Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25-1Responsabilité sociale des entrep...

Responsabilité sociale des entreprises et réduction du risque de défaillance : l’effet modérateur du système juridique

Corporate Social Responsibility and Firm Default Risk Mitigation: The Moderating Role of the Legal Context
Mohamad Hassan Shahrour, Isabelle Girerd-Potin et Ollivier Taramasco

Résumés

Cet article explore dans différents contextes institutionnels l’impact de la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) sur le risque de défaillance. En utilisant les notations de RSE et de crédit de 1153 entreprises dans 45 pays, nous constatons que la RSE réduit le risque de défaillance et que l’effet est plus fort dans les pays de civil law, en particulier de droit allemand et scandinave, que dans les pays de common law. La composante environnementale est celle qui a l’impact le plus fort. Les résultats, utiles aux entreprises pour leur survie, sont robustes à l’usage de différentes mesures et classifications.

Haut de page

Notes de l’auteur

We are grateful to the Vigeo Eiris (a part of Moody’s ESG Solutions Group) social rating agency for their generosity in providing the ratings they produce. We would like to thank the French National Research Agency in the framework of the Investissements d’Avenir program (ANR-15-IDEX-02) for their support.

Texte intégral

1. Introduction

1Depuis que la responsabilité sociale des entreprises (RSE) est devenue un objet d'étude académique, une question majeure de recherche est celle de son impact sur la performance et le risque de l’entreprise. Une entreprise peut-elle améliorer ses performances et réduire ses risques en s'engageant dans la RSE ? Malgré l'énorme quantité de recherches concernant l'impact de la RSE sur la performance financière des entreprises, il n’y a pas de définition unifiée de la RSE (Campbell, 2006 ; Martínez et al., 2016) ni de certitude quant à son impact (Margolis et al., 2009 ; Orlitzky et al., 2003 ; Wallis et Klein, 2015). Si la littérature ne fournit pas de réponse simple, c'est peut-être parce qu'il n'y en a pas. Les chercheurs ont progressivement été amenés à explorer les facteurs susceptibles d'influencer la relation entre le comportement socialement responsable (SR) des entreprises, la performance financière et le risque. Évaluer l'impact de la RSE sur la performance et le risque nécessite de préciser le contexte dans lequel évolue l'entreprise et le type de parties prenantes considérées.

2La littérature existante n'est pas toujours en faveur de la RSE. Si devenir socialement responsable représente un coût supplémentaire, il peut y avoir refus de choix SR par de petites entreprises aux ressources limitées ou par des entreprises recherchant la maximisation du profit pour les actionnaires. Selon des arguments connexes fondés sur la théorie actionnariale, si la politique de l'entreprise est consacrée exclusivement aux intérêts de ses actionnaires, l'engagement SR n'étant considéré que comme un coût, l'entreprise ne s’engagera jamais dans une politique SR. Inversement, la théorie des parties prenantes suggère qu'être SR procure un avantage aux entreprises et améliore le bien-être de la société. De ce fait, l’entreprise qui s’engage dans la RSE cherche un équilibre entre les surcoûts d’une politique RSE et la réduction des risques qu’elle engendre.

3Au cours des dernières décennies, la RSE a reçu une attention croissante à la fois dans la littérature académique et dans le monde des affaires. Des recherches récentes ont étudié la capacité de la RSE à atténuer les risques. Dans ce domaine, certaines études se concentrent sur le lien entre la RSE et le risque de défaillance, ce dernier étant un important indicateur prospectif de la santé financière d'une entreprise (Badayi et al., 2020 ; Boubaker et al., 2020 ; Goss, 2009 ; Jiraporn et al., 2014 ; Rizwan et al., 2017 ; Sun et Cui, 2014). Bien que le nombre d'études soit plutôt faible, elles fournissent des résultats significatifs concernant l'impact de la RSE sur la réduction du risque de défaillance. Ces études étant principalement menées sur des échantillons américains, on peut se demander si cet impact est propre aux États-Unis. Pour répondre à cette question, nous étudions l’impact de la RSE sur le niveau de risque de défaillance en considérant un échantillon international.

  • 1 Pour une revue de littérature détaillée sur ce dernier point, se référer à Margolis et al. (2009)

4Même si la RSE réduit le risque de défaillance dans différents pays, rien ne dit que le lien sera de la même ampleur. Ainsi, « les pratiques de RSE peuvent être affectées par des différences entre les institutions nationales » (Ioannou et Serafeim, 2012, p. 835). Les chercheurs affirment que le cadre institutionnel des pays influence le comportement social des entreprises (Ioannou et Serafeim, 2012 ; Walker et al., 2019) et modère la relation RSE-valeur de l'entreprise (El Ghoul et al., 2016)1. En matière de management normatif, les entreprises doivent construire leur vision durable en intégrant la culture organisationnelle (Baumgartner, 2014). Dans cette optique, la relation causale susmentionnée peut par exemple différer dans le contexte français et dans le contexte américain. Cela souligne l'importance de la prise en compte des différences institutionnelles dans les échantillons internationaux. Peu d'études ont évalué le rôle modérateur du contexte institutionnel dans la relation entre la RSE et les résultats financiers des entreprises. Sur un thème voisin, Yan et al. (2019) montrent que le degré de prévalence de la logique financière dans un pays a un impact sur la création de fonds SR. Cet effet est lui-même modéré par d'autres forces institutionnelles, à savoir les syndicats, les églises et la représentation des partis verts au gouvernement.

  • 2 Par définition, une partie prenante est « tout groupe d’individus ou tout individu qui peut affecte (...)

5Les institutions peuvent être considérées comme les normes et les règles qui guident les interactions au sein des sociétés (Scott, 1995). Aguilera et Jackson (2003) affirment que les chercheurs opposent deux modèles dichotomiques de gouvernance d'entreprise, l’un anglo-américain et l’autre européen continental, les dénominations de ces modèles changeant selon les études. Par exemple, le modèle anglo-américain est également rencontré sous les vocables outsider, common law, droit libéral, centré sur les actionnaires ou axé sur le marché, tandis que le modèle européen continental est notamment lié aux termes insider, civil law, centré sur les parties prenantes. Williams et Aguilera (2008) affirment que l'importance des questions de RSE dans les opérations commerciales est influencée par la culture des affaires d'un pays (en particulier, le pays est-il plus orienté vers les actionnaires ou les parties prenantes ?). La RSE pouvant être considérée comme une réponse aux demandes des parties prenantes2 (Jackson et Apostolakou, 2010), son impact sur le risque de défaillance est susceptible de varier entre les pays orientés vers les actionnaires et les pays orientés vers les parties prenantes. Dans les pays orientés vers les actionnaires, on s'attend à ce que les individus accordent moins de valeur au comportement SR, avec plus d'attention accordée aux actionnaires. Par conséquent, l'engagement des entreprises dans les activités SR pourrait être vu comme un gaspillage de ressources s'il ne génère pas suffisamment de retours positifs de la part des employés, des clients, des fournisseurs etc. Nous nous attendons donc à observer peu ou pas de relation entre la RSE et le risque de défaillance dans les pays axés sur les actionnaires. En revanche, dans les pays axés sur les parties prenantes, les demandes des parties prenantes sont valorisées. Parmi les avantages pour l’entreprise de s’engager dans la RSE, on trouve une plus grande fidélité des clients et un engagement et une loyauté accrus des employés. Ainsi, le comportement RSE affecte positivement l'entreprise. Nous pensons donc observer une relation négative entre la RSE et le risque de défaillance dans ces pays.

6Il convient de noter que classer les pays selon qu'ils sont tournés vers les actionnaires ou vers les parties prenantes est une tâche délicate. En ce qui concerne l'environnement institutionnel défini par Scott (1995), c'est-à-dire composé de trois éléments principaux : réglementaire, normatif et culturel-cognitif, nous nous concentrons principalement sur la composante régulatrice car l'environnement juridique dans lequel opèrent les entreprises est un déterminant clé de leurs politiques. Un système juridique a des implications bien au-delà des contrats visibles dans la mesure où il reflète la société dans son ensemble et a une forte influence sur les logiques institutionnelles dominantes (Kock et Min, 2016). Il est associé à des comportements, des désirs et des croyances individuels. Concernant la RSE, le système juridique – en tant que miroir de la société – influence l’effet que peut avoir la politique RSE d’une entreprise sur sa performance et son risque. Par conséquent, nous considérons l'origine juridique pour séparer les pays axés sur les actionnaires des pays axés sur les parties prenantes, et nous l'utilisons comme un modérateur influençant l'effet causal de la RSE sur le risque de défaillance. Une variable modératrice doit avoir un effet sur les variables dépendantes et indépendantes. L'origine juridique, que nous explicitons ci-après, satisfait cette condition.

  • 3 Selon Metzler (2001, p. 321), « l'établissement et le maintien de la légitimité de l'organisation s (...)

7Selon la vision traditionnelle en droit et en finance, les entreprises ont tendance à se conformer aux réglementations applicables pour éviter des poursuites judiciaires. Cependant, respecter la loi ne consiste pas seulement à être une « bonne entreprise citoyenne » (Colbert et al., 2003) ; c'est avant tout un moyen d'accéder à la légitimité (Windolph et al., 2014).3 L'importance de l'environnement juridique est reconnue, car il façonne les politiques et les priorités des entreprises (par exemple, la richesse des actionnaires en regard des demandes des parties prenantes). En d'autres termes, l'origine juridique d'un pays peut modeler « diverses institutions nationales et l'environnement contractuel de l'entreprise » (Liang et Renneboog, 2017, p. 855). Cette différenciation peut notamment être visible dans le droit commercial en termes de protection et d'importance accordées aux actionnaires par rapport aux parties prenantes. La Porta et al. (1998) distinguent deux principales origines juridiques qui façonnent les réglementations commerciales : common law (constituée des pays de droit anglais) et civil law (constitué des pays de droit français, allemand et scandinave). Dans le contexte de la RSE, l'environnement juridique influencera les contrats entre les actionnaires et les autres parties prenantes de plusieurs façons (par exemple, par son effet sur la gouvernance d'entreprise). Les pays de common law sont plus orientés vers les actionnaires et privilégient leur protection, alors que les pays de civil law sont plus orientés vers les parties prenantes. Compte tenu des difficultés à classer les pays en pays orientés vers les actionnaires et pays orientés vers les parties prenantes, nous approfondissons l'analyse en classant plus précisément les pays de civil law en pays de droit allemand, français et scandinave et en confrontant les résultats à la classification de Hall et Soskice (2001) des variétés du capitalisme.

8Notre intuition dans cette étude est que la relation RSE-risque de défaillance de l'entreprise dépend de la manière dont les individus et les législations nationales perçoivent et protègent les parties prenantes. Avec ce fil directeur, nous étudions l'impact de la RSE sur le risque de défaillance des entreprises et considérons l'origine juridique comme un modérateur de cette relation. Les résultats globaux suggèrent que la RSE est négativement liée au risque de défaillance (des notations sociales plus élevées résultant en de meilleures notations de crédit et des scores Z d’Altman plus forts) et que l’impact de la RSE sur le risque de défaillance est plus fort dans les pays de civil law que dans les pays de common law. Nous étudions également la relation entre les sous-notations sociales et les notations de crédit. Les résultats montrent que la composante environnement a le plus fort impact sur le risque de défaillance. Nous fournissons plusieurs tests de robustesse pour conforter la validité de nos résultats.

