Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18ÉtudesL’écriture de terrain de Lamia Zadé

Études

L’écriture de terrain de Lamia Zadé

Isabelle Bernard

Résumé

Cet article s’intéresse au thème de l’histoire revisitée dans les écritures de terrain d’auteurs contemporains et propose un parcours dans les trois romans graphiques de Lamia Ziadé, une artiste libanaise, née en 1968, installée en France. Suivant un plan tripartite, il scrute d’abord l’esthétique hybride, picturale et scripturale, de l’artiste mise en œuvre dans Bye Bye Babylone (2010), Ô nuit, Ô mes yeux (2015) et Ma très grande mélancolie arabe (2017) qui consiste globalement en allers et retours entre le terrain et la bibliothèque ; il cerne ensuite son approche historienne plus qu’historique, décalée et personnelle, des grands événements autant que des personnalités du XXe siècle au Moyen-Orient et s’attache enfin au devoir de mémoire qui sous-tend les récits illustrés, en particulier à travers une tentation autobiographique doublée d’un engagement politique de l’auteure.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Une pomme à la mer. Narcisse de marbre.

Papillon de pierre. Beyrouth.1

1Les écritures de terrain qui constituent aujourd’hui un corpus nouveau et polymorphe illustrent la dimension heuristique de la littérature en repensant le rapport au savoir, particulièrement le rapport à l’Histoire. De même que les succès de la dernière rentrée romanesque qui, de L’art de perdre d’Alice Zeniter2 à La disparition de Josef Mengele (Prix Renaudot 2017) d’Oliver Guez3 en passant par Taba-Taba de Patrick Deville4, traitent de la conflictualité mondiale, du nazisme ou du colonialisme, l’attribution du Prix Goncourt 2017 à L’ordre du jour d’Éric Vuillard5 témoigne de la porosité entre la littérature d’aujourd’hui et l’histoire du siècle passé.

2Afin d’expliciter cet engouement des écrivains contemporains pour l’Histoire, nous scruterons le fonctionnement interne d’une œuvre naissante, celle de Lamia Ziadé6. Née en 1968, cette artiste7 libanaise installée en France ‒ par ailleurs éditée8 par de grandes maisons parisiennes (Denoël, Seuil et P.O.L.) ‒ a publié trois œuvres originales associant des textes et des peintures qui puisent dans la culture arabe pour, avec grâce et gravité, raconter les mutations du Moyen-Orient. Dans Bye bye Babylone9, elle met ainsi en scène ses souvenirs d’enfance dans son pays natal et illustre les quatre premières années du conflit libanais ; dans Ô nuit, ô mes yeux10, elle entremêle sur le mode de l’anecdote une foule de détails pour retracer le destin des plus célèbres artistes de l’âge d’or de la scène arabe du milieu du XXe siècle, notamment celui des chanteuses égyptiennes et libanaises ; enfin, dans Ma très grande mélancolie arabe. Un siècle au Proche-Orient11, selon un parti-pris plus militant, elle tresse des interrogations sur la violence et la haine, la mémoire, l’héritage et l’identité, à des gouaches représentant avec force symboles le monde arabe dans sa pluralité et ses paradoxes, de l’Antiquité à 197912, du Maroc à l’Irak.

3Selon un plan triaxial, nous expliciterons l’écriture de terrain de Lamia Ziadé dans ce qu’elle a de singulier : il s’agira d’abord de cerner le modus operandi de ses romans graphiques ; ensuite d’analyser le passage du terrain au texte qui valorise une thématique majeure : la relecture de l’histoire récente du Moyen-Orient ; et enfin d’appréhender les principaux rôles dévolus à cette pratique artistique, du droit d’inventaire au devoir de mémoire.

Les terrains du jeu littéraire de Lamia Ziadé

4Même si elle récuse d’emblée son appellation trop flexible au profit de celle de récit illustré pour définir ses œuvres, Lamia Ziadé s’est incontestablement approprié certains éléments définitoires du roman graphique13 pour en proposer un dépassement. Il faut dire que le genre est nouveau et d’une telle souplesse qu’il se dérobe aisément aux définitions et aux catégories : l’apparition de l’expression en France, traduction littérale du terme anglo-saxon graphic novel inventé par Richard Kyle en 196414, est avant tout ancrée dans une histoire globale de la bande dessinée cependant que le roman graphique dans sa revendication esthétique s’est affranchi des cases, des phylactères, du nombre précis de pagination, de la couverture rigide et du format déterminé du récit bédéique. Malgré les proximités existant encore entre les deux genres, c’est surtout la place de l’auteur qui induit une perception du roman graphique comme un produit littéraire, précisément comme une littérature visuelle qui apparaît désormais dans les catalogues des grandes maisons d’édition généralistes15, et non plus comme une bande dessinée16.

5C’est de ce renouveau qu’est née l’écriture de terrain de Ziadé : la fusion entre une forme narrative très dense et la symbolique d’un dessin à la gouache aux tenants expressionnistes l’orientent définitivement hors des codes traditionnels. Personnelles et intimistes, les trois œuvres de Ziadé sont axées sur un reportage réalisé en particulier dans le Liban qui a émergé de la guerre et qui en porte encore les stigmates. La recherche de témoins survivants ou de réceptacles d’une parole vive, la quête hasardeuse de traces matérielles, archéologiques, du passé choisi pour cible, les errements sur les lieux des événements ou dans l’improbable masse de documents archivés par les bibliothèques et les bases de données, parmi d’autres écueils physiques qui pourraient constituer des limites restrictives, deviennent les principaux atouts du projet de la plasticienne qui confie17 que Ma très grande mélancolie arabe lui a demandé cinq ans de travail. Son appréhension du récit visuel repose en effet sur une base non négligeable de recherches livresques18, d’enquêtes sociologiques ou d’entretiens journalistiques et ses modes d’investigation coïncident parfois avec ceux des chercheurs en sciences sociales ; en cela, sa démarche s’apparente aux littératures de terrain étudiées par Dominique Viart19 qui constituent une constellation allant des non-fiction novel, narrative non-fiction, creative non-fiction anglo-saxons aux narrations documentaires, œuvres documents20 et factographies21 francophones. Attachées à des données de la réalité immédiate, les productions de Lamia Ziadé ont développé un rapport nouveau au réel historique et se situent “aux antipodes du mixte de fiction et d’Histoire que proposait le roman historique […] l’Histoire fait désormais l’objet d’approches plus archéologiques, qui privilégient le récit de l’enquête documentaire menée dans les archives sur la restitution fictionnalisée d’époques et d’événements”22. Préalablement à la rédaction, l’artiste consigne croquis et émotions dans un carnet de route qu’elle emporte lors de ses déplacements. Une carte des principales villes du Moyen-Orient visitées (d’Alexandrie à Téhéran) reprend les étapes des récits de voyage “Vers le sud” et “Retour à Beyrouth” (MA 405). Au Liban, Ziadé s’est rendue à Saïda, au château de Beaufort, au camp de Khiam, à Cana…

6Le texte narre les marches recueillies qu’elle a effectuées au cimetière de Chatila attenant au camp de réfugiés palestiniens installé à Beyrouth depuis 1948 (MA 186-190) qui, en 1982, connut un massacre sanglant23 demeuré dans toutes les mémoires24 (MA 370-376). Le “cimetière paradis” de Tyr dans le sud du pays qui rassemble des tombeaux phéniciens et des nécropoles romaines (MA 50-56) est cependant le premier lieu de mémoire mis en exergue par Lamia Ziadé. Sous le charme de cet endroit à la nature luxuriante, l’artiste a retrouvé un peu du Liban paradisiaque aux paysages majestueux d’avant-guerre.

