Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18Comptes rendus critiquesNancy L. Canepa (dir.), Teaching ...

Comptes rendus critiques

Nancy L. Canepa (dir.), Teaching Fairy Tales

Détroit, Wayne State University Press, 2019, 468 p.
Jean Mainil
Référence(s) :

Nancy L. Canepa (dir.), Teaching Fairy Tales, Détroit, Wayne State University Press, 2019, 468 p.

Texte intégral

1Teaching Fairy Tales est un volume consacré à l’enseignement du conte de fées dans le monde académique anglo-saxon. Ce volume riche de près de 500 pages comprend, outre une introduction par Nancy L. Canepa, pas moins de 38 contributions par 27 auteurs, dont 20 articles critiques, alors que huit autres articles traitent de l’utilisation du conte de fées dans le cadre de l’enseignement des langues étrangères (trois) et d’activités académiques plus larges (cinq). Onze articles proposent ensuite des exemples de syllabi de cours consacrés partiellement ou entièrement au conte de fées alors que les deux dernières contributions proposent d’intégrer le corpus féerique dans des cours d’ateliers d’écriture.

2La Première partie de ce volume, consacrée aux « Fondations des études sur le conte de fées » (« Foundations of Fairy-Tale Studies »), inclut quatre articles généraux par des spécialistes du genre. Dans son article « What Is a Fairy Tale? », Maria Tatar remonte aux origines du conte de fées, à sa dissémination à travers les siècles, soulignant la contribution de la méthode folklorique, « première étape nécessaire pour tout chercheur sur le conte de fées ». Dans un deuxième article, « The Prehistory of Fairy Tales », Graham Anderson propose de remonter à des cultures antiques pour y retracer l’existence d’éléments narratifs typiques de contes de fées (« fairy-tale-type narratives ») et nous permettre de reconnaître ainsi dans nos contes de fées devenus familiers d’anciennes légendes.

3Dans « The Evolution of Folk- and Fairy-Tales in Europe and North America », Jack Zipes analyse les différences entre le conte merveilleux et le conte de fées, concluant que ce qui définit et l’un et l’autre est, au fond, la manière dont un narrateur/auteur dispose des fonctions connues d’un récit selon les usages d’une société à un moment donné. Il analyse ensuite de manière diachronique l’histoire du conte de fées littéraire européen, remontant jusqu’à l’Antiquité, avant de concentrer son analyse sur la naissance du conte au xviie siècle. Il replace le conte de fées littéraire de la première vague dans son contexte historique et littéraire et analyse plus en profondeur la contribution fondatrice pour le genre du conte de fées « pour enfants », celle des frères Grimm, avant de conclure que, ironiquement, ce qui a le plus ancré le conte de fées dans notre culture n’est pas littéraire, mais la réalisation, en 1937, par les Studios Disney, du tout premier dessin animé, Blanche Neige et les Sept Nains.

4Dans son article consacré aux classiques du genre, « The Fairy Tale Canon », Donald Haase met en évidence la remise en question du corpus classique du conte de fées notamment, non pas par la mise en cause de ce qui le constitue, mais par de nouvelles lectures « oppositionnelles qui vont à l’encontre de la pensée unique » (« oppositional readings that go against the grain of conventional thinking »), considérant ainsi nos grands classiques comme une « source infinie de possibilités de réinvention ».

5La deuxième partie est consacrée à l’enseignement et à l’apprentissage par le conte de fées, « Teaching and Learning With Fairy Tales ». Elle inclut en guise d’introduction des réflexions générales sur les différents formats de cours qui se prêtent à l’analyse du conte de fées (Lewis C. Seifert). Le chapitre 1 situe l’apprentissage par le conte de fées dans le cadre précis des « Contes de fées et Contes-Types », en particulier « L’Époux monstrueux », dont « La Belle et la Bête » (Anne Duggan), « Le Pêcheur et sa femme » (Victoria Somoff) ainsi qu’un conte d’Italo Calvino, « Le Perroquet » (Gina Miele).

6Le chapitre II de cette partie est consacré au conte de fées en contexte, « Fairy Tales in Context » : contextes européen (Linda Kraus Worley), français et italien (Allison Stedman), français, et notamment la culture du salon en France au xviie siècle (Faith E. Beasley), et américain (Jennifer Schacker).

7La troisième partie, « Teaching New Scholarly Approaches to Fairy Tales », a aussi une visée pédagogique mais considérée dans un cadre théorique, les études féministes (« Women’s Studies », Charlotte Trinquet du Lys), un courant nouveau aux confins entre les études littéraires et les sciences cognitives (« Cognitive-Affective Approaches to Fairy Tales », Maria Nikolajeva), les études sur le handicap (« Disability Studies », Ann Schmiesing) qui place le handicap au centre de l’attention, au même titre que le genre et la race, ensuite, les contes de fées dans le contexte de leurs traductions (Cristina Bacchilega), et finalement, dans le contexte de leurs réseaux intertextuels, notamment français et italien (Suzanne Magnanini).

