Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27IntroductionPolitiques du genre et engagement...

Introduction

Politiques du genre et engagement : introduction

Barbara Havercroft et Pascal Michelucci

Texte intégral

1Le dossier “Politiques du genre et engagement” se situe au carrefour des théories de l’engagement – notion au centre d’un regain d’intérêt dans le corpus littéraire et critique français contemporain – et des théories anglophones de l’agentivité (agency), développées surtout par des chercheures féministes à partir des années 1990. À l’intersection de ces deux ensembles théoriques, ce numéro de Fixxion examine des textes de langue française écrits par des femmes autrices et des auteur.es gays – romans, autofictions, autobiographies et essais –, où l’engagement et l’agentivité jouent un rôle de premier plan dans l’expression du genre sexuel. Dans cette sélection d’œuvres qui déploient de façon exemplaire et manifeste les questions d’identité sexuelle – telles qu’abus sexuels, inégalité de traitement, critique de la violence physique et symbolique, activisme, mise à nu critique de l’héritage patriarcal, etc. –, différentes formes de l’engagement et de l’agentivité sont mobilisées et impriment une dynamique genrée au champ d’expression française contemporain. Les articles de ce numéro visent ainsi l’inscription proprement textuelle de ces enjeux et les stratégies discursives qui opèrent spécifiquement dans le champ de l’extrême contemporain.

L’engagement : une question persistante

  • 1 Les textes recueillis dans Qu’est-ce que la littérature ? paraissent d’abord dans Les temps moderne (...)
  • 2 René Étiemble, Hygiène des lettres II. Littérature dégagée 1942-1953, Paris, Gallimard, 1955.
  • 3 Voir Sylvie Servoise, Le roman face à l’histoire. La littérature engagée en France et en Italie dan (...)
  • 4 Maxence Caron, De l’art comme résistance à l’implication politique. Situation et principe de l'’art(...)
  • 5 Michel Foucault, “L’intellectuel et les pouvoirs [mai 1981]”, dans Daniel Defert, François Ewald et (...)
  • 6 Voir Denis Hollier, Politique de la prose. Sartre et l’an quarante, Paris, Gallimard, 1982, <Le chemin>. Geral</Le> (...)
  • 7 Voir les développements sur la place centrale de la “solidarité” dans la pensée activiste de Sartre (...)

2Dans son sens restreint, l’engagement s’actualise dans la conceptualisation de la “présence totale” de l’écrivain engagé que synthétise Sartre à la fin de la Seconde Guerre mondiale1. Le philosophe rassemble sous un seul terme les modalités multiples de la participation des écrivains et intellectuels aux luttes sociales et sociétales de leur temps. Dans le champ français, il se trouve rapidement contesté par la notion de dégagement2, par les axes de la réflexion formelle du Nouveau roman, ou par le groupe des Hussards, et ce modèle est périmé après Malraux et Sartre3. Certains se réclament même, en franche réaction au modèle sartrien qui sert de repoussoir par ses déclarations claires qui font système, d’un droit de désengagement des écrivains et des artistes, moyen par excellence d’une émancipation volontaire de la toute-puissance des partis et des idéologies4. C’est toutefois Foucault et sa critique des sphères de compétence de l’intellectuel5 qui éclipsent cette conception comme modèle susceptible de guider les écrivains à l’époque des écritures dites “textuelles” dans les années 1970, jusqu’à ce que les années 2000 réinvestissent la thèse sartrienne. L’évolution, ou plutôt la résilience et, plus récemment, la résurgence de l’acceptation restreinte de l’engagement formulée par Sartre est ainsi d’une richesse fascinante. Ses multiples réactualisations contemporaines, soit sous la forme de codicilles soit sous celle de la contestation frontale, attestent de sa pertinence renouvelée et d’une souplesse à s’adapter aux inflexions de l’histoire de la littérature. Sartre avait longuement développé sa conception de l’engagement littéraire à la faveur d’une conjoncture historique sans antécédent, l’après-guerre, mais aussi pour expliciter un tournant personnel dans son parcours d’écrivain6 au moment où il importait d’affirmer une ligne éditoriale pour la revue Les temps modernes, au titre volontariste. Il s’agissait toutefois davantage d’un plaidoyer ou d’un programme pour la présence située et solidaire de l’écrivain dans son époque7 que d’une théorie sociale du rôle de l’intellectuel public. Denis Hollier a expliqué les déterminations extérieures et biographiques qui fournissent le contexte de la synthèse que publie Sartre en 1947 :

  • 8 Patrick Vauday, “Entretien avec Denis Hollier”, Rue Descartes, vol. 1, nº 47, 2005, p. 99, disponib (...)

