Navigation – Plan du site

Edito - Introduction au N° spécial issu de la Conférence Internationale de Gouvernance 2018

Véronique Bessière et Elisabeth Walliser

Texte intégral

1Ce numéro spécial est le deuxième d’une série, qui s’appuie sur la Conférence Internationale de Gouvernance (CIG) de l'Association Académique Internationale de Gouvernance (AAIG). Les articles sélectionnés ont été présentés lors de la 17ème conférence annuelle en juin 2018, organisée par l’Université Côte d'Azur (IAE de Nice et laboratoire GRM). Nous remercions chaleureusement les évaluateurs pour leur travail de grande qualité et aussi, tout particulièrement, pour leur réactivité. En effet, le processus de sélection requiert les mêmes exigences que pour tous les autres numéros de FCS, mais nous avons souhaité une parution accélérée après la conférence de Nice, ce qui n’aurait pu se faire sans la grande disponibilité des évaluateurs.

2La gouvernance constitue une thématique cœur de FCS, aussi cette collaboration avec l’AAIG nous permet chaque année de rendre compte de la richesse, de la diversité et de l’évolution des recherches en gouvernance.

3Notre époque est celle des remises en cause des schémas d’analyse des faits économiques et sociétaux ; questionnement portant tant sur les cadres conceptuels de référence (conceptual framework) que sur les instruments d’analyse utilisés par les institutions et acteurs concernés, notamment en ce qui concerne les indicateurs de mesure et d’évaluation. Le champ de la gouvernance d’entreprise (GE) ne pouvait échapper à ce double questionnement, son corpus spécifique étant historiquement lié aux développements des marchés financiers ces dernières décennies et à la financiarisation croissante qui en résulte des économies concernées, particulièrement dans le monde anglo-saxon. Cette primauté de l’actionnaire s’est traduite par un ensemble de règles, s’appuyant sur un cadre conceptuel élaboré par des économistes renommés et mises en œuvre via des codes ou des dispositifs ad hoc : des premiers « Principes of Corporate Governance » élaborés par le Fonds californien CalPERS1, au Code AFEP-MEDEF actuellement en vigueur en France2. Les chercheurs en gouvernance d’entreprise ont ainsi pu voir leurs objets de recherche se développer, voire se multiplier : aux items initiaux concernant les entreprises et les comportements de leurs dirigeants, se sont ajoutées l’analyse des dispositifs de G.E. et celle de leurs impacts effectifs sur ces comportements, confirmant ou infirmant leur mise en œuvre, voire, au-dessus de ces outils d’évaluation, la validité et la robustesse du cadre conceptuel de référence. Les articles réunis dans le présent dossier thématique s’inscrivent dans cette perspective d’analyse des dispositifs de G.E. mis en œuvre dans des sociétés cotées de divers pays et dans leur adaptation selon différentes formes institutionnelles des entités concernées.

  • 3 Paquin P. « Surconfiance des dirigeants et sensibilité des investissements aux cash-flows : quel es (...)

4Ainsi Pauline Paquin (Ecole de Management, Université de Strasbourg) propose de tester l’impact de l’efficacité de la gouvernance sur le lien entre le biais de surconfiance du dirigeant et les politiques d’investissement3. Cette question de la surconfiance est, comme on le sait, loin d’être négligeable en matière de gouvernance, car on ne compte pas le nombre d’échecs relatifs, voire de désastres stratégiques, pouvant lui être attribué. L’auteure mesure le biais de surconfiance via des indicateurs opérationnels : gestion des stock-options dont dispose le dirigeant, options qu’il conserve, voire qu’il complète par des achats de titres supplémentaires, accroissant ainsi son risque potentiel. L’efficacité de la gouvernance est appréhendée à travers les deux mécanismes principaux que sont la concentration de capital et les caractéristiques du conseil d’administration. L’étude, menée sur un échantillon de sociétés cotes sur le SBF 120, montre que la surveillance des dirigeants est principalement effectuée par les actionnaires de contrôle. L’auteur montre que la concentration de l’actionnariat permet « de profiter des avantages de la surconfiance tout en modérant ses effets négatifs » ; cela vaut particulièrement pour les entreprises familiales.

  • 4 Talbot C, Berthelot S. « Rémunération du conseil d’administration et du comité d’audit et gestion d (...)

