Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27ÉtudesGénéalogies critiques du genre et...

Études

Généalogies critiques du genre et de l’engagement

Penser le moment féministe des années 1969-1985
Aurore Turbiau

Résumés

L’histoire de l’engagement littéraire, en contextes français et québécois, a été écrite, jusqu’à nos jours, de telle manière qu’elle esquive la plupart du temps le moment dit de la deuxième vague féministe. Les écrivaines féministes des années 1969-1985 ont pourtant, à leur époque, avant l’ère de la littérature ultra-contemporaine, repris et transformé les traditions de l’engagement, en même temps que fondé de nouvelles épistémologies de l’agir littéraire et politique. Elles ont remanié le sens de ce qu’on entend par littérature engagée en le faisant dépendre, par exemple, d’un bouleversement des rapports entre “situation” et énonciation, posant les premiers jalons des épistémologies du point de vue ; elles ont également réorienté les dimensions de transitivité et de communicabilité de la littérature engagée d’héritage sartrien, entraînant leur propre écriture dans un régime de révolution du langage tel qu’il prétend à la fois agir directement sur la vie des femmes, leur redonner de l’agentivité et du pouvoir subjectif dans le monde, et s’énoncer avant-gardiste, voire “illisible”. Leur ellipse des histoires de l’engagement apparaît donc frappante ; cet article formule l’hypothèse selon laquelle il est significatif qu’à l’endroit même où buttent les théories francophones de l’engagement, esquivant les spécificités de l’histoire littéraire des décennies 1970-1980, d’autres théories – théories du genre, majoritairement anglophones – prennent leur élan et s’intéressent quant à elles de très près aux corpus engagés des écrivaines féministes. Le moment des années 1969-1985 est ainsi construit, dans ces feux croisés, comme le moment d’un embranchement phylogénétique : il forme un nœud structurant mais inaperçu dans les histoires que l’on retrace, dans l’après-coup et jusqu’à aujourd’hui, de ces différentes traditions critiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Françoise d’Eaubonne, Les bergères de l’Apocalypse, Paris, Jean-Claude Simoën, 1977, p. 340.

quand j’entends ces engagées chanter ton hymne, je me dis que les événements d'aujourd'hui auraient pu t'inspirer autre chose que ce poème que tu viens de nous lire.1

  • 2 Différents courants s’articulent au sein des mouvements de libération des femmes, parfois contrad (...)
  • 3 Benoît Denis, Littérature et engagement, Paris, Seuil, 2000. Dorénavant LE.
  • 4 Emmanuel Bouju (dir.), L’engagement littéraire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005.
  • 5 Serena Cello, La littérature des banlieues : un engagement littéraire contemporain, Rome, Aracne (...)
  • 6 Emmanuel Bouju, Yolaine Parisot et Charline Pluvinet (dir.), Pouvoir de la littérature. De l’ener (...)
  • 7 Sylvie Servoise, La littérature engagée, Paris, Que sais-je ?, 2023.
  • 8 Jean Kaempfer, Sonya Florey et Jérôme Meizoz (dir.), Formes de l’engagement littéraire (XVème-XXI (...)
  • 9 Sylvie Servoise, Le roman face à l’histoire: la littérature engagée en France et en Italie dans l (...)
  • 10 Élyse Guay, Jean-François Hamel, Laurence Côté-Fournier et Université du Québec à Montréal (dir.) (...)
  • 11 Catherine Brun et Alain Schaffner (dir.), Des écritures engagées aux écritures impliquées. Littér (...)
  • 12 Chloé Chaudet, Écritures de l’engagement par temps de mondialisation, Paris, Classiques Garnier, (...)
  • 13 Aurore Peyroles, Roman et engagement : le laboratoire des années 1930, Paris, Classiques Garnier, (...)
  • 14 “[I]l nous a semblé que l’importance du mouvement et la spécificité de ses enjeux méritaient mieu (...)
  • 15 Justine Huppe, La littérature embarquée. Qu’est-ce que la littérature à l’époque néolibérale ?, P (...)
  • 16 Audrey Lasserre, “Le privé est politique. Textes autobiographiques de femmes en mouvement”, dans (...)

1L’histoire de l’engagement littéraire en contexte français et québécois a été écrite, jusqu’à nos jours, de telle manière qu’elle esquive la plupart du temps l’importance du moment féministe des années 1969-19852. La majorité des études portant sur la notion d’engagement littéraire, depuis le travail proposé par Benoît Denis dès 20003, ou celui dirigé par Emmanuel Bouju en 20054, jusqu’aux analyses proposées par Serena Cello5 ou par Emmanuel Bouju, Yolaine Parisot et Charline Pluvinet en 20196 et Sylvie Servoise en 20237, en passant par celles de Jean Kaempfer, Sonia Florey, Jérôme Meizoz (2006)8, de Sylvie Servoise (2011)9, de Laurence Côté-Fournier, Élyse Guay et Jean-François Hamel (2014)10, de Catherine Brun et Alain Schaffner (2015)11, de Chloé Chaudet12 ou d’Aurore Peyroles (2016)13 négligent en effet au moins de traiter, et souvent même d’évoquer le rôle de la littérature féministe, en considérant la plupart du temps que la notion d’engagement connaît une désaffection au moment des années 1970. Il ne serait pas juste de dire que personne n’y pense : Benoît Denis introduit Littérature et engagement en signalant là un manque majeur14 ; à l’instar de Pouvoirs de la littérature (Emmanuel Bouju, Yolaine Parisot, Charline Pluvinet) ou de La littérature embarquée (Justine Huppe15), des ouvrages récents manifestent au moins par des choix de corpus une attention aux questions de genre, sans toutefois parler franchement de féminisme. L’ouvrage collectif Politique de l’autobiographie (Jean-François Hamel, Barbara Havercroft, Julien Lefort-Favreau, 2017), outre qu’il étudie des textes féministes appartenant à la littérature ultra-contemporaine (écrits par Chloé Delaume, Annie Ernaux, Wendy Delorme, Virginie Despentes, Nicole Caligaris…), ouvre aussi une perspective sur le mouvement des femmes français en laissant place à un chapitre rédigé par Audrey Lasserre, et pose pour la première fois les bases d’une synthèse des liens entre théories de l’engagement et notion féministe d’agentivité, sous la plume de Barbara Havercroft16. En dehors de ces cas, les corpus féministes semblent généralement représenter une marge, des cas particuliers, des excroissances imprécises ou, surtout, tout-à-fait récentes, de l’histoire et de la théorie globales de l’engagement. En témoigne encore l’écart qui subsiste entre évocation abstraite d’un mouvement féministe, que l’on trouve ponctuellement dans les ouvrages, et citation concrète de noms d’autrices et de titres d’œuvres – écart qui augmente encore si l’on espère que ces citations donnent lieu à des analyses un tant soit peu substantielles.

  • 17 C’est l’hypothèse formulée en conclusion de la thèse sur laquelle s’appuie cet article : “Pensées (...)
  • 18 Éléonore Lépinard et Marylène Lieber, Les théories en études de genre, Paris, La Découverte, 2020 (...)

