Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27ÉtudesMémoires de filles

Études

Mémoires de filles

Stratégies pronominales et enjeux du témoignage chez Annie Ernaux et Vanessa Springora
Julie Gaillard

Résumés

Cet article analyse les stratégies pronominales déployées dans deux récits relatant un vécu d’abus sexuels à l’adolescence (Mémoire de fille d’Annie Ernaux et Le consentement de Vanessa Springora) pour montrer comment l’agentivité émergeant dans le geste autobiographique y relève indissociablement d’une tentative rétrospective de réparation subjective et d’une implication éthique et politique. En assignant la victime dans la position d’un « tu » dans une langue qu’elle ne peut pas comprendre, l’abuseur la prive de la possibilité de redevenir “je”. “Désincarcérer” ce “je” silencié pour lui restituer sa position de sujet et sa capacité d’agent requiert un geste d’adresse à un “tu”, à un “vous”, l’inscription dans l’horizon d’un “nous”. Ces autobiographies actent du fait que “je” ne saurait advenir hors de l’adresse à “toi” et adossent la subjectivité à une éthique relationnelle. Ainsi, elles font émerger une agentivité féministe alimentant les transformations sociales en cours.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Annie Ernaux, Mémoire de fille, Paris, Gallimard, 2016, dorénavant MF; Vanessa Springora, Le cons (...)

1Il aura fallu à Annie Ernaux cinquante-huit ans pour publier Mémoire de fille, et près de trente-cinq à Vanessa Springora pour faire paraître Le consentement1. Deux femmes adultes reviennent, plusieurs décennies après les faits, sur l’irruption de la sexualité adulte imposée par une figure d’autorité sur une subjectivité adolescence qui n’y était pas préparée. Relatant les circonstances et les conséquences clairement traumatiques de ces premières expériences sexuelles, les deux autrices refusent toutefois de les qualifier de viols : Annie Ernaux préfère parler “d’obéissance à ce qui arrive” (MF : 46), et Vanessa Springora évoque un “consentement” dont c’est bien sûr tout l’enjeu du livre de démontrer rétrospectivement l’impossibilité. Publiés respectivement en 2016 et 2020, au terme d’une décennie marquée par un renouveau des féminismes français, notamment autour de la politisation des violences sexistes et sexuelles depuis l’affaire DSK en 2011 et catalysée par l’événement #MeToo en octobre 2017, ces deux récits participent d’un contexte féministe où la lutte contre l’hétéropatriarcat passe par la redéfinition de la notion de consentement et s’énonce à travers des témoignages personnels à la première personne du singulier.

  • 2 C’est par exemple le point de vue de Marie-Dominique Garnier dans sa recension du Consentement : (...)

2À l’encontre de critiques voyant dans le mouvement #MeToo et les formes testimoniales dont il se soutient des expressions d’un individualisme néolibéral occidental qui seraient complices d’une reconduction tacite des structures de domination multiples caractéristiques de l’ordre hétéropatriarcal2, cet article avance que le geste autobiographique peut être le lieu privilégié de l’émergence d’une agentivité relevant indissociablement d’une tentative de réparation subjective (trans)individuelle et d’une implication collective tant éthique que politique.

  • 3 Judith Butler, The Psychic Life of Power. Theories in Subjection, Stanford, Stanford University P (...)
  • 4 Ibid., p. 17-18 entre autres.
  • 5 Judith Butler, Giving an Account of Oneself, New York, Fordham University Press, 2005, p. 31-32. (...)
  • 6 Dans des articles portant sur La femme gelée et Mémoire de fille, Barbara Havercroft a montré com (...)

3Dans cette entreprise, les conceptualisations du sujet et de l’agentivité formulées par Judith Butler fournissent un point d’appui particulièrement utile. Au croisement d’une perspective foucaldienne et d’une perspective psychanalytique, Butler conçoit le sujet selon un processus ambivalent d’assujettissement3. L’individu est dès l’origine dépendant de relations à des êtres et à des normes établies socialement qui président à sa sujétion-subjectivation : son agentivité émergera notamment par la réappropriation critique de ces discours normatifs, désamorcés dans un processus de re-signification4. Développant une pensée féministe de la reconnaissance intersubjective où les sujets peuvent émerger en tant qu’iels sont exposé·e·s les un·e·s aux autres dans leur vulnérabilité et leur singularité irréductible, Butler avance que le récit de soi n’est pas l’affirmation monumentalisante d’une identité souveraine, mais l’exercice d’une responsabilité éthique, l’acte par lequel le sujet se retourne sur son émergence dans un geste toujours adressé pour tenter de rendre compte de l’altérité qui, l’assujettissant, a conditionné son devenir-sujet5. Ainsi, la pensée butlerienne fait du sujet une interface cruciale entre récit de soi, critique du pouvoir, éthique relationnelle et agentivité politique, dont Barbara Havercroft et Shirley Jordan ont déjà montré l’intérêt pour l’analyse des œuvres d’Annie Ernaux6.

  • 7 Sandor Ferenczi, Confusion de langue entre les adultes et l’enfant, traduit par J. Dupont, S. Hom (...)
  • 8 Je m’appuie dans ce paragraphe sur les analyses de Claire Nouvet, qui ne traite pas du texte de F (...)
  • 9 Claire Nouvet montre que si le pédocriminel transgresse la limite entre la sexualité adulte et l’ (...)
  • 10 Claire Nouvet, op. cit., p. 49.
  • 11 Émile Benveniste, “De la subjectivité dans le langage”, Problèmes de linguistique générale, Tome (...)

