Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27ÉtudesSociété matriarcale, société idéa...

Études

Société matriarcale, société idéale ?

Agency et engagement dans Chroniques du Pays des Mères d’Elisabeth Vonarburg
Julia Ori

Résumés

En se basant sur la notion d’agency développée par Judith Butler (1990) – entendue comme la capacité d’action qui se déploie lors des variations et des déplacements de la norme répétée – ; sur l’application de cette notion à la littérature chez Havercroft (2017) – qui identifie les différents procédés intertextuels comme une forme d’agency dans des autobiographies contemporaines – ; ainsi que sur la notion de l’écriture impliquée de Bruno Blanckeman (2015) – qui croit que les différentes formes du décalage sont communes pour les œuvres “impliquées” – ; cet article s’intéressera à la capacité d’action de la science-fiction féministe et notamment à celle des Chroniques du pays des mères d’Élisabeth Vonarburg (1992). Dans ce récit, les différents procédés discursifs – tels que l’intertextualité ou la féminisation du langage – sont utilisés pour inverser les rôles genrés normatifs, créant ainsi une défamiliarisation qui attire l’attention du lecteur sur les problèmes contemporains de notre société. L’œuvre est analysée à trois niveaux : d’abord, au niveau thématique en examinant les renversements des rôles genrés dans la société matriarcale “utopique” ; puis au niveau transtextuel en explorant l’hypertextualité (parodies) et l’intertextualité (allusions) et enfin, au niveau linguistique en étudiant des “novums” (Suvin, 1979) linguistiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gisèle Sapiro, “Les formes d’engagement des écrivains : continuité et ruptures”, Elfe XX-XXI, nº (...)
  • 2 Jean-François Hamel, Barbara Havercroft et Julien Lefort-Favreau, “Avant-propos”, dans Jean-Franç (...)
  • 3 Richard Saint-Gelais, L’empire du pseudo. Modernité de la science-fiction, Québec, Nota bene, 199 (...)
  • 4 “Les écrivains de science-fiction parlent de l’être humain et des inquiétudes du présent” (notre (...)

1Selon Gisèle Sapiro, la littérature “véhicule une vision du monde” et, par conséquent, elle “peut être un instrument de reproduction de l’ordre social comme un moyen, sinon de le subvertir, à tout le moins d’en remettre en cause les fondements ou de dénoncer certaines condition”1. Bien que certains genres littéraires soient considérés comme particulièrement aptes à exprimer un engagement, tels que l’essai ou même l’autobiographie, cette dernière se situant “à la frontière de l’espace privé et de l’espace public, porté[e] à la fois par l’affirmation d’une subjectivité et par un désir d’appartenance, dynamisé[e] par une tension vive entre la parole intime et la rumeur collective”2, la science-fiction, en dépit de son éloignement apparent de la réalité, est tout aussi capable de subvertir, de dénoncer ou de remettre en question l’ordre social en vigueur. De fait, pour Richard Saint-Gelais, le trait définitoire de la science-fiction n’est pas d’ordre thématique, mais pragmatique : c’est la lecture qui détermine l’appartenance d’un texte à ce genre. Cette lecture établit un parallélisme entre le futur et le présent, entre le récit et le contexte socio-historique du lecteur : “Genre tourné vers le futur, la science-fiction serait plus à même de réfléchir sur le présent tel qu’il nous apparaît désormais […], comme un ensemble de lignes de force dont chacune ouvre sur une série de devenirs possibles dont le principe serait déjà à l’œuvre autour de nous”3. En d’autres termes, la science-fiction aborde le présent tout en explorant ses conséquences potentielles, voire, le futur est une allégorie du présent : les œuvres de science-fiction ne parlent pas en général du futur, mais de l’être humain et des inquiétudes du présent4.

  • 5 Joanna Russ, To Write Like a Woman. Essays in Feminism and Science Fiction, Bloomington, Indiana (...)
  • 6 Ibid., p. 91.

2Alors que dans les premières étapes de son histoire la science-fiction a entretenu et reproduit l’hégémonie masculine – d’autant plus qu’elle a été considérée comme une subculture essentiellement masculine –, les autrices ont également pris conscience des potentialités offertes par ce genre de récits. Pour l’écrivaine et théoricienne Joanna Russ, la science-fiction se présente comme un lieu privilégié permettant d’échapper à l’équation “Culture = Homme” : “Perhaps one place to look for myths that escape from the equation Culture = Male is in those genres that already employ plots not limited to one sex – i.e., myths that have nothing to do with our accepted gender roles”5. Et elle ajoute : “The myths of science-fiction run along the lines of exploring a new world conceptually”6. Selon cette idée, non seulement Joanna Russ elle-même, mais également de nombreuses autres autrices ont exploré diverses manières de réécrire notre société, conditionnée par les rôles de genre traditionnels, à partir des années 1970, à l’instar d’Ursula K. Le Guin ou d’Octavia Butler.

3La science-fiction offre sans aucun doute une liberté non restreinte aux représentations réalistes, permettant d’imaginer le meilleur des mondes possibles ou le pire d’entre eux – sans oublier les solutions intermédiaires qui en constituent la majorité. Le genre porte en lui une manière d’analyser les présupposés culturels et les conventions sur lesquelles il repose, en expérimentant avec eux et en remettant en question leurs fondements par le biais d’un processus de défamiliarisation :

  • 7 Sara Lefanu, “Popular Writing and Feminist Intervention in Science Fiction”, dans Derek Longhurst (...)

Science fiction is not monolithic, and despite the refusal of many of its practitioners to question the sexual status quo, it has from the beginnings been a literature of inquiry, allowing comment and critique through the processes of defamiliarization and estrangement, embracing other narrative forms such as satire, myth, legend, historical reconstruction and straight polemic.7

4Par conséquent, la science-fiction se distingue par sa remarquable “capacité d’action”, résultant de sa capacité inhérente à réécrire les dynamiques des rapports de pouvoir. Elle puise sa force dans le processus de distanciation et de dépaysement, qui constituent les fondements mêmes de son essence.

5Cette capacité d’action (dite agency) est le pivot de la théorie de Judith Butler. Selon la philosophe américaine, qui se base entre autres sur Histoire de la sexualité de Foucault, le sujet émerge nécessairement dans le cadre normatif, il est produit par le pouvoir, mais possède également une agency, une capacité d’action pour transformer ou subvertir les normes qui l’ont produit et l’“assujettissent”. Autrement dit, la capacité d’action réside justement dans le fait de répéter les normes, les rites, les traditions, car la répétition ne serait jamais une copie exacte, mais au contraire, un déplacement continu du centre vers la périphérie, de la norme à la subversion de la norme.

  • 8 Judith Butler, Gender Trouble. Feminism and the Subversion of Identity, New York, Routledge, 2007 (...)