8Les articles de la quatrième partie sont consacrés à la présentation d’axes pédagogiques dans le cadre du conte de fées et l’apprentissage des langues étrangères, « Fairy Tales in the Foreign-Language Classroom ». Maria Kaliambou introduit une réflexion générale, mais bien détaillée, sur les divers avantages pédagogiques de l’utilisation de conte de fées lors de l’apprentissage d’une langue étrangère (niveau, acquisition de compétences, etc.). Dans le cadre de l’enseignement de compétences poétiques, culturelles, et lexicales, Christine A. Jones donne l’exemple de l’utilisation d’un conte méconnu et qui allie langue française et contexte nord-américain dans le but de développer des compétences poétiques, culturelles et lexicales chez ses étudiants : « Une poupée d’autrefois », conte écrit dans la seconde moitié du xixe siècle par une Louisiannaise, Sidonie de la Houssaye. Dans le dernier article de cette section, Cristina Mazzoni revient sur son utilisation des répétitions dans les contes de fées dans le cadre d’un apprentissage de la langue italienne.

9Le cinquième chapitre est consacré aux « Activités et projets à partir du conte de fées ». Dans un premier article, Elio Brancaforte revient sur une expérience menée dans un de ses séminaires en 2013 et qui a conduit à l’organisation d’une exposition consacrée à une « Exploration des illustrations du conte de fées de 1870 à 1942 ». Dans l’article suivant, William Moebius revient sur sa pratique pédagogique vielle de bientôt 40 ans, de ce qu’il appelle non pas « conte de fées » mais « récits traditionnels », concluant que certaines images du conte folklorique sont, au fil du temps, et auprès des 5.000 étudiants auxquels il a donné cours, devenues inoubliables. Dans « Du mercantilisme au Laissez-faire », Benjamin Balak et Charlotte Trinquet du Lys reviennent sur un séminaire pour le moins original consacré aux lieux que peuvent entretenir les sciences économiques et le conte de fées et à l’intérêt d’analyser « les parallèles surprenants entre les contes de fées et l’histoire de la pensée économique » et notamment la transformation du mercantilisme en laissez-faire libéral considéré du point de vue littéraire du conte de fées du xviie siècle.

10L’article de Julie L. J. Koehler au titre amusé, « En suivant le chemin des biscuits et des miettes », « Following the Path of Cookies and Bread Crumbs », a, aujourd’hui, un aspect prémonitoire. Pendant le semestre d’été de 2014, trois collègues à la Wayne State University, l’auteur de l’article, Abigail Heinger et Anne Duggan, ont pu organiser et planifier ce que nous avons tous et toutes été contraints de faire en hâte et, pour la plupart d’entre nous, sans préparation, lors du premier confinement : l’organisation d’un cours en ligne. Dans cet article, l’auteur revient sur les avantages d’un tel format en termes de participation, de recherches digitales, d’échanges multiples, voire d’inscriptions (intergénérationnelles) et d’évaluation (deux essais, deux forums de discussion, un examen de mi-semestre, un examen final et un projet digital en groupes).

11Dans l’article qu’elle consacre aux « Activités pour l’enseignement de la langue et de la culture par les contes de fées », Nancy L. Canepa commence par rappeler l’attrait infini que peut avoir le conte de fées dans l’enseignement non seulement des langues, à tous les niveaux, mais également de domaines culturels et dans le développement de compétences littéraires ou plus largement critiques. Dans son article et dans les sept appendices qui suivent, elle développe des idées d’enseignement des langues (l’italien) mais aussi de séminaires qui peuvent attirer un public qui ne se considérerait pas autrement comme des « literature types », jusqu’à la réalisation de vidéos qui partent d’un corpus littéraire mais laissent libre cours aux étudiants et étudiantes, perpétuant ainsi l’idée du conte de fées comme corpus vivant et changeant.

12Le chapitre six est consacré à des projets concrets de cours trop nombreux pour être énumérés ici. Le dernier chapitre qui est composé de deux articles, par Kay Stone et Gioia Timpanelli, intéressera ceux et celles qui désirent intégrer le corpus féerique dans le cadre du « creative writing ».

13Ce livre, imposant par sa taille mais aussi par le nombre de spécialistes rassemblés ici, est une contribution indéniable au domaine croissant de l’enseignement du conte de fées. Comme le rappelle justement Nancy L. Canepa, et son commentaire dépasse le cadre anglo-saxon, à une époque où les inscriptions dans les cours de sciences humaines sont en chute libre outre-Atlantique, les contes de fées permettent de rassembler dans des séminaires qui y sont consacrés un grand nombre et une grande variété d’étudiants et d’étudiantes (p. 11). Comme le montrent d’autres articles, les contes de fées permettent également d’introduire auprès d’un plus large public une culture littéraire mais aussi des langues étrangères, autre domaine en perdition outre-Atlantique. Clairement, ce volume réussit à nous donner beaucoup d’idées nouvelles sur les nombreuses possibilités de « Teaching Fairy Tales ». Il permettra sans nul doute l’enrichissement de pratiques pédagogiques, linguistiques, culturelles, analytiques et historiques, et qui sait, comme le suggère Nancy L. Canepa elle-même lorsqu’elle mentionne des journaux dédiés aux contes de fées et contes folkloriques devenus mondialement respectés, un développement de dialogues transatlantiques enrichissants de nature plus critiques et théoriques que tout enseignant appelle de ses vœux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Mainil, « Nancy L. Canepa (dir.), Teaching Fairy Tales »Féeries [En ligne], 18 | 2022, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 16 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/feeries/4820 ; DOI : https://doi.org/10.4000/feeries.4820

Haut de page

Auteur

Jean Mainil

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search