Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27ÉtudesL’écriture de soi comme forme de ...

Études

L’écriture de soi comme forme de connaissance

Agentivité et autothéorie dans Mémoire de fille d’Annie Ernaux
Hannah Volland

Résumés

Ces dernières années, le paysage littéraire français a été bouleversé par plusieurs vagues de dénonciations de violences sexuelles qui n’ont pas seulement détonné dans l’espace médiatique et sur les réseaux sociaux, mais aussi dans les récits littéraires. Au sein de ce corpus grandissant, Mémoire de fille (2016) d’Annie Ernaux occupe une place centrale. Le récit retrace l’expérience désastreuse et formatrice d’une initiation sexuelle que l’autrice-narratrice a vécue dans le choc du désir et de la dépossession, à l’âge de dix-huit ans, quand elle est engagée en tant que monitrice dans une colonie de vacances. L’écriture s’y avère un puissant vecteur d’agentivité : c’est à travers l’acte d’écrire que le sujet autobiographique opère un retour critique sur le passé, revisitant et resignifiant les souffrances vécues en y décelant un sens non seulement individuel, mais aussi partagé et collectif. À partir d’un jeu de renvois entre le récit autodiégétique et les intertextes littéraires, philosophiques et cinématographiques – jeu qu’on propose de qualifier d’autothéorique – l’écriture devient “une forme de connaissance” (MF : 96) ; un outil heuristique apte à forger un savoir qui dépasse les limites de l’intime et du personnel, et qui engendre une réflexion féministe subtile et nuancée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Annie Ernaux, “Politique et société. Extraits inédits du journal”, dans Pierre-Louis Fort (dir.), (...)

Mardi, 13 octobre 2009 : Affaire Polanski, nauséeuse. Le pouvoir masculin dans toute son ingénuité. Et puis la raison de l’artiste brandie par tous ses pairs, voyons, comment une gamine qui posait dénudée ferait-elle le poids face à un cinéaste d’un grand talent, pfft, indécent. […] Je m’en veux terriblement de ne pas écrire au Monde sur cette soumission de toute la caste intellectuelle au privilège du mâle glorieux. Vais-je écrire sur 58 ?1

  • 2 Ce même constat vaut pour la littérature québécoise. Voir Claire David, “Les traces de la colère (...)
  • 3 Pour un sommaire des prises de position relatives à l’affaire Chénier, voir le carnet publié sur (...)
  • 4 C’est la lecture que fait Marie-Jeanne Zenetti de la monographie d’Hélène Merlin-Kajman dans “Que (...)
  • 5 Marie-Jeanne Zenetti, “Que fait #MeToo à la littérature ?”, op. cit., §17.

1Ces dernières années, le paysage littéraire français a été bouleversé par plusieurs vagues de dénonciations de violences sexistes et sexuelles qui n’ont pas seulement détonné dans l’espace médiatique et sur les réseaux sociaux, mais aussi dans les récits littéraires. Bien avant la prise de conscience collective engendrée par l’affaire Weinstein et la circulation mondiale du hashtag #MeToo en 2017, les écrivain.e.s ont brisé le silence et dévoilé les sévices de la domination hétéropatriarcale – en France2, on pense notamment à Baise-moi (1994) et King Kong théorie (2006) de Virginie Despentes, L’inceste (1999) et Une semaine de vacances (2012) de Christine Angot, Histoire de la violence (2016) d’Édouard Louis et, plus récemment, Le consentement (2020) de Vanessa Springora, Fille (2020) de Camille Laurens et Chavirer (2020) de Lola Lafon. L’émergence d’un corpus grandissant de récits relatant des abus sexuels va de pair avec une revivification de la notion militante de culture du viol et un débat controversé au sein de la critique sur les bonnes pratiques interprétatives et pédagogiques3. Alors que certain.e.s présument une contradiction entre “interprétations féministes” et “interprétations littéraires”4, d’autres prônent une approche intermédiaire valorisant les modes de lecture conscients de leurs propres partis-pris et complicités. Marie-Jeanne Zenetti suggère ainsi que “[f]aire de la critique en féministe suppose en effet aussi de situer ses outils et ses méthodes […] et de les critiquer en interrogeant les rapports de pouvoir qu’ils dissimulent”5 – autrement dit, lire et interpréter en féministe ne se résume pas à une critique frontale des violences patriarcales, mais demande une démarche réfléchie, à la fois intentionnelle et pondérée. C’est ce que la présente étude se propose de faire en analysant les stratégies discursives à l’œuvre dans l’engendrement d’une pensée féministe dans Mémoire de fille (2016) d’Annie Ernaux.

  • 6 Annie Ernaux, Mémoire de fille, Paris, Gallimard, 2016, <Folio>, p. 30. Dorénavant MF.

2Ce récit autobiographique retrace l’expérience désastreuse et formatrice d’une initiation sexuelle vécue dans le choc du désir et de la dépossession, à l’âge de dix-huit ans, quand l’autrice-narratrice est engagée en tant que monitrice dans une colonie de vacances. La jeune Annie D est alors seule et libre pour la première fois6, sortie du nid familial et de la ville d’Yvetot, et elle découvre avec stupeur et émerveillement la mixité ainsi que ceux qu’elle imagine ses semblables (MF : 30), les autres moniteurs et monitrices, issu.e.s de la bourgeoisie provinciale. Peu consciente de son inexpérience et de l’écart social qui la sépare d’eux, la fille de 1958 (MF : 20) fait vite l’expérience du dédain et de l’inconsidération : dès la première nuit, le moniteur en chef, désigné par l’initiale H, s’éprend d’elle et lui fait subir son désir furieux (MF : 47), seulement pour la rejeter brutalement le lendemain. S’ensuit une période marquée par l’amour passionné que voue la jeune Annie D à ce premier amant, mais aussi par les agressions et les humiliations qui l’exposent au mépris et à la dérision, la transformant en objet de convoitise (MF : 64) auprès des hommes et en objet d’amusement et de railleries auprès de celles et ceux qu’elle pense être ses camarades.

  • 7 Marianne Braux, “Écriture de soi et identité énonciative dans Mémoire de fille d’Annie Ernaux”, A (...)
  • 8 C’est Annie Ernaux qui emploie le terme “outil” pour parler de sa démarche d’écriture. Voir Annie (...)

3Pour mettre en mots les événements douloureux vécus à la colonie et leurs répercussions sur les deux prochaines années où s’enchaînent aménorrhée, boulimie et anorexie, Annie Ernaux recourt à diverses stratégies rhétoriques et discursives, cherchant à pousser au bout le colletage avec le réel (MF : 60) – un réel brisé et fracturé par le trauma de la honte et l’abus sexuel : le dispositif narratif se démarque ainsi par une énonciation scindée en je et elle (ou “Annie D”, “cette fille”, “la fille de 58”, etc.), témoignant de la distance qui s’est installée entre la narratrice-adulte et son moi plus jeune. La double temporalité se manifeste ensuite dans l’emploi conjoint d’un présent de l’énonciation, mettant à nu la démarche scripturale, et d’un présent narratif, appuyant la description des événements du passé7. Ces procédés soutiennent une narration hautement autoréférentielle, parsemée de références et de citations qui permettent à l’autrice-narratrice de tisser une réflexion perspicace autour de l’opacité et de l’ambiguïté des rapports sexuels vécus et subis, de l’historicité de l’expérience personnelle ainsi que des difficultés qui accompagnent leur mise en récit. L’écriture de soi s’avère ici un puissant vecteur d’agentivité : c’est à travers l’acte d’écrire que le sujet autobiographique opère un retour critique sur le passé, revisitant et resignifiant les souffrances vécues en y décelant un sens non seulement individuel, mais aussi partagé et collectif ; à partir de l’écriture, la mémoire devient, comme le suggère un commentaire métatextuel, une forme de connaissance (MF : 96) ; un outil8 heuristique apte à forger un savoir qui dépasse les limites de l’intime et du personnel.