The subject is not determined by the rules through which it is generated because signification is not a founding act, but rather a regulated process of repetition that both conceals itself and enforces its rules precisely through the production of substantializing effects. In a sense, all signification takes place within the orbit of the compulsion to repeat; “agency”, then, is to be located within the possibility of a variation on that repetition.8

  • 9 Ce rapprochement a été déjà réalisé notamment par Barbara Havercroft dans plusieurs de ses articl (...)

6La proposition de redéfinition de l’engagement avancée par Bruno Blanckeman à travers son concept d’“écriture impliquée” présente des similitudes avec la théorie de l’agency dans la mesure où elle repose sur le principe de l’écart9. Selon Blanckeman, le modèle de l’intellectuel isolé dans sa tour d’ivoire et n’intervenant que de manière sporadique pour éclairer le peuple n’est plus valable. L’écrivain fait partie intégrante de son environnement, il vit sa vie en interaction avec celui-ci et s’engage en tant qu’observateur et témoin. Contrairement à l’engagement qui impliquait une décision volontaire et une séparation temporelle entre la délibération et l’action, l’implication s’impose à l’écrivain en tant qu’élément indissociable de son écriture. Il s’efforce de saisir les logiques incertaines qui sous-tendent les faits observés afin d’agir de manière réfléchie et transformative en retour. Blanckeman souligne également l’importance de la recherche de la forme, où le langage n’est plus considéré comme transparent ou réductible à une rhétorique simpliste et propagandiste. Au contraire, il met en avant le concept de déplacement et de distance vis-à-vis de la langue :

  • 10 Bruno Blanckeman, “De l’écrivain engagé à l’écrivain impliqué. Figures de la responsabilité litté (...)

Ainsi certaines écritures impliquées font-elles délibérément écran à des expériences de la réalité dont l’évidence relève du faux semblant idéologique. La stratégie du décalage leur est commune, qu’elle passe par le registre de l’ironie (Jean Échenoz, Chloé Delaume), la désarticulation de la syntaxe ordinaire (François Bon, Laurent Mauvignier), l’écart poétique (Sylvie Germain, Pierre Michon), la transposition surnaturelle (Marie NDiaye, Michel Houellebecq).10

  • 11 Barbara Havercroft, “Autobiographie et agentivité : répétition et variation au féminin”, op. cit. (...)
  • 12 Sharon C. Taylor, “Les sexualectes dans Chroniques du Pays des Mères de Vonarburg’”, Femspec, vo (...)

7Notre objectif est d’établir un lien entre la notion d’écriture impliquée de Bruno Blanckeman, qui met l’accent sur le concept de distanciation et de déplacement, et celui d’agency de Judith Butler, qui se caractérise par la répétition et la variation – à l’instar de Barbara Havercroft11 qui a fait une analyse similaire à propos de l’autobiographie contemporaine au féminin – afin de définir la science-fiction féministe en tant que genre subversif et engagé vis-à-vis de la réalité. Nous allons analyser une œuvre classique de la science-fiction franco-québécoise, Chroniques du Pays des Mères d’Élisabeth Vonarburg, publiée dans sa version définitive en 1992. En nous basant sur l’article de Sharon C. Taylor, “Les sexualectes dans Chroniques du Pays des Mères de Vonarburg”12, nous mettrons en lumière les manières dont les relations homme-femme et le binarisme masculin-féminin sont déconstruits dans ce roman, notamment par le biais du processus de défamiliarisation, entendue comme un moyen de répétition avec variation, qui favorise une réécriture subversive des normes établies.

  • 13 Gérard Genette, Palimpsestes : la littérature au second degré, Paris, Seuil, 1982.

8Nous proposons une analyse à plusieurs niveaux : 1) au niveau thématique, nous examinerons les structures de pouvoir présentes dans les textes, ainsi que les réécritures et les remises en question qui sont abordées en tant que thèmes ; 2) au niveau transtextuel, selon les concepts développés par Genette13, nous nous intéresserons à l’hypertextualité, qui peut se manifester notamment à travers la parodie, et à l’intertextualité, en examinant les allusions ; 3) enfin, nous aborderons le niveau linguistique, où nous nous pencherons sur les innovations lexicales, les inventions linguistiques et les mécanismes de défamiliarisation du langage. Ces procédés visent à créer une rupture avec les conventions linguistiques établies, permettant ainsi une exploration et une réinvention de la langue.

Niveau thématique

  • 14 Par exemple, dans le titre de cet entretien radiophonique : “Élisabeth Vonarburg, la reine de la (...)
  • 15 Amy Ransom (dir.), “Special Issue on Élisabeth Vonarburg”, Femspec, vol. 11, nº 2, 2011.
  • 16 ÉlisabethVonarburg, Le silence de la cité, Paris, Denoël, 1981.

9Élisabeth Vonarburg, considérée comme la “reine” de la science-fiction féministe française14 – titre évoquant son cycle Reine de mémoire –, a connu une réception critique importante. Nous pouvons notamment souligner le numéro spécial qui lui est dédié dans la revue Femspec15 en 2011. Son roman, Chroniques du Pays des Mères, est une suite indépendante du Silence de la cité (1981)16, ce dernier explorant le thème du sexe/genre en mettant en scène une femme-homme capable de changer de sexe et d’apparence. L’intrigue des Chroniques se situe dans un futur dystopique où les femmes jouent un rôle prédominant dans la société et les hommes sont considérés tout simplement comme des partenaires temporaires pour la reproduction. Le Pays des Mères émerge en réaction aux brutalités des Ruches – l’époque antérieure où les femmes se vengeaient des hommes pour leur maltraitance durant les époques précédentes, les Harems et le Déclin – qu’il remplace en instaurant la paix. Cette période étendue dans le temps – puisque quand l’histoire commence, le Pays des Mères compte déjà près de cinq cents ans – signifierait ainsi, en théorie, la fin des dualismes, où la survie et la collaboration au sein de petites unités, telles que les familles, sont les objectifs principaux. En effet, il s’agit d’une sorte d’utopie, d’un matriarcat où les femmes, conscientes des erreurs du passé, utilisent très peu d’énergie (qui est aussi principalement hydraulique), manifestent une sorte de technophobie, et où les objets et autres biens ont une valeur stable qui empêche les spéculations. Les Capteries sont de petites communautés autonomes et résilientes ; il existe néanmoins un réseau de ces villes qui prennent leurs décisions de manière démocratique. Bref, on pourrait dire que cette nouvelle société est une réécriture du passé dont l’objectif est de créer un monde meilleur.

  • 17 Taylor l’appelle, en empruntant le terme à Thoman Moylan, une “utopie critique” qui “présente moi (...)
  • 18 Irène Langlet, La science-fiction. Lecture et poétique d’un genre littéraire, Paris, Armand Colin (...)