C’est un cimetière au soleil, il descend doucement vers la mer, à la pointe de Tyr, entre deux champs de vestiges antiques. Un cimetière où poussent en anarchie figuiers, lauriers, grenadiers, palmiers, roseaux, colonnes romaines et chapiteaux. Y fleurissent littéralement des tombes de martyrs tombés au combat, ou celles de familles entières fauchées sous les bombardements israéliens […] (MA 11)

7Séjournant au Caire, à Beyrouth, à Damas et à Jérusalem, elle a pu peindre d’autres cimetières25 pour dire sa mélancolie du présent, les uns avec leurs sépultures mythiques, les autres avec leurs fosses communes. Elle s’est attardée ici, sur les mausolées (MA 114,191-199) et les cercueils (celui de Nasser, le Raïs égyptien de 1954 à 1970 (ON 524-531 ou MA 93- 97,384) ou celui d’Oum Kalthoum dont elle peindra la bière26 fleurie entourée de “quatre millions de naufragés” éplorés (ON 544-552) ; là, sur les pyramides et les sarcophages égyptiens ; ailleurs, sur les épitaphes ou les tombes des martyrs jonchées de portraits ornés de colliers de fleurs éclatantes (MA 43-48,240-247). En fonction des sites dans lesquels elle s’immerge réellement ou en pensée, elle reproduit autant ce qui l’entoure que ce qu’elle sait avoir été là. Puisque l’enquête de terrain puise dans les racines du monde arabo-musulman, les épisodes majeurs de l’histoire du Moyen-Orient y sont évoqués27. Le recours à des faits de l’histoire antique qui trouvent des échos dans le contemporain constitue une modalité supplémentaire de la mise en perspective de son parcours existentiel. Un arrêt à Nabatieh, aujourd’hui “important fief du Hezbollah où figurent des portraits géants de Khomeiny et de combattants récemment morts en Syrie” et haut lieu des célébrations de l’Achoura28, permet, par exemple, de revenir sur un épisode lié au schisme islamique datant 680. “La bataille de Karbala est une épopée haute en couleurs, aux personnages fascinants. On dit que c’est de là que viennent le culte du martyre, du deuil, et ces attentats suicides qui nous terrorisent aujourd’hui” (MA 23). C’est précisément dans l’aller-retour incessant entre ce qu’elle possède de connaissances sur l’histoire de la région, en l’occurrence sur la guerre de succession survenue à la mort du Prophète Mohammed, et sur ce qu’elle constate sur le terrain que s’élabore le travail créateur.

8Dans sa recherche d’une forme transartistique, Lamia Ziadé ne s’en tient donc pas à une époque ou à un pays, mais sonde les profondeurs historiques d’une grande partie du monde arabe, en croise les événements et en rend compte sous une forme fragmentée et non chronologique. Sans rapport avec un protocole historien maîtrisé, ces juxtapositions qui, dans l’économie narrative, sont de brefs chapitres lacunaires et se lisent comme des ruptures permanentes, sont encore séparées par l’adjonction d’une série de planches peintes. Évidemment, il s’agit de “traiter ce caractère lacunaire non pas comme une carence de sources, mais comme le témoignage d’un certain rapport de la vie à l’écriture”29. Dans Ô nuit, ô mes yeux, plutôt que de suivre dans sa continuité l’existence historique de ses protagonistes, elle a procédé à une sélection d’anecdotes et d’incidents, de biographèmes plus captivants les uns que les autres, et s’est attachée à les disloquer en notations courtes et séparées, dans lesquelles, suivant un jeu d’analepses et de prolepses qui explicite son rapport décalé à l’historiographie, on croise30 Taha Hussein, Ahmad Shawki et Ahmad Rami (le traducteur arabe des quatrains d’Omar Khayyâm), mais aussi le roi Farouk, Nasser et de Gaulle, Yasser Arafat et Georges Habache… Aussi des reproductions comme celles de régimes de dattes (MA 22), de fleurs ou de grenades (ON 473- 475), d’arbres et d’arbustes typiques du Liban – “Le jasmin, les orangers, grenadiers et frangipaniers des jardins de Beyrouth” (ON 12-13) – au milieu de fresques ou portraits historiques apparaissent-elles au premier abord comme décoratives ; elles apportent cependant un effet de réel non négligeable dans l’agencement narratif des polybiographies qui procèdent par touches sans suivre la continuité restaurée d’une vie.

9Une autre particularité tient à ce que l’artiste n’est pas étrangère au principal terrain qu’elle observe et analyse. La mémoire du siècle passé est celle qui l’intéresse le plus : jusqu’à la guerre en Syrie, débutée en 2011, qui lui succède, le conflit civil libanais (1975- 1991), qui a dévasté son enfance, a été le paradigme de la virulence des guerres civiles engendrée par les suites de la seconde guerre mondiale et par le déclin de la colonisation européenne. Ses récits aux mille ramifications se composent d’impressions recueillies sur place autant que de notules géopolitiques impossibles à dénombrer.

10Aussi est-il mentionné combien celle qui fut “la voix des Arabes” (ON 434), Oum Kalthoum, soutint avec ferveur le régime de Gamal Abdel Nasser (ON 414-417,462-465) et en fut récompensée en jouissant pendant des années d’un statut privilégié puisqu’elle était partout accueillie comme un chef d’état. Le lecteur apprend comment le Président Sadate, qui avait “engagé le tashih, une dénassérisation à peine voilée”, lui en tint fermement rigueur au début des années 1970 (ON 532). La diva qui, en plus de dons, de cachets versés à la cause panarabe, avait vendu ses bijoux pour soutenir la guerre des Six jours en 1967, incarne tout à la fois la fierté et la déception des Arabes.

11La trame originelle de Ma très grande mélancolie arabe se tisse, quant à elle, autour de l’action des premières femmes kamikazes (MA 23), qui étaient majoritairement des chré- tiennes engagées contre Israël, et autour du culte des martyrs ; c’est un Orient dynamité que peint Ziadé avec des combattants de tous bords, à l’instar de “la fiancée du sud”, Sanaa el Mehaidly, jeune libanaise chiite de 16 ans qui, en 1985, a commis le premier attentat-suicide contre un convoi de l’armée d’occupation israélienne31. La mémoire de cette époque n’est éloignée ni dans le temps ni dans l’espace ; c’est la sienne, celle de sa famille, de ses compatriotes et c’est également celle de tous les Arabes, incarnés par tous les anonymes, passants et marchands, qu’elle interpelle et dessine. Ô nuit, ô mes yeux est en cela particulièrement évocateur d’une culture commune, qui se place au-delà d’un communautarisme religieux violemment revendiqué et politisé, d’une fierté partagée et d’espoirs fédérateurs32. Au point de départ du livre, il y a effectivement la courte vie de la chanteuse syro-libanaise Amal el-Atrache (1917-1944) dont le nom de scène, Asmahan, signifie la sublime en persan : la plasticienne a d’abord suivi le fil de l’existence de celle qui, en plus d’être la sœur du très populaire Farid el-Atrache, comme elle musicien et interprète prodige33, fut une icône de la chanson des années 1930 et 1940. Elle a ensuite enrichi cette destinée fulgurante et hors du commun avec le récit des destins tout aussi denses et originaux d’autres artistes contemporains, d’Oum Kalthoum (1904-1975) à Fayrouz, en passant par Sabah, Samia Gamal et bien d’autres féministes émancipées34. À dessein, Ziadé a passé de longues heures chez les bouquinistes beyrouthins, a compulsé un nombre incalculable de magazines cairotes, a consulté des archives politiques, a lu de nombreuses biographies sur Oum Kalthoum et Leïla Mourad, et a (re)visionné les grands classiques du cinéma égyptien. L’artiste semble cultiver un souci du document qui se confond aisément avec un art de l’archive : aussi reproduit-elle en couleurs vives d’anciennes cartes de la région (BB 294-295 et ON 238), des pochettes de disques (ON 37,377) et des disques vinyles (ON 110,156,324-325), des façades de théâtre, de salles de spectacle et de cinémas avec des enseignes et des affiches célèbres (ON 69,124,145,157,163,176-177,179,314,316- 317,373,405), des publicités parues dans la presse (ON 169,195,197,367,480), des couvertures de magazines d’époque (ON 335,375,453) et des unes de journaux (ON 25), des cartes postales anciennes (ON 376, 435) ainsi que de vieux passeports (ON 223,518)… Au hasard de ses fouilles, l’illustratrice a également déniché des raretés comme la première carte de visite de “madame” Oum Kalthoum (ON 103) et a pu donner un aperçu de la collection érotico- pornographique du roi Farouk mise aux enchères à Sotheby’s (ON 456,461). Fréquemment, elle a créé un dessin à partir de la superposition de trois ou quatre images d’archives de presse : elle a employé cette méthode avec les films musicaux les plus célèbres ou les spectacles filmés, à l’instar de celui, légendaire, d’Oum Kalthoum à l’Olympia de Paris en 1967, unique concert de “l’astre de l’Orient” en Occident. En sélectionnant plusieurs images arrêtées et en modifiant le fond et les poses, les coiffures et les costumes, la peintre impose de nouveaux tons aux vêtements et de nouvelles mimiques et émotions aux visages, une nouvelle fraîcheur aux mythes à jamais figés dans la mémoire collective pour leur talent, leur ténacité et leur sex-appeal. Cette technique redouble à coup sûr la beauté de ses modèles, d’impressionnantes divas qui, depuis son enfance, hantent son imaginaire (ON 310).

