Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Comptes rendus critiques

Mille et un contes, récits et légendes arabes.

Anthologie établie par René Basset (1924-1926), réédition dirigée par Aboubakr Chraïbi, José Corti, Collection Merveilleux n° 29, 2005, 2 tomes, 504 et 702 p.
Jean-François Perrin
p. 390-392

Texte intégral

1C’est un service remarquable qui est ici rendu par les éditions J. Corti1 et Aboubakr Chraïbi, Claude Bremond, Ulrich Marzolph, Guy Basset et Frédéric Bauden à la communauté des chercheurs s’occupant de la littérature arabe, tout autant qu’à celle des amateurs de contes orientaux, en rééditant dans une version actualisée, cet ouvrage devenu difficilement accessible. Le grand orientaliste René Basset, contemporain et ami de Victor Chauvin (auteur de la fameuse Bibliographie des ouvrages arabes), avait en effet eu l’idée de traduire un ensemble original de récits et de contes émanant de la tradition narrative arabe, mais relativement indépendants des réseaux rattaché aux grands recueils comme les Mille et Une Nuits, Kalila et Dimna, le Livre de Sindibad, les Cent Nuits, etc. Publié dans les années vingt, ce travail s’inscrivait lui-même, comme le souligne Cl. Bremond dans son Avant-propos au t. 2, dans un champ plus vaste d’intérêt des grands folkloristes et orientalistes de cette époque pour « la vocation migratoire des thèmes narratifs », dont ils s’efforcent de suivre par la méthode comparatiste, les transformations d’une aire culturelle à l’autre. Les 976 récits présentés dans cette anthologie sont ainsi dotés chacun d’une notice produisant leurs sources et/ou variantes connues dans la tradition narrative arabo-persane originale, mais aussi dans les versions transmises par les récits des voyageurs occidentaux, la littérature savante, les recueils de nouvelles italiens ou la littérature d’art européenne, puisqu’on y rencontre (pour le domaine français) Charles d’Orléans, Béroalde de Verville, Gueullette, Balzac, Hugo, Flaubert, etc.

2Cette impressionnante somme érudite a été actualisée à partir des travaux les plus récents sur la tradition narrative arabe et ses relations avec ses équivalents dans d’autres langues, par U. Marzolph (directeur de l’Enziklopädie des Märchens) qui donne une table de concordance des récits de l’anthologie avec les grands catalogues internationaux de classification des contes populaires. C’est donc un instrument de travail très utile pour les chercheurs approchant les contes par les structures narratives dans la lignée des travaux d’Aarne et Thompson ou des problématiques formalistes ; quant au chercheur en littérature s’intéressant aux relations entre l’abondante production de contes orientaux par les auteurs du xviiie siècle et leurs sources originales, qu’on les envisage dans leur circulation séculaire en Occident ou dans leur transmission contemporaine par les voyageurs, les missionnaires ou les traductions, il trouvera sans aucun doute dans cette anthologie de quoi alimenter sa quête.

3René Basset a disposé sa matière en cinq chapitres : Contes merveilleux, Contes plaisants, Contes sur les femmes et l’amour, L’origine des prénoms, Légendes religieuse : la taille de Gabriel2 (plus d’un tiers de l’anthologie), dont les enjeux respectifs, les racines et les entours historiques et littéraires sont analysés par A. Chraïbi, dans les substantielles pages d’introduction qu’il donne à chaque tome. Outre une claire mise au point sur les principaux traits de la démarche scientifique de Basset, on y lira des analyses très informées sur différents aspects de cette matière, comme les traits paradoxaux du populaire personnage comique de Djoh’â, les fondements pré-islamiques de l’idéal de l’amour parfait, les corrélations structurelles de certains récits au monde des contes types ou aux Mille et Une Nuits, des observations sur ce que ces contes reflètent de l’imprégnation de l’Islam par les deux autres monothéismes, une interrogation sur la curieuse légende des cornes d’Alexandre, etc.

4À cet ensemble, s’ajoute encore (t. II) une Bibliographie des travaux scientifiques de René Basset entièrement remise à jour par Guy Basset, témoignant en plus de trente pages de l’immense travail accompli dans les domaines linguistiques berbère, arabo-islamique et éthiopien, ainsi que sur les terrains de l’histoire des religions ou des études ethnographiques et folkloriques. Au même tome, on lira enfin, présentés par Frédéric Bauden à partir de documents conservés à la Bibliothèque de l’Université de Liège, de précieux extraits de la correspondance échangée entre 1897 et 1906 par René Basset et Victor Chauvin : on voit s’y dessiner le projet de l’anthologie que nous lisons, au sein d’une vie de savant saisie au quotidien entre les cours dispensés à l’École des Lettres d’Alger, les notes qui s’accumulent en attente de rédaction pour ouvrages ou revues, les incessants comptes rendus (parmi lesquels ceux des fascicules de la Bibliographie des ouvrages orientaux), les retraites studieuses à Gérardmer dans les Vosges à préparer (entre autres) l’édition d’un Synaxaire arabe jacobite : en 6 vol. : « c’est une distraction quand il pleut et quand je suis réduit à me contenter de ma promenade quotidienne de sept kilomètres à pied autour du lac ». Mais qu’arrive-t-il au promeneur quand son tour du lac se convertit en navigation merveilleuse sur la mer des Histoires ? Voici : « je vis dans la mer de Qolzoum quelque chose de plus étrange et de plus extraordinaire que ce que l’homme a jamais vu : j’y naviguais sur un vaisseau et nous vîmes une eau qui tremblait comme du mercure et qui brûlait comme des épées. […] Nous arrivâmes en vue d’une tour élevée au milieu de cette mer, faite de turquoise ; au sommet était une girouette de rubis rouge qui s’élevait en l’air à la hauteur de cent coudées. La girouette tournait avec le soleil. […] Sur cette tour était un livre avec toute espèce de sens et toute espèce de langue : j’y ai lu en arabe… »3

Haut de page

Notes

1 Il est d’autant plus regrettable que des fautes d’impression en déparent quelques pages.
2 Ces deux derniers titres, tirés du premier conte de chaque rubrique, ont paru plus parlants aux éditeurs que ceux de Basset : Contes divers et Légendes religieuses.
3 Ouvr. cité, t. I, p. 231.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Perrin, « Mille et un contes, récits et légendes arabes. », Féeries, 3 | 2006, 390-392.

Référence électronique

Jean-François Perrin, « Mille et un contes, récits et légendes arabes. », Féeries [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 07 février 2007, consulté le 14 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/feeries/177

Haut de page

Auteur

Jean-François Perrin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Féeries

Haut de page
  • OpenEdition Journals