Navigation – Plan du site

AccueilPrésentationInstructions aux auteurs

Instructions aux auteurs

La soumission d’un article pour publication dans un numéro de la revue implique l’acceptation par l’auteur des conditions suivantes :

  • l’auteur cède gracieusement à UGA Éditions les droits d’exploitation relatifs à son œuvre ou sa contribution à titre non exclusif et autorise la diffusion de la version finale publiée de sa contribution en accès ouvert sous la licence Creative Commons CC‑BY‑SA 4.0 (ou le cas échéant une version plus récente de cette licence) : un contrat de cession de droits à titre non exclusif lui sera adressé si la publication est acceptée, qu’il devra retourner renseigné et signé ;

  • en cas d’emprunt (texte, photographie, croquis…) fait à un ouvrage ou à un article, l’auteur doit obtenir préalablement les autorisations nécessaires et les remettre en même temps que son tapuscrit.

Le respect des délais de remise des articles est indispensable. Pour les articles ayant fait l’objet d’appels, se référer aux dates précisées par les responsables des dossiers thématiques.
Pour les articles hors thématique, se conformer aux indications données sur le site de la revue.

1. Éléments à fournir par les auteurs

— Deux versions numériques de l’article (une au format Word et une autre au format PDF) doivent être remises au(x) coordinateur(s) du numéro.

— L’auteur indiquera en début de texte ses nom et prénom ainsi que son affiliation institutionnelle (en respectant la charte de signature normalisée des publications scientifiques telle que définie par son établissement de tutelle).

— Un résumé (au moins 1000 caractères, espaces comprises) et 5 à 10 mots‑clés en français et en anglais doivent être systématiquement fournis par l’auteur en même temps que l’article. Le titre de l’article doit aussi être traduit en anglais. Ces données sont utiles pour optimiser le référencement de l’article sur Internet et faciliter son accessibilité.

— Toutes les illustrations, quelle que soit leur nature (figures, tableaux), seront numérotées et remises sous forme de fichiers séparés, en haute résolution (300 dpi). Les polices de caractères spécifiques seront jointes aux documents fournis. Chaque illustration devra être accompagnée d’un titre (éventuellement d’une légende et d’un crédit) et annoncée dans le texte par un numéro d’appel entre parenthèses (« fig. 1 », « fig. 2 », etc.).
Il est recommandé de fournir des images (ou captures d’écran) pour les tableaux complexes (ou des éléments textuels nécessitant un alignement spécifique) susceptibles d’entraîner des erreurs de retranscription lors de la préparation de copie ou des problèmes d’affichage à l’écran de la version électronique sur la plateforme OpenEdition Journals.

— Toutes les citations en langue étrangère (autre que l’anglais) doivent être accompagnées de leur traduction, placée de préférence en note de bas de page ou à la suite de l’extrait cité.

2. Consignes générales pour la présentation des textes

— Pour la mise en forme de leur article, il est demandé aux auteurs d’utiliser le modèle de stylage sous Word téléchargeable à l’adresse suivante : <https://objs-fr.hypotheses.org/698> sur PC ou <[…]/697> sur Mac.

La procédure d’installation des modèles de document Word est également consultable à cette même adresse.

Un modèle définit la structure de base d’un document et permet sa mise en forme par l’emploi de feuilles de style prédéfinies. Il permet de structurer les textes saisis sous le logiciel Microsoft Word et facilite leur traitement avant importation dans le logiciel Lodel pour une mise en ligne sur le site web de la revue.

— La longueur de l’article est au maximum de 40 000 signes espaces comprises.

— L’article doit être paginé et rédigé en Times New Roman Unicode 12 pt. Si des polices spécifiques sont néanmoins nécessaires, elles devront être jointes aux documents fournis (seules les polices Unicode sont acceptées). Éviter dans le texte courant les renvois vers des pages de l’article, ne pas sauter de ligne entre les paragraphes et ne pas omettre d’accentuer les capitales.

— Les règles de ponctuation de chaque langue doivent être scrupuleusement respectées, tant dans un article intégralement écrit en langue étrangère que dans une citation.

— Intertitres et sous-titres : la hiérarchie doit en être clairement indiquée à l’aide des feuilles de style « Titre 1 » (titre de rang 1), « Titre 2 » (titre de rang 2), etc. L’introduction et la conclusion devront également être clairement indiquées. Éviter dans le texte courant les renvois vers les intertitres et sous-titres.