2Les écrivaines féministes des années 1969-1985 ont pourtant repris et transformé des traditions de l’engagement, en même temps que fondé de nouvelles épistémologies de l’agir littéraire et politique. À ce moment de l’histoire, les féministes arrivent en effet en nombre sur la scène littéraire, formant “mouvement”. Si les œuvres auxquelles elles donnent naissance et les théories de la littérature qu’elles développent se caractérisent par une grande diversité de choix poétiques, de tonalités, de formes et d’ambitions littéraires et politiques, elles sont marquées par des questionnements communs qui tiennent à ce que signifie, pour des femmes, “s’engager” en littérature : la nouveauté du moment tient dans cet aspect largement collectif des démarches féministes engagées par les autrices. Se font ainsi (re)connaître comme autrices féministes, au Québec, Nicole Brossard, France Théoret, Louky Bersianik, Madeleine Gagnon, Jovette Marchessault, Marie Savard ou encore Josée Yvon – par exemple ; en France, Monique Wittig, Hélène Cixous, Christiane Rochefort, Françoise d’Eaubonne, Michèle Causse ou encore Maryvonne Lapouge-Pettorelli – par exemple, et parmi beaucoup d’autres autrices. En fait, de la même manière qu’on peut dire de la littérature engagée, avec Benoît Denis, qu’elle est à la fois “un ‘moment’ de l’histoire de la littérature”, historiquement et conceptuellement situé au milieu du XXe siècle français, et un “possible littéraire transhistorique” – c’est précisément cette double définition, cet aspect “centrifuge” d’une notion aussi particulière qu’universelle, qui en fait la richesse et la productivité –, on peut dire que la “littérature féministe” est à la fois un “moment” de l’histoire de la littérature, historiquement et conceptuellement situé entre la fin de la décennie 1960 et le milieu de la décennie 1980 parce qu’elle y est particulièrement intense, théorisée, collective, et un possible littéraire transhistorique17. Les écrivaines féministes des années 1969-1985 ont remanié le sens de ce qu’on entend par littérature engagée en le faisant dépendre, par exemple, d’un bouleversement des rapports entre “situation” et énonciation, posant parmi les premiers jalons des épistémologies du point de vue situé18. Elles ont également réorienté les dimensions de transitivité et de communicabilité de la littérature engagée d’héritage sartrien, entraînant leur propre écriture dans un régime de révolution du langage tel qu’il prétend à la fois agir directement sur la vie des femmes, leur redonner de l’agentivité et du pouvoir subjectif dans le monde, et s’énoncer avant-gardiste, voire “illisible”.

  • 19 Monique Wittig, “Le point de vue, universel ou particulier”, dans La pensée straight, Paris, Amst (...)
  • 20 Cette hypothèse est étayée en introduction de la thèse sur laquelle s’appuie cet article.

3Il est donc frappant que l’engagement continue sa route, depuis le milieu du XXe siècle jusqu’à l’ultra-contemporain, en faisant l’ellipse de ce corpus peut-être trop “particulier”19. Une hypothèse que l’on peut formuler pour comprendre ce phénomène tient à l’observation que l’engagement littéraire est une notion dans l’ensemble codée par des marqueurs masculins (combat et guerre, sphère publique, définitions des responsabilités de “l’homme”…), définition genrée du genre engagé qui entraînerait l’effacement de textes moins manifestement virils20. Une autre hypothèse, qui fera l’objet de cet article, consiste à observer la manière dont, à l’endroit même où buttent les théories francophones de l’engagement, esquivant les spécificités de l’histoire littéraire des décennies 1970-1980, d’autres théories – théories du genre, majoritairement anglophones – prennent leur élan et s’intéressent quant à elles de très près aux corpus engagés des écrivaines féministes. Le moment des années 1969-1985 est ainsi construit, dans ces feux croisés, comme le moment d’un embranchement phylogénétique : il forme un nœud structurant mais ignoré, presque inaperçu comme moment critique, dans les histoires que l’on retrace, dans l’après-coup et jusqu’à aujourd’hui, de ces différentes traditions critiques.

4Pour examiner cette hypothèse, je procéderai en deux temps. D’abord et principalement, je présenterai l’importance du moment 1969-1985 dans l’histoire de l’engagement littéraire (en contexte franco-québécois), en soulignant les éléments qui me paraissent plaider pour une intégration du féminisme au panorama général de l’engagement au XXe siècle : non seulement il répond à nombre de ses paramètres traditionnels, mais il les entraîne souvent plus loin que d’autres corpus. Dans un second temps, je comparerai l’attention que portent (ou non) à ces corpus féministes différentes branches de la théorie littéraire – celles qui portent spécifiquement sur l’engagement, en contexte essentiellement francophone, et celles qui portent sur le genre, en contexte principalement anglophone ; il semble bien que ce soit précisément, et paradoxalement, l’extrême densité théorique, politique et littéraire du moment féministe 1969-1985 qui explique qu’il soit esquivé par les théoricien·nes de l’engagement littéraire, à l’instant même où il est investi par les penseuses du genre.

Engagements féministes : littératures situées

5Le moment féministe de l’engagement littéraire joue en réalité, à beaucoup d’égards, un rôle de pivot entre deux ères de l’engagement. D’un côté se trouve l’ère dont la pensée sartrienne forme le point historique et théorique culminant (LE : 28-29), qui pense l’investissement de l’intellectuel·le dans la sphère publique et le travail de la littérature comme un lieu autonome et spécifique d’engagement politique. D’un autre côté s’étend l’ère qui, plus marquée par des régimes sociaux, politiques et épistémologiques dits “post-modernes”, propose une vision plus éclatée, éparse, multi-focalisée – et peut-être un peu découragée aussi – des pouvoirs de la littérature sur le monde. Ce pivot se fonde en particulier sur la problématisation de deux pôles majeurs de la notion d’engagement : celui de la situation et celui de la pragmatique.

  • 21 Jean-Paul Sartre, Situations II. Qu’est-ce que la littérature ?, Paris, Gallimard, 1987 [1948]. D (...)

6On sait le lien profond qu’entretiennent l’engagement littéraire d’héritage sartrien et la notion de situation. Qu’est-ce que la littérature ?, le texte historiquement central de l’engagement littéraire, est publié dans les Situations de Jean-Paul Sartre21, et se présente ainsi comme une conséquence théorique et littéraire des philosophies existentialistes développées par l’auteur. L’écrivain·e, selon celui-ci, écrit en tant qu’il ou elle est “embarqué·e” dans l’histoire, concrètement situé·e en un moment et un lieu qui déterminent la forme de sa liberté d’agir ; il ou elle s’adresse à un public lui-même situé par différents paramètres sociaux, économiques, idéologiques, environnementaux, que l’écrivain·e doit prendre en considération en tant que tels pour pouvoir prétendre à un authentique “engagement”, destiné à convaincre, à se montrer efficace.

  • 22 Simone de Beauvoir, Les faits et les mythes. Le deuxième Sexe, Paris, Gallimard, 2012 [1949], p.  (...)
  • 23 Maurice Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard, 2001 [1945].
  • 24 Voir Simone de Beauvoir, Pour une morale de l’ambiguïté, Paris, Gallimard, 1947 et, pour une géné (...)

7Or les écrivaines féministes du moment 1969-1985 développent considérablement cette notion de situation, dont elles rattachent aussi l’héritage à Simone de Beauvoir, pour penser l’engagement littéraire en tant que femmes en mouvement. En 1949, Simone de Beauvoir ouvre en effet Le deuxième sexe22 sur un constat déterminant : elle est une femme ; avant d’écrire, avant de pouvoir commencer à dire autre chose, il lui faut d’abord poser cet élément fondamental, qui détermine profondément la place qu’elle occupe dans le monde, les pouvoirs dont elle peut investir la littérature, la façon dont elle peut anticiper sa réception, la manière même dont elle-même en tant qu’individu est, phénoménologiquement, au monde, et peut le connaître. Comme Maurice Merleau-Ponty, Beauvoir ne pense pas l’engagement en dehors d’une corporéité23, dans son cas identifiée et déterminée comme féminine : être une femme est une situation socialement, historiquement et philosophiquement spécifique, dont il est indispensable de faire l’analyse pour envisager d’écrire vraiment. Chez elle, ce constat fait aussi suite à ce qu’elle développait dans Pour une morale de l’ambiguïté : morale, liberté, éthique, engagement, possibilité d’écrire et d’agir sur le monde, toutes ces notions sont développées à partir de celle de situation24.

