévaut ? Pour répondre à cette interrogation, des tests de causalité au sens de Granger, en données de panel, ont été menés entre la variable EDITO et la variable PSE. Les résultats de ce test montrent que la variable EDITO influence la variable PSE au seuil de confiance de 5 % (p =0.039). Par ailleurs, la performance RSE des entreprises n’influence pas la variable EDITO au seuil de risque conventionnel (p =0.126). En d’autres termes, une performance RSE élevée n’incite pas les auteurs des éditos à intensifier le contenu de leur édito. Ce lien de causalité confirme l’intuition de notre modèle économétrique de base.

62Certaines corrélations entre variables explicatives de notre modèle étant significatives, nous avons procédé à un test de multicolinéarité. Nous avons estimé les modèles par la méthode des moindres carrés ordinaires pour calculer les facteurs de l’inflation de la variance (VIF). Il est généralement considéré qu’un VIF supérieur à 10 signale un problème de multicolinéarité important (Neter et al., 1983). Dans les régressions menées dans notre étude, tous les VIF sont inférieurs à 7 ce qui permet d’écarter tout problème de multicolinéarité.

5.4. Résultats des estimations en données de panel

63L’estimation du modèle empirique de base nécessite de déterminer au préalable le nombre de retards k. Il s’agit d’identifier le délai avec lequel s’exerce l’influence des contenus des éditos sur la performance RSE des entreprises. En effet, la littérature théorique ne nous précise pas l’horizon de prévision à prendre en considération. Pour tenter de répondre de manière empirique à cette question, nous avons choisi de présenter les résultats de la régression de la performance RSE sur la variable EDITO décalée pour différents horizons de prévision de k = 1 à 5 ans. Le tableau 5 expose les résultats de la régression en données de panel avec des effets fixes par année et par secteur. On observe que le contenu des éditos exerce un effet positif et significatif sur la performance RSE de l’entreprise dès la première année. L’effet positif s’intensifie pour la deuxième année et atteint son maximum au cours de la troisième année. L’effet commence à s’amortir et devient non significatif à partir de la quatrième période. Le coefficient de détermination ajusté est d’environ 6,1 % pour un horizon de prévision de trois ans. Un tel coefficient, s’il est faible, est pourtant tout à fait en phase avec les résultats d’études menant une même démarche. Ainsi, Meng et al. (2013) obtiennent des R2 de l’ordre de 2 à 3 % lorsqu’ils tentent d’expliquer les évolutions de la performance environnementale des firmes chinoises. Abrahamson et Amir (1996) essaient de prédire la performance future des firmes à partir d’indicateurs textuels issus des rapports annuels aux États-Unis et obtiennent aussi des R2 d’un ordre de grandeur proche de celui obtenu dans le tableau 5. Ainsi, la faiblesse toute relative du pouvoir explicatif de nos régressions s’explique par la nature non contemporaine de la relation entre le contenu des éditos et la performance RSE.

Tableau 5 : Résultats de la régression en données de panel avec effets fixes

Ce tableau présente les résultats de l’estimation de la régression en données de panel avec effets fixes (années et secteurs) en utilisant comme seule variable explicative le contenu des éditos au sens de Carroll (EDITO). k est l’horizon de prévision retenu. ***, **,* désignent respectivement les degrés de significativité au seuil de 1 %, 5 %, et 10 %.

k =1

k =2

k =3

k =4

k =5

Constante

t-stat

EDITO

t-stat

R2 ajusté

43,16***

32,67

0,055***

3,336

0,057

44,98***

35,88

0,065***

2,229

0,054

45,29***

40,08

0,089***

3,248

0,061

48,58***

42,35

0,025

0,872

0,040

51,58***

52,08

-0,025

-0,9697

0,032

Tableau 6 : Résultats de la régression en données de panel avec effets fixes en présence des variables de contrôle et des variables modératrices

Ce tableau présente les résultats de l’estimation de la régression en données de panel avec effets fixes (années, secteur). Les modèles 1 et 2 sont utilisés pour estimer l’hypothèse 1. Le modèle 1 intègre uniquement les variables de contrôle alors que le modèle 2 intègre à la fois les variables de contrôle et la variable contenu des éditos au sens de Carroll (EDITO). Le modèle 3 est utilisé pour tester l’hypothèse 2. Il intègre une variable interaction EDITO × CEO. La variable CEO est une variable binaire qui est égale à 1 si l’édito est signé par le CEO, et 0 ailleurs. IND sont des variables muettes qui captent les effets de secteur d’activité. YEAR sont des variables muettes qui captent les effets temporels. ***, **, * désignent respectivement les degrés de significativité au seuil de 1 %, 5 %, et 10 %. Les valeurs des t-stats apparaissent sous les coefficients estimés.