À partir de [1940] deux modèles biographiques de l’engagement entrent en compétition dans les fantasmes de Sartre. Le premier est celui des grands écrivains engagés, comme Zola ou Gide […]. Or, l’irruption de l’histoire dans la vie de Sartre, dans ses projets, ou plutôt son entrée forcée dans l’histoire (qui fond sur lui comme un voleur), détruit le modèle biographique gidien. La guerre est arrivée trop tôt, l’obligeant à s’engager […]. Cette espèce de vie modèle, qu’il avait reçue clés en main, de séquence chronologique préprogrammée autour de laquelle il avait construit le rapport de son œuvre et de sa vie a été déréglée, bousculée par une sorte de précipitation de l’événement et dans l’événement qui définit la seconde version de l’engagement.8

  • 9 Jean-Paul Sartre, Situations, II, op. cit., p. 229.
  • 10 On a peu observé qu’une grande partie de Qu’est-ce que la littérature ?, la partie finale qui occup (...)

3Cette précipitation dans le présent – un “monde en fusion”9 –, dont on retrouverait l’écho dans le concept de “situation” qui rejaillit de sa philosophie, qui traverse son œuvre littéraire et que sa réflexion critique sur la littérature a en quelque sorte opérationnalisé pour la littérature sous la forme d’une vision totalisante de l’engagement littéraire, constitue un point important pour saisir les enjeux contemporanéistes des articles parus dans Les temps modernes en 194710. Si le modèle sartrien traverse les époques, qu’on l’embrasse ou qu’on s’en éloigne, il faut peut-être souligner que cela est dû à sa rare capacité à penser le contemporain, le rapport de l’écrivain à son temps, sa capacité de témoignage et de critique, avec force et originalité dans un domaine français en perpétuelle mutation mais où le poids du patrimoine constitue un tropisme national qui tourne souvent la critique littéraire vers le passé. Pour autant, cette conception ne s’intéresse guère aux questions d’identité de genre quoiqu’elle n’ignore pas les déterminants de classe.

  • 11 Benoît Denis, Littérature et engagement de Pascal à Sartre, Paris, Seuil, 2000.
  • 12 Daniel Vander Gucht, L’expérience politique de l’art : retour sur la définition de l’art engagé, Br (...)
  • 13 Dominique Viart, Bruno Vercier et Franck Évrard, La littérature française au présent. Héritage, mod (...)
  • 14 Chloë Chaudet, “L’engagement littéraire contemporain ou la dénonciation d’un inacceptable : élément (...)
  • 15 Voir Jérôme Meizoz, “Annie Ernaux, une politique de la forme”, Versants : revue suisse des littérat (...)
  • 16 Nelly Wolf, Proses du monde. Les enjeux sociaux des styles littéraires, Lille, Septentrion, 2014 ; (...)
  • 17 Jérôme Meizoz, Postures littéraires. Mises en scènes modernes de l’auteur, Genève, Slatkine, 2007.
  • 18 Bruno Blanckeman, “De l’écrivain engagé à l’écrivain impliqué. Figures de la responsabilité littéra (...)
  • 19 Justine Huppe, La littérature embarquée, Paris, Amsterdam, 2023.

4Dans un sens plus large, l’engagement recouvre le rôle social et les responsabilités des écrivains depuis le nouage du littéraire et du politique qui sous-tend la modernité11. La critique conçoit encore aujourd’hui fréquemment les formes prédominantes de l’engagement contemporain en fonction de leur adéquation à manifester des idéaux-types12, notamment par un travail incontournable de dénonciation, sans quoi toute dimension politique de l’engagement contemporain serait vide. Si de “nouvelles formes d'intervention sociale de la littérature”13 émergent comme des marqueurs spécifiques du contemporain, de grandes formes de parole active sont aussi cernées comme des modalités proprement contemporaines, telles que la mise en accusation, le décalage ironique, ou le témoignage polémique14. On parle, dans une compréhension moins intense de l’effet polémique des œuvres, de la “responsabilité de la forme”15 et des enjeux sociaux inhérents à la prise de parole dans sa dimension instituante16 ou construite par l’auteur.e17. Enfin, dans une critique spécifiquement conçue à partir des œuvres contemporaines, Blanckeman développe autour de l’“implication” une pensée de la relation située entre l’écrivain individuel et sa société qui apporte des qualifications importantes au modèle sartrien18. Alors que Justine Huppe explicite les conditions de la “littérature embarquée” qui souligne les effets concrets des déterminants socio-politiques du contexte néolibéral auquel nul contemporain ne saurait se soustraire19.