9Nos résultats aident à comprendre ce qui détermine le comportement des entreprises en matière de RSE et ce qui façonne la relation RSE-risque de défaillance des entreprises. Cet article élargit le champ de la littérature grâce à un échantillon international et offre une vision complémentaire en abordant le rôle modérateur des origines légales. Nous enrichissons les résultats par une analyse fondée sur la littérature sur les variétés de capitalisme. Cette recherche a plusieurs implications potentielles pour les gestionnaires de risques, les gestionnaires de portefeuille, les entreprises et les investisseurs, comme discuté plus loin.

10L'article est structuré de la façon suivante : la section 2 expose le contexte théorique et les hypothèses. La section 3 décrit les données et la méthodologie empirique. La section 4 présente les résultats empiriques et les tests de robustesse. La section 5 conclut l'article.

2. Soubassement théorique et hypothèses

2.1. Le cadre théorique

11Au cours des dernières décennies, plusieurs théories ont été proposées pour expliquer ce qu’est la RSE et les raisons pour lesquelles son impact sur les entreprises varie selon les pays. A la fois la théorie des parties prenantes et la théorie institutionnelle fournissent un cadre à cet article, en expliquant notamment comment les régulations nationales −plus précisément, l’origine légale et la protection légale des parties prenantes – peuvent déterminer le comportement des entreprises et des individus et leur impact sur la relation entre engagement SR et probabilité de défaillance.

  • 4 Pour plus d’explications, se référer à Henisz et al. (2014)

12La théorie des parties prenantes –sous son angle instrumental– est en faveur d’une relation positive entre la RSE et la performance financière des entreprises (Freeman, 1984 ; Orlitzky et al., 2003). Selon cette théorie, les entreprises se préoccupent de tous les groupes ou individus qui sont affectés par leurs activités. Les raisons peuvent être soit normatives (e.g. pour des raisons éthiques), ou instrumentales (e.g. pour des raisons financières).4 Plusieurs recherches académiques s’appuient sur cette théorie pour affirmer que la RSE contribue à une bonne réputation pour l’entreprise (Benlemlih & Girerd-Potin, 2017 ; Stellner et al., 2015), augmente la loyauté des clients (Arouri & Pijourlet, 2017 ; Lichtenstein et al., 2004 ; Luo & Bhattacharya, 2006) et impacte la performance financière des entreprises (Brooks & Oikonomou, 2018 ; Flammer, 2015). D’autre part, grâce aux bonnes relations avec les parties prenantes permises par la RSE, ces entreprises sont considérées comme des partenaires attractifs et attirent des salariés de grande qualité. Selon Edmans (2011, 2012), il pourrait y avoir une corrélation positive entre cette attraction et la rentabilité pour les actionnaires. La RSE peut aussi permettre de meilleures opportunités financières en réduisant les coûts d’agence et l’asymétrie informationnelle (Cheng et al., 2014 ; El Ghoul et al., 2016). Ces résultats vont dans le même sens que la littérature affirmant que les entreprises visent à maximiser le profit par l’engagement SR (McWilliams & Siegel, 2001). Dans cette optique, la RSE est vue comme créatrice de valeur (en présentant la RSE comme une stratégie de différenciation) et comme une manière de réduire le risque systématique (Albuquerque et al., 2019).

13La théorie institutionnelle affirme quant à elle que les contextes institutionnels influencent le comportement des entreprises (Kim et al., 2013 ; Morgan & Kristensen, 2006). Ces contextes, dénommés environnement institutionnel dans la recherche académique, sont à la source de règles qui impactent les pratiques des entreprises. La théorie dans ce domaine a fourni des idées précieuses pour comprendre ce qui influence l’adoption par les organisations de pratiques homogènes (Yin, 2017). Notre étude se concentrant sur les origines légales, nous utiliserons la composante de régulation de l’environnement institutionnel afin de comprendre comment l’impact de la RSE sur le risque de défaillance des entreprises change en fonction de l’origine légale du pays d’appartenance.

2.2. Hypothèses issues de la théorie et de la littérature empirique sur le lien entre la RSE et le risque de défaillance des entreprises.

14En matière de risque financier, Orlitzky & Benjamin (2001) trouvent que les firmes ayant une plus forte performance sociale présentent un risque financier plus bas. Boutin-Dufresne et Savaria (2004) montrent qu’il existe une relation négative entre le niveau RSE et le risque spécifique de l’entreprise, la volatilité résiduelle de portefeuilles responsables étant moins forte que celle de portefeuilles non responsables. Mishra & Modi (2013) trouvent que la RSE réduit significativement le risque idiosyncratique et que l’endettement financier a un effet modérateur sur cette relation. L’impact de la RSE sur la réduction du risque est plus faible pour les sociétés avec un haut niveau d’endettement. Hsu & Chen (2015) mettent en évidence une relation inverse entre la performance RSE et le risque de crédit, l’engagement dans des activités de RSE réduisant le risque financier des firmes. Jo & Na (2012) trouvent que l’engagement dans la RSE est inversement relié au risque total de l’entreprise. Benlemlih & Girerd-Potin (2017) montrent que la RSE réduit les risques idiosyncratiques et systématiques dans les pays orientés vers les parties prenantes mais pas dans les pays orientés vers les actionnaires.

15En matière de risque de défaillance, des publications récentes de Boubaker et al. (2020) et de Badayi et al. (2020) étudient l’impact de la RSE sur la probabilité de défaillance. La première étude porte sur un échantillon de 1201 entreprises sur la période 1991-2012, utilise les notations ESG de MSCI comme mesure de la RSE et le modèle d’Altman (1968) comme mesure du risque de défaillance. La deuxième étude porte sur 496 entreprises réparties dans 17 pays développés au cours de la période 2010-2017, utilise les notations ESG de Thomson Reuters Datastream comme mesure de RSE et, comme pour l’étude précédente, le Z-score d’Altman comme mesure du risque de défaillance. Les deux études confirment que l’engagement RSE a un effet de réduction du risque de défaillance.

  • 5 RSE en lien avec les parties prenantes primaires
  • 6 RSE en lien avec les parties prenantes secondaires

16Rizwan et al. (2017) étudient la relation RSE – risque de défaillance de l’entreprise sur des données de 1119 entreprises américaines non financières au cours de la période 2000-2012. Les auteurs distinguent la RSE technique (TCSR, Technical CSR)5 et la RSE institutionnelle (ICSR, Institutional CSR)6. En utilisant le modèle de Merton (1974) comme mesure du risque de défaillance, les résultats indiquent qu’un haut score RSE peut se traduire par une plus faible probabilité de défaillance. De plus, TCSR est significativement et négativement relié au risque de défaillance alors que la relation n’est pas significative avec ICSR.

17A partir d’un échantillon de 829 observations sur 303 entreprises américaines, Sun et Cui (2014) étudient l’impact de la RSE sur le risque de défaillance et la manière dont elle peut réduire le risque. Ces auteurs examinent l’impact de la RSE sur le risque de défaillance en considérant les effets modérateurs du dynamisme environnemental, de la complexité environnementale et enfin de l’efficience de l’entreprise à transformer des inputs en outputs. Dans cette étude, le niveau du risque de défaillance est approché par les notations de crédit fournies par Standard and Poor’s. Les résultats montrent que la RSE peut réduire le risque de défaillance et suggèrent qu’elle génère confiance et prospérité pour les porteurs de dettes. De plus, l’impact de la RSE sur le risque de défaillance est plus fort dans les environnements plus turbulents, par un mécanisme de protection de type assurantiel.

18Selon la littérature, la détresse financière peut être associée à des facteurs sociaux (e.g. pressions sociales et qualité du management), et les entreprises qui jouissent de hauts niveaux de RSE font face à une plus faible probabilité de défaillance. Ainsi, sachant que la RSE est liée à la qualité du management (Goss, 2009) et que les insuffisances du management sont liées au risque de défaillance (Altman et Hotchkiss, 2006), on peut s’attendre à ce que les entreprises mieux gérées grâce à la RSE connaissent moins de risque de détresse financière. Goss (2009) étudie la relation entre le risque de défaillance et la RSE sur un échantillon de 1295 entreprises et 93062 observations au cours de la période 1991-2003. Cet auteur considère différents modèles pour mesurer le risque de défaut, dont un modèle de risque à temps discret et le modèle de Merton (1974). La RSE est mesurée en utilisant la base de données KLD. Les résultats montrent que la RSE peut être considérée comme un déterminant significatif de la détresse et que les entreprises jouissant de hauts niveaux de RSE sont exposées à de plus faibles probabilités de défaillance.

19Jiraporn at al. (2014) affirment que le niveau d’engagement RSE de l’entreprise influence sa notation de crédit : « un accroissement de RSE d’un écart-type améliore la notation de crédit de l’entreprise jusqu’à 4,5% » (p. 505). Les entreprises ayant de meilleures notations de crédit ont un meilleur accès aux opportunités de financement (Chen et al., 2014), ce qui leur permet d’honorer leurs dettes et de réduire leur risque de défaillance.

20Les développements ci-dessus garantissent que la RSE permet des relations stables avec la communauté financière, réduit l'asymétrie de l'information, fidélise la clientèle, assure des flux de trésorerie stables, etc. Compte tenu de cela, nous faisons l’hypothèse que la RSE joue un rôle important dans la réduction du niveau de défaillance des entreprises. Par ailleurs, la prise de conscience internationale de la RSE s'accompagne d’interrogations sur la composante de la RSE qui influence le plus le risque de défaut. Le rapport final de 2018 du High-Level Expert Group on Sustainable Finance souligne que « le stock de capital naturel est actuellement menacé, car il se détériore au-delà de son rythme de renouvellement » (p. 88). Cela souligne que les défis environnementaux vont au-delà du changement climatique en remettant potentiellement en question la réputation des entreprises mais aussi des éléments fondamentaux tels que les droits de l'homme et la sécurité sanitaire. La littérature sur le management environnemental indique l'importance de l'environnement dans l'amélioration des positions concurrentielles des entreprises et dans la définition de la politique de RSE. L'hypothèse de Porter - formulée en 1995 - stipule qu'une entreprise peut améliorer sa compétitivité commerciale à long terme en suivant des réglementations et des stratégies environnementales strictes.

  • 7 Le terme employé est le risque de "cygne vert", qui pourrait être à l'origine de la prochaine crise (...)