  • 25 Christiane Rochefort, Ma vie revue et corrigée par l’auteur, Paris, Stock, 1978, p. 64 ; François (...)
  • 26 Marie Savard, Bien à moi, Montréal, Éditions de la pleine lune, 1979, p. 7.
  • 27 Louky Bersianik, L’Euguélionne, Montréal, Typo, 2012 [1976], p. 403. Dorénavant EG.
  • 28 Voir par exemple Suzanne Horer et Jeanne Socquet, La création étouffée, Paris, Pierre Horay, 1987 (...)
  • 29 Monique Wittig, Les guérillères, Paris, Minuit, 2019 [1969], p. 42 (dorénavant LG) ; Monique Witt (...)
  • 30 Monique Wittig, “On ne naît pas femme”, Questions féministes, n° 8, mai 1980, p. 75-84. Voir auss (...)
  • 31 Voir notamment Catherine Clément, Hélène Cixous, La jeune née, Paris, Union générale d’édition, 1 (...)
  • 32 Madeleine Gagnon, “Mon corps dans l’écriture”, dans Hélène Cixous, Madeleine Gagnon et Annie Lecl (...)
  • 33 La figure de la spectralisation est souvent utilisée en contexte d’études littéraires féministes (...)

8Pour les écrivaines féministes des années 1969-1985 de même, venir à l’écriture dépend de cette prise de conscience initiale, et de son investigation : être femmes, écrire et s’engager depuis cette situation à la fois spécifique, multiple et problématique. Être embarquées et situées, pour les femmes de langue française, relève donc de l’évidence ambiguë : qu’elles en prennent clairement conscience ou non, elles sont bien obligées d’observer que les mots leur manquent pour décrire leur expérience du monde, que la grammaire les minore, que l’ordre des discours et des représentations les stigmatise (littéralement : les marque) et les isole du général. Avant elles, existe-t-il un terme pour dire leur métier d’écrivaines ? Pas au féminin, et elles sont obligées d’inventer : à l’instar de Christiane Rochefort, de Marie Savard, de Louky Bersianik, elles sont “écrevisses”25, “autesses”26, “écrivantes”27 parfois, bien sûr “écrivaines” déjà comme chez France Théoret ou chez Michèle Causse28, mais assez rarement encore ; les premières commissions de réflexion sur la féminisation des noms de métier naîtront de leur travail littéraire sur ces lacunes du langage, dans les années 1980-1990. De même, avant elles, existe-t-il un terme pour désigner, par exemple, leur expérience du désir sexuel ? “Cyprine” est un mot qui, avant que Monique Wittig ne s’en empare dans Les guérillères puis surtout dans Le corps lesbien pour lui donner une véritable substance littéraire, n’existe encore qu’en registre pornographique – terme dès lors tabou, absent des registres disponibles pour dire, sans la stigmatiser d’emblée, l’expérience des femmes29. Avant même de s’engager, les écrivaines, en tant que femmes, sont donc une position ambiguë par rapport à la langue, située à la marge, dans “le non-nommé”, voire dans l’“innommable” (EG : 591, 703). En même temps exactement, elles sont entièrement “dites”, tout-discours : elles sont “la-femme” selon l’expression de Monique Wittig30, la “différence”, “l’Autre” selon Hélène Cixous, Catherine Clément, Nicole Brossard ou même Françoise d’Eaubonne31, donc du mythe, coincées dans une situation discursive impossible qui prétend à la fois définir absolument ce qu’elles sont et les enfermer dans ces camisoles symboliques, et leur interdire l’accès au discours en tant que sujets capables de s’auto-définir. Ainsi gommées de “l’ordre du langage”32, spectralisées33 par lui et par les systèmes de représentation auxquels il donne lieu, elles sont obligées, en arrivant à l’écriture, de “se situer”, en tant que femmes : obligées d’inventer des manières de devenir sujets de l’écriture, dans un contexte linguistique, discursif et littéraire organisé de manière à les en empêcher.

  • 34 Louky Bersianik, La main tranchante du symbole, Montréal, Remue-ménage, 1990, p. 55.
  • 35 Susan Hekman, dans Gender and Knowledge, s’intéresse précisément à ces liens entre philosophies d (...)
  • 36 Madeleine Gagnon, par exemple, emprunte volontiers le premier terme, considérant que les hommes p (...)

9Les écrivaines féministes montrent aussi qu’à l’évidence, l’histoire (y compris littéraire) n’est jamais pensée qu’au masculin, et que cela concerne aussi toutes les sciences humaines, de vraies “dentelles” à leurs yeux comme le formule Louky Bersianik : jolies compositions soigneusement élaborées sur des trous34. Les sciences humaines sont faussement objectives, montrent-elles en associant les notions de neutralité et d’objectivité à des régimes de savoir non seulement dépassés et insatisfaisants (leur critique rejoint en ce sens celle des autres théoricien·nes de la post-modernité : Michel Foucault, Gilles Deleuze, Jacques Derrida, etc.), mais également misogynes, bâtis sur des biais de “genre” qu’elles contribuent à mettre au jour et nommer tels35. Le “point de vue de nulle part” que prétendent représenter les savoirs dominants (bourgeois, masculins ou straight, selon les terminologies employées par différents courants féministes36), est disqualifié comme un “point de vue” non seulement lui aussi situé et incomplet, comme celui des femmes, mais en outre particulièrement “boursouflé” (EG : 388) dans sa prétention à la généralité, et délétère dans sa manière de dominer partout, de fonder les critères usuels du savoir supposément neutre. Toutes les sciences humaines sont alors remises sur le métier, articulées en fonction de concepts mi-littéraires et fictionnels, mi-scientifiques, de même que mi-sérieux mi-fantaisistes, qui placent en leur cœur la nécessité de situer tous les savoirs.

10D’un point de vue conceptuel, la mémoire est par exemple fondée, par les féministes, comme un concept apte à se substituer à celui d’histoire, en tant qu’il laisse plus de place à l’imagination et au subjectif, qu’il est une force de relation et de création, associant des orientations temporelles diverses (passé, présent, futur) dans une même recherche d’émancipation : c’est un des concepts qu’elles forgent collectivement pour explorer ce que pourrait être un savoir “situé”. L’écrivaine québécoise Louky Bersianik en propose le programme :

De ce moratoire de l’histoire, nous pourrions tirer une vérité mémorique plutôt qu’historique, surveiller l’accélération de nos mémoires et compter pour négligeable la soi-disant accélération de l’histoire.

  • 37 Louky Bersianik, Les agénésies du vieux monde, Outremont, L’intégrale, 1982, p. 18. Dorénavant AV (...)

11Les historiens céderaient le pas aux mémoriennes et aux mémoriens, les historiographes aux mémoriographes, et l’authenticité de leur œuvre ne serait plus de l’historicité mais de la mémoricité.37

  • 38 François Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Paris, Seuil, 2003 ; (...)
  • 39 L’idée d’une mémoire du futur” est topique dans les réflexions menées sur l’utopie par Ernst Bloc (...)

12L’un des enjeux, on le voit, est de rompre avec le régime moderne d’historicité38, en particulier avec l’idée d’un progrès continu de l’histoire ; il s’agit aussi pour les féministes – comme pour d’autres luttes d’émancipation contemporaines39 – d’inventer une “mémoire du futur” propice à l’invention de nouvelles modalités de résistance, qui ne soit ni tournée vers le passé, ni orientée vers le futur, mais située dans une problématisation conjointe du concept même d’histoire : “notre mémoire archéologique” a non seulement pour tâche de “retarder l’histoire”, mais aussi de “la retourner comme un gant” (AVM : 9). “Offensive”, cette mémoire est censée avoir “la force d’explosion et de projection d’une arme nucléaire capable de briser les préjugés millénaires”, de “remettre le monde au degré zéro de son écriture” (AVM : 14), à partir d’une réélaboration de ce que signifie, d’un point de vue historique, la notion de “situation”.

  • 40 Sartre, op. cit., p. 171.
  • 41 Nicole Brossard, Mécanique jongleuse, Colombes, G.B. Jassaud, 1973, p. 78.
  • 42 Michèle Causse, Lettres à Omphale, Paris, Denoël, 1983, p. 7-8.
  • 43 Dominique Viart, “Sartre-Simon : de la ‘littérature engagée’ aux ‘fictions critiques’”, Cahiers C (...)

