Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24ÉtudesTémoigner pour instruire

Études

Témoigner pour instruire

La petite fille sur la banquise d’Adélaïde Bon
Béatrice Vernier

Résumés

Dans La petite fille sur la banquise, Adélaïde Bon évoque ses années de grandes souffrances suite au viol qu’elle a subi à l’âge de neuf ans. Notre analyse démontre que l’objectif de l’auteure n’est pas uniquement de partager son histoire mais d’informer le public de l’impact d’un viol sur une enfant, de la possibilité de surmonter ce traumatisme et de la préparation à témoigner en cour. L’écrit se situe à