10Cependant, l’apparente utopie se révèle être en réalité une réflexion profonde sur la nécessité de remettre constamment en question et de réécrire l’histoire et les discours établis17. Le récit se concentre sur Lisbeï, une jeune femme rebelle qui s’interroge sur la validité des normes sociales strictes qui régissent sa vie et cherche à découvrir la vérité sur son passé. Comme l’ont souligné plusieurs critiques, notamment Irène Langlet, le roman se présente comme un Bildungsroman ou roman d’apprentissage à travers le parcours de Lisbeï : Vonarburg “suit son personnage de Lisbeï enfant jusqu’au moment où elle parvient à l’âge de se formuler explicitement des questions, et réfléchir aux lacunes des réponses qu’on lui donne. C’est l’occasion pour la petite fille de faire des bilans réguliers de ce qu’elle sait, et donc pour nous de l’apprendre en même temps qu’elle”18. Il s’agirait donc d’une stratégie science-fictionnelle qui permet au lecteur de connaître un monde imaginaire différent du sien sans que l’autrice doive recourir à un didactisme trop évident, mais aussi de déconstruire l’utopie au fur et à mesure que la protagoniste grandit. Au cours de son voyage, Lisbeï fait des découvertes troublantes sur les manipulations historiques perpétrées par les “Mères”, qui prétendent détenir la connaissance ultime. Elle se rend compte que l’histoire officielle est altérée et cache des aspects plus sombres et complexes de sa société.

11La déconstruction de cette histoire officielle passe tout d’abord par l’archéologie : Lisbeï manifeste un intérêt pour le passé, en particulier pour les contes et les récits anciens, qui la conduisent à découvrir un carnet et une sorte de musée renfermant des vestiges du Déclin (le présent du lecteur et de l’époque qui devait immédiatement le suivre). Ces découvertes ébranlent non seulement la foi de Lisbeï, mais aussi certains mythes fondateurs du Pays des Mères, ce qui a suscité une hostilité envers ces trouvailles. Cependant, au-delà de son besoin de satisfaire sa curiosité, Lisbeï considère d’une certaine manière que son engagement dans cette recherche est aussi son devoir, car il s’agit d’une lutte pour la vérité :

  • 19 Élisabeth Vonarburg, Chroniques du Pays des Mères, Paris, Gallimard, 2019, <Folio SF>, p. 417 ; dorénavant (...)

Je me suis souvent demandé, au cours des deux années écoulées, si j’avais bien fait de parler à l’Assemblée. Mais si nous sommes vraiment devenues telles, au Pays des Mères, que nous préférons croire au mensonge d’autrui plutôt que d’interroger nos certitudes, alors oui, j’ai eu raison et je ne regrette rien. J’aurai au moins permis à tout ce poison de sortir au grand jour.19

12Par ailleurs, les voyages qu’elle entreprend, sa vie d’expatriée dans la ville progressiste de Wardenberg et ses rencontres avec d’autres personnages contribuent également à sa formation et lui font prendre conscience de la relativité des valeurs de sa ville natale, Béthély. Cette relativisation concerne principalement la place occupée par les hommes dans la société. En effet, dans le Pays des Mères les hommes sont marginalisés en raison de leur nombre réduit et des restrictions auxquelles ils sont soumis. À Béthély, les garçons, vivant presque invisibles en périphérie de la ville, ne partagent l’espace avec les filles que dans les garderies, où ces dernières ne sont pas encore considérées comme des individus à part entière. Le rôle des hommes se limite à la reproduction, fournissant leur sperme pour féconder les femmes qui entretiennent des relations amoureuses entre elles. Toutefois, Lisbeï prend progressivement conscience des injustices et des souffrances subies par les hommes grâce à différents personnages, tels que Dougall, qui se suicide en raison de son amour non partagé, incompris même par Lisbeï, et Toller, qui l’éclaire sur les sentiments masculins et avec qui elle entretient une relation qui s’apparente le plus à l’amour. Elle se rend compte peu à peu que les hommes ne sont pas peut-être si différents des femmes : “La femme/Et l’homme. Fraine avait peut-être eu raison dans ses spéculations sur les relations entre femmes et hommes au temps du Déclin : peut-être y avait-il eu en effet en ce temps-là des femmes et des hommes rassemblées [sic] par autre chose que les exigences de la reproduction. Peut-être pouvait-il y en avoir encore ?” (CPM : 713).

  • 20 Tessa Sermet, “Imperfect Words for an Imperfect World”, dans Ian Campbell (dir.), Science Fiction (...)

13En d’autres termes, le roman présente une inversion des rôles, où les femmes occupent la position dominante, mais cette inversion n’a pas pour but de suggérer que les femmes sont supérieures : “on change en inversant tout et on s’imagine que cela va résoudre le problème” [italiques dans l’original] (CPM : 347), écrit Lisbeï dans son journal. Au contraire, l’inversion vise à représenter le matriarcat comme un reflet ou une métaphore de notre société actuelle. Ce “nouveau” système emprunte au nôtre la conception binaire des genres – et de toute chose en général : “This is partially due to the mundus inversus trope, which in a very simplistic way replaces heterosexuality with lesbianism, God with Elli, patriarchy with matriarchy, and also fits into the binary construction developed throughout the novel (same/other; female/male; Elli and her masculine side, Ilshe; History/stories; etc.)”20. Son objectif est de démontrer que si les rôles étaient renversés, s’il y a des dominantes et des dominés au lieu de dominants et de dominées, la nouvelle société serait tout aussi arbitraire et injuste que la société patriarcale. En provoquant une certaine forme d’étrangeté par un effet de défamiliarisation, le récit met en évidence l’aspect arbitraire de la société imaginaire et, par là, aussi celui de la nôtre. En dévoilant les failles du matriarcat, le roman déconstruit également le patriarcat, soulignant ainsi ses propres faiblesses et contradictions.

14En résumé, le message final est que l’utopie parfaite, figée dans le temps, n’existe pas. Au contraire, il existe des besoins temporaires auxquels une société peut répondre de manière plus ou moins positive. Bien que la cruauté des Ruches ait été condamnée par la suite, la rébellion des femmes contre les hommes des Harems était nécessaire pour mettre fin au régime précédent. Ensuite, le Pays des Mères a répondu à cette cruauté par un message de paix et des règles permettant la survie, mais après cinq cents ans, ces règles ne sont peut-être plus adéquates. Il est donc nécessaire de réécrire continuellement le passé afin de pouvoir réécrire l’avenir. Comme le dit Lisbeï elle-même :

Qu’il pût y avoir un nouvel ordre caché dans l’apparente gratuité de l’univers, une fois défait l’ordre ancien… c’était possible. De nouvelles configurations qui se révéleraient, de nouveaux équilibres à trouver sur de nouveaux fils – ou sur l’ancien fil, renouvelé ? Les temps changeaient, les êtres changeaient : peut-être par une pénétration toujours plus approfondie, en effet, de ce qui ne changeait pas ? Elle répéta la phrase d’Antoné : “Le temps passe. Et notre temps à nous… change. Parce que nous sommes notre temps”. C’est cela l’Histoire, nous changeons, nous la changeons, elle nous change. (CPM : 672-673)

Niveau transtextuel

15Comme expliqué précédemment, il est possible de percevoir Chroniques du Pays des Mères comme une réécriture de la société du XXe siècle, cette dernière constamment marquée par les privilèges masculins. Le roman de Vonarburg est un miroir déformateur qui renvoie une image inversée de notre société. Parmi les espaces privilégiés où s’opère cette inversion, la transtextualité occupe une place centrale, car elle est par définition une réitération avec variation, tout comme l’a observé Havercroft par rapport aux autobiographies au féminin :

  • 21 Barbara Havercroft, “Autobiographie et agentivité : répétition et variation au féminin”, op. cit. (...)