Autour de l’agentivité

  • 20 Judith Butler, “Performative Acts and Gender Constitution: An Essay in Phenomenology and Feminist T (...)
  • 21 Helga Druxes, Resisting Bodies: The Negotiation of Female Agency in Twentieth-Century Women’s Ficti (...)
  • 22 Rita Felski, Beyond Feminist Aesthetics : Feminist Literature and Social Change, Cambridge, Mass., (...)
  • 23 Susan Hekman, “Subjects and Agents: The Question for Feminism”, dans Judith Kegan Gardiner (dir.), (...)
  • 24 Patricia Mann, Micro-Politics: Agency in a Postfeminist Era, Minneapolis, University of Minnesota P (...)
  • 25 Judith Butler, The Psychic Life of Power: Theories in Subjection, Stanford, Stanford University Pre (...)
  • 26 Patricia Mann, op. cit., p. 14, nous traduisons.
  • 27 Helga Druxes, op. cit., p. 9.

5Si la question de l’engagement au sens large suscite un regain d’intérêt chez les critiques littéraires français depuis les années 2000, il n’en reste pas moins que plusieurs théoriciennes et philosophes œuvrant principalement en Amérique du Nord s’étaient déjà penchées sur la question de l’agentivité depuis la fin des années 1980, tant sur ses conditions d’émergence que sur ses effets ou sur les formes et limites de son déploiement. Ces chercheures féministes – Judith Butler20, Helga Druxes21, Rita Felski22, Susan Hekman23 et Patricia Mann24, entre autres – ont proposé de nouvelles conceptions de l’engagement, ayant recours à des expressions comme “agentivité” ou “puissance d’agir” (traductions françaises du terme anglais agency). Leur objectif principal a été de développer des théories de l’agentivité susceptibles d’expliquer les possibilités d’action à l’époque actuelle, où le sujet semble saisi dans un état de sujétion25, empêtré dans les institutions et les discours qui le créent et l’encerclent. Afin d’atteindre ce but, ces théoriciennes ont interrogé le pouvoir et les moyens requis pour faire advenir des changements sociaux dont elles constataient le besoin urgent, vu la persistance des injustices causées par le patriarcat qui conserve sa force de contrôle jusqu’à ce jour. D’après elles, l’important n’est pas de se contenter de la seule prise de conscience des inéquités, mais d’agir de façon significative par la suite en dépit des obstacles et des limites inhérentes à sa situation. D’où la définition du concept d’agentivité qu’avance Mann : le terme “fait référence aux actions, jugées signifiantes, effectuées par un individu ou par un groupe, à l’intérieur d’un cadre social ou institutionnel particulier”26. Conçue comme le modus operandi du sujet27, l’agentivité suppose une interaction entre la société et le sujet, dans laquelle ce dernier vise à provoquer des mutations sur le plan des normes et des contraintes.

  • 28 Telle est l’approche qu’adopte Helga Druxes dans son analyse de l’agentivité dans des textes de Jea (...)

6Qu’en est-il du déploiement et de la représentation de l’engagement et de l’agentivité dans les textes littéraires récents de langue française ? Tout d’abord, l’acte même d’écrire afin de mettre en évidence des injustices ou de revendiquer des changements sociaux constitue en soi une forme d’agentivité scripturale, ce qui est évident dans certains récits contemporains portant entre autres sur un trauma personnel (la violence familiale chez Chloé Delaume et Édouard Louis, le viol chez Danièle Sallenave, la maladie chez Geneviève Brisac et Annie Ernaux). Ces représentations littéraires donnent l’occasion aux auteur.es de contester les normes, notamment celles relatives au genre sexuel, qui régissent leur vie. Effectivement, le discours littéraire s’avère une forme d’agentivité puissante qui parvient à articuler et à dénuder les contraintes et les mentalités, autant antérieures qu’actuelles, qui régissent à la fois les normes sociales et les attitudes du lectorat. En ce qui concerne l’inscription de l’agentivité dans le texte littéraire, l’étude des personnages et de leurs actions constitue une piste fructueuse d’analyse28. Tel ou tel personnage témoigne-t-il d’une prise de conscience qui l’incite à agir afin d’améliorer son sort ou celui de la communauté à laquelle il appartient ? Ou fait-il une critique des normes sociales qui oppriment les membres d’un certain groupe afin de changer les enjeux du pouvoir ? Une analyse des actions composant la trame événementielle du texte est donc susceptible de révéler leurs conséquences éthiques et politique.

  • 29 Alexandra Makowiak, “Paradoxes philosophique de l’engagement”, dans Emmanuel Bouju (dir.), L’engage (...)
  • 30 Judith Butler, The Psychic Life of Power: Theories in Subjection, op. cit., p. 11, nous traduisons.
  • 31 Ibid., p. 12, nous traduisons.
  • 32 Judith Butler, Gender Trouble: Feminism and the Subversion of Identity, New York/Londres, Routledge (...)
  • 33 Ibid., p. 148.
  • 34 À ce propos, voir Barbara Havercroft, “Lorsque le sujet devient agent : écriture et engagement chez (...)
  • 35 Judith Butler, Gender Trouble: Feminism and the Subversion of Identity, op. cit., p. 145, nous trad (...)