— Le titre et les résumés d’un article ne doivent pas comporter d’appel de note. Dans l’éventualité où une note est nécessaire, il est préférable de l’indiquer dans le corps du texte ou en note de l’auteur (par l’emploi de la feuille de style « NDLA [notes de l’auteur] »).

— Les notes de bas de page seront numérotées en chiffres arabes. Elles doivent servir à éclairer le texte : éviter les notes trop nombreuses et trop longues. Ne pas y introduire de tableaux ni de citations longues.

— Ne pas abuser des signaux visuels à l’adresse du lecteur. Seul l’usage de l’italique est généralement admis typographiquement : éviter d’utiliser le souligné, les capitales et les caractères gras. Le caractère italique est utilisé pour attirer l’attention du lecteur sur un mot, une expression ou un passage que l’auteur tient à souligner. Il est utilisé pour les expressions latines (abrégées ou non) et les mots étrangers non passés dans le langage courant ; en revanche, les noms de sociétés et organismes étrangers seront composés en romain.

Il est d’usage aussi d’employer l’italique pour citer le titre d’un journal, d’une revue, d’une œuvre littéraire ou artistique. En revanche, les titres d’une partie d’un ouvrage (section, chapitre) figurent entre guillemets ; il en est de même pour un poème ou un conte extrait d’un recueil, d’autant plus lorsque le titre du conte, du poème ou de la fable est cité conjointement au titre du recueil auquel il appartient. Cette codification typographique permet aussi de distinguer le nom du/des personnage/s du titre du conte.

« Le Petit Poucet » est un conte de Charles Perrault paru dans Les Contes de ma mère l’Oye en 1697.

Dans le conte « Hansel et Gretel » des frères Grimm, extrait du premier volume des Contes de l’enfance et du foyer, Hansel est enfermé dans une cage par une sorcière.

La pièce est tirée du conte Acajou et Zirphile de Charles Duclos publié en 1744.

3. Citation des références bibliographiques en notes de bas de page

En études littéraires, il est d’usage d’insérer des appels de note dans le texte et d’indiquer en notes de bas de page les références bibliographiques associées à des extraits cités ou appuyant simplement les propos de l’auteur, plutôt que de recourir à une bibliographie en fin d’article. [Si la bibliographie doit être exceptionnellement reprise en fin d’article, se référer aux consignes aux auteurs d’UGA Éditions, voir « Système “notes et bibliographie” (lettres) », p. 7.]

Règles générales de présentation

— Les références bibliographiques doivent comprendre les éléments suivants, chaque élément étant séparé des autres par une virgule : auteur, titre (capitale à l’initiale du premier substantif), ville, éditeur, date, pages.

— Seule l’initiale du prénom de l’auteur (ou des auteurs ou éditeurs d’un ouvrage collectif) est indiquée et précède le nom (alors que dans le corps de l’article, le prénom doit être écrit en toutes lettres). Le nom de l’auteur est toujours inscrit en romain et non en capitales.

— Les titres d’ouvrages sont indiqués en italique, les titres d’articles et de collections entre guillemets.

— Pour les ouvrages étrangers dans un article en français, le lieu de publication sera toujours indiqué dans sa forme francisée.

Londres et pas London / Gênes et pas Genova

— Le nom exact de la maison d’édition doit être respecté. Pour mentionner les éditions Honoré Champion par exemple, on veillera à conserver au moins l’initiale du prénom : H. Champion et non Champion.

— Pour les dates et les numéros de pages dans un article en français, respecter la norme typographique française :

« 1995-1998 » et pas « 1995-98 »
« p. » [pour pages] et pas « pp. » : « p. 141-149 » et pas « pp. 141-149 » ou « pp. 141-9 »

— En cas d’utilisation d’une réédition, indiquer la date de l’édition originale entre crochets après le titre de l’ouvrage :

J.-C. Taché, Forestiers et Voyageurs. Mœurs et légendes canadiennes [1863], Montréal, Boréal, 2002, p. 142.

Formats des références bibliographiques

  • Pour un ouvrage :

M. Alègre, Babylone, Grenoble, ELLUG, coll. « Paroles d’ailleurs », 2006.

J.‑Y. Bosseur, Musique et arts plastiques, Paris, Minerve, 1998.

W. Faulkner, Le bruit et la fureur [1929], traduit de l’anglais par M.‑E. Coindreau en 1938, Paris, Gallimard, coll. « Folio », no 162, 1972.