Si ces textes manifestent cet effet global d’agentivité par leur visée générale, c’est plus particulièrement l’emploi de certains procédés discursifs d’ordre itératif – l’intertextualité, la métatextualité, la citation, le cliché, le stéréotype et le lieu commun – qui permet une répétition critique dans les ouvrages où ils sont convoqués.21

16Quant à Chroniques, il convient de souligner la réécriture et le détournement du discours religieux, les allusions à des mythes et à des contes, ainsi que les renvois intertextuels vers des œuvres qui représentent des réécritures féministes.

  • 22 Le cycle Reine de mémoire est composé de cinq volumes publiés entre 2005 et 2007: La maison d’oub (...)

17La société matriarcale du roman vonarburgien, comme toute société, repose sur une histoire, des valeurs, des mœurs communes qui créent sa cohésion et servent à expliquer et à réguler les comportements. La religion est un des fondements de cette cohésion, une institution qui intéresse particulièrement l’autrice. Elle a, en effet, consacré son cycle Reine de mémoire, – postérieur à Chroniques22 – à l’exploration de la thématique religieuse. Dans cette série, la religion est présentée comme une transcendance nécessaire, mais en même temps nécessairement sujette à des révisions :

  • 23 Sophie Beaulé, “Se souvenir autrement : religion, soi et collectivité dans Reine de Mémoire d’Élisa (...)

Reine de Mémoire propose ainsi une métaphore de cette revivification des lignées croyantes, et plus largement la pérennité de l’élan religieux. Il témoigne d’un bougé dans le roman mémoriel, qui s’exprime à la fois par le désir de retrouver une transcendance à la condition humaine et l’impossibilité d’offrir, d’ores et déjà, une réponse.23

18Pareillement, dans Chroniques, les croyances occuperont une place importante dans l’intrigue ainsi que dans les réflexions de la protagoniste. Cette dernière entreprendra une remise en question et une déconstruction des dogmes du matriarcat, qui présentent des similitudes frappantes avec ceux du christianisme. Dans le Pays des Mères, on cultive la religion d’Elli – pour les lecteurs et lectrices averti.es, il s’agit de celle d’Élisa du Silence de la cité, qui pouvait changer de sexe. En effet, Elli serait un nom qui exprime l’hybridité par l’ajout de “elle” et “il”. Cependant, les habitantes du Pays des Mères ne sont plus conscientes des origines d’Elli, qui devient une déesse dont le culte est perpétué par elles, appelées les “filles d’Elli”. Il existe également plusieurs mythes sur la fille d’Elli, Garde, qui est à la fois déesse et humaine, et qui aurait été ressuscitée au moins une fois pour apporter les paroles de la Paix aux humaines. Ces récits évoquent clairement la Bible, dont ils sont, selon Sharon Taylor, une parodie : “Vonarburg s’attache ainsi dans Chroniques du Pays des Mères à parodier les croyances chrétiennes en leur substituant une religion basée sur l’adoration d’une Déesse, Elli” (SCV : 106).

19Quand dans la garderie les enfants interrogent leurs maîtresses sur les différences entre les garçons et les filles, par exemple, celles-là répondent par une réécriture de l’histoire d’Éden où, cependant, ce sont les garçons qui pèchent et sont punis :

[Au] commencement, Elli avait créé un grand jardin où poussait un pommier et il y avait alors autant de garçons que de filles. Mais les garçons avaient mangé les pommes avant qu’elles fussent mûres, avec les pépins, et Elli en avait été très fâchée. (CPM : 64)

20Plus loin dans le texte, les recherches de Lisbeï font que sa vie et le récit tournent autour de Garde, une figure christique féminine qui a sauvé les femmes en se sacrifiant elle-même :

C’est parce qu’elle était morte et revenue deux fois que nous on sait que c’était la Fille d’Elli. Et aussi parce qu’elle avait la Parole d’Elli avec elle. C’est Garde qui nous a appris la Parole et on sait que c’est vrai, la Parole, parce que Garde est revenue après avoir été morte. (CPM : 112)

21Il s’agit donc de la création de nouveaux mythes fondateurs, d’une inversion et d’un déplacement des rôles au sein des récits dominants contemporains. Évidemment, nous pouvons constater de nouveau que Vonarburg ne propose pas une solution aux problèmes actuels mais elle nous y fait réfléchir : raconter la même histoire avec d’autres personnages et d’un point de vue différent ne vise pas à rompre avec les dualismes. La volonté de faire “table rase” après les Harems et les Ruches se révèle être un échec, car les dualismes persistent et imprègnent la mentalité du Pays des Mères. Il convient alors de concéder à Taylor que les clins d’œil de Vonarburg aux discours actuels entraînent une situation de défamiliarisation (par la modification des récits, les préjugés se font évidents), ce qui critique à la fois les discours de la société machiste contemporaine et ceux de l’utopie du Pays des Mères : “Vonarburg va aussi critiquer les marqueurs implicites des discours d’autorité patriarcaux en les parodiant. L’auteure se sert de la parodie comme forme de défamiliarisation, une technique littéraire visant à faire sortir le lecteur de sa réalité” (SCV : 105).

22À part les réminiscences des mythes bibliques dans le discours religieux du Pays des Mères, nous pouvons trouver d’autres bribes d’histoires dans les contes qui sont chers au personnage principal du roman. En effet, ceux-ci signifient une importante ressource pour Lisbeï dans ses recherches archéologiques et une source de sa réflexion sur l’Histoire. Elle est notamment obsédée par le cycle de Pimprenelle qu’elle commence à étudier à Wardenberg :

Je suis allée jeter un coup d’œil à ce cycle de Pimprenelle dont je n’avais jamais entendu parler et devine quoi ? “La Princesse et le Génie” en fait partie, sous une forme assez différente (le Génie sort d’une bouteille, par exemple, et on arrive dans la caverne par en haut, au moyen d’une trappe) ; il y a seulement les trois énigmes du Sang. Et au lieu d’avoir “des soldâtes dont les bras repoussaient à mesure qu’on les leur coupait”, la Princesse a “des enfantes dont les blessures guérissaient à mesure qu’on les leur infligeait” ; bien entendu, elle gagne aussi à la fin, mais elle ne retourne pas dans la caverne et le Génie finit par s’évaporer d’ennui dans sa bouteille.

C’est vrai que tout ce cycle ne parle que de filles transformées en garçons, d’abord Pimprenelle, puis ses sœurs, puis leurs filles… [italiques dans l’original] (CPM : 342)

  • 24 Élisabeth Vonarburg, Les contes de la chatte rouge, Montréal, Québec-Amérique, 1993.