12Conçu comme un Panthéon musical, le site http://onuitomesyeux.com qui accompagne le livre complète le protocole transartistique en proposant un accès libre et gratuit à un imposant patrimoine culturel, à la fois musical et cinématographique composé d’une centaine de vidéos d’époque (danses, films, concerts, discours)35. Tous les poètes, compositeurs et musiciens cités et dessinés avec une fascination rêvée y figurent parmi lesquels Asmahan, Farid el-Atrache, Abdelwahab, Samia Gamal, Taheya Carioca, Leïla Mourad, Sabah, Nour el Hoda, Abdel Halim Hafez, Oum Kalthoum et Fayrouz.

13Dans les dessins comme dans les textes – les fragments textuels, titrés et numérotés, sont d’une longueur d’une demi-page à une page et demie et sont liés à une série d’illustrations d’une à six pages –, l’artiste prône donc des reconstitutions événementielles disposées scène par scène comme par un témoin visuel : elle rend compte des ambiances et des conversations – des mots arabes émaillent régulièrement les récits36 –, elle décrit les protagonistes sous forme de bribes qu’elle nourrit d’entretiens avec des historiens de la musique, des journalistes, de conversations avec les proches, descendants ou ayants droits, des personnalités biographiées37 et de rencontres avec des inconnus croisés en chemin.

14Fortement présente sous la forme d’un Je ou d’un Tu, la narratrice fait aussi appel aux souvenirs de ses aïeux38 : elle mentionne un intarissable grand-père – enfant, il a assisté à un concert d’Oum Kalthoum en 1926, et plus tard, vers 1975, il a vendu des tissus à Fayrouz (ON 116,496-497) – et une grand-mère dont la maison familiale était située près du Grand Théâtre dans lequel Oum Kalthoum a donné l’un de ses premiers concerts beyrouthins (ON 136). La production documentaire qui forme les soubassements des ouvrages de Lamia Ziadé dépasse largement l’information historique soumise à quelque filtre d’objectivité : chaque opus se constitue en témoignage, celui de la souffrance de ceux qui ont été victimes des soubresauts du XXe siècle, émaillé de conflits armés. Cette douleur, l’artiste la constate dans ses propres observations in situ mais elle la recueille surtout lors des rencontres : se positionner face au malheur d’autrui, écouter les silences blessés et les blessures parlées afin de les confronter ou non à ses propres traumas ne la laisse jamais indemne. Dans “La légende d’Abou Ammar” et “I invite you to my funeral” (MA 222-233), Ziadé présente Jamal, né dans le camp de Chatila, qui entretient avec ferveur et espérance la légende du leader palestinien Yasser Arafat : “Ici, dit Jamal, nous pensons qu’il n’est pas mort. Il vit parmi nous” ; plus loin, elle le laisse lui raconter les voitures piégées et les attentats causant quotidiennement la mort d’enfants innocents (MA 252- 255,366). C’est Jamal qui l’accompagne dans le cimetière où elle rencontre un vieux couple venu prendre le thé sur la tombe de leur fils (MA 282)… Les prises de position politiques plus nettement affirmées, comme sa défense de Nasrallah (MA 138), proviennent de cette démarche auprès des témoins39. Une série de dessins poignants d’enfants blessés ou qu’on porte en terre, d’hommes agonisants ensanglantés après des explosions sont légendés : “Gaza, Encore Gaza, Toujours Gaza” (MA 289-292).

15Dans cette libre proximité de la peinture avec les sciences sociales, la sociologie ou l’histoire par exemple, l’artiste imagine ses propres dispositifs et, sans jamais brider la dimension empathique de sa démarche, s’adonne en fait à un travail de mémoire à visée patrimoniale40.

Le Moyen-Orient, du terrain au texte

16Parmi d’autres contemporanéistes, Dominique Viart constate que depuis les années 1980, de nombreuses narrations littéraires, fictionnelles ou non, concourent à problématiser la dimension historique des êtres dans le passé.

L’Histoire que la littérature contemporaine interroge est celle du XXe siècle, marquée par la fin de l’illusion du progrès […] elle diffère des romans historiques traditionnels, dans ces contenus et dans la manière qu’elle a de dire le passé ; [elle] est habitée par une double question : comment en est-on arrivé là ? L’homme a-t-il encore un quelconque avenir ?41

17Les trois récits illustrés de Ziadé sont de ceux qui confirment que la littérature en français est bel et bien hantée par l’histoire récente qui l’enrichit et la stimule en l’incitant à renouveler ses modalités. Ils proposent une approche des événements majeurs des cent dernières années au Moyen-Orient et mettent en valeur le statut unique de l’Égypte dans la constitution d’une culture arabe moderne. L’artiste place les débuts du cinéma parlant puis de la radio (ON 142) au centre du bouillonnement intellectuel de la plus grande métropole d’Afrique. L’Égypte éternelle, la “Mère du monde”42 – c’est ainsi que ses habitants la surnomment –, celle déjà vantée par le philosophe tunisois Ibn Khaldoun, contemporain d’Ibn Battuta, le grand voyageur tangérois du XIVe siècle qui la visita également, se présente sous la forme d’une admirable toile de fond. Son rayonnement politique et culturel inspire et fascine Lamia Ziadé pour laquelle il est d’abord “symbolisé par des lieux (Le Caire comme siège de la Ligue arabe, la mosquée et l’université Al-Azhar ‒ ‘la splendide’‒ centres culturels et religieux de l’islam sunnite, la place Tahir comme symbole du ‘réveil arabe’ depuis 2011)”43. Il est aussi porté par l’aura incomparable de personnalités qui ont su parler à l’ensemble du monde arabe et qui ont su le faire vibrer. Ziadé croque ces figures à différentes étapes de leur existence car son vœu intime est d’éclairer des aspects de l’Histoire méconnus, du moins en France, ou qui n’ont pas reçu la juste attention d’une large audience francophone : “Le Caire fourmille de personnages exceptionnels, portés par un souffle que rien ne semble pouvoir entraver, ni la société, ni la religion, ni la famille, ni les traditions” (ON 32). Parmi eux, l’existence artistique voulue exemplaire de la “Sitt” (ON 484,532), la dame, ainsi que l’on a toujours nommé Oum Kalthoum, lui offre d’appréhender la géopolitique régionale et plus particulièrement la constitution par étapes de l’Égypte moderne. À dessein, elle rapporte que la chanson la plus populaire de la diva s’intitule “Les Ruines” et qu’elle marque le jour de la Naksa, l’exode des Palestiniens qui a suivi la défaite panarabe de 1967. Auparavant elle aura croqué l’engouement de la chanteuse pour la Révolte des officiers de 1952 (ON 410-417, 434), sa passion fidèle pour Nasser, son nationalisme exacerbé et son approche du panarabisme glorieux : “Pour la première fois depuis les Pharaons, l’Égypte est gouvernée par des Égyptiens” (ON 414)44.