  • Pour un article dans une revue (disponible ou non en ligne) :

D. Jullien, « Travestissement et contre-pouvoir dans le roman-feuilleton », Littérature, no 153, janvier 2009, p. 50‑60. Disponible en ligne sur <www.cairn.info/revue-litterature-2009-1-page-50.htm> [consulté le 8 juillet 2021].

  • 1 Indiquer de préférence le DOI (Digital Object Identifier) s’il existe.

A. Belin, K. Gladu et A. Zygel-Basso, « Figures du lecteur : textes liminaires et images dans Le Cabinet des fées (1785‑1789) », RELIEF – Revue électronique de littérature française, vol. 4, no 2, 2010, p. 77‑108. Disponible en ligne sur <https://doi.org/10.18352/relief.540>1.

  • Pour un article dans une revue avec un titre thématique (disponible ou non en ligne) :

JAnselmini, « Le roman et les sortilèges : réemplois du conte merveilleux chez George Sand et Jules Barbey d’Aurevilly », Féeries, no 12 (À la croisée des genres : intergénéricité du merveilleux au xixe siècle), 2015, p. 57‑77. Disponible en ligne sur <https://doi.org/10.4000/feeries.965>.

  • Pour une contribution à un ouvrage collectif :

A. Fontana, « Du droit de résistance au devoir d’insurrection », dans J.‑C. Zancarini (éd.), Le Droit de résistance, xxiiexxe siècles, Fontenay-aux-Roses, ENS Éditions, coll. « Theoria », 1999, p. 15‑33.

A. Boivin, « La littérarisation du conte québécois : structure narrative et fonction moralisante », dans P. Léon et P. Perron (dir.), Le Conte, LaSalle, Didier, 1987, p. 103‑118

  • Pour une thèse ou un mémoire :

A. Léon-Miehe, Littérature et philosophie. Les Lumières françaises, thèse de doctorat en philosophie, université Jean Moulin-Lyon 3, 1999, 2 vol., 781 p.

  • Pour une contribution à des actes de colloque :

J. Dubu, « Lyrisme et comédie dans Much Ado About Nothing », dans Shakespeare: Much Ado About Nothing (actes du colloque de Grenoble, novembre 1991), Grenoble, ELLUG, 1992, p. 107‑123.

  • Pour une communication présentée lors d’un colloque (en l’absence d’actes de colloque) :

C. Péret et J.‑P. Sautot, Le verbe auxiliaire : état d’une notion chez les élèves, communication présentée au colloque « Le complexe du verbe », Lyon, France, mai 2012.

Abréviation des références

Lorsqu’un document est cité pour la première fois dans une note, on donne la référence complète. Mais lorsque le même document est cité plus d’une fois, on a recours par souci de simplification à deux procédés :

  • en répétant le nom de l’auteur (avec le prénom abrégé) et le titre sous une forme abrégée (en ne retenant qu’un mot‑clé du titre ou que les premiers mots), et en ajoutant le cas échéant le numéro de la page citée ou la séquence de pages à laquelle on se réfère :

1 R. Descartes, Traité des passions de l’âme, Paris, Henry le Gras, 1649, p. 73‑75.

5 R. Descartes, Traité des passions, p. 76.

  • en utilisant les deux abréviations latines les plus couramment utilisées « ibid. » (pour ibidem) et « op. cit. » (pour opere citato) ou son équivalent en français « ouvr. cité » (pour ouvrage cité) ou encore « art. cité » (pour article cité).

– Ibid. (pour ibidem), qui veut dire « au même endroit », est utilisé lorsqu’on cite le même document dans deux notes consécutives. On fait suivre l’abréviation du numéro de la page citée, sauf s’il s’agit de la même page :

1 R. Descartes, Traité des passions de l’âme, Paris, Henry le Gras, 1649, p. 73‑75.
2 Ibid., p. 77.
3 Ibid.

– Op. cit. (pour opere citato), qui signifie « dans l’ouvrage cité », est utilisé lorsqu’on cite le même document dans des notes non consécutives et sans risque d’ambiguïté, mais il est préférable d’utiliser son équivalent français « ouvr. cité » ou « art. cité » selon le cas de figure. L’une ou l’autre abréviation renvoie à une référence antérieure à la référence précédente, elle est précédée du nom de l’auteur et suivie du numéro de la page citée :

1 Y. Citton, Gestes d’humanités, Paris, Armand Colin, coll. « Le temps des idées », 2012, p. 199.

7 Y. Citton, ouvr. cité, p. 158.

Pour un renvoi bibliographique, il est également recommandé de ne pas utiliser « cf. » mais « voir », de remplacer « in » par « dans » et « sq. » par « et suiv. ».