21Chava (2014) montre que les investisseurs s'attendent à des rentabilités plus fortes sur les actions exclues par les filtres environnementaux. Cette étude suggère en outre que les prêts respectueux de l'environnement et les investissements socialement responsables peuvent avoir un impact sur le coût de la dette et sur le coût des capitaux propres des entreprises ayant des préoccupations environnementales. Dans cette optique, Flammer (2013) soutient que la RSE environnementale est une ressource présentant une rentabilité marginale décroissante et des caractéristiques semblables à une assurance. Caï et al. (2016) constatent que les entreprises ayant un engagement plus élevé dans le domaine environnemental peuvent bénéficier d'un risque moindre. Cette relation négative tient encore si on contrôle pour diverses caractéristiques de l'entreprise. Klassen et McLaughlin (1996) suggèrent que la performance environnementale des entreprises est source d’amélioration de leur performance financière. D'autres chercheurs constatent que l’environnement constitue une partie prenante majeure dans les efforts SR des entreprises (Kassinis et Vafeas, 2006 ; Welford et al., 2008). Amor-Esteban et al. (2018) affirment que la survie d'une entreprise dépend dans une large mesure des relations avec les parties prenantes et certaines études établissent un lien entre les actions en faveur de l’environnement et les relations avec les parties prenantes. Wang et Berens (2015) indiquent que les entreprises qui ont un solide bilan environnemental pourraient initier et maintenir une meilleure confiance entre les grands groupes de parties prenantes. Gregory-Smith et al. (2017) constatent que les consommateurs sont prêts à payer plus pour des produits respectueux de l'environnement. Sharfman et Fernando (2008) montrent que les entreprises pourraient bénéficier d'une baisse du coût des fonds propres en améliorant la gestion des risques environnementaux. Certains documents de travail récents publiés par la Banque des règlements internationaux recommandent de considérer les risques environnementaux parmi les variables à utiliser lors de la modélisation du risque systémique7. Par conséquent, sur la base de l'importance de l'environnement pour la survie des entreprises, nous affirmons que, parmi les différentes composantes de la RSE, la composante environnementale est celle qui a le plus d'impact sur la relation RSE-risque de défaillance de l'entreprise. Les hypothèses développées sont les suivantes :

H1 : Il existe une relation négative entre la RSE et le risque de défaillance des entreprises

H2 : L’impact de la composante environnementale de la RSE sur le risque de défaillance est plus fort que celui des autres composantes

2.3. Le rôle modérateur du système juridique dans la relation RSE–risque de défaillance

22La façon dont les entreprises interagissent avec les sociétés et répondent aux exigences légales est un vaste domaine de recherche. Ainsi, les entreprises relevant de régimes juridiques différents réagissent différemment aux chocs tels que des récessions. La relation entre les entreprises et la société pourrait être acrimonieuse, mais les réglementations remodèlent souvent cette relation pour permettre aux entreprises d'atteindre leur objectif principal (c'est-à-dire la maximisation des bénéfices) tout en évitant les effets néfastes sur la société. De manière générale, le cadre institutionnel d'un pays façonne le comportement des entreprises et des individus (Benlemlih et Girerd-Potin, 2017 ; El Ghoul et al., 2011 ; Liang et Renneboog, 2017 ; Matten et Moon, 2008), de sorte que leur comportement diffère d'un pays à l'autre. Ameshi et al. (2016) indiquent que « la RSE nécessite certaines conditions et dispositions institutionnelles pour fonctionner, c'est-à-dire un gouvernement, un marché et une société civile forts » (p. 135). Walker et al. (2019) ajoutent les pressions des parties prenantes comme condition. En d'autres termes, une variation du cadre institutionnel influencera l'ampleur de l'effet causal des comportements des entreprises sur leurs résultats. Ainsi, l'impact de la RSE sur le risque de défaut sera influencé par les origines juridiques des pays dans lesquels les entreprises opèrent. Pour aborder l'origine légale, nous nous appuyons sur La Porta et al. (1998). Ces auteurs soutiennent que les pays de common law offrent une meilleure protection juridique aux investisseurs que les pays de civil law. Cela doit alors se traduire par des écarts dans les privilèges des actionnaires, dont la compréhension permet la perception de différences dans les actions des entreprises.

23La classification proposée par La Porta et al. (1998) distingue les pays orientés vers les actionnaires et les pays orientés vers les parties prenantes. Le modèle actionnarial considère que la seule responsabilité sociale de l'entreprise est la maximisation du profit, la prise en compte des intérêts des autres parties prenantes étant considérée comme un gaspillage de ressources qui réduit la richesse actionnariale (Friedman, 1962). Dans un pays axé sur les actionnaires, cette conviction sera partagée par l'ensemble de la société, et pas seulement par les actionnaires et les dirigeants. Dans un tel contexte, une entreprise qui adopte un engagement fort en matière de RSE ne sera pas bien perçue par les actionnaires ou les autres parties prenantes. A cet égard, le système juridique ne concerne pas seulement l'organisation elle-même mais aussi la manière dont les différentes parties prenantes évaluent le comportement RSE des entreprises.

24Les juridictions légales et les législations nationales ont façonné de multiples réalisations financières et sociales. Les frontières juridiques sont au cœur de la finance d'entreprise et des décisions financières, et le cadre institutionnel influence l'impact de l'engagement social des entreprises sur la performance. Il est nécessaire de comprendre comment l'environnement institutionnel et juridique affecte, d'une part, le niveau moyen d'engagement RSE et, d'autre part, l'impact de cet engagement sur le risque de défaillance.

25Pour répondre à la première question, Liang et Renneboog (2017) examinent empiriquement l'impact des origines légales sur l'étendue de l'engagement RSE. Ces auteurs distinguent plusieurs origines juridiques : anglaise, française, allemande, scandinave et socialiste. Les entreprises opérant dans des pays de civil law (c’est-à-dire d’origine juridique française, allemande, scandinave ou socialiste) sont plus susceptibles de se comporter de façon socialement responsable. En revanche, les entreprises opérant dans des pays de common law (c'est-à-dire d’origine juridique anglaise) ne considèrent pas la responsabilité sociale comme une priorité.

26L'impact de l'environnement institutionnel sur la force de la relation entre la RSE et le risque de défaut reste à comprendre. Cela revient à expliquer pourquoi le système légal joue le rôle de modérateur. Pour cela, il convient d'examiner l'influence de l'origine légale sur la relation entre RSE et risque de défaut, toutes choses égales par ailleurs. A titre d'illustration, on peut considérer la situation de deux entreprises identiques en tous points à l'exception du régime juridique de leur pays d'origine. Nous nous attendons à ce que l'impact de la RSE sur le risque de défaut ne soit pas le même pour les deux entreprises. Selon la théorie institutionnelle, l'environnement institutionnel influencerait les comportements et les croyances des différentes parties prenantes des entreprises (par exemple, les clients, les employés et les fournisseurs) en matière de RSE. Par exemple, dans les pays de civil law, les clients auraient tendance à être plus patients avec les entreprises SR et les employés plus fidèles. La réponse et l'impact dans les pays de common law ne seraient pas de la même ampleur. On s'attend à ce que l'engagement RSE d'une entreprise ait peu ou pas d'impact positif sur la productivité des employés, le coût de financement par actions, obligations ou emprunts bancaires, ainsi que sur les ventes en lien avec la réputation sociale de l'entreprise. Cela conduit alors à l'hypothèse suivante : l'origine juridique affecte la relation RSE-risque de défaillance de l'entreprise. D'un point de vue économétrique, l'origine légale peut être considérée comme un terme d'interaction avec la RSE dans son explication du risque de défaillance de l'entreprise, modulant l'ampleur de l'effet causal de la RSE sur le risque de défaut. Il faut noter que la classification civil law englobe les droits d’origine française, allemande et scandinave. Comme Liang et Renneboog (2017), nous explorons les sous-classifications de civil law car nous souhaitons vérifier si, pour chacune d’entre elles, l’impact de la RSE sur le risque de défaut est plus élevé que dans les pays de common law. Les hypothèses sont les suivantes :

H3 : L’impact négatif de la RSE sur le risque de défaillance des entreprises est plus fort dans les pays de civil law que dans les pays de common law

H4 : Le lien négatif entre la RSE et le risque de défaillance est plus faible dans les pays de droit d’origine anglaise que dans les pays de droit d’origine française, allemande et scandinave.

3. Données et démarche empirique

3.1. Données

27Pour étudier le rôle modérateur de l'environnement juridique dans la relation RSE-risque de défaillance des entreprises, nous considérons les notations de crédit collectées par Bloomberg auprès des trois principales agences de notation : Moody's Analytics, Standard and Poor's et Fitch Ratings. Les notations de crédit sont choisies comme proxy pour la variable dépendante risque de défaillance. L'engagement RSE, qui est la variable explicative d'intérêt, est mesuré par les notations Vigeo Eiris. Les variables de contrôle sont extraites des bases de données Datastream et Compustat en dollars américains. Notre échantillon initial reposait sur les entreprises notées socialement par Vigeo Eiris. Sur cette base, nous avons extrait les notations de crédit de Bloomberg. Après fusion des deux bases de données avec nos variables de contrôle et suppression des entreprises présentant des données incomplètes, l'échantillon final est composé de 1 153 entreprises pour un nombre total de 3 946 observations couvrant la période 2004-2017. Le tableau 1 présente la liste des pays étudiés et leur origine légale conformément aux classements dans la littérature, ainsi que la répartition relative des observations et le score RSE moyen pour chaque origine légale.

Tableau 1 : Répartition de l’échantillon par pays et moyenne RSE par origine juridique

28Ce tableau présente la distribution de l'échantillon et la moyenne des notations CSR pour 3946observations couvrant 1153 entreprises dans 45 pays. La distinction F, G, et S faite pour les pays de civil law signifie respectivement origine française, allemande et scandinave.

3.2. La mesure du risque de défaillance de l’entreprise

29Les agences de notation de crédit cherchent à évaluer la solvabilité des entreprises. Ces agences se spécialisent dans le classement des entreprises en étudiant leurs actifs et passifs, leurs antécédents financiers et leur capacité à honorer leurs dettes. Les principales agences de notation sont Moody's, Standard and Poor's et Fitch Ratings. Si l’on prend Moody’s comme exemple, son activité principale est de fournir des notations de crédit pour les obligations financières des sociétés cotées en bourse, les notations allant de Aaa à C. Des notations inférieures suggèrent des risques de défaillance plus élevés. Standard and Poor's utilise la notation de crédit pour indiquer la capacité d'une entreprise à répondre aux attentes des créanciers. La notation de crédit peut donc être considérée comme une bonne mesure du risque de défaillance. Les classements Standard and Poor's et Fitch Ratings vont de AAA à D, AAA étant le risque de défaillance le plus faible et D le plus élevé.

30En général, les entreprises ayant des notations de crédit élevées sont plus susceptibles d'avoir accès à des opportunités de financement, ce qui réduit pour elles la probabilité de ne pas pouvoir faire face aux obligations liées à leurs dettes et, par conséquent, de faire défaut. Les entreprises mal notées sont confrontées à des taux d'intérêt élevés pour compenser les pertes éventuelles en cas de défaillance. Diverses études ont considéré les notations de crédit comme une mesure du risque de défaut des entreprises (Attig et al., 2013 ; Moussu et Ohana, 2016 ; Sun et Cui, 2014). De plus, les notations de crédit peuvent expliquer une grande partie de la variabilité des spreads des Credit Default Swaps (Ötker-Robe et Podpiera, 2010). Ceci nous permet de considérer les notations de crédit fournies par Moody's Analytics, Standard and Poor's et Fitch Ratings comme une mesure du risque de défaillance. Bloomberg publie ces notations sous forme de lettres de l'alphabet. Nous les transformons en valeurs numériques allant de 19 à 1, 19 pour la notation la plus élevée et 1 pour la notation la plus basse. Nous suivons la littérature précédente afin que chaque système de notation ait la même étendue numérique (Gex et al., 2018). La mesure du risque de défaillance est une moyenne des notations de crédit fournies par les agences de notation. En mettant en œuvre cette stratégie, nous espérons obtenir des résultats plus précis et réduire le nombre d'observations perdues en raison du manque d'informations. Le tableau 2 présente la méthode mise en œuvre pour transformer les notations en valeurs numériques en considérant une échelle unifiée pour toutes les agences.

Tableau 2 : Notations de crédit et valeurs numériques associées

31Ce tableau présente les notations de crédit fournies par Moody's Analytics, Standard & Poor's et Fitch Rating. Il montre la transformation des notations par lettre en notations numériques en avec la même amplitude numérique pour chaque notation.

3.3. Mesure de la RSE

  • 8 La méthodologie utilisée pour construire la notation globale est celle employée par Girerd-Potin et (...)