  • 9 Ce néologisme anglais fait référence au mot-dièse français #balancetonporc, créé en 2017 en écho (...)
  • 10 Michèle Bacholle, “Sluttish Annie: Ernaux’s Mémoire de fille, Female Agency, and Empowerment”, Wo (...)
  • 11 Barbara Havercroft, “(Auto)citation et initiation sexuelle dans Mémoire de fille d’Annie Ernaux”, (...)
  • 12 Élise Hugueny-Léger, “Le romanesque cinématographique de Mémoire de fille”, Littérature, vol. 206 (...)
  • 13 Barbara Havercroft, “Quand écrire, c’est agir : stratégies narratives d’agentivité féministe dans (...)
  • 14 Ibid.

4L’inscription discursive de l’agentivité dans Mémoire de fille a déjà attiré l’attention des critiques : analysant la fonction de dévoilement du discours autobiographique à partir de l’exhibition du slut-shaming et de la stratégie du pig-outing9, Michèle Bacholle10 étudie le récit d’Annie Ernaux sous l’angle de l’empouvoirement et de la reconfiguration subjective de la narratrice qui, à travers l’écriture, passe du statut d’objet sexuel à celui d’agente et d’écrivaine. De son côté, Barbara Havercroft examine l’emploi de l’(auto)citation en vue d’une resignification méliorative et constate qu’en partageant ses souffrances intimes, Annie Ernaux donne à voir un côté plus positif de la vulnérabilité, où celle-ci devient une source de force et d’agentivité11. Reprenant cette observation, Élise Hugueny-Léger ajoute que Mémoire de fille est le récit d’une construction progressive de soi12, ce qui se manifeste surtout à la fin du récit où la narratrice renonce au elle en faveur du je. Ma lecture vise à apporter une contribution originale à ce débat critique en attirant l’attention sur un aspect peu considéré jusqu’ici : la présence d’un autre type d’agentivité discursive, celui-ci plutôt inscrit au deuxième degré13 du texte, c’est-à-dire présent non pas dans les actions et pensées narrées, mais dans les procédés discursifs qui, pour reprendre les mots de Barbara Havercroft, ramènent la lectrice et la narratrice au présent de l’énonciation scripturale14 où ils révèlent la façon dont l’écriture agit sur la représentation et la signification des expériences vécues. Dans Mémoire de fille, il s’agit là d’une agentivité autothéorique qui prend forme dans un jeu de renvois entre le récit autodiégétique et les intertextes littéraires, philosophiques et cinématographiques, enclenchant une relecture critique des événements du passé et menant à la confluence d’un vécu à la fois singulier et collectif.

  • 15 Lauren Fournier, Autotheory as Feminist Practice in Art, Writing, and Criticism, Cambridge (Massa (...)
  • 16 Ibid., p. 7.
  • 17 Ibid., p. 38.
  • 18 Arianne Zwartjes, “Under the Skin: An Exploration of Autotheory”, Assay: A Journal of Nonfiction (...)
  • 19 Alexandre Gefen, “Littérature et démocratie”, Esprit, n° 7‑8, 2021, p. 47.
  • 20 Alexandre Gefen, L’idée de littérature: de l’art pour l’art aux écritures d’intervention, Paris, (...)

5D’après Lauren Fournier qui a signé la première monographie sur l’autothéorie, un élan autothéorique15 traverse de nombreuses pratiques artistiques et littéraires qui se sont développées dans le sillage du mouvement féministe de la deuxième vague, du militantisme et des recherches féministes, du postmodernisme ainsi que des concepts de performance et de performativité. Le terme aurait émergé au début du vingt-et-unième siècle pour désigner des œuvres qui allient l’autobiographie à la théorie et à la philosophie de façon explicite et réfléchie16. Les œuvres autothéoriques se caractérisent souvent par un chassé-croisé de plusieurs registres, assemblant l’intime et le théorique, l’autoréflexif et le critique et recourant à l’intertextualité pour refléter le vécu personnel. Ce mode d’écrire et de penser n’est alors pas dépourvu d’un sens politique, mais est étroitement relié à des politiques radicales d’introspection, de connaissance située et d'écriture littéraire non fictionnelle17 : les récits autothéoriques font de l’expérience incarnée et subjective une source de savoir18 et transforment la prise de parole à la première personne en un instrument d’intervention et d’opposition. De ce fait, ils rejoignent le tournant d’une repolitisation19 de la littérature de l’extrême contemporain, remarquée par Alexandre Gefen, et complexifient l’observation du critique selon laquelle la connaissance située est la forme d’action promise par la littérature20.

6Envisageant la question de l’agentivité sous l’angle d’une reconfiguration de l’écriture de soi comme outil épistémologique – une forme de connaissance (MF : 96) –, cet article proposera une lecture attentive des intertextes littéraires, philosophiques et cinématographiques qui engendrent dans Mémoire de fille une réflexion féministe et autothéorique. Il s’agira de montrer que, chez Annie Ernaux, la mise en récit de l’histoire personnelle est indissociable d’une mise en résonance de l’histoire personnelle avec les récits et histoires d’autres femmes, instaurant une démarche littéraire qui s’efforce d’ouvrir un espace critique et autoréflexif où se rejoignent l’intime et le théorique, le poétique et le politique.

Télescopage et objectivation

7Mémoire de fille abonde de références à des romans et des poèmes, à la philosophie, à la presse, aux chansons et aux films de même que des autocitations tirées des archives personnelles que sont les lettres, journaux et agendas de la narratrice. Dans la construction narrative du récit, marquée par la scission énonciative et l’entrecoupement des analepses et des prolepses, on remarque deux usages divergents des références convoquées : d’une part, de nombreux renvois servent à retracer le passé de la jeune protagoniste – ce sont les chansons écoutées, les lectures faites et les films vus au cours des deux ans qui vont de 1958 à 1960 –, d’autre part, des références se greffent sur la démarche d’écriture où elles appuient une relecture distanciée et critique de l’été vécu à la colonie, rendue possible par la distance temporelle et affective qui s’est creusée entre Annie D et la narratrice-adulte. Ce dernier usage appuie un télescopage temporel et existentiel qui devient un des ressorts principaux de l’autothéorie dans le récit : c’est ainsi que s’effectue une mise à distance de l’histoire personnelle dont le référent n’est désormais plus un vécu unique et singulier, mais une expérience féminine collective de la dépossession et de l’aliénation de soi.

  • 21 Le roman a paru en 1927 sous le titre Dusty Answer chez Chutty and Windus à Londres.
  • 22 Notons que Loden a également joué le rôle de la protagoniste et que le film a remporté le prix du (...)
  • 23 En plus de l’essai de Nathalie Léger, plusieurs publications ont examiné les enjeux féministes so (...)