13D’un point de vue littéraire, la notion de “point de vue” est aussi placée au cœur de ces réflexions épistémologiques, qui prennent dès lors aussi un sens narratologique et théorique : en travaillant de multiples jeux de focalisation et d’énallages dans leurs textes littéraires, les écrivaines de la cause des femmes affirment la dimension langagière de leur engagement, déterminé par un travail formel mené sur les situations d’énonciation et différents effets de repositionnement des sujets linguistiques. En cela, les écrivaines reprennent et développent la critique sartrienne du “point de vue de Dieu”40. Un certain nombre de notions de théorie littéraire leur servent à nouer ainsi littérature et philosophie, pour réaffirmer de nouvelles manières les pouvoirs de la littérature : Monique Wittig travaille avec le “point de vue”, l’“oblique” et l’“effraction” sur le rapport du particulier à l’universel (PDV) ; Nicole Brossard explore la déviation et la diffraction41 ; Michèle Causse la perception42, par exemple ; certaines “fictions critiques”43 – la construction d’un “nous” des femmes notamment – servent à articuler sur un plan thématique ces conceptions théoriques, et à mettre en avant la nécessité de problématiser les contextes et coordonnées de l’énonciation d’une littérature engagée.

Engagements féministes : littératures pragmatiques

14La réflexion féministe ainsi menée sur la notion de situation, nettement précurseuse par rapport aux développements ultérieurs de nouvelles épistémologies “situées”, s’articule en littérature à une théorisation de l’action littéraire : réinventer ce que signifie être sujet du langage, repenser le rôle de l’histoire dans l’engagement et situer l’énonciation d’un combat littéraire, sont en fait les étapes nécessaires à une réflexion sur la praxis de l’engagement – praxis dont Jean-Paul Sartre lui aussi considérait qu’elle en était une composante essentielle (RH : 78).

  • 44 Voir notamment : Monique Wittig, Le chantier littéraire, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 20 (...)
  • 45 Voir notamment : Hélène Cixous, “Le sexe ou la tête ?”, Cahiers du GRIF, vol. 13, n° 1, 1976, p.  (...)
  • 46 Voir en particulier Madeleine Gagnon, Lueur, Montréal, VLB éditeur, 1979, p. 21.

15Les textes des années 1969-1985 abondent en effet en réflexions sur les pouvoirs de la littérature, sur son agir spécifique : sous les plumes des féministes, on s’aperçoit que les textes frappent, choquent44, surprennent, mais aussi touchent, guérissent, prennent soin45 des lectrices et lecteurs convoqués. Ils s’arment, aussi bien sous la plume d’autrices virulemment militantes comme Françoise d’Eaubonne, que sous celle d’écrivaines plus mesurées et distantes, comme Hélène Cixous ou Maryvonne Lapouge-Pettorelli : ils foisonnent de mentions de guerres, d’objets contondants divers, de rayons lasers, de fusils et de couteaux, dont le rôle est à la fois d’annoncer la menace des révoltes féministes à venir et de problématiser les engagements littéraires féministes comme insolents et violents, “terroristes” peut-être – j’y reviens très vite. Ces textes dévoilent le monde tel qu’il est fait de rapports de pouvoir délétères, tel qu’il manipule le langage de mauvaise foi, empêchant les vraies valeurs de liberté et d’humanité de s’exprimer – dévoiler, c’est l’axiome fondamental et spécifique des théories les plus canoniques de l’engagement littéraire, par rapport à d’autres pensées des rapports entre littérature et politique. Mais, féministes, ces textes sont aussi marqués par l’accentuation de la responsabilité que prennent les écrivaines par rapport à leurs publics, soulignant la vulnérabilité qui les engage toutes et tous dans la relation d’écriture : à l’instar de Madeleine Gagnon ou de France Théoret, les féministes insistent sur la proximité des actes de “dévoiler” et de “violer”, avertissent sur les dangers d’une dénonciation trop brutale, ou de développements trop autoritaires de l’engagement féministe46. Par là, les écrivaines déplacent l’interrogation traditionnelle de l’engagement littéraire, et amorcent de nouveaux types de questionnements sur la responsabilité des écrivain·es : elles ouvrent la voie pour un enrichissement de la notion par les analyses du care, des affects, notamment.

  • 47 Féminisme et lesbianisme coïncident largement dans les années 1969-1985, comme formes d’engagemen (...)
  • 48 Des travaux comme celui de Carla Robison, par exemple, montrent que la littérature intégrant ce p (...)
  • 49 Sylvie Bompis, Michèle Causse et Suzette Robichon, “Vlasta”, Vlasta, n° 1, printemps 1983, p. 6.
  • 50 Benoît Denis, “Engagement et contre-engagement. Des politiques de la littérature”, dans Formes de (...)
  • 51 Eve Kosofsky Sedgwick, Between Men: English Literature and Male Homosocial Desire, New York, Colu (...)

16C’est ainsi une nouvelle scène littéraire de l’engagement qu’elles dessinent progressivement, essentiellement conçue comme un “entre femmes” – là aussi, il s’agit d’une prolongation originale des racines théoriques de l’engagement littéraire. Contrairement à ce qui se passe dans les textes canoniques et masculins de l’engagement, où une tension s’installe nécessairement entre la situation de l’écrivain·e (dominante) et celle des personnes dont il ou elle défend la cause (dominée), ainsi qu’entre public “réel” (lui aussi largement dominant) et public “virtuel” ou espéré (dominé) de l’écrivain·e (SII : 130 ; RH : 84), l’écrivaine engagée féministe coïncide avec sa propre cause : elle écrit principalement en tant que femme (et/ou lesbienne47), principalement pour d’autres femmes (et/ou lesbiennes) ; là aussi, la notion de situation prend d’autant plus d’importance qu’elle condense en réalité différentes orientations de l’engagement. En termes épistémologiques et politiques, ces positionnements se réapproprient et réorientent de manière fondatrice l’héritage des pensées matérialistes de la littérature : celle du privilège épistémique des dominé·es, mieux placé·es que les dominant·es pour comprendre la réalité concrète de la structure de domination elle-même, dès lors mieux positionné·es aussi pour la destituer – non seulement parce qu’ils et elles en sont les principales victimes, mais aussi parce qu’ils et elles sont les seul·es capables de vraiment la comprendre48. En termes littéraires, ce déplacement signifie aussi que l’engagement littéraire féministe révèle et contre-carre la dimension masculiniste majoritaire du champ et des canons littéraires par rapport auxquels il se positionne : c’est un “face à face”49 entre autrices et lectrices qui s’installe et qui code au féminin les paramètres de la reconnaissance et de l’action littéraires. “Entre femmes” n’est pas susceptible d’être interprété comme un “entre soi” naïf, isolé du reste du monde et du domaine littéraire, vite ramené au cliché ambivalent de la “tour d’ivoire”50 : c’est une réponse politique et littéraire (engagée), à la structure “entre hommes” constitutive des littératures occidentales canonisées51.

  • 52 Voir Michel Beaujour, Terreur et rhétorique. Autour du Surréalisme, Paris, Jean-Michel Place, 199 (...)
  • 53 Voir en particulier Juliette Drigny, Aux limites de la langue. La langue littéraire de l’avant-ga (...)
  • 54 Voir en particulier Monique Wittig, “La marque de genre”, dans La pensée straight, Paris, Amsterd (...)
  • 55 EG : 399 ;  Denise Boucher, Cyprine. Essai-collage pour être une femme, Montréal, Éditions de l’A (...)
  • 56 Les généalogies diffèrent, avec d’un côté Sade, Mallarmé, Paulhan, Blanchot, les surréalistes ; d (...)
  • 57 Voir Perrine Coudurier, op. cit., p. 244.
  • 58 Josée Yvon, Travesties-Kamikaze, Montréal, Les Herbes rouges, 1979 ; Josée Yvon, Filles-commandos (...)
  • 59 Françoise d’Eaubonne, dans Les bergères de l’Apocalypse, et dans On vous appelait terroristes, Yv (...)