32Les notations sociales proviennent de Vigeo Eiris (aujourd’hui inclus dans Moody’s ESG Solutions Group). Elles ont été largement utilisées comme mesure de la RSE dans la littérature (Benlemlih et Girerd-Potin, 2017 ; Gex et al., 2018 ; Girerd-Potin et al., 2014 ; Liang et Renneboog, 2017 ; Quéré et al., 2018). Le score RSE que nous calculons se compose de six sous-notes par entreprise, à savoir : ressources humaines, environnement, comportement sur les marchés, gouvernement d'entreprise, engagement sociétal et droits humains. Nous suivons Girerd-Potin et al. (2014) en créant une échelle de notation globale RSE8 – ci-après, score RSE – qui transforme les six sous-notes fournies par Vigeo Eiris en valeurs numériques allant de 0 à +4, où 0 représente les entreprises les moins socialement responsables et +4 les plus responsables. Si les entreprises obtiennent la note maximale de +4, cela ne signifie pas qu'elles ont une performance sociale parfaite, mais seulement qu'elles ont le meilleur niveau de comportement parmi les entreprises notées du même secteur. Ceteris paribus, un score RSE supérieur à +2 implique que le comportement SR de l'entreprise est meilleur que la moyenne de son secteur. Dans nos modèles de régression, nous considérons le score RSE calculé ainsi que les sous-notations.

3.4. Institutions nationales

33Nous nous appuyons sur les travaux de La Porta et al. (1998), Spamann (2010) et Liang et Renneboog (2017) pour classer les pays selon leur système juridique (c’est-à-dire civil law vs common law) et pour décomposer cette classification en origines juridiques anglaise, française, allemande et scandinave. Pour différencier les pays de common law des pays de civil law, nous créons deux variables muettes. La première variable prend la valeur 1 si le pays a une origine de civil law, et 0 sinon. La seconde variable prend la valeur 1 si le pays a une origine de common law, et 0 sinon. Pour tester cet effet modérateur, nous créons deux variables d'interaction entre le score RSE calculé et les variables muettes. Le premier terme d'interaction (CV*CSR) mesure l’impact de la RSE dans les pays de civil law tandis que le second (CM*CSR) mesure ce même impact dans les pays de common law. La même méthodologie sera appliquée au paragraphe 4.3 pour classer les pays en économies de marché libérales et coordonnées. Nous examinons également nos hypothèses sous deux approches différentes. Dans la première approche, nous classons les pays socialistes dans les pays de civil law allemand ou français (selon leur origine présocialiste), comme le font Spamann (2010) et Liang et Renneboog (2017). Dans la deuxième approche, comme Liang et Renneboog (2017) à la suite d’Aghion et al. (2010), nous excluons les entreprises opérant dans les pays socialistes, leurs économies étant en transition et non à l'équilibre.

3.5. Variables de contrôle

34Conformément à la littérature antérieure sur le risque de défaillance (Bharath et Shumway, 2008 ; Goss et Roberts, 2011 ; Hillegeist et al., 2004 ; Jackson et Rathert, 2015 ; Merton, 1974 ; Molina, 2005 ; Sun et Cui, 2014 ; Vassalou et Xing, 2004), nous choisissons différentes variables de contrôle représentant plusieurs facteurs susceptibles d'affecter le niveau de risque de défaillance. La littérature souligne l'importance de la taille de l’entreprise dans l'examen du risque de défaillance, les grandes entreprises ayant tendance à être plus diversifiées et à faire face à une probabilité de défaut plus faible. Par conséquent, nous contrôlons pour la taille de l'entreprise (SIZE) en utilisant le logarithme de l'actif total, et nous attendons une relation positive avec les notations de crédit (c'est-à-dire une relation négative avec le risque de défaillance). Notre deuxième variable de contrôle est la rentabilité des actifs (PROF), sachant que les entreprises rentables obtiennent une notation de crédit plus élevée. Nous attendons une relation positive de la rentabilité avec les notations de crédit. La troisième variable de contrôle est le ratio book-to-market (BTM), mesuré comme le rapport de la valeur comptable des actifs à la valeur de marché des actifs. Nous utilisons cette mesure pour représenter la croissance d'une entreprise et nous attendons une relation négative avec les notations de crédit. La quatrième variable de contrôle est l'effet de levier (LEV). Des études antérieures indiquent que l'effet de levier est un déterminant majeur du risque de défaillance. Nous contrôlons pour l'effet de levier avec le ratio de la dette à long terme sur l'actif total. Nous prévoyons une relation négative avec les notations de crédit.

3.6. Méthodologie

35En considérant les notations de crédit comme mesure du risque de défaillance et comme variable dépendante, nous effectuons diverses régressions sur les variables d'interaction avec le score RSE et sur différentes variables de contrôle. Nos premiers modèles sont les suivants :

36

37CR(it) est le risque de défaillance de l'entreprise mesuré par les notations de crédit ; α représente l'ordonnée à l'origine ; CSR(it) est le score calculé à partir des notations fournies par Vigeo Eiris ; CV*CSR(it) est le terme d'interaction entre l’origine civil law et le score RSE, tandis que CM*CSR(it) est le terme d'interaction lié à l’origine de common law ; SIZE(it) est le logarithme du total des actifs ; PROF(it) est la rentabilité des actifs ; BTM(it) est le ratio book-to-market ; LEV(it) est le ratio de la dette à long terme sur le total des actifs ; ε(it) est le terme de perturbation. Toutes les variables se réfèrent à l'entreprise i au temps t.

  • 9 Pour les modèles qui ne différencient pas les pays selon l’origine juridique ou la variété de capit (...)

38Pour examiner les différentes hypothèses, nous développons plusieurs modèles à partir de nos modèles initiaux. Le modèle 1 est présenté dans l'équation (1). Le modèle 2 est similaire au modèle 1, mais nous remplaçons par les sous-notations fournies par Vigeo Eiris. Le modèle 3 est présenté dans l'équation (2). Le modèle 4 examine les quatre origines juridiques différentes (droit anglais, français, allemand et scandinave) à la place de la classification civil/common law. Nous suivons la même méthodologie que celle utilisée pour la classification en civil law et en common law pour calculer les termes d'interaction liés à ces quatre origines juridiques. Pour les modèles qui considèrent les sous-notations comme une mesure de la RSE, nous menons une régression pour chaque sous-notation séparément afin d'éviter la multicolinéarité. Notre approche multivariée est basée sur des données annuelles, et toutes les régressions sont réalisées avec un effet fixe temps, en plus d'un effet fixe pays le cas échéant.9 De plus, pour les modèles qui différencient les origines juridiques, nous examinons ces modèles avec et sans les pays socialistes.

4. Statistiques descriptives et résultats empiriques

4.1. Statistiques descriptives

39Le tableau 3 fournit les statistiques descriptives de notre mesure de risque de défaillance, le score RSE, les sous-notations utilisées dans le calcul du score et les variables de contrôle utilisées dans l'analyse de régression. Les notations de crédit ont une valeur moyenne de 12,01 et une médiane de 12. Concernant notre principale variable explicative CSR, la moyenne de notre échantillon est de 2,05, avec une médiane de 2,09. Les données vont de 0 à 4. Le tableau 3 présente également les statistiques descriptives des sous-notations. Les statistiques descriptives des variables de contrôle indiquent que notre échantillon est diversifié en termes de taille, de rentabilité et d'endettement.

Tableau 3 : Statistiques descriptives pour les variables des régressions

40Ce tableau présente les statistiques descriptives des variables utilisées dans la régression effectuée sur 1 153 entreprises. Les panels A, B et C présentent t la moyenne, la médiane, l'écart-type, le minimum, le maximum, le premier quartile, le troisième quartile et le nombre total d'observations pour la variable dépendante notations de crédit (CR), pour la variable indépendante score RSE (CSR) ainsi que les six sous-notations utilisées pour calculer ce score et pour les variables de contrôle. L'annexe fournit les définitions de toutes les variables.

41Le tableau 4 présente les coefficients de corrélation de Pearson pour les variables utilisées dans les régressions. La variable explicative (RSE) est positivement liée aux notations de crédit, les sous-notes de RSE étant également positivement corrélées entre elles. Si l’on s’intéresse aux corrélations entre les sous-notes et les notations de crédit, la corrélation impliquant la composante environnementale de la RSE est la plus élevée. Les variables de contrôle répondent également aux attentes quant à leur relation avec les notations de crédit. Nous utilisons le test du facteur d'inflation de la variance (VIF) pour notre modèle initial donné à l'équation (2) afin de nous assurer qu'il n'y a pas trop de corrélation entre les variables indépendantes. Le tableau 5 donne les résultats du test VIF. Le VIF moyen est de 1,73, ce qui indique une corrélation suffisamment faible entre les variables indépendantes pour ne pas gêner l’interprétation de la régression.

Tableau 4 : Coefficients de corrélation de Pearson entre les variables

42Ce tableau présente les coefficients de corrélation de Pearson pour les variables utilisées dans le modèle empirique principal présenté dans l'équation (1). Les coefficients mis en évidence en gras sont significatifs au moins au niveau de 5 %. La variable dépendante est la notation de crédit (CR). La variable indépendante est la RSE (CSR), et les variables de contrôle sont : la taille (SIZE), la rentabilité (PROF), le book-to-market (BTM) et le levier (LEV). Le tableau présente également la corrélation des sous-notations utilisées pour calculer la variable dépendante (CSR), à savoir : ressources humaines (RH), environnement (ENV), comportement sur les marchés (BB), gouvernement d'entreprise (CG), engagement sociétal (CI) et droits humains (HRT). Les sous-notations sont utilisées ultérieurement dans l’analyse de régression. L'annexe fournit les définitions de toutes les variables.

Tableau 5 : Résultats du test VIF (facteur d’inflation de la variance)

43Ce tableau présente le test du facteur d'inflation de la variance (VIF) pour les coefficients de régression de notre modèle initial (équation 2) : il évalue dans quelle mesure la variance des coefficients de régression augmente si les variables prédictives sont corrélées. L'annexe fournit les définitions de toutes les variables.

44La figure 1 représente la boîte à moustaches concernant la médiane des notations RSE dans les pays de common law et ceux de civil law. La médiane dans les pays de civil law est supérieure à celle des pays de common law. Néanmoins, pour confirmer que les entreprises sont plus engagées socialement dans les pays de civil law que dans les pays de common law, nous utilisons le test non paramétrique de Wilcoxon (Mann–Whitney) pour comparer la médiane des notations RSE pour différentes origines juridiques. Nous testons d'abord la normalité des notations RSE avec le test de normalité de Shapiro-Wilk (1965) et vérifions que les notations RSE ne sont pas normalement distribuées. Nous utilisons ensuite le test non paramétrique de somme des rangs de Wilcoxon (Mann-Whitney) dans notre analyse univariée. Les résultats préliminaires révèlent que les pays de civil law obtiennent des scores plus élevés que les pays de common law. Nous fournissons des analyses plus approfondies dans la section suivante.

Figure 1 : Médiane des notations RSE pour les pays de civil law et de common law

Figure 1 : Médiane des notations RSE pour les pays de civil law et de common law

45Cette figure représente le box plot de la médiane de la variable CSR dans les pays de civil law et de common law.

4.2. Résultats des tests des quatre hypothèses

  • 10 Puisque nous considérons les notations de crédit comme un proxy du risque de défaillance, nous nous (...)

46Nous considérons d’abord le modèle 1 pour étudier la relation entre la RSE et le risque de défaillance de l'entreprise et tester notre première hypothèse (H1). Pour valider H1, nous attendons une relation positive entre notre principale variable explicative CSR et la variable dépendante CR (c'est-à-dire les notations de crédit). Le tableau 6 fournit les résultats du modèle 1. Les résultats montrent que la RSE est positivement et significativement liée aux notations de crédit (au seuil de 1 %), validant ainsi l'hypothèse H1 selon laquelle la RSE est négativement liée au risque de défaillance.10 Les coefficients des variables de contrôle sont significatifs et conformes à nos attentes. Par exemple, SIZE et PROF sont positivement et significativement liés à CR, indiquant que les grandes entreprises font face à une probabilité de défaut plus faible et que les entreprises rentables ont une probabilité plus élevée de respecter leurs obligations de paiement. De plus, BTM et LEV sont négativement et significativement liés aux notations de crédit, indiquant que les entreprises ayant de faibles perspectives de croissance (BTM élevé) et les entreprises à fort effet de levier sont confrontées à une probabilité de défaut plus élevée. Cela correspond à nos hypothèses et à la littérature existante.

