Navigation – Plan du site

La Portée Sociale Des Institutions De Microfinance Extra-Bancaires En France

The Outreach Of Non-Bank Microfinance Institutions In France
Marinette Kamaha

Résumés

Dans ce papier nous évaluons la portée sociale des institutions de microfinance (IMF) extra-bancaires en France. Notre préoccupation est double : évaluer la capacité de ces IMF à toucher les pauvres et les exclus et à servir un nombre croissant de personnes sur une base durable. Nous basant d’une part sur les informations publiées par les IMF à travers leurs rapports d’activité et d’autre part sur une base de données unique rassemblant plus de 1200 dossiers de prêts, nous trouvons que le microcrédit extra-bancaire en France à clairement un impact social puisqu’il est principalement octroyé aux personnes les plus pauvres au sens monétaire du terme et à celles les plus en risque d’exclusion. Nous montrons par ailleurs que si les IMF dans le secteur démontrent une relative capacité à servir un nombre croissant de personnes, leur aptitude à exercer sans avoir recours à une aide extérieure est sujette à caution. Nous trouvons en effet que l’autonomie financière des organisations prêteuses est une perspective irréaliste et qu’un subventionnement est incontournable.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Conseil national de l'information statistique

1L’émergence du microcrédit en France résulte d’une volonté de mettre le « crédit au service de l’insertion » (Nowak 1994 :227) tant sociale que bancaire. C’est que l’accès au crédit permettrait aux individus de satisfaire des besoins et de financer des projets, personnels et/ou professionnels, nécessaires au maintien ou à l’amélioration de leur situation sociale. Ainsi, en offrant des moyens de financement aux personnes exclues du financement classique, le microcrédit leur permet « de créer leur propre emploi, de développer leur employabilité ou de retrouver des conditions de vie décentes. [Il apparait ainsi] comme un élément d’intégration tant économique que social de personnes en situation de forte précarité, voire exclues de la société » (CNIS1 2011 :11). Précisons que le microcrédit en France se décline sous différente forme. On y retrouve un microcrédit de type « entrepreneurial », destiné aux exclus du crédit classique désirant financer des entreprises de petite taille vouées à un certain développement (essentiellement le microcrédit professionnel), et un microcrédit de type « insertion sociale » dont le but est d’aider les pauvres et autres exclus sociaux à améliorer leur condition socio-économique (microcrédit personnel et microcrédit professionnel) (Guérin 2002). Nous nous intéressons dans ce papier à cette dernière forme, plus particulièrement au microcrédit extra-bancaire. S’inspirant directement des pratiques micro-bancaires des pays en développement (PED), le microcrédit extra-bancaire se donne pour mission principale de permettre aux personnes les plus défavorisées d’accéder à une source de financement dans le but de réaliser des projets qui leur permettront d’améliorer leur situation socio-économique (Baromètre de la microfinance 2012). Notre but est donc de voir si ce type de microcrédit atteint effectivement les personnes défavorisées. Nous nous interrogeons donc sur la portée sociale du microcrédit extra-bancaire en France. Par portée sociale nous entendons la somme des actions destinées à atteindre une population pauvre et exclue (Lafourcade et al. 2005). Notre interrogation est d’autant plus importante que les études menées dans PED montrent que la capacité des institutions de microfinance (IMF) à toucher les pauvres est extrêmement variable (Khandker 2001 ; Barnes et al. 2001 ; Amin et al. 2003 ; Navajas et al. 2003 ; Coleman 2006). Cette variabilité tiendrait à la recherche par les IMF d’une certaine viabilité financière (Cull et al. 2007 ; Hermes et al. 2011 ; Hudon et Traca 2011) comme le préconise la thèse institutionnaliste, en opposition à la thèse welfariste qui met les plus pauvres au cœur de l’offre de microcrédit. L’existence de ceux écoles suggère qu’il y aurait un ciblage différencié selon l’approche privilégiée. L’approche du « bien-être » (welfariste) appellerait à un ciblage des plus pauvres et l’approche institutionnaliste favoriserait un ciblage des ménages modérément pauvres, voire des ménages se situant au-dessus de ligne de pauvreté, ceci dans le but de répondre à l’exigence de rentabilité économique. Compte tenu de cette dichotomie, nous nous interrogeons sur la nature de la clientèle des IMF extra-bancaires et sur leur capacité à atteindre leur objectif social. Aussi nous posons-nous les questions suivantes : Le microcrédit extra-bancaire en France démontre-t-il une réelle capacité à atteindre durablement les pauvres et les exclus ? S’agit-il des très pauvres et très exclus, des personnes modérément pauvres ou des personnes se situant au dessus de la ligne de pauvreté ? L’atteinte de cet objectif social est-elle tributaire de l’autosuffisance des IMF ? Une IMF à vocation sociale peut-elle prétendre à un équilibre économique ? Avant d’apporter réponse à ces différentes questions, il nous semble nécessaire de présenter dans un premier point les différents débats qui nourrissent la littérature sur la question de la portée sociale et de la performance financière des IMF, notamment sur l’opposition entre welfarists et institutionnalists. Dans un deuxième point, nous exposons notre démarche méthodologique, laquelle repose sur l’analyse de 3 dimensions de portée telles que définit par Schreiner (2002) et Woller (2006), à savoir le degré de la portée, la largeur de la portée et la viabilité de la portée. Cette analyse concerne trois IMF représentant le secteur du microcrédit extra-bancaire en France que sont l’Adie, la CSDL et Créa-Sol. Le troisième point est le lieu de présentation de nos résultats qui grosso modo montrent une portée sociale positive du microcrédit extra-bancaire en termes d’atteinte de pauvres et d’exclus, mais qui soulignent que cet impact social est fortement tributaire du subventionnement des IMF. Dans la dernière section nous concluons.

2. Microcrédit et atteinte des pauvres : une revue de la littérature théorique et empirique

2La littérature émanant des PED présente un non consensus à propos de la cible principale des IMF. A ce sujet, trois voix se font entendre. La première, dite institutionnaliste, souligne la limite des bailleurs de fonds en tant que pourvoyeurs de subsides et milite en faveur de l’autosuffisance des IMF. Cette viabilité financière serait le meilleur moyen d’assurer le développement à long terme d’une activité de crédit efficace. Cette vision inscrit la microfinance dans une logique de marché, logique qui implique des prix coûtants auxquels peuvent difficilement faire face certains ménages pauvres. De ce fait, les services de microcrédit devraient s’orienter vers des ménages capables de rembourser le principal et les intérêts y attachés, à savoir les ménages se situant autour de la ligne de pauvreté (Zeller et Meyer 2002 ; Littlefield et Rosenberg 2005 ; Labie et Mees 2005 ; Hashemi et Rosenberg 2006).

3Les tenants de la thèse du « bien-être » (welfarists) ont un point de vue tout autre. Ils soutiennent que les plus pauvres, autant que les pauvres, ont besoin des services financiers, notamment du microcrédit. Ainsi, au lieu de rechercher à atteindre un équilibre économique en excluant une partie de la population jugée non solvable, les IMF gagneraient à s’allier à des programmes de protection sociale et à s'appuyer davantage sur les bailleurs de fonds pour accroitre leur activité et être pérennes (Hashemi et Rosenberg 2006). L’approche « welfariste » est donc basée sur une logique de don, ce qui exclut pour les IMF la recherche d’une autonomie financière. Celle-ci n’est de toute façon pas nécessaire puisque les investisseurs sociaux qui financent les IMF ne sont pas mus par la recherche personnelle du profit financier, mais par la volonté d’œuvrer pour le bien être public (Ayayi et Noel 2007).

4Entre ces deux écoles, émerge une troisième plaidant en faveur d’une complémentarité entre les deux approches. Ainsi approches « welfariste » et « institutionnaliste », loin d’être antagonistes, seraient complémentaires. La première déclencherait le processus en s’intéressant aux plus pauvres. Pour cela elle s’appuierait sur les bailleurs de fonds et compterait sur les innovations financières en termes d’atteinte d’une population entrée dans le dénuement. La seconde permettrait la pérennisation des IMF. Une complémentarité entre subsides et viabilité financière serait donc indispensable aux IMF dans l’atteinte durable de leur mission sociale (Guérin 2000 ; Morduch 2005 ; Lapenu 2007b ; Hudon et Traca 2011). Pour que cette complémentarité soit optimale, il faudrait, cependant, que les subventions soient limitées dans le temps et qu’elles ne soient pas incertaines (Morduch 2005 ; Armendáriz et al. 2011).