18À travers elle, Ziadé creuse sans relâche la mélancolie inhérente aux destins des pays arabes qui, depuis la fin des années 1960 sont, selon elle, entrés dans “l’ère des funérailles” (ON 524-525), des défaites et des déceptions. Au vu de la situation sociale et économique délabrée, elle constate qu’ils n’ont pas aujourd’hui les moyens de leurs ambitions géopolitiques. “L’islam politique a prospéré dans le vide idéologique laissé par le déclin du nassérisme, la corruption de l’élite sociale et politique, l’accroissement de la pauvreté” (CMA 135). L’approche pluridisciplinaire de telles productions renforce leur caractéristique cognitive, car, d’un désastre à l’autre, Lamia Ziadé parcourt désenchantée les décennies rappelant d’une esquisse aquarellée ou d’une sentence que les plus puissants pays du Moyen-Orient siècle, de l’Égypte plurimillénaire à l’Irak et à la Syrie aux passés des plus glorieux en passant par la Palestine, ont été disloqués au XXe ; amère et triste dans sa peinture d’une région multipolaire et contrastée, elle revient plus longuement encore sur la destinée de son pays natal.

19Bye Bye Babylone est ainsi entièrement consacré à la guerre civile : il raconte la chute et la survie de Beyrouth au début des années 1970. L’ouvrage s’ouvre sur la reproduction d’un paquet de chewing-gum de la marque Bazooka commenté par ces mots : “En 1975 j’avais sept ans et j’aimais les Bazookas que ma mère nous achetait à Walid et moi, chez Spinney’s à Ramlet el-Bayda” (BB 9)45. Le trait d’humour noir contenu dans le nom du produit face à la réalité qui allait s’imposer s’allie à un dessin minimal et centré sur la page, à base de couleurs primaires éclatantes qui rappellent celles privilégiées par le mouvement Pop’art46, à commencer par le jaune, le rouge et le bleu. S’ensuivent huit pages de peintures aussi vives illustrant une société de consommation fortement influencée par le mode de vie américain : “Marshmallows Kraft, cacahuètes Planter’s, céréales Smacks de Kellog’s ketchup Lilly’s” (BB 9-17). Ces souvenirs rendus avec une implacable authenticité référentielle précèdent autant d’illustrations d’armes utilisées dans les premières années du conflit : “La Kalachnikov AK 47, le Slavia, le makarov, le Tokarev, le G3, le FAL, le M16, le Mat, le Dragunov, le RPG, le B7, le BM-21 et les grenades russes” (BB 18-27). Cette transposition symbolique littéraire et picturale de la réalité beyrouthine conduit l’artiste à parler des armes automatiques avec la même familiarité que de ses confiseries préférées (BB 68-70), à peindre des cadavres mutilés et des miliciens souriant dans leurs chemises hawaïennes largement déboutonnées (BB 19,51,53,89), décontractés et fiers en treillis ouverts sur de massives chaînes en or, le doigt bagué d’or sur la gâchette de leur auto-mitrailleur (BB 81). Toutefois, qu’ils arborent un sourire hollywoodien ou qu’ils soient cagoulés, avec ou sans keffieh, elle demeure convaincue que tous – “Phalangistes, Palestiniens et affiliés” (BB 52) – étaient animés d’un “appétit suicidaire pour la violence et une fascination pour la destruction. Pressés d’en découdre […]” (BB 21). En tentant de réanimer ses souvenirs d’enfant, d’en restituer le bonheur sous l’angle de la naïveté, Ziadé préserve du chaos des moments uniques par leur intensité : réunions de famille, portraits haut en couleur de ses parents, de son frère Walid et de ses grands-parents. D’une touche qu’elle qualifie elle-même de “pop”, elle exprime ainsi la candeur authentique de l’enfance et, réelle ou fantasmée, l’insouciance et la joie de vivre de ses compatriotes : “Nous voulons toujours croire que notre pays est à la fois la Suisse, le Paris, le Las Vegas, le Monaco et l’Acapulco du Moyen-Orient, et en profiter” (BB 35). Sans se départir d’une salvatrice ironie, elle peint à l’envi la vitrine du développement à l’occidentale qu’a un temps été son pays : “Des terrasses de Raouché ou de Ain Mreisseh, où nous allons parfois prendre un banana split, on ne voit pas les bidonvilles chiites et les camps palestiniens. Et, de toute façon, les lunettes de soleil empêchent de voir la crasse” (BB 35). L’écrivain évoque les produits qu’elle aimait et consommait en famille ; elle mentionne aussi longuement tous ceux qui, en période de pénurie, manquaient ainsi que tous ceux qui ont fait l’objet de pillages, parmi lesquels les meubles des hôtels et immeubles bombardés, les marchandises de boutiques de luxe comme les bijoux, les antiquités ou les œuvres d’art de collections privées comme celles des musées47 (BB 120- 132).

Il faut prévoir des stocks de tout, dès que possible, même si c’est une habitude levantine d’envisager la vie à court terme. Stocks de recharges de camping-gaz, de Chiclets et de Bomba, stocks de bougies, d’allumettes, d’huile, stocks de Zwan et de corned-beef, aliments magiques qui n’ont pas besoin d’être conservés au frigo. Stocks de biscuits Gandour, Lucky 555 et Dabké […] stocks de Valium pour ceux qui n’arrivent plus à trouver le sommeil, stocks de Nivea pour les mains et le doux visage de Tamar, ma nounou. (BB 124)

20Cette attention portée aux choses et à leurs marques renvoie au projet initial nimbé de nostalgie de l’auteure qui concevait son livre moins comme une autobiographie que comme un inventaire48 des objets et des espaces d’une enfance libanaise. Logiquement, dans ce qui est devenu un carnet de guerre illustré, la frénésie destructrice est particulièrement scrutée. Sans cynisme, les massacres, les tortures, les disparitions, les déplacements forcés, les combats fratricides, les pillages et les destructions sont assemblés, parfois inventoriés à la mesure de leur arbitraire confessionnel (BB 191) et dessinés dans des tons sombres qui rappellent les huiles de Gerhard Richter, des camaïeux de gris ou de sépia, où affleurent parfois des coulées rouges du sang des victimes (BB 57).