Tableau 6 : Relation entre RSE et notations de crédit

47Ce tableau présente les résultats de la régression de la variable dépendante CR sur la principale variable explicative CSR et les variables de contrôle, à savoir : SIZE, PROF, BTM, LEV, avec effets fixes année et pays. Le tableau présente les coefficients des variables explicatives, et les valeurs t de Student sont indiquées entre parenthèses sous la variable correspondante. Le R2, le R2 ajusté et le nombre total d'observations sont également indiqués. L'annexe fournit les définitions de toutes les variables.

48Le tableau 7 présente les résultats du modèle 2, qui étudie l'impact de chacune des sous-notations RSE sur les notations de crédit. Pour valider H2, nous nous attendons à ce que le coefficient de la composante environnementale de la RSE soit plus élevé (et plus significatif) que celui des autres composantes (c'est-à-dire droits humains, comportement sur les marchés, gouvernement d'entreprise, engagement sociétal et ressources humaines). Le coefficient de la composante environnementale de la RSE dans le modèle 2 est le plus élevé de toutes les composantes. Le coefficient d'ENV est significatif au niveau de 1 % et est positivement lié aux notations de crédit, et le R2 ajusté pour ce modèle est le plus élevé (0,485), indiquant ainsi que l'environnement peut mieux expliquer le risque de défaillance que toute autre composante. Par conséquent, H2 est validée. Toutes nos variables de contrôle sont significatives au seuil de 1 % et conformes à nos attentes.

Tableau 7 : Impact des sous-notations de Vigeo Eiris sur les notations de crédit

49Ce tableau présente les résultats de la régression du modèle 2. Chaque composante de la RSE (par exemple, RH, ENV...) fait l'objet d'une régression séparée des autres composantes, afin d'éviter la multicollinéarité. La composante est la variable explicative principale de la régression. Le tableau présente pour chaque régression le R2 ajusté et le coefficient de la variable explicative principale, les valeurs t de Student étant indiquées entre parenthèses sous la variable correspondante. Le nombre total d'observations est de 3946. L'annexe fournit les définitions de toutes les variables.

50Le tableau 8 présente les résultats des modèles 3, dans lesquels nous classons les pays en pays de civil law vs common law. Nous faisons l’hypothèse que la RSE a un impact plus important sur le risque de défaut dans les pays de civil law que dans les pays de common law. Les résultats indiquent que le coefficient de RSE dans les pays de civil law est plus élevé que dans les pays de common law, que notre échantillon inclue ou non les pays socialistes. La relation est positive entre les variables d'interaction et les notations de crédit, de sorte qu'un score social plus élevé conduira à de meilleures notations de crédit. Les intervalles de confiance (IC) à 90 % pour CV*CSR et CM*CSR se croisent lorsque nous incluons les pays socialistes. Cependant, IC(CV*CSR) est supérieur à IC(CM*CSR) et les intervalles ne se croisent pas après exclusion des pays socialistes de l'échantillon. Les résultats globaux indiquent que l'impact de la RSE sur le risque de défaillance est plus fort dans les pays de civil law que dans les pays de common law. Par conséquent, H3 est validée.

Tableau 8 : Effet modérateur de l’origine juridique sur la relation RSE−risque de défaillance de l’entreprise

51Ce tableau présente les résultats du modèle 3. Les termes d'interaction du modèle 3 sont CV*CSR et CM*CSR. Les variables de contrôle sont: SIZE, PROF, BTM et LEV, en plus de l'effet fixe temps. Le tableau présente les coefficients des variables explicatives, les valeurs des t de Student étant indiquées entre parenthèses sous la variable correspondante. Le R2, le R2 ajusté, le nombre total d'observations et les intervalles de confiance à 90 % sont également indiqués. L'annexe fournit les définitions de toutes les variables.

52Le modèle 4 étudie la relation entre la RSE et le risque de défaillance de l'entreprise en considérant quatre variables d'interaction différentes. Ce modèle est utilisé pour tester l’hypothèse H4, pour laquelle nous construisons une classification basée sur celles de La Porta et al. (1998), Spamann (2010) et Liang et Renneboog (2017). Le tableau 9 présente les résultats : toutes nos variables sont significatives, au moins au seuil de 5 %. Les entreprises opérant dans un pays d’origine de droit allemand (GR) semblent avoir la plus forte relation RSE-risque de défaillance, avec un coefficient de 0,686, tandis que les entreprises opérant dans des pays de droit français (FR) ont le plus faible coefficient (0,140). Les pays de droit scandinave (SCA) ont un coefficient de RSE plus élevé que les pays de droit anglais (ENG) (0,679 > 0,372). Les deux intervalles de confiance de GR*CSR et SCA*CSR sont supérieurs à ENG*CSR et FR*CSR, FR*CSR étant inférieur aux intervalles de confiance de nos principales variables explicatives. Par conséquent, H4 est partiellement validée. Toutes les variables de contrôle ont des coefficients conformes à nos attentes. Que l'échantillon comprenne ou non les pays socialistes, le niveau de signification des coefficients n’est pas affecté et l'interprétation des résultats reste la même. Les différences de résultats entre les pays de civil law montrent que ces pays ne sont pas homogènes par rapport à notre objet d'étude. En particulier, il apparaît que l'impact de la RSE sur le risque de défaillance dans les pays de droit français est plus faible que dans les pays de common law. On peut se demander s'il n'y aurait pas une méthode plus efficace que l'approche par les origines juridiques pour classer les pays selon leur orientation vers les parties prenantes ou les actionnaires. Nous proposons une telle approche alternative dans la section suivante.

Tableau 9 : Impact de la RSE sur les notations de crédit selon les sous-classifications d’origine juridique

53Ce tableau présente les résultats de la régression de la variable dépendante CR sur les termes d'interaction ENG*CSR, FR*CSR, GR*CSR et SCA*CSR, où ENG, FR, GR et SCA désignent respectivement l'origine de droit anglais, français, allemand et scandinave. Les variables de contrôle incluses dans la régression sont : SIZE, PROF, BTM et LEV, en plus de l'effet fixe temps. Le tableau présente les coefficients des variables explicatives, les valeurs des t de Student étant indiquées entre parenthèses sous la variable correspondante. Le R2, le R2 ajusté, le nombre total d'observations et les intervalles de confiance à 90 % sont également indiqués. L'annexe fournit les définitions de toutes les variables.

4.3. Une autre classification des pays orientés vers les actionnaires vs orientés vers les parties prenantes

54L'intuition qui sous-tend nos hypothèses est que les entreprises et les individus des pays orientés vers les parties prenantes n'ont pas les mêmes comportements et croyances que ceux des pays orientés vers les actionnaires. Nous avons déjà abordé cette distinction entre ces deux catégories de pays en nous référant à l'origine légale. Toute classification est une simplification de la réalité, et la complexité des pays ne peut être reflétée par aucune catégorisation. Les résultats précédents sont contrastés pour les pays de civil law, les pays de droit français se démarquant de l’ensemble. Pour tenir compte de ces résultats, nous nous tournons vers une autre classification, celle de Hall et Soskice (2001), entre économies de marché libérales (LME) et économies de marché coordonnées (CME). On peut argumenter que la différenciation des pays selon les variétés de capitalisme est plus générale que la classification par les origines juridiques, les concepts de CME et de LME présentés par Hall et Soskice pouvant représenter des contextes institutionnels plus larges. Les CME se caractérisent par de solides réseaux et alliances interentreprises, des relations hors marché et un fonctionnement par collaboration et coordination. Au contraire, les LME se caractérisent par des hiérarchies managériales descendantes et des marchés fortement concurrentiels (Walker et al., 2019 ; Witt et Jackson, 2016). Hall et Soskice classent six pays comme LME et dix pays comme CME. Les six LME sont tous des pays de common law et les dix CME sont tous des pays de civil law. Il est à noter que, sur les dix CME, seuls deux sont des pays de droit français. Hall et Soskice considèrent six pays, tous de droit d’origine française (France, Italie, Espagne, Portugal, Grèce et Turquie), comme étant plus ambigus et inclassables. On se retrouve donc avec un classement qui n'inclut pas tous les pays (seuls seize pays sont classés, contre quarante-cinq auparavant). Cela revient à être plus exigeant sur l'appartenance d'un pays à la catégorie « orienté vers les actionnaires » ou « orienté vers les parties prenantes », en travaillant sur un sous-échantillon de pays.

55En utilisant ce cadre de travail, Walker et al. (2019) constatent que les entreprises des pays CME ont tendance à avoir un plus fort engagement en matière de RSE et une performance financière plus élevée (mesurée par le q de Tobin) que les entreprises des LME. Compte tenu des caractéristiques des CME et des LME, nous prévoyons un impact plus fort de la RSE sur le risque de défaillance dans les CME que dans les LME. La raison en est que les pays classés CME sont plus susceptibles de se soucier du comportement des entreprises en matière de RSE, les entreprises subissant une pression plus forte des communautés pour s’engager dans la RSE dans ces pays. Les entreprises opérant dans les CME entretiennent des relations avec les parties prenantes plus solides que ce qui s’observe dans les LME (Witt et Jackson, 2016) ; or, la relation avec les employés est également cruciale pour la survie des entreprises. Bauer et al. (2009) examinent le lien entre relation avec les employés et risque de crédit et constatent que les entreprises ayant de bonnes relations avec les employés ont un coût de financement par emprunt plus faible, un risque spécifique plus bas et une notation de crédit plus élevée. Plus généralement, dans les économies de marché caractérisées par des décisions fondées sur le consensus ainsi que par l’importance de la réputation, les entreprises sont plus incitées à s'engager dans la RSE et plus susceptibles d'être récompensées financièrement lorsqu'elles le font (Walker et al., 2019). A l’inverse, dans les économies de marché caractérisées par une prise de décision unilatérale, les entreprises sont moins incitées à s'engager dans la RSE et sont moins susceptibles d'être récompensées financièrement lorsqu'elles le font. En supposant que le degré d'engagement SR et les récompenses associées diffèrent d'un type d'économie à l'autre, nous émettons l'hypothèse suivante:

H5 : L’impact négatif de la RSE sur le risque de défaillance des entreprises est plus fort dans les économies de marché coordonnées que dans les économies de marché libérales.

56Pour tester l'hypothèse 5 (H5), nous suivons la même méthodologie que celle utilisée pour le modèle 2, excepté pour les termes d'interaction qui deviennent . Ce modèle est dénommé modèle 5. Notons que la taille de l'échantillon a diminué car tous les pays ne sont pas pris en compte dans cette classification. Le tableau 10 présente les résultats, qui valident H5, montrant ainsi que l'impact de la RSE sur le risque de défaillance est plus fort dans les CME que dans les LME. L'intervalle de confiance (IC) à 90% de CME*CSR est distinct et beaucoup plus élevé que celui de LME*CSR.

57Les résultats précédents concernant les origines légales sont renforcés par l'utilisation de cette classification plus exigeante, qui ne permet pas de classer tous les pays. Le cadre légal et le mode de coordination au cœur de la classification LMEs vs CMEs vont de pair. Comme le montre Casper dans Hall et Soskice (2001), le système juridique et le mode de coordination en entreprise sont co-déterminés. Casper choisit les exemples de l'Allemagne et des États-Unis, les institutions allemandes étant associées à un niveau élevé de coordination non marchande, tandis que les institutions américaines correspondent davantage à des formes de coordination marchande. Nos résultats confirment la pertinence de l'origine légale et de la sous-classification des pays de civil law pour distinguer les pays orientés vers les actionnaires et ceux orientés vers les parties prenantes.