23Ces contes représentent un jeu intertextuel complexe. D’une part, Lisbeï explique à sa sœur dans la lettre que nous venons de citer que le conte qu’elle étudie est une version différente de celui qu’elles lisaient ensemble à Béthély et qui a été déjà cité dans le roman (CPM : 153). Il s’agit des Contes de la chatte rouge, dont la mention représente un cas de métalepse postérieure, car c’est le titre d’une œuvre écrite par Élisabeth Vonarburg et publiée un an après Chroniques24 : “Les Contes de la Chatte Rouge, Lisbeï revoit encore la couverture au dessin naïf mais joliment colorié. L’un des contes était l’histoire de la Princesse et du Génie de la Caverne, avec toutes les énigmes du Génie, pas seulement la triple énigme du Sang” (CPM : 153). Ce conte dont la protagoniste est une petite fille à la recherche de sa mère est une réécriture féministe des contes des fées, d’après l’autrice elle-même :

  • 25 Marie-Pierre Lockwell, “Elisabeth Vonarburg : chronique du Pays des Simulacres”, Nuit blanche, vo (...)

J’avais envie de faire un pied de nez à cet aspect des contes de fées où c’est toujours le roi ou le prince qui mène. Et en plus, ça m’a donné l’occasion de faire passer de façon sournoise un très vieux motif des contes, celui du père incestueux. Apparemment, ceux qui l’ont remarqué n’en ont pas été choqués. J’ai toujours pensé que je voulais, dans mes histoires, retourner les principes actuels du conte, qui sont en général masculinistes. C’est un peu normal, on est dans une culture patriarcale.25

24En effet, le Génie et la princesse ou la géante aux cent bras qui apparaissent dans ce conte s’inspirent des récits familiers au public de Chroniques. Ils se nourrissent notamment de l’histoire d’Aladdin de Mille et une nuits, ainsi que de la mythologie grecque avec ces créatures telles que l’hydre ou les Hécatonchires. Ces récits puisent leurs racines dans des traditions anciennes, mais – si nous les considérons au niveau diégétique – ils ont évolué au fil de l’histoire en réponse aux changements de la société et à ses besoins changeants. Comme l’admet Lisbeï, la circulation de ces contes réécrits peut être expliquée par la situation des femmes à l’époque des Harems. Des personnages comme Pimprenelle et ses sœurs, capables de se métamorphoser en garçons, ont peut-être constitué une source de réconfort pour les femmes opprimées : “Quand être une femme c’est être une esclave condamnée aux travaux forcés à perpétuité, je suppose qu’on peut se consoler en imaginant des histoires où l’on se transforme en homme” [italiques dans l’original] (CPM : 342). Puis, peut-être ces contes ont-ils été adoptés dans le contexte matriarcal en tant que récits glorifiant la puissance des femmes. Cependant, ce que Lisbeï ne peut pas déterminer avec certitude, mais seulement soupçonner, c’est que “les histoires étaient […] simplement un autre côté de l’Histoire” (CPM : 341), et elles faisaient référence aux transformations d’Élisa et de ses filles, racontées dans Le silence de la cité. En conséquence, les réécritures sont non seulement des preuves des changements de la société, mais les contes de Pimprenelle sont de précieux documents historiques qui guideront Lisbeï dans ses découvertes archéologiques. Métaphoriquement, ils témoignent de la puissance des récits, qui réside dans leur capacité à transformer le monde.

  • 26 Tessa Sermet, op. cit., p. 105.
  • 27 Margaret Atwood, The Handmaid’s Tale, Toronto, McClelland and Stewart, 1985.

25Finalement, un troisième type d’intertextualité est représenté par les allusions à d’autres œuvres de science-fiction féministe. Si les critiques ont déjà souligné l’inscription de Chroniques dans la tradition des utopies féministes ayant recours à la thématique du mundus inversus26, on a en général omis de mentionner une référence possible à une œuvre classique de la science-fiction canadienne. En effet, la ressemblance de Chroniques avec The Handmaid’s tale de Margaret Atwood, publié quelques années auparavant27, est particulièrement frappante. Parmi leurs points de convergence, nous pouvons mentionner la classification des femmes en fonction de leur aptitude reproductive, un marqueur identitaire souligné par l’utilisation de vêtements de couleurs distinctes : dans les deux cas le rouge signifiant, de par son symbolisme lié au sang et à la menstruation, la capacité à tomber enceinte.

26Chez Margaret Atwood, les détenteurs du pouvoir masculin cherchent à exercer un contrôle absolu sur la reproduction en assujettissant les femmes, instaurant ainsi un régime totalitaire empreint de religiosité exacerbée et de technologie sophistiquée. En revanche, dans l’univers de Vonarburg, ce sont les femmes qui détiennent le pouvoir et qui régulent leur propre capacité reproductive, ce faisant, elles aspirent à garantir leur survie. Par conséquent, le récit d’Atwood dépeint une répression systémique, sous-tendue par une idéologie totalitaire extrémiste qui s’appuie sur des avancées technologiques considérables. À l’inverse, chez Vonarburg, une volonté de réparation des dégâts est mise en exergue, s’exprimant par le retour à une société basée sur des liens familiaux, caractérisée par une technologie moins avancée, évoquant parfois des éléments d’une société médiévale. Toutefois, même si les acteurs de la répression ou les degrés de cette répression sont différents, dans les deux cas elle vient d’une volonté de rétablir l’ordre après des époques désastreuses de catastrophes écologiques et des guerres. Dans les deux régimes, les mesures prises pour pallier ces problèmes entravent à la liberté individuelle de chacune. Ainsi, après la première déception en raison de sa stérilité, Lisbeï se rend compte des avantages de sa situation, de la possibilité d’échapper à “la tradition avec ses règles stupides” (CPM : 219) : “Elle est une Bleue, elle peut faire ce qu’elle veut, elle est libre” (CPM : 223).

27En résumé, ce clin d’œil à Atwood est plus qu’un simple hommage :, cette allusion peut rappeler aux lecteurs et aux lectrices que, quels que soient les détenteurs du pouvoir sur la reproduction et les idéaux qui justifient sa contrôle, l’utopie finit invariablement par se métamorphoser en dystopie. Cela remet en question l’adage selon lequel les fins justifient les moyens, une réflexion qui, d’ailleurs, est au cœur du préquel de Chroniques, Le silence de la cité. Alors que cette forme d'intertextualité était principalement une extension des réflexions d’Atwood, les autres exemples que nous avons examinés manifestent clairement une subversion de l’ordre établi, en particulier de l’ordre imaginaire qui influe sur les mentalités.

Niveau linguistique

  • 28 Irène Langlet, op. cit., p. 30.
  • 29 Darko Suvin, Metamorphoses of Science Fiction: On the Poetics and History of a Literary Genre, Ne (...)