8Vers le début du récit d’Annie Ernaux, un court paragraphe dresse la liste des films et livres que la narratrice dit avoir vus et lus avant l’écriture du texte. Les cinq films et deux livres ainsi recensés (Wanda, En cas de malheur, Sue perdue dans Manhattan, La fille à la valise, Después de Lucía, Le bel été de Pavese et Poussière de Rosamond Lehmann) sont ceux qui provoquent chez la narratrice la violence du trouble (MF : 22) d’autrefois et confirment de ce fait la présence cachée, irréductible (MF : 23) de la fille de 1958 en elle. Parmi ces références, deux sont retenues dans le récit final : Poussière21, dont est tirée la citation placée en exergue, et Wanda22, un film américain indépendant, écrit et réalisé par Barbara Loden en 1970 et redécouvert ces dernières années par la critique et un public féministes23. L’analyse de ces deux renvois dans le récit d’Annie Ernaux permettra d’illustrer l’envergure de la réflexion autothéorique et le rapport étroit que celle-ci noue avec les modalités littéraires de l’autoréflexivité.

  • 24 Lauren Fournier, op. cit., p. 135.
  • 25 Ibid., p. 150.
  • 26 La narratrice souligne ce déséquilibre et le risque d’une emprise dès les premières lignes consac (...)
  • 27 Nathalie Léger, Supplément à la vie de Barbara Loden, Paris, P. O. L., 2012, p. 145.
  • 28 Anne Diatkine résume l’histoire mouvementée de la réception de Wanda en France dans un court arti (...)
  • 29 Bérénice Reynaud, “For Wanda”, Senses of Cinema, vol. 22, 2002, disponible sur : <https://www.sense (...)

9La référence à Wanda convoque d’emblée un trait caractéristique des pratiques autothéoriques, à savoir ce que Lauren Fournier nomme un mode intertextuel d’intimité et d’identification24, désignant le choix d’intertextes qui provoquent une sensation de proximité biographique et affective : “d’autres personnes dont j’estime le travail sont passées par là ou ont ressenti ce que j’ai ressenti”25. Chez Annie Ernaux, l’histoire de Wanda évoque à la fois les origines sociales – la protagoniste est l’épouse d’un ouvrier travaillant dans une mine de charbon en Pennsylvanie – et une expérience commune de la dépendance et du manque d’autonomie face à un partenaire qui tire profit de sa supériorité26 : le film de Loden s’ouvre sur une scène au tribunal où est prononcé le divorce de Wanda à la demande de son mari. Après la rupture, Wanda mène une vie à la dérive ; elle déambule dans des paysages gris, arpente les bords des routes et erre à côté de sites industriels indistincts, sans destination ni but précis. Tout au long du film, elle est aliénée, désarmée et dépendante des hommes violents et méprisants qu’elle rencontre. Son histoire, comme le rappelle Nathalie Léger dans son essai auto/biographique Supplément à la vie de Barbara Loden (2012), a longtemps été considérée comme le périple d’un personnage minable et, pour cette raison, a été bafoué par les critiques féministes qui y ont vu la vision d’une femme de l’indécision, de l’assujettissement, incapable d’affirmer son désir, qui ne portait aucune revendication, ne créait même pas de contre-modèle militant, pas de prise de conscience, pas de nouvelle mythologie de la femme libre27. La réception du film a toutefois considérablement changé depuis sa sortie : en France, entre autres, par Marguerite Duras, Isabelle Huppert et Nathalie Léger28, Wanda est aujourd’hui apprécié pour la précision avec laquelle il brosse le portrait implacable d’une exclue, une hors-la-loi malgré elle, et dont l’histoire illustre par excellence l’ambiguïté de l’oppression hétéropatriarcale. En 1995, la critique Bérénice Reynaud note ainsi dans un des premiers articles critiques consacrés à ce film que Loden avait enfin découvert “le territoire opaque et ambigu de la répression tacite qui a si souvent défini la condition des femmes, un territoire qui n’a été abordé que rarement, de l'extérieur29, c’est-à-dire d’un point de vue masculin.

10Le récit d’Annie Ernaux semble reprendre le fil de ces lectures féministes. La narratrice fait référence à Wanda quand elle relate une deuxième agression sexuelle, survenue lors d’une soirée de fête, le jour après le rejet brutal de H qui a exposé la jeune Annie D à l’indignité devant ses camarades. Le groupe des moniteurs et monitrices l’amène sous un prétexte dans la chambre des éducateurs physiques où, entourée d’autres couples, elle subit les avances obstinées et non sollicitées de Jacques R :

Elle les entend rire, raconter des histoires sales – absente et insensible. (Maintenant, en écrivant, glisse sur ce moment la dernière scène du film de Barbara Loden, où l’on voit Wanda, dans une boîte entre deux fêtards, muette, prenant la cigarette qu’on lui tend, tournant la tête à droite, à gauche. Elle n’est plus là. Avant elle a dit je ne vaux rien. La caméra cadre son visage figé et celui-ci peu à peu se dissout.) (MF : 56)

  • 30 Fabien Gris, “La cinémathèque d’Annie Ernaux”, dans Françoise Simonet-Tenant, Laurence Macé et Ro (...)
  • 31 Je reprends ce terme d’Élise Hugueny-Léger, op. cit., p. 53.

11Insérées entre parenthèses qui signalent l’interruption de la narration rétrospective, la référence cinématographique est greffée sur un passage métatextuel, construisant un dispositif énonciatif complexe qui met en abîme la projection-identification30 caractéristique des références cinématographiques dans l’œuvre d’Annie Ernaux : l’image du recouvrement des visages fait converger les deux personnages féminins et produit un effet de miroir auquel le récit fait écho ; la description d’une Wanda absente et qui n’est plus là reflète celle de la narratrice, absente et insensible. La résonance entre les deux œuvres se poursuit d’ailleurs sur un plan figuratif : Wanda manifeste un style hybride, à mi-chemin entre la fiction, l’autofiction et le documentaire, la réalisatrice optant même pour l’usage d’une caméra à main, d’habitude utilisée pour filmer les documentaires. De façon similaire, Annie Ernaux emploie le pronom elle pour relater les événements vécus par la fille de 58, recourant en outre à un langage filmique31 pour mettre à distance le passé, perçu comme opaque et indéchiffrable – un passé dont, selon les mots de la narratrice, même le visionnement réitéré ne vient pas à bout (MF : 54). À ce propos, on peut citer la répétition de termes tels que scène (MF : 51 ; 54 ; 71 ; 96 ; 108 ; 111), image (MF : 42 ; 51 ; 58 ; 64 ; 65 ; 77 ; 78 ; 85), séquence (MF : 52) et l’expression réitérée je la vois (MF : 24 ; 30 ; 44 ; 51 ; 53 ; 58 ; 62 ; 78 ; 109 ; 113 ; 137).

  • 32 Ibid.