17Pragmatiques, les littératures féministes des années 1969-1985 le sont encore de manière paradoxale : elles offrent une synthèse d’orientations jusque-là distinctes voire contradictoires. Ces tendances sont identifiables comme celles qui partageaient la création littéraire entre art-pour-l’art et traditions réalistes ; entre littératures d’avant-garde, facilement réputées illisibles, et littératures transitives cherchant à communiquer avec leur public ; entre lignées modernistes de la terreur dans les lettres52 et traditions de l’engagement littéraire. Chez les écrivaines de la cause des femmes, ces orientations diverses se combinent. Premier exemple : si le travail formel n’est pas supposé être en soi triomphalement révolutionnaire, comme cela est parfois présenté au sein de certaines avant-gardes qui leur sont contemporaines (Tel Quel, TxT, Change notamment53), il est néanmoins pensé comme nécessaire point de départ à un bouleversement général de la société. Travailler la forme est en effet pour les féministes la seule manière, au départ, de troubler le genre, notion qu’elles analysent prioritairement – Monique Wittig au premier rang – comme linguistique54 : la langue, les travestissements qu’elle impose, sont à resignifier, le monde ne changera pas sans ; la croyance dans le pouvoir révolutionnaire du pouvoir formel s’éloigne de l’idéalisme de certaines avant-gardes, et se comprend en termes directement pragmatiques. C’est ainsi que Louky Bersianik ou Denise Boucher, par exemple, se proposent de “faire sauter” la langue55. Second exemple : chez les féministes, lignées de la terreur et de l’engagement, en principe relativement antithétiques56, se rejoignent, dans la mesure où les écrivaines pratiquent tout à la fois l’écriture militante et la recherche formelle parfois extrême (elles sont souvent accusées d’être illisibles, c’est-à-dire difficiles à lire, trop abstraites, trop peu narratives : reproche complexe, dont elles se défendent tout en l’assumant comme gage de réussite de leurs projets littéraires). Elles actualisent même la violence latente et incohérente caractéristique des généalogies de la terreur dans les lettres57, synthétisant dans leur peinture de certaines terreurs historiques (Shoah, décolonisations, massacres des sorcières, esclavage, etc.) des sortes de nouveaux “terrorismes” littéraires et féministes – pensons aux Guérillères de Monique Wittig, aux Travesties-Kamikaze et Filles-commando de Josée Yvon58, aux “terroristes” et autres “guérillères” aussi de Françoise d’Eaubonne59. À la fois engagées et avant-gardistes, les écrivaines féministes synthétisent ainsi différentes généalogies théoriques des rapports entre littérature et politique au XXe siècle, les portent en un sens à une forme de paroxysme et ouvrent la voie à de nouvelles compréhensions du rôle politique de la littérature.

Théories de la littérature : pour une convergence de l’engagement et du genre

18La majorité des études portant spécifiquement sur la question de l’engagement littéraire, mais aussi la plupart de celles qui portent sur les rapports entre littérature et politique, négligent de se préoccuper du féminisme. Je l’ai dit en introduction, la plupart du temps lorsque les mouvements féministes ne sont pas simplement laissés de côté, ils sont cités allusivement, peu de noms sont proposés, encore moins d’analyses extensives, et lorsque leur importance dans le panorama général des engagements littéraires est reconnue, un étrange phénomène d’anti-prétérition a lieu : cette importance mentionnée devient la raison même pour laquelle le féminisme est éclipsé, puisqu’un appel est fait à des recherches spécifiques, hors cadre “général” de l’engagement littéraire – les autrices sont spectralisées là aussi, invoquées et invisibilisées dans le même geste.

19Il me semble que l’un des paramètres de ce paradoxe d’une aveuglante absence – ou d’une impossible présence – du féminisme dans l’histoire de l’engagement littéraire tient à une question de chronologie et de généalogie, que révèle bien le projet de ce numéro de Fixxion consacré au genre de l’engagement. De multiples changements de paradigmes culturels ont lieu au moment des années 1969-1985, et le féminisme en forme l’un des pivots majeurs : paradigmes philosophiques et épistémologiques (de la modernité à la post-modernité), politiques (des régimes nationalistes de l’après-guerre au libéralisme mondialisé), historiques (du régime moderne d’historicité fondé sur l’idée d’un progrès linéaire, au régime présentiste), littéraires (de l’ère des intellectuel·les engagé·es à celle des écrivain·es impliqué·es, notamment ; également, de l’ère des genres relativement bien identifiés à celle de l’hybridation généralisée).

  • 60 Bruno Blanckeman, “De l’écrivain engagé à l’écrivain impliqué : figures de la responsabilité litt (...)
  • 61 Christine de Pizan est notamment citée comme l’une des précurseuses : il était rare de la voir ci (...)
  • 62 Sylvie Servoise, La littérature engagée, op. cit., p. 122. Dans son étude de 2011 de même, elle é (...)

20Les théoricien·nes de la littérature, souvent, se concentrent sur l’avant, ou sur l’après : mais bien peu sur le moment du pivot lui-même. C’est ainsi que les années 1970 sont bizarrement sautées dans nombre d’études sur l’histoire des liens entre littérature et politique. Cette esquive surprend, surtout lorsque les critiques semblent ouvrir la voie pour finalement ne pas la prendre, à l’instar de Bruno Blanckeman notamment, qui propose à la fois de contester l’idée que l’engagement “se consume au lendemain de Mai 68”, et s’intéresse cependant directement ensuite à la décennie 1980, marquée par l’“implication” des écrivain·es : entre mai 68 et les années 1980, il semble qu’il n’y ait rien de crucial à remarquer – il y a un vide à interroger60. Tout récemment, la parution du volume Que sais-je ? consacré à la notion de littérature engagée par Sylvie Servoise reproduit le même phénomène : alors même que l’autrice prête une attention, rare dans ce contexte, à l’histoire littéraire des femmes engagées61, le texte n’ouvre qu’à la toute fin sur le rôle du féminisme et s’arrête précisément au moment de cette ouverture à peine esquissée – dans l’avant-dernier paragraphe du livre62. Il semble ainsi que l’engagement littéraire soit réservé à l’avant 1980-1990 ; l’après est analysé dans de nouveaux termes et registres d’analyse – les notions d’implication ou d’agentivité surviennent alors.

  • 63 Agency en anglais peut être plus ou moins synonyme de liberté d’agir, et correspond facilement au (...)
  • 64 Susan Rubin Suleiman, Authoritarian Fictions. The Ideological Novel as a Literary Genre, Princeto (...)
  • 65 Voir Rita Felski, Beyond Feminist Aesthetics: Feminist Literature and Social Change, Cambridge, H (...)
  • 66 Adrienne Rich, “When We Dead Awaken: Writing as Re-Vision”, College English, vol. 34, n° 1, octob (...)
  • 67 C’est-à-dire, dans ses termes, régimes de pensée accueillant pour des multiplicités de points d (...)
  • 68 Susan Hekman, Gender and Knowledge, op. cit.
  • 69 Barbara Havercroft, “Quand écrire, c’est agir : stratégies narratives d’agentivité féministe dans (...)
  • 70 Barbara Havercroft, “Autobiographie et agentivité. Répétition et variation au féminin”, dans Jean (...)
  • 71 Annabel L. Kim, Unbecoming Language. Anti-Identitarian French Feminist Fictions, Colombus, Ohio S (...)