7Encore importe-t-il de constater que l’engagement et l’agentivité s’inscrivent à même la textualité, se manifestant dans l’emploi des stratégies et formes discursives, au-delà de la seule représentation des personnages et de leurs actions. Comme l’affirme Alexandra Makowiak, “[l]’engagement est étroitement lié à l’action, mais aussi à la parole : l’engagement se dit, et c’est en se disant qu’il existe; il se signe, se déclare, se formalise dans une parole”29. Au sein des théories anglophones de l’agentivité, c’est peut-être la philosophe Judith Butler qui offre l’analyse la plus pertinente de la relation entre la puissance d’agir et le discours. D’après Butler, l’agentivité prend racine dans un état d’assujettissement, puisque le sujet est pris dans un réseau de discours matriciels et d’institutions qui, paradoxalement, le créent : “Aucun individu ne devient sujet sans d’abord être assujetti”, sans être “un effet”30 de cette même sujétion qui l’engendre. Face à cet assujettissement commun, comment le sujet parvient-il à agir ? En réponse à cette question, Butler propose que le pouvoir qui détermine et assujettit le sujet lui octroie par là même les moyens discursifs nécessaire pour agir : “Comment se fait-il que le pouvoir dont dépend le sujet pour exister et qu’il est forcé de répéter se retourne contre lui-même lors de cette réitération ? Comment penser la résistance sous l’angle de la réitération”31 ? Cette notion de répétition est absolument primordiale dans la théorie de Butler et en constitue la pierre angulaire. En effet, c’est par sa reprise du même discours qui l’assujettit que le sujet devient un agent capable de critiquer le langage qui l’emprisonne ou de le resituer dans un nouveau contexte où il est susceptible d’engendrer de nouvelles significations. De plus, la définition même de l’agentivité chez Butler dépend de l’acte performatif de répétition qui donne au sujet la possibilité d’une intervention critique : “toute signification résulte de la nécessité de répéter : l’agentivité est donc à situer dans la variation de cette répétition”32. Il ne s’agit pas simplement de répéter les normes contraignantes qui pèsent sur le sujet, mais de les déplacer par le type de répétition en question33. Si on applique cette notion de répétition critique au discours littéraire34, on constate que c’est l’emploi de procédés discursifs d’ordre itératif – l’intertextualité, la citation, le cliché, le lieu commun, la métatextualité et le stéréotype, pour ne nommer que ceux-là – qui constituent des moteurs, voire des “outils”35 d’agentivité et d’engagement scripturaux chez les autrices et les auteurs gays.

Présentation du dossier

8Aurore Turbiau ouvre le dossier en se penchant sur un point aveugle dans l’histoire de l’engagement littéraire dans les contextes français et québécois : en l’occurrence la floraison des textes féministes des années 1969-1985 qui ont à la fois transformé les traditions de l’engagement et proposé de nouvelles conceptions des liens entre littérature et politique. En faisant référence à un grand nombre d’écrivaines féministes françaises et québécoises (Monique Wittig, Hélène Cixous, Françoise d’Eaubonne, José Yvon, Nicole Brossard, Louky Bersianik, Madeleine Gagnon et France Théoret, entre autres), Turbiau explore leur bouleversement des rapports entre “situation” et énonciation. En effet, ces autrices féministes ont dû “se situer” comme sujets d’écriture dans un contexte où tout concourait à les empêcher d’accéder à un tel statut. Pour devenir des sujets de langage, comme le montre Turbiau, elles ont produit des textes engagés et avant-gardistes qui témoignent d’une recherche formelle soutenue et d’un militantisme puissamment exprimé. L’article se termine par le plaidoyer pour un dialogue plus développé entre les traditions francophone et anglophone des théories de l’engagement (et de l’agentivité, dans le contexte anglophone), qui relèvent de deux courants de recherche distincts.

9Les thèmes du patriarcat et de la masculinité sont au cœur de l’article de Thomas Ayouti, qui analyse en profondeur les manifestations textuelles de violence paternelle dans le roman L’amant des morts de Mathieu Riboulet. Se servant de multiples réflexions tirées des théories queer, des études féministes, des écrits sur l’agentivité et du domaine des Masculinity Studies, Ayouti part de l’hypothèse que les désirs homosexuels sont en partie façonnés par le patriarcat. Il examine d’abord deux formes de violence paternelle dans le roman : l’inceste que subit le personnage principal Jérôme aux mains de son père brutal puis l’homophobie cruelle dont témoigne le père de Fabrice à l’égard de son fils, atteint du sida. Dans un deuxième temps, Ayouti s’intéresse à la représentation de la masculinité dans L’amant des morts, où dominent des stéréotypes de la virilité, associés à la brutalité et à la classe ouvrière. Comme il le souligne, l’agentivité du roman se situe sur quelques plans complémentaires : si le roman dans son entier constitue une critique acerbe du patriarcat et de l’homophobie, l’évolution du personnage de Jérôme montre une agentivité certaine, puisqu’il parvient à dépasser les agressions incestueuses du père, à satisfaire ses propres désirs et même à prodiguer des soins à d’autres personnages souffrant du sida.