5Le second article, de Caroline Talbot et Sylvie Berthelot (École de Gestion - Université de Sherbrooke – Canada), vise à déterminer si l’importance de la rémunération du conseil d’administration, et particulièrement du comité d’audit, permet de limiter l’ampleur de la gestion du résultat comptable4. Les auteures se demandent si « les honoraires versés aux administrateurs, en termes de montant et de forme, permettent de réduire l’aléa moral en amenant une meilleure surveillance des comportements opportunistes des dirigeants de la société ? ». Par ailleurs, elles souhaitent évaluer l’effet induit lié à la transparence des rémunérations qui peut être source d’une augmentation de celles-ci, par alignement sur les plus élevées. Pour répondre à ces questions, les auteures ont analysé, sur 3 années, près de 250 sociétés canadiennes, du secteur manufacturier, inscrites à la Bourse de Toronto. Les résultats de l’étude montrent que les sommes consacrées au conseil d’administration ne sont pas liées à l’utilisation d’accruals discrétionnaires. En revanche, la forme de ces rémunérations (en actions versus en espèces) présente des effets contrastés.

  • 5 Brullebaut B. & alii « Gouvernance des coopératives d'entreprises, de salariés et bancaires : quell (...)

6Le troisième article, écrit par Bénédicte Brullebaut, Isabelle Allemand, Anne-Sophie Louis, Abdel-Malik Ola et Alexandre Pourchet (Burgundy School of Business) étudie les caractéristiques et les différences de gouvernance liées à cette catégorie spécifique d’entreprises que sont les coopératives. Le monde des coopératives étant hétérogène, les auteurs s’intéressent à trois sous-ensembles : les coopératives d'entreprises, les coopératives de salariés et les coopératives bancaires ; entités qu’ils analysent en termes de propriété et de contrôle5. Leur étude ne porte pas directement sur les entités concernées mais sur les travaux de recherches concernant ces thématiques ; il s’agit donc d’une méta-analyse permettant de saisir l’état de la problématique concernant un sujet donné et les tendances de l’évolution des recherches le concernant. Dans le cas présent, les auteurs ont effectué une analyse textuelle combinant analyse lexicale, analyse de contenu et analyse de données ; le tout sur deux périodes successives (avant 2008 et 2008-2018). Cette méta-analyse montre que « l’approche de l’efficience reste essentiellement financière, malgré une ouverture aux autres objectifs des coopératives depuis 2008 ».

7In fine, ces trois articles témoignent chacun de la grande variété du champ de recherche sur la G.E. Cette variété tient d’abord aux terrains étudiés, qui se différencient tant dans l’espace (ex : France versus Canada), que dans le temps (ex : avant/après 2008) ou selon les caractéristiques juridiques des entités concernées (ex : coopératives vs sociétés classiques).

8Cette variété ne pourra que s’accroitre dans le futur, du fait même des évolutions en cours dont on peut observer quelques expressions significatives : la mondialisation accrue malgré ses à-coups périodiques, la révolution numérique accentuant la montée de l’immatériel, la prise en compte par l’humanité des limites de son écosystème. Au-delà des nouveaux champs d’applications offerts à la G.E. en termes de terrains d’études et d’instruments mis en œuvre, il apparait souhaitable de réfléchir à l’élaboration de nouveaux cadres conceptuels susceptibles de mieux répondre aux défis actuels. C’est dire que la recherche dans ce domaine ne risque pas de s’étioler.

Haut de page

Notes

1 https://www.calpers.ca.gov/page/investments/corporate-governance

2 https://afep.com/publications/le-code-afep-medef-revise-de-2018/

3 Paquin P. « Surconfiance des dirigeants et sensibilité des investissements aux cash-flows : quel est le rôle joué par les mécanismes de gouvernance ? »

4 Talbot C, Berthelot S. « Rémunération du conseil d’administration et du comité d’audit et gestion du résultat comptable »

5 Brullebaut B. & alii « Gouvernance des coopératives d'entreprises, de salariés et bancaires : quelles différences en termes de propriété et de contrôle ? »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Bessière et Elisabeth Walliser, « Edito - Introduction au N° spécial issu de la Conférence Internationale de Gouvernance 2018 », Finance Contrôle Stratégie [En ligne], NS-8 | 2020, mis en ligne le 22 février 2020, consulté le 06 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/fcs/4407

Haut de page

Auteurs

Véronique Bessière

Université de Montpellier

Articles du même auteur

Elisabeth Walliser

Université de Nice Côte d’Azur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page