12Si Wanda n’est pas la seule référence cinématographique évoquée dans le récit d’Annie Ernaux et qu’un romanesque cinématographique32 traverse tout le texte, il n’en reste pas moins que la résonance stylistique entre Wanda et Mémoire de fille s’intègre dans les modalités autothéoriques, où l’appropriation narrative des modalités filmiques devient un moyen d’objectivation et de prise de distance à soi-même. C’est là une façon d’inverser et de faire sienne, par les moyens de la littérature, l’expérience traumatique de l’abus sexuel et de la dépossession : l’objectivation n’est plus subie, elle ne sert plus le but de transformer un sujet en objet sexuel, mais devient un outil heuristique et figuratif déployé dans les modalités de représentation du récit de soi. De cette manière, celle qui jadis assist[ait] à ce qui lui arrive (MF : 47) passe au statut d’agente, elle devient celle qui écrit, qui tient les ficelles de la narration.

  • 33 Clotilde Leguil, Céder n’est pas consentir, Paris, Presses universitaires de France, 2021, <Hors collection>, p. 4</Hors>

13Le renvoi cinématographique et l’identification d’Annie D à Wanda déploient également une dimension politique et féministe : l’entrecroisement des histoires des deux femmes et de leurs expériences communes de la violence et de l’abandon permet de dépersonnaliser l’expérience intime de la narratrice et d’en faire ressortir une dimension partagée, collective. Les deux récits témoignent d’une expérience qui dépasse le singulier, celle de la perte et de la dissolution de soi (terme d’ailleurs mis en italique par la narratrice dans l’extrait cité plus haut), d’une défaite qui entraîne la disparition subjective33 propre au traumatisme sexuel. Le pouvoir de monstration de l’image filmique, transposée sur la narration, devient ainsi porteur d’une critique tacite, plutôt implicite qu’explicite, du dessaisissement et de l’oppression sexuelle – d’une violence masculine qui, dans le récit tout comme dans le film, n’est plus occultée ou passée sous silence, mais montrée, exposée à la vue des lecteurs.rices sans être accusée frontalement.

  • 34 Pierre-Louis Fort, “Entretien avec Annie Ernaux”, The French Review, vol. 76, n° 5, 2003, p. 989.
  • 35 Marie-Jeanne Zenetti, “Une filiation en forme de phrases. Mémoire en exergue et mise en question (...)
  • 36 La philosophe Françoise Collin considère la filiation symbolique un enjeu féministe de premier pl (...)

14Alors que la référence cinématographique met en pratique un mode autothéorique de l’objectivation et de l’identification, l’épigraphe qui reprend un passage de Poussière de Rosamond Lehmann pointe davantage une réflexion autoréférentielle sur l’absence de signification du traumatisme et l’indicibilité de l’échec et de l’embarras sexuels. Le choix de la citation n’est alors pas dépourvu d’un sens plus résolument politique : il est bien connu que les épigraphes jouent un rôle prépondérant dans la poétique et la politique de l’œuvre d’Annie Ernaux : Citer, c’est toujours tisser un lien avec l’auteur, lui donner la main34, dit l’auteure dans un entretien avec Pierre-Louis Fort. Les bribes et fragments de discours placés en exergue témoignent autant d’affinités personnelles qu’ils servent à jouer et à déjouer la bibliothèque collective35, déterminant le rapport du texte littéraire au canon et à une littérature jugée légitime. La citation tirée du premier roman de Rosamond Lehmann semble pointer la solidarité d’Annie Ernaux avec une écrivaine qui, dans les années 1920, thématisait avec franchise le désir, la sexualité et la honte au féminin, une volonté donc de s’inscrire dans une filiation commune36.

  • 37 Fabien Gris, op. cit., p. 142.

15L’extrait choisi pour Mémoire de fille suggère ensuite l’existence d’une volonté de projection-identification37, similaire à celle étudiée dans le renvoi cinématographique. Comme Annie D, la jeune héroïne du roman de Lehmann, Judith, a été délaissée par son amant après leur première nuit passée ensemble. Dans le dialogue transcrit dans l’épigraphe, Judith rencontre Roddy après la rupture et s’affiche glorieuse, niant sa gêne et affirmant fermement qu’Il n’y a pas de honte à aimer et à le dire (MF : 9). Son discours assertif est toutefois aussitôt démenti dans un monologue intérieur qui exhibe la profonde humiliation qui continuerait de la dévorer, de la consumer jusqu’à la fin de sa vie (MF : 9). Recourant au style indirect libre, la narration romanesque joue sur la contradiction pour révéler le déchirement de Judith, tiraillée entre le désir de dire et celui d’oublier la honte sexuelle :

Après tout, cela ne faisait pas tellement mal ! pas au point de ne pas pouvoir le supporter en secret, sans rien en montrer. Tout cela, c’était l’expérience. C’était une chose salutaire. Elle pourrait écrire un livre maintenant, Roddy serait un des personnages, ou bien se mettre sérieusement à la musique ; ou bien se tuer. (MF : 9)

16La litote de la première phrase et l’itération des déictiques euphémistes (cela, ce) pointent la difficulté de supporter et de dire l’embarras ; le climax inattendu révèle la marque ineffaçable de la honte, intolérable et toute-puissante. En prêtant à Judith un discours contradictoire, tournant autour de l’essentiel sans jamais se résoudre à le dire, le roman noue un rapport complexe avec la poétique du récit d’Annie Ernaux qui bute d’une même manière contre l’impossibilité de donner un sens aux événements vécus, de les interpréter de façon définitive. Ainsi, au lieu de consigner une version définitive des faits, l’écriture de Mémoire de fille semble arracher l’histoire à sa simplicité antérieure (MF : 60) et obliger la narratrice à accepter la pulvérisation des interprétations accumulées au cours des années (MF : 60). Tout au long du récit, un flottement sémantique entoure les descriptions rétrospectives des rapports sexuels : en témoignent les modalisations des énoncés et la récurrence des épanorthoses, telles que Ni soumission ni consentement (MF : 11), ni l’horreur ni la honte (MF : 50) ou encore ni le bien ni le mal (MF : 57). L’oscillation verbale qui caractérise la description de la scène la plus violente, celle qui relate l’abus sexuel, en fournit un autre exemple parlant : la narratrice ne s’y affiche ni active ni passive, vacillant entre se résigner, consentir et collaborer (MF : 48). De façon significative, elle récuse l’emploi du mot viol pour décrire le forçage de H, insistant dans un énoncé métatextuel sur [s]on impossibilité encore aujourd’hui d’utiliser le mot viol au sujet de H (MF : 120).

  • 38 Anne Grand d’Esnon, “Vous avez raison et maintenant j’ai raison de dire viol”, Revue critique de (...)
  • 39 Michèle Bacholle, op. cit., p. 138.

17Ces hésitations et mises à mal du discours autobiographique peuvent heurter les lecteurs.rices féministes : en effet, pourquoi les violences et les agressions sexuelles ne sont-elles jamais nommées sans équivoque ni accusées ? Que faut-il conclure des contournements et corrections linguistiques qui empêchent d’apposer à l’âpre initiation sexuelle le mot de viol ? D’après Anne Grand d’Esnon, auteure d’un article fort pertinent qui étudie l’infléchissement du discours auctorial sur Mémoire de fille dans le contexte de réception du livre en plein mouvement #MeToo, l’absence d’un lexique plus explicite dans le récit – d’ailleurs contrecarrée par le discours médiatique de l’auteure, celui-ci plus explicite et affirmatif – témoignerait non pas d’un désaveu féministe, mais de la volonté d’échapper au risque d’un rétrécissement du sens de l’expérience38, un resserrement qui escamoterait les ambivalences et la complexité affective et subjective de l’expérience individuelle. Pour conjuguer écriture de soi et féminisme sans courir le risque de confiner l’histoire personnelle à un cadre d’interprétation jugé trop militant, Annie Ernaux choisit une écriture tâtonnante, qui joue délibérément sur la “zone grise”39 et l’indécidabilité sémantique.

