Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24ÉtudesViolences sexuelles en imaginaire

Études

Violences sexuelles en imaginaire

Stratégies masculines d’intelligibilité (Houellebecq, Damasio, Volodine)
Frédéric Guignard

Résumés

Le présent article s’inscrit dans une veine critique visant à reconsidérer et situer la figuration de violences sexistes, pas nécessairement nommées comme telles, dans quelques romans de science-fiction. L’invention d’un devenir conjecturé de l’humanité, spécifique à ce genre, force à expliciter les impensés que reproduirait une littérature réaliste et interdit le rattachement à cette dernière pour justifier le mode d’être “naturel” des personnages et sa ressaisie par la narration. Il s’agit non pas seulement de repérer les effets de cadrage et leur inscription dans la logique du récit mais également de comprendre quel fond idéologique rend les violences intelligibles, voire légitimes. Les trois auteurs masculins du corpus sont ainsi considérés dans leurs régimes respectifs de représentation des violences sexuelles : la naturalisation chez Michel Houellebecq, la sublimation chez Alain Damasio et la traumatisation chez Antoine Volodine. Un tel aperçu de mécanismes de la domination diégétique permet de mettre à jour des aprioris narratifs figés, afin de pouvoir laisser s’exprimer une véritable polyphonie narrative et la puissance heuristique propre aux genres de l’imaginaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 C’est entre autres le parti pris du recueil dirigé par Jacques Dubois qui paradoxalement associe (...)
  • 2 Celia Gueuti, “La ‘cancel culture’ veut-elle vraiment supprimer la scène du baiser ‘non consenti’ (...)
  • 3 Chloé Leprince, “Le prince de ‘La Belle au bois dormant’ est-il un prédateur sexuel ?”, franceult (...)

1Rarement un séisme en termes de représentation d’un même fait sociétal aura été aussi fort : en quelques années, le discours médian (journalistique, politique, etc.) sur les violences sexuelles est passé de la complaisance à une position globalement critique, grâce au travail de fond de féministes visant à politiser ces questions. L’onde de choc metoo s’est propagée jusqu’au fait littéraire où un travail de reconfiguration radicale de la réception a ouvert le débat sur des enjeux autrefois assimilés à la sphère du désir1. Les récentes polémiques sur Blanche-Neige2 ou la Belle au bois dormant3 en témoignent, partie émergée de l’iceberg d’une critique de la représentation de la séduction hétérosexuelle, divisant le lectorat entre séditionnistes (qui défendent l’idée qu’il faut arrêter de lire les textes problématiques et se constituer un nouveau canon), criticistes (estimant que les œuvres doivent être relues et situées différemment) et statu-quistes (selon lesquels le canon est sacré et il est nécessaire de ne point y toucher). Pour être à la hauteur de la seconde proposition, un important travail de reconsidération des corpus doit être effectué.

  • 4 Au sens de “représenter en tant que trauma” et non pas “d’infliger un trauma”.
  • 5 Donna J. Haraway, “Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Par (...)
  • 6 Selon la formulation de Judith Butler dans son ouvrage éponyme : Judith Butler, The Psychic Life (...)

2Cette analyse propose donc de contribuer à cet effort de réévaluation d’œuvres, ici du début de siècle, chez trois auteurs masculins compris dans leurs régimes respectifs de représentation des violences sexistes et sexuelles : la naturalisation chez Michel Houellebecq, la sublimation chez Alain Damasio et la traumatisation4 chez Antoine Volodine. Il s’agira non pas seulement de repérer les effets de cadrage et leur inscription dans la logique du récit mais également de comprendre quel fond idéologique rend ces violences intelligibles, voire légitimes. Le passage par le genre science-fictionnel – auquel on peut rattacher les romans qui seront l’objet de ce présent article – manifeste doublement le point de vue des locuteurs et personnages, de leurs discours, par contraste avec un devenir conjecturé (les sociétés futuristes avec leurs propres codes) explicitant les impensés que reproduirait une littérature réaliste. En suivant la proposition de Donna Haraway de situer épistémologiquement les points de vue subjectifs afin de garantir une représentation efficace des expériences diverses, notamment via la fiction5, il sera significatif de constater comment les trois études de cas cristallisent trois positionnements masculins vis-à-vis de violences qu’ils n’expérimentent pas (en l’espèce) et dont ils sont souvent tenus responsables. Cette introspection dans la “vie psychique du pouvoir”6 espère donner un petit aperçu des mécanismes de la domination diégétique, dans sa déclinaison science-fictionnelle.

Totalitarisme du “naturalisme” houellebecquien

  • 7 Jérôme Meizoz, Postures littéraires, Genève, Slatkine Erudition, 2007.
  • 8 Raphaël Baroni, Samuel Estier, Peut-on lire Houellebecq ? Un cas d’illisibilité contemporaine”, (...)
  • 9 Michel Houellebecq, Les particules élémentaires, Paris, Flammarion, 1998. Dorénavant PE.
  • 10 Michel Houellebecq, La possibilité d’une île, Paris, Fayard, 2005. Dorénavant PI.
  • 11 Benoît Denis, Ironie et idéologie”, COnTEXTES, n° 2, 2007, disponible sur https://journals.opene (...)

3Le cas Houellebecq est emblématique de l’interaction entre positionnement idéologique et représentation ambigüe, qui met à mal les tentatives de responsabilisation d’un auteur vis-à-vis de son œuvre. Afin d’éviter l’écueil biographique et le jeu du chat et de la souris qu’une telle perspective implique, des approches liées à la posture de l’auteur7 ou à la lisibilité8 du texte houellebecquien ont été avancées ; elles ne disent toutefois pas grand-chose de ce qui se joue en termes de représentation. Pour ce faire, il convient de ressaisir le panorama idéologique qui se déploie dans les deux romans science-fictionnels de l’auteur : Les particules élémentaires9 et La possibilité d’une île10 en allant au-delà de l’ironie relativisante qu’a pu repérer Benoît Denis pour Plateforme11. La similarité structurelle entre les deux œuvres choisies est frappante : une posthumanité surplombante assiste aux derniers soubresauts d’une humanité déchue sous la forme de personnages masculins désabusés dont la seule distraction passagère semble être la lubricité. Si le processus est rétrospectif dans la première – le statut de la narration (assumée par des néo-humains libérés du désir et de l’individuation) étant révélé dans le dernier paragraphe – la seconde intègre des récits de posthumains qui viennent directement contraster cette monologie. Dans Les particules élémentaires, l’histoire décrit l’arrivée à maturité des caricatures que sont Michel et Bruno, les deux frères protagonistes, qui exemplifient deux modes d’être masculins : l’un se perd dans le travail intellectuel de façon monomaniaque tandis que l’autre tente de combler sa “misère” sexuelle par n’importe quel moyen. Tous deux sont en prise avec l’échec que leur semble être leur existence et la chute immuable que le vieillissement leur inspire.