5L’évolution du secteur exige donc des IMF qu’elles trouvent un équilibre entre portée sociale et performance financière. Cet équilibre est nécessaire à deux titres : d’une part, il leur permettra de ne pas dévier de leur public cible afin de satisfaire les exigences de rentabilité de leurs investisseurs ; d’autre part, il leur permettra de répondre à la condition importante de pérennisation qu’est la viabilité financière. Cependant, l’existence de deux écoles suggère qu’il y aurait un ciblage différencié selon l’approche privilégiée. L’approche du « bien-être » appellerait à un ciblage des plus pauvres et l’approche institutionnaliste favoriserait un ciblage des ménages modérément pauvres. L’approche institutionnaliste semble cependant avoir pris le pas sur l’approche welfariste (Morduch 2000 ; Woller 2002 ; Labie 2005), ce qui laisse supposer que la plupart des IMF n’atteindraient pas les plus pauvres. Les études menées sur la question montrent en effet que la capacité des institutions de microfinance (IMF) à toucher les pauvres est assez variable. S’il est vrai que certaines touchent effectivement les pauvres (Khandker 2001 ; Amin et al. 2003), reste qu’il s’agit principalement de ménages modérément pauvres ou ceux situés juste au-dessus de la ligne de pauvreté et non de ménages entrés dans le dénuement (Navajas et al. 2003 ; Amin et al. 2003 ; Barnes et al. 2001 ; Coleman 2006 ; Adjei et al. 2009). Cette variabilité tiendrait entre autre à l’exigence de viabilité financière, comme préconisé par l’approche institutionnaliste. Atteindre l’autonomie financière demande à l’IMF d’accroitre son niveau d’activité en termes de nombre d’emprunteurs, de montant alloué et de taux d’intérêt. Ceci exclurait de facto les ménages les plus pauvres car ces derniers n’auraient pas les capacités suffisantes pour gérer de pareils montants et supporter des taux d’intérêt très élevés (Datta 2004).

6Compte tenu du fait que servir les plus pauvres est particulièrement coûteux et que cette catégorie de la population ne peut en théorie pas supporter des taux d’intérêt élevés, il serait alors difficile pour les IMF à vocation sociale d’atteindre un équilibre financier. Il y aurait dans ce cas conflit entre portée sociale et performance financière. C’est l’idée d’un trade off en microfinance, c'est-à-dire d’une incompatibilité entre portée sociale et performance financière. Ce phénomène est empiriquement mis évidence par des auteurs tels que Cull et al. (2007) et Hermes et al. (2011). Gonzalez et Rosenberg (2006) et Zerai et Rani (2012) montrent cependant que s’il est vrai que le conflit entre performance financière et portée sociale existe, celui-ci est cependant relativement faible. Zerai et Rani (2012) montrent par ailleurs que l’autosuffisance financière est indispensable si l’IMF veut toucher une fraction importante de personne. Lapenu (2007b) pour sa part, trouve que l’atteinte d’une performance financière ne compromet pas forcément la capacité des IMF à servir efficacement une population pauvre. L’auteur présente des cas d’IMF qui ont fait la preuve d’une compatibilité entre objectifs sociaux et objectifs économiques. Ces instituions présentent de bons résultats en termes de ciblage des pauvres et de qualité des services, tout en étant financièrement saine.

7Contrairement aux PED où un vaste champ littéraire s’est développé autour de la question de la clientèle des IMF, dans les pays industrialisés, peu de travaux académiques la traitent réellement. On peut citer l’étude de Brana et Jégourel (2011) qui montre que le microcrédit professionnel en Aquitaine a clairement un impact social puisque délivré principalement à des personnes dont le profil socio-économique les place en risque d’exclusion. Les auteurs trouvent cependant que les IMF auraient un comportement sélectif semblable à celui des établissements classiques et privilégieraient les personnes en apparence les plus solvables, dans le but de limiter les risques de défaillance. C’est ainsi que les femmes, les moins qualifié, les bénéficiaires de revenus sociaux et les jeunes auront plus de chance d’obtenir des prêts de faibles montants. Ceci suggère une préférence des IMF pour un enjeu davantage économique que profondément social. Brana (2013) prolonge l’étude, en essayant d’isoler l’effet genre dans l’offre de microcrédit. Sa préoccupation est de voir si les IMF arrivent à réduire les inégalités hommes-femmes dans le processus de création d’entreprise. Contrairement au pays de l’Europe de l’Est ou de l’Amérique du Nord où le pourcentage des femmes bénéficiaires du microcrédit est relativement élevé (respectivement 62 % et 59 %), en France il n’est que de 34,6 %. Ce taux reste toutefois supérieur à la part de femmes créatrices d’entreprises au niveau national. En analysant l’offre de microcrédit faite aux femmes et aux hommes, il ressort que les femmes apparaissent plus défavorisées que les hommes pour ce qui est de l’accès au microcrédit. Les résultats obtenus par ces auteurs doivent cependant être relativisés compte tenu de l’hétérogénéité des acteurs recensés (filiales de banque, ONG, institutions non bancaires….), ce qui a pour corolaire une hétérogénéité dans les pratiques, notamment dans la stratégie de ciblage. En ne retenant que les IMF non bancaires, dont la mission première est de servir les plus défavorisés, arrive-t-on au même constat ? Les résultats mitigés retrouvés dans les pays du Sud concernant la clientèle des IMF (non pauvres, modérément pauvres, ou plus pauvres) se confirment-t-ils dans un contexte développé tel que la France ? A quelle thèse souscrivent les IMF extra-bancaires françaises ? welfariste, institutionnaliste ou intermédiaires ? Portée sociale est-elle compatible avec viabilité financière ?

3. Méthodologie

3.1. Dimensions et indicateurs de portée

8Les welfaristes, soucieux de servir les populations les plus démunies, mettent l'accent sur la profondeur de la portée (depth of outreach), c'est-à-dire sur le niveau socio-économique des bénéficiaires. Les institutionnalistes, à la recherche de la viabilité financière, vont préférer plutôt s'attarder sur la grandeur de la portée (breath of outreach), c'est-à-dire le nombre de personnes touchées, ce qui n’est rendue possible que grâce à la viabilité de celle-ci (lenght of outreach). La tendance actuelle voulant que les deux approches soient complémentaires et non antagonistes, évaluer la porte sociale des IMF nécessite donc de considérer ces trois dimensions.

9Plusieurs proxys sont proposés dans la littérature afin d’évaluer le degré de la portée d’une IMF. Ceux-ci sont relatifs soit aux caractéristiques personnelles du bénéficiaire, soit aux caractéristiques de l’offre. Côté demande, les proxies utilisés sont notamment le sexe, la zone d’habitation, le niveau d’éducation, l’ethnie, le type de logement, la possession d’actifs, l’accès aux services publics… (Schreiner 2002 ; Woller 2006). Selon ces critères, une IMF sera dite socialement performante si elle sert principalement les femmes, les ruraux, les minorités ethniques, les ménages vivant dans de petits logements... Beaucoup d’auteurs utilisent ces indicateurs, notamment le pourcentage des femmes parmi les emprunteurs, pour mesurer la portée sociale des IMF (Cull et al. 2011 ; Hermes et al. 2011). Pour notre étude, nous utilisons différents critères relatifs aux caractéristiques socio-économiques des bénéficiaires. Les premiers sont liés au profil des bénéficiaires. Les études portant sur la pauvreté et l’exclusion en France nous apprennent qu’elles touchent particulièrement les femmes, les bénéficiaires des minima sociaux, les jeunes et de plus en plus de séniors. Si le chômage est une des causes principales, reste que les actifs sont également fortement touchés et elles affectent particulièrement les moins qualifiés (ONPES 2014 ; Dauphin 2011 ; Crédoc 2010 ; Banque de France 2011). Nous retenons donc comme premier indicateur le poids de ces profils au sein du portefeuille des IMF. N’ayant pas, à l’instar des études réalisées sur les PED, de groupes de contrôle, nous utilisons, à des fins de comparaison, les données nationales concernant notamment le profil des créateurs d’entreprise et le profil de l’ensemble des bénéficiaires du microcrédit (professionnel et personnel) en France.

  • 2 Voir Bigot 2007, 2008

10Bien plus qu’un profil, la pauvreté et l’exclusion sont avant tout une question de revenu. Afin de prendre en compte cette dimension dans notre analyse, nous déterminons le niveau de vie des bénéficiaires et nous positionnons ces derniers par rapport aux quintiles de niveau de vie définit au niveau national2. Cela nous permettra de dire si les bénéficiaires du microcrédit sont davantage de personnes aisées, des défavorisées ou s’il s’agit de personnes faisant partie de la classe moyenne.