21Le conflit civil a suscité d’innombrables réflexions et analyses dont Ziadé a pris connaissance au cours de ses recherches ; sans doute est-ce un élément qui concourt à faire de son œuvre un moment de dévoilement de la vérité de cette période sanglante. Dans Bye Bye Babylone figure un plan de la ville de Beyrouth daté de 1975 sur lequel sont signalés tous les sites importants qui firent le quotidien de l’artiste enfant (BB 294-296) ainsi qu’une peinture du quartier d’Achrafieh en bord de mer où sont signalés tous les “petits paradis où j’aimais aller avec ma mère” et dont il ne reste rien. Teintée d’amertume, la nostalgie de ce récit du temps perdu se déploie de façon exponentielle au fil des pages et explicite une part importante du trauma consécutif au climat de guerre : la liste est longue des espaces bâtis qui s’effondrent, bombardés ou criblés de balles, qui sont pillés puis abandonnés. Grands hôtels49, agences de voyages qui font rêver, pâtisseries alléchantes, vendeurs ambulants de barbe à papa, boutiques de vêtements, souks et librairies : “la librairie Antoine50, rue du Patriache Hoayek, mon étape préférée à cause du journal de nounours, disparue”. Dans la dernière production, le plan du quartier familial de l’auteure, agrandi aux dimensions de la capitale toute entière, a été enrichi de tous les lieux d’attentats et d’assassinats d’hommes politiques (MA 408-409), par exemple celui Bachir Gemayel, éphémère président libanais assassiné en 1982, et celui de Rafiq Hariri, président du Conseil tué en 2005 (MA 296-297). Nullement résignée, l’artiste affirme que le Liban est définitivement une terre de ruines et de passion où les vivants et les martyrs, résistants ou terroristes, cohabitent (MA 11). Constatant que “Pire que ces temples du mode de vie occidental, c’est l’âme même de Beyrouth que la guerre emporte en premier” (BB 50), elle poursuit son enquête avec la même volonté de comprendre et de témoigner. Elle pressent en cela qu’il y a une urbanité à reconstruire capable d’accueillir des espaces plus démocratiques, plus ouverts au monde, et d’initier des transformations profondes en vue d’une reconnaissance des appartenances multiples qui forgent l’identité libanaise. Aussi Ziadé explique-t-elle combien la chanteuse Fayrouz, en cela héritière plus que rivale d’Oum Kalthoum, a engagé sa vie aux côtés des Libanais, des Palestiniens et des Arabes qu’ils soient chrétiens51 ou musulmans.

Elle chante Jérusalem, mais dans le souci de contenter tout son public, elle chante aussi La Mecque […] la voix de Fayrouz électrise tout le Proche-Orient. Deux députés de Jérusalem lui offrent la clef de la ville sainte […] geste de reconnaissance pour celle qui a chanté son martyre mieux que personne. (ON 536)

22Le souhait de l’auteure est que ses mots et ses traits de pinceau parviennent à exprimer la réalité indicible autrement et qu’une vérité de l’histoire postcoloniale se révèle dans la représentation personnelle qu’elle en donne. Aussi faut-il saisir dans les séquelles de la violence guerrière cette idéalisation de l’enfance (tout autant que de l’enfant en tant que personne) qu’elle assume afin d’en comprendre la portée dans ses affirmations consécu- tives : la guerre est une activité meurtrière et infantile (BB 57).

23Ainsi appréhendée, l’œuvre de Lamia Ziadé révèle finalement un profond questionnement sur le devoir de mémoire possiblement mis en jeu dans la fiction.

Droit d’inventaire et devoir de mémoire

24En moins de dix ans, Lamia Ziadé a composé trois livres hybrides et composites, inter- sémiotiques et documentaires illustrant :

[…] une tendance de plus en plus ancrée dans la création littéraire aujourd’hui, c’est-à-dire l’engagement de l’auteur dans le monde contemporain, son implication personnelle dans ses récits où le mélange de faits réels et de récit fictionnel ou testimonial porte à une hybridation du factuel par le fictionnel et vice-versa.52

25Le premier volume assume volontiers une tentation autobiographique53 que les deux suivants ne récusent nullement : dès le titre, Ma très grande mélancolie arabe, le Je est très présent et les sources, anciennes et éparses, font appel au passé de ses parents et de ses grands-parents autant qu’à la mémoire collective des peuples arabes en contexte. En fait, c’est selon une perspective ricœurienne qui dit que “le devoir de mémoire est le devoir de rendre justice, par le souvenir, à un autre que soi”54 que, depuis l’été 200655, Lamia Ziadé s’est pris de passion pour la toile de fond historique que lui ont révélé les portraits de chanteuses et elle invite depuis son lecteur à revisiter des faits, à réfléchir sur des préjugés, des tabous et des non-dits. Aussi, avec ses illustrations, propose-t-elle de redécouvrir avec un regard neuf et subjectif, les faits historiques à travers des images de visages et de paysages qu’elle retravaille, pour une part, d’après des photographies officielles célèbres ‒ celles des acteurs principaux du début du conflit libanais : Elias Sarkis, Hafez el-Assad, Soleiman Frangieh, Camille Chamoun, Pierre Gemayel, Rachid Kamaré et Kamel el-Assad, par exemple (BB 208-2013) ou encore celle des accords de Camp David avec Anouar el-Sadate, Jimmy Carter et Menahem Begin se congratulant (BB 225 ; MA 99) ‒ et, pour une autre part, d’après ses propres clichés personnels et inédits. Sur la reproduction d’une carte de la région se côtoient ainsi les portraits du Roi Hussein de Jordanie, de Nasser, de David Ben Gourion, de Lord Balfour, de Yasser Arafat, la silhouette d’une famille de réfugiés et un autoportrait à l’âge de six ans (BB 178-179). Interrogeant ainsi l’Histoire, joignant aux témoignages officiels la parole de témoins survivants, à commencer par la sienne, elle se place en héritière de cette mémoire vive, hurlante :

La liste des attentats et massacres est longue, encore très longue. Ils créent le climat d’effroi et d’angoisse dans lequel nous vivons maintenant quotidiennement. Mais moi, ce qui me traumatise vraiment, ce sont les bombardements. Les bombardements aveugles sur la ville. Entre deux cessez le feu, je ne vis plus. (BB 194)

26Le discours mémoriel n’est pas qu’une présentification du passé mais il concourt à un renforcement optimal de la connaissance des ressorts du conflit passé. L’historienne Annette Wieviorka a très bien formulé56 ce que pourrait être ce droit d’inventaire qui fonde l’écriture de Lamia Ziadé : “La mémoire, c’est en fait qu’une collectivité se souvienne de son passé et cherche à lui donner une explication au présent, à lui donner un sens”. La fonction cohésive du témoignage sur les vicissitudes de l’histoire moderne agit profondément. Le projet de préservation de cette mémoire traumatique implique un travail de deuil.

Le Liban vit dans un mirage, un fantasme de paradis pourtant réel. Cela va durer encore une dizaine d’années d’un rêve tout éveillé, bercé par la voix de Fayrouz. Le rêve se brisera au son du canon et des kalachnikovs. Mais laissons encore un peu chanter le merle et germer la bougainvillée. (ON 466)

27Ce deuil aux multiples facettes est d’abord et avant tout celui d’une enfance laminée par la guerre, terreau de traumas qui en fait appartiennent à tous ceux de toute sa génération (BB 198-207). La guerre est vécue comme un facteur de différenciation entre les individus, le fondement d’une altérité radicale pouvant aisément devenir une source d’incommuni- cabilité susceptible d’expliquer le mal-être de l’auteure.

Chute de Tal el Zaatar, camp palestinien, le 12 août 1976, après 53 jours d’un siège horrible. Le lendemain de l’anniversaire de mes neuf ans. 2500 tués. Aucune de mes copines d’école n’a pu venir. Ma mère, qui tient quand même à faire une petite fête, invite des enfants stupides que je ne connais pas, filles de vagues amis réfugiés dans la région de Kattine.
Ma haine de mes anniversaires date de cette époque. (BB 187)

28Dans le travail mémoriel qu’elle accomplit entre également une visée patrimoniale : il s’agit de préserver de l’oubli le Liban d’avant la guerre, qui est véritablement donné comme le territoire de la nostalgie. La mélancolie s’allie alors à un insatiable désir de faire connaître ce Liban dans ce qu’il avait d’exceptionnel : ce fut tout à la fois le paradis de l’enfance aux mille sucreries réjouissantes pour les papilles peint dans Bye Bye Babylone, le pays esquissé tel un jardin-cimetière de bord de mer où la majesté d’un paysage à la végétation odorante et fleurie fait oublier les morts qui y reposent depuis hier ou depuis des millénaires dans Ma très grande mélancolie arabe, ou le haut-lieu de la culture à la fois réel et rêvé, fantasmé et esquissé entre fresques et frasques, où se sont succédé les luttes pour toutes les indépendances dans Ô nuit, ô mes yeux.