10Dans son étude de l’œuvre “antiautobiographique” de Constance Debré, rachel lamoureux s’appuie sur la critique de la société phallocratique qui encadre les femmes, leur expression de genre et leur expression tout court, qui les cantonne dans des espaces, des attentes et des rôles professionnels et familiaux. Elle s’attache à cerner les thèmes et les stratégies qu’emploie Debré pour démanteler les institutions normatives de l’identité de genre. Désignant le texte Love Me Tender comme hétérotopie, l’article situe le mélange des genres littéraires qu’il adopte tout comme la portée critique que lui confère l’intégration de l’essai et du commentaire critique. Lamoureux relie les stratégies littéraires à la revendication de l’identité lesbienne qui signale un tournant dans l’œuvre et dans la vie de Debré pour échapper à la tutelle symbolique et concrète du patriarcat.

11Investissant la réflexion sur les formes intermédiales et multimédiales de la création autobiographique, Alessandra Ferraro et Valeria Sperti abordent les pratiques photographiques sous l’angle du rapprochement entre texte et image dans le contexte postcolonial. Les traces de la mémoire personnelle et le travail des femmes photographes qui cultivent les techniques du palimpseste et de la stéréoscopie, auxquelles s’ajoute l’insertion de broderie dans les photos, resémiotisent le cliché documentaire traditionnel, avec une charge critique percutante dans le contexte colonial. De la même manière, lorsque des auteures telles que Cardinal, Sebbar ou Cixous s’emparent de l’image photographique, c’est aussi pour aller creuser dans le doute mémoriel du passé familial et colonial, scrutant et investissant des zones sombres de l’histoire personnelle et de l’héritage familial problématique avec des tonalités variables chez les trois auteures.

12Se basant sur la notion de “savoir situé”, Mathilde Savard-Corbeil étudie aussi les procédés d’hybridation et les étend à la réflexion autothéorique qui traverse l’essai que Gwenaëlle Aubry consacre à Niki de Saint Phalle. Mêlant les souvenirs personnels et l’expérience des œuvres dans l’espace parisien, Aubry tisse aussi sa propre histoire à travers l’analyse de l’œuvre de Saint Phalle. Savard-Corbeil montre ainsi le potentiel de résistance de l’autothéorie aux formes plus lisses et linéaires de la mise en récit biographique, conduisant Aubry à valoriser des modes alternatifs de partage de la connaissance, de critique artistique et de construction du sujet autobiographique. Aubry propose alors de penser la vie d’une femme, son rapport à la création, à travers celle d’une autre femme, exhaussant l’intime et la communauté d’expérience en une forme de “féminisme de positionnement”.

13L’article de Julia Ori propose un rapprochement intéressant entre les travaux sur l’agentivité et ceux de l’implication conduits par Bruno Blanckeman. Il vise à montrer la science-fiction comme un genre littéraire qui subvertit les codes de genre (symboliques et grammaticaux) à partir de l’exemple d’Élisabeth Vonarburg. Les jeux discursifs sur le genre et les marquages de la phraséologie et des stéréotypes genrés archivés par la langue française sont des moyens puissants d’explorer les rôles normatifs du genre et leur arbitraire subreptice mais relatif, au-delà de la subversion des rôles au niveau du personnage et de la société contre-utopique qui collabore à l’étrangeté cognitive cultivée par le genre de la science-fiction. S’inscrivant résolument par sa riche intertextualité dans le corpus des œuvres de la science-fiction féministe, le roman de Vonarburg s’empare de la critique du binarisme de genre pour exercer en retour un regard acéré sur les normes du genre contemporain.

14Comparant et contrastant les stratégies critiques déployées par Constance Debré et Édouard Louis à l’égard des assignations de classe et de l’expression identitaire, Clara Zgola contextualise les pratiques des deux auteur.es dans la riche réflexion de la théorie queer récente, établissant ainsi des liens herméneutiques particulièrement utiles pour mieux situer leur posture dans le champ français. Zgola ne manque pas de relier les stratégies textuelles au positionnement médiatique très public des deux auteur.es afin de sonder l’engagement littéraire de Louis et de Debré.