  • 12 Féminin générique ; l’effet de sens est d’ailleurs utile.

4Au fil des Particules élémentaires, la lectrice12 est donc d’abord confrontée à la superposition du récit des deux frères avec un discours cadrant comprenant des reformulations simplistes de l’histoire occidentale récente de même que des caractérisations naturalistes des comportements humains. Ces analyses extradiégétiques semblent être là pour éclairer le narré :

Comme l’indiquait le beau mot de “ménage”, le couple et la famille représentaient le dernier îlot de communisme primitif au sein de la société libérale. La libération sexuelle eut pour effet la destruction de ces communautés intermédiaires, les dernières à séparer l’individu du marché. (PE : 116)

  • 13 Jean-Pierre Bertrand, Jacques Dubois, “Fin de partie”, dans Jacques Dubois (dir.), op. cit., p. 1 (...)

5Les multiples contre-sens (le terme “communisme primitif” pour désigner la famille bourgeoise, le couple comme entité égalitaire, le rapport univoque entre la libération sexuelle et la destruction de la famille) ne sont pas embarrassants en soi, jusqu’à ce qu’ils soient reçus comme explicitant les enjeux diégétiques. Se déploie ici la thèse récurrente de tous les romans houellebecquiens : la libération des mœurs à partir de mai 68 n’a rien de révolutionnaire mais participe au contraire à l’extension de la logique libérale de marché au domaine de l’intime. A minima, “le parallèle entre les deux marchés [économique et sexuel] relève de l’approximation13.  Il s’agit là d’un topos idéologique du récit chez Houellebecq dont la responsabilité locutoire incombe tantôt à la narration, tantôt aux personnages, sans qu’aucune de ces instances ne s’en distancie.

6L’autre grand discours explicatif est biologisant, par l’accumulation de fragments qui relisent le comportement humain par le biais de l’éthologie. Ainsi, le harcèlement que subit Bruno durant son enfance est expliqué par la parenté phylogénétique des agresseurs avec les chimpanzés :

La brutalité et la domination, générales dans les sociétés animales, s’accompagnent déjà chez le chimpanzé (Pan troglodytes) d’actes de cruauté gratuite accomplis à l’encontre de l’animal le plus faible. Cette tendance atteint son comble chez les sociétés humaines primitives, et dans les sociétés développées chez l’enfant et l’adolescent jeune. Plus tard apparaît la pitié, ou identification aux souffrances d’autrui ; cette pitié est rapidement systématisée sous forme de loi morale. (PE : 46)

7Ce nietzschéisme de sagesse populaire est une récurrence dans le paysage idéologique des romans de Houellebecq. Il est à noter que les énoncés du type ne sont pas pris en charge par une instance identifiable. Ils ne sont pour autant jamais contrebalancés ni infirmés par le récit. Les pulsions sexuelles suivent un même moteur explicatif dans La possibilité d’une île :

Cette subordination de l’individu à l’espèce, basée sur des mécanismes biologiques inchangés, était tout aussi forte chez l’animal humain, à cette aggravation près que les pulsions sexuelles, non limitées aux périodes de rut, pouvaient s’y exercer en permanence. (PI : 301)

8Sous le vernis éthologique se révèle une visée évaluative nette : l’humain est vu comme un animal dégénéré dont le processus sexuel est une “aggravation” de l’état antérieur. De part en part, le réductionnisme est traversé d’une idéologie catastrophiste qui plaque des déterminations sur des faits de nature.

9Une objection se formule toutefois : ces incises seraient prises en charge par la narration post-humaine, qui de son œil supérieur regarderait avec curiosité et mépris son antérieure condition animale. Il se trouve cependant que les personnages eux-mêmes fonctionnent suivant cette logique-là et ne s’en départissent pas. Celle-ci semble immanente non pas seulement à la société post-humaine qui tente de comprendre le fonctionnement des primates qui les ont précédés mais également à tous les personnages. Contrairement à ce que pourrait laisser croire le contraste entre les néo-humains conjecturés et les réalités de la fin du 20e siècle, il n’y a pas de mise à distance de la clef de compréhension surplombante, pas d’alternative au modèle libéral : celui-ci ne fait que rendre explicite la compétition naturelle des mâles, quand il est combiné à une lecture biologisante et pessimiste des rapports humains. Sur ce point, les personnages ne se distinguent ni entre eux ni de la narration. Dans Les particules élémentaires, si Bruno fait figure de claire caricature raciste et homophobe, Michel ou Christiane (compagne d’un temps de Bruno) partagent les mêmes idées monolithiques sur les femmes et la sexualité :

Michel resta silencieux ; il n’était pas surpris. La plupart des femmes ont une adolescence excitée, elles s’intéressent beaucoup aux garçons et au sexe ; puis peu à peu elles se lassent, elles n’ont plus très envie d’ouvrir leurs cuisses, de se mettre en lordose pour présenter leur cul. (PE : 234)

10Raphaël Baroni le relève déjà :

  • 14 Raphaël Baroni, “Comment débusquer la voix d’un auteur dans sa fiction ? Une étude de quelques pr (...)

Bien que changeant de locuteurs (Christiane, Bruno, Michel, Annabelle, le narrateur impersonnel), le roman accumule des aphorismes qui parlent à l’unisson pour décrire des différences sexuelles jugées naturelles.14

  • 15 Ibid.

11Il attribue cela à un “antiféminisme” vu comme “un véritable fil d’Ariane tout au long de [la] carrière [de Houellebecq]15. En deçà de cette caractérisation idéologique (sans doute justifiée mais qui dépasse l’objet du présent article), l’essentiel réside dans le caractère monologique des représentations des rapports de séduction comme un marché d’une part et des agissements humains comme des épiphénomènes d’une nature animale hypostasiée d’autre part.