29Par ce pèlerinage au Moyen-Orient, Lamia Ziadé désire fixer cette apogée culturelle récente de la civilisation arabe, mal connue en Occident et qui, dans le contexte actuel des guerres et révolutions des dernières années, se voit parfois vilipendée : impossible d’imaginer l’effervescence créative de ces décennies, d’imaginer des artistes égyptiennes, libanaises ou syriennes de toutes les confessions, plus féministes les unes que les autres, derrière les silhouettes au déhanché incendiaire 57des femmes fatales ou derrière des stars populaires aux aventures sulfureuses adulées par les paysans, par les militaires tout autant que par les élites intellectuelles... C’est sans doute la raison pour laquelle, au fil du récit, les yeux, les nez et les bouches disparaissent des visages qui ont fait la grandeur d’un monde arabe se rêvant uni et fort. Lamia Ziadé signifie-t-elle qu’il ne reste déjà d’eux que des contours que le temps effacera à coup sûr des mémoires ? Il s’agit en tous cas de combler un déficit culturel qui trouve, selon elle, son origine dans la transmission manquée ou absente d’une mémoire collective.

30Le dessein politique affirmé et le ton empreint de tristesse de Ma très grande mélancolie arabe permettent d’exploiter cette colère et cette impuissance née d’une l’enfance associée à la mort et à la démesure destructrice autant que de relire le rôle joué par l’Occident dans la guerre civile libanaise (et dans le conflit israélo-palestinien qui embrase la région depuis 1948) en proposant une autre vision des agissements internationaux, par ailleurs mentionnés dans une frise chronologique de 1918 à 1979 (BB 292-293).

Ce n’est pas le énième sommet libano-syrien qui changera quelque chose à la folie meurtrière dans laquelle est désormais plongé le pays.
Ce n’est pas non plus le ballet des émissaires américains qui perturbera le bon déroulement de la guerre.
De nouveaux monstres sont arrivés.
Et ce n’est certainement pas du côté d’Israël qu’il faut chercher les moins effrayants. Dans les années quatre-vingts, ils ne nous décevront pas, ils atteindront leur plein épanouissement.
La guerre se poursuit envers et contre tout, ou plutôt grâce aux efforts et à la bonne volonté de presque tous.
Les années quatre-vingts seront lugubres, funèbres, désespérantes. (BB 274)

31Cet engagement de l’auteure sonne comme un écho à celui, parfois prémonitoire, de son compatriote l’Académicien Amin Maalouf58 lorsqu’il propose une réflexion philosophique et idéologique sur la genèse des replis communautaires et des guerres identitaires : pour lui, il est clair que la violence qui a détruit le Liban est moins d’avoir été au bout des fantasmes auxquels on l’a si souvent identifié que d’avoir été englué dans ses contradictions, ses incohérences et ses lâchetés. Reste que son vœu est que le pays propose lui aussi un contre-modèle viable à l’enfermement des enclaves communautaires.

[…] la conception que je dénonce, celle qui réduit l’identité à une seule appartenance, installe les hommes dans une attitude partiale, sectaire, intolérante, dominatrice, quelquefois suicidaire, et les transforme bien souvent en tueurs, ou en partisans des tueurs […] Il n’existe pas un seul pays aujourd’hui où l’on puisse se dispenser de réfléchir à la manière de faire vivre ensemble des populations différentes, fussent-elles locales ou immigrées […] partout se fait sentir la nécessité d’une réflexion sereine et globale sur la meilleure manière d’apprivoiser la bête identitaire.59

32Dans ce qui compose déjà un cycle, Ziadé rend compte que l’Autre sera toujours perçu comme “complexe, unique, irremplaçable” (IM 30) et s’engage à valoriser ce qui constitue aussi la pluralité de l’identité arabe.

33Dans un premier temps, son dispositif singulier fait écho à un constat historique fort sur le conflit qui s’est étendu de 1975 à 1990 : “La mémoire de la longue guerre du Liban n’a été soldée ni par des procès retentissants comme en Argentine ou au Rwanda ni par une commission ‘Vérité et Réconciliation’ comme en Afrique du Sud. A-t-elle d’ailleurs jamais été écrite, discutée, purgée ? Rien n’est moins sûr”60. L’essai de Franck Mermier et Christophe Varin intitulé Mémoires de guerres au Liban éclaire ce constat en expliquant que le travail de mémoire accompli par les historiens est essentiel pour panser (et penser) les plaies d’une guerre, pour faire enfin parler les mémoires blessées, occultées ou refoulées ; explicitant la loi d’amnistie de 1991 qui a imposé une forme d’amnésie officielle dont l’objectif était de protéger de toute poursuite judiciaire les principaux chefs communautaires au moment de la paix retrouvée, les deux chercheurs recensent nombre de travaux de mémorisation effectués dans le Liban d’aujourd’hui. Finalement, il apparaît que, plus que l’expérience paroxystique de la guerre, c’est le face à face entre ceux qui l’ont vécue et ceux qui ne la connaissent pas qui génère l’impératif de témoigner.

34L’approfondissement de ses connaissances sur le conflit a dans un second temps permis à Lamia Ziadé d’accéder à une vision plus juste tant du caractère pionnier et original de l’État libanais dans la géopolitique moderne que de son imbrication dans un jeu politique plus vaste. De fait, elle a étendu ses questionnements à d’autres pays et d’autres périodes conflictuelles ; dans le but de contrer un regard extérieur souvent chargé sur le plan symbolique et idéologique depuis la montée en puissance des groupes islamistes extrémistes, elle a interrogé sa nationalité libanaise et, au-delà, son arabité. Parce qu’elles contribuent à ce travail de mémoire personnel et collectif, qu’elles permettent à chacun de s’interroger sur son propre régime de vérité entretenant le souvenir de drames individuels et nationaux et surtout parce qu’elles possèdent un dessein humanisant, les créations de Lamia Ziadé, graves et anecdotiques, mêlant sur le même écheveau histoires intimes et Histoire, trouveraient une place de choix au sein de ce corpus disparate où la parole est donnée, bousculée entre souvenirs, amnésie, refoulement et processus de revitalisation.

35Reste le bonheur de créer pour celle qui se sent investie d’un “plaisir de mémoire plus que d’un devoir de mémoire”61. L’acte créatif à visée mémorielle de Lamia Ziadé qui comporte une dimension autoréflexive importante puisqu’il propose une dramatisation de sa propre genèse est de ceux que beaucoup d’Arabes moyen-orientaux, à commencer par les Palestiniens et les Libanais, de sa génération appellent de leurs vœux : d’un élan mélancolique mais nullement désespéré, elles tracent des pistes et des liens pour aboutir à cette “mémoire heureuse” évoquée par Paul Ricœur.

36Dans ses trois récits illustrés qui sont autant de variations contemporaines sur l’auto- biographie62, Lamia Ziadé bâtit un lieu de mémoire littéraire grâce à l’essence d’événements passés qu’elle traque dans l’ensemble du Proche-Orient. Archiviste de l’éphémère63 autant qu’historienne lancée avec curiosité sur les traces du passé, terreau de cette actualité souvent tragique de notre ère, elle est bien consciente que la mémoire collective n’est en aucun cas une donnée spontanée mais qu’elle s’invente au présent et s’entretient autant par les institutions collectives que par l’action individuelle. De fait, elle reconstitue patiemment, autant par des bribes de mots que par des esquisses colorées, les pans de son identité au sens le plus large du terme, mettant à nu en même temps qu’en relief un pays, son Liban natal et chéri, une histoire, celle du XXe siècle dans lequel elle est née, et ses habitants, ses compatriotes dans leur diversité. Ainsi accomplit-elle ce travail de mémoire qu’elle estime nécessaire pour décrire tant la complexité et la multiplicité du monde arabe que sa richesse culturelle et sa fascinante beauté.