28Néanmoins, Vonarburg ne se contente pas de subvertir le contenu des discours dominants, mais elle met également en place une subversion formelle, linguistique, en employant des termes inhabituels en français. La question de l’introduction et de la description d’un nouvel univers se pose inévitablement dans les œuvres de science-fiction. Elles se caractérisent par une altérité par rapport au monde que l’on connaît, une étrangeté qui est, à un premier niveau, introduite grâce à ce qu’Irène Langlet appelle les “mots-fictions” : “le mot encode déjà un démarrage d’extrapolation, en fonction des clichés culturels attachés à la science et aux inventions technologiques, mais aussi en fonction des clichés propres au genre”28. Les mots-fictions de ce genre sont des néologismes qui décrivent des “novums”, “a strange newness”29 : de nouveaux objets, de nouvelles planètes, de nouvelles fonctions, etc. Dans Chroniques du Pays des Mères, nous rencontrons aussi dès le début cette étrangeté : par exemple, des mots inconnus pour les lecteurs et les lectrices, qui comprennent pourtant assez vite que les “mosta” sont les petites filles (et parfois les garçons) des garderies qui deviennent par la suite des “dotta”. ’

29Plus encore que ces inventions lexicales, l’usage incorrect de certains mots, la féminisation excessive du langage attire l’attention du public : “Les Rouges seules étaient les mères, celles qui faisaient les enfantes” (CPM : 81) ; “les quelques dotta qui s’étaient rassemblées autour des visiteuses s’occupaient, sous la direction d’une ou deux Rouges, à desseller les chevales et à les conduire aux écuries” (CPM : 124) ; “Au milieu du gâteau, une sourice avait fait des trous : un grand vertical, celui de l’ascenseur (strictement interdit aux dotta ; on l’utilisait seulement pour les charges très lourdes et les chaises roulantes) ; il fallait imaginer une très grosse sourice, évidemment, comme pour l’autre trou qui se tortillait autour, l’escalier principal” (CPM : 82).

  • 30 “Par langage inclusif, on entend le fait de s’exprimer, à l’oral comme à l’écrit, d’une façon non (...)

30En étudiant le langage et les discours dans Chroniques du Pays des Mères, Sharon Taylor a forgé le terme de “sexualecte” évocateur du concept de sociolecte, attirant ainsi l’attention sur la dimension sociale et sexuelle du langage employé dans le récit : “le langage sexualisé normatif se diversifie selon les spécificités reliées à différents groupes sociaux” (SCV : 102). Au sein de ce roman, au lieu du langage sexuel banalisé accepté par tous, un langage différent est employé – un sexualecte qui témoigne d’un changement de pouvoir. Cependant, contrairement au langage inclusif qui vise à neutraliser l’expression30, dans ce récit il s’agit, comme le souligne Taylor, d’un déplacement, d’une inversion, et non d’une suppression du pouvoir : “Mais l’auteure pousse la dénonciation du langage de l’homme plus loin en inversant la sexualisation du langage dominant” (SCV : 103). Comme nous l’avons vu dans les exemples ci-dessus, ce changement de pouvoir se laisse observer principalement dans le lexique, dans l’utilisation systématique du féminin : chevale-chevales pour cheval-chevaux, sourice-souris, enfante-enfant, etc. Certains de ces mots regenrés traduisent simplement la hiérarchie de la société diégétique : la norme n’est plus le masculin et l’altérité n’est plus le féminin, comme l’avait dénoncé Beauvoir. Si l’on dit “chevale”, ce n’est pas parce qu’il y a plus de juments, mais parce que le féminin est la norme. De même, lorsqu’on parle à la troisième personne de plusieurs individus, le féminin prévaut toujours :

Toller était reparti après son mois de tutorat. Quelque temps après, elle avait eu la surprise de recevoir une courte lettre l’informant de son adresse présente (il en changerait assez souvent la première année) et lui demandant si elle avait continué son voyage mental au pays des hommes. Plus surprise et amusée que choquée, Lisbeï avait décidé de lui répondre et elles avaient échangé quelques lettres de loin en loin. (CPM : 479)

31Nous pouvons observer que Toller, un homme dont l’identité sexuelle est grammaticalisée par le non-accord du participe passé, sera inclus dans le pronom “elles” qui fait référence à Lisbeï et à lui. Dans d’autres cas, “il” – alors qu’il s’utilise comme pronom impersonnel en français – se transforme en “elli”, évoquant la déesse du Pays des Mères : “Elli pleut” (CPM : 361). Cependant, d’autres exemples reflètent la réalité de la société : il y a effectivement plus de femmes que d’hommes, les enfants sont plutôt des filles, des “enfantes”, et les hommes ne sont pas autorisés à exercer tous les métiers. Par exemple, “exploratrice” sera toujours utilisé au féminin, parce que les hommes pouvaient très rarement se consacrer à ce métier : 

Celui de Verchères veut devenir récupératrice. (Il y a des Bleus parmi les récupératrices ? Je me renseignerai.) Il y en avait, bien plus que parmi les exploratrices, mais ils étaient quand même très rares ; exploration et récupération visaient à retrouver des connaissances technologiques utilisables mais surtout du métal, et par une espèce de contamination dont Lisbeï soulignerait l’agaçante irrationalité, les hommes évitaient d’y participer. (CPM : 338-339)

32Bien que dans la langue maternelle de Lisbeï – le litali (faisant probablement référence à l’italien) qui est la langue d’une Capterie conservatrice – cette féminisation soit de règle et lui semble naturelle au début, Lisbeï découvrira une autre langue (le frangleï, évoquant le français et l’anglais, le franglais), qui comporte davantage de mots au masculin : “Elle est venue m’accueillir, une bébé d’à peine deux années sur un bras et une autre accrochée à son autre main. (Ça fait trop bizarre de dire un bébé, comme elles le font à Wardenberg. Le frangleï est vraiment une langue archaïque !)” [italiques dans l’original] (CPM : 350), écrit Lisbeï dans son journal. Bien que les “particularismes” du frangleï semblent étranges à Lisbeï, elle finit par reconnaître qu’il s’agit en réalité d’une autre convention et qu’aucune n’est meilleure que l’autre : “Elle était d’accord avec Livine sur les illogismes linguistiques du Pays des Mères ! Elle avait seulement voulu dire que ceux de Wardenberg étaient différents !)” (CPM : 361). Le frangleï est un vestige des Harems, voire d’époques antérieures, tandis que la féminisation du litali est propre aux Ruches, tous les deux étant tout aussi arbitraires.

  • 31 Tessa Sermet, op. cit, p. 113.
  • 32 “La femme a des ovaires, un utérus ; voilà des conditions singulières qui l’enferment dans sa sub (...)