12Si les pulsions sexuelles sont naturalisées de façon univoque, le traitement genré ajoute une dimension problématique à la grille de lecture biologisante-libérale :

À partir de l’âge de treize ans, sous l’influence de la progestérone et de l’œstradiol sécrétés par les ovaires, des coussinets graisseux se déposent chez la jeune fille à la hauteur des seins et des fesses. Ces organes acquièrent dans le meilleur des cas un aspect plein, harmonieux et rond ; leur contemplation produit alors chez l’homme un violent désir. (PE : 57)

13De façon remarquable, la caractérisation n’a à nouveau rien de la neutralité que le type de discours (réductionniste scientifique) laisserait envisager : “dans le meilleur des cas”, “un aspect plein, harmonieux et rond” sont des tournures très évaluatives contrastant fortement avec la scientificité supposée du propos. Cette intrication est au cœur du malentendu entre un discours scientifique et sa ressaisie normative qui propose des conclusions là où devrait régner le descriptif. En témoigne la dernière partie de l’extrait, présentée argumentativement comme une conclusion de ce qui précède : “leur contemplation produit alors chez l’homme un violent désir”. Au-delà de l’inexistence structurelle de l’homosexualité dans cette logique, du sens unique de la relation désirante, de la sexualisation précoce que cela implique – sans doute avec une visée provocatrice –, c’est surtout le mélange des genres qui incite à la méfiance et semble pointer davantage vers une légère caricature d’un discours par ailleurs assumé que de l’explicitation d’une altérité posthumaine.

14C’est donc dans ce bain idéologique-là que sont représentées des violences sexistes récurrentes, qui seront analysées dans leur aspect graduel. Le premier versant se situe dans l’objectification constante que subit l’entièreté des femmes des deux récits. Les descriptions qui omettent l’évaluation de leur attractivité sexuelle se comptent sur les doigts d’une main. Si nombre de ces commentaires sont le fait des deux protagonistes résolument misogynes (Bruno pour PE et Daniel1 pour PI), aucune voix discordante ne vient compenser, les personnages féminins étant soit résolus sur leur sort (Isabelle, Christiane) soit dénués d’agentivité (Esther). Dans ce dernier cas, il est difficile de faire plus objectifiant que la description suivante :

L’image de ce petit animal innocent, amoral, ni bon ni mauvais, simplement en quête de sa ration d’excitation et de plaisir. Je repensai soudain à la manière dont Savant décrivait l’Italienne : un joli arrangement de particules, une surface lisse, sans individualité, dont la disparition n’aurait aucune importance. (PI : 311)

15Si les hommes sont souvent identifiés à des machines sexuelles, ils ne subissent jamais ce type de réduction particulaire. L’impossibilité d’une relation horizontale, présentée comme un état de fait de la nature humaine, peut être contournée (dans les quelques scènes de réciprocité relative) mais non évitée parce qu’elle appartient au cadre général du récit et ne reflète pas l’opinion particulière de tel ou tel personnage. La description d’Esther en est une conséquence brutale.

16La sexualisation récurrente d’enfants par les deux prédateurs protagonistes, étape suivante de la violence sexiste, se construit également dans le prolongement d’une logique de jeunisme propre au libéralisme sexuel. Cette donnée est une nouvelle fois certes déplorée mais admise par les personnages : “toutes étaient plus belles, plus désirables qu’Isabelle, simplement parce qu’elles étaient plus jeunes” (PI : 81). Par extension, Bruno comme Daniel1 sont attirés par les très jeunes filles, un fait qui n’est pas en rupture avec les comportements précédents mais qui les pousse au-delà du supportable :

Il leur donnait au maximum quatorze ans. […] Avec un ensemble parfait, les minettes roulèrent leurs maillots vers le bas pour se faire bronzer les seins. Avant même d’avoir eu le temps de se toucher, Bruno déchargea violemment dans son tee-shirt. (PE : 133)

17L’enjeu ne se trouve pas du côté de la responsabilité ou de la moralité du représenté mais bien qu’il se situe dans la continuité de la grille de lecture biologisante-libérale, acquérant sinon une légitimité du moins une cohérence vis-à-vis de la misère sexuelle globale des personnages, ce qui est rendu visible par l’opinion suivante, formulée par Daniel1 :

Dans le même temps, l’arsenal juridique visant à réprimer les relations sexuelles avec les mineurs se durcissait […] Augmenter les désirs jusqu’à l’insoutenable tout en rendant leur réalisation de plus en plus inaccessible, tel était le principe unique sur lequel reposait la société occidentale. (PI : 81-82)

18La pénalisation de la pédophilie s’inscrit dans la même perspective de frustration du mâle occidental, sans distinction de nature avec les implications supposées de la libération sexuelle sur la misère de l’homme en registre compétitif. Les scènes exhibitionnistes associées sont du même acabit, par exemple lorsque Bruno se masturbe devant une élève de quinze ans :

De la main droite, j’ai descendu la fermeture éclair de ma braguette. Elle a écarquillé les yeux, son regard s’est posé sur mon sexe. […] Ma main droite s’est déplacée vers la sienne, mais je n’ai pas eu la force d’aller jusqu’au bout : dans un geste implorant, j’ai attrapé mon sexe pour lui tendre. Elle a éclaté de rire ; je crois que j’ai ri aussi en commençant à me masturber. J’ai continué à rire et à me branler pendant qu’elle rassemblait ses affaires, qu’elle se levait pour sortir. Sur le pas de la porte, elle s’est retournée pour me regarder une dernière fois ; j’ai éjaculé et je n’ai plus rien vu. (PE : 197-198)

19Une nouvelle fois, la question n’est pas vraiment de savoir s’il y a condamnation du personnage, puisque ce n’est pas thématisé, mais plutôt de comprendre quelle légitimation de la subjectivité de l’agresseur cela instaure. La focalisation permet usuellement de proposer des points de vue partiels, situés ; or sur cet enjeu de représentation, la subjectivité (des agresseurs) rejoint son objectivation par la narration et le discours surplombant qui y est associé (qu’il soit posthumain ou non) : l’agresseur est victime de lui-même.