  • 3 Voir Lapenu (2007a)

11La définition proposant de voir l’exclusion comme la conséquence d’un cumul d’handicaps (Xiberras 1998), nous amènent à utiliser en sus comme indicateur le score d’exclusion3. Cet indicateur, développé par le réseau Cerise en partenariat avec l’Adie, est destiné à apprécier le niveau d’exclusion d’un individu. Il tient compte du cumul d’handicaps pour positionner un individu sur une échelle d’exclusion. Il est construit à partir d’indicateurs relatifs au profil socio-économique de l’individu (âge, sexe, niveau d’étude, nationalité, situation familiale, niveau de revenu…). Chaque indicateur est constitué d’une ou de plusieurs modalités qui font l’objet d’une notation. Cette note est d’autant plus forte que la modalité traduit un fort niveau d’exclusion. Le score d’exclusion est in fine la somme des notes attribuées à tous les indicateurs concernant l’individu. Ce score d’exclusion total peut être divisé en score d’exclusion sociale et en score d’exclusion financière. Le premier est calculé sur la base des seuls indicateurs sociaux (sexe, âge...) et le second sur la base des seuls indicateurs financiers (niveau de revenu...). L’annexe 1a présente le score d’exclusion tel que calculé par le Cerise pour le compte de l’Adie et l’annexe 1b montre notre adaptation des calculs compte tenu des informations dont nous disposons et de nos connaissances en matière de pauvreté et d’exclusion. Il est recommandé par l’association qu’un individu moyen aura un score d’exclusion plafonné à 3.

12Côté offre, c’est la taille du prêt qui sert d’indicateur. L’hypothèse retenue est que, plus le niveau moyen du prêt est faible, plus l’IMF peut être vue comme servant une population pauvre, puisqu’il est admis que cette dernière est porteuse de projets peu ambitieux qui nécessitent des financements de faibles ampleurs. Pour nombre d’auteurs cependant, l’encours moyen de prêt est un meilleur proxy de mesure parce qu’il exclut les prêts déjà remboursés ou ceux portés en perte (Morduch 2000 ; Schreiner 2002 ; Woller 2006 ; Rosenberg 2009). Toutefois, pour pouvoir servir de comparaison entre IMF à travers le monde, il doit être rapporté au revenu national brut (RNB) par tête ou au produit intérieur brut. Certains considèrent que s’il est inférieur à 20 % du RNB par habitant, alors les clients servis par l’IMF peuvent être considérés comme très pauvres (Rosenberg 2009). Bending et al. (2012) proposent un taux de 33 % pour les pays développés d’Europe. En accord avec cette vision internationale, nous retenons la taille du prêt comme proxy de mesure de la portée sociale. Nous utilisons ainsi les ratios de portée sociale pour apprécier le degré de la portée des IMF françaises. Par ratio de portée sociale, nous entendons le rapport entre la taille moyenne du prêt et le revenu national brut par tête. Nous retenons deux appréciations de la taille moyenne du prêt. Dans un premier temps nous utilisons le montant moyen délivré sur la période et dans un second temps, c’est le solde moyen des prêts qui est utilisé. Le solde moyen étant le rapport entre l’encours de prêt et le nombre de clients actifs.

13Afin d’apprécier la largeur de la portée plusieurs indicateurs de mesure sont avancés : le nombre de clients servis, le nombre cumulé de prêts ou encore le nombre de clients actifs (Schreiner 2002 ; Woller 2006 ; Rosenberg 2009). Nous retenons comme indicateurs le nombre de clients servis. Servet (2006) propose de déterminer également le taux de pénétration des IMF. Ce taux montre dans quelle mesure les IMF atteignent leur population cible. Selon l’auteur, l’une des manières de le calculer est d’effectuer le rapport entre le nombre de membres ou clients des organisations et le chiffre global de population active. Pour le MIX, il peut être obtenu en rapportant à la population totale ou la population pauvre, le nombre d’emprunteurs. Suivant la logique du MIX, nous le calculons en faisant le rapport entre le nombre d’emprunteurs et le nombre de personnes en risque de pauvreté ou d’exclusion sociale en France.

14Pour Rosenberg (2009), l’indice de dépendance aux subventions (IDS), pourtant peu utilisé, est le plus approprié pour évaluer la viabilité d’une IMF. Il permet de déterminer l’accroissement du taux d’intérêt nécessaire afin que l’IMF atteigne son autonomie et montre à quel point l’institution est tributaire des subventions pour assurer son fonctionnement. Un indice au-dessus de 0 indique que l’IMF a besoin de subsides pour opérer. Pour apprécier la viabilité des IMF extra-bancaires en France, nous calculons l’IDS.

Tableau 1. Indicateurs de portée sociale utilisés

Dimensions

Signification

Indicateurs utilisés

Capacité à toucher les plus pauvres et les exclus

Degré de la portée

Depth of outreach

Niveau socio-économique des bénéficiaires

Pourcentage des femmes clientes

Pourcentage des jeunes et des seniors

Pourcentage des demandeurs d’emploi

Pourcentage des travailleurs pauvres

Pourcentage des bénéficiaires de minima sociaux

Pourcentage des illettrés/ personnes sans diplômes

Niveau de vie

Score d’exclusion

Ratio de portée sociale

Capacité à servir un nombre croissant de personnes durant une période donnée

Largeur de la portée

Breath of outreach

Volume (en nombre) de l’activité d’une IMF durant une période donnée

Nombre de prêts octroyés

Taux de pénétration

Viabilité de la portée

Lengh of outreach

Capacité à faire face aux besoins des clients sans avoir à recourir à l’aide extérieur

Indice de dépendance aux subventions

Source : Auteur

3.2. Source des données

  • 4 Puisque la première et la seconde base se recoupent, nous avons supprimé les doublons.

15Les informations que nous utilisons proviennent de différentes sources. Nous nous appuyons tout d’abord sur les rapports d’activité des trois principales IMF représentent le secteur du microcrédit extra-bancaire ; il s’agit de l’Adie, de la Caisse sociale de développement local (CSDL) et de Créa-Sol. Nous y collectons les informations concernant le profil des bénéficiaires et les caractéristiques des prêts octroyés. Nous utilisons ensuite la base de données Brana et Jégourel qui recense l’ensemble des bénéficiaires du microcrédit professionnel entre 2000 et 2006 en Aquitaine et nous donne des informations sur les caractéristiques de plus de 1 200 ménages ayant obtenu un prêt Adie ou un prêt CSDL. Nous la complétons par une base unique et quasi exhaustive des clients de la CSDL reposant elle aussi sur plus de 1208 dossiers de crédit accordés entre 2000 et 20114. Les informations dont nous disposons concernent les caractéristiques des bénéficiaires (âge, sexe, nationalité, situation familiale, situation professionnelle, type de revenu, niveau d’étude, le lieu de résidence...), du projet (secteur d’activité, montant total), du prêt (type, montant, maturité, taux d’intérêt, problèmes d’échéance, objet) et des financements complémentaires (bancaire, apport personnel, financement d’autres institutions et des proches). Nous complétons enfin ces informations par celles obtenues via les rapports d’instances telles que l’Inspection générale des finances (IGF) ou encore le Baromètre de la microfinance, et via les études menées par les IMF elles-mêmes.

4. Résultats de l’analyse 

16L’analyse se fait en deux temps. Tout d’abord nous apprécions la capacité des IMF à toucher les pauvres et les exclus. Ensuite nous examinons leur capacité à servir un nombre croissant de personnes sur une base durable.

4.1. Capacité des IMF à toucher les pauvres et les exclus : « depth of outreach »

4.1.1. Profil social des bénéficiaires

Tableau 2. Caractéristiques sociales des bénéficiaires du microcrédit selon le type de prêt

En %

Sexe

SD

Age (ans)

BMS

Situation professionnelle

H

F

-30 ans

50 ans et +

DE

Slr

TI

Microcrédit professionnel

Adie2

60

40

25

28

14

74

45

12

39

CSDL1

47

53

36

264

144

88

792

22

132

Créa-Sol2

60

40

10

nd

nd

nd

90

nd

nd

MCEx5

56

44

24

27

14

80

72

7

26

EBMC6

62

38

23

22

18

nd

65

13

18

ECE7

71

29

12

19

20

41

33

32

23

Microcrédit personnel

Adie3

51

49

20

49

3

71

52

45

-

CSDL1

45

55

Nd

nd

Nd

242

182

552

-

Créa-Sol2

28

72

271

nd

Nd

nd

nd

nd

-

MCEx4

41

59

24

49

3

48

35

50

-

EBMC6

49

51

17

35

14

nd

36

52

-

Sources :

1 : Rapports d’activités 2011

2 : Rapports d’activité 2012

3 : Adie (2012), rapport d’étude : « Impact et usages du MCPE. Premier bilan »,

4 : Moyenne ensemble des bénéficiaires du prêt professionnel entre 2000 et 2011

5 : Microcrédit extra-bancaire : moyenne des IMF. Lorsqu’il n’y a qu’une donnée, celle-ci est utilisée comme référence

6 : Ensemble des bénéficiaires du microcrédit en France : Baromètre de la microfinance 2012