Insérez ici – Tableau 10 : Impact de la RSE sur les notations de crédit pour les pays classés selon leur orientation vers les actionnaires ou les parties prenantes

58Ce tableau présente les résultats du modèle 5. Les termes d'interaction sont CME*CSR et LME*CSR. Les variables de contrôle sont: SIZE, PROF, BTM et LEV, en plus de l'effet fixe temps. Le tableau présente les coefficients des variables explicatives, les valeurs des t de Student étant indiquées entre parenthèses sous la variable correspondante. Le R2, le R2 ajusté, le nombre total d'observations et les intervalles de confiance à 90 % sont également indiqués. L'annexe fournit les définitions de toutes les variables.

4.4. Tests de robustesse

  • 11 Néanmoins, nous avons autorisé dans une deuxième approche (non rapportée) jusqu'à cinq retards pour (...)

59L'étude empirique de la relation entre la RSE et le risque de défaillance des entreprises soulève diverses questions. L'une d'entre elles est une endogénéité potentielle influençant nos résultats. Pour traiter l'endogénéité, nous estimons la relation RSE–risque de défaillance de l'entreprise – avec et sans modérateur – en utilisant la correction d'endogénéité d’Arellano–Bover/Blundell–Bond, rencontrée précédemment dans la littérature pour résoudre ce problème (Gex et al., 2018). On peut craindre que l'utilisation des scores de RSE et des notations de crédit avec de faibles décalages de temps soit trompeuse, les deux notations étant susceptibles de changer rarement. Une préoccupation supplémentaire est la possibilité d’une causalité inverse entre les variables dépendantes et indépendantes. Pour résoudre ces problèmes, nous autorisons jusqu'à cinq décalages temporels pour nos variables indépendantes.11 Le tableau 11 présente les résultats de la correction d'endogénéité. Les résultats globaux indiquent une relation positive significative entre la RSE et les notations de crédit (au niveau de 5 %). De plus, la RSE a un impact significatif sur le risque de défaut dans les pays de civil law (au moins au niveau de 5%), alors qu'aucun impact significatif n'est observé dans les pays de common law. Cela correspond à nos hypothèses. Après correction de l'endogénéité, les résultats précédents sont confirmés.

Insérez ici – Tableau 11 : Résultats des modèles avec correction pour l’endogénéité

60Ce tableau présente les résultats des modèles 1 et 3 après correction de l'endogénéité. Le tableau rapporte le coefficient obtenu pour les variables indépendantes, les valeurs t de Student étant entre parenthèses sous la variable correspondante. L'annexe fournit les définitions de toutes les variables.

  • 12 En raison de données manquantes dans le calcul du Z-score, la taille de l'échantillon est réduite.

61Dans un deuxième test de robustesse, nous réexaminons les modèles 1, 3 et 6 en remplaçant la mesure initiale du risque de défaillance (les notations de crédit) par une autre mesure. La mesure considérée est le score Z d'Altman (1968), une mesure comptable utilisant des ratios financiers pour prédire le risque de défaillance.12 Dans cet article fondateur, Altman classe les ratios en cinq catégories reflétant la liquidité, la rentabilité, l’endettement, la solvabilité et l'activité. Nous incorporons ces ratios dans la mesure en utilisant les coefficients d'Altman, un score Z plus élevé étant préférable car il indique une probabilité de faillite plus faible. Le tableau 12 présente les résultats obtenus et montre que la RSE est négativement liée au risque de défaillance des entreprises. Cela va dans le sens de nos précédentes constatations. Nous incluons les intervalles de confiance afin de pouvoir comparer ceux concernant les termes d'interaction. Nous remarquons que l'intervalle de confiance de CV*CSR est supérieur à celui de CM*CSR. Cela confirme nos arguments précédents selon lesquels l'impact de la RSE sur le risque de défaillance est plus élevé dans les pays axés sur les parties prenantes.

Insérez ici – Tableau 12 : Relation RSE- risque de défaillance avec la mesure d’Altman

62Ce tableau présente les résultats des modèles 1 et 3. Les termes d'interaction du modèle 3 sont CV*CSR et CM*. Les variables de contrôle sont: SIZE, PROF, BTM et LEV, en plus des effets fixes temps, lorsque cela est indiqué. Le tableau présente les coefficients des variables explicatives, les valeurs des t de Student étant indiquées entre parenthèses sous la variable correspondante. Le R2, le R2 ajusté, le nombre total d'observations et les intervalles de confiance à 90 % (concernant le modèle 3) sont également indiqués. L'annexe fournit les définitions de toutes les variables.

  • 13 En raison de la taille réduite de l'échantillon, nous avons décidé de considérer ces variables/modè (...)

63Nous présentons un troisième test de robustesse, qui porte sur les variables de contrôle utilisées dans les régressions. Nous souhaitons vérifier si les principales conclusions sont conservées, à savoir que la RSE est négativement liée au risque de défaillance et que l'ampleur de cette relation varie selon les différentes origines juridiques. À cette fin, nous réexaminons les hypothèses à l'aide des modèles 1 et 3 avec des variables de contrôle différentes et supplémentaires. Les variables de contrôle inchangées sont : SIZE, BTM et LEV. À la suite de Benlemlih et Girerd-Potin (2017), nous contrôlons pour la rentabilité (N_PROF) en utilisant le ratio bénéfices avant intérêts et impôts sur le capital total. Nous incluons des variables de contrôle supplémentaires : LIQ est le ratio courant défini comme le total des actifs courants sur le total des passifs courants ; à la suite de Molina (2005), nous contrôlons pour la part des actifs tangibles, qui « sert à garantir la dette » (Molina, 2005, p. 1437). La tangibilité des actifs est appréciée par le ratio des immobilisations corporelles nettes sur le total des actifs. Le choix des variables de contrôle réduit le nombre d'observations à 1 446.13 Le tableau 13 présente les résultats et montre que la modification des variables de contrôle ainsi que l'ajout de variables n'apportent aucun changement par rapport aux résultats précédents. Concernant l’hypothèse H1, la RSE a un effet significatif sur les notations de crédit. Conformément à H3, cet effet est plus important et plus significatif pour les entreprises opérant dans des pays de civil law. La RSE n’a pas d'effet significatif sur le risque de défaillance dans les pays de common law lorsque les pays socialistes sont exclus.

Tableau 13 : Relation RSE−risque de défaillance de l’entreprise avec changement des variables de contrôle

64Ce tableau présente les résultats des modèles 1 et 3. Le tableau présente les coefficients des variables explicatives, les valeurs des t de Student étant indiquées entre parenthèses sous la variable correspondante. Le R2, le R2 ajusté et le nombre total d'observations sont également indiqués. L'annexe fournit les définitions de toutes les variables.

  • 14 Disponibles sur demande auprès des auteurs.

65Des tests de robustesse supplémentaires ont été effectués.14 Par exemple, nous avons d'abord régressé notre variable dépendante sur les variables de contrôle, puis nous avons régressé les résidus obtenus sur les principales variables explicatives. Les résultats sont similaires à nos découvertes précédentes.

5. Conclusion

66Cet article contribue au débat sur la réponse des entreprises à la demande SR et sur l'importance des systèmes juridiques. Nous explorons l'impact de la RSE sur le risque de défaillance des entreprises sur un large échantillon international offrant des contextes institutionnels variés. Nous établissons d'abord l'existence d'un lien négatif entre la RSE et le niveau de risque de défaillance d'une entreprise. En utilisant les notations de crédit comme indicateur du risque de défaillance et les notations fournies par Vigeo Eiris comme mesure de la RSE, nous constatons un lien positif entre les notations de crédit et la RSE. Nous étudions ensuite le rôle du contexte juridique en testant le rôle modérateur des origines juridiques sur la relation RSE–risque de défaillance de l'entreprise. Nous classons d'abord les pays selon l’origine civil law vs common law. Les résultats montrent que les origines légales ont un impact significatif sur les comportements sociaux des entreprises et sur les croyances sociales des individus, générant ainsi un impact plus important de l’engagement RSE sur les notations de crédit dans les pays de civil law que dans les pays de common law. La différence de coefficients entre les deux catégories de pays est encore plus prononcée si les pays socialistes sont exclus de l'échantillon. Des analyses complémentaires concernant les composantes de la RSE révèlent que la composante environnementale a le plus d'impact sur le risque de défaillance. La robustesse des résultats est attestée, d'abord par la prise en compte de l'endogénéité et de la causalité inverse, puis par l'utilisation du score d'Altman comme mesure du risque de défaillance au lieu des notations de crédit et enfin par la modification des variables de contrôle.

67En seconde approche, nous décomposons la classification juridique en pays d’origine de droit anglais, français, allemand et scandinave. Nous constatons que l'impact de la RSE sur le risque de défaillance est le plus élevé dans les pays d'origine allemande. Il est le plus faible pour les pays de droit français. Cela nous amène à nous intéresser à une classification plus exigeante, celle de Hall et Sostkice (2001), qui classe un petit nombre de pays en LME et CME. Les LME sont tous des pays de common law et les CME sont tous des pays de civil law, avec très peu de pays de droit français. L'impact de la RSE sur le risque de défaillance est beaucoup plus fort dans les CME que dans les LME, avec un écart plus important que celui présenté en appliquant la distinction civil law vs common law. Ces résultats indiquent le rôle crucial du système juridique dans lequel une entreprise opère. Ils montrent que l'origine légale crée des distinctions entre les pays orientés vers les actionnaires et les pays orientés vers les parties prenantes et étayent l'argument en faveur de l'utilisation des sous-origines dans les pays de civil law.

68Alors que les preuves empiriques sont encore rares concernant l'impact de la RSE sur le risque de défaillance, nos conclusions contribuent à une meilleure compréhension de cette relation. Notre recherche a plusieurs implications potentielles pour les entreprises et les gestionnaires de risques en termes de risque de défaillance et d'amélioration de la performance financière des entreprises. Plus précisément, il serait bénéfique pour les entreprises opérant dans des pays de civil law d'accroître leur préoccupation pour toutes les parties prenantes, l'engagement SR ayant un impact significatif sur la réduction du risque de défaillance. Pour les investisseurs et les gestionnaires de portefeuille, nos résultats montrent qu’en construisant leur portefeuille, ils doivent prendre en compte les notations sociales des entreprises, ainsi que les régimes juridiques sous lesquels elles opèrent. Nos résultats indiquent également qu'en moyenne, les entreprises des pays de common law - plus généralement, les pays orientés vers les actionnaires - ont tendance à investir moins dans la RSE, probablement parce que le rapport avantages-coûts de l'engagement RSE est plus faible que dans les pays de civil law - plus généralement, les pays orientés vers les parties prenantes. Le contexte juridique façonne les comportements de toutes les parties prenantes (dirigeants, employés, clients, fournisseurs, etc.) plus enclines à favoriser les entreprises SR dans les pays de civil law, les aidant ainsi à survivre.