21Il est intéressant de remarquer que d’autres courants de recherche qui, en fait, ont permis de renouveler les théories de l’engagement en littérature (en y associant les notions d’agentivité63 ou d’empowerment, par exemple), prennent justement leur départ dans les années 1980-1990 et s’intéressent directement, eux, aux corpus littéraires féministes. Un grand nombre de théoricien·nes du genre, aux États-Unis surtout, et très majoritairement des femmes, ont commencé à la fin des années 1980 à réfléchir à ce que signifie être sujet de la langue et sujet de l’histoire, agir par le langage et les représentations, combiner réflexions identitaires (être femme, être noire, être lesbienne, etc.) et politiques (agir comme ou agir pour) : le mouvement féministe en littérature est pris pour base du développement de ces nouvelles théories. Susan Suleiman, d’abord connue pour son travail sur les fictions autoritaires et romans à thèse – pierre de touche de nombre de réflexions menées sur les particularités de l’engagement littéraire –, s’est ensuite spécialisée en littératures féministes en travaillant notamment sur Hélène Cixous64. Rita Felski, qui théorise en même temps que Judith Butler la notion d’agentivité par rapport à des problématiques croisées d’identité de genre et de positionnement contraint dans le langage, fonde ses analyses sur des corpus féministes ; elle affirme alors le pouvoir de la littérature, “au-delà de l’esthétique”, comme un agir spécifique sur le monde65. Adrienne Rich et Alicia Ostriker “révisent” aussi les réflexions portées sur l’histoire et l’action littéraires, en montrant comment les féministes entrent en lutte en remodelant et réorientant les canons66. Susan Hekman, pour comprendre précisément le pivot philosophique majeur que représente le passage à des régimes de pensée post-modernes dans les années 199067, et pour dépasser le soupçon de relativisme qui pèse sur eux, recourt aux pensées féministes qui se sont développées notamment en France dans les années 1970 ; elle montre comment celles-ci (principalement les autrices dites différentialistes du “French feminism” : Hélène Cixous, Julia Kristeva, Luce Irigaray) posent les mêmes questions que les philosophes hommes qui leur sont contemporains, en s’appuyant quant à elles sur le genre pour empêcher la pensée éclatée et multi-focalisée caractéristique du post-modernisme de tomber dans l’intellectualisme pur, pour l’ancrer dans une pensée de l’action et de l’efficacité pragmatique68. Plus récemment, Barbara Havercroft a théorisé l’agentivité littéraire féministe à partir, notamment, des œuvres de France Théoret et d’Annie Ernaux69 ; dans le volume collectif de Politique de l’autobiographie, elle revient en détail sur les liens historiques qui nouent ensemble théories littéraires de l’engagement (considérées dans un sens large, au-delà de la référence précise aux pensées existentialistes) et théories féministes de l’agentivité, en insistant sur les voyages transatlantiques de leurs partages70. Annabel Kim elle aussi, dans l’idée de revaloriser les pragmatiques littéraires développées dans des courants féministes plus matérialistes, s’intéresse, par exemple, aux dimensions politiques des œuvres de Nathalie Sarraute, Monique Wittig et Anne F. Garréta71.

22Ces développements s’emparent donc précisément du moment féministe en littérature, en l’analysant comme pivot historique, épistémologique, politique et littéraire majeur de la transition entre XXe et XXIe siècles, littératures “contemporaines” et “ultra-contemporaines”. Mais majoritairement depuis les États-Unis, depuis une autre langue, et depuis des cadres de référence tout autres que ceux qui ont fait l’histoire de l’engagement littéraire : il s’agit plus d’un embranchement théorique et d’une divergence critique qui se créent ainsi à la fin des années 1980, que d’un passage de relai entre différents courants de réflexion littéraire. Il apparaît évident qu’un dialogue entre ces deux traditions de recherche distinctes pourrait se révéler particulièrement riche ; il supposerait de considérer les littératures féministes et les questions de genre non plus comme un cas particulier de l’histoire des théories littéraires contemporaines et ultra-contemporaines, mais comme un centre à partir duquel s’articulent et se déploient de nouvelles conceptions des rapports entre littérature et société.

Haut de page

Note de fin

1 Françoise d’Eaubonne, Les bergères de l’Apocalypse, Paris, Jean-Claude Simoën, 1977, p. 340.

2 Différents courants s’articulent au sein des mouvements de libération des femmes, parfois contradictoires ; je les réunis sous le terme de “féminisme”, en dépit des résistances qu’a suscitées le terme auprès de certaines écrivaines françaises (notamment Hélène Cixous, puis, parce qu’elle est devenue théoricienne du lesbianisme, Monique Wittig), en considérant qu’il permet de désigner un engagement littéraire spécifique dans la cause des femmes.

3 Benoît Denis, Littérature et engagement, Paris, Seuil, 2000. Dorénavant LE.

4 Emmanuel Bouju (dir.), L’engagement littéraire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005.

5 Serena Cello, La littérature des banlieues : un engagement littéraire contemporain, Rome, Aracne éditrice, 2019.

6 Emmanuel Bouju, Yolaine Parisot et Charline Pluvinet (dir.), Pouvoir de la littérature. De l’energeia à l’empowerment, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019.

7 Sylvie Servoise, La littérature engagée, Paris, Que sais-je ?, 2023.

8 Jean Kaempfer, Sonya Florey et Jérôme Meizoz (dir.), Formes de l’engagement littéraire (XVème-XXIème siècles), Lausanne, Antipodes, 2006.

9 Sylvie Servoise, Le roman face à l’histoire: la littérature engagée en France et en Italie dans la deuxième moitié du XXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011. Dorénavant RH.

10 Élyse Guay, Jean-François Hamel, Laurence Côté-Fournier et Université du Québec à Montréal (dir.), Politiques de la littérature: une traversée du XXe siècle français, Montréal, Figura, 2014.

11 Catherine Brun et Alain Schaffner (dir.), Des écritures engagées aux écritures impliquées. Littérature française (XXème-XXIème siècles), Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2015.

12 Chloé Chaudet, Écritures de l’engagement par temps de mondialisation, Paris, Classiques Garnier, 2016.

13 Aurore Peyroles, Roman et engagement : le laboratoire des années 1930, Paris, Classiques Garnier, 2016.

14 “[I]l nous a semblé que l’importance du mouvement et la spécificité de ses enjeux méritaient mieux qu’un traitement superficiel et que cette problématique exigeait un examen particulier, que nous n’avions pas les moyens de faire ici” (LE : 14).

15 Justine Huppe, La littérature embarquée. Qu’est-ce que la littérature à l’époque néolibérale ?, Paris, Amsterdam, 2023.

16 Audrey Lasserre, “Le privé est politique. Textes autobiographiques de femmes en mouvement”, dans Jean-François Hamel, Barbara Havercroft et Julien Lefort-Favreau (dir.), Politique de l’autobiographie : engagements et subjectivités, Montréal, Nota bene, 2017, p.  77-93.

17 C’est l’hypothèse formulée en conclusion de la thèse sur laquelle s’appuie cet article : “Pensées et pratiques féministes de l’engagement littéraire (France, Québec, 1969-1985)”, thèse de Littérature comparée menée sous la direction d’Anne Tomiche, Paris, Sorbonne Université, soutenue le 27 novembre 2023. Voir aussi Benoît Denis, Littérature et engagement, op. cit., p. 17-18, p. 75.

18 Éléonore Lépinard et Marylène Lieber, Les théories en études de genre, Paris, La Découverte, 2020 ; “Situer la théorie : pensées de la littérature et savoirs situés (féminismes, postcolonialismes)”, Marie-Jeanne Zenetti, Flavia Bujor, Marion Coste, Claire Paulian, Heta Rundgren et Aurore Turbiau (dir.), Fabula-LHT, n° 26, octobre 2021, disponible sur : <https://www.fabula.org/lht/26/>.

19 Monique Wittig, “Le point de vue, universel ou particulier”, dans La pensée straight, Paris, Amsterdam, 2018 [1982], p.  112-121. Dorénavant PDV.

20 Cette hypothèse est étayée en introduction de la thèse sur laquelle s’appuie cet article.

21 Jean-Paul Sartre, Situations II. Qu’est-ce que la littérature ?, Paris, Gallimard, 1987 [1948]. Dorénavant SII.

22 Simone de Beauvoir, Les faits et les mythes. Le deuxième Sexe, Paris, Gallimard, 2012 [1949], p. 16.

23 Maurice Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard, 2001 [1945].

24 Voir Simone de Beauvoir, Pour une morale de l’ambiguïté, Paris, Gallimard, 1947 et, pour une généalogie féministe de ce concept de “situation”, de Beauvoir aux savoirs situés de Donna Haraway, Susan Hekman, The Feminine Subject, Cambridge, Polity Press, 2014.