33Comme Tessa Sermet l’observe, la plupart des féminisations ont lieu dans les termes relatifs à la reproduction : “Vonarburg chose to alter very specific parts of the French language : the animal kingdom, and the living beings concerned by gender and reproduction, but also by production (i.e., the lexical field around labor)”31. Cela peut être attribué en grande partie au fait que la reproduction constitue l’enjeu central des utopies/dystopies féministes, comme nous l’avons constaté lors de l’analyse des similitudes entre Chroniques du Pays des Mères et The Handmaid’s Tale. La capacité des femmes à procréer et leur corps ont longtemps été utilisés comme des arguments pour justifier leur contrôle et leur oppression au sein des sociétés patriarcales, comme Simone de Beauvoir32 l’a souligné. Par conséquent, remettre en question ce système linguistique qui reflète une relation marquée par l’injustice vise à rompre avec cette vision traditionnelle.

34Cependant, comme nous l’avons déjà mis en évidence, il est important de noter que le langage féminisé utilisé dans Chroniques du Pays des Mères ne constitue pas le reflet d’une société parfaite, mais qu’il continue à mettre la reproduction dans le centre de ses préoccupations. En réalité, une telle société parfaite n’existe probablement pas, comme en témoigne la succession de régimes imparfaits. De même, il n’existe pas un langage parfait capable de la décrire. L’intérêt des expérimentations de Vonarburg réside dans le déplacement même, dans la remise en question des éléments considérés comme naturels.

Conclusion

  • 33 Donna Haraway, Manifeste cyborg et autres essais. Sciences. Fictions. Féminismes, trad. Laurence (...)

35Les inversions et les déplacements qui se réalisent dans Chroniques du Pays des Mères font du roman un récit cybrogien qui se réapproprie et réécrit les histoires du patriarcat, ses mythes fondateurs et les principes qui régissent ses langues : “L’écriture cyborgienne a trait au pouvoir de survivre, non sur la base d’une innocence originelle, mais sur celle d’une appropriation des outils qui vous permettent de marquer un monde qui vous a marqué comme autre”, écrit Donna Haraway et elle ajoute que “[c]es outils sont souvent des histoires, des histoires reracontées, de nouvelles versions qui renversent et déplacent les dualismes hiérarchiques”33. Mais, curieusement, le roman de Vonarburg n’efface pas les dualismes : il les maintient tout en renversant les rapports de pouvoir. Au lieu de proposer une utopie difficilement réalisable, l’autrice s’attache à montrer les problèmes des binarismes en changeant les valeurs attribuées à chacun des pôles. En termes de Butler, ce récit répète la norme (le binarisme et l’existence d’une hiérarchie) tout en la déplaçant (renversement de la hiérarchie). D’ailleurs, Vonarburg montre la caducité de ces classifications catégoriques de manière similaire à Monique Wittig dans Les guérillères – œuvre analysée par Butler dans Gender Trouble :

  • 34 Judith Butler, op. cit., p. 172.

The violence and struggle in her text is, significantly, recontextualized, no longer sustaining the same meanings that it has in oppressive contexts. It is neither a simple turning of the tables in which women now wage violence against men, nor a simple internalization of masculine norms such that women now wage violence against themselves. The violence of the text has the identity and coherence of the category of sex as its target, a lifeless construct, a construct out to deaden the body.34

36Nous pouvons alors affirmer que ces œuvres de science-fiction sont le résultat d’une observation et d’une réflexion sur les phénomènes sociaux contemporains, notamment en ce qui concerne la problématique du genre. Sans proposer une utopie ou une propagande, Vonarburg s’implique dans les questions actuelles à travers la création d’une société imaginaire et le genre de la science-fiction. Elle introduit cet écart, dans ce cas parodique, entre le monde observé et le regard de l’écrivain observateur dont parlait Blanckeman.

37En résumé, Chroniques du Pays des Mères peut être considéré comme un roman de réécriture parodique qui, comme nous l’avons vu dans cet article, se réalise sur trois niveaux (thématique, transtextuel et linguistique). À ces trois niveaux nous pourrions peut-être en ajouter un dernier, le niveau global, celui de la réappropriation du genre de la science-fiction par Vonarburg. Puisque, comme le dit Vonarburg elle-même, malgré les changements survenus dans le genre, la science-fiction reste considérée comme masculine, particulièrement dans le monde francophone :

  • 35 Miléna Santoro, “From Silence to Memory: An Interview with Élisabeth Vonarburg (EV)”, Femspec, vo (...)

La perception de la science-fiction comme dominée par les hommes est toujours là, oui. Dans les faits, ce n’est plus aussi vrai aujourd’hui. C’était vrai, il y a, disons, trente-cinq ans, mais les femmes ont fait une entrée en force dans la science-fiction au niveau de l’écriture et de la lecture dans les années soixante – en tout cas au milieu anglophone, parce qu’il faut le distinguer du milieu francophone.35

38Par conséquent, s’il est vrai que son œuvre se situe désormais dans une généalogie d’écrivaines de science-fiction féministes, employer ce genre typiquement masculin pour revendiquer des questions féministes peut être également considéré comme une subversion ou un déplacement de la norme.

Haut de page

Note de fin

1 Gisèle Sapiro, “Les formes d’engagement des écrivains : continuité et ruptures”, Elfe XX-XXI, nº 10, 2021, disponible sur : <https://journals.openedition.org/elfe/4015> (consulté le 6 juin 2023).

2 Jean-François Hamel, Barbara Havercroft et Julien Lefort-Favreau, “Avant-propos”, dans Jean-François Hamel, Barbara Havercroft et Julien Lefort-Favreau (dir.), Politique de l’autobiographie. Engagements et subjectivités, Québec, Nota bene, 2017, <Contemporanéités>, p. 7-8.

3 Richard Saint-Gelais, L’empire du pseudo. Modernité de la science-fiction, Québec, Nota bene, 1999, p. 11.

4 “Les écrivains de science-fiction parlent de l’être humain et des inquiétudes du présent” (notre traduction) : Fernando Moreno, Teoría de la ciencia ficción. Poética y retórica de lo prospectivo, Vitoria, Portal, 2020, p. 21.

5 Joanna Russ, To Write Like a Woman. Essays in Feminism and Science Fiction, Bloomington, Indiana University Press, 1995, p. 90.

6 Ibid., p. 91.

7 Sara Lefanu, “Popular Writing and Feminist Intervention in Science Fiction”, dans Derek Longhurst (dir.), Gender, Genre and Narrative Pleasure, Londres, Taylor & Francis Group, 2012, p. 179.

8 Judith Butler, Gender Trouble. Feminism and the Subversion of Identity, New York, Routledge, 2007, p. 198.

9 Ce rapprochement a été déjà réalisé notamment par Barbara Havercroft dans plusieurs de ses articles : Barbara Havercroft, “Lorsque le sujet devient agent : écriture et engagement chez Annie Ernaux”, dans Pierre-Louis Fort et Violaine Houdart-Mérot (dir.), Annie Ernaux : un engagement d’écriture, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2015, p. 81-88 ; Barbara Havercroft, “Autobiographie et agentivité : répétition et variation au féminin”, dans Jean-François Hamel, Barbara Havercroft, Julien Lefort-Favreau (dir.), op. cit., p. 265-284.