4Dans Mémoire de fille et Le consentement, Annie Ernaux et Vanessa Springora donnent à voir ce que Sandor Ferenczi nommait une “confusion des langues” entre la langue de la tendresse parlée par l’enfant et la langue de la passion (sexuelle) parlée par l’adulte7. Entre ces deux langues, il existe ce que Jean-François Lyotard nomme un différend : leurs conditions d’articulation sont radicalement hétérogènes8. En transgressant la limite, l’adulte abuseur place d’autorité l’enfant en position de destinataire d’un geste qu’iel n’a pas les capacités psychiques de comprendre, et auquel iel n’a pas les capacités physiques de répondre. Si cette confusion est évidente chez Springora, où l’abuseur est un pédocriminel revendiqué, elle est également présente chez Ernaux, qui n’a de cesse d’insister sur les écarts entre la sentimentalité adolescente de la jeune Annie D. et la sexualité adulte qui lui est imposée sans qu’elle la comprenne. La confusion des langues repose sur l’exploitation par l’adulte d’une demande infantile d’amour à laquelle il prétend répondre par un geste sexuel absolument incommensurable à cette demande – livrant rétrospectivement l’enfant à l’illusion culpabilisante que ce qui lui arrive répond à son désir9. L’abuseur prétend se placer dans une situation de réciprocité de sujet à sujet, de “je” à “tu”, dans un idiome partagé. En réalité, son geste est tout sauf dialogique. Dans une lecture lyotardienne d’un texte d’Annie Leclerc intitulé Paedophilia ou l’amour des enfants, Claire Nouvet propose de lire l’abus sexuel comme une “adresse négative”10, c’est-à-dire comme une adresse qui abuse précisément par la négation de la permutation des rôles dans la situation d’échange, correspondant à la permutation des pronoms “je” et “tu” sur la scène énonciative, dont Émile Benveniste a montré qu’elle est constitutive de la subjectivité11. En plaçant de force l’enfant en position dans la position d’être “tu”, c’est-à-dire, indissociablement, destinataire et silencié, l’abuseur la prive de la possibilité de redevenir “je”, l’emprisonnant durablement dans une temporalité traumatique où le temps ne passe pas. Plus qu’une sujétion, l’abus pédocriminel produit une abjection. Mais alors, comment parler ? Comment ajointer le “je” d’alors, condamné à être “tu” sans retour possible, et le “je” présent dont cette abjection initiale a grevé le devenir ? “Désincarcérer” (c’est le terme choisi par Annie Ernaux (MF : 79)) ce “je” silencié requiert un geste d’adresse à un “tu”, à un “vous”, l’inscription dans l’horizon d’un “nous”. Alors le “je” présent pourra, peut-être, retrouver son agentivité en mettant des mots sur le tort subi.

  • 12 Une version exploratoire de cet article a été donnée dans le panel “Persistance de la jeune fille (...)

5M’appuyant sur l’analyse des stratégies pronominales déployées dans Mémoire de fille et Le consentement, je propose de montrer que ces deux récits mettent en jeu une excavation spécifique du sujet, qui passe non seulement par la mise au jour de l’abjection traumatique induite par l’abus sexuel, mais aussi par la mise en évidence d’une sujétion conditionnant la formation individuelle et collective des sujets au creuset de discours normatifs naturalisant la domination hétéropatriarcale, tissant ce que les féministes américaines des années 1970 ont dénommé une “culture du viol”. Cette excavation du sujet s’opère par divers phénomènes d’adresse : ces autobiographies actent du fait que “je” ne saurait advenir hors de l’adresse à “toi” et adossent la subjectivité à une éthique relationnelle. Dans une démarche résolument transitive, elles font émerger une agentivité féministe qui déborde le cadre littéraire pour alimenter les révolutions féministes en cours.12

“Être tu” : pragmatique de l’abus sexuel

6Malgré leur distance et termes d’époque, de milieux sociaux, et de parcours et d’aspirations individuelles, les jeunes filles dont Annie Ernaux et Vanessa Springora retracent le portrait ont plusieurs points communs. Les deux adolescentes arrivent au seuil des événements avec une forte demande d’amour et un désir obscur de transgression, mais dont l’objet est indéterminé. Elles ont toutes les deux fait une première expérience tâtonnante d’exploration juvénile de la sexualité, vécue d’égal à égale. Or la sexualité adulte n’a rien de commun avec cette sensualité juvénile dans laquelle elle fait irruption.

7Annie Ernaux résume la jeune Annie D, qui quitte pour la première fois la surveillance de sa mère à 17 ans lors de l’été 1958 pour être monitrice à la colonie de S., comme “la bonne élève d’une école religieuse de province, issue d’une famille modeste et qui aspire à une bohème intellectuelle et bourgeoise” (MF : 31). Ignorante de tout mais portée par un double désir de mobilité sociale et de découverte amoureuse, la “fille de 58” arrive à la colonie “avide de rencontrer [ceux] qui la reconnaîtront comme leur semblable” et “crev[ant] d’envie de faire l’amour mais par amour seulement” (MF : 29), mais est confrontée à l’expérience d’une asymétrie radicale. Le moniteur-chef (qui en tant que tel, quoi qu’ayant seulement 22 ans, est “du côté de ceux qui dirigent” (MF : 42)), l’entraînant à l’écart des autres après l’avoir embrassée par surprise, l’expose à des actes et à des mots qu’elle n’a jamais entendus, dont lui seul a la maîtrise, et qui lui “signifient son entrée dans le sexuel pur” (MF : 45). À travers le point de vue rétrospectif du “je” narratorial, le récit souligne à de nombreuses reprises “l’absence de signification de ce qui arrive” (MF : 46), l’impossibilité de comprendre et d’interpréter. L’ouverture du texte résume ainsi la séquence de la première nuit :

Ni soumission ni consentement, seulement l’effarement du réel qui fait tout juste se dire “qu’est-ce qui m’arrive” ou “c’est à moi que ça arrive” sauf qu’il n’y a plus de moi en cette circonstance, ou ce n’est plus le même déjà. Il n’y a plus que l’Autre, maître de la situation, des gestes, du moment qui suit, qu’il est seul à connaître. (MF : 11)

8C’est bien une désertion du moi qu’évoque Mémoire de fille, supplanté par la volonté de l’Autre entièrement “incorporé” en elle (MF : 64), et auquel elle voue dès lors une dévotion mystique. Les autres moniteurices, dont les humiliations, elles aussi non comprises, redoublent l’abus sexuel, “la traite[nt] de complètement siphonnée” (MF : 64) : en effet, son moi a été siphonné. Elle est bloquée dans la position d’objet du désir à laquelle l’Autre l’a assignée, position que son inexpérience amoureuse et son avidité de reconnaissance sociale ne lui permettent d’interpréter que comme une adresse dialogique de sujet à sujet, c’est-à-dire comme une marque d’élection : “Elle ne peut pas imaginer qu’il ne l’ait pas choisie – élue – entre toutes les autres” (MF : 42). Lors de son séjour à la colonie, elle continuera de donner le change, avec le moniteur-chef et avec les autres : à faire comme si elle parlait cette langue obscène qu’elle ne comprend pas, à collaborer – dans la certitude de son bonheur (MF : 78) – à sa propre objectification sexuelle, à son abjection, afin de continuer à exister aux yeux de “ceux qu’elle imagine comme ses semblables” (MF : 29). Or, à la sortie de la colonie : “Elle n’a pas rencontré ses semblables, c’est elle qui n’est plus la même” (MF : 78). La jeune fille ne parle plus : “elle” est parlée par la langue de l’Autre.

  • 13 Voir aussi la lecture de ce passage par Hélène Merlin-Kajman, op. cit., p. 130.