20La sexualité masturbatoire et prédatrice des deux antihéros se manifeste donc par la prédation de cibles plus faibles (notamment plus jeunes) et systématiquement non consentantes, jusqu’au viol digital :

Elle paraissait profondément endormie, et ne réagit pas quand j’écartai ses cuisses, mais lorsque j’introduisis un doigt dans sa chatte, elle repoussa ma main machinalement, sans vraiment se réveiller. (PI : 310-11)

21Si la question du consentement n’est jamais abordée, même de façon négative (comme fantasme, par exemple), c’est qu’elle n’est pas audible à l’aune du paradigme d’une sexualité naturalisée sous la forme d’une pulsion animale sous-jacente. Sa forme la plus pure est donc la prédation : ce viol digital n’est pas un enjeu narratif mais une simple étape de la déambulation désabusée de Daniel1 qui finira en nouvelle scène d’exhibition (je pensais qu’elle ne remarquait pas ma présence, mais elle cracha de côté au moment où j’éjaculais (PI : 315)). La représentation du point de vue des agresseurs n’est que l’expression paroxystique d’une répression du désir masculin, qui n’est pas situé comme tel mais se lit comme l’expression nécessaire d’une nature fondamentale. Si la conjecture post-humaine permet de tenir à distance certains discours scientistes, elle échoue en revanche à situer l’idéologie dominante qui la traverse et contribue paradoxalement à son renforcement. L’impossibilité d’une île consacre la fausse alternative entre un désir animal, déséquilibré, dangereux et une posthumanité morne, désindividualisée. Mais cette vision est très située :

  • 16 Eric Fassin, Houellebecq antilibéral, du sexe à l’islam”, Modern & Contemporary France, n° 27, 2 (...)

Qu’il parle de sexe ou d’islam, [Houellebecq] se fait encore et toujours le porte-parole du mâle blanc, de ses désirs et de ses frustrations : cette littérature est donc une érotique politique. Or c’est bien l’érotisation du ressentiment dans l’œuvre de Michel Houellebecq qui explique son retentissement, tant par ce qu’elle reflète que par ce qu’elle fait advenir.16

  • 17 Raphaël Baroni, op. cit., p. 91.

22Plus exactement, et pour éviter la référence auctoriale, le dispositif narratif est incapable de représenter autre chose que cette symphonie17 idéologique, échouant en cela à la volonté polyphonique qui structure nombre de romans.

23Chez Houellebecq, les utopies post-humaines semblent donc consacrer le caractère d’amoralité animale de l’être humain comme sa détermination première, et représentent les violences sexistes par ce truchement. Les exemples de héros pathétiques ne sont en ce sens pas accidentellement protagonistes : ils exemplifient mieux que les autres l’aporie libérale des mœurs que Houellebecq met en scène de façon non critique. En effet, les personnages se situent uniquement par rapport à ce schème directeur, sans réel contre-modèle. La critique externe, généalogique (qui comprend mai 68 comme cause du libéralisme sexuel), ne fait qu’entériner la force explicative de ce panorama idéologique quasi totalitaire : il n’y a guère d’en-dehors à cette dystopie sexuelle, et les violences sexuelles en sont l’arrière-fond structurant, un épiphénomène à valeur de nécessité.

Sublimer la violence sexiste : la révolution éjaculatoire de Damasio

  • 18 Alain Damasio, La Zone du dehors, Paris, Gallimard, 2007, <FolioSF>. Dorénavant ZD.
  • 19 Leïla Bergougnoux, Nina Faure, Yéléna Perret, La zone du cador : révolution viriliste chez un ‘h (...)
  • 20 Ibid.

24La Zone du dehors d’Alain Damasio18 a attiré l’œil critique de trois lectrices sur un blog militant au travers d’une tribune, publiée en juin 2020, intitulée “La zone du cador”19. Son ton expéditif interroge frontalement : “pourquoi diable personne, parmi tous ceux qui nous avaient conseillé [le roman], n’avait semblé relever le virilisme bêta de ce livre ?”20 La question n’est pas rhétorique, et elle exemplifie à merveille la tache aveugle d’une partie du lectorat quant à un type de représentation très située. Car le qualificatif viriliste est encore euphémistique pour qualifier certains passages de cette première œuvre damasienne, qui va augurer d’une nouvelle étape dans la représentation des violences sexistes en les transmutant en l’expression de pulsions révolutionnaires, au sein d’une société futuriste présentée comme efféminée.

25Le rare commentaire académique sur cette œuvre se montre souvent peu critique vis-à-vis du discours de fond – la révolution se fera dans le langage par le biais de courageux résistants-orateurs – que défend Capt, le héros et leader de la Volte (mouvement de résistance au Cerclon, la société totalitaire mais bienveillante de La Zone du dehors) :

  • 21 Jérôme Goffette, “Enfermement, aliénation et libération : explorer La Zone du Dehors dAlain Dama (...)

La Volte a donc repris à son compte un moyen légal de publicité, c’est-à-dire de parole intéressée, enchaînée, tarifée – une parole prostituée – pour en faire un vecteur de poésie et de politique, c’est-à-dire une parole désintéressée, déchaînée, gratuite et subversive – libérée.21

26Le ton mélioratif du commentaire ne fait que paraphraser le discours damasien sur son œuvre. Pourtant, ici se dessine déjà en filigrane l’ennemie : la parole prostituée, confisquée par le système. Or ce système est fortement genré au féminin, et pas dans une version apologétique :

Qui y avait intérêt [à revendiquer un attentat à la place de la Volte] ? Les putes, toutes les putes, la masse grouillante des putes de l’Ordre public : les flics bien sûr, mais aussi la quasi-totalité des médias… (ZD : 97)

27La métaphore n’est pas arbitraire : ce qui est reproché à la société du Dedans, c’est qu’elle s’occupe de ses membres, tantôt comme une “pute”, tantôt comme une mère, qu’elle les choie. Les représentantes les plus visibles de cette logique sont les hôtesses de classe A” qui officient dans un “centre de rencontres” (ZD : 251), lieu de l’intervention de Capt et de ses acolytes pour clamer leur vérité à la société endormie. Ces hôtesses sont la quintessence de ce que la Volte dénonce : un travail de service et de soin (le travail du sexe) qui s’affranchit du corps (puisque la prestation aura lieu “par caméra et par écran interposés” (ZD : 254)).