18À cette problématique, l’analyse autothéorique peut apporter sinon de la clarté du moins une couche interprétative supplémentaire. L’indétermination qui caractérise la narration autobiographique perd de son indécision au moment où l’histoire personnelle rejoint les histoires d’autres femmes, faisant du récit de soi une chambre d’écho d’expériences féminines de la violence et de la perte de soi. L’emploi des références littéraires et cinématographiques s’avère ici autant le moyen d’une prise de distance qui permet au sujet autobiographique de regagner un contrôle autrefois perdu, d’exercer donc une agentivité discursive, qu’un instrument d’observation et de réévaluation critique d’expériences passées qui ne deviennent intelligibles qu’à partir de lectures croisées et superposées, permettant d’en exposer un sens commun sans pour autant le fixer sur une seule signification.

L’intertexte beauvoirien : critique féministe et autothéorique

  • 40 Annie Ernaux, “Le fil conducteur qui me lie à Beauvoir”, Simone de Beauvoir Studies, vol. 17, 200 (...)

19Hautement signifiante dans le contexte de la conscience et de l’engagement féministes d’Annie Ernaux, la description de la première lecture du Deuxième sexe de Simone de Beauvoir dans Mémoire de fille ouvre aussi un espace autothéorique où se meut une interrogation complexe du féminisme et des rapports singuliers que celui-ci noue entre le personnel et le théorique. Alors qu’Annie Ernaux a souvent insisté sur le fil conducteur40 qui relie son œuvre à celle de Beauvoir, dans Mémoire de fille elle se remémore celle qui découvre pour la première fois l’ouvrage théorique majeur de la philosophe : Annie D emprunte Le deuxième sexe à une amie du lycée, un an après l’été passé à la colonie de Sées et sa réaction à cette première lecture de théorie féministe est détaillée sur deux pages entières, sous une forme narrative qui cherche à reconstituer l’événement dans sa réalité immédiate, en écart[ant] provisoirement le terme de révélation venu de nombreuses années plus tard (MF : 119). Il s’agira dans la suite, et en examinant trois exemples précis, de retracer l’itinéraire qui allie Annie Ernaux de Simone de Beauvoir afin de considérer les différentes interrogations féministes et autothéoriques soulevées par cet intertexte central.

  • 41 Robyn Wiegman, “Introduction: Autotheory Theory”, Arizona Quarterly: A Journal of American Litera (...)
  • 42 Sara Ahmed, Living A Feminist Life, Durham, Duke University Press, 2017, p. 5, je souligne.
  • 43 Ibid., p. 10.

20Cette analyse prendra acte d’une conception de l’autothéorie à l’aune des ambitions politiques de la deuxième vague féministe, ambitions qui consistaient à forger des liens étroits entre le personnel et le politique en construisant des cadres interprétatifs et théoriques susceptibles d’expliquer la subjectivité et l’expérience quotidienne en des termes politiquement conséquents41. L’émergence récente de la notion d’autothéorie s’inscrit dans le sillage de telles considérations : dans Living A Feminist Life, la philosophe Sara Ahmed définit la recherche féministe comme une théorie vivante, renouant avec le personnel et agissant sur lui. Elle propose de concevoir le féminisme en tant que mouvement social et affectif ; le féminisme est ce qui agit sur nous, nous bouleverse et met en mouvement nos corps et pensées : Le féminisme en tant que mouvement collectif est le fruit de la manière dont nous sommes portées à devenir féministes en dialoguant avec les autres. Pour qu’il y ait du mouvement, il faut que nous soyons émues42. Cette mise en mouvement politique et affective peut prendre forme dans les rencontres, mais aussi par le biais de lectures marquantes : relatant l’impact qu’ont eu sur elle les textes théoriques des féministes noires, en l’occurrence les écrits de bell hooks et d’Audré Lorde, Sara Ahmed suggère que la théorie féministe ne devient un outil de transformation qu’au moment où elle touche ses lecteurs.rices et que, ce faisant, elle s’approche du vivant et du personnel. Si le domaine de la théorie était ordinairement considéré comme un objet abstrait et détaché des expériences quotidiennes, il faudrait aujourd’hui le ramener vers le vécu et montrer qu’en théorie féministe, le personnel n’est pas seulement politique, mais il est théorique43, c’est-à-dire une source légitime de savoir et de connaissance.

  • 44 Shirley Jordan, “Overstepping the Boundaries: Sexual Awakening, Trauma, and Writing in Annie Erna (...)

21La lecture beauvoirienne décrite dans Mémoire de fille évoque une telle expérience initiatrice et (é)mouvante : elle est “l’éveil”44 féministe qui confère un sens nouveau à l’éveil sexuel vécu quelques mois plus tôt et qui marque le début d’un dialogue (MF : 119) inédit entre la jeune lycéenne et la philosophe. La mise en mots de cet échange illustre non seulement la réaction subjective de la narratrice au texte théorique, mais elle donne aussi à voir la mise à l’épreuve d’un discours philosophique qui ne trouve sa vérité que dans l’expérience vécue, d’où la volonté affichée de soumettre chaque thèse de Beauvoir à un processus de vérification qui passe nécessairement par le ressenti et le vécu personnel de la narratrice. Loin de relever d’un geste naïf et ignorant, il s’agit là d’un mode de lecture résolument féministe qui met en avant la valeur heuristique du rapport émotif noué au texte.

22Dans le récit d’Annie Ernaux, une liste sert à l’énumération des affects et troubles ressentis par la narratrice au moment de la lecture et révèle l’ampleur de l’impact qu’a eu l’analyse beauvoirienne sur Annie D : celle-ci est effarée (MF : 119) par la longue histoire que dresse Beauvoir de la différence sexuelle ; accablée (MF : 119) par le constat beauvoirien de l’immanence des femmes, leur réduction aux capacités reproductives et leur manque d’autonomie ; ahurie (MF : 120) par le nombre de mythes associés à la féminité, mais aussi confortée (MF : 119) dans sa peur de l’accouchement. De façon remarquable, la jeune narratrice affiche son désaccord avec le traitement que Beauvoir réserve aux expériences féminines corporelles, remarquant que, dans son cas, la souillure (MF : 120) ne consiste pas dans les règles, mais dans l’absence de sang, l’agression sexuelle ayant déclenché chez elle une aménorrhée qui éveille chez sa mère le soupçon d’une mauvaise conduite. La narratrice met aussi en doute l’affirmation beauvoirienne selon laquelle “[l]a première pénétration est toujours un viol (MF : 120) : au moment où elle lit ce passage percutant du Deuxième sexe, elle garde toujours un amour fou pour H (MF : 69) et c’est seulement l’analyse beauvoirienne et sa critique de l’éternel féminin qui lui fait prendre conscience de sa propre folie, l’obligeant à se rendre compte de la honte d’avoir été amoureuse folle d’un homme, […] d’avoir été traitée de siphonnée et de putain sur les bords (MF : 120). Enfin, et contrairement à l’insistance ultérieure d’Annie Ernaux sur la capacité d’action et d’émancipation du texte beauvoirien, la narratrice de Mémoire de fille demeure profondément sceptique envers l’effet libérateur et curatif de cette première lecture – elle opte pour l’indécision : d’avoir reçu les clés pour comprendre la honte ne donne pas le pouvoir de l’effacer (MF : 120).