25 Christiane Rochefort, Ma vie revue et corrigée par l’auteur, Paris, Stock, 1978, p. 64 ; Françoise d’Eaubonne, L’indicateur du réseau, Paris, Encre, 1980, p. 44.

26 Marie Savard, Bien à moi, Montréal, Éditions de la pleine lune, 1979, p. 7.

27 Louky Bersianik, L’Euguélionne, Montréal, Typo, 2012 [1976], p. 403. Dorénavant EG.

28 Voir par exemple Suzanne Horer et Jeanne Socquet, La création étouffée, Paris, Pierre Horay, 1987 [1973], p. 85 ; Emma Santos, J’ai tué Emma S., Paris, Des femmes, 1976, p. 86 ; France Théoret, Vertiges, Montréal, Les herbes rouges, 1979, p. 33 ; Michèle Causse, “Le monde comme volonté et comme représentation”, Vlasta, n° 1, printemps 1983, p. 19.

29 Monique Wittig, Les guérillères, Paris, Minuit, 2019 [1969], p. 42 (dorénavant LG) ; Monique Wittig, Le corps lesbien, Paris, Minuit, 2015 [1973], p. 19, 20, 49, 76, 87, 157, 172. Le terme, qui désigne soit une petite pierre bleue, soit des couleurs nacrées, soit le surnom donné à Aphrodite, est attesté dans son usage sexuel dans des livres pornographiques bien avant les années 1970 ; en 2023, rares sont encore les dictionnaires qui font état du sens sexuel du terme. Voir Aurore Turbiau, Pensées et pratiques feministes de l’engagement littéraire, thèse de doctorat en littérature générale et comparée, Paris, Sorbonne Université, 2023, p. 466-467

30 Monique Wittig, “On ne naît pas femme”, Questions féministes, n° 8, mai 1980, p. 75-84. Voir aussi Catherine Écarnot, L’écriture de Monique Wittig. À la couleur de Sappho, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 164-165.

31 Voir notamment Catherine Clément, Hélène Cixous, La jeune née, Paris, Union générale d’édition, 1975, p. 155-158 ; également Nicole Brossard, L’amèr ou le chapitre effrité, Montréal, Typo, 2013 [1977], p. 46-49 ; et Françoise d’Eaubonne, Le féminisme ou la mort, Paris, Le Passager clandestin, 2020 [1974], p. 71-72.

32 Madeleine Gagnon, “Mon corps dans l’écriture”, dans Hélène Cixous, Madeleine Gagnon et Annie Leclerc, La venue à l’écriture, Paris, Union générale d’édition, 1977, p.  63-116, p. 106 ; France Théoret, Une voix pour Odile, Montréal, Les herbes rouges, 1978, p. 40.

33 La figure de la spectralisation est souvent utilisée en contexte d’études littéraires féministes ou lesbiennes : elle permet de dire à la fois qu’en effet, des femmes sont représentées, présentes sur la scène littéraire ; et qu’en même temps, elles en sont évacuées, que leur modalité de présence elle-même suppose l’effacement. Il est intéressant de remarquer que Sylvie Servoise utilise la même image au sujet des rapports ambigus qu’entretiennent histoire et mémoire dans l’engagement littéraire franco-italien de la fin du XXe siècle. Voir Terry Castle, The Apparitional Lesbian: Female Homosexuality and Modern Culture, New York, Columbia University Press, 1993 ; Ilana Eloit et Clare Hemmings, “Lesbian Ghosts Feminism: An Introduction”, dans Feminist Theory, vol. 20, n° 4; décembre 2019, p.  351-360, disponible sur <http://journals.sagepub.com/doi/10.1177/1464700119871219>. Sylvie Servoise, Le roman face à l’histoire, op. cit., p. 103.

34 Louky Bersianik, La main tranchante du symbole, Montréal, Remue-ménage, 1990, p. 55.

35 Susan Hekman, dans Gender and Knowledge, s’intéresse précisément à ces liens entre philosophies de la post-modernité et féminismes, dans l’idée de les réconcilier sur la base de leur commun rejet des humanismes binaires et hiérarchisants. Voir Susan J. Hekman, Gender and Knowledge: Elements of a Postmodern Feminism, Boston, Northeastern University Press, 1992 [1990]. On peut également citer les travaux de Judith Butler, de Joan Scott ou Linda Singer, de Janet M. Paterson, ou plus récemment de Denisa-Adriana Oprea. Linda Singer, “Feminism and Postmodernism”, dans Judith Butler et Joan Scott (dir.), Feminists Theorize the Political, New York et Londres, Routledge, p. 464-475 ; Janet M. Paterson, “Postmodernisme et féminisme : où sont les jonctions ?”, dans Raïja Koski, Kathleen Kelles et Louise Forsyth (dir.), Les discours féministes dans la littérature postmoderne au Québec, New York, Edwin Mellen Press, p. 27-44 ; Denisa-Adriana Oprea, “Du féminisme (de la troisième vague) et du postmoderne”, Recherches féministes, vol. 21, n° 2, 2008, p. 5-28, disponible sur : <https://doi.org/10.7202/029439ar>.

36 Madeleine Gagnon, par exemple, emprunte volontiers le premier terme, considérant que les hommes peuvent être des “frères” de lutte pour les femmes ; la majorité des écrivaines féministes désignent les hommes, comme classe plutôt que comme individus, comme “l’ennemi principal”, y compris dans les courants différentialistes qui parlent bien en termes binaires féminin-masculin ; Monique Wittig articule quant à elle dans l’idée de straight tout ce qui domine en ne déviant pas du chemin attendu, à la fois le masculin, le bourgeois, le blanc, etc.

37 Louky Bersianik, Les agénésies du vieux monde, Outremont, L’intégrale, 1982, p. 18. Dorénavant AVM.

38 François Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Paris, Seuil, 2003 ; Sylvie Servoise, Le roman face à l’histoire, op. cit., p. 33-34.

39 L’idée d’une mémoire du futur” est topique dans les réflexions menées sur l’utopie par Ernst Bloch et Herbert Marcuse par exemple ; Édouard Glissant parle de vision prophétique du passé en 1981. Voir Herbert Marcuse, L’homme unidimensionnel, Monique Wittig (trad.), Paris, Minuit, 1968 [1964], p. 85 et Édouard Glissant, Le discours antillais, Paris, Seuil, 1981, p. 132.

40 Sartre, op. cit., p. 171.

41 Nicole Brossard, Mécanique jongleuse, Colombes, G.B. Jassaud, 1973, p. 78.

42 Michèle Causse, Lettres à Omphale, Paris, Denoël, 1983, p. 7-8.

43 Dominique Viart, “Sartre-Simon : de la ‘littérature engagée’ aux ‘fictions critiques’”, Cahiers Claude Simon, n° 3, 30 avril 2007, p.  105-126, disponible sur : <https://journals.openedition.org/ccs/572>.

44 Voir notamment : Monique Wittig, Le chantier littéraire, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2010, p. 109-110, 121 ; et Louky Bersianik et France Théoret, L’écriture, c’est les cris, Montréal, Remue-ménage, 2014, p. 91.

45 Voir notamment : Hélène Cixous, “Le sexe ou la tête ?”, Cahiers du GRIF, vol. 13, n° 1, 1976, p. 14, disponible sur : <https://www.persee.fr/doc/grif_0770-6081_1976_num_13_1_1089> ; et Christiane Rochefort et Cécile Arsène, “The Privilege of Consciousness”, George Stambolian et Elaine Marks (dir.), Marilyn Schuster (trad.), dans Homosexualities and French Literature, Ithaca, Cornell University Press, 1979, p.  101-113.

46 Voir en particulier Madeleine Gagnon, Lueur, Montréal, VLB éditeur, 1979, p. 21.

47 Féminisme et lesbianisme coïncident largement dans les années 1969-1985, comme formes d’engagement littéraire : les plus grandes autrices du féminisme sont aussi les plus grandes autrices du lesbianisme, qu’on pense par exemple à Monique Wittig, Nicole Brossard, Michèle Causse… Or la dénomination “femmes” est refusée par certaines à partir de certaines ruptures historiques avec le féminisme non-lesbien, à partir des années 1980 : c’est notamment le cas pour Monique Wittig.