1 Mahmoud Darwich, Le Poème de Beyrouth (1981). L’on trouvera ce poème dans son intégralité sur le site : http://poesie.pourlapalestine.be/​poetes-dune-parole-essentielle/​2016/11/06/248/

2 Alice Zeniter, L’art de perdre, Paris, Flammarion, 2016, 510 p.

3 Oliver Guez, La disparition de Josef Mengele, Paris, Grasset, 2017, 240 p.

4 Patrick Deville, Taba-Taba, Paris, Seuil, 2017, 434 p.

5 Éric Vuillard, L’ordre du jour, Arles, Actes Sud, 2017, 154 p.

6 Cet article est basé sur des conversations avec Lamia Ziadé et un échange de courriels datés du printemps 2018. Je la remercie chaleureusement d’avoir répondu à mes questions.

7 Diplômée de l’École supérieure d’arts graphiques Penninghen de Paris, Ziadé a consacré son mémoire de fin d’études à l’illustration des passages érotiques d’À la recherche du temps perdu de Marcel Proust.

8 Ziadé a débuté sa carrière littéraire en illustrant des livres pour enfants ; elle a aussi collaboré avec Vincent Ravalec pour L’utilisation maximum de la douceur, Paris, Seuil, 2001, 110 p.

9 Lamia Ziadé, Bye bye Babylone, Beyrouth 1975-1979, Paris, Denoël Graphic, 2010, 304 p. ; dorénavant BB.

10 Lamia Ziadé, Ô nuit, ô mes yeux. Le Caire/Beyrouth/Damas/Jérusalem, Paris, P.O.L, 2015, 576 p. ; dorénavant ON. Le titre reprend le premier vers de “spécialités musicales” (ON 98) appelées les layâli qui débutent toutes par ces paroles déclencheurs de nombreuses variations improvisées : “Ya layl, ya aïn”, soit ô nuit, ô mes yeux.

11 Lamia Ziadé, Ma très grande mélancolie arabe. Un siècle au Proche-Orient, Paris, P.O.L., 2017, 416 p. ; dorénavant

MA.

12 Comme le premier, cet opus s’arrête en 1979 et la date correspond au passage de la chanteuse libanaise Fayrouz à l’Olympia de Paris.

13 Pour découvrir le roman graphique, l’on se reportera à l’ouvrage de Joseph Ghosn, Romans Graphiques. 101 propositions de lectures des années soixante à deux mille, Marseille, Le Mot et le reste, 2009, 270 p. Pour une analyse du genre, l’on tirera profit de la lecture du mémoire de Master 2 d’Élisa Renouil intitulé “Définir le roman graphique. Du genre au format”, réalisé sous la direction de Benoît Berthou, Université de Paris-XIII, 2012, 131 f. ; dorénavant DRG. En ligne http://neuviemeart.citebd.org/​IMG/​pdf/​Definir_le_roman_graphique.pdf.

14 “La première utilisation constatée du mot remonte à novembre 1964, sous la plume de Richard Kyle, critique littéraire, dans le deuxième numéro du fanzine Capa-Alpha, lettre d’information publiée par la Comic Amateur Press Alliance. Dans sa rubrique ‘Wonderworld’, Richard Kyle explique qu’il utiliserait désormais les termes de graphic novel et de graphic story pour désigner les comics artistiquement sérieux, plus mûrs, considérant que le terme ‘comics’, porteur d’une connotation enfantine et humoristique, masquait injustement la qualité littéraire de certains ouvrages de bande dessinée” (Fred Paltani-Sargologos, Le roman graphique, une bande dessinée prescriptrice de légitimation culturelle, Mémoire de Master 2, Université de Lyon 2, 2011, p.99. En ligne : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/56772-le-roman-graphique-une-bande-dessinee- prescriptrice-de-legitimation-culturelle.pdf . Consulté le 5 mai 2018.

15 Avant elles, les éditeurs indépendants, tels L’Association ou Futuropolis, par leur engagement et les risques éditoriaux qu’ils avaient su prendre, avaient grandement contribué à la visibilité du genre. Pour plus de précisions sur les éditeurs (indépendants, spécialisés et généralistes) qui sont les principaux acteurs du marché du roman graphique, l’on se référera à DRG 69-75.

16 Élisa Renouil cite ainsi Maus d’Art Spiegelman dont l’édition intégrale a été publiée aux éditions Flammarion en 2003 (DRG 36) et qui a obtenu le Prix Pulitzer, destiné aux ouvrages de littérature.

17 Notamment lors d’une rencontre avec le public organisée par l’Institut Français de Jordanie à Amman le 24 mars 2018. Pour le programme complet : http://ifjordan.com/​agenda/​rencontre-avec-lamia-ziade/​

18 Toutes les sources de la documentation sont mentionnées en fin des volumes.

19 Dominique Viart, “Les littératures de terrain : dispositifs d'investigation en littérature française contemporaine” (2015). En ligne : http://cral.ehess.fr/​index.php?2013

20 Pour plus d’éléments, l’on consultera l’article de Jean Bessière, “L’œuvre document et la communication de l’ignorance”, Communications, n° 79, 2006, p. 319-335.

21 L’on pourra se référer à l’ouvrage de Marie-Jeanne Zenetti, Factographies. L’enregistrement littéraire à l’époque contemporaine, Paris, Classiques Garnier, 2014, 378 p.

22 Dominique Viart, “Les terrains de Patrick Deville”, dans Isabelle Bernard & Marina Hertrampf (dir.), Création & réception de Patrick Deville, Munich, Akademische Verlagsgemeinschaft, 2019, p. 152. Ces actes de colloque seront aussi publiés en ligne dans un supplément de la revue universitaire Romanische Studien : http://www.romanischestudien.de/​index.php/​rst/​index

23 Le nombre de personnes décédées reste imprécis et les estimations varient selon les organisations de 350 morts et 900 disparus à 2800 morts. L’on gardera en mémoire la force et la violence du témoignage de Jean Genet intitulé Quatre heures à Chatila écrit en septembre 1982 à Beyrouth même au lendemain du massacre : Jean Genet et Leila Shahid, Quatre heures à Chatila (1991), Paris, La Librairie des colonnes, 2016, 240 p.

24 Le film de Monika Borgmann, Lokman Slim et Hermann Theissen, intitulé Massaker (Massacre) sorti en 2005 revient sur les massacres du 16 au 18 septembre 1982 en donnant la parole à six des combattants, renvoyant chaque parti et chaque État à ses responsabilités dans le massacre.

25 Par exemple, le plus grand cimetière du monde, celui de Wadi el-Salam (MA 108-109).

26 Elle peint aussi le cercueil de Farid el Atrache (ON 541).

27 La poésie des ruines qui naît autant d’une mémoire pas totalement objectivée que d’inquiétudes présentes et d’attentes politiques renverra assurément le lecteur aux destructions récentes en Syrie : le saccage de Palmyre ou des souks millénaires de Damas par les membres du groupe islamiste Daesh...

28 Pour les Chiites, le jour de l’Achoura commémore le massacre à Karbala de l’imam Hussein et de soixante-douze membres de sa famille ainsi que de ses partisans par le Califat Omeyyade.