7 : Ensemble des créateurs d’entreprises : Enquête Sine 2010

17L’analyse du tableau 2 révèle, pour le cas du microcrédit professionnel, qu’alors que 29 % et 38 % respectivement des créateurs d’entreprise (ECE) et des bénéficiaires du microcrédit (EBMC) en France sont des femmes, au niveau du microcrédit extra-bancaire (MCEx), la part de la population féminine est plus importante et s’élève à 44 %. Le microcrédit extra-bancaire ferait donc mieux en termes de services financiers aux femmes. Ce fait encourageant ne doit cependant pas masquer le fait que la parité homme-femme est loin d’être effective et que les hommes restent majoritaires parmi les emprunteurs. Il est toutefois intéressant de noter que ce constat général s’infirme pour le cas de la CSDL. L’institution sert en effet plus de femmes que d’hommes. Soulignons également qu’en 2011, l’IMF Créa-Sol enregistrait 57 % de femmes ; elles ne représentent désormais plus que 40 % du portefeuille, soit une diminution de 17 points entre 2011 et 2012. Au niveau du prêt personnel, l’écart entre l’ensemble des bénéficiaires en France et celui du seul microcrédit extra-bancaire n’est certes pas fort, mais on peut voir qu’au niveau national, on tend vers une parité homme-femme tandis qu’au niveau du microcrédit extra-bancaire, on compte plus de femmes. Notons que des trois IMF, c’est l’Adie qui sert le moins de femmes (49 %). Comparativement à l’ensemble des créateurs d’entreprise, le microcrédit extra-bancaire compte plus de bénéficiaires de minima sociaux (BMS), plus de demandeurs d’emploi (DE), plus de jeunes et plus de personnes sans diplôme (SD). Le microcrédit extra-bancaire atteint cependant moins de personnes en situation d’emploi comparativement à l’ensemble des créateurs d’entreprises (33 % contre 55 %), mais quasiment autant que les autres formes de crédit prises ensemble (31 %).

18Pour le cas du microcrédit personnel, l’écart entre l’ensemble des bénéficiaires et celui des seuls bénéficiaires extra-bancaires, n’est significatif que pour les catégories âge et niveau d’étude. D’une part nous trouvons que 24 % des bénéficiaires du microcrédit extra-bancaire sont sans diplôme, alors qu’ils ne sont que 17 % au niveau national. D’autre part, il ressort que si la population du premier groupe est plus jeune (49 % des moins de 30 ans contre 35 %), celle du second groupe est plus âgée (14 % de 50 ans et plus contre seulement 3 % pour le microcrédit extra-bancaire).

19Cette première analyse nous indique que le microcrédit extra-bancaire en France semble se conformer à sa mission sociale puisque la part des profils les plus en risque d’exclusion y est relativement élevé et est en moyenne supérieure à celle de l’ensemble des bénéficiaires du microcrédit ou encore à celle de l’ensemble des créateurs d’entreprise en France. Au-delà d’un profil, la pauvreté et l’exclusion sociale en France est également une question de revenu. Ainsi, compte tenu de sa mission sociale, le microcrédit extra-bancaire devrait servir principalement les personnes se trouvant en situation de pauvreté monétaire.

4.1.2. Classe sociale des personnes financées

20Afin de définir la classe sociale des bénéficiaires du microcrédit extra-bancaire, nous exploitons notre base de données. N’ayant pas l’ensemble des informations nécessaires à notre analyse pour tous les individus, nous avons été obligés d’exclure certains bénéficiaires. La base de données utilisée rassemble les informations sur les caractéristiques socio-économiques de plus de 1 900 ménages ayant bénéficié d’un prêt entre 2000 et 2011. Parmi ces ménages, 1 047 ont obtenu un prêt Adie et 925 un prêt CSDL. Les informations dont nous disposons nous permettent d’approximer le niveau de vie des personnes financées. Rappelons que le niveau de vie d’un ménage est le rapport entre son revenu disponible et le nombre d’unité de consommation (uc). Pour le calcul, nous avons attribué au premier adulte du ménage 1 unité de consommation ; au second, 0,5 et à chaque enfant à charge, 0,3 uc. Ne connaissant pas l’âge exact des enfants du ménage, cette dernière valeur est attribuée par défaut à chaque enfant.

21Nous nous référons aux quintiles de pauvreté issues d’Eurostat pour les années allant de 2000 à 2011. Nous utilisons la valeur moyenne sur la période. Ainsi, les défavorisés (1er quintile) ont un niveau de vie annuel inférieur à 11 656 euros et les plus aisés (5e quintile) un niveau de vie supérieur à 25 242 euros.

Tableau 3. Classe sociale des personnes financées

En %

Classe des défavorisés

Classes moyennes

Classe des aisés

Q1

Q2

Q3

Q4

Q5

Adie

83,38

10,41

3,15

1,53

1,53

CSDL

69,51

13,19

9,73

4,65

2,92

Ensemble

76,88

11,71

6,24

2,99

2,18

Source : Auteur

22Nous trouvons que les bénéficiaires du microcrédit professionnel délivré par l’Adie et la CSDL sont principalement les personnes défavorisées (tableau 3). En effet, environ 77 % des personnes financées appartiennent au 1er quintile et seulement 2,2 % appartiennent au 5e quintile. La grande majorité de la clientèle des deux établissements aurait donc un niveau de vie annuel inférieur à 11 656 euros et vivrait avec près de 900 euros par mois, montant inférieur au seuil de pauvreté. À l’Adie le niveau de vie moyen est de 650 euros environ contre 840 euros à la CSDL. Comparativement à la CSDL, l’Adie servirait donc davantage les personnes en situation de grande pauvreté (niveau de vie inférieur à 40 % du revenu médian). On peut également remarquer que la part de la clientèle de l’Adie appartenant au premier quintile est supérieure à celle de la CSDL de 13 points environ (83 % contre 70 %). De même, le nombre de personnes aisées (5e quintile) parmi la clientèle de l’association est pour moitié inférieur à celui des bénéficiaires du microcrédit CSDL. Par ailleurs, le nombre des personnes appartenant à la classe moyenne est plus important à la CSDL qu’à l’Adie. L’Adie aurait donc une portée sociale (en termes de degré) plus forte que la CSDL.

23L’analyse individuelle des profils socio-économiques des bénéficiaires nous indiquent jusqu’ici que le microcrédit extra-bancaire atteint effectivement les pauvres et les exclus. Un examen plus global, en termes de cumul d’handicaps, nous conduit-il au même résultat ?

4.1.3. Niveau d’exclusion des bénéficiaires du microcrédit : une analyse à travers les scores d’exclusion5

  • 5 Seuls les scores d’exclusion concernant l’Adie et la CSDL sont présentés ici. N’ayant pas d’informa (...)
  • 6 Les variables non communes sont les variables logement, zone d’habitation, endettement et revenu sa (...)

24C’est l’Adie qui est l’initiatrice de cet indicateur. Elle indique qu’avec cet indicateur, une personne dite « moyenne » aura en général un score inférieur à 3. Ainsi, toutes les personnes ayant un score d’exclusion total au-dessus de 3 peuvent être qualifiées d’exclues, le degré d’exclusion augmentant à mesure que le score d’exclusion augmente. En calculant les scores d’exclusion sur la base d’indicateurs communs aux deux IMF6 selon les informations dont nous disposons, nous trouvons un score d’exclusion totale moyen de 7,5 à l’Adie contre 5,8 à la CSDL ; un score d’exclusion financière moyen de 4,4 à l’Adie contre 3,4 à la CSDL ; et un score d’exclusion sociale moyen de 3,1 à l’Adie contre 2,4 à la CSDL. En retenant les scores calculés par l’Adie elle-même et ceux calculés par nos soins pour la CSDL, nous avons des scores d’exclusion totale moyens largement supérieurs au seuil de 3 recommandé par l’association ; ils sont de 8,57 pour l’Adie et 9,22 pour la CSDL (tableau 4). Force est donc de conclure que la clientèle des deux institutions est majoritairement composée de personnes en fort risque d’exclusion car cumulant un nombre important d’handicaps.

  • 7 Nous avons établi que les clients de l’Adie sont plus exclus que ceux de la CSDL. Le résultat quelq (...)

Tableau 4. Présentation des scores moyens7

Score d’exclusion sociale

Score d’exclusion financière

Score d’exclusion totale

Adie

3,58

5,00

8,57

CSDL

4,69

4,52

9,22

Source : Nos calculs pour la CSDL, Adie (2012), « les scores d’exclusion sociale et financière en 2012 ». Moyenne 2006-2011.

4.1.4. Caractéristiques des prêts et ratios de portée sociale

25Du tableau 5, il ressort que le montant délivré dans le secteur du microcrédit extra-bancaire est en moyenne inférieur à celui du microcrédit en France représenté par les trois principales IMF françaises à savoir l’Adie, France Active et France Initiative. Ce qui indique que le microcrédit extra-bancaire, plus que les autres formes de microcrédit, atteint les plus pauvres. Ce constat est encore plus vrai pour le microcrédit extra-bancaire professionnel dont le montant moyen est plus de deux fois inférieur à celui du microcrédit dans son ensemble. En comparant les IMF entre-elles, il vient que les prêts Adie sont en moyenne moins élevés que ceux de ses principales concurrentes, ce qui suggère et confirme que sa clientèle est la plus pauvre.