10 Bruno Blanckeman, “De l’écrivain engagé à l’écrivain impliqué. Figures de la responsabilité littéraire au tournant du XXIe siècle”, dans Catherine Brun et Alain Schaffner (dir.), Des écritures engagées aux écritures impliquées. Littérature française (XXe-XXIe siècles), Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2015, p. 164.

11 Barbara Havercroft, “Autobiographie et agentivité : répétition et variation au féminin”, op. cit., 2017.

12 Sharon C. Taylor, “Les sexualectes dans Chroniques du Pays des Mères de Vonarburg’”, Femspec, vol. 11, nº 2, 2011, p. 99-114 ; dorénavant SCV.

13 Gérard Genette, Palimpsestes : la littérature au second degré, Paris, Seuil, 1982.

14 Par exemple, dans le titre de cet entretien radiophonique : “Élisabeth Vonarburg, la reine de la science-fiction au Québec”, Radio Canada, 16 novembre 2018, disponible sur : <https://ici.radio-canada.ca/ohdio/premiere/emissions/plus-on-est-de-fous-plus-on-lit/segments/entrevue/95086/elisabeth-vonarburg-science-fiction-balance-sablier-salon-du-livre-de-montreal> (consulté le 8 juin 2023). Ou dans cet article de magazine : Marie Labrecque, “Élisabeth Vonarburg : reine de l’imaginaire”, Entre les lignes, vol. 3, nº 3, 2007, p. 36-38. Disponible sur : <https://id.erudit.org/iderudit/10629ac> (consulté le 8 juin 2023).

15 Amy Ransom (dir.), “Special Issue on Élisabeth Vonarburg”, Femspec, vol. 11, nº 2, 2011.

16 ÉlisabethVonarburg, Le silence de la cité, Paris, Denoël, 1981.

17 Taylor l’appelle, en empruntant le terme à Thoman Moylan, une “utopie critique” qui “présente moins un modèle de société idéale détaillé que le processus littéraire, social et politique menant à la création d’un nouvel espace d’existence humaine” : Sharon C. Taylor, “L’utopie critique et l’identité sexuale chez Élisabeth Vonarburg”, @nalyses. Revue de critique et de théorie littéraire, vol. 8, nº 2, printemps-été 2013, p. 257-258. Disponible sur : <https://uottawa.scholarsportal.info/ojs/index.php/revue-analyses/article/view/888> (consulté le 31 octobre 2023).

18 Irène Langlet, La science-fiction. Lecture et poétique d’un genre littéraire, Paris, Armand Colin, 2006, p. 199.

19 Élisabeth Vonarburg, Chroniques du Pays des Mères, Paris, Gallimard, 2019, <Folio SF>, p. 417 ; dorénavant CPM.

20 Tessa Sermet, “Imperfect Words for an Imperfect World”, dans Ian Campbell (dir.), Science Fiction in Translation. Studies in Global Science Fiction, Londres, Palgrave Macmillan, 2021, p. 108. DOI : https://doi.org/10.1007/978-3-030-84208-6_6 (consulté le 31 octobre 2023).

21 Barbara Havercroft, “Autobiographie et agentivité : répétition et variation au féminin”, op. cit., p. 271.

22 Le cycle Reine de mémoire est composé de cinq volumes publiés entre 2005 et 2007: La maison d’oubli (Alire, 2005), Le dragon de feu (Alire, 2005), Le dragon fou (Alire, 2006), La princesse de vengeance (Alire, 2006), La maison d’équité (Alire, 2007).

23 Sophie Beaulé, “Se souvenir autrement : religion, soi et collectivité dans Reine de Mémoire d’Élisabeth Vonarburg”, Les Cahiers du GRELCEF, nº 8, “Le fait religieux dans les écritures et expressions francophones”, 2016, p. 85-102. Disponible sur : <https://www.uwo.ca/french/grelcef/2016/cgrelcef_08_text06_beaule.pdf> (consulté le 27 octobre 2023).

24 Élisabeth Vonarburg, Les contes de la chatte rouge, Montréal, Québec-Amérique, 1993.

25 Marie-Pierre Lockwell, “Elisabeth Vonarburg : chronique du Pays des Simulacres”, Nuit blanche, vol. 58, 1994, p. 25-29. Disponible sur : <https://id.erudit.org/iderudit/19650ac> (consulté le 31 otobre 2023).

26 Tessa Sermet, op. cit., p. 105.

27 Margaret Atwood, The Handmaid’s Tale, Toronto, McClelland and Stewart, 1985.

28 Irène Langlet, op. cit., p. 30.

29 Darko Suvin, Metamorphoses of Science Fiction: On the Poetics and History of a Literary Genre, New Haven, Yale University Press, 1979, p. 4.

30 “Par langage inclusif, on entend le fait de s’exprimer, à l’oral comme à l’écrit, d’une façon non-discriminante, quels que soient le sexe ou l’identité de genre de la personne dont on parle ou à qui l’on s’adresse, sans véhiculer de stéréotypes de genre. Comme la langue a le pouvoir de faire évoluer les attitudes culturelles et sociales, l’emploi d’un langage inclusif est un bon moyen de promouvoir l’égalité de genre et de lutter contre les préjugés” : Nations unies, Le langage inclusif, disponible sur : <https://www.un.org/fr/gender-inclusive-language/index.shtml> (consulté le 11 juin 2023).

31 Tessa Sermet, op. cit, p. 113.

32 “La femme a des ovaires, un utérus ; voilà des conditions singulières qui l’enferment dans sa subjectivité ; on dit volontiers qu’elle pense avec ses glandes. L’homme oublie superbement que son anatomie comporte aussi des hormones, des testicules. Il saisit son corps comme une relation directe et normale avec le monde qu’il croit appréhender dans son objectivité, tandis qu’il considère le corps de la femme comme alourdi par tout ce qui le spécifie : un obstacle, une prison.” Simone de Beauvoir, “Introduction”, dans Le deuxième sexe, Paris, Gallimard, 1971, p. 15.

33 Donna Haraway, Manifeste cyborg et autres essais. Sciences. Fictions. Féminismes, trad. Laurence Allard, Delphine Gardey et Nathalie Magnan, Paris, Exils Éditeurs, 2007, p. 71.

34 Judith Butler, op. cit., p. 172.

35 Miléna Santoro, “From Silence to Memory: An Interview with Élisabeth Vonarburg (EV)”, Femspec, vol. 11, nº 2, 2011, p. 49. Disponible sur : <https://www.proquest.com/scholarly-journals/silence-memory-interview-with-élisabeth-vonarburg/docview/915767642/se-2> (consulté le 13 juin 2023).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julia Ori, « Société matriarcale, société idéale ? »Revue critique de fixxion française contemporaine [En ligne], 27 | 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 29 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/fixxion/13096 ; DOI : https://doi.org/10.4000/fixxion.13096

Haut de page

Auteur

Julia Ori

Université Complutense de Madrid

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search