15Les articles de Julie Gaillard et d’Hannah Volland, qui viennent clore la section “Études” de notre dossier, portent tous deux sur le déploiement de l’agentivité dans des récits autobiographiques d’abus sexuel. Pour sa part, Julie Gaillard analyse les stratégies pronominales dans Mémoire de fille d’Annie Ernaux et Le consentement de Vanessa Springora, deux textes qui traitent de l’expérience d’abus sexuel que les autrices ont vécue pendant leur adolescence et qui posent dans toute sa complexité la question épineuse du consentement. Dans les deux cas, l’adulte abuseur place l’adolescente en position de destinataire, en celle d’un “tu” muet, la privant ainsi de la possibilité de redevenir “je” et l’enfermant dans une atemporalité traumatique. Une véritable dépossession du sujet résulte de cette imposition de la langue de la sexualité adulte, une dissolution du moi caractérisée par l’abjection. Si Ernaux recourt à une oscillation déictique entre le “je” de la narratrice et le “elle” de l’adolescente pour “désincarcérer” la fille victime d’abus, Springora se sert du pronom “je” tout au long de son récit, posant la jeune adolescente comme sujet de sa propre énonciation. Comme le souligne Gaillard, il s’agit dans les deux récits d’une écriture adressée : le texte d’Ernaux débute par une section où intervient la deuxième personne du pluriel, un “vous” dont le référent est à la fois la jeune fille du passé et le-la lecteur-rice. Vers la fin du récit de Springora, le “je” narratorial s’engage dans un dialogue avec un “tu” qui renvoie à une autre victime du même pédocriminel, créant ainsi un “nous” sororal relevant de ce que Gaillard appelle “une agentivité transpersonnelle”. Il est question dans les deux textes d’une agentivité féministe qui vise tant la réparation du sujet injurié que la dénonciation politique et éthique de l’asymétrie de l’imaginaire hétérosexuel français.

16Dans son article, Hannah Volland se penche elle aussi sur Mémoire de fille d’Annie Ernaux, mais d’une toute autre perspective : celle de l’autothéorie, un terme récemment proposé par Lauren Fournier pour faire référence à des œuvres autobiographiques qui comportent des dimensions théoriques et philosophiques importantes, faisant de l’expérience vécue une source de savoir. D’après Volland, il s’agit dans Mémoire de fille d’une agentivité autothéorique constituée entre autres des multiples renvois intertextuels littéraires, cinématographiques et philosophiques qui incitent la narratrice à faire une relecture critique de son passé. Volland examine de près le fonctionnement et la signification de trois intertextes principaux du récit ernausien : le renvoi au film Wanda de la réalisatrice Barbara Loden, qui permet à Ernaux de s’identifier à l’héroïne du film, car les deux vivent une dissolution de soi commune ; la citation du roman Poussière de l’autrice Rosamond Lehmann, qui met en relief, tout comme Ernaux, l’absence de signification du traumatisme, ainsi que son indicibilité ; et enfin, la référence au Deuxième sexe de Simone de Beauvoir, un texte clé pour Ernaux qui suscite chez elle différentes réflexions d’ordre féministe. L’écriture ernausienne s’avère “un outil de réflexion critique et théorique sur le monde”, muni d’une visée collective et d’une agentivité féministe.

17Dans l’entretien qu’elle accorde à Barbara Havercroft, l’écrivaine québécoise Louise Dupré revient sur le rôle capital que joue l’agentivité dans sa vie et dans ses textes littéraires. Après une discussion de certaines de ses collaborations avec d’autres féministes au Québec, l’autrice aborde le sujet du déploiement de l’agentivité dans son œuvre. L’engagement se manifeste non seulement dans son exploration littéraire du rapport à l’autre, en particulier celui entre mère et fille, mais aussi dans sa représentation des enjeux sociaux en dehors de la sphère intime de la famille et du couple. En effet, Dupré fait de la littérature une protestation indignée contre la violence et la barbarie, ainsi qu’une tentative de sonder et de comprendre les injustices du monde. Face aux inégalités sociales, aux guerres, aux changements climatiques et à d’autres problèmes graves de notre époque actuelle, Dupré insiste sur l’importance du lien entre la joie et l’agentivité, puisque la joie est à la fois “une éthique à transmettre à ceux et celles qui nous suivent” et “une force de résistance”.

18Dans sa Carte blanche, l’écrivaine engagée Catherine Mavrikakis explore les rapports entre la vieillesse, l’identité queer, les affects négatifs et l’avenir. Ce texte qui est lui-même sans genre précis, jouant sur les frontières de la fiction et de l’essai, montre que le trouble dans le genre perdure bien au-delà de l’âge de la reproduction. Mavrikakis se demande comment on peut envisager l’avenir quand on est une vieille personne et pose la question pertinente suivante : “un engagement envers le monde et son avenir est-il possible hors de la pensée hétéronormative du futur” ? En prenant le personnage de la vieille mère Moumou comme point de départ et comme fil conducteur, Mavrikakis convoque plusieurs textes littéraires et théoriques dans sa tentative de trouver une réponse à cette question fondamentale.