28De manière générale, la facile critique de l’apparence déployée dans le roman a une cible bien particulière : la “jolie jeune brune, surmaquillée jusqu’à l’absurde” (ZD : 101) ou le “pot de peinture doté de parole [qui] s’est retourné sur moi” (ZD : 263) participent en effet de l’erreur sociétale (féminine) qui consiste à s’apprêter plutôt qu’à lire Deleuze. La vision que déploient ces exemples ponctuels n’est pas anecdotique puisque c’est la totalité du genre féminin qui succombe au miroir magique, reprenant sans doute le trope misogyne le plus éculé de l’histoire littéraire :

Toute la longueur du bâtiment à ma gauche n’est qu’un vaste mirécran de huit mètres sur trois qui filme et reprojette, en gommant subtilement les défauts et les rides, tous les individus passant sur le trottoir (inutile de dire qu’il n’y a pas une femme, pas une ! qui ne se tourne discrètement vers la “glace” et ne sourit en voyant son reflet embelli…). Un pur réflexe de proie. (ZD : 542-543)

29La qualification de “proie” comprend certes une volonté de transformation de leur statut mais elle s’inscrit trop rapidement dans la logique genrée de pouvoir (prédateur – proie), contrecarrant totalement les aspirations révolutionnaires, pour peu qu’elles se soucient de toutes les dominations.

30Comme chez Houllebecq, l’idéologie moyenne des acteurs valorisés de cette révolution (la misogynie soft”) est contrastée par un personnage plus extrême dans ces positions (qui correspondrait aux héros-agresseurs des Particules élémentaires et de La possibilité d’une île), ici Zorlk, dont Capt semble d’abord se distinguer :

[Son] système [de valeurs] n’avait qu’une exigence […] : ne se laisser faiblir par aucune de ces considérations morales et pudibondes qu’on appelait “les droits de l’homme”, “les droits de la femme”, “les droits de l’enfant”, “le respect de la propriété”, “la liberté réciproque”. En clair, tout ce que trois millénaires de judéo-christianisme avaient cumulé dans la conscience clapotante des femmelettes, des retraités et des impotents, qui tous votaient… (ZD : 63)

31Le distinguo n’est que de façade car Capt regrette cette figure inspirante dont le “goût lui tenait lieu d’éthique” et qui “pensait avec son corps” (ZD : 64). Une nouvelle fois similairement à Houellebecq, Nietzsche est invoqué (“il me rappelait Nietzsche” (ZD : 64)) dans une version qui en aurait surtout retenu la misogynie et simplifié l’élan vitaliste à l’effarouchement de victimes du système : l’antidémocratisme se lit ici bien davantage comme un proto-fascisme que comme une pensée émancipatrice. Orlane Glises de la Rivière le relève :

  • 22 Orlane Glises de la Rivière. Le discours totalitaire du Grand Inquisiteur dans la littérature dy (...)

[La pitié] devient une présence moralisatrice, presque castratrice, qui est le fondement de la société de La Zone du Dehors. Dès lors, le langage révolutionnaire doit-il nécessairement être amoral ou immoral ? Ou porte-t-il une autre forme de moralité que celle prêchée par le gouvernement ?22

  • 23 Bergougnoux & co le ressaisissent ainsi : “nous ne sommes pas bien arrivées à percevoir la différ (...)

32L’enjeu idéologique devient à nouveau central : la critique de la moralité et la réduction vitaliste (qui correspond en de nombreux points à la situation houellebecquienne, entre autres le biologisme mobilisé dans ses romans) se tient souvent très près d’autres formes de réactionnariat, qu’il prétend combattre. La représentation dans La Zone du dehors se montre ainsi capable de tenir à distance le totalitarisme capitaliste par l’utopie du Dehors mais inopérante à saisir ses propres enjeux de pouvoir (la figure omnipotente de Capt est difficilement réconciliable avec une horizontalité politique23) et même dangereuse quand elle identifie la société conjecturée et ses erreurs au féminin.

33La polyphonie n’est pas non plus assurée dans La Zone du dehors : le seul point de vue féminin adopté ne propose aucun contrepoids subjectif. Bdcht, la compagne de Capt, a une opinion qui ressemble plus à un redoublement de la voix de son amant et maitre à penser plutôt qu’à l’expression d’une altérité :

La femme s’est libérée ? Une heure peut-être dans l’histoire : l’heure qu’il lui a fallu pour s’habiller et se maquiller. La liberté consiste pour nous à séduire. […] La séduction que [les filles à la fête] exhibent est une séduction vide, mécanique. (ZD : 277)

34Paradoxalement, la thèse misogyne se renforce encore dans la bouche de la seule femme du groupe. La fascination négative pour le maquillage et l’habillement, déjà commentée, n’appelle guère de commentaire, pas plus que la vision de la compétition au féminin. En revanche, plus significative est la dépolitisation des relations hommes-femmes : Je ne sais pas si nous sommes l’égal des hommes et si ça veut dire quelque chose. Ce que je sens, c’est la trivialité du rocher qu’on roule (ZD : 278). Cette phrase sibylline est révélatrice de la position idéologique qui sous-tend l’œuvre, à savoir la position centrale qu’occupe le masculin révolutionnaire viriliste, vitaliste. La femme peut accéder à ce statut (théoriquement) en perdant ce qui la situe comme femme ; le combat pour l’égalité n’a donc plus de sens dans cette logique-là.

35L’étape la plus significative de cette haine du féminin tant symbolique qu’incarné est la scène de tentative de viol qui précède un moment de clameurs de Capt (sorte de logorrhée verbale visant à déstabiliser le système pour un temps), comme pour l’échauffer. Ce qui est terrifiant dans cet extrait, ce ne sont pas tant les faits représentés ou la subjectivité de l’agresseur, mais bien le fait que la narration conduit à légitimer son acte :

– Et comme je sens bien que vous adorez ça, je vais vous l’éjaculer partout, ma crasse, sur le corps.
Je lui saute dessus et la coince dans l’angle de l’abribus. Son visage se plisse de terreur. Paralysée, elle reste. […] Avec mon bras gauche, je la bloque à l’épaule. Je suis tout près de son cou. Il exhale le parfum de qualité. Ses lèvres cherchent l’air ou un cri. Elle halète. Ça m’excite. En un éclair, j’ai envie de la violer. C’est une de ces femmes si pleines d’ordre, sans un pli, la cervelle blanchie au poncif, qui doit se pulvériser du déodorant jusqu’au fond de la chatte, qu’un désir animal de griffer et déchirer me prend au bas-ventre. Elle finira sa vie la peau tendue comme une toile, le visage poncé de ses hypocrisies, je le vois. […] elle se rétracte en boule. La lâcheté même. (ZD : 250)

