Navigation – Plan du site

Editorial

Albert David

Texte intégral

1Lorsque Gérard Charreaux m’a fait l’honneur de me proposer, en 2008, de reprendre FCS, j’ai accepté avec plaisir et, je dois le dire, une certaine émotion. Pour un enseignant-chercheur, diriger une revue est l’une des activités qui comptent, à la fois symboliquement et concrètement : les revues sont notre patrimoine commun, elles sont gérées dans une logique « pair à pair », ce sont, pourrait-on dire, des « communs collaboratifs ». Seuls certains à côté ne sont pas dans cette logique : les grands éditeurs, qui font payer très cher la remise à disposition des publications pour la communauté, et les classements des revues, dont j’ai à peine besoin de commenter ici le caractère artificiel, tant leurs fondements et les méthodologies suivies sont fragiles.

2En 2008, FCS était éditée sur papier par Economica, les auteurs envoyaient leurs articles par la Poste ou par mail, l’équipe gérait l’avancement des évaluations sur un fichier Excel, ce qui était la norme à cette époque. Nous avons rapidement adopté une plateforme pour les soumissions en ligne. Après quatre années de numéros papier envoyés en « camera-ready » à l’éditeur, nous avons décidé de passer entièrement en ligne et nous avons mis fin à notre collaboration avec Economica pour passer à une édition purement numérique, sur Revues.org, aujourd’hui Open Edition, une plateforme qui réunit des centaines de revues. Emanation du CNRS, cette plateforme est gratuite pour les éditeurs. Nous échappions ainsi aux contraintes traditionnelles liées aux versions papier et à un système d’abonnement payant nécessaire pour assurer l’équilibre financier côté éditeur et imprimeur, pour fonctionner dans une logique ouverte, en privilégiant l’accessibilité par tous, y compris dans des pays dont les institutions universitaires n’ont pas les moyens de payer des abonnements aux grandes plateformes payantes.

3FCS a toujours été considérée comme une revue académique de qualité. En fin de compte, la seule chose que je n’ai pas réussie pendant ces plus de dix années, c’est faire monter FCS d’un rang dans les classements. Au moins avons-nous pour nous la conscience de l’honnêteté : en réalité, je peux accepter que FCS soit considérée comme une excellente revue de rang 3… si ce n’était nombre de revues dont tout le monde me dit qu’elles sont au même niveau, voire un cran en dessous, et qui sont aujourd’hui classées 2, en contradiction avec les chiffres-mêmes qui sont supposés fonder ces classements. Parions que les classements mourront bientôt, étouffés par leur propre indigence, ou parce que les institutions raisonnables qui les portent en réaliseront le caractère contre-performant.

4Nous avons, en toute indépendance, essayé de travailler le mieux possible. Que soient remerciés ici, à l’occasion de ce passage de relais, les rédacteurs en chefs qui constituaient l’équipe lorsque je suis arrivé – Peter Wirtz, Alain Schatt, Martine Séville, Mathieu Detchessahar, Nicolas Berland – et ceux qui ont rejoint l’équipe au fur et à mesure que les premiers la quittaient : Véronique Bessière, Sébastien Damart, Jean-François Gajewski, Amaury Grimand, Gérald Naro. Un grand merci également à l’ensemble des évaluateurs et, pour ce qui me concerne, à tous ceux qui m’ont, souvent, répondu très vite et favorablement lorsque je les sollicitais. Une revue ne fonctionne pas sans secrétariat scientifique : pour quelques temps Imane Terrab, puis Yasmine Saleh, nous ont prêté main forte et, surtout, pendant ces onze années, Stéphanie Pitoun a assuré avec constance et professionnalisme la mise en page des articles pour Open Edition… et la relance des rédacteurs en chef pour que chaque numéro puisse sortir à temps !

5Des numéros thématiques ont été l’occasion de travailler avec des rédacteurs en chef associés, à qui nous n’avons pas délégué la confection des numéros, mais que nous avons associés à toutes les étapes : que soient ici remerciés chaleureusement Florence Charue-Duboc, Stéphanie Dameron, Gilles Garel, Xavier Lecocq, Vincent Mangematin, Raphael Maucuer, Ulrike Mayrhofer, Pierre-Xavier Meschi, Benjamin Le Pendeven, Lionel Garreau, Sihem Jouini, Thomas Paris, Sébastien Rondeau, Thomas Roulet, Isabelle Royer, Alain Schatt, Philippe Véry. Trois de ces numéros, et un à paraître bientôt, ont été élaborés dans le cadre d’un partenariat avec l’AIMS. Cette belle collaboration va se poursuivre, et je remercie les membres du CA de l’AIMS, et en particulier Frédéric Leroy qui le premier est venu me parler de cela, et les présidents successifs de l’AIMS – Philippe Monin, Benoit Demil et aujourd’hui Isabelle Bouty – pour leur soutien. Un partenariat du même type a été lancé avec l’AAIG – Association Académique Internationale de Gouvernance, que je remercie chaleureusement ici, en particulier son président Alain Schatt - avec un premier numéro sorti fin 2018 sur les avancées récentes de la recherche en gouvernance d’entreprise.

6Je passe la main en toute confiance à Jean-François Gajewski, qui est dans l’équipe depuis plusieurs années. La ligne éditoriale de FCS, fixée par les fondateurs Gérard Charreaux et Michel Gervais – « publier des articles en finance, contrôle, stratégie, qui incluent une dimension organisationnelle ou managériale » est toujours d’actualité - et constitue un fil conducteur puissant et porteur pour l’avenir.

7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Albert David, « Editorial », Finance Contrôle Stratégie [En ligne], 22-2/3 | 2019, mis en ligne le 30 septembre 2019, consulté le 22 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/fcs/3601

Haut de page

Auteur

Albert David

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page