19Enfin, sous la rubrique Relire, Michel Murat rouvre un roman du milieu populaire, Les petits enfants du siècle (1961) de Christiane Rochefort, pour y saisir les enjeux de représentation du genre et de la sexualité féminine. L’étude du point de vue et de la voix – dans une tonalité gouailleuse, parfois fantaisiste, mais pas populo – donne un mordant particulier à la relecture de Rochefort quant à la peinture de la famille, des structures sociales et familiales, de la vie dans les cités, voire des années soixante globalement. Murat souligne que l’intérêt et le plaisir que procure le roman réside dans sa perspective quasi documentaire et juste sur les familles ouvrières de l’époque : toute dénuée de vulgarité, elle ne verse pas pour autant dans l’analyse sociologique ni dans la rancœur envers les injustices sociales systémiques.

Haut de page

Note de fin

1 Les textes recueillis dans Qu’est-ce que la littérature ? paraissent d’abord dans Les temps modernes entre février et juillet 1947. Voir Jean-Paul Sartre, Situations, II. Littérature et engagement, Paris, Gallimard, 1975 [1948].

2 René Étiemble, Hygiène des lettres II. Littérature dégagée 1942-1953, Paris, Gallimard, 1955.

3 Voir Sylvie Servoise, Le roman face à l’histoire. La littérature engagée en France et en Italie dans la seconde moitié du XXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011 ; Thierry Jacques Laurent, Le roman français au croisement de l’engagement et du désengagement (XXe-XXIe siècles), Paris, L’Harmattan, 2015.

4 Maxence Caron, De l’art comme résistance à l’implication politique. Situation et principe de l'’art, Paris, Séguier, 2015. Stéphane Giocanti, Une histoire politique de la littérature de Victor Hugo à Richard Millet, Paris, Flammarion, 2009 <Champs histoire>.

5 Michel Foucault, “L’intellectuel et les pouvoirs [mai 1981]”, dans Daniel Defert, François Ewald et Jacques Lagrange (dir.), Dits et écrits II, Paris, Gallimard, 1994, p. 1566-1571.

6 Voir Denis Hollier, Politique de la prose. Sartre et l’an quarante, Paris, Gallimard, 1982, <Le chemin>. Gerald Prince a signé un compte-rendu développé et mesuré de l’ouvrage : “Sartre Resartus”, Diacritics, vol. 14, nº 4, hiver 1984, p. 2-8. Disponible sur : <https://www.jstor.org/stable/465047>.

7 Voir les développements sur la place centrale de la “solidarité” dans la pensée activiste de Sartre dans Yvan Saltzmann, Sartre et l’authenticité : vers une éthique de la bienveillance réciproque, Genève, Labor et Fides, 2000, <Le champ éthique>, p. 91-92.

8 Patrick Vauday, “Entretien avec Denis Hollier”, Rue Descartes, vol. 1, nº 47, 2005, p. 99, disponible sur : <https://www.cairn.info/revue-rue-descartes-2005-1-page-80.htm>.

9 Jean-Paul Sartre, Situations, II, op. cit., p. 229.

10 On a peu observé qu’une grande partie de Qu’est-ce que la littérature ?, la partie finale qui occupe plus du tiers du recueil sous le titre “Situation de l’écrivain en 1947”, est en fait une leçon d’histoire littéraire sur les générations littéraires du XXe siècle.

11 Benoît Denis, Littérature et engagement de Pascal à Sartre, Paris, Seuil, 2000.

12 Daniel Vander Gucht, L’expérience politique de l’art : retour sur la définition de l’art engagé, Bruxelles, Impressions nouvelles, 2014.

13 Dominique Viart, Bruno Vercier et Franck Évrard, La littérature française au présent. Héritage, modernité, mutations, Paris, Bordas, 2005, p. 252.

14 Chloë Chaudet, “L’engagement littéraire contemporain ou la dénonciation d’un inacceptable : éléments pour une poétique transculturelle”, Thèse de doctorat, Paris IV, 2014. Sa thèse a donné lieu à Écritures de l’engagement par temps de mondialisation, Paris, Classiques Garnier, 2016.

15 Voir Jérôme Meizoz, “Annie Ernaux, une politique de la forme”, Versants : revue suisse des littératures romanes, nº 30, 1996, p. 45-61 ou, plus récemment, Alexandre Gefen, “Responsabilités de la forme. Voies et détours de l’engagement littéraire contemporain”, dans Emmanuel Bouju (dir.), L’engagement littéraire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, p. 75-84.