69En montrant l'importance des liens entre risque de défaillance, RSE et régimes juridiques pour les entreprises, les investisseurs et les gestionnaires de portefeuille, cette recherche soulève de nouvelles questions. Par exemple, des recherches futures pourraient étudier comment la dérégulation gouvernementale et les changements législatifs entraînent une évolution de l'engagement socialement responsable des entreprises et de son impact. Il serait également intéressant d'examiner le cas des entreprises multinationales dont le siège social se trouve dans un pays d'origine juridique différente de celle de ses filiales. En particulier, les filiales adoptent-elles la politique sociale de la société mère ? Ou adoptent-elles la politique sociale de l'environnement dans lequel elles opèrent ? Une question supplémentaire qui pourrait être examinée dans des recherches ultérieures concerne les agences de notation elles-mêmes. Les analyses financières des entreprises tendent désormais à intégrer des critères sociaux et environnementaux auparavant considérés comme extra-financiers. Ces critères sont utiles pour évaluer les risques financiers. Les fusions et acquisitions intervenues entre les agences de notation de crédit et les agences de notation sociale (par exemple l'acquisition de Vigeo Eiris par Moody's en 2019) démontrent également cette convergence. La fin de l'indépendance d'attribution des deux types de notations engendre des interrogations sur leurs futurs liens. Si le seul objectif des engagements RSE des entreprises est d'améliorer le risque financier et la rentabilité, la valeur de la notation ESG en tant que telle est susceptible de diminuer. En revanche, si les engagements SR des entreprises sont aussi une forme d'altruisme souhaitée par les actionnaires, les notations ESG conserveront leur valeur. Des recherches futures sur ces aspects seraient d'un grand intérêt.

Haut de page

Bibliographie

Aghion, P., Algan, Y., Cahuc, P., & Shleifer, A. (2010). Regulation and distrust. Quarterly Journal of Economics, 125(3), 1015–1049.

Aguilera, R. V., & Jackson, G. (2003). The cross-national diversity of corporate governance: Dimensions and determinants. Academy of Management Review, 28(3), 447–465.

Albuquerque, R., Koskinen, Y., & Zhang, C. (2019). Corporate social responsibility and firm risk: Theory and empirical evidence. Management Science, 65(10), 4451–4469.

Altman, E. I. (1968). Financial Ratios, Discriminant Analysis and the Prediction of Corporate Bankruptcy. The Journal of Finance, 23(4), 589–609.

Altman, E. I., & Hotchkiss, E. (2006). Corporate Financial Distress and Banckruptcy (third edit). New York: Wiley Finance.

Amaeshi, K., Adegbite, E., & Rajwani, T. (2016). Corporate Social Responsibility in Challenging and Non-enabling Institutional Contexts: Do Institutional Voids matter? Journal of Business Ethics, 134(1), 135–153.

Amor-Esteban, V., García-Sánchez, I. M., & Galindo-Villardón, M. P. (2018). Analysing the Effect of Legal System on Corporate Social Responsibility (CSR) at the Country Level, from a Multivariate Perspective. Social Indicators Research, 140(1), 435–452.

Arouri, M., & Pijourlet, G. (2017). CSR Performance and the Value of Cash Holdings: International Evidence. Journal of Business Ethics, 140(2), 263–284.

Attig, N., El Ghoul, S., Guedhami, O., & Suh, J. (2013). Corporate Social Responsibility and Credit Ratings. Journal of Business Ethics, 117(4), 679–694.

Awazu, P. B.-M. D.-L., Da Silva, P., & Svartzman, F. S.-R. (2020). The green swan.

Badayi, S. A., Matemilola, B. T., Bany-Ariffin, A. N., & Wei Theng, L. (2020). Does corporate social responsibility influence firm probability of default ? International Journal of Finance & Economics, 1–19.

Bauer, R., Derwall, J., & Hann, D. (2009). Employee Relations and Credit Risk. European Centre for Corporate Engagement (ECCE).

Baumgartner, R. J. (2014). Managing corporate sustainability and CSR: A conceptual framework combining values, strategies and instruments contributing to sustainable development. Corporate Social Responsibility and Environmental Management, 21(5), 258–271.

Benlemlih, M., & Girerd-Potin, I. (2017). Corporate social responsibility and firm financial risk reduction: On the moderating role of the legal environment. Journal of Business Finance & Accounting, 1–30.

Bharath, S. T., & Shumway, T. (2008). Forecasting default with the Merton distance to default model. Review of Financial Studies, 21(3), 1339–1369.

Boubaker, S., Cellier, A., Manita, R., & Saeed, A. (2020). Does corporate social responsibility reduce financial distress risk ? Economic Modelling, 91, 835–851. Retrieved from https://doi.org/10.1016/j.econmod.2020.05.012

Boutin-Dufresne, F., & Savaria, P. (2004). Corporate Social Responsibility and Financial Risk. The Journal of Portfolio Management, 13(1), 57–66.

Brooks, C., & Oikonomou, I. (2018). The effects of environmental, social and governance disclosures and performance on firm value: A review of the literature in accounting and finance. British Accounting Review, 50(1), 1–15.

Cai, L., Cui, J., & Jo, H. (2016). Corporate Environmental Responsibility and Firm Risk. Journal of Business Ethics, 139(3), 563–594.

Campbell, J. L. (2006). Institutional Analysis and the Paradox of Corporate Social Responsibility. American Behavioral Scientist, 49(7), 925–938.

Chava, S. (2014). Environmental externalities and cost of capital. Management Science, 60(9), 2223–2247.

Cheng, B., Ioannou, I., & Serafeim, G. (2014). Corporate Social Responsibility and Access to Finance. Strategic Management Journal, 35, 1–23.

Colbert, B., Wheeler, D., & Freeman, E. R. (2003). Focusing on Value: Reconciling Corporate Social Responsibility, Sustainability and a Stakeholder Approach in a Network World. Journal of General Management, 28(3), 1–28.

Edmans, A. (2011). Does the stock market fully value intangibles? Employee satisfaction and equity prices. Journal of Financial Economics, 101(3), 621–640.

Edmans, A. (2012). The link between job satisfaction and firm value, with implications for corporate social responsibility. Academy of Management Perspectives, 26(4), 1–19.

El Ghoul, S., Guedhami, O., & Kim, Y. (2016). Country-level institutions, firm value, and the role of corporate social responsibility initiatives. Journal of International Business Studies, 48(3), 1–26.

El Ghoul, S., Guedhami, O., Kwok, C. C. . Y., & Mishra, D. R. (2011). Does corporate social responsibility affect the cost of capital? Journal of Banking and Finance, 35(9), 2388–2406.

Flammer, C. (2013). Corporate Social Responsibility and Shareholder Value: The Environmental Consciousness of Investors. Academy of Management Journal, 56(3), 758–781.

Flammer, C. (2015). Does Corporate Social Responsibility Lead to Superior Financial Performance ? A Regression Discontinuity Approach. Management Science, 61(11), 2549–2568.

Freeman, E. R. (1984). Strategic management: A stakeholder approach. Boston: Pitman/Ballinger.

Gex, M., Girerd-Potin, I., Jimenez-Garcès, S., & Louvet, P. (2018). Does Sustainability Reduce Country Default Risk. Bankers, Markets & Investors, (150), 34–47.

Girerd-Potin, I., Jimenez-Garcès, S., & Louvet, P. (2014). Which Dimensions of Social Responsibility Concern Financial Investors? Journal of Business Ethics, 121(4), 559–576.

Goss, A. (2009). Corporate social responsibility and financial distress. ASAC, 30(29).

Goss, A., & Roberts, G. S. (2011). The impact of corporate social responsibility on the cost of bank loans. Journal of Banking and Finance, 35(7), 1794–1810.

Gregory-Smith, D., Manika, D., & Demirel, P. (2017). Green intentions under the blue flag: Exploring differences in EU consumers’ willingness to pay more for environmentally-friendly products. Business Ethics: A European Review, 26(3), 205–222.

Hall, P. A., & Soskice, D. (2001). An introduction to varieties of capitalism. Oxford University Press.

Henisz, W. J., Dorobantu, S., & Nartey, L. J. (2014). Spinning gold: The financial returns to stakeholder engagement. Strategic Management Journal, 35(12), 1727–1748.

Hillegeist, S. A., Keating, E. K., Cram, D. P., & Lundstedt, K. G. (2004). Assessing the probability of bankruptcy. Review of Accounting Studies, 9(1), 5–34.

Ioannou, I., & Serafeim, G. (2012). What drives corporate social performance the role of nation-level institutions. Journal of International Business Studies, 43(9), 834–864.

Jackson, G., & Apostolakou, A. (2010). Corporate Social Responsibility Mirror Europe : An Institutional Mirror or Substitute ? Journal of Business Ethics, 94(3), 371–394.

Jackson, G., & Rathert, N. (2015). February 2015, 1–26.

Jiraporn, P., Jiraporn, N., Boeprasert, A., & Chang, K. (2014). Does corporate social responsibility (CSR) improve credit ratings? Evidence from geographic identification. Financial Management, 43(3), 505–531.

Jo, H., & Na, H. (2012). Does CSR Reduce Firm Risk? Evidence from Controversial Industry Sectors. Journal of Business Ethics, 110(4), 441–456.

Kassinis, G., & Vafeas, N. (2006). Stakeholder Pressures and Environmental Performance. Academy of Management Journal, 49(1), 145–159.

Kim, C. H., Amaeshi, K., Harris, S., & Suh, C.-J. (2013). CSR and the national institutional context: The case of South Korea. Journal of Business Research, 66(12), 2581–2591.

Klassen, R. D., & McLaughlin, C. P. (1996). The Impact of Environmental Management on Firm Performance. Management Science, 42(8), 1199–1214.

Kock, C. J., & Min, B. S. (2016). Legal Origins, Corporate Governance, and Environmental Outcomes. Journal of Business Ethics, 138(3), 507–524.

La Porta, R., Lopez-de-Silanes, F., Shleifer, A., & Vishny, R. W. (1998). Law and Finance. Journal of Political Economy, 106(6), 11131–55.

Liang, H., & Renneboog, L. (2017). On the Foundations of Corporate Social Responsibility. The Journal of Finance, 72(2), 853–910.

Lichtenstein, D. R., Drumwright, M. E., & Braig, B. M. (2004). The Effect of Corporate Social Responsibility on Customer Donations to Corporate-Supported Nonprofits. Journal of Marketing, 68(4), 16–32. Retrieved from

Luo, X. L., & Bhattacharya, C. B. (2006). Corporate social responsibility, customer Satisfaction, and market value. Journal of Marketing, 70(4), 1–18.

Margolis, J. D., Hillary, E. A., & Walsh, J. R. (2009). Does it pay to be good? A meta-analysis and redirection of research on the relationship between corporate social and financial performance. MIT Sloan Management Review, 50, 61–68.

Martínez, J. B., Fernández, M. L., & Fernández, P. M. R. (2016). Corporate social responsibility: Evolution through institutional and stakeholder perspectives. European Journal of Management and Business Economics, 25(1), 8–14.

Matten, D., & Moon, J. (2008). “Implicit” and “Explicit” CSR: A Conceptual Framework for a Comparative Understanding of Corporate Social Responsibility. The Academy of Management Review, 33(2), 404–424.

McWilliams, A., & Siegel, D. (2001). Corporate social responsibility : a theory of the firm perspective. Academy of Mamagement Review, 26(1), 117–127.

Merton, R. (1974). On the Pricing of Corporate Debt: The Risk Structure of Interest Rates. The Journal of Finance, 29(2), 449–470.

Metzler, M. S. (2001). The certanity of organizational legitimicay to public relations practice. In Handbook of public relations (pp. 321–334).

Mishra, S., & Modi, S. B. (2013). Positive and Negative Corporate Social Responsibility, Financial Leverage, and Idiosyncratic Risk. Journal of Business Ethics, 117(2), 431–448.

Molina, C. A. (2005). Are Firms Underleveraged? An Examination of the Effect of Leverage on Default Probabilities. The Journal of Finance, 60(3), 1427–1459.