Tableau 5. Niveau moyen du microcrédit délivré par les IMF

En euros

Adie

CSDL2

Créa-Sol2

MC Extra-bancaire4

MC France

Microcrédit professionnel

3 8791

4 880

7 721

5 493

14 7855

Microcrédit personnel

1 9683

1 885

2 411

2 088

22336

Sources : 

1 : Estimé d’a près les données du baromètre de la microfinance 2011.

2 : Rapports d’activité 2012 des IMF.

3 : Adie (2012) : « Impact et usages du MCPE. Premier bilan ».

4 : Moyenne des 3 IMF.

5 : Moyenne des 3 principaux acteurs du microcrédit professionnel : Adie, France Active, Initiative France.

6 : Observatoire de la microfinance 2012.

26Parce que l’utilisation du montant moyen du prêt est insuffisante, notamment pour des comparaisons internationales car les unités monétaires diffèrent d’un pays à l’autre, des auteurs tels que Schreiner (2001) et Morduch (2000) suggèrent une approche relative qui consiste à diviser cet indicateur par le revenu national brut par habitant (RNBH) ; ce sont les ratios de portée sociale (RPS). Schreiner (2001) montre cependant que l’utilisation du RNB peut fausser l’analyse car dans certain cas, il dépasse le RNB médian et le revenu du seuil de pauvreté, ce qui le rend inapproprié pour des comparaisons à la fois internationales et intra-nationales. Pour pallier cette insuffisance, Adair et Berguigua (2010) proposent de comparer le RPS au ratio de seuil de pauvreté (RSP). Celui-ci est le rapport entre le montant du seuil de pauvreté et le RNBH. Si le ratio de portée sociale est inférieur au ratio de seuil de pauvreté, alors l’IMF peut être vue comme servant les pauvres. Bending et al. (2012) proposent un seuil de 33 % pour les pays développés d’Europe : si le ratio est égal ou inférieur à ce seuil, alors on peut considérer que l’IMF sert principalement les pauvres et les exclus sociaux. Pour cet exercice, nous utilisons les données d’Eurostat pour ce qui est des seuils de pauvreté à 60 %, 50 % et 40 %.

Tableau 6. Ratio de portée sociale des différentes IMF

En %

Adie

CSDL

Créa-Sol

MC Extra-bancaire

MC France

RPS microcrédit professionnel

12,28

15,45

24,44

17,39

46,80

RPS microcrédit personnel

6,23

5,97

7,63

6,61

7,08

RSP/60 %

39,13

RSP/50 %

32,61

RSP/40 %

26,09

Source : Auteur

27Pour le cas du microcrédit professionnel, nous trouvons que les ratios de portée sociale des différentes IMF sont inférieurs aux ratios de seuil de pauvreté et inférieurs au seuil de 33 %, preuve que la clientèle des différentes institutions fait bien partie de la population des défavorisés (tableau 6). En comparant les IMF entre elles, il ressort que l’Adie a le plus faible ratio de portée sociale et Créa-Sol le plus fort. Les bénéficiaires du microcrédit professionnel Adie apparaissent donc plus exclus que ceux de la CSDL, qui a leur tour, sont plus pauvres que ceux de Créa-Sol. Il ressort en outre que le ratio de portée sociale du microcrédit professionnel en France est d’environ 47 %, alors que le ratio de seuil de pauvreté est de 39 % au maximum. Ce résultat suggère que la population touchée par le microcrédit professionnel dans son ensemble est celle se situant au-dessus de la ligne de pauvreté ; il n’atteindrait donc pas les pauvres au sens monétaire du terme. Ce constat tient en partie à l’hétérogénéité des IMF qui ne partagent pas toutes la même mission. Alors que les IMF du secteur intermédié (extra-bancaire) s’intéressent aux personnes dites non-bancables (pauvres et exclus sociaux), les autres formes d’IMF servent en priorité des personnes qualifiées de bancables. Il s’agit principalement de micro-entrepreneurs en mal de financement et qui ne sont pas dans l’absolu dans une situation sociale précaire.

28Le résultat obtenu pour le cas du microcrédit personnel rejoint le précédent : les ratios de portée sociale sont largement inférieurs aux ratios de seuil de pauvreté. La population servie est donc une population exclue. Cependant, la forte différence précédemment trouvée ne se confirme pas ici : le niveau de pauvreté des clients de l’Adie est sensiblement le même que celui des clients de la CSDL et tous deux ne s’éloignent pas fortement de la clientèle de Créa-Sol ou de celle de l’ensemble des bénéficiaires du microcrédit personnel en France. Ce qui indique que quelle que soit la nature de prêteur, le prêt personnel s’oriente quasi-exclusivement vers les personnes en situation sociale difficile.

29L’utilisation du solde moyen comme indicateur nous oblige à exclure de l’analyse la CSDL car nous ne disposons pas de cette information la concernant.

Tableau 7. Ratio de portée sociale de l’Adie et de Créa-Sol

2009

2010

2011

Adie

Créa-Sol

Adie

Créa-Sol

Adie

Créa-Sol

RPS1

6,08 %

19,05 %

5,77 %

14,86 %

5,82 %

10,88 %

RSP/60 %

35,35 %

35,17 %

34,71 %

RSP/50 %

32,51 %

31,64 %

30,87 %

RSP/40 %

25,78 %

25,22 %

24,61 %

Source : Auteur

30Comme le montre le tableau 7, les ratios de portée sociale des deux IMF calculés avec cet indicateur sont à chaque fois inférieurs aux ratios de seuil de pauvreté, quel que soit le seuil. Les personnes servies à la fois par l’Adie et créa-Sol peuvent donc être qualifiées de pauvres. En comparant les deux IMF entre-elles, il apparait que le ratio de portée sociale de l’Adie est largement inférieur à celui de Créa-Sol, preuve une fois de plus que l’association atteint une population plus défavorisée que sa concurrente. On peut toutefois constater que Créa-Sol sert une population de moins en moins « riche » puisque son RPS diminue d’année en année, passant de 19 % en 2009 à environ 11 % en 2011. Rappelons que jusqu’en 2009, Créa-Sol n’avait pas le statut d’IMF et offrait des crédits professionnels dont les montants pouvaient atteindre 40 000 euros. Depuis cette année, de par son nouveau statut, son offre n’excède pas 10 000 euros comme le veut la réglementation en vigueur. Cet état de fait explique la diminution du ratio et montre que l’institution tente de se conformer aux exigences de son nouveau statut en ciblant une clientèle de plus en plus pauvre.

31Schreiner (2001) critique cependant le RPS tel que calculé, arguant que le solde moyen est un indicateur de mesure imparfait car il ne prend pas en compte bon nombre de paramètres tels que la durée de l’échéance, le nombre de paiements, la périodicité… Il montre qu’un encours de prêt élevé peut être le fait de prêts de longue durée, d’échéances faibles, ou encore de périodicités longues. Le ratio est par ailleurs difficilement interprétable car numérateur et dénominateur ne renvoient pas à la même réalité de mesure : le numérateur signifie une unité de ressources empruntées par prêt et le dénominateur une unité de revenu par année. Il propose alors un ratio alternatif qui permet de comparer les ressources annuelles produites par un prêt aux ressources annuelles produites par un revenu si celui-ci était épargné en totalité :

Image 10000000000001D40000005DC9074AAD.jpg

Tableau 8. Ratio de portée sociale recalculé de l’Adie et de Créa-Sol

En %

2009

2010

2011

Adie

Créa-Sol

Adie

Créa-Sol

Adie

Créa-Sol

RPS2

6,69

20,83

5,04

15,78

4,93

12,51

RSP/60 %

35,35

35,17

34,71

RSP/50 %

32,51

31,64

30,87

RSP/40 %

25,78

25,22

24,61

Source : Auteur

32La durée moyenne de l’échéance est obtenue en rapportant au nombre de prêts octroyés sur l’année, le nombre de prêts en cours. En appliquant cette formule, nous obtenons des résultats qui, une fois de plus, suggèrent que les clients des IMF étudiées font partis de la catégorie des pauvres et même des très pauvres (tableau 8).

33Cette première partie nous a permis de voir que les personnes touchées par le microcrédit extra-bancaire en France font bien partie de la catégorie des pauvres et des exclus. Il a donc clairement un impact social positif puisque délivré principalement aux plus défavorisés. Cependant, la performance sociale des IMF ne se limite pas seulement à l’atteinte des pauvres et des exclus, mais inclue également leur capacité à améliorer leur volume d’activité et à inscrire leur action dans la durée. Il convient d’évaluer également leur aptitude à servir un nombre croissant de pauvres et d’exclus sur une base durable.

4.2. Capacité des IMF à servir un nombre croissant de personnes sur une base durable

34S’intéresser à la capacité des IMF à servir un nombre croissant de personnes revient à s’interroger sur la largeur de leur portée, autrement dit sur le nombre de clients servis au cours d’une période donnée (Schreiner, 2002).