29 Jacques Rancière, Politique de la littérature, Paris, Galilée, 2007, p. 204.

30 On croise aussi Dalida et Claude François, vedettes de la chanson française bien connues (ON 446 ; 454).

31 Son portrait figure sur la couverture de l’ouvrage ; il est reproduit dans le corps du livre avec une série de “femmes tombées en martyres […] contre les forces israéliennes” (MA 25-35 ; 160-164).

32 À ce propos, Lamia Ziadé est intervenue à la Philharmonie de Paris, le 11 avril 2018, dans le cadre de l’exposition Al Musiqa (https://philharmoniedeparis.fr/​fr/​exposition-al-musiqa) consacrée à la présentation des formes musicales arabes, traditionnelles et contemporaines, mystiques et profanes, populaires et savantes. Elle présente sommaire- ment “Voix et visages du monde arabe” dans cet entretien: https://www.youtube.com/watch?v=4gTJejy60nE.

33 L’artiste les imagine et les peint tels des enfants choyés par leur mère Alia, elle-même mélomane et chanteuse, entourés de professeurs de chant et de musique émérites dans le salon familial (ON 36-37).

34 L’on suit, parmi d’autres, les étapes de la vie mouvementée de Rose el Youssef ‒ fondatrice au Caire dans les années 1920 d’un journal audacieux et impertinent qui porte son nom et existe toujours ‒ ou de Badía Massabni, dont la réussite naît de leur talent, de leur sens des affaires tout autant que de leur ténacité et de leur avant-gardisme (ON 50, 70…).

35 Une grande partie des documents se trouvent en accès libre sur le site de la Bibliothèque d’Alexandrie et également sur youtube.com.

36 À noter aussi un paragraphe en anglais, reprise textuelle des mémoires de l’homme politique britannique Edward Spears (ON 253).

37 Elle a rencontré le neveu de Leïla Mourad et le petit-fils d’Asmahan. Ziadé nous a confié encore bien d’autres anecdotes qu’elle n’a pas citées dans ses ouvrages : par exemple, le projet du compositeur libanais Gabriel Yared de réorchestrer les musiques des chansons qui ont fait la gloire d’Asmahan, déesse aux yeux émeraude qui fut la rivale la plus sérieuse d’Oum Kalthoum, pour la petite-fille d’Amal el-Atrache qui devrait les réinterpréter prochainement.

38 D’autres mentions apparaissent (ON 182, 194, 214, 256, 358, 430…)

39 Le chapitre “Le dictateur et l’occident civilisé” reproduit le virulent monologue d’un défenseur anonyme de la cause irakienne (MA 170-175) ; celui intitulé “Le colonel égorgé” le témoignage de l’acteur Omar Sharif sur les circonstances de la mort du Président Khadafi (MA 180-184). Ziadé cite aussi les propos engagés en faveur des Palestiniens de l’éditeur parisien Jérôme Lindon dans l’introduction au livre de Jacques Vergès dont elle reproduit la couverture, Pour les Fidayîns, publié en 1969 (MA 198-199), des lettres d’adieu de jeunes partis combattre contre les territoires occupés par l’État d’Israël (MA 209).

40 Il s’inscrit tout à fait dans la veine très prolifique du roman graphique tentant de rendre accessibles les sujets les plus complexes. Lamia Ziadé signale d’ailleurs que Beyrouth est une scène hyperactive, au centre d’un mouvement de renouvellement esthétique. La nouvelle génération d’artistes ‒ par exemple, celle emmenée par le collectif Samandal depuis 2007 et constitué de bédéistes, d’illustrateurs, de photographes, de graphistes et de musiciens internationaux (http://alifbata.fr/​la-revue-samandal/​)‒ enrichit le 9e art d’interrogations politiques et sociétales inédites.

41 Dominique Viart & Bruno Vercier, La littérature française au présent : héritage, modernité, mutation, Paris, Bordas, 2008, p. 130.

42 “Misr, Oum el-Dounia” (ON 388). “Comment Le Caire pourrait-elle être autrement, puisqu’elle est la mère du monde ?” disait Shéhérazade en contant ses Mille et Une Nuits, dont nombre de récits sont nés sur les bords du Nil.

43 Béligh Nabli, Comprendre le monde arabe, Paris, Armand Colin, 2013, p. 131; dorénavant CMA.

44 “Depuis la naissance du monde arabe, le pays a en effet été dirigé par des dynasties musulmanes certes, mais non arabes” (CMA 131-132).

45 Bye Bye Babylone est paru sans pagination. La référence aux pages est ajoutée par mes soins.

46 Dans un email en date du 25 avril 2018, Lamia Ziadé déclare : “Le Pop’art, Matisse, Hockney, Wesselman, Cézanne m’inspirent”.

47 Sur le musée de Beyrouth, cf. aussi MA 58-73.

48 La présentation par l’éditeur qui figure en quatrième de couverture d’Ô nuit, ô mes yeux et de Ma très grande mélancolie arabe réinvestit cette notion d’inventaire.

49 Plus loin, sera narrée la bataille des hôtels (BB 84-97).

50 Signalons que Lamia Ziadé est très fière qu’aujourd’hui son éditeur libanais qui a publié Ô nuit, ô mes yeux en arabe dans une version qu’elle a elle-même supervisée, soit Hachette-Antoine.

51 C’est le cas de Ziadé qui associe sa vie aux chansons de Fayrouz. Elle explicite les liens qui l’unissent avec sa compatriote depuis le jour de sa naissance (MA 516).

52 Elisa Bricco, “Le roman graphique et l’Histoire : pour un roman engagé”, Cahiers de Narratologie, n°26, 2014, p. 2. Mis en ligne le 1er octobre 2014, https://journals.openedition.org/​narratologie/​6864 . Consulté le 23 avril 2018.

53 Une photographie personnelle de l’auteure est reproduite en couleurs à la fin du volume (BB 297).

54 Paul Ricœur La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000, p. 108.

55 Ce fut l’été de la guerre des trente-trois jours entre entre Israël et le Liban. Pour une approche synthétique de l’histoire du Liban, l’on consultera l’ouvrage de Béligh Nabli, Comprendre le monde arabe, Paris, Armand Colin, 2013, p. 122-125.

56 L’on retrouvera ce propos sur le site : http://www.cndp.fr/​crdpeims/​memoire/​enseigner/​memoire_histoire/​ 01quesignifie.htm.

57 Lamia Ziadé a réalisé une série de nus féminins de grand format avec collages de tissus et peinture.

58 L’exergue de Ma très grande mélancolie arabe est extrait de son ouvrage Le dérèglement du monde (MA 7).

59 Amin Maalouf, Les Identités meurtrières, Paris, Grasset, 1998, p. 43, 203, 204. Dorénavant IM.

60 Antoine Garapon est cité par Aïda Kanafani-Zahar, Liban, la guerre et la mémoire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, <Histoire>, p. 7.

61 Cette phrase est extraite d’un email personnel échangé avec Lamia Ziadé, en date du 25 avril 2017.

62 Les quatre volumes de la série Persépolis de Marjane Satrapi publiés entre 2000 et 2003 aux éditions L’Association pourrait en être une autre illustration.

63 Préparant une nouvelle collection, l’artiste recrée aujourd’hui des objets en céramique typiques de l’âge d’or du cinéma musical : dés, jeux de cartes, cendrier et cigarettes, mains de femmes gantées ou aux ongles vernis de carmin... Ces objets symboles de la vie nocturne et des cabarets cairotes sont illustrés dans Ô nuit, ô mes yeux sous la forme de gros plans ou de décors (ON 265,268,270,286,308,567).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Bernard, « L’écriture de terrain de Lamia Zadé »Revue critique de fixxion française contemporaine [En ligne], 18 | 2019, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 27 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/fixxion/1958 ; DOI : https://doi.org/10.4000/fixxion.1958

Haut de page

Auteur

Isabelle Bernard

Université de Jordanie

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search