Signe espéré

Modèle 1
Effet variables de contrôle seules

Modèle 2

Effet contenu des éditos (H1)

Modèle 3 Effet auteur des éditos

(H2)

Constante

-28,26

-0,624

-35,84

-0,756

-21,288

-1,027

EDITO

+

0,066***

2,356

0,058***

2,329

CEO

0,004**

1,898

EDITO× CEO

0,018**

1,972

TAILLE

+

0,289**

2,021

0,278**

1,991

0,265**

1,982

LEV

-

-0,101**

-1,972

-0,108**

-2,144

-0,099*

-1,768

FCF

+

0,008

1,541

0,007

1,502

0,004

1,436

ROA

+

0,117**

2,102

0,110***

3,001

0,115***

2,999

MTB

+

0,099*

1,878

0,054

1,634

0,051

1,631

IND

OUI

OUI

OUI

YEAR

OUI

OUI

OUI

Fisher

5,428***

0,000

8,102***

0,000

9,033***

0,000

R2 ajusté

0,465

0,524

0,528

64Nous retenons donc dans les analyses empiriques qui suivent l’échéance temporelle de trois ans (k =3). Pour affiner les résultats et prendre en compte l’influence des variables de contrôle identifiées dans la littérature (Artiach et al., 2010), nous avons testé deux modèles (cf. tableau 6) : dans le premier, seules les variables de contrôle sont présentes. Le deuxième modèle reprend les variables de contrôle et intègre la mesure textuelle de la RSE au sens de Carroll. Notre objectif dans ce travail de recherche, rappelons-le, consiste à tester le pouvoir explicatif incrémental du contenu des éditos, par rapport à celui des variables habituellement utilisées dans la littérature. Les résultats du premier modèle montrent que les variables de contrôle considérées seules sont toutes significatives à l’exception de la variable FCF et expliquent 46,5 % de la performance RSE des entreprises. Les résultats du premier modèle du tableau 6 vont dans le sens de Artiach et al. (2010). Lorsque nous intégrons la variable EDITO dans le modèle (modèle 2), on remarque que cette nouvelle variable est hautement significative et que le modèle voit son pouvoir explicatif progresser jusqu’à 52,4 %, soit une amélioration de 5,9 points du R² ajusté. Par rapport au modèle 1, la variable de contrôle MTB perd de sa significativité. Il semble donc que la variable EDITO domine cette variable financière en matière de prévision de la performance RSE. Au final, la mesure textuelle de la RSE au sens de Carroll fournit un pouvoir explicatif incrémental par rapport à celui des autres variables explicatives habituellement utilisées dans la littérature. Globalement, l’analyse des résultats confirme donc l’impact significatif du contenu des éditos sur la performance RSE future de l’entreprise, au terme d’une période de trois ans, ce qui permet d’accepter l’hypothèse H1.

65L’hypothèse H2 prévoit que l’identité de l’auteur des éditos (CEO) devrait modérer l’influence de la mesure textuelle de la RSE au sens de Carroll sur la performance RSE future. Pour tester cette hypothèse, il convient donc d’intégrer les effets directs d’influence de la variable auteur des éditos (CEO) dans le modèle de base. Le modèle 3 reprend donc les variables de contrôle, la variable EDITO au sens de Carroll, la variable auteur des éditos (CEO) et l’interaction entre ces deux dernières variables. L’estimation de ce modèle fournit des résultats comparables aux modèles 1 et 2 en ce qui concerne les variables de contrôle. Concernant les variables explicatives, on remarque que la variable EDITO et la variable « auteur des éditos » (CEO) ont des effets positifs et significatifs sur la performance RSE, ce qui est en pleine cohérence avec notre résultat précédent. En outre, conformément à H2, on observe que l’interaction entre la variable EDITO et la variable CEO exerce un effet significativement positif. Cela signifie que, l’impact du contenu des éditos sur la performance RSE des entreprises est plus fort lorsque les éditos sont signés par le CEO. Ce résultat conforte l’idée selon laquelle l’impact positif du contenu des éditos sur la performance RSE est plus important lorsque le signal envoyé aux parties prenantes (signature par le CEO) est plus fort et plus crédible.

5.5. Analyse de robustesse des résultats obtenus

66Dans cette section, nous menons une analyse de la robustesse de nos résultats. Nous nous interrogeons d’abord sur la pertinence de la mesure de performance RSE utilisée dans notre étude. En effet, nous avons évalué la performance RSE des entreprises en utilisant les données fournies par le cabinet de notation extra-financière Vigéo-Eiris. Une façon d’éprouver la robustesse de nos conclusions consiste à comparer nos résultats avec ceux obtenus sur la base d’une mesure alternative de la performance RSE. Cette analyse nous permet de vérifier si nos résultats ne sont pas sensibles au choix de la mesure de performance RSE utilisée.

67Pour cela, nous utilisons les données de la société Suisse ASSET4 qui propose une base de données mondiale d’informations sur les notations environnementales, sociales et de gouvernance couvrant plus de 4000 entreprises dans le monde. Les notations ASSET4 permettent de comparer de manière pertinente la performance RSE d’une entreprise à une autre sur une longue période. En effet, elles reposent sur une méthodologie standardisée dans laquelle 750 éléments individuels et 250 indicateurs-clés de performance sont analysés puis classés au sein de 18 catégories. Ces dernières relèvent d'un des quatre piliers de la performance de l'entreprise telle que définie par ASSET4 : performance économique, performance environnementale, performance sociale et performance de la gouvernance d’entreprise. La notation représente le score moyen obtenu sur ces quatre piliers. Les données sont disponibles sur la période 2005-2014 et proviennent de la base de données Thomson-Reuters.