4.2.1. Le microcrédit extra-bancaire en France atteint-il le plus grand nombre ?

  • 8 Cf. rapport d’activité 2010 de l’association.

35En retenant, comme proxy de mesure, le nombre de personnes servies, nous trouvons que le microcrédit extra-bancaire est en forte croissance sur la période 2006-2012 (graphique 1). D’environ 7 800 personnes financées en 2006, on est passé à plus de 14 000 en 2012, soit une croissance d’environ 84 %. Le volume enregistré est principalement le fait de l’Adie qui présente une activité de prêt bien plus importante que celle de la CSDL et de Créa-Sol réunies. Cette forte différence est la conséquence de l’échelle de présence de différentes IMF. La CSDL a un ancrage régional et est principalement présente dans trois départements aquitains. Créa-Sol elle, couvre essentiellement cinq villes réparties sur différentes régions. L’Adie, pour sa part, œuvre à l’échelle nationale et est présente sur une grande partie du territoire. Comme le montre le graphique 1, c’est à elle que l’on doit la diminution entre 2009 et 2010. Cette décroissance s’explique par le fait qu’en cette période de pleine crise économique, l’association s’est davantage s’intéressée à la qualité de son portefeuille plutôt qu’à l’augmentation de celui-ci. Cette prudence a eu pour conséquence la baisse des taux de transformation des demandes et explique en partie la croissance modérée depuis 20108.

Graphique 1. Evolution de l’activité de prêts des IMF (en nombre)

Image 10000000000001E30000011DA33CB87E.jpg

Sources : Rapport d’activité des IMF, IGF (2009)

36Ces résultats, qui nous indiquent une relative capacité du microcrédit extra-bancaire à toucher un nombre croissant de personnes, ne nous disent cependant pas dans quelle proportion celui-ci atteint sa population cible. Il convient donc d’apprécier également son taux de pénétration afin de mieux rendre compte de la largeur de sa portée. Rappelons que le taux de pénétration est obtenu en rapportant à la population cible, le nombre d’emprunteurs. L’Eurostat nous fournit les informations concernant le marché potentiel du microcrédit en France (nombre de personnes en risque de pauvreté ou d’exclusion sociale).

37Nous trouvons, comme le montre le graphique 2, que le taux de pénétration est en augmentation de près de 5 points entre 2006 et 2012, passant de 0,07 % à plus de 0,12 %. La cassure de tendance précédemment observée entre 2009 et 2010 et la croissance modérée depuis lors se confirment. Comme précédemment, c’est à l’Adie que l’on doit cette évolution en dents de scie. L’argument antérieurement avancé pour expliquer cette baisse de tendance peut donc être retournée ici.

Graphique 2. Evolution du taux de pénétration de microcrédit extra-bancaire

Image 10000000000001CA0000011E68942B5C.jpg

Source : Auteur.

38Cette globale augmentation sur la période ne doit cependant pas masquer le fait que le taux de pénétration est relativement bas. En faisant l’hypothèse que la totalité des bénéficiaires du microcrédit extra-bancaire sont des pauvres et des exclus, il ressort qu’ils ne représentent en moyenne que 0,11 % de la population totale cible des IMF. Si ce résultat nous force à nous interroger sur l’efficacité du microcrédit extra-bancaire en termes d’atteinte d’une fraction substantielle de sa population cible, il importe toutefois d’avoir une lecture nuancée. En effet, tous les pauvres n’ont pas besoin d’un crédit et beaucoup s’auto-excluent du marché estimant qu’un crédit augmenterait leur vulnérabilité (CGAP 2007). Par ailleurs, l’initiative économique, notamment le micro-entrepreneuriat, n’est pas l’unique voie pour ces derniers d’améliorer leur situation socioprofessionnelle. De nombreux dispositifs, destinés à aider les personnes en situation de pauvreté ou en risque d’exclusion sociale sont en effet mis en place par le gouvernement. De plus, la capacité des IMF à octroyer un maximum de crédit est étroitement liée aux ressources dont elles disposent : plus elles auront de ressources à affecter à leur activité de prêt plus elles seront susceptibles de servir un volume important de personnes. Se pose alors la question du mode de financement des IMF. Rappelons que les welfarists soutiennent à ce propos qu’une IMF qui poursuit un but social devrait s’appuyer principalement sur les dons et subventions pour financer son activité et ne devrait de ce fait pas rechercher une autonomie financière. Or, selon Schreiner (2002), en pratique il est difficile, voire impossible pour une institution de bénéficier de subventions à vie, d’où la nécessité pour elle de dégager un certain profit. Il rejoint ainsi la pensée institutionnaliste qui stipule que la condition à la pérennité des IMF est leur performance financière. Il est indispensable qu’elles soient capables de faire face aux besoins de leurs clients sans avoir à solliciter une aide extérieure, autrement dit qu’elles soient viables.

4.2.2. Viabilité des IMF extra-bancaires

  • 9 Voir le manifeste de Claude Royer intitulé « Ajustements aux états financiers et calcul d'indicateu (...)

39Parmi les trois IMF étudiées, seule l’Adie communique sur sa situation financière. Un premier examen de ses rapports financiers montre que depuis 2009, l’association enregistre des pertes. Ainsi, même en tenant compte de toutes les formes de subventions dont elle bénéficie, l’association n’arrive pas à l’équilibre financier. Force est donc de conclure qu’elle n’est pas viable. Compte tenu du fait que l’association sur ces quatre années connait des pertes, nous utilisons, pour le calcul de l’indice de dépendance aux subventions, la formule qui propose de déterminer le montant de subventions requis pour atteindre le point mort. Ce montant correspond au niveau des pertes enregistrées par l’institution, subventions existantes exclues. A ce montant, on rapporte le montant des revenus du portefeuille9. Un IDS de 100 % signifierait que pour atteindre le point mort, l’IMF doit doubler ses revenus sur prêts, donc doubler ses taux d’intérêt (Ledgerwood 1999).

40Les résultats (tableau 9) indiquent que l’IMF ne dispose pas de suffisamment de ressources financières pour continuer à servir sa clientèle sans avoir à recourir à l’aide extérieure. Or, l’un des objectifs de l’association est d’atteindre l’équilibre de son activité de crédit hors accompagnement, ce qui, en l’état des choses, semble difficilement réalisable. Selon nos calculs, pour arriver à l’équilibre total, elle devrait augmenter ses revenus sur prêts de près de 500 %, soit des taux d’intérêt près de 5 fois supérieurs aux taux courants. Sachant que le taux courant est supérieur à 10 %, on aurait des taux d’intérêt de plus de 50 %, ce qui est légalement impossible. Pour atteindre un équilibre économique hors accompagnement, son taux d’intérêt devrait être supérieur à 30 % (IGF 2009) ; là encore, cette éventualité apparait irréaliste.

Tableau 9. Détermination de l’IDS de l’Adie

  • 10 Ces résultats sont quelque peu similaires à ceux rapportés par Mosley et Hulme (1996) et provenant (...)

Formules

Condition de viabilité

Résultats en %

2009

2010

2011

2012

IDS10

Subventions requises pour atteindre le point mort/Revenus du portefeuille de prêt

< 100 %

476

501

477

493

Source : Auteur, d’après les informations des rapports d’activité.

41L’Adie n’est cependant pas la seule à être dépendante de l’aide extérieure. Selon l’IGF (2009) aucune des trois IMF étudiées n’atteint l’équilibre financier, mais contrairement à l’association, arriver à une autosuffisance financière n’est pas le but recherché par la CSDL. Pour l’institution aucun équilibre économique n’est possible s’agissant d’une action sociale. L’IMF Créa-Sol elle, « ne vise en revanche qu’un équilibre limité entre le coût de ses ressources financières et le produit de ses prêts, son fonctionnement étant pris en charge par la Caisse d’épargne à hauteur de 700k par an » (IGF 2009 :2).

4.3. Incompatibilité entre portée sociale et équilibre économique ?

42Nos résultats apportent une certaine contribution au débat entre welfarists et institutionalists concernant le mariage entre performance sociale et performance financière. Etant donné que la clientèle des IMF étudiées est principalement constituée des personnes pauvres et exclues et qu’aucune d’entre-elles n’est performante financièrement, force est de se dire qu’allier performance financière et performance sociale est particulièrement difficile pour une IMF poursuivant un objectif social. Atteindre une autosuffisance financière entraînerait des taux d’intérêt prohibitifs qui non seulement ne seraient pas applicables compte tenu de la réglementation en vigueur, mais seraient difficilement supportables pour des emprunteurs en détresse financière. Ces résultats suggèrent donc que les subventions sont une nécessité pour les IMF à vocation sociales.

  • 11 Les taux d’intérêts à l’Adie avoisinent 13 % alors qu’à la CSDL et à Créa-Sol, ils sont plafonnés à (...)