4. Citation d’un extrait de texte

Les citations doivent correspondre exactement au texte original. L’auteur est responsable de leur exactitude. Pour des citations relatives au conte merveilleux, il est recommandé de préférer les éditions savantes récentes lorsqu’elles existent. Les citations courtes (moins de 40 mots) sont intégrées au texte courant, en romain entre guillemets si elles sont en français ou en italique et toujours entre guillemets pour les citations en langue étrangère. Les citations longues (trois lignes et plus, ou plus de 40 mots) sont séparées du texte par des espaces avant et après, sans guillemets (et en italique pour les citations en langue étrangère), avec un retrait à gauche et à droite (utiliser de préférence la feuille de style « citation » du modèle Word téléchargeable à l’adresse <https://objs-fr.hypotheses.org/698> sur PC ou <[…]/697> sur Mac). Dans le cas où la citation longue intervient à l’origine au cœur d’un paragraphe unique, elle doit tout de même être séparée et présentée comme un paragraphe indépendant (avec un retrait avant et après, et un retrait à gauche et à droite), mais la suite du texte du paragraphe initial sera présentée dans un paragraphe sans retrait d’alinéa.

Les interventions de l’auteur dans le texte d’une citation (suppressions, ajouts ou substitutions de mots ou de lettres) sont indiquées entre crochets. S’il introduit des italiques ou des soulignements pour attirer l’attention du lecteur sur un passage particulier, il l’indiquera en note par des locutions comme « je souligne », « c’est moi qui souligne » ou « l’italique est de moi ». Les ellipses narratives ou omissions d’un ou de plusieurs mots dans un extrait de texte cité sont signalées par des points de suspension insérés entre crochets […] et jamais en italique (même dans un texte en anglais). Ne pas oublier la ponctuation, avant ou après la coupure.

Toujours mentionner la référence de la citation, insérée en note de bas de page en utilisant l’appel de note.

1. La citation est fondue dans le texte ; elle ne comporte que quelques mots et ne constitue pas une phrase complète :

Descartes affirme que « la honte […] vient de l’opinion ou de la crainte qu’on a d’être blâmé1 ».
————
1 R. Descartes, Traité des passions de l’âme, Paris, Henry le Gras, 1649, p. 73, art. 205.

Noter que le point final est situé à l’extérieur des guillemets et que l’appel de note renvoyant à la référence de la citation en note de bas de page est indiqué avant le guillemet fermant.

NB. – Dans le cas de citations multiples au sein d’une même phrase, l’appel de note qui leur est commun sera placé à l’extérieur de la dernière expression entre guillemets :

René Descartes affirme que la honte est « une espèce de modestie ou d’humilité » voire « une espèce de défiance de soi-même »1.

2. La citation est introduite par un deux-points et constitue une phrase entière :

Bachelard affirme : « L’imaginaire ne trouve pas ses racines profondes et nourricières dans les images ; il a d’abord besoin d’une présence plus prochaine, plus enveloppante, plus matérielle2. »
————
2 G. Bachelard, L’Eau et les Rêves, Paris, José Corti, 1971, p. 164.

Noter que le premier mot est inscrit avec une capitale initiale et que le point final est situé à l’intérieur des guillemets. L’appel de note, qui renvoie à la référence de la citation en note de bas de page, est placé ici avant le point final.

NB. – Il est recommandé de traduire toutes les citations en langue étrangère (autre que l’anglais). Dans le cas d’une courte citation, la traduction en français sera renvoyée en note de bas de page par un appel de note et placée entre guillemets.

5. Rappel de quelques règles typographiques

Appel de note

L’appel de note dans un texte en français précède toujours la ponctuation, contrairement à la tradition anglo-américaine qui le place toujours après. Dans le cas d’une citation, il est placé avant le guillemet fermant.

NB. – Si la phrase citée est complète, le point final se place également avant le guillemet fermant.

Comment dois-je placer cet appel de note1 ?

On peut aussi placer cet appel de note comme cela2

L’appel se place toujours avant le signe de ponctuation3.

Le professeur leur dit : « Placez correctement cet appel4. »
[Notons que lorsque la citation est introduite par un deux-points et débute par une phrase complète, le premier mot prend une capitale initiale.]

Le professeur leur a demandé de « place[r] correctement cet appel5 ».

Le professeur dit que l’« appel de note6 » est bien placé.

L’appel se place directement après le mot7 auquel il se rapporte.
[Notons qu’il n’est jamais inscrit en italique (ou en gras) lorsqu’il suit un mot mis en italique (ou en gras).]

NB. – L’appel de note sera suivi d’un point final en fin de phrase, même s’il est précédé du point accompagnant un mot abrégé.

etc.8. / J.-C.9.

🇬🇧 En anglais, l’appel de note se place toujours après le signe de ponctuation (. , ; : ! ? ).

Guillemets

Dans un texte français, on emploie les guillemets typographiques en forme de chevrons (« ») pour une citation de premier rang et les guillemets anglais doubles (“ ”) pour une citation de deuxième rang.

🇬🇧 Dans un texte anglais, on utilisera les guillemets doubles (“ ”) pour marquer une citation de premier rang et les guillemets simples (‘ ’) pour une citation de deuxième rang.

Espace insécable

En français, il convient de mettre une espace insécable après le guillemet ouvrant («) et avant le guillemet fermant (»), contrairement à l’anglais 🇬🇧 où les guillemets sont accolés aux mots qu’ils encadrent.

En français, les deux-points, le point-virgule, le point d’exclamation, le point d’interrogation, les signes %, et °C sont précédés d’une espace insécable, contrairement à l’anglais 🇬🇧 qui n’en requiert pas.

Points de suspension

En français, les points de suspension sont accolés à la dernière lettre du mot qui les précède et suivis d’une espace normale.

Je rêve

🇬🇧 En revanche, en anglais, les points de suspension sont séparés du mot qui les précède par une espace insécable.

I’m dreaming …

NB. – Pour indiquer une ellipse narrative (omission d’un ou plusieurs mots dans un extrait de texte cité), on privilégie les points de suspension mais insérés entre crochets « […] ».

Trait d’union et tirets

En français, on utilise le trait d’union pour indiquer des intervalles.

1914-1918 ; p. 154-158.

🇬🇧 En anglais, on utilise le tiret court (i.e. demi-cadratin) pour indiquer des intervalles.

The war of 19141918 ; pp. 1548.

On emploie le tiret long (i.e. tiret cadratin) pour signaler une incise — comme celle‑ci — au sein d’une phrase, suivi d’une espace insécable après le premier tiret et suivi d’une espace insécable avant le second. Le second tiret est supprimé avant un signe de ponctuation final.

🇬🇧 En anglais (usage américain 🇺🇸 ici préféré), il est d’usage de ne pas introduire d’espacement avant et après le tiret long :

The English examplethough it is usefulwon’t be translated like that.

Énumération

Tous les éléments d’une énumération sont séparés par des virgules, sauf les deux derniers éléments qui sont séparés par la conjonction de coordination « et ».

A, B et C.

🇬🇧 En anglais, l’usage veut que l’on conserve la virgule après l’avant-dernier élément tout en utilisant la conjonction de coordination « and ».

A, B, and C.

Majuscules

Limiter l’emploi des majuscules : la plupart des mots en français n’en prennent pas. Ne jamais écrire des mots entiers, des phrases, des titres en majuscules ou des noms propres en lettres capitales. N’utiliser les capitales que pour les sigles. Ne pas mettre de points entre les lettres des sigles.

CNRS et non C.N.R.S.

NB. – Pour les titres d’articles et d’ouvrages anglais 🇬🇧, on inscrira : en majuscules la première lettre des premier et dernier mots d’un titre, de tous les noms, pronoms, adjectifs, verbes, adverbes et conjonctions de subordination (If, Because, That…), ainsi que du premier mot d’un sous-titre ; en minuscules les articles (a, an, the), conjonctions de coordination (and, but, or, for, nor) et prépositions (about, at, before, between, by, from, in, on…), quelle que soit leur longueur, sauf quand il s’agit du premier ou du dernier mot du titre ou du sous-titre.
Pour composer ou vérifier la composition des titres anglais, vous pouvez utiliser l’outil disponible en ligne sur <https://capitalizemytitle.com> (la norme privilégiée ici est celle du Chicago Manual of Style).

Abréviations courantes

En français

  • 2 Le symbole degré « ° » est à proscrire : inscrire le « o » en exposant et le « s » le cas échéant.

1er, 1re, 2e… pour premier, première, deuxième
apr. J.-C. pour après Jésus-Christ
av. J.-C. pour avant Jésus-Christ
c.-à-d. pour c’est-à-dire, i. e. pour id est
ca pour circa [préférer vers ou environ]
cf. pour confer, voir [pas d’abréviation]
chap. pour chapitre(s)
cité [pas d’abréviation], op. cit. pour opere citato
col. pour colonne(s)
Dr pour docteur
éd. pour éditeur(s) [voire éds pour éditeurs]
et al. pour et alii
et suiv. pour et [pages] suivante(s)
etc. pour et cetera
fasc. pour fascicule(s)
fig. pour figure(s)
fol. ou fo / fos pour folio(s)
id. pour idem
ibid. pour ibidem
ill. pour illustration(s)
M., MM. pour Monsieur, Messieurs
Mgr pour Monseigneur
Mlle, Mlles pour Mademoiselle, Mesdemoiselles
Mme, Mmes pour Madame, Mesdames
ms., mss pour manuscrit, manuscrits
n. pour note(s)
no, nos2 pour numéro, numéros
p. pour page(s)
paragr. ou § pour paragraphe(s)
prof. pour professeur
p. ex. pour par exemple, e. g. pour exempli gratia
s. d. pour sans date
s. l. pour sans lieu
St- / Ste- pour Saint- / Sainte- [nom propre]
suppl. pour supplément(s)
tabl. pour tableau(x)
v. pour vers [singulier et pluriel]
vol. pour volume(s)

  • 3 Il est d’usage au Royaume-Uni de mettre un point à la fin des mots uniquement lorsqu’ils sont abrég (...)

🇬🇧 En anglais3

1st, 2nd, 3rd, 4th pour first, second, third, fourth
a.d. ou ad pour anno domini
b.c. ou bc pour before Christ
c. ou ca. pour circa
century [pas d’abréviation, ne pouvant être omis devant un nombre ordinal]
cf. pour confer, see [pas d’abréviation]
chap., chaps pour chapter, chapters
col. pour column
Dr pour Doctor
ed., eds pour editor, editors
e.g. pour exempli gratia [for example]
et al. pour et alii
etc. pour et cetera
f. / ff. pour and following page / pages
fasc. pour fascicle
fig. pour figure(s)
i.e. pour id est [that is (to say)]
ibid. pour ibidem
id. pour idem
ill. pour illustration(s)
Mgr pour Monsignor
Mr, Messrs pour Mister, Messieurs
Mrs, Mmes pour Mistress, Mesdames
Ms, Mss pour Miss, Misses
ms., mss pour manuscript, manuscripts
n., nn. pour note, notes
n.d. pour no date
n.p. pour no place
no., nos pour number, numbers
op. cit. pour opere citato
p., pp. pour page, pages
par. ou § pour paragraphe
Prof. pour Professor
St pour Saint
suppl. pour supplement
table [pas d’abréviation]
v., vv. pour verse, verses
vol., vols pour volume, volumes

Chiffres et dates

En français

Les nombres sont écrits en tranches de trois chiffres en partant de la droite, séparées par une espace insécable. Ex. : 850 753
Le séparateur décimal est une virgule. Ex. : 8 750,54
Pour indiquer une date, le mois devra être inscrit en toutes lettres.
Ex. : le 15 janvier 2015
(et non sous la forme suivante : 15/01/2015).
Les siècles sont inscrits en chiffres romains et en petites capitales, avec un e (en exposant) pour le suffixe « ième » et er (en exposant) pour le suffixe « ier » ; le mot « siècle » en toutes lettres.
Ex. : 
xixe siècle, ier siècle

🇬🇧 En anglais

Les nombres sont écrits en tranches de trois chiffres en partant de la droite, séparées par une virgule. Ex. : 850,753
Le séparateur décimal est un point. Ex. : 8,750.54
Les mois et les jours de la semaine commencent par une majuscule.
On indiquera les dates selon l’usage britannique.
Ex. : Thursday, 15 January 2015
(et non selon l’usage américain : Thursday, January 15, 2015).
Les siècles sont inscrits en chiffres arabes et sans exposant. Ex. : 19th century

Notes

1 Indiquer de préférence le DOI (Digital Object Identifier) s’il existe.

2 Le symbole degré « ° » est à proscrire : inscrire le « o » en exposant et le « s » le cas échéant.

3 Il est d’usage au Royaume-Uni de mettre un point à la fin des mots uniquement lorsqu’ils sont abrégés avant la dernière lettre, contrairement à l’usage américain qui place systématiquement un point à la fin de tous les mots abrégés (à l’exception des abréviations d’unités de mesure).

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search