48 Des travaux comme celui de Carla Robison, par exemple, montrent que la littérature intégrant ce principe se propose alors comme laboratoire de savoirs : l’effet politique de la féminisation de la littérature d’avortement, à partir des années 60, est lié à une discussion menée dans les textes sur la distinction entre savoirs experts et profanes, relativement inaudible hors du cadre de la littérature. Voir Carla Robison, “Écrire l’avortement en Occident à la veille de sa légalisation (1920-1978)”, thèse de doctorat en Littérature comparée menée sous la direction d’Anne Tomiche, Paris, Sorbonne Université, en cours.

49 Sylvie Bompis, Michèle Causse et Suzette Robichon, “Vlasta”, Vlasta, n° 1, printemps 1983, p. 6.

50 Benoît Denis, “Engagement et contre-engagement. Des politiques de la littérature”, dans Formes de l’engagement littéraire, op. cit., p. 103.

51 Eve Kosofsky Sedgwick, Between Men: English Literature and Male Homosocial Desire, New York, Columbia University Press, 1992 [1985].

52 Voir Michel Beaujour, Terreur et rhétorique. Autour du Surréalisme, Paris, Jean-Michel Place, 1999 ; Laurent Jenny, La Terreur et les signes. Poétiques de rupture, Paris, Gallimard, 1982 ; Laurent Nunez, Les écrivains contre l’écriture (1900-2000), Paris, José Corti, 2006 ; et Perrine Coudurier, La Terreur dans la France littéraire des années 1950 (1945-1962), Paris, Classiques Garnier, 2021.

53 Voir en particulier Juliette Drigny, Aux limites de la langue. La langue littéraire de l’avant-garde (1965-1985), Paris, Classiques Garnier, 2022.

54 Voir en particulier Monique Wittig, “La marque de genre”, dans La pensée straight, Paris, Amsterdam, 2018 [1985], p. 132-143.

55 EG : 399 ;  Denise Boucher, Cyprine. Essai-collage pour être une femme, Montréal, Éditions de l’Aurore, 1978, p. 24.

56 Les généalogies diffèrent, avec d’un côté Sade, Mallarmé, Paulhan, Blanchot, les surréalistes ; de l’autre Hugo, Zola, les socialistes chrétiens, Sartre et Beauvoir. Aussi parce que les systèmes de valeurs apparaissent opposés : d’un côté la recherche d’inédit, de radicalité, de travail formel exacerbé confinant parfois l’écriture à une certaine illisibilité, de l’autre la recherche de lieu commun pour communiquer, de persuasion, de transitivité.

57 Voir Perrine Coudurier, op. cit., p. 244.

58 Josée Yvon, Travesties-Kamikaze, Montréal, Les Herbes rouges, 1979 ; Josée Yvon, Filles-commandos bandées, Montréal, Les Herbes rouges, 1976.

59 Françoise d’Eaubonne, dans Les bergères de l’Apocalypse, et dans On vous appelait terroristes, Yverdon, Kesselring, 1979.

60 Bruno Blanckeman, “De l’écrivain engagé à l’écrivain impliqué : figures de la responsabilité littéraire au tournant du XXIème siècle”, dans Des écritures engagées aux écritures impliquées, op. cit., p. 162.

61 Christine de Pizan est notamment citée comme l’une des précurseuses : il était rare de la voir citée auparavant dans les études sur l’engagement littéraire. La quatrième de couverture, fait notable, porte attention à noter deux noms de femmes parmi la liste succincte des grandes figures de l’engagement littéraire français.

62 Sylvie Servoise, La littérature engagée, op. cit., p. 122. Dans son étude de 2011 de même, elle évoque explicitement un “saut” de l’analyse passant directement du moment culminant des années 1950 aux années 1990 (RH : 11-12).

63 Agency en anglais peut être plus ou moins synonyme de liberté d’agir, et correspond facilement au type d’analyses produites par les lignées sartriennes de l’engagement ; cela rend aussi le terme un peu flou, malléable parfois à l’excès. Des théoriciennes comme Rita Felski ou Judith Butler proposent d’en réserver l’usage à des contextes où l’action d’un individu ou d’un groupe est contrainte par une structure globale (matérielle, symbolique) sur laquelle elle n’a pas de prise directe ; dans ce cas, le sens de la liberté restreint un peu son analyse à l’aune de la notion de situation chez Sartre.

64 Susan Rubin Suleiman, Authoritarian Fictions. The Ideological Novel as a Literary Genre, Princeton, Princeton University Press, 1992 [1983] ; Hélène Cixous, Coming to Writing and Other Essays by Helene Cixous, préface de Susan Rubin Suleiman, texte établi et commenté par Deborah Jenson, Sarah Cornell, Deborah Jenson, Ann Liddle et Susan Sellers (trad.), Cambridge & Londres, Harvard University Press, 1991 ; voir aussi notamment Susan Rubin Suleiman (dir.), The Female Body in Western Culture: Contemporary Perspectives, Cambridge, Harvard University Press, 1986.

65 Voir Rita Felski, Beyond Feminist Aesthetics: Feminist Literature and Social Change, Cambridge, Harvard University Press, 1989, et Rita Felski, The Gender of Modernity, Cambridge, Harvard University Press, 1995 ; voir aussi Judith Butler, Excitable Speech: A Politics of the Performative, New York, Routledge, 1997.

66 Adrienne Rich, “When We Dead Awaken: Writing as Re-Vision”, College English, vol. 34, n° 1, octobre 1972 , p. 18-30, disponible sur : <http://www.jstor.org/stable/375215>  ; Adrienne Rich, “Notes toward a Politics of Location”, dans Blood, Bread and Poetry: Selected Prose (1979-1985), Londres, Little Brown & Co, 1986, p.  210-231 ; Alicia Ostriker, “The Thieves of Language: Women Poets and Revisionist Mythmaking”, Signs, vol. 8, n° 1, 1982, p. 68-90, disponible sur : <http://www.jstor.org/stable/3173482>.

67 C’est-à-dire, dans ses termes, régimes de pensée accueillant pour des multiplicités de points de vue, critiques des principes universels, portés sur l’hybridité et le désordre comme générateurs de complexités plus “vraies” que les vérités monolithiques et binaristes des régimes de connaissance hérités des Lumières.

68 Susan Hekman, Gender and Knowledge, op. cit.

69 Barbara Havercroft, “Quand écrire, c’est agir : stratégies narratives d’agentivité féministe dans Journal pour mémoire de France Théoret”, Dalhousie French Studies, n° 47, 1999, p.  93-113 ; Barbara Havercroft, “Auto/biographie et agentivité au féminin dans ‘Je ne suis pas sortie de ma nuit’ d’Annie Ernaux”, dans Lucie Lequin et Catherine Mavrikakis (dir.), La francophonie sans frontière : une nouvelle cartographie de l’imaginaire au féminin, Paris, L’Harmattan, 2001, p.  517-535 ; Barbara Havercroft, “Lorsque le sujet devient agent: écriture et engagement chez Annie Ernaux”, dans Pierre-Louis Fort et Violaine Houdart-Merot (dir.), Annie Ernaux : un engagement d’écriture, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2015, p. 81-88.

70 Barbara Havercroft, “Autobiographie et agentivité. Répétition et variation au féminin”, dans Jean-François Hamel, Barbara Havercroft et Julien Lefort-Favreau (dir.), Politique de l’autobiographie. Engagements et subjectivités, Montréal, Nota bene, 2017, p. 265-284.

71 Annabel L. Kim, Unbecoming Language. Anti-Identitarian French Feminist Fictions, Colombus, Ohio State University Press, 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurore Turbiau, « Généalogies critiques du genre et de l’engagement »Revue critique de fixxion française contemporaine [En ligne], 27 | 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 28 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/fixxion/13329 ; DOI : https://doi.org/10.4000/fixxion.13329

Haut de page

Auteur

Aurore Turbiau

Sorbonne Université, Université Lyon 2 Lumière

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search