23L’expérience de la lecture de Beauvoir ouvre un espace qui n’est pas seulement personnel et affectif, mais aussi politique et théorique, engageant une vision du monde et une conception de l’écriture qui sont sans cesse problématisées dans les commentaires métatextuels qui échelonnent le récit de Mémoire de fille. On remarque ainsi l’apparition d’une résonance subtile qui s’installe entre l’écriture beauvoirienne et celle qu’est en train de faire la narratrice : Le deuxième sexe est décrit comme une démonstration impeccable (MF : 119) de l’aliénation féminine, un raisonnement qui fait exister une nouvelle grille de lecture du monde selon laquelle tout, des voitures circulant sur le bord de l’Yser aux étudiants cravatés qu’elle croise en train de monter à l’École supérieur de Commerce, signifie maintenant le pouvoir des hommes et l’aliénation des femmes (MF : 119). La description de l’ouvrage beauvoirien fait alors écho à un énoncé autoréférentiel dans lequel la narratrice décrit son propre récit comme

la démonstration édifiante que, ce qui compte, ce n’est pas ce qui arrive, c’est ce qu’on fait de ce qui arrive. Tout cela relève de croyances rassurantes, vouées à s’enkyster de plus en plus profondément en soi au fil de l’âge, mais dont la vérité est, au fond, impossible à établir. (MF : 158, je souligne)

24Alors que la répétition lexicale (démonstration impeccable, démonstration édifiante) établit un lignage direct entre le texte beauvoirien et le texte de la narratrice, cette dernière prend ses distances avec la prétention du discours philosophique à la vérité – celle-ci serait impossible à établir dans le récit autobiographique. À l’opposé de l’ouvrage théorique de Beauvoir qui propose une lecture totalisante du monde – où tout […] signifie maintenant le pouvoir des hommes et l’aliénation des femmes (MF : 119, je souligne) –, le récit d’Annie Ernaux puise sa force heuristique et agissante dans une écriture qui cherche au lieu de représenter (MF : 107) et qui, de ce fait, n’hésite pas à afficher des doutes et des incertitudes. En témoigne tout au long du récit l’usage fréquent des phrases interrogatives là où les réponses font défaut ou encore le recours à des figures de correction qui modalisent les énoncés, telles par exemple les épanorthoses. On remarque ici une prise de distance discrète, mais insistante de la part d’Annie Ernaux : si l’auteure s’inscrit dans la continuité du point de vue féministe de la philosophe, elle se montre hésitante envers le registre théorisant, voire intellectualisant, de ses écrits.

  • 45 Camille Froidevaux-Metterie, Un corps à soi, Paris, Éditions du Seuil, 2021, <La couleur des idées>, p. 79.
  • 46 Lauren Fournier, “Sick Women, Sad Girls, and Selfie Theory: Autotheory as Contemporary Feminist P (...)
  • 47 Notons que, pour la jeune Annie D, le “programme de perfection” et l’accumuation de nouvelles con (...)

25Un dernier exemple illustrera la convergence d’une critique féministe et autothéorique dans la continuité du féminisme beauvoirien dans Mémoire de fille. Rappelons que Beauvoir avait été parmi les premières à introduire la perspective d’une philosophie féministe dans l’histoire de la discipline et à rompre avec la longue tradition d’une pensée du sujet désincarnée et asexuée45. Les pratiques autothéoriques contemporaines poursuivent et renouvèlent le questionnement inauguré par Beauvoir en faisant des expériences incarnées un matériau digne d’une considération théorique et, inversement, de la théorie un discours susceptible de réfracter l’expérience vécue46. Dans le récit d’Annie Ernaux, la réciprocité entre théorie et expérience s’avère le nœud central d’une critique féministe avancée par la narratrice. Celle-ci relate ainsi comment, au lycée, l’apprentissage de la philosophie faisait partie du programme de perfection (MF : 106) par lequel Annie D envisageait une transformation totale d’elle-même en être supérieur et intouchable (MF : 106), se projetant hors de la portée des moniteurs et monitrices qui l’avaient humiliée à la colonie de vacances47.

26Quand elle revient sur l’impact qu’a eu sur elle le cours de philosophie enseigné par une jeune professeure au nom de Mme Bertier, la narratrice cite une lettre envoyée à une amie d’Yvetot. L’autocitation lui sert d’abord à confirmer l’effet profond de l’enseignement ; elle y témoigne de son engouement pour la philosophie qu’elle juge apte à rendre raisonnable (MF : 108) et fait siens les principes éthiques de Kant paraphrasés à l’attention de son amie : À force de penser, de répéter qu’autrui ne doit pas nous servir de moyens, mais de fin, que nous sommes rationnels et que, partant, l’inconscience et le fatalisme sont dégradants, elle m’a enlevé le goût de flirter (MF : 108). À la suite de cette lettre, un énoncé autoréférentiel indique toutefois l’éblouissement de la narratrice-adulte qui, en relisant sa propre lettre, est saisie par autant de limpidité (MF : 108). Une apparence de clarté qui, selon elle, cache en réalité une incompatibilité inévitable entre la pensée idéaliste et la réalité horrible que vient de vivre la jeune femme :

Je suis saisie par autant de limpidité : Descartes, Kant et l’impératif catégorique, toute la philosophie condamne la conduite de la fille de S. Parce qu’elle ne fait aucune place à l’impératif de jouir plutôt que de gueuler, au sperme dans la bouche, aux putains sur les bords, aux règles qui ne viennent plus, toute la philosophie lui fait honte […]. (MF : 108)

27La proposition causale opère ici un renversement violent de la maxime kantienne : l’antanaclase remplace l’impératif éthique du philosophe par l’impératif de jouir plutôt de gueuler et joue d’un énoncé que H lance à la narratrice lors de la première nuit passée ensemble, au moment où celle-ci se défend contre ses tentatives de pénétration. Il s’agit d’un renvoi à la scène qui relate le plus explicitement les violences sexuelles : Il va trop vite, elle n’est pas prête (MF : 46), Il force (MF 46) son sexe entre ses cuisses et la houspille : J’aimerais mieux que tu jouisses plutôt que tu gueules ! (MF : 46). La reprise du discours direct de H et du registre argotique de celui-ci confèrent à l’observation métadiscursive de la narratrice une tonalité excessive et violente qui renforce le constat amené : la philosophie dont la jeune Annie D se flatte exclut son vécu de toute considération sérieuse, elle ne fait place qu’à des sujets souverains, actifs et puissants, pas à celles et ceux qui, comme elle, doivent répondre à “l’impératif de jouir plutôt que de gueuler (MF : 108), qui sont dans l’“impossibilité de convaincre, de faire valoir [leur] point de vue (MF : 71). En établissant un parallélisme entre les deux impératifs, le commentaire métatextuel de la narratrice pointe aussi leur incompatibilité – comment concilier en effet la moralité kantienne, fondée sur un sens abstrait du devoir, de la bonne volonté et de l’égalité, et la réalité patriarcale, l’expérience incarnée et située de l’objectivation et de l’humiliation sexuelles ? Pour la narratrice, la contradiction s’avère violente : ignorant toute situation de domination, la philosophie morale risque de véhiculer un discours moralisant et patriarcal qui condamne la conduite de la fille de S (MF : 108) et lui fait honte (MF : 108). Le mode autothéorique du récit d’Annie Ernaux se fait ici porteur d’une critique féministe qui réévalue de façon nuancée les discours théoriques ayant façonné le rapport de la jeune narratrice au monde et à elle-même.