68Nous enregistrons une forte corrélation positive entre la performance RSE du cabinet de notation extra-financière Vigéo-Eiris et celle du cabinet ASSET4. Le coefficient de corrélation est de 0,581 et il est statistiquement significatif au seuil de 1 %. Les différents modèles en données de panel estimés dans le tableau 6 ont été ré-estimés avec les notations ASSET4 et les résultats de ces estimations figurent dans le tableau 7 ci-dessous.

Tableau 7 : Résultats des tests de robustesse en utilisant les notations ASSET4

Ce tableau présente les résultats de l’estimation de la régression en données de panel avec effets fixes (années, secteur) mais en mobilisant les données du cabinet de notation extra-financière Asset4. Les modèles 1 et 2 sont utilisés pour estimer l’hypothèse 1. Le modèle 1 intègre uniquement les variables de contrôle alors que le modèle 2 intègre à la fois les variables de contrôle et la variable contenu des éditos au sens de Carroll (EDITO). Le modèle 3 est utilisé pour tester l’hypothèse 2. Il intègre une variable interaction EDITO × CEO. La variable CEO est une variable binaire qui est égale à 1 si l’édito est signé par le CEO, et 0 ailleurs. IND sont des variables muettes qui captent les effets de secteur d’activité. YEAR sont des variables muettes qui captent les effets temporels. ***, **, * désignent respectivement les degrés de significativité au seuil de 1 %, 5 %, et 10 %. Les valeurs des t-stats apparaissent sous les coefficients estimés.

Signe espéré

Modèle 1– Effet variables de contrôle seules

Modèle 2–Effet contenu des éditos (H1)

Modèle 3 - Effet auteur des éditos

(H2)

Constante

-13,263

-0,342

-12,726

-0,817

10,827

0,988

EDITO

+

0,057***

2,487

0,044***

2,189

CEO

0,005**

1,921

0,016**

EDITO× CEO

1,961

TAILLE

+

0,294**

2,113

0,287**

2,008

0,272**

1,991

LEV

-

-0,009*

-1,892

-0,011**

-1,982

-0,011*

-1,777

FCF

+

0,009

1.493

0,008

1,423

0,08

1,512

ROA

+

0,109**

2,114

0,107***

2,102

0,111***

2.889

MTB

+

0,087*

1,921

0,058*

1.723

0,071*

1,724

IND

OUI

OUI

OUI

YEAR

OUI

OUI

OUI

Fisher

5,265***

0,000

7,819***

0,000

8,218***

0,000

R2 ajusté

0,393

0,437

0,442

69A la lecture du tableau 7, dans l’ensemble, les résultats ne semblent pas être affectés qualitativement par le changement de mesure de la variable dépendante PSE : passage de la notation Vigéo-Eiris à la notation ASSET4. En effet, le contenu des éditos exerce un effet positif et significatif sur la performance future RSE des entreprises au terme d’une période de trois ans. Notons que l’effet pressenti est légèrement plus faible que celui obtenu avec l’utilisation des notations Vigéo-Eiris. Le coefficient estimé sur la variable EDITO est de 0,057 pour les notations Asset4 contre 0,066 avec l’utilisation des notations Vigéo-Eiris. Au final, les résultats enregistrés sont robustes et conformes à ceux précédemment obtenus avec l’utilisation des données Vigéo-Eiris.

70 Dans le contexte de naissance d’une législation spécifique à la RSE, notamment en France, la question de la pertinence de la pondération originelle des quatre dimensions de Carroll se pose. On peut ainsi se questionner sur leur évolution dans le temps et un test simple et immédiat consiste à considérer que chaque dimension possède désormais un poids égal car les contraintes et la diffusion d’information en matière de RSE se sont vues croître dans le temps. Cette plus grande transparence associée à une plus large possibilité de vérification de la véracité des propos du fait de l’émergence de l’internet laisse à penser que chacune des dimensions possède une égale importance puisqu’elles sont toutes aisément observables. Dans un temps passé, les dimensions économiques et légales étaient les plus facilement observables car la diffusion d’information en ce domaine était plus régulière. Par ailleurs, la dimension légale étant une réalité, son poids pourrait être moins important à l’heure actuelle, que son poids théoriquement identifié par Carroll. Cette réduction d’importance pourrait se traduire par un regain d’importance pour les dimensions éthique et discrétionnaire et ainsi conduire à un rapprochement des pondérations des différentes dimensions. Nous envisageons donc la possibilité d’une pondération égale à 1 pour les quatre dimensions de la définition de la RSE de Carroll (modèle 4).