43Cependant, si on admet que les subventions ne sont pas éternelles et qu’elles peuvent être incertaines, il devient nécessaire pour les IMF de rechercher un certain équilibre financier, ne fût-ce que partiel. Le cas Adie montre que cette volonté n’est pas forcément de nature à induire le phénomène de mission drift (déviation de la cible) puisque l’association, qui est celle recherchant un équilibre partiel et qui à cette fin applique des taux d’intérêt les plus élevés, est également celle dont la clientèle est la plus pauvre et exclue. Le cas CSDL comparé au cas Adie indique que le fait de ne pas rechercher une viabilité financière n’est pas toujours synonyme d’atteinte des plus pauvres11. Cette association qui inscrit son action dans la logique purement welfariste atteint une clientèle moins pauvre que l’Adie. Ainsi, un arbitrage entre objectifs sociaux et objectifs financiers n’est pas forcément nécessaire, mais le maintien des subventions pour le financement d’une partie de l’activité est indispensable pour que l’IMF atteigne ses objectifs sociaux. Ceci nous met en accord avec la vision intermédiaire qui plaide en faveur d’un subventionnement intelligent et de la recherche d’une certaine autosuffisance financière à des fins de pérennisation.

5. Conclusion

44Malgré le fort développement du microcrédit dans les pays industrialisés, peu d’études s’intéressent à la portée sociale des IMF évoluant dans ces pays. Notre étude apporte de ce fait un éclairage sur cette question. Nous nous intéressons aux trois principales IMF œuvrant dans le secteur du microcrédit extra-bancaire en France à savoir Créa-Sol, la CSDL et l’Adie. Nous trouvons ainsi dans un premier temps que les IMF ici ont clairement un impact social car elles octroient les crédits principalement aux personnes les plus pauvres au sens monétaire du terme et à celles les plus en risque d’exclusion. Il s’agit notamment des femmes, des jeunes, des bénéficiaires des minima sociaux, des chômeurs et des travailleurs pauvres. Nous montrons dans un deuxième temps que la performance du microcrédit extra-bancaire ne se limite pas uniquement à l’atteinte des pauvres ; il démontre une certaine capacité à servir un nombre croissant de personnes, à en juger par le taux de croissance de plus de 70 % de l’activité de prêt entre 2006 et 2011. Le faible taux de pénétration (0,11 % en moyenne), bien qu’en augmentation sur la période, force cependant à relativiser cette conclusion. Il est cependant difficile de dire si cette faible pénétration est la résultante de l’inefficacité des IMF ou simplement la conséquence du niveau de la demande et de l’auto-sélection des demandeurs.

45Si le microcrédit extra-bancaire touche effectivement les personnes les plus en risque d’exclusion, son aptitude à inscrire son action dans la durée est sujette à caution. Nous trouvons en effet qu’aucune des IMF évoluant dans le secteur n’atteint l’équilibre économique et ne pourrait évoluer dans un environnement purement commercial. Cette « non viabilité » des IMF extra-bancaires indique que le maintien des subventions est nécessaire, voire indispensable pour l’activité de ces IMF. Les cas présentés (Adie vs CSDL en l’occurrence) montrent qu’un arbitrage entre objectifs sociaux et objectifs financiers n’est pas forcément nécessaire : rechercher un certain équilibre économique ne serait pas de nature à remettre en cause la vocation sociale des IMF extra-bancaires), ceci à la condition du maintien des subventions pour le financement d’une partie de l’activité. Nous rejoignons ainsi la thèse intermédiaire qui soutien que le maintien des subventions et la recherche d’un certain équilibre financier sont nécessaires pour une activité de microcrédit efficace et pérenne.

Haut de page

Bibliographie

Adair P. et Berguiga I. (2010), « Les facteurs déterminants de la performance sociale et de la performance financière des institutions de microfinance dans la région mena : une analyse en coupe instantanée », Région et Développement, vol. 32, p. 91-120.

Adie (2009) Rapport annuel.

Adie (2010) Rapport annuel.

Adie (2011) Rapport annuel.

Adie (2012) Rapport annuel.

Adjei J.K., Arun T. et Hossain F. (2009), « The Role Of Microfinance In Assets-Building An Poverty Reduction: The Case Of Sinapi Aba Trust Of Ghana». BWPI Working Paper 87. The University of Manchester, Brooks World Poverty Institute.

Amin S., Rai A. et Topa G. (2003), « Does Microcredit Reach The Poor And Vulnerable? Evidence From Northern Bangladesh », Journal of Development Economics, vol 70, n° 1, p. 59-82.

Armendáriz B., D’Espallier B., Hudon M. et Szafarz A. (2011), « Subsidy Uncertainty and Microfinance Mission Drift ». Working Paper, Centre Emile Bernheim. Research Institute in Management Science. University of Brussels, Solvay Business School. Belgium.

Ayayi G.A et Noël C. (2007), « Défis et perspectives de la recherche en microfinance », 5ème Congrès de l’ADERSE : Transversalité de la Responsabilité sociale de l’Entreprise : Grenoble.

Banque de France (2011), Enquête typologique 2010 sur le surendettement, p. 35.

Barnes, C., Gary G. et Richard K. (2001), « Impact of Three Microfinance Programs in Uganda », Rapport USAID-AIMS. Washington : Management of Systems International.

Baromètre de la microfinance - Convergences 2015, 2011.

Baromètre de la microfinance - Convergences 2015, 2012.

Bending M., Unterberg M. et Sarpong B. (2012), Overview Of The Microcredit Sector In The European Union, European Microfinance Network 2010-2011.

Bigot R. (2007), « Une comparaison des hauts revenus, des bas revenus et des ‘classes moyennes’ – une approche de l’évolution des conditions de vie en France depuis 25 ans » , Cahier de recherche du CREDOC, n° 238, novembre, sur Internet : http://www.credoc.fr/pdf/Rech/C238.pdf.

Bigot R. (2008), « Les classes moyennes sous pression » , Cahier de recherche du CREDOC, n° 249, Décembre, sur Internet : http://www.credoc.fr/pdf/Rech/C249.pdf.

Brana S. (2013), « Microcredit: An Answer To The Gender Problem In Funding? », Small Business Economics, vol. 40, n° 1, p. 87-100.

Brana S. et Jégourel Y. (2011), « La réalité de la microfinance à l'échelle régionale : l'exemple de l'Aquitaine » , Revue d'Économie Régionale & Urbaine, n° 2, p. 245-268.

CGAP (2007), « Au-delà des bonnes intentions : évaluation de la performance sociale des institutions de microfinance » , CGAP, Focus n° 41.

Coleman B.E. (2006), « Microfinance In Northeast Thailand: Who Benefits And How Much? », World Development, vol 34, n° , p. 1612–1638

Conseil national de l’information statistique – CNIS (2011), Le Microcrédit, Rapport d’un groupe de travail.

Créa-Sol (2011), Rapport d’activité.

CSDL (2010), Rapport d’activité.

CSDL (2011), Rapport d’activité.

Cull R., Demirguç-Kunt A. et Morduch (2007), « Financial Performance And Outreach: A Global Analysis Of Lending Microbanks », The economic Journal, vol 117, n° 1, p. 107-133.

Datta D. (2004), « Micro-Credit in Bangladesh: Is It Reaching the Poorest? », Journal of Microfinance, vol. 6, n° 1, p. 55-81.

Dauphin L. (2011), « Endettement et recours aux services bancaires en 2008 », INSEE Première, n° 1352.

Gonzalez A. et Rosenberg R. (2006), « The State Of Microfinance: Outreach, Profitability And Poverty », Presentation at the World Bank conference on access to finance.

Guérin I. (2000), « Microfinance dans les pays du sud : quelle incompatibilité entre solidarité et pérennité », Revue d’Economie Financière, vol. 56, n° 56, p. 145-164.

Guérin I. (2002), « La microfinance et la création d'entreprise par les chômeurs - La situation dans quelques pays européens et en Amérique du Nord », Bureau International du Travail. https://www.lamicrofinance.org/files/16435_file_BITinternational1.pdf.

Hashemi S. et Rosenberg R. - CGAP (2006), « Faire accéder les plus pauvres à la microfinance en associant filet de protection sociale et services financiers », CGAP, Focus n° 34, p. 12.

Hermes N., Lensink R. et Meesters A. (2011), « Outreach And Efficiency Of Microfinance Institutions », World Development, vol. 39, n° 6, p. 938-948.

Hudon M. et Traca D. (2011), « Subsidies And Sustainability In Microfinance », World Development, vol. 39, n° 6, p. 966-973.

IGF (2009) Le micro-crédit , Rapport de l’Inspection Générale des Finances, n° 2009-M-085-03, IGF.

INSEE (2012), « Créations et créateurs d'entreprises - Première interrogation 2010, profil du créateur » , INSEE Résultats, n° 58 Economie, INSEE.

Jauneau P. et Olm C. – Crédoc (2010), « Les conditions d’accès aux services bancaires des ménages vivant sous le seuil de pauvreté », Raport réalisé par le CRÉDOC pour le Comité consultatif du secteur financier, Crédoc.