  • 48 Le mode autothéorique rejoint ici la volonté transpersonnelle de l’œuvre ernausienne.

28Contrairement au premier volet de l’analyse qui mettait en lumière un usage des références littéraires et cinématographiques en tant qu’outils d’objectivation et de dépersonnalisation, faisant de l’intimité et de l’identification les vecteurs d’une réflexion plurielle et collective sur le vécu48, l’intertexte beauvoirien et la réflexion autothéorique qu’il stimule s’orientent davantage vers le biographique et la genèse intellectuelle d’une conscience féministe.

Conclusion

29Avant de conclure, revenons brièvement sur la note du journal intime d’Annie Ernaux citée en exergue. Dans l’entrée qui date de 2009, l’auteure établit un lien concret entre la volonté d’écrire sur les événements vécus en 1958 et le sentiment d’indignation et de révolte qu’elle ressent face à l’affaire Polanski. Pour elle, cette affaire met au grand jour “[l]e pouvoir masculin dans toute son ingénuité” – un pouvoir qui s’exerce sans gêne ni retenue, épaulé par une culture d’impunité qui relativise et excuse les abus sexuels. Lu en contiguïté avec Mémoire de fille, publié sept ans plus tard, ce bref commentaire semble déjà infléchir la visée du récit autobiographique par une perspective décidément féministe, voire militante. Or, à suivre l’itinéraire laborieux et parfois inattendu de la pensée féministe ernausienne dans ce texte, force est de constater que l’auteure nous donne plutôt à voir l’émergence d’une conscience politique qui se construit progressivement, à travers les rencontres et les lectures, et qui apparaît finalement en filigrane bien plus qu’en première ligne.

  • 49 Annie Ernaux, “Conférence Nobel”, op. cit.

30Car littérature et féminisme se conjuguent chez Annie Ernaux avec une écriture qui tâtonne et qui scrute pour trouver les mots et les phrases justes, susceptibles de rendre palpable et partageable ce qui a été vécu à une époque précise et sur un mode singulier. Dans son discours du prix Nobel, l’auteure affirme : “Il ne s’agit pas pour moi de raconter l’histoire de ma vie ni de me délivrer de ses secrets, mais de déchiffrer une situation vécue […], et dévoiler ainsi quelque chose que seule l’écriture peut faire exister et passer, peut-être, dans d’autres consciences, d’autres mémoires”49. Décrivant dans ces termes sa démarche littéraire, Ernaux propose de concevoir l’écriture à l’aune d’un travail d’intelligibilité et de connaissance dont la valeur agissante et politique concorde avec les pratiques autothéoriques et le tournant épistémique qu’elles annoncent : le travail littéraire et esthétique y fait de l’expérience personnelle non pas un objet relevant de l’ordinaire et du contingent, mais un outil de réflexion critique et théorique sur le monde. Dans Mémoire de fille, ce mode autothéorique émane d’une relecture du passé qui se fait au moyen d’intertextes et de références à la fois littéraires, cinématographiques et théoriques, et qui permet à l’autrice-narratrice de revisiter et de resignifier des expériences particulièrement violentes. L’entrecroisement de l’histoire personnelle avec celles d’autres écrivaines et artistes, la mise en résonance de l’individuel et du collectif ainsi que les modalités de l’autoréflexivité s’avèrent alors les moyens privilégiés d’une écriture de soi qui cherche à transformer l’écriture de soi en une “forme de connaissance” (MF : 96), à créer un geste littéraire qui se forge à mi-chemin entre la subjectivité et l’objectivation, le soi et l’autre, l’intime et politique.

Haut de page

Note de fin

1 Annie Ernaux, “Politique et société. Extraits inédits du journal”, dans Pierre-Louis Fort (dir.), Annie Ernaux, Paris, Éditions de l’Herne, 2022, <Cahier de l’Herne>, p. 296.

2 Ce même constat vaut pour la littérature québécoise. Voir Claire David, “Les traces de la colère : la culture du viol en procès dans la littérature québécoise”, Revue critique de fixxion française contemporaine, n° 26, 2023, §1, disponible sur : < https://journals.openedition.org/fixxion/10750>.

3 Pour un sommaire des prises de position relatives à l’affaire Chénier, voir le carnet publié sur le site Hypothèses “Malaises dans la lecture”, disponible sur : <https://malaises.hypotheses.org/1003>.

4 C’est la lecture que fait Marie-Jeanne Zenetti de la monographie d’Hélène Merlin-Kajman dans “Que fait #MeToo à la littérature ?”, Revue critique de fixxion française contemporaine, n° 24, 2022, §26, disponible sur : <https://journals.openedition.org/fixxion/2148>. Dans son ouvrage, Hélène Merlin-Kajman associe les débats critiques suscités par la lettre des agrégatifs lors de la controverse Chénier à un “bouleversement en cours du regard porté sur la littérature” qui ferait que la littérature est désormais jugée et interprétée selon des critères moraux : “[v]oilà que la littérature se retrouve en train de comparaître devant un tribunal de l’opinion qui revendique de la juger au nom de ce qu’on doit ou ne doit pas représenter, c’est-à-dire à partir de critères moraux, voire judiciaires”. Voir Hélène Merlin-Kajman, La littérature à l’heure de #MeToo, Paris, Les Éditions d’Ithaque, 2020, p. 14-15.

5 Marie-Jeanne Zenetti, “Que fait #MeToo à la littérature ?”, op. cit., §17.

6 Annie Ernaux, Mémoire de fille, Paris, Gallimard, 2016, <Folio>, p. 30. Dorénavant MF.

7 Marianne Braux, “Écriture de soi et identité énonciative dans Mémoire de fille d’Annie Ernaux”, Australian Journal of French Studies, vol. 57, n° 2, juillet 2020, p. 270.

8 C’est Annie Ernaux qui emploie le terme “outil” pour parler de sa démarche d’écriture. Voir Annie Ernaux, “Conférence Nobel”, 2022, disponible sur : <https://www.nobelprize.org/prizes/literature/2022/ernaux/201000-nobel-lecture-french/>.

9 Ce néologisme anglais fait référence au mot-dièse français #balancetonporc, créé en 2017 en écho au mot-dièse anglais #metoo.

10 Michèle Bacholle, “Sluttish Annie: Ernaux’s Mémoire de fille, Female Agency, and Empowerment”, Women in French Studies, vol. 29, n° 1, 2021, p. 136‑151.

11 Barbara Havercroft, “(Auto)citation et initiation sexuelle dans Mémoire de fille d’Annie Ernaux”, dans Aurélie Adler et Julien Piat (dir.), Annie Ernaux: Les écritures à l’œuvre, Paris, Fabula, 2020, <Colloques en ligne>, disponible sur : <https://www.fabula.org/colloques/document6640.php>.

12 Élise Hugueny-Léger, “Le romanesque cinématographique de Mémoire de fille”, Littérature, vol. 206, n° 2, 2022, p. 54.