36La lecture du passage sans contexte pourrait laisser le doute sur le statut à accorder au protagoniste : or tout concourt à comprendre son acte comme expression de révolte contre la propreté et la lâcheté sociétale que cristallise cette femme. La scène d’agression suit un débat envenimé entre les deux personnages, où son statut d’“hôtesse dans la meilleur restaurant du secteur 4” (ZD : 249) est évoqué, de même que son “apathie [qui] est un permis de chasse” (ZD : 248). La proie-victime est rendue responsable de ce qui lui arrive. La misogynie cosmétique décrite plus haut (instanciée dans le “parfum de qualité” de cette “femme […] si pleine d’ordre” à la future “peau tendue comme une toile”) devient légitimation de la volonté de détruire. La violence est soutenue par un “désir animal” qui délègue toujours la responsabilité de la pulsion à un atavisme biologique. Mais l’attaque est aussi dédoublée d’une justification presque éducatrice, contre sa “cervelle blanchie au poncif” et son “visage poncé de ses hypocrises” : elle doit être violée pour comprendre. Capt consomme la jouissance de sa domination : “Rien n’est plus facile que d’agresser une femme sur cette planète” (ZD : 251). Si un tel constat pourrait être l’occasion de thématiser les violences faites aux femmes, il n’est ici que la justification de ses actes, la responsabilisation sociétale de sa pulsion de viol (qui le dédouane donc), qui accède presque par sa visée démonstrative à un acte de révolte.

37Chez Damasio, la violence sexiste se transfigure ainsi en élan vitaliste révolutionnaire. Capt, gourou anarchiste, puise son énergie vitale dans la haine que lui inspire la société féminisée du Cerclon, toute d’attention faite, une société-pute dont les agentes sont des hôtesses. Pour accéder à un rôle, la femme doit venir visser quatre planches” (ZD : 640) plutôt que prendre soin des autres et songer à son maquillage. Ce nietzschéisme de gauche mène à l’agression d’une inconnue par Capt en une remarquable inversion de la domination, sublimant la violence sexuelle en affirmation de la vie révolutionnaire, qui accède à la légitimation.

Poétique volodienne de la traumatisation

  • 24 Antoine Volodine, Terminus radieux, Paris, Points, 2015. Dorénavant TR.

38La galaxie “post-exotique” de Volodine propose dans Terminus radieux24 une double conjecture, postapocalyptique (des terres dévastées par des accidents nucléaires) et science-fictionnelle (le récit se situe en aval de la Deuxième Union soviétique), aux confins du magique (avec la présence de nécromancie et de sorcellerie). Malgré un ton extrêmement décliniste, une écriture désenchantée et un décor concentrationnaire, il thématise les violences sexuelles, toile de fond inévitable d’une littérature de guerre dont le roman partage certains tropes, de façon critique. Le contexte idéologique en relation avec ces questions n’est en effet pas une extrapolation d’une conception libérale de la sexualité, comme chez Houellebecq ; il hérite plutôt, dans la logique conjecturale, de la politique répressive de la sexualité, en particulier masculine, qui avait cours durant la Deuxième Union soviétique imaginée comme ayant dominé le champ politique en amont des événements narrés.

39Au début de la narration, Kronauer – le protagoniste dont le point de vue est le plus adopté – se sépare de ses deux partenaires d’errance, dont l’une est mourante, pour trouver de l’eau. Il tombe alors sur Samiya, fille de Solovieï, qui dirige un ancien kolkhoze irradié. Le héros rejoint ce lieu semblant vivre hors du temps et avec ses propres règles, tant sociales que physiologiques. Rapidement mis au contact des deux autres filles du Lear local, Myriam et Hannko, Kronauer doit lutter avec des pulsions sexuelles qu’il n’assume pas :

Il avait reçu une éducation prolétarienne qui associait toute manifestation sexuelle à un débordement immoral. […] Il avait lu plusieurs ouvrages de Maria Kwoll qui stigmatisaient les pulsions masculines et qui les peignaient sous les couleurs les plus odieuses, les plus révoltantes. (TR : 138)

40L’idéologie majoritaire d’intelligibilité des relations hommes-femmes, dans ce monde dévasté, semble transmise par le biais de théoriciennes connues et lues par les personnages, au premier rang desquelles Maria Kwoll, désignées comme “féministes” (TR : 84) et que tout communiste se doit de connaitre. En réalité, ses écrits semblent caricaturer certains traits des féministes abolitionnistes (qui considèrent l’entièreté de la sexualité hétérosexuelle comme fondamentalement viciée) et les combiner avec la politique conservatrice stalinienne sur la sexualité ; Kronauer, en bon camarade, les relit d’ailleurs avec soin :

Il révisait docilement ses connaissances sur la brutalité des mâles, sur l’animalité ridicule de toute relation sexuelle, sur la pratique systématique du viol dans les rapports entre hommes et femmes. (TR : 144)

41L’aspect outrancier du discours allié à une instanciation claire au sein du récit instaure un tout autre rapport de lecture que les deux cas précédents (Houellebecq et Damasio) en identifiant une idéologie manifestée comme telle, et avec laquelle les protagonistes interagissent.

  • 25 Claire Mercier, “Dystopie de l’évolution dans Songes de Melvido et Terminus radieux d’Antoine Vol (...)
  • 26 Ibid., p. 249.

42Ce type de grille de compréhension dans une période aussi troublée fait sens pour les protagonistes, confrontés à l’horreur de la guerre, qui vivent une véritable “épopée traumatique” selon les mots de Claire Mercier25. Toute l’existence des personnages semble en effet consacrée à survivre aux horreurs passées, qui ne vont qu’en s’empirant, selon un mécanisme d’évolution inversée : “L’involution, dans l’œuvre volodienne, est dépeinte comme un traumatisme mélancolique”26. Ce retour perpétuel vers un passé dont il n’est pas possible de se défaire est autant l’occasion de faire le point sur le vécu par la réminiscence que de structurer sa pensée à partir de ce fond catastrophiste. La peur du viol est plusieurs fois signifiée, tant chez Samiya lors de sa première interaction avec Kronauer que chez ses sœurs. Le cadre idéologique (l’abolitionnisme sexuel) est le seul disponible, d’autant que les lectures des trois filles sont entièrement déterminées par leur père qui les a élevées en dehors de tout contact avec l’extérieur et contraintes dans leur choix marital, une toute-puissance abordée ci-après.