Morgan, G., & Kristensen, P. H. (2006). The contested space of multinationals: Varieties of institutionalism, varieties of capitalism. Human Relations, 59(11), 1467–1490.

Moussu, C., & Ohana, S. (2016). Do Leveraged Firms Underinvest in Corporate Social Responsibility? Evidence from Health and Safety Programs in U.S. Firms. Journal of Business Ethics, 135(4), 715–729.

Orlitzky, M., Schmidt, F. L., & Rynes, S. L. (2003). Corporate Social and Financial Performance: A Meta-analysis. Organization Studies, 24(3), 403–441.

Ötker-Robe, İ., & Podpiera, J. (2010). The Fundamental Determinants of Credit Default Risk for European Large Complex Financial Institutions. IMF Working Papers, 153, 1–31.

Quéré, B. P., Nouyrigat, G., & Baker, C. R. (2018). A bi-directional examination of the relationship between corporate social responsibility ratings and company financial performance in the European context. Journal of Business Ethics, 148(3), 527–544.

Rizwan, M. S., Obaid, A., & Ashraf, D. (2017). The Impact of Corporate Social Responsibility on Default Risk: Empirical evidence from US Firms. Business & Economic Review, 9(3), 36–70.

Scott, W. R. (1995). Institutions and Organizations. Sage: Thousand Oaks.

Shapiro, S. S., & Wilk, M. B. (1965). An analysis of variance test for normality. Biometrika, 52(3–4), 591–611.

Sharfman, M. P., & Fernando, C. S. (2008). Environmental Risk Management and the Cost of Capital. Strategic Management Journal, 29(6), 569–592.

Spamann, H. (2010). The “antidirector rights index” revisited. Review of Financial Studies, 23(2), 467–486.

Stellner, C., Klein, C., & Zwergel, B. (2015). Corporate social responsibility and Eurozone corporate bonds: The moderating role of country sustainability. Journal of Banking and Finance, 59, 538–549.

Sun, W., & Cui, K. (2014). Linking corporate social responsibility to firm default risk. European Management Journal, 32(2), 275–287.

Vassalou, M., & Xing, Y. (2004). Default Risk in Equity Returns. The Journal of Finance, 59(2004), 831–868.

Walker, K., Zhang, Z., & Ni, N. (Nina). (2019). The Mirror Effect: Corporate Social Responsibility, Corporate Social Irresponsibility and Firm Performance in Coordinated Market Economies and Liberal Market Economies. British Journal of Management, 30(1), 151–168.

Wallis, M. von, & Klein, C. (2015). Ethical requirement and financial interest: a literature review on socially responsible investing. Business Research, 8(1), 61–98.

Wang, Y., & Berens, G. (2015). The Impact of Four Types of Corporate Social Performance on Reputation and Financial Performance. Journal of Business Ethics, 131(2), 337–359.

Welford, R., Chan, C., & Man, M. (2008). Priorities for corporate social responsibility: A survey of businesses and their stakeholders. Corporate Social Responsibility and Environmental Management, 15(1), 52–62.

Williams, C. A., & Aguilera, R. V. (2008). Corporate Social Responsibility in a Comparative Perspective. Oxford Handbook of Corporate Social Responsibility, 452–472.

Windolph, S. E., Harms, D., & Schaltegger, S. (2014). Motivations for corporate sustainability management: Contrasting survey results and implementation. Corporate Social Responsibility and Environmental Management, 21(5), 272–285.

Witt, M. A., & Jackson, G. (2016). Varieties of Capitalism and institutional comparative advantage : A test and reinterpretation. Journal of International Business Studies, 47(7), 778–806.

Yan, S., Ferraro, F., & Almandoz, J. (John). (2019). The Rise of Socially Responsible Investment Funds: The Paradoxical Role of the Financial Logic. Administrative Science Quarterly, 64(2), 466–501.

Yin, J. (2017). Institutional Drivers for Corporate Social Responsibility in an Emerging Economy: A Mixed-Method Study of Chinese Business Executives. Business & Society, 56(5), 672–704.

Haut de page

Annexe

Annexe : Définition des variables

Variables

Définition

Panel A. Variable dépendante

CR

Le risque de défaillance est mesuré par la moyenne des notes de crédit fournies par Moody's Analytics, Standard & Poor's et Fitch Ratings.

Z-score

La mesure du risque de défaillance par le modèle d’Altman (1968).

Panel B. Variables RSE

CSR

Score de responsabilité sociale de l’entreprise basé sur les six dimensions de notation fournies par Vigeo Eiris. En suivant Girerd-Potin et al. (2014), nous calculons le score de la manière suivante :

CSR=(6√((1+nHR)(1+nENV)(1+nBB)(1+nCG)(1+nCI)(1+nHRT))-1)

nj représente la sous-notation concernant les dimensions j=HR,ENV,BB,CG,CI,HRT pour les ressources humaines, l'environnement, le comportement sur les marchés, le gouvernement d'entreprise, l'engagement sociétal et les droits humains.

HR

Ressources humaines. Représente l'amélioration constante des relations industrielles, du développement de carrière, ainsi que de la qualité des conditions de travail.

ENV

Environnement. Représente la protection, la sauvegarde, la prévention des atteintes à l'environnement, la mise en œuvre d'une stratégie managériale adéquate, l'écoconception, la protection de la biodiversité et le contrôle raisonnable des impacts environnementaux sur le cycle de vie global des produits et services.

BB

Représente le comportement de l'entreprise, tout en tenant compte des droits et des intérêts des clients, de l'intégration des normes sociales et environnementales, tant dans le processus de sélection des fournisseurs que dans la chaîne d'approvisionnement globale, de la prévention efficace de la corruption et du respect des lois sur la concurrence.

CG

Gouvernement d'entreprise. Représente l'efficacité et l'intégrité, l'assurance de l'indépendance et de l'efficacité du conseil d'administration, l'efficacité et l'efficience des systèmes d'audit et de contrôle, et en particulier la prise en compte des risques liés à la responsabilité sociale, le respect des droits des actionnaires et surtout des minorités, la transparence et la modération dans la rémunération des dirigeants.

CI

Engagement sociétal. Représente la contribution au développement économique et social des territoires d'implantation et de leurs communautés humaines, l'engagement concret en faveur du contrôle de l'impact sociétal des produits et services, la transparence et la contribution participative à des causes d'intérêt général.

HRT

Droits humains. Mesure le respect de la liberté syndicale et la promotion de la négociation collective, la non-discrimination et la promotion de l'égalité, l'éradication des pratiques de travail interdites et la prévention des traitements inhumains ou humiliants.

Panel C. Variables de contrôle

SIZE

Logarithme de l'actif total, utilisé pour mesurer la taille de l'entreprise.

PROF

Rendement des actifs, utilisé pour mesurer la rentabilité.

BTM

Ratio book-to-market, utilisé pour mesurer la croissance future d'une entreprise.

LEV

Effet de levier ; mesuré par le ratio entre la dette à long terme et le total des actifs.

N_PROF

Mesure alternative de la rentabilité par le ratio entre les bénéfices avant intérêts et impôts (EBIT) et le capital total.

RTA

Rapport entre les immobilisations corporelles nettes et le total des actifs, utilisé pour mesurer la tangibilité des actifs.

LIQ

Ratio courant défini comme le rapport entre le total des actifs courants et le total des passifs courants, utilisé pour mesurer la liquidité.

Panel D. Origines juridiques

Civil law (CV)

Variable muette prenant la valeur 1si l'entreprise opère dans un pays de civil law, et 0 sinon. La classification est basée sur La Porta et al. (1998), Spamann (2010) et Liang et Renneboog (2017).

Common law (CM)

Variable muette prenant la valeur 1 si l'entreprise opère dans un pays de common law, et 0 sinon. La classification est basée sur La Porta et al. (1998), Spamann (2010) et Liang et Renneboog (2017).

ENG, FR, GR, SCA

Quatre variables muettes prenant la valeur 1si l'entreprise opère dans un pays de l'origine juridique examinée, et 0 sinon. ENG, FR, GR et SCA désignent respectivement l'origine juridique anglaise, française, allemande et scandinave.

Panel E. Classifications supplémentaires

CME

Variable muette prenant la valeur 1 si l'entreprise opère dans une économie de marché coordonnée, et 0 sinon. La classification est basée sur Hall et Soskice (2001).

LME

Variable muette prenant la valeur 1 si l'entreprise opère dans une économie de marché libérale, et 0 sinon. La classification est basée sur Hall et Soskice (2001).

Haut de page

Notes

1 Pour une revue de littérature détaillée sur ce dernier point, se référer à Margolis et al. (2009)

2 Par définition, une partie prenante est « tout groupe d’individus ou tout individu qui peut affecter ou être affecté par la réalisation des objectifs de l’entreprise » (Freeman, 1984, p. 25).

3 Selon Metzler (2001, p. 321), « l'établissement et le maintien de la légitimité de l'organisation sont au cœur de la plupart, sinon de la totalité, des activités de relations publiques».

4 Pour plus d’explications, se référer à Henisz et al. (2014)

5 RSE en lien avec les parties prenantes primaires

6 RSE en lien avec les parties prenantes secondaires

7 Le terme employé est le risque de "cygne vert", qui pourrait être à l'origine de la prochaine crise financière systémique. Pour plus d'informations, voir Awazu et al. (2020)

8 La méthodologie utilisée pour construire la notation globale est celle employée par Girerd-Potin et al. (2014): CSR=(6√((1+nHR)(1+nENV)(1+n_BB)(1+n_CG)(1+nCI)(1+nHRT))-1), où nj est la sous-notation concernant la dimension j=HR,ENV,BB,CG,CI,HRT pour ressources humaines, environnement, comportement sur les marchés, gouvernement d’entreprise, engagement sociétal et droits humains.

9 Pour les modèles qui ne différencient pas les pays selon l’origine juridique ou la variété de capitalisme, nous ajoutons un effet fixe pays.

10 Puisque nous considérons les notations de crédit comme un proxy du risque de défaillance, nous nous attendons à obtenir une notation de crédit plus élevée pour les entreprises qui se comportent de manière socialement responsable, et donc une relation positive entre les notations de crédit et la RSE.

11 Néanmoins, nous avons autorisé dans une deuxième approche (non rapportée) jusqu'à cinq retards pour toutes les variables indépendantes. Les résultats obtenus sont conformes à nos conclusions précédentes.

12 En raison de données manquantes dans le calcul du Z-score, la taille de l'échantillon est réduite.

13 En raison de la taille réduite de l'échantillon, nous avons décidé de considérer ces variables/modèles dans la section sur la robustesse.

14 Disponibles sur demande auprès des auteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mohamad Hassan Shahrour, Isabelle Girerd-Potin et Ollivier Taramasco, « Responsabilité sociale des entreprises et réduction du risque de défaillance : l’effet modérateur du système juridique »Finance Contrôle Stratégie [En ligne], 25-1 | 2022, mis en ligne le 31 mars 2022, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/fcs/8844 ; DOI : https://doi.org/10.4000/fcs.8844

Haut de page

Auteurs

Mohamad Hassan Shahrour

Université Côte d'Azur, IAE Nice, GRM, Nice, France
Auteur correspondant :
E-mail: Mohamad-Hassan.Shahrour@univ-cotedazur.fr
Téléphone: +33 (04) 89 15 21 41

Articles du même auteur

Isabelle Girerd-Potin

Univ. Grenoble Alpes, Grenoble INP, CERAG, Grenoble, France
E-mail: Isabelle.Girerd-Potin@univ-grenoble-alpes.fr

Articles du même auteur

Ollivier Taramasco

Univ. Grenoble Alpes, Grenoble INP, CERAG, Grenoble, France
E-mail: Ollivier.Taramasco@univ-grenoble-alpes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search