16 Nelly Wolf, Proses du monde. Les enjeux sociaux des styles littéraires, Lille, Septentrion, 2014 ; Dominique Maingueneau, Trouver sa place dans le champ littéraire. Paratopie et création, Louvain-la-Neuve, Academia, 2016. Cette vision active de la prise de parole se retrouve lumineusement illustrée dans les entretiens récents de Ken Loach et Édouard Louis, Dialogue sur l’art et la politique, Paris, PUF, 2021, <Des mots>.

17 Jérôme Meizoz, Postures littéraires. Mises en scènes modernes de l’auteur, Genève, Slatkine, 2007.

18 Bruno Blanckeman, “De l’écrivain engagé à l’écrivain impliqué. Figures de la responsabilité littéraire au tournant du XXIe siècle”, dans Catherine Brun et Alain Schaffner (dir.), Des écritures engagées aux écritures impliquées. Littérature française (XXe-XXIe siècles), Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2015, p. 161-169 et “Annie Ernaux : une écriture impliquée”, dans Pierre-Louis Fort et Violaine Houdart-Mérot (dir.), Annie Ernaux : un engagement d’écriture, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2015, p. 125-131.

19 Justine Huppe, La littérature embarquée, Paris, Amsterdam, 2023.

20 Judith Butler, “Performative Acts and Gender Constitution: An Essay in Phenomenology and Feminist Theory”, Theatre Journal, vol. 40, nº 4, décembre 1988, p. 519-531, disponible sur : <http://www.jstor.org/stable/320789>. ; Gender Trouble : Feminism and the Subversion of Identity, New York, Routledge, 1990 ; Bodies That Matter: On the Discursive Limits of “Sex”, New York, Routledge, 1993 ; Excitable Speech: A Politics of the Performative, New York, Routledge, 1997 ; The Psychic Life of Power: Theories in Subjection, Stanford, Stanford University Press, 1997 ; et Undoing Gender, New York, Routledge, 2004.

21 Helga Druxes, Resisting Bodies: The Negotiation of Female Agency in Twentieth-Century Women’s Fiction, Detroit, Wayne State University Press, 1996.

22 Rita Felski, Beyond Feminist Aesthetics : Feminist Literature and Social Change, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1989.

23 Susan Hekman, “Subjects and Agents: The Question for Feminism”, dans Judith Kegan Gardiner (dir.), Provoking Agents: Theorizing Gender and Agency, Urbana, University of Illinois Press, 1995, p. 194-207 ; Moral Voices, Moral Selves: Carol Gilligan and Feminist Moral Theory, University Park, Pennsylvania State University Press, 1995.

24 Patricia Mann, Micro-Politics: Agency in a Postfeminist Era, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1994.

25 Judith Butler, The Psychic Life of Power: Theories in Subjection, Stanford, Stanford University Press, 1997.

26 Patricia Mann, op. cit., p. 14, nous traduisons.

27 Helga Druxes, op. cit., p. 9.

28 Telle est l’approche qu’adopte Helga Druxes dans son analyse de l’agentivité dans des textes de Jean Rhys, de Marguerite Duras, de Margaret Drabble et de Monika Maron, où l’accent porte sur la représentation des personnages féminins, leurs actions et leurs corps. Voir Helga Druxes, op. cit.

29 Alexandra Makowiak, “Paradoxes philosophique de l’engagement”, dans Emmanuel Bouju (dir.), L’engagement littéraire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, p. 24.

30 Judith Butler, The Psychic Life of Power: Theories in Subjection, op. cit., p. 11, nous traduisons.

31 Ibid., p. 12, nous traduisons.

32 Judith Butler, Gender Trouble: Feminism and the Subversion of Identity, New York/Londres, Routledge, 1990, p. 143, nous traduisons.

33 Ibid., p. 148.

34 À ce propos, voir Barbara Havercroft, “Lorsque le sujet devient agent : écriture et engagement chez Annie Ernaux”, dans Pierre-Louis Fort et Violaine Houdart-Mérot (dir.), Annie Ernaux : un engagement d’écriture, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2015, p. 81-88, et “Autobiographie et agentivité : répétition et variation au féminin”, dans Jean-François Hamel, Barbara Havercroft et Julien Lefort-Favreau (dir.), Politique de l’autobiographie : engagements et subjectivités, Montréal, Nota bene, 2017, p. 265-284.

35 Judith Butler, Gender Trouble: Feminism and the Subversion of Identity, op. cit., p. 145, nous traduisons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Barbara Havercroft et Pascal Michelucci, « Politiques du genre et engagement : introduction »Revue critique de fixxion française contemporaine [En ligne], 27 | 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 29 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/fixxion/13463 ; DOI : https://doi.org/10.4000/fixxion.13463

Haut de page

Auteurs

Barbara Havercroft

University of Toronto

Articles du même auteur

Pascal Michelucci

University of Toronto

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search