43Remarquablement, la formulation de l’idéologie abolitionniste rejoint le déterminisme biologisant qui sous-tendait déjà les œuvres de Houellebecq et Damasio, cette fois dans une perspective dite “féministe” :

Iliouchenkio parcourut trois paragraphes [d’une anthologie de Maria Kwoll], qui faisaient remonter toute manifestation de désir et même de tendresse amoureuse à la brutalité originelle de la nuit animale, aux impérieuses obscurités nées pendant l’ère paléozoïque, contraignant les créatures vivantes à se déchirer, à se violer les unes les autres afin de perpétuer horriblement leur espèce. Maria Kwoll voyait dans les instants vertigineux de l’orgasme un raccourci qui menait instantanément quatre ou cinq cents millions d’années en arrière. (TR : 220-221)

44Il n’y a évidemment rien de féministe dans un propos qui reprend de façon non-critique un discours quasi mythologique mais cela permet à une tension d’émerger, lorsque les personnages sont confrontés à leurs propres désirs et à des contre-modèles :

[Kronauer] ne ressemblait pas à un de ces mâles tiraillés par la frénésie sexuelle, prêts à grogner, à brutaliser et à arroser de sperme tout ce qui était féminin et à leur portée, tels que les décrivait Maria Kwoll dans ses proses féministes. (TR : 84)

45À cette révélation de Samiya fait aussi écho l’évolution de Kronauer qui passe ainsi du cliché misogyne à l’égard de Myriam Oumarik, la cadette de Solovieï (“Elle avait eu en permanence des attitudes d’allumeuse, mais c’était aussi celle dont depuis le début il s’était le plus méfié (TR : 331)) à sa réfutation en quelques pages :

Sa position allongée tout contre Kronauer n’exprimait pas le moins du monde un abandon lascif, une complicité amoureuse ou l’attente d’une caresse. On ne pouvait y lire que de la gêne, du désarroi, et une anxiété qui grandissait de seconde en seconde. (TR : 333)

46La tension instaurée par la confrontation des personnages avec ce modèle permet le dialogisme et l’émergence d’une véritable heuristique interne au récit sur la question.

47La métaphorisation du viol et de l’emprise au travers de la magie de Solovieï, démiurge local du Terminus Radieux, laisse entrevoir une manière créative de signifier ces enjeux. Celui-ci s’infiltre en effet dans l’intimité de ses filles d’une manière chamanique mais qui rappelle la réalité brutale de l’inceste :

Solovieï quant à lui aboutissait certaines nuits au cœur [du] sommeil [de ses filles] et il y entrait sans frapper. […] Il profitait de son séjour pour explorer les arrières de leur conscience, leurs fantasmes, leurs désirs secrets. Il était obsédé par le mal que les hommes pouvaient leur faire et il les surveillait. […] Du jour où elles eurent leurs premières règles, elles se mirent à détester ce genre d’intrusion, cette pénétration impériale et contre-nature, et, au matin, sourdement ou ouvertement, elles se rappelaient qu’il était apparu en elles, qu’il était venu troubler leur intimité […] Elles se souvenaient du voyage qu’il s’était permis de faire en elles. (TR : 80)

48La transformation sous forme onirique du contrôle maladif de ses filles et de son enquête au sein de leur psyché permet de comprendre l’intrication entre la figure paternaliste de Solovieï (défense de ses filles contre les agressions) et sa contrepartie d’agresseur (sans respect de leur intimité, comprise comme lui appartenant). La pénétration physique n’est presque pas nécessaire tant l’isotopie du viol est prégnante (“au cœur [du] sommeil”, “pénétration impériale et contre-nature”, “voyage qu’il s’était permis de faire en elles”). Comme pour parachever la mythologie familiale, les trois filles sont nées d’un probable viol (TR : 102). Le paradoxe du héros communiste et président de kolkhoze abuseur qu’est Solovieï n’est que de façade et montre bien la logique d’emprise qui préside à ces relations. Il s’agit pour ces filles de se construire contre ce trauma, ce qui sera l’objet de la dernière partie de Terminus radieux.

49Les violences sexuelles sont longuement thématisées dans le récit mais pas représentées, jusqu’à l’unique scène de viol du livre, celui de Myriam Oumarik, qui, de façon remarquable, évite le voyeurisme. Le phénomène de retenue descriptive est mis en abyme par la troisième sœur (Hannko Vogoulian) consignant les événements après la chute du Terminus Radieux, figure du brouillage des entités narratives dans la logique post-exotique :

Dans toute description de viol entre une part de complaisance. J’ai toujours évité cela et ce n’est pas parce que je connais Myriam Oumarik que je vais me mettre à regarder objectivement la scène, en tant que témoin, ou à me replonger dans l’horreur de manière subjective, en m’incarnant en elle. (TR : 501)

50Cette remarque sur l’indicibilité de l’événement est sans aucun doute plus puissante qu’une représentation. Le récit signale seulement qu’à tour de rôle, ils la violèrent” (TR : 499), puis le blanc interchapitral s’efface devant le trauma. La vengeance de Myriam, qui par la suite égorge ses trois agresseurs, est entourée d’un flou sur son statut diégétique – on ignore si c’est Hannko qui comble les trous de sa mémoire ou s’il faut se fier à la narration –, ce qui permet de le comprendre comme un récit de vengeance fantasmatique, pour obtenir réparation de façon fictionnelle. Cette phase de traumatisation de la violence sexuelle passe par plusieurs étapes salutaires : il s’agit de la comprendre comme un phénomène subi et non pas donné, d’en donner les conséquences psychiques et de comprendre quelles stratégies sont mises en œuvre pour y survivre.

51Volodine fait figure de contre-exemple dans les stratégies masculines de description des violences sexistes souvent légitimantes, malgré un ton pessimiste. L’hésitation entre fatalisme et tentatives de faire encore sens dans un monde en involution, notamment à travers la question traumatique, instaure la possibilité sinon d’une rédemption du moins d’un travail sur le souvenir et l’événement traumatique. Pour échapper au cliché de la résilience, Volodine puise dans des figures magiques, prolongées notamment dans Frères sorcières ou Kree du même auteur et de ses hétéronymes, pour tenter de rendre supportable la désolation d’un monde en ruines et sa violence qui s’exerce tout particulièrement sur les femmes.