Khandker, S.R. (2001), « Does Micro-finance Really Benefit the Poor? Evidence from Bangladesh », Asia and Pacific Forum on Poverty: Reforming Policies and Institutions for Poverty Reduction, Asian Development Bank, Manila, Philippines.

Labie M. (2005), « Commercialisation et inclusion sociale sont-elles compatibles en microfinance ? », Présentation dans le cadre du séminaire Micro-finance, facteur d'intégration sociale ?, Palais d'Egmont DGCD, 3 et 4 mai.

Labie M. et Mees M. (2005), « Du bon usage de l’approche commerciale », Défis Sud, n° 69, p. 11-13

Lafourcade A.L., Isern J., Mwangi P. et Brown M. (2005), « Overview of the Outreach and Financial Performance of Microfinance Institutions in Africa », www.mixmarket.org

Lapenu C. (2007a), « Réflexions de l’Adie autour de ses actions et sa stratégie sociale : Quelles performances sociales ? Quel profil de ses clients ? Comment construire et utiliser un score d’exclusion ? », Document de travail Cerise, sur internet : http://www.european-microfinance.org/data/File/rapportperformancessociales_adie.pdf.

Lapenu C. (2007b), « Performance sociale versus performance financière : peut-on être rentable en s’adressant à des populations pauvres ? » in La microfinance au carrefour du social et de la finance, Horizons Bancaires n° 334, p. 45-54.

Ledgerwood J. (1999), Microfinance Handbook: An Institutional and Financial Perspective. Washington, DC, Banco Mundial.

Littlefield E. et Rosenberg R. (2005), « La microfinance et les pauvres, la démarcation entre la microfinance et le secteur financier s’estompe », Techniques financières et développement, vol. 78, p. 45-51.

Mix (2011), Defining Responsible Financial Performance: How To Think About Social Performance, MicroBanking Bulletin.

Morduch J. (2000), « The Microfinance Schism », World Development, vol. 28, n° 4, p. 617-629

Morduch J. (2005), « Smart Subsidy For Sustainable Microfinance », Finance for the Poor, vol. 6, n° 4, p. 1-8.

Navajas, S., Conning J. et Gonzalez-Vega C. (2003), « Lending Technologies, Competition And Consolidation In The Market For Microfinance In Bolivia », Journal of International Development, n° 15, p. 747-770.

Nowak M. (1994), La banquière de l'espoir, Éd. A. Michel.

ONPES, rapport 2013-2014, chapitre 1, Les ambitions initiales d’une nouvelle stratégie de lutte contre la pauvreté.

Rosenberg, R. (2009), « Measuring Results Of Microfinance Institutions: Minimum Indicators That Donors And Investors Should Track – A Technical Guide», Washington, DC: GCAP, sur internet: www.cgap.org/gm/document-1.9.36551/Indicators_TechGuide.pdf

Schreiner M (2002), « Aspects of Outreach: A framework for Discussion of the Social Benefits of Microfinance », Journal of International development, n° 14, p. 591-603.

Schreiner M. (2001), « Seven Aspects of Loan Size », Journal of Microfinance, vol. 3, n° 2, p. 27-47.

Servet J.-M. (2006), Banquiers aux pieds nus : La microfinance, Odile Jacob.

Woller G. (2002), « From Market Failure To Marketing Failure: Market-Orientation As The Key To Deep Outreach In Microfinance », Journal of International Development, vol. 14, n° 3, p. 305-324.

Woller, G. (2006), « Evaluating MFIs’ Social Performance: A Measurement Tool », USAID Micro Report, n° 35.

Xiberras M. (1998), Les théories de l'exclusion, Armand Colin, 2e édition, p. 224.

Zeller M., Meyer R. (dir.) (2002), The Triangle of Microfinance: Financial Sustainability, Outreach and Impact, Baltimore and London, John Hopkins University Press.

Zerai B. et Rani L. (2012), « Is There A Tradeoff Between Outreach And Sustainability Of Micro Finance Institutions: Evidence From Indian Microfinance Institutions », European Journal of Business and Management, vol. 4, n° 2, p 90-94.

Haut de page

Annexe

Construction des scores d’exclusion

a) Méthode de calcul à l’Adie

Indicateurs

Modalités

Score

Total

Indicateurs d’exclusion sociale

13

Sexe

Homme

0

2

Femme

1

Femme seule

2

Age

 

28-47

0

2

23 - 27 et 48 – 57

1

18-22 et 58 et plus

2

Niveau de formation

 

> BAC

0

3

< = BAC

1

Sans diplôme - sait Lire/écrire/compter

2

Sans diplôme – Illettré

3

Nationalité

 

Français

0

3

Européen

1

Français né à l'étranger

2

Autre

3

Zone d’habitation

 

 

Zone urbaine

0

3

Zone rurale

1

Politique de la ville

2

Itinérant (Gens du voyage non sédentarisés)

3

Indicateurs d’exclusion financière

10

Minima sociaux

 

Non bénéficiaire

0

1

Bénéficiaire

1

Solde disponible par personne

> 450

0

3

300 - 450

1

150 - 300

2

< 150

3

Endettement

Pas de crédit

0

1

Au moins un crédit

1

Revenus salariés

Revenus salariés

0

1

Pas de revenus salariés

1

Revenu du conjoint

Revenu du conjoint

0

1

Pas de revenu du conjoint

1

Capacité d'épargne

 

Régulière

0

2

Ponctuelle

1

Non

2

Exclusion bancaire

RAS

0

1

Interdit bancaire

1

b) Notre méthode de calcul

Indicateurs

Modalités

Score

Total

Indicateurs d’exclusion sociale

13

Sexe

Homme

0

3

Femme

1

Femme seule

2

Femme seule avec enfant(s)

3

Age

28-58

0

2

23 - 27 et 50 – 57

1

18-22 et 58 et plus

2

Niveau de formation

> BAC

0

3

< = BAC

1

Sans diplôme - sait Lire/écrire/compter

2

Sans diplôme – Illettré

3

Nationalité

Française

0

1

Autre

1

Situation professionnelle

Actif occupé

0

2

Demandeur d’emploi

1

Demandeur d’emploi > 1 an

2

Logement

Propriétaire

0

1

Autre

1

Zone d’habitation

Zone urbaine

0

1

Zone rurale

1

Indicateurs d’exclusion financière

9

Minima sociaux

Non bénéficiaire

0

1

Bénéficiaire

1

Niveau de vie

> 965

0

3

804 – 964

1

803 – 719

2

< 719

3

Endettement

Pas de crédit

0

1

Au moins un crédit

1

Revenus salariés

Revenus salariés

0

1

Pas de revenus salariés

1

Revenu du conjoint

Revenu du conjoint

0

1

Pas de revenu du conjoint

1

Retard de paiement

0 défaillance

0

2

1 – 2 défaillances

1

plus de 2 défaillances

2

Haut de page

Notes

1 Conseil national de l'information statistique

2 Voir Bigot 2007, 2008

3 Voir Lapenu (2007a)

4 Puisque la première et la seconde base se recoupent, nous avons supprimé les doublons.

5 Seuls les scores d’exclusion concernant l’Adie et la CSDL sont présentés ici. N’ayant pas d’informations détaillées sur Créa-Sol, nous ne sommes pas à mesure de calculer les scores la concernant.

6 Les variables non communes sont les variables logement, zone d’habitation, endettement et revenu salarial.

7 Nous avons établi que les clients de l’Adie sont plus exclus que ceux de la CSDL. Le résultat quelque peu contradictoire que nous obtenons ici n’est rien d’autre que la résultante de la différence dans les méthodes de calcul des scores (voir annexe 1).

8 Cf. rapport d’activité 2010 de l’association.

9 Voir le manifeste de Claude Royer intitulé « Ajustements aux états financiers et calcul d'indicateurs de viabilité » et disponible à l’adresse suivante : https://www.lamicrofinance.org/content/article/detail/15334

10 Ces résultats sont quelque peu similaires à ceux rapportés par Mosley et Hulme (1996) et provenant d’une étude indiquant un SDI compris entre 100 % et 400 % pour la plupart des IMF, dont la Grameen Bank et la BRAC.

11 Les taux d’intérêts à l’Adie avoisinent 13 % alors qu’à la CSDL et à Créa-Sol, ils sont plafonnés à 6 %.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marinette Kamaha, « La Portée Sociale Des Institutions De Microfinance Extra-Bancaires En France », Finance Contrôle Stratégie [En ligne], 21-3 | 2018, mis en ligne le 11 janvier 2019, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/fcs/2786 ; DOI : 10.4000/fcs.2786

Haut de page

Auteur

Marinette Kamaha

PhD

LAREFI, Université de Bordeaux
Avenue Léon Duguit – 33 608 Pessac
3 rue Grousset, 33130 Bègles
Tel : 0033616777030 E-mail
kamarinette@yahoo.fr
http://lare-efi.u-bordeaux4.fr/

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page