Navigation – Plan du site

Editorial

Jean-François GAJEWSKI

Texte intégral

1C’est avec grand honneur que j’ai accepté au début de l’année 2020 de reprendre la rédaction de FCS, à la suite d’Albert David qui a beaucoup œuvré pour développer cette revue depuis 2008. Toute l’équipe de rédaction, Véronique Bessière, Amaury Grimand et Gérald Naro se joint à moi pour remercier Albert David d’avoir pris en pleine concertation avec l’équipe un certain nombre de décisions qui ont permis à la revue de se positionner encore mieux comme une revue de référence dans le paysage des revues académiques, et particulièrement des revues francophones.

2D’abord, à une époque où la digitalisation devenait de plus en plus présente, Albert a rapidement transformé le modèle initial de soumission par courrier et de gestion par excel en adoptant une plateforme de soumission numérique « bepress ».

3Albert a également choisi le moment stratégique pour passer d’une revue au format papier chez « Economica » à une revue au format exclusivement numérique sur Revues.org, aujourd’hui Open Edition, une plateforme qui réunit des centaines de revues académiques. Cette plateforme, gratuite pour les éditeurs, a permis de simplifier le modèle de diffusion des articles, avec plusieurs avantages à la clé : une diffusion plus large des articles, une mise en forme des articles plus facile et un modèle économique de la revue permettant un meilleur équilibre financier.

4Albert a aussi pris l’initiative de lancer des numéros spéciaux gérés par des éditeurs invités, associés à toutes les étapes de confection d’un numéro sur un thème particulier. Ces numéros spéciaux n’ont bien évidemment pas remplacé les numéros réguliers, mais ils ont été publiés en sus, ce qui a permis d’accroître significativement le nombre d’articles publiés par an, sans pour autant diminuer la qualité des articles. Les associations, comme l’AIMS et l’AAIG ont soutenu cette politique de numéros spéciaux et nous devons bien entendu leur en être très reconnaissants.

5Aujourd’hui, malgré tout le travail qui a été fourni et la progression importante qu’a connu la revue FCS, il reste encore un certain nombre d’enjeux de développement qui permettront à FCS de mieux fonctionner et d’être reconnue comme une revue académique d’excellence qui reste l’objectif prioritaire.

6D’abord, sur un plan purement technique, il est fort probable que nous nous alignions rapidement et entièrement sur le modèle de la « Science ouverte ». Nous l’avons déjà fait, sur la partie aval du processus de publication des articles, en adoptant le modèle revues.org, mais nous souhaitons aller plus loin, sur la partie amont du processus, en passant d’un modèle de soumission, extrêmement coûteux et contraignant, à une plateforme de soumission de type OJS, plus souple d’utilisation et moins onéreuse.

7Nous avions déjà imaginé tous ensemble la possibilité d’accepter le principe de soumission et de publication d’articles en anglais, sans pour autant sacrifier la langue française. Il nous semble important de multiplier les publications en anglais de manière significative à l’heure où la plupart des revues basculent entièrement en anglais pour des questions de citation et de diffusion de la recherche. Néanmoins, nous restons profondément attachés à la langue française. Pour ce faire, nous continuerons d’accepter les soumissions en anglais, mais dans ce cas, nous publierons les deux versions, l’article en anglais et sa traduction en français.

8Comme Albert a su le mettre en place, une revue ne fonctionne pas sans secrétariat scientifique : si nous devons remercier sincèrement Stéphanie Pitoun qui a assuré avec sérieux la mise en page des articles pour Open Edition, nous allons désormais nous appuyer sur Fidèle Balume, non seulement pour prendre en charge la mise en page des articles sur Open Edition, mais aussi pour gérer les relations avec les auteurs et les contacts académiques qui permettent de bien référencer la revue (EBSCO, REPEC, etc.).

9Nous avons jusqu’à ce jour travaillé avec une équipe de 6 co-rédacteurs en chef. Nous allons aujourd’hui resserrer l’équipe autour de 3 co-rédacteurs, reprenant les 3 lettres de FCS, Finance (Véronique Béssière), Contrôle (Gérald Naro) et Stratégie (Amaury Grimand). Un grand merci bien entendu à Sébastien Damart qui nous a accompagné sur le volet stratégie. La principale idée est de constituer un comité éditorial autour des 3 co-rédacteurs en chef, composé d’éditeurs associés, capables de prendre en charge les articles en nommant les rapporteurs et en proposant une décision, à l’image de ce qui est pratiqué dans les grandes revues académiques.

10Malgré ces nombreux changements à venir, la ligne éditoriale de FCS, fixée par les fondateurs Gérard Charreaux et Michel Gervais – « publier des articles en finance, contrôle, stratégie, qui incluent une dimension organisationnelle ou managériale » est plus que jamais d’actualité. Elle reste le fil conducteur que nous continuerons de porter à l’avenir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François GAJEWSKI, « Editorial », Finance Contrôle Stratégie [En ligne], 23-1 | 2020, mis en ligne le 27 mars 2020, consulté le 11 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/fcs/4804

Haut de page

Auteur

Jean-François GAJEWSKI

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page