Situer les violences, servir le récit

52La figuration en fiction contemporaine des violences sexuelles et sexistes du point de vue masculin hérite souvent de plusieurs substrats idéologiques où la réduction de l’humain à une animalité monolithique joue un grand rôle, non pas en tant que facteur co-explicatif mais bien comme moteur unique de la pulsion sexuelle. Cette auto-objectivation totalisante pousse les personnages à se comprendre comme victimes de leur fatalité biologique et les dédouane de toute responsabilité lorsque confrontés à leurs actes. L’enjeu n’est souvent pas tant la monstration de violences mais bien le cadre dans lequel celle-ci s’inscrit : la capacité à pouvoir créer des enjeux narratifs sur ces questions est directement fonction de la situabilité du cadre idéologique et de la possibilité de sa remise en question. La polyphonie romanesque se doit donc d’être le moteur d’une véritable tension, afin d’éviter autant la naturalisation de la violence sexuelle (comme existant de toute éternité en raison d’un déterminisme quelconque) que sa sublimation (qu’elle soit esthétique ou à visée révolutionnaire). L’aspect conjectural des œuvres mentionnées peut ajouter une dimension à l’expérience de lecture, pour autant que les récits soient capables d’instancier un ailleurs, un au-delà qui ne fasse pas que redoubler idéologiquement les aprioris auctoriaux toujours situés mais propose une véritable heuristique critique de faits sociétaux aigus. Une juste représentation est à ce prix.

Haut de page

Note de fin

1 C’est entre autres le parti pris du recueil dirigé par Jacques Dubois qui paradoxalement associe sexe et pouvoir mais sans situer ses protagonistes : Jacques Dubois (dir.), Sexe et pouvoir dans la prose française contemporaine, Liège, Presses Universitaires de Liège, 2015.

2 Celia Gueuti, “La ‘cancel culture’ veut-elle vraiment supprimer la scène du baiser ‘non consenti’ dans ‘Blanche-Neige’ ?”,  francetevinfo.fr, 10 mai 2021, disponible sur https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-vrai-du-faux/la-cancel-culture-veut-elle-vraiment-supprimer-la-scene-du-baiser-non-consenti-dans-blanche-neige_4386665.html (consulté le 25 mars 2022).

3 Chloé Leprince, “Le prince de ‘La Belle au bois dormant’ est-il un prédateur sexuel ?”, franceulture.fr, 5 décembre 2017, disponible sur https://www.franceculture.fr/litterature/belle-au-bois-dormant-predateur-sexuel (consulté le 25 mars 2022).

4 Au sens de “représenter en tant que trauma” et non pas “d’infliger un trauma”.

5 Donna J. Haraway, “Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective”, Simians, Cyborgs, and Women : The Reinvention of Nature, Londres, Free Assocation Books, 1991.

6 Selon la formulation de Judith Butler dans son ouvrage éponyme : Judith Butler, The Psychic Life of Power : Theories in Subjection, Stanford, Stanford University Press, 1997.

7 Jérôme Meizoz, Postures littéraires, Genève, Slatkine Erudition, 2007.

8 Raphaël Baroni, Samuel Estier, Peut-on lire Houellebecq ? Un cas d’illisibilité contemporaine”, Fabula-LhT, n° 16, Jan Baetens et Éric Trudel (dir.), 2016, disponible sur https://www.fabula.org/lht/16/baroni-estier.html.

9 Michel Houellebecq, Les particules élémentaires, Paris, Flammarion, 1998. Dorénavant PE.

10 Michel Houellebecq, La possibilité d’une île, Paris, Fayard, 2005. Dorénavant PI.

11 Benoît Denis, Ironie et idéologie”, COnTEXTES, n° 2, 2007, disponible sur https://journals.openedition.org/contextes/180.

12 Féminin générique ; l’effet de sens est d’ailleurs utile.

13 Jean-Pierre Bertrand, Jacques Dubois, “Fin de partie”, dans Jacques Dubois (dir.), op. cit., p. 163.

14 Raphaël Baroni, “Comment débusquer la voix d’un auteur dans sa fiction ? Une étude de quelques provocations de Michel Houellebecq”, Arborescences : revue d’études françaises, n° 6, 2016, p. 90.

15 Ibid.

16 Eric Fassin, Houellebecq antilibéral, du sexe à l’islam”, Modern & Contemporary France, n° 27, 2018, p. 25.

17 Raphaël Baroni, op. cit., p. 91.

18 Alain Damasio, La Zone du dehors, Paris, Gallimard, 2007, <FolioSF>. Dorénavant ZD.

19 Leïla Bergougnoux, Nina Faure, Yéléna Perret, La zone du cador : révolution viriliste chez un ‘héros’ de la gauche critique, Alain Damasio, Lmsi : les mots sont importants, 2020, disponible sur https://lmsi.net/La-zone-du-cador.

20 Ibid.

21 Jérôme Goffette, “Enfermement, aliénation et libération : explorer La Zone du Dehors dAlain Damasio”, Cultural Express, n° 1, 2019, p. 11.

22 Orlane Glises de la Rivière. Le discours totalitaire du Grand Inquisiteur dans la littérature dystopique : de ses réécritures à sa réappropriation, Strasbourg, Université de Strasbourg, 2019, <Littératures>, p. 127.

23 Bergougnoux & co le ressaisissent ainsi : “nous ne sommes pas bien arrivées à percevoir la différence de modèle qui existerait entre l’ordre totalitaire, où des chefs dirigent, et l’anarchie révolutionnaire, dans laquelle le ‘chef-il-oriente”. Leïla Bergougnoux, Nina Faure, Yéléna Perret, op. cit.

24 Antoine Volodine, Terminus radieux, Paris, Points, 2015. Dorénavant TR.

25 Claire Mercier, “Dystopie de l’évolution dans Songes de Melvido et Terminus radieux d’Antoine Volodine : une épopée mélancolique”, Thélème. Revista Complutense de Estudios Franceses, n° 32, 2017, p. 241.

26 Ibid., p. 249.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Guignard, « Violences sexuelles en imaginaire »Revue critique de fixxion française contemporaine [En ligne], 24 | 2022, mis en ligne le 15 juin 2022, consulté le 07 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/fixxion/2153 ; DOI : https://doi.org/10.4000/fixxion.2153

Haut de page

Auteur

Frédéric Guignard

Université de Lausanne

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search