9Chez Springora, la confusion des langues entre l’adulte et l’enfant commence par un “vous” : celui par lequel l’écrivain, dans les lettres dont il inonde la jeune fille croisée lors d’un dîner où l’avait traînée sa mère, s’adresse à elle “comme si [elle] étai[t] une grande personne”, la plaçant “d’emblée sur un pied d’égalité avec lui” (C : 45). Or aucune égalité bien sûr, entre cet écrivain célèbre de cinquante ans et la jeune fille de quatorze ans, marquée par l’abandon de son père (C : 35), qu’il attire chez lui au prétexte de goûter des “pâtisseries délicieuses” achetées “chez un traiteur hors de prix” (C : 46). Le consentement décrit un mécanisme de désertion du moi similaire à celui décrit par Ernaux, notamment à travers cette description que fait Springora de la perte d’une première partie de sa virginité : “Quelque chose comme ma présence au monde s’efface. Et tandis que sa langue vorace s’insinue en moi, mon esprit s’envole” (C : 55)13. Cette “langue vorace” n’est pas seulement l’organe, bien concret, d’une dévoration physique, c’est aussi la langue de la sexualité adulte, qui fait effraction au cœur de la sentimentalité adolescente, et, s’en emparant à des fins sexuelles et littéraires, conduit à l’éviction du sujet hors d’elle-même. C’est bien une dépossession du corps et de l’âme qui se joue ici. J’ajouterais : du corps et de la langue. Possédée par la langue de l’autre – qui plus est une langue littéraire – la jeune fille est dépossédée de la sienne. On m’objectera que cette jeune fille est fort loquace, et que ses échanges épistolaires avec son séducteur sont la preuve d’une réciprocité discursive dans un idiome partagé. Or ces lettres d’amour des jeunes filles séduites par Matzneff, reproduites dans ses livres, “se ressemblent étrangement” :

Ce ne sont pas les mots de gamines de notre âge, ce sont les termes universels et atemporels de la littérature épistolaire amoureuse. G. nous les souffle en silence, les insuffle dans notre langue même. Nous dépossède de nos propres mots. (C : 90-91)

10Dans ces lettres, ce n’est pas “je” qui parle, c’est une possédée qui est parlée par une langue qui n’est pas la sienne, qu’on a mise dans sa bouche.

11Malgré toutes leurs différences, les récits d’Ernaux et de Springora évoquent de manière comparable une dissolution du moi sous l’effet de l’effraction de la langue de la sexualité adulte dans la langue de la sentimentalité adolescente, qui dépersonnalise les jeunes filles et les transforme en ventriloques, en marionnettes agies par le discours d’un autre. Sous l’effet de la confusion des langues, elles interprètent l’abus sexuel comme une réponse à leur propre demande d’amour et de reconnaissance, internalisant une culpabilité qui n’est pas la leur, et préservant à tout prix l’apparence de la normalité en continuant à parler dans un idiome qui leur est étranger, au prix de leur propre dépersonnalisation. Dans les deux cas, cette position impossible ne se dissipe pas avec le temps. Outre l’évocation de troubles du stress post-traumatique survenant dans les mois et les années qui suivent les événements, dans les deux cas, c’est la temporalité adulte qui continue à être hantée par l’irruption d’un affect brut ressurgissant intact de l’adolescence et qui vient submerger la subjectivité adulte. Vanessa Springora écrit : “J’ai beau être adulte, dès qu’on prononce le nom de G. devant moi, je me fige et redeviens l’adolescente que j’étais au moment où je l’ai rencontré. J’aurai quatorze ans pour la vie. C’est écrit” (C : 184). Annie Ernaux décrit un phénomène similaire, qui survient à l’occasion de films ou de livres dont certaines scènes provoquent le retour de la fille de 58, sur le mode d’une “présence réelle” :

À chaque fois, c’est comme si j’étais raptée par la fille sur l’écran, que je devenais elle, non la femme que je suis aujourd’hui, mais la fille de l’été 58. C’est elle qui me submerge, suspend mon souffle […]. Cette fille-là de 1958, qui est capable à cinquante ans de distance de surgir et de provoquer une débâcle intérieure, a donc une présence cachée, irréductible en moi. […] Cette fille n’est pas moi, mais elle est réelle en moi. (MF : 21-22)

12Cette irruption d’un moi ancien, d’un affect brut qui vient interrompre et submerger l’articulation de la subjectivité adulte, est bien la marque d’une résurgence traumatique. Elle trahit la persistence de la jeune fille emprisonnée quelque part dans la psyché qui lui survit, clouée dans cette position d’être “tu(e)”, privée d’accès à la parole, privée de la possibilité de redevenir “je”.

Je, tu, elle : adresse et subjectivation

13Mais, alors, comment parler quand on a été “tu” ? Comment ajointer le moi d’alors et le moi écrivant qui survit à son abjection ? Qui parle derrière le “je” narratorial de ces récits de témoignage rétrospectif ?

14Annie Ernaux refuse de fondre “la fille de 1958” et “la femme de 2014” en un “je” et fait le choix d’une oscillation entre un “je” narratorial et un “elle” décrit en extériorité. Cette stratégie vise à “aller le plus loin possible dans l’exposition des faits et des actes” (MF : 22) pour “déconstrui[re] la fille qu’[elle a] été” (MF : 56). Mais cette scission pronominale me semble autant traduire la difficulté de la déconstruction d’une expérience et d’une époque distante de plus d’un demi-siècle qu’attester de cet emprisonnement de la “fille de 58” dans cette position d’être à la fois rendue muette et dépossédée de toute agentivité. Ce sera tout l’enjeu de l’écriture, précisément, de la “désincarcérer” de cet été éternel (MF : 79). L’écriture se fait recherche, traverse le temps pour abréagir l’affect qui persiste à faire retour dans le présent :

Je ne m’étais pas relevée du lit où je me suis allongée nue, frissonnante, bâillonnée aussitôt par un sexe d’homme auquel j’ai voué dès le lendemain un amour fou. […] Il me semble que j’ai désincarcéré la fille de 58, cassé le sortilège qui la retenait prisonnière depuis plus de cinquante ans […]. Je peux dire : elle est moi, je suis elle. (MF : 78-79)

  • 14 Voir les analyses de Shirley Jordan, op. cit., p. 10.