13 Barbara Havercroft, “Quand écrire, c’est agir : stratégies narratives d’agentivité féministe dans Journal pour mémoire de France Théoret”, Dalhousie French Studies, vol. 47, 1999, p. 106. Cet article a joué un rôle fondateur dans les études littéraires francophones de l’agentivité, ayant été le premier à faire le pont entre les théories féministes anglophones et la littérature française et francophone, en l’occurrence la littérature québécoise au féminin. Barbara Havercroft y propose de distinguer entre deux types d’agentivité, l’un présent dans la narration des événements du passé et le travail critique de réénonciation qui vise à dénoncer les structures et normes patriarcales, l’autre situé dans le présent de l’énonciation et le discours métatextuel, où il révèle la qualité performative de l’acte d’écriture. Ce serait là “en quelque sorte un type d’agentivité discursive au deuxième degré” (p. 106). Je me propose de poursuivre cette réflexion en considérant, dans le présent article, le potentiel critique et heuristique d’une agentivité intertextuelle qui se meut dans l’espace (auto)réflexif et autothéorique.

14 Ibid.

15 Lauren Fournier, Autotheory as Feminist Practice in Art, Writing, and Criticism, Cambridge (Massachusetts), MIT Press, 2021, p. 1.

16 Ibid., p. 7.

17 Ibid., p. 38.

18 Arianne Zwartjes, “Under the Skin: An Exploration of Autotheory”, Assay: A Journal of Nonfiction Studies, vol. 6, n° 1, 2019, disponible sur : <https://www.assayjournal.com/arianne-zwartjes8203-under-the-skin-an-exploration-of-autotheory-61.html>.

19 Alexandre Gefen, “Littérature et démocratie”, Esprit, n° 7‑8, 2021, p. 47.

20 Alexandre Gefen, L’idée de littérature: de l’art pour l’art aux écritures d’intervention, Paris, Éditions Corti, 2021, <Les essais>, p. 224.

21 Le roman a paru en 1927 sous le titre Dusty Answer chez Chutty and Windus à Londres.

22 Notons que Loden a également joué le rôle de la protagoniste et que le film a remporté le prix du meilleur film étranger à la Mostra de Venise en 1971.

23 En plus de l’essai de Nathalie Léger, plusieurs publications ont examiné les enjeux féministes soulevés par le film de Loden. Voir, par exemple, Anna Backman Rogers, Still Life. Notes on Barbara Loden’s “Wanda” (1970), Santa Barbara, Punctum Books, 2021.

24 Lauren Fournier, op. cit., p. 135.

25 Ibid., p. 150.

26 La narratrice souligne ce déséquilibre et le risque d’une emprise dès les premières lignes consacrées au portrait de H, où elle relate son impression initiale du jeune homme baraqué : “Elle ne se demande pas s’il lui plaît, si elle le trouve beau. […] il est pour elle du côté de ceux qui dirigent” (MF : 45).

27 Nathalie Léger, Supplément à la vie de Barbara Loden, Paris, P. O. L., 2012, p. 145.

28 Anne Diatkine résume l’histoire mouvementée de la réception de Wanda en France dans un court article publié dans Libération, le 19 août 2016, disponible sur : <https://www.liberation.fr/cinema/2016/08/19/une-apparition-nommee-wanda_1473488 >.

29 Bérénice Reynaud, “For Wanda”, Senses of Cinema, vol. 22, 2002, disponible sur : <https://www.sensesofcinema.com/2002/feature-articles/wanda/>.

30 Fabien Gris, “La cinémathèque d’Annie Ernaux”, dans Françoise Simonet-Tenant, Laurence Macé et Robert Kahn (dir.), Annie Ernaux: l’intertextualité, Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015, p. 142.

31 Je reprends ce terme d’Élise Hugueny-Léger, op. cit., p. 53.

32 Ibid.

33 Clotilde Leguil, Céder n’est pas consentir, Paris, Presses universitaires de France, 2021, <Hors collection>, p. 45.

34 Pierre-Louis Fort, “Entretien avec Annie Ernaux”, The French Review, vol. 76, n° 5, 2003, p. 989.

35 Marie-Jeanne Zenetti, “Une filiation en forme de phrases. Mémoire en exergue et mise en question du canon dans l’œuvre d’Annie Ernaux”, dans Françoise Simonet-Tenant, Laurence Macé et Robert Kahn (dir.), Annie Ernaux: l’intertextualité, op. cit., p. 195.

36 La philosophe Françoise Collin considère la filiation symbolique un enjeu féministe de premier plan : “La question de la transmission est une question posée à la pratique éthique et politique. Il s’agit de constituer dans le présent les conditions de possibilité d’une filiation symbolique des femmes, à laquelle tout le système socioculturel fait résistance. C’est un travail prospectif, travail d’insurrection et d’élaboration de ce qui n’est pas encore”. Françoise Collin, Un héritage sans testament, Montréal, Éditions du Remue-ménage, 2020, p. 15.

37 Fabien Gris, op. cit., p. 142.

38 Anne Grand d’Esnon, “Vous avez raison et maintenant j’ai raison de dire viol”, Revue critique de fixxion française contemporaine, n° 24, 2022, §24, disponible sur : <https://journals.openedition.org/fixxion/2085>.

39 Michèle Bacholle, op. cit., p. 138.

40 Annie Ernaux, “Le fil conducteur qui me lie à Beauvoir”, Simone de Beauvoir Studies, vol. 17, 2000, p. 1‑6. Notons que la référence au Deuxième sexe apparaît aussi dans plusieurs autres romans et récits de l’auteure dont il convient de citer, à titre d’exemple, Les armoires vides (1974), La femme gelée (1981) et Les années (2008).

41 Robyn Wiegman, “Introduction: Autotheory Theory”, Arizona Quarterly: A Journal of American Literature, Culture, and Theory, vol. 76, n° 1, 2020, p. 7-8.

42 Sara Ahmed, Living A Feminist Life, Durham, Duke University Press, 2017, p. 5, je souligne.

43 Ibid., p. 10.

44 Shirley Jordan, “Overstepping the Boundaries: Sexual Awakening, Trauma, and Writing in Annie Ernaux’s Mémoire de fille and Christine Angot’s Une semaine de vacances”, L’Esprit Créateur, vol. 59, n° 3, 2019, p. 9.

45 Camille Froidevaux-Metterie, Un corps à soi, Paris, Éditions du Seuil, 2021, <La couleur des idées>, p. 79.

46 Lauren Fournier, “Sick Women, Sad Girls, and Selfie Theory: Autotheory as Contemporary Feminist Practice”, a/b: Auto/Biography Studies, vol. 33, n° 3, 2018, p. 658.

47 Notons que, pour la jeune Annie D, le “programme de perfection” et l’accumuation de nouvelles connaissances et compétences sont aussi censés “combler le retard social et [s]on ignorance” (MF : 106).

48 Le mode autothéorique rejoint ici la volonté transpersonnelle de l’œuvre ernausienne.

49 Annie Ernaux, “Conférence Nobel”, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hannah Volland, « L’écriture de soi comme forme de connaissance »Revue critique de fixxion française contemporaine [En ligne], 27 | 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 28 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/fixxion/13456 ; DOI : https://doi.org/10.4000/fixxion.13456

Haut de page

Auteur

Hannah Volland

University of Toronto

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search