71Une autre stratégie empirique consiste à intégrer dans le modèle une variable modératrice qui représente l’équilibre dans l’occurrence des mots représentatifs des différentes dimensions de Carroll à travers l’indice de Blau (1977 ; noté EQUI dans le tableau). Cette stratégie est désignée par le modèle 5. L’indice de Blau est particulièrement adapté pour refléter la variété (Harrison et Klein, 2007). Il se calcule de la manière suivante : 1-pj2 où p est la part relative des mots de chaque dimension dans l’ensemble des mots recensés pour les quatre dimensions (j variant de 1 à 4). Sa valeur évolue entre 0 et (J-1)/J. Ainsi, dans le cas présent, sa valeur varie entre 0 et (4-1)/4 =0,75. Lorsque sa valeur est minimale (0), c’est qu’une seule catégorie est représentée et lorsque sa valeur est maximale (0,75), chaque catégorie est également représentée.

72Ainsi, dans le tableau 8, ci-dessous, apparaissent les mêmes estimations que dans les tableaux 6 et 7, mais en modifiant la variable EDITO pour qu’elle considère une présence équilibrée des quatre dimensions de la RSE de Carroll dans les éditos des rapports de développement durable des entreprises françaises. A cette fin, le modèle de base est estimé sur le même échantillon avec les deux mesures de PSE (Vigéo-Eiris et ASSET4) mais en remplaçant la variable de mesure textuelle de la RSE au sens de Carroll (EDITO) par une variable qui ne prend pas en considération les poids recommandés par la définition de Carroll (EDITO2). Cette variable représente la somme, non pondérée, des quatre dimensions de la définition de la RSE de Carroll : économique, réglementaire, éthique et philanthropique. Les poids affichés précédemment (cf. 5.2.) sont désormais tous égaux à un.

Tableau 8 : Résultats de la régression en données de panel avec effets fixes en présence des variables de contrôle et des variables modératrices

Ce tableau présente les résultats de l’estimation de la régression en données de panel avec effets fixes (années, secteur). Les modèles 4 et 5 sont utilisés pour mesurer l’influence d’une pondération égale des différentes dimensions identifiées par Carroll. Dans le modèle 4, la variable EDITO2 représente la somme, non pondérée, des quatre dimensions de la définition de la RSE de Carroll. Le modèle 5 intègre en plus une variable interaction EDITO2 × EQUI. La variable EQUI représente l’équilibre dans l’occurrence des mots représentatifs des différentes dimensions de Carroll et elle est approximée par l’indice de Blau. IND sont des variables muettes qui captent les effets de secteur d’activité. YEAR sont des variables muettes qui captent les effets temporels. ***, **, * désignent respectivement les degrés de significativité au seuil de 1 %, 5 %, et 10 %. Les valeurs des t-stats apparaissent sous les coefficients estimés.

Source des données

VIGEO-EIRIS

ASSET4

Signe espéré

Modèle 4 - Equilibre des dimensions

Modèle 5 -Equilibre des dimensions

Modèle 4 - Equilibre des dimensions

Modèle 5 -Equilibre des dimensions

Constante

89,411***

3,361

35,287***

3,118

12,818

0,917

11.261

0,923

EDITO2

0,021**

2,108

0,018**

2,023

0,029**

2,110

0,018**

1,976

EQUI

-0,002*

1,779

-0,003*

1,812

EDITO2 × EQUI

-0,015*

-1,931

-0,012*

-1,941

TAILLE

+

0,219***

2,244

0,221***

2,242

0,223***

2,342

0,215***

2,201

LEV

-

-0,246***

-2,151

-0,219***

-2,031

-0,013***

-2,121

-0,012***

-2,025

FCF

+

0,007

1,312

0,006

1,344

0,009

1,366

0,007

1,372

ROA

+

0,118***

3,212

0,113***

3,099

0,106***

2,009

0,109***

2,012

MTB

+

0,058**

1,965

0,054**

1,971

0,044**

1,965

0,032**

1,982

IND

OUI

OUI

OUI

OUI

YEAR

OUI

OUI

OUI

OUI

Fisher

7,682***

0,000

7,817***

0,000

7,322***

0,000

7,822***

0,000

R2 ajusté

0,519

0,523

0,421

0,426

73On observe que le coefficient de la variable EDITO2 est positif et significatif (au seuil de 5 %), ce qui indique qu’un niveau élevé du contenu des éditos est accompagné par une plus grande performance RSE future des entreprises. Toutefois, le coefficient estimé sur la variable EDITO dans les tableaux précédents (tableaux 6 et 7) est plus élevé que celui du modèle 4 et ce quelles que soient les mesures de performance considérées (Vigéo-Eiris ou ASSET4), ce qui montre que la conceptualisation de la RSE proposée par Carroll semble traduire une plus juste définition de la RSE. Notons également que le coefficient de détermination R² ajusté du modèle 4 est plus faible que celui du modèle 2.

74On observe que la variable interaction entre le contenu des éditos (EDITO2) et l’équilibre de Blau est négative et significative au seuil de 10 %, ce qui confirme le résultat précédemment obtenu avec le modèle 4. Ce modèle 5 permet d’améliorer légèrement le R² ajusté par rapport au modèle 4. Ceci conforte l’idée selon laquelle l’impact positif du contenu des éditos sur la performance RSE future se voit affaibli lorsque le contenu de ces éditos évoque de manière équilibrée (sans prise en compte des pondérations de Carroll) les quatre dimensions de la RSE de Carroll.

6. Conclusion

6.1. Discussion et contributions à la littérature

75Le principal résultat de cette recherche est que le contenu des éditos des rapports de développement durable des entreprises françaises du CAC 40 est un bon indicateur de la performance RSE future de ces entreprises (à 3 ans). En effet, la référence aux quatre dimensions de la RSE identifiées par Carroll dans le contenu des éditos est associée à la performance RSE future. Cet effet est d’autant plus fort que l’édito est signé par le CEO. Cette recherche abonde donc dans le sens d’une valeur informationnelle incrémentale apportée par les éditos des rapports de développement durable. Ces éditos fournissent des signaux avancés sur la performance RSE future des entreprises.

76Ces résultats sont cohérents avec l’hypothèse de sincérité. Puisque le contenu des éditos est associé à la performance RSE future, on peut considérer que ces textes évoquent des objectifs, des politiques et des actions en matière de RSE qui ont un réel fondement puisqu’ils sont révélateurs de la performance RSE future. Les éditos seraient donc des textes sincères dans leur évocation de la RSE. Cette recherche s’inscrit ainsi dans la lignée de ceux de Yuthas et al. (2002) et de Patelli et Pedrini (2014) et apporte un test empirique supplémentaire en appui.

77Ce travail confirme en outre la pertinence de la pondération des dimensions de la RSE proposée par Carroll en 1979. Pourtant, les évolutions de ces dernières années, notamment le rôle grandissant de la dimension légale, pouvaient suggérer une modification des facteurs de pondération proposés par Carroll. En effet, depuis une vingtaine d’années en France, on assiste à un processus d’institutionnalisation de la RSE (dispositifs légaux, apparition de référentiel etc.). Les dispositifs légaux français (loi NRE, Grenelle I et Grenelle II) ont fortement incité les entreprises françaises, cotées et non cotées, à progresser sur la voie de la RSE. Dans ce contexte de naissance d’une législation spécifique à la RSE, la question de la pertinence de la pondération originelle des quatre dimensions de Carroll se posait pour aller vers une pondération plus équilibrée des quatre dimensions. La dimension légale étant une réalité, son poids pouvait être moins important à l’heure actuelle, que son poids théorique et empirique. Cette réduction d’importance pouvait se traduire par un regain d’importance pour les dimensions éthique et discrétionnaire. Or, nos résultats soulignent que la pondération originelle proposée par Carroll est, encore aujourd’hui, pertinente d’un point de vue empirique. Cette conclusion est d’autant plus robuste que nous avons confirmé ces résultats en menant une analyse à partir de deux mesures de performance RSE (Vigéo-Eiris et ASSET4).

6.2. Apports méthodologiques

78Nous avons proposé un nouveau test de la mesure de la RSE. Il se fonde sur une analyse textuelle automatisée ce qui confère un avantage notable à notre travail puisque de telles mesures sont facilement réplicables et à un coût minime. En outre, il n’y a pas de biais tels que ceux que peuvent provoquer des questionnaires puisque la mesure est réalisée à partir d’un contenu rédigé par le CEO ou une autre personne, sans être en situation de renseignement de questionnaire. Cela permet d’envisager des pistes de recherche futures visant à tester cette mesure dans un contexte plus large que le contexte français, dans un contexte européen par exemple.

79Nos résultats confortent l’utilité des outils issus de l’analyse textuelle et montrent combien des instruments simples permettent d’opérationnaliser facilement des construits théoriques et de prouver leur efficacité en matière empirique. En outre, la méthode d’analyse textuelle utilisée ici possède aussi un avantage non négligeable de reproductibilité, ce qui permet d’envisager une généralisation des résultats en changeant de période ou de pays.

6.3. Apports managériaux

80Nos résultats plaident en faveur de l’hypothèse de sincérité des éditos des rapports de développement durable. Ainsi, les entreprises françaises examinées dans cette recherche disent ce qu’elles vont faire et font ce qu’elles ont dit. Un investisseur sensible aux préoccupations sociales et sociétales a donc tout intérêt à consulter les éditos des rapports qui donnent une bonne indication sur les orientations des firmes en matière de RSE.

81Le propos tenu dans ces éditos est perçu comme d’autant plus crédible que le document est signé de la main du dirigeant de l’entreprise. En termes opérationnels, cela montre tout l’intérêt que les entreprises ont à communiquer sincèrement avec leurs parties prenantes pour leur fournir de l’information quant à leurs actions passées et futures en matière de RSE.

82Enfin, nos résultats posent la question de la nécessité de l’évaluation et de la mise en place de procédures de certification des rapports de développement durable. De tels outils sont-ils souhaitables dans la mesure où les éditos semblent refléter une image de sincérité de la communication des entreprises dans le cadre de leurs rapports de développement durable ?

6.4. Limites et voies de recherche

83La principale limite de cette recherche tient à la focalisation sur le texte de l’édito considéré comme un matériau isolé, c’est-à-dire sans prendre en compte le contexte dans lequel il est écrit, les intentions des auteurs, etc. En d’autres termes, notre approche court le risque de souffrir de « fallacy of internalism » (Ferguson, 2007). En outre, les mesures textuelles automatiques ne permettent pas de capter toute la subtilité des propos, ni les effets rhétoriques présents dans les éditos. Il serait donc utile de trianguler les résultats par une analyse qualitative des éditos portant sur un échantillon plus restreint. Cela permettrait de voir si des évaluations qualitatives de la présence des dimensions de la RSE dans les éditos seraient convergentes avec nos évaluations lexicométriques. Il s’agirait en quelque sorte d’un test de robustesse de notre mesure lexicométrique. Par ailleurs, la validité externe des résultats est limitée par la composition de notre échantillon (entreprises du CAC 40). Elargir l’échantillon poserait toutefois la question de la disponibilité des données (rapports de développement durable sur une longue période).

84Enfin, on peut s’interroger sur l’impact éventuel des rapports de développement durable, et de leur édito, sur la production de ces évaluations par Vigéo-Eiris ou ASSET4 ; n’y a-t-il pas un risque de circularité ? L’horizon temporel de trois ans retenu dans cette recherche permet, a priori, d’éviter ce biais.

Haut de page

Bibliographie

Abrahamson E. et Amir E. (1996), « The Information Content of the President’s Letter to Shareholders », Journal of Business Finance & Accounting, vol. 23, p. 1157–1182.

Aguinis H. et Glavas A. (2012), « What We Know and Don’t Know about Corporate Social Responsibility: A Review and Research Agenda », Journal of Management, vol. 38, n° 4, p. 932-968.

Amernic J. et Craig R. (2006), CEO-Speak: The Language of Corporate Leadership, Mcgill-Queen’s University Press.

Amernic J., Craig R. et Tourish D. (2010), Measuring and Assessing Tone at the Top Using Annual Report CEO Letters, Institute of Chartered Accountants in Scotland.

Artiach T., Lee D., Nelson D. et Walker J. (2010), « The Determinants of Corporate Sustainability Performance », Accounting and Finance, vol. 50, p. 31-51.

Aupperle K.E. (1982), An Empirical Inquiry into the Social Responsibilities as Defined by Corporations: An Examination of Various Models and Relationships, Doctoral Dissertation. University of Georgia.

Aupperle K.E. (1984), An Empirical Measure of Corporate Social Orientation. Research in Corporate Social Policy and Performance. Greenwich JAI Press.

Aupperle K.E., Carroll A.B. et Hatfield J.D. (1985), « An Empirical Examination of the Relationships between Corporate Social Responsibility and Profitability », Academy of Management Journal, vol. 28, n° 2, p. 446-463.

Barkemeyer R., Comyns B., Figge F. et Napolitano G. (2014), « CEO Statements in Sustainability Reports: Substantive Information or Background Noise? », Accounting Forum, vol. 38, n° 4, p. 241-257.

Blau P. M. (1977), Inequality and Heterogeneity. New York: Free Press.

Boudt K. et Thewissen J. (2016), « Jockeying for Position in CEO Letters: Impression Management and Sentiment Analytics », SSRN 2326400.

Burton B.K. et Hegarty W.H. (1999), « Some Determinants of Student Corporate Social Responsibility Orientation », Business and Society, vol. 38, n° 2, p. 188-205.

Carroll A.B. (1979), « A Three-Dimensional Conceptual Model of Corporate Social Performance », Academy of Management Review, vol. 4, p. 497-505.

Carroll A.B. (1991), « The Pyramid of Corporate Social Responsibility: Toward the Moral Management of Organizational Stakeholders », Business Horizons, vol. 34, n° 4, p. 39-48.

Carroll A.B. (2016), « Carroll’s Pyramid of CSR: Taking Another Look », International Journal of Corporate Social Responsibility, vol. 1, n° 3, p. 1-8.

Clarkson M.B.E. (1995), « A Stakeholder Framework for Analyzing and Evaluating Corporate Social Performance », Academy of Management Review, vol. 20, p. 92-117.

Connelly B.L., Certo S.T., Ireland R.D. et Reutzel C.R. (2011), « Signaling Theory: A Review and Assessment », Journal of Management, vol. 37, n° 1, p. 39-67.

Courtis J.K. (2004), « Corporate Report Obfuscation: Artefact or Phenomenon? », British Accounting Review, vol. 36, n° 3, p. 291-312.

Crane A. et Etmatten D. (2007), Business Ethics: Managing Corporate Citizenship and Sustainability in the Age of Globalization. Oxford University Press.

Duriau V. J., Reger R. K. et Pfarrer M. D. (2007), « A Content Analysis of the Content Analysis Literature in Organization Studies: Research Themes, Data Sources, and Methodological Refinements », Organizational Research Methods, vol. 10, n° 1, p. 5-34.

Edmondson V.C. et Carroll A.B. (1999), « Giving Back: An Examination of the Philanthropic Motivations, Orientations and Activities of Large Black-Owned Businesses », Journal of Business Ethics, vol. 19, n° 2, p. 188-205.

Fanelli A. et Grasselli N. (2005), « Defeating the Minotaur: The Construction of CEO Charisma and the US Stock Market », Organization Studies, vol. 27, n° 81, p. 1-32.

Ferguson J. (2007), « Analysing Accounting Discourse: Avoiding the ‘Fallacy of Internalism’« , Auditing and Accountability Journal, vol. 20, n° 6, p. 912-934.

Fernandez-Feijoo B., Romero S. et Ruiz S. (2014), « Effect of Stakeholders’ Pressure on Transparency of Sustainability Reports within the GRI Framework », Journal of Business Ethics, vol. 122, n° 1, p. 53-63.

Florio C. et Melloni G. (2015), « Impression Management Strategies in the Letter to Shareholders: Empirical Evidence from Italian Listed Firms » 8th Annual Conference of the Euromed Academy of Business.

Frederick W.C. (1994), « From CSR 1 To CSR 2 », Business and Society, vol. 33, n° 2, p. 150-164.

Garcia De Los Salmones M.M., Herrero A. et Del Rodriguez Bosque I. (2005), « Influence of Corporate Social Responsibility on Loyalty and Valuation of Services », Journal of Business Ethics, vol. 61, n° 4, p. 369-385.

GRI (2015), « Sustainability and Reporting Trends in 2025, Preparing for the Future. The Second Analysis Paper of GRI’s Reporting 2025 Project », October, GRI.

Harrison D.A. et Klein K.J. (2007), « What's the Difference? Diversity Constructs as Separation, Variety, or Disparity in Organizations », Academy of Management Review, vol. 32, n° 4, p. 1199-1228.

Herremans I.M., Nazari J.A. et Etmahmoudian F. (2016), « Stakeholder Relationships, Engagement, and Sustainability Reporting », Journal of Business Ethics, vol. 138, n° 3, p. 417-435.

Hess D. (2014), « The Future of Sustainability Reporting as a Regulatory Mechanism », in J.E. Colburn et D.R Cahoy (Eds), Law and the Transition to Business Sustainability, p. 125-139, Springer International Publishing.

Hovland C.I. et Weiss W. (1951), « The Influence of Source Credibility on Communication Effectiveness », Public Opinion Quarterly, vol. 15, n° 4, p. 635-650.

KPMG (2015), The KPMG Survey of Corporate Responsibility Reporting 2015, KPMG International.

Lantos G.P. (2001), « The Boundaries of Strategic Corporate Social Responsibility », Journal of Consumer Marketing, vol. 1, n° 7, p. 595-630.

Li F. (2010), « The Information Content of ForwardLooking Statements in Corporate Filings - A Naïve Bayesian Machine Learning Approach », Journal of Accounting Research, vol. 48, n° 5, p. 1049-1102.

Lock I. et Seele P. (2016), « The Credibility of CSR (Corporate Social Responsibility) Reports in Europe. Evidence from a Quantitative Content Analysis in 11 Countries », Journal of Cleaner Production, vol. 122, p. 186-200.

Loughran T. et Mcdonald B. (2016), « Textual Analysis in Accounting and Finance - A Survey », Journal of Accounting Research, vol. 54, n° 4, p. 1187-1230.

Lourenço I.C. et Branco M.C. (2013), « Determinants of Corporate Sustainability Performance in Emerging Markets: The Brazilian Case », Journal of Cleaner Production, vol. 57, p. 134-141.

Maignan I., Ferrell O.C. et Hult G.T.M. (1999), « Corporate Citizenship: Cultural Antecedents and Business Benefits », Journal of the Academy of Marketing Science, vol. 27, n° 4, p. 455-469.

Maignan I. (2001), « Consumers' Perceptions of Corporate Social Responsibilities: A Cross Cultural Comparison », Journal of Business Ethics, vol. 30, n° 1, p. 57-72.

Mäkelä H. et Laine M. (2011), « A CEO with Many Messages: Comparing the Ideological Representations Provided by Different Corporate Reports », Accounting Forum, vol. 35, n° 4, p. 217-231.

Marquis C., Toffel M.W. et Zhou Y. (2016), « Scrutiny, Norms, and Selective Disclosure: A Global Study of Green Washing », Organization Science, vol. 27, n° 2, p. 483-504.

Meng X.H., Zeng S.X., Tam C.M. et Xu X.D. (2013), « Whether Top Executives’ Turnover Influences Environmental Responsibility: From the Perspective of Environmental Information Disclosure », Journal of Business Ethics, vol. 114, n° 2, p. 341-353.

Muslu V., Mutlu S., Radhakrishnan S. et Tsang A. (2016), « Corporate Social Responsibility Report Narratives and Analyst Forecast Accuracy », Journal of Business Ethics, p. 1-24.

Neter J., Wasserman W. et Kutner. M.H. (1983), Applied Linear Regression Models, Homewood, IL: Richard D. Erwin, Inc.

Patelli L. et Pedrini M. (2014), « Is the Optimism in CEO’s Letters to Shareholders Sincere? Impression Management versus Communicative Action during the Economic Crisis », Journal of Business Ethics, vol. 124, n° 1, p. 19-34.

Patten D.M. et Zhao N. (2014), « Standalone CSR Reporting by US Retail Companies », Accounting Forum, vol. 38, n° 2, p. 132-144.

Pinkston T.S. et Carroll, A.B. (1996), « A Retrospective Examination of CSR Orientations: Have They Changed? », Journal of Business Ethics, vol. 15, n° 2, p. 199-206.

Pornpitakpan C. (2004), « The Persuasiveness of Source Credibility: A Critical Review of Five Decades’ Evidence », Journal of Applied Social Psychology, vol. 34, p. 243-281.

Pratima B. (2002), « The Corporate Challenges of Sustainable Development », Academy of Management Executive, vol. 16, n° 2, p. 122-132.

Purushothaman M., Tower G., Hancock P. et Taplin R. (2000), « Determinants of Corporate Social Reporting Practices of Listed Singapore Companies », Pacific Accounting Review, vol. 12, n° 2, p. 101-133.

Reynaud E. (2007), « La responsabilité sociale de l’entreprise à l’épreuve de l’Europe », Revue Française De Gestion, vol. 11, n° 180, p. 109-130.

Roberts R.W. (1992), « Determinants of Corporate Responsibility Disclosure », Accounting, Organisations and Society, vol. 17, n° 6, p. 595-612.

Ross S.A. (1977), « The Determination of Financial Structure: The Incentive Signaling Structure », Bell Journal of Economics, Spring, p. 23-40.

Sethi S.P., Martell T.F. et Demir M. (2017), « An Evaluation of the Quality of Corporate Social Responsibility Reports by Some of the World’s Largest Financial Institutions », Journal of Business Ethics, vol. 140, n° 4, p. 787-805.

Smith W.J., Wokutch R.E., Harrington K.V. et Dennis B.S. (2001), « An Examination of the Influence of Diversity and Stakeholder Role on Corporate Social Orientation », Business And Society, vol. 40, n° 3, p. 171-179.

Solomon R.C. (1994), New World of Business: Ethics and Free Enterprise in The Global Nineties, Rowman And Littlefield Inc.

Spence M. (1973), « Job Market Signaling », Quarterly Journal of Economics, vol. 87,
p. 355-374.

Utopies (2012), Sustainability Reporting at Crossroads, Reporting Trends Survey 2012, Utopies.

Visser W. (2011), The Age of Responsibility: CSR 2.0 and the New DNA of Business. West Sussex: John Wiley & Sons.

Wartick S.L. et Cochran P.L. (1985), « The Evolution of the Corporate Social Performance Mode », Academy of Management Review, vol. 10, p. 758-769.

Windsor D. (2001), « The Future of Corporate Social Responsibility », International Journal of Organizational Analysis, vol. 9, n° 3, p. 225-256.

Wood D.J. (1991), « Corporate Social Responsibility Revisited », Academy of Management Review, vol. 16, p. 691-718.

Yuthas K., Rogers R. et Dillard J.F. (2002), « Communicative Action and Corporate Annual Reports », Journal of Business Ethics, vol. 41, p. 141-157.

Haut de page

Notes

1 Le choix de cet échantillon a été guidé notamment par la disponibilité des rapports annuels de développement durable.

1 Les rapports de développement durable sont obligatoires depuis la loi NRE.

1 Celui-ci est accessible et téléchargeable ici : http://www.wjh.harvard.edu/~inquirer/spreadsheet_guide.htm

2 Les catégories sont présentées ici : http://www.wjh.harvard.edu/~inquirer/homecat.htm

Nous recensons un nombre plus faible de mots car, dans les différentes catégories, un même mot apparaît parfois plusieurs fois. Par exemple dans la catégorie « rcethic », le terme « market » apparaît deux fois (MARKET#1 et MARKET#2). La présence d’inflexion tient aux catégorisations effectuées dans le dictionnaire. Un même mot est ainsi rattaché à des catégories différentes selon son inflexion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yohan Bernard, Laurence Godard, Fabrice Hervé et Mohamed Zouaoui, « Les éditos des rapports de développement durable servent-ils à quelque chose ?
Une étude empirique de leur capacité à prédire la performance RSE
 », Finance Contrôle Stratégie [En ligne], NS-4 | 2018, mis en ligne le 22 octobre 2018, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/fcs/2717 ; DOI : 10.4000/fcs.2717

Haut de page

Auteurs

Yohan Bernard

Université de Franche-Comté

Laurence Godard

Université de Franche-Comté

Fabrice Hervé

Fargo - IAE de Dijon - Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Mohamed Zouaoui

Fargo - IAE de Dijon - Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page