15En tendant la main à la fille de 58, l’écriture permet de libérer “la fille de 58” de cette atemporalité traumatique où elle était prisonnière, pour la réinscrire sur l’axe du temps : la faire sortir de la “présence réelle” pour la dissiper en la restituant au passé, la resituer sur l’axe d’une chronologie subjective. C’est le “je” narratorial qui se relève, en assumant au présent la honte d’avoir dans le passé collaboré à son objectification – on note la prévalence des verbes réflexifs, qui posent la personne à la fois comme sujet et comme objet de l’action : “je ne m’étais pas relevée du lit où je me suis allongée” (MF :78) – mais surtout en identifiant rétrospectivement la silenciation imposée par l’abus, et en tentant de la surmonter dans l’écriture – précisément dans ce qui sera le récit d’une venue à l’écriture, dans la seconde partie du texte14. Le travail de l’écriture s’apparente ici au travail de l’anamnèse psychanalytique, mais un travail qui viserait aussi, on le verra, à mettre au jour les déterminismes collectifs qui agissent les comportements individuels. Si l’écriture le peut, c’est parce qu’il s’agit d’une écriture adressée. En effet, l’ouverture du roman, dont la structure énonciative est distincte du reste du texte, résume la séquence de l’abus dans un présent de narration généralisant, en faisant intervenir la deuxième personne du pluriel :

Puis l’Autre s’en va, vous avez cessé de lui plaire […]. Il ne s’occupe plus que de son temps à lui. Vous êtes seul avec votre habitude, déjà, d’obéir. Seul dans un temps sans maître. […] Vous vous jurez d’oublier tout et de ne jamais en parler à personne. (MF : 11-12)

16La portée référentielle de ce “vous” est indéterminée : il englobe à la fois “la fille de 58” et le·la lecteur·rice. Combinée à l’emploi du présent de narration, qui ajointe le présent de l’énonciation au présent de l’objectification sexuelle, cette adresse indéterminée tente de repositionner a posteriori la fille de 58 dans la position subjective de destinataire dont l’abus l’a privée, créant l’espace où le tort subi par la jeune fille peut enfin être entendu comme tel tout en accueillant le·la lecteur·rice au sein d’un espace de résonance affective plus vaste et collectif, une résonance qui est le premier pas vers une montée en généralité qui permet de politiser la honte. Cette honte et sa mémoire ne sont pas seulement celles, individuelles, d’Annie Duchesne encore “fille”, avant qu’elle épouse Philippe Ernaux dont le nom, révélé au bas d’une lettre, lui rappellera le nom du pensionnat d’Ernemont où, découvrant Beauvoir après son expérience à la colonie, elle refusera la position d’objet et commencera à assumer la position de “sujet libre” (MF : 110) qui la mènera “au port de l’écriture” (MF : 144). Ce sont celles d’une fille parmi d’autres, dont l’expérience est écrite dans “l’espérance qu’il y a au moins une goutte de similitude entre cette fille, Annie D, et n’importe qui d’autre” (MF : 88) : une mémoire explorée pour mettre des mots sur une expérience transpersonnelle, et traversée d’alterité.

  • 15 Hélène Merlin-Kajman, op. cit., p. 147.
  • 16 Chloé Delaume, Mes bien chères sœurs, Paris, Seuil, 2019, p. 27.

17Au contraire de la stratégie pronominale d’Annie Ernaux, le “je” est assumé par Vanessa Springora de part en part de son récit. Ce faisant, elle pose rétrospectivement la jeune fille comme sujet de sa propre énonciation, réaffirmant la continuité d’un “je” par-dessus la dépossession et la dépersonnalisation psychotique (C : 174-177), par-dessus le retour éternel de la “petite V.” qui la condamne à “avoir 14 ans pour la vie”. C’est que l’abus sexuel, dans son cas, a été redoublé par un abus littéraire, qui a “biffé [son histoire] d’un trait de plume” pour la transformer en un “personnage de papier créé de toutes pièces”, figé à jamais dans “une prison de mots” (C : 170-171), dans “un fantasme entièrement verrouillé par l’ego” (C : 134) de son abuseur. Assumer la continuité d’un “je” revêt une dimension à la fois existentielle et militante : il s’agit de se soustraire à la position d’objet de l’écriture qui redoublait son objectification sexuelle, d’écrire pour “redevenir le sujet de [s]a propre histoire” (C : 202). Pour échapper au présent éternel de la répétition traumatique, la narration à la première personne au présent s’impose comme forme permettant d’affirmer l’agentivité du sujet et comme tentative de suturer l’expérience à travers le temps. C’est par le biais de la modalisation, la présence du discours direct et de mises au point contextuelles que le “je” adulte tente de ressaisir le “je” adolescent ainsi que le contexte social et culturel qui a contribué à la façonner. Par cette affirmation de soi en “je” écrivant, Springora répond sur le terrain littéraire à un tort infligé par voie de littérature, et “pren[d] le chasseur à son propre piège [en] l’enferm[ant] dans un livre” (C : 10). Comme l’a souligné Hélène Merlin-Kajman, l’enjeu de ce texte ne saurait toutefois se confondre avec une entreprise de vengeance. Il arrache au contraire la littérature à une pratique séductrice manipulant le lectorat, telle que Matzneff la conçoit, pour en faire, là aussi, une pratique adressée15. C’est bien l’horizon d’un “nous” sororal que dégagent les dernières pages du texte, d’abord par le récit de la rencontre avec une autre victime de Matzneff. C’est par l’adresse à un “tu” que le sujet peut s’extraire de la position d’abjection dans laquelle l’abus pédocriminel l’a jeté : “Non, ce n’est pas toi, Nathalie, on n’y est pour rien” (C : 198). L’adresse à une autre qui a elle aussi été bloquée dans la position d’être “tu(e)” permet de se hisser à nouveau à la position d’un “je”, en restaurant la possibilité de l’interlocution d’égale à égale dont la destinataire et la destinatrice de la phrase avaient toutes deux été exclues. Ainsi, loin de monumentaliser un sujet autonome et souverain, le “je” de l’écriture, rendu possible par une intersubjectivité inaugurale, esquisse un espace d’écoute où d’autres “tu” pourront venir se reconnaître, dégage l’horizon sororal d’une agentivité transpersonnelle. L’enjeu du texte n’est pas seulement thérapeutique, il est aussi, et surtout, politique. En s’inscrivant explicitement dans le flot des paroles de victimes qui est “en train de se libérer” (C : 204) avec le mouvement #MeToo (qui a largement favorisé la réception positive et l’écho médiatique du livre), l’ouvrage de Vanessa Springora s’inscrit dans un moment politique de bascule du pouvoir, qu’il espère contribuer à faire advenir. Mais cette bascule ne saurait advenir par la seule multiplication des témoignages de victimes, comme l’indique la citation de Chloé Delaume tirée de Mes bien chères sœurs, choisie par Springora en épigraphe du chapitre qui, précisément, s’intitule “écrire” : “Le langage a toujours été une chasse gardée. Qui possède le langage possèdera le pouvoir”16. Dans cet essai qui se présente comme un vade mecum de la sororisation, Chloé Delaume montre que le langage est le lieu où s’opère la naturalisation de la domination cishétérosexiste, et invite à sa réappropriation féministe – désignant par là une responsabilité de la littérature. À travers son récit personnel, Vanessa Springora livre une problématisation féministe de la notion de consentement qui engage, bien au-delà du terrain psychologique et familial d’une adolescente et du désir pathologique d’un pédocriminel, les représentations de toute une société. Car si le viol est une expérience individuelle, il est rendu possible par un ensemble complexe de structures matérielles et discursives de pouvoir qui informent les représentations collectives et individuelles.

“Je” dans “nous” : le personnel est politique

18Comment faire sens d’une expérience qui a dépassé les capacités de compréhension psychique et de perception physique de celle qui l’a subie ? Et pourquoi une expérience qui apparaît à la narratrice adulte comme un abus n’apparaît pas comme telle à la jeune fille qui en est l’objet ? S’il est rendu possible par son inscription dans une adresse, le travail de “désincarcération” du sujet passe aussi par une mise au jour rétrospective des mécanismes de son assujettissement à des normes établies socialement à travers un ensemble de discours. Dans le va-et-vient du point de vue adulte et du point de vue adolescent, les autrices enquêtent sur l’émergence du sujet en regard des représentations disponibles marquant une vision du monde et des rapports de genre (mais aussi de classe et de race) propre à une époque.

  • 17 Pour une problématisation de différents types de mémoire mis en jeu dans Mémoire de fille, je ren (...)
  • 18 Barbara Havercroft, “(Auto)citation et initiation sexuelle dans Mémoire de fille d’Annie Ernaux”, (...)
  • 19 Voir les analyses de l’intertexte hugolien proposées par Barbara Havercroft, “(Auto)citation et i (...)
  • 20 Shirley Jordan, op. cit., p. 9.

19Le projet d’Annie Ernaux est clair : il ne s’agit pas de (re)construire la fille qu’elle a été à partir de souvenirs nécessairement biaisés et incomplets, mais de la “déconstrui[re]” (MF : 56) par le recours à une mémoire transindividuelle17 pour “saisir et comprendre le comportement de cette fille, Annie D., son bonheur et sa souffrance, en les situant par rapport aux règles et aux croyances de la société d’il y a un demi-siècle, à une normalité évidente pour tout le monde” (MF : 36). Barbara Havercroft a mis en lumière le rôle capital joué par la citation dans la (re)présentation de la jeune Annie D., et sa capacité de transformer la “réénonciation” en “dénonciation”18. Tout comme les lettres, extraits d’agenda ou autres indications de lecture permettent d’approcher (toujours imparfaitement) l’intériorité d’“elle”, les références culturelles, clichés et rumeurs rapportées offrent un point d’accès à la vision du monde des années 1950, modalisée par le point de vue critique du “je” narratorial. Ces bribes éparses rapportées du passé esquissent en pointillés un imaginaire hétéropatriarcal socialement diffus. Pour la jeune Annie D, la sexualité est un objet de curiosité intense et d’“ignorance absolue” (MF : 30). Sur la base de cryptiques allusions romanesques, dix ans avant Mai 68 et la mixité scolaire, la jeune fille imagine la défloration comme un acte d’initiation mystique et sacré19. Comme l’a noté Shirley Jordan, cet imaginaire romantique forgé au contact des livres et des journaux féminins (MF : 28) est particulièrement inadapté pour naviguer l’environnement de promiscuité sexuelle dans lequel elle se trouve propulsée20, et où l’“hégémonie verbale” (et les moqueries grasses) des moniteurs est “indiscutée” (MF : 62). L’imaginaire romantisant la passivité féminine forme pourtant le pendant direct de l’imaginaire valorisant la sexualité masculine comme force d’affirmation viriliste, selon un système binaire dans lequel “L’homme propose, la femme dispose” – selon ce proverbe favori des moniteurs leur permettant de juger que “Elle, elle dispose mal” (MF : 63). Cette asymétrie des rapports de genre, acceptée comme un fait de nature, cimente dans l’imaginaire collectif l’idée d’une sexualité masculine irrépressible, qu’il appartiendrait donc aux femmes de recevoir ou repousser par leur “conduite”. Annie Ernaux prend soin d’inscrire sa description d’une asymétrie de pouvoir dans l’horizon plus vaste d’un imaginaire national colonialiste, raciste et hétéronormatif, traçant en pointillés, toujours par le biais de la captation de bribes de discours collectifs, un portrait de la société française en contexte de guerre coloniale.

Cet été-là, ils ont été aussi des milliers de soldats du contingent à partir en Algérie pour ramener l’ordre […]. Les filles ne leur demandaient rien, comme si les “engagements” et les “embuscades” relatés dans les journaux et à la radio en concernaient d’autres qu’eux. Elles trouvaient naturel qu’ils fassent leur devoir de garçon et que, comme le bruit en courait, il leur faille une chèvre au piquet pour leurs besoins physiques. (MF : 14)

  • 21 À l’intersection de la violence coloniale et de la violence sexuelle, on trouve les tortures et l (...)
  • 22 Anne Grand d’Esnon, “‘Vous avez raison et maintenant j’ai raison de dire viol’. La part de la réc (...)

20Se dessine ainsi, comme l’a montré Jérôme David, un continuum entre la violence coloniale, naturalisée par la propagande d’Etat, et la violence sexuelle, normalisée par le discours hétéropatriarcal21. C’est cet imaginaire collectif, structurant hiérarchiquement la société et informant la construction de la sexualité tant masculine que féminine, qui sous-tend la première expérience sexuelle d’Annie D., et empêche les acteur·rice·s de concevoir sa brutalité et son unilatéralité comme un abus : “Ce n’est pas à lui qu’elle se soumet, c’est à une loi indiscutable, universelle, celle d’un sauvagerie masculine qu’un jour ou l’autre il aurait bien fallu subir. Que cette loi soit brutale et sale, c’est ainsi” (MF : 45). C’est seulement au prisme d’un autre cadre interprétatif, et au contact de son lectorat, qu’Annie Ernaux pourra rétrospectivement, assumant l’anachronisme, prononcer le mot : “viol”22.

  • 23 Voir Angélique Ibáñez Aristondo et Lucie Nizard, “Vanessa Springora et le fossoyage des mythes de (...)
  • 24 La complaisance, sinon la complicité de la fine fleur de l’intelligentsia parisienne dans la perp (...)
  • 25 Voir Marie-Jeanne Zenetti, op. cit., §6. Angélique Ibáñez Aristondo et Lucie Nizard ont quant à e (...)
  • 26 En référence au titre d’une tribune de Laure Murat suite à la parution du livre de Camille Kouchn (...)

21Si Annie Ernaux présente les représentations d’une époque dans l’interstice de divers fragments de discours rapportés, c’est au lieu même de la fabrique des représentations que s’attaque Vanessa Springora : le monde littéraire. Les livres “peuvent être un poison” (C : 10) : des contes de fées aux livres lus “trop tôt” où la jeune Vanessa apprend que “l’amour fait mal” (C : 29), la tradition littéraire au contact de laquelle se forge la subjectivité dès l’enfance (et à travers laquelle l’expérience de l’abandon du père est filtrée) normalise l’asymétrie des rapports amoureux et sexuels23. C’est la littérature qui a façonné l’imaginaire de dévoration (C : 29) qui laisse la jeune fille désarmée face à un prédateur sexuel, la conduisant à se jeter dans la gueule du loup – de “l’ogre” – en se persuadant de son amour. C’est aussi le monde littéraire qui continue à normaliser la pédocriminalité aux yeux de la jeune fille, de son entourage et de la société – par les représentations qu’il produit et les mythes qu’il propage ; par les comportements qu’il cautionne ; par les législations qu’il soutient24. Dans la France post-soixante-huitarde, où le désir de “jouir sans entrave” (C : 78) et la “libération des mœurs” (C : 204) font figure d’injonction, Matzneff assoit son prestige social et littéraire sur l’affirmation d’un désir illimité et transgressif. À travers la longue liste des institutions ayant contribué à normaliser sa relation avec Matzneff – de la Brigade des Mineurs, toute de déférence envers ce représentant d’une élite artistique, jusqu’au Président de la République, qui “port[e] aux nues son style, son immense culture” (C : 105), en passant, bien sûr, par l’intelligentsia parisienne – Springora trace le portrait d’une société éblouie par la figure du grand écrivain et par le mythe, que l’écrivain contribue à façonner, d’une “libération sexuelle” dont elle est incapable de reconnaître le caractère unilatéral. Si Matzneff a pu se présenter dans ses livres comme un maître ès séduction, dans la droite ligne d’une mythologie voyant dans la séduction (toujours centrée sur le désir masculin) un “trait d’identification nationale”25, Springora, en donnant voix à la perspective des jeunes gens “initiés” par Matzneff, expose cette séduction pour ce qu’elle est : une exploitation parée des atours de la culture. Présentant le discours élaboré par Matzneff dans ses livres par le biais du discours indirect libre, elle engage un processus de re-signification faisant apparaître les “écarts […] irréductibles” (C : 164) entre la sexualité adulte et la demande d’affection adolescente ou, a fortiori, la misère économique des enfants philippins qu’il exploite avec le concours de ses admirateurs. Bien sinistre exception culturelle26, en effet, que celle qui érotise la domination sexiste et néocoloniale des adultes sur les enfants. En mettant en lumière le privilège (dans tous les sens de ce terme) dont a joui cet homme blanc, français, membre d’une élite cultivée, et commettant au grand jour des actes pédocriminels, c’est aussi tout l’imaginaire collectif dont il se soutient que Springora met en cause, pointant la violence des rapports de pouvoir au cœur de la vision nationale de la relation hétérosexuelle.

Conclusion

  • 27 Marie-Jeanne Zenetti, op. cit., §19.
  • 28 Bruno Blanckeman, “L’écrivain impliqué : écrire (dans) la cité”, dans Bruno Blanckeman et Barbara (...)
  • 29 Outre le livre de Judith Butler (Giving an Account of Oneself), voir Violaine Houdart-Mérot, “Alt (...)
  • 30 Alexandre Gefen, “La Littérature est-elle morte au vingtième siècle ?”, Contemporary French and F (...)
  • 31 Florent Coste, Explore. Investigations littéraires, Paris, Questions théoriques, 2017, p. 193.
  • 32 Ibid., p. 204. Texte original modifié par mon ajout de l’écriture inclusive.

22Se demandant ce que #MeToo fait à la littérature, Marie-Jeanne Zenetti montre que le geste littéraire de Vanessa Springora rend impossible la croyance en l’autonomie de la littérature, qui sépare “l’homme de l’artiste”, et le discours des faits27. S’en dégage une vision d’une littérature rejoignant la notion d’implication proposée par Bruno Blanckeman28 : l’écriture, nécessairement impliquée dans le tissu du monde, est pensée par les autrices comme l’exercice d’une responsabilité éthique et politique, les engageant en premier lieu. L’excavation du sujet à laquelle se livrent Annie Ernaux et Vanessa Springora défait les postures monumentalisantes et la souveraineté surplombante de l’écrivain – Annie Ernaux n’a de cesse de déjouer la figure de grand écrivain qu’on lui attache ; Vanessa Springora, démontrant la toxicité du mythe du génie littéraire, aurait aimé que son livre fût écrit par une autre (C : 203). Mis en branle par l’irruption traumatique d’un événement qui troue la continuité subjective et dont ils cherchent à faire sens, ces récits de soi sont traversés de part en part par l’altérité. Ils montrent qu’on ne peut “rendre de compte de soi-même” que comme un·e autre29, et qu’en s’adressant à un·e autre – par exemple, un·e lecteur·rice. C’est par la mobilisation des pronoms de deuxième personne que peut émerger l’agentivité scripturale : elle permet au “je” narratorial de prendre voix pour dégager un espace éthique, et potentiellement thérapeutique, de reconnaissance intersubjective, inscrivant les textes dans l’horizon de transitivité dont Alexandre Gefen fait un marqueur déterminant de la littérature contemporaine30. S’ils mettent en jeu une éthique de la vulnérabilité, ces deux récits refusent les postures victimaires et interrogent le désir des jeunes filles en le situant par rapport aux normes et aux représentations collectives d’une époque pour problématiser les notions de viol et de consentement. Car le personnel est politique : ces récits de soi font apparaître des imaginaires collectifs naturalisant l’asymétrie des rapports de pouvoir dans la relation hétérosexuelle. Ce faisant, ils mettent en lumière ce que Florent Coste, après les philosophes du langage ordinaire, dénomme une “forme de vie”, caractérisant “une existence politique immanente à un type d’accord situé en deçà de toute codification institutionnelle”31, et formée par les acteur·rices à travers l’usage du langage. Dépouillée de l’illusion d’autonomie, la littérature, agissant sur le terrain du langage, a le pouvoir de révéler des formes de vie, et peut contribuer à les reconfigurer. Mais elle ne peut faire effet “à elle seule, sans les forces d’appoint d’autres enquêteur·rice·s (un·e sociologue, un·e journaliste, un·e militant·e associatif·ve, etc) et hors d’autres formes d’intervention et de mobilisation”32. Les livres d’Annie Ernaux et Vanessa Springora, qui contribuent à redéfinir et politiser la notion de consentement et à dénoncer l’asymétrie constitutive de l’imaginaire hétérosexuel français, surviennent dans un contexte de mobilisation féministe historique, dont ils alimentent le potentiel de transformation sociale.

Haut de page

Notes

1 Annie Ernaux, Mémoire de fille, Paris, Gallimard, 2016, dorénavant MF; Vanessa Springora, Le consentement, Paris, Grasset, 2020, dorénavant C.

2 C’est par exemple le point de vue de Marie-Dominique Garnier dans sa recension du Consentement : “#MeToologies ou les ciseaux de Vanessa Springora”, Multitudes 2020, vol. 2, n° 79, p. 211-216. Notons que ces reproches de narcissisme néolibéral dépolitisant sont fréquemment adressés à l’encontre des écritures autobiographiques et autofictionnelles, comme en témoigne Chloé Delaume dans La Règle du je (Paris, PUF, 2010, p. 29-30).

Si le mouvement #MeToo a trouvé une réception généralement positive dans les milieux universitaires français (suite, notamment, à la parution du Consentement), sa réception a été plus critique dans les milieux universitaires anglo-saxons, où a émergé une critique féministe de gauche émanant des cultural studies. Ces critiques ont notamment pointé que l’accent mis par #MeToo sur l’expression individuelle d’un trauma est compatible avec une forme de féminisme néolibéral tournant le dos aux questions structurelles de justice sociale et économique ; d’autres critiques, convergentes, ont analysé la blanchité d’un mouvement qui invisibilise les luttes et les besoins des femmes racisées et précaires, et peut contribuer à renforcer leur marginalisation (voir, par exemple, Alison Phipps, Me, Not You. The Trouble With Mainstream Feminism, Manchester, Manchester University Press, 2021, ou encore Jilly Boyce Kay, Gender, Media and Voice. Communicative Injustice and Public Speech, Cham (Suisse), Palgrave Macmillan, 2020). Si je souscris largement à ces critiques qui insistent sur la nécessité politique d’aborder la question des violences sexistes et sexuelles sous un angle systémique et intersectionnel (et il serait intéressant de faire une analyse de l’écho médiatique de l’œuvre de Springora en termes de privilège blanc), je souscris également à la remarque de Jilly Boyce Kay, qui rappelle que si le viol est un phénomène systémique enraciné dans les structures imbriquées du racisme, du capitalisme et du patriarcat, l’expérience du viol est intensément personnelle : il s’agit donc de faire en sorte que l’expression du trauma individuel et la lutte collective contre les structures d’oppression convergent vers le même but politique (ibid., p. 43-44). J’avance que le récit de soi est un lieu d’articulation privilégié de ces deux buts.

3 Judith Butler, The Psychic Life of Power. Theories in Subjection, Stanford, Stanford University Press, 1997, p. 1-30.

4 Ibid., p. 17-18 entre autres.

5 Judith Butler, Giving an Account of Oneself, New York, Fordham University Press, 2005, p. 31-32. Sur les évolutions de la conceptualisation du sujet et de l’extension de la notion d’agentivité entre The Psychic Life of Power et Giving an Account of Oneself, voir Kathy Dow Magnus, “The Unaccountable Subject : Judith Butler and the Social Conditions of Intersubjective Agency”, Hypatia, vol. 21, n° 2, printemps 2006, p. 81-103.

6 Dans des articles portant sur La femme gelée et Mémoire de fille, Barbara Havercroft a montré comment l’agentivité scripturale y émerge à travers des stratégies discursives d’ordre itératif permettant d’exhiber la gangue de discours normatifs enserrant le sujet, par des répétitions avec variation critique à travers lesquelles le sujet se fait agent. Shirley Jordan s’est elle aussi appuyée sur cette la conceptualisation butlerienne du récit de soi comme toujours situé dans l’“après-coup” de l’émergence inaccessible du sujet, pour analyser le cas spécifique de l’abus sexuel relaté dans Mémoire de Fille, où le “je” émergeant est interrompu et le sujet privé de voix. Barbara Havercroft, “Lorsque le sujet devient agent : écriture et engagement chez Annie Ernaux”, dans Pierre-Louis Fort et Violaine Houdart-Mérot (dir.), Annie Ernaux : un engagement d’écriture, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2015, p. 81-88 ; Barbara Havercroft, “(Auto)citation et initiation sexuelle dans Mémoire de fille d’Annie Ernaux”, dans Fabula/Les colloques, Annie Ernaux, les écritures à l’œuvre, http://www.fabula.org/colloques/document6640.php (accédé le 14 juin 2023). Shirley Jordan, “Overstepping the Boundaries : Sexual Awakening, Trauma, and Writing in Annie Ernaux’s Mémoire de fille and Christine Angot’s Une semaine de vacances”, L’Esprit Créateur, vol. 29, n° 3, automne 2019, p. 5-18.

7 Sandor Ferenczi, Confusion de langue entre les adultes et l’enfant, traduit par J. Dupont, S. Hommel, F. Samson, P. Sabourin et B. This, Paris, Petite Bibliothèque Payot, 2005.

8 Je m’appuie dans ce paragraphe sur les analyses de Claire Nouvet, qui ne traite pas du texte de Ferenczi mais propose une lecture croisée des analyses successives du cas d’Emma par Freud, Laplanche et Lyotard avec un texte d’Annie Leclerc intitulé Pédophilia ou l’amour des enfants. “For ‘Emma’”, dans Julie Gaillard, Claire Nouvet, Mark Stoholski (dir.), Traversals of Affect : on Jean-François Lyotard, London, Bloomsbury, 2016, p. 37-54. Sur Ferenczi, Lyotard et Springora, voir Hélène Merlin-Kajman, La littérature à l’heure de #MeToo, Genève, Éditions Ithaque, 2020, p. 123.

9 Claire Nouvet montre que si le pédocriminel transgresse la limite entre la sexualité adulte et l’affectabilité infantile, l’enfant tente de la rétablir, et ne peut le faire qu’en faisant comme si la transgression n’existait pas : comme s’iel consentait – au prix d’une confusion des mots, des espaces et des places. Claire Nouvet, op. cit., p. 51-52.

10 Claire Nouvet, op. cit., p. 49.

11 Émile Benveniste, “De la subjectivité dans le langage”, Problèmes de linguistique générale, Tome I, Paris, Gallimard, 1966, p. 258-266.

12 Une version exploratoire de cet article a été donnée dans le panel “Persistance de la jeune fille” lors du 38ème colloque international des 20th and 21st Century French and Francophone Studies (2021, en ligne). Je remercie son organisatrice Virginie Duzer ainsi que les participantes pour les discussions stimulantes qui ont irrigué ma réflexion.

13 Voir aussi la lecture de ce passage par Hélène Merlin-Kajman, op. cit., p. 130.

14 Voir les analyses de Shirley Jordan, op. cit., p. 10.

15 Hélène Merlin-Kajman, op. cit., p. 147.

16 Chloé Delaume, Mes bien chères sœurs, Paris, Seuil, 2019, p. 27.

17 Pour une problématisation de différents types de mémoire mis en jeu dans Mémoire de fille, je renvoie aux analyses de Jérôme David, “La ‘douleur de la forme’. Une lecture de Mémoire de fille d’Annie Ernaux”, Revue critique de fixxion française contemporaine, n° 24, 2022, § 29. http://journals.openedition.org/fixxion/2108 (accédé le 8 juin 2023).

18 Barbara Havercroft, “(Auto)citation et initiation sexuelle dans Mémoire de fille d’Annie Ernaux”, op. cit., §4.

19 Voir les analyses de l’intertexte hugolien proposées par Barbara Havercroft, “(Auto)citation et initiation sexuelle dans Mémoire de fille d’Annie Ernaux”, op. cit., §5.

20 Shirley Jordan, op. cit., p. 9.

21 À l’intersection de la violence coloniale et de la violence sexuelle, on trouve les tortures et les viols commis par les soldats français en Algérie. Sur le continuum des violences tissé dans le récit d’Ernaux, je renvoie encore une fois aux analyses de Jérôme David qui montre combien Mémoire de fille se prête à une lecture intersectionnelle, et met en relief le parallèle tracé dans le texte entre la faillite symbolique qui sous-tend la première expérience sexuelle de “la fille de 1958” et celle qui sous-tend l’expérience des jeunes appelés envoyés en Algérie, montrant que, si les individus sont bien assujettis à un ensemble de valeurs, de représentations et de schèmes conditionnant leur socialisation à la féminité et à la masculinité, le texte met surtout en jeu “la carence même de toute ressource psychique approprié pour ressentir, juger et agir”, livrant la jeunesse des années 1950 au désarroi. Jérôme David, op. cit.

22 Anne Grand d’Esnon, “‘Vous avez raison et maintenant j’ai raison de dire viol’. La part de la réception dans le discours auctorial sur Mémoire de fille”, Revue critique de fixxion française contemporaine, n° 24, 2022, https://journals.openedition.org/fixxion/2279 (accédé le 14 juin 2023).

23 Voir Angélique Ibáñez Aristondo et Lucie Nizard, “Vanessa Springora et le fossoyage des mythes de la séduction ‘à la française’”, Contemporary French and Francophone Studies, vol. 26, n° 2, 2022, p. 160-169, en particulier p. 165.

24 La complaisance, sinon la complicité de la fine fleur de l’intelligentsia parisienne dans la perpétuation de l’exploitation pédocriminelle, à travers notamment la réponse d’Emil Cioran à la jeune fille venue chercher de l’aide, la réception de Matzneff par Bernard Pivot, ainsi que la fameuse pétition de 1977 signée par les plus grands noms de la philosophie française, a été maintes fois commentée. Marie-Jeanne Zenetti, s’appuyant sur des recensions de l’ouvrage de Springora par Laure Murat et Joan Scott, montre que Le consentement dévoile ainsi “l’existence, dans le champ littéraire, d’un ‘système’ de discours, de croyances et de représentations convergentes qui tendent à excuser, à minimiser ou à tolérer l’abus sexuel, partant à le favoriser”, système définissant une “culture du viol”. Marie-Jeanne Zenetti, “Que fait #MeToo à la littérature ?”, Revue critique de fixxion française contemporaine n° 24, 2022, §8, http:// journals.openedition.org/fixxion/2148 (accédé le 9 juin 2023).

25 Voir Marie-Jeanne Zenetti, op. cit., §6. Angélique Ibáñez Aristondo et Lucie Nizard ont quant à elles montré que ce mythe, héritier de l’imaginaire de la galanterie et du libertinage et réactivé lors de la Première Guerre mondiale en puisant dans l’imaginaire colonial pour affirmer une supériorité morale en “reportant les violences sexuelles à une altérité racialisée”, forme une “disposition culturelle ayant empêché dans la longue durée de penser le Français, tout particulièrement le Français blanc, hétérosexuel, et cultivé, en tant qu’auteur de violences sexuelles.” Angélique Ibáñez Aristondo et Lucie Nizard, op. cit., p. 164 et 165.

26 En référence au titre d’une tribune de Laure Murat suite à la parution du livre de Camille Kouchner, La Familia Grande : “La sinistre exception culturelle du #MeToo à la française”, Libération, 10 janvier 2021, https://www.liberation.fr/debats/2021/01/10/la-sinistre-exception-culturelle-du-metoo-a-la-francaise_1810805/ (accédé le 14 juin 2023).

27 Marie-Jeanne Zenetti, op. cit., §19.

28 Bruno Blanckeman, “L’écrivain impliqué : écrire (dans) la cité”, dans Bruno Blanckeman et Barbara Havercroft (dir.), Narrations d’un nouveau siècle : Romans et récits français (2001-2010), Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2013, p. 71-81.

29 Outre le livre de Judith Butler (Giving an Account of Oneself), voir Violaine Houdart-Mérot, “Altérité et engagement : ‘soi-même comme un autre’”, dans Pierre-Louis Fort et Violaine Houdart-Mérot (dir.), Annie Ernaux, un engagement d’écriture, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2015, p. 91-99, https://books.openedition.org/psn/156 (accédé le 14 juin 2023).

30 Alexandre Gefen, “La Littérature est-elle morte au vingtième siècle ?”, Contemporary French and Francophone Studies, vol. 22, n° 3, 2018, p. 380-389.

31 Florent Coste, Explore. Investigations littéraires, Paris, Questions théoriques, 2017, p. 193.

32 Ibid., p. 204. Texte original modifié par mon ajout de l’écriture inclusive.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Gaillard, « Mémoires de filles »Revue critique de fixxion française contemporaine [En ligne], 27 | 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 28 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/fixxion/13011 ; DOI : https://doi.org/10.4000/fixxion.13011

Haut de page

Auteur

Julie Gaillard

University of Illinois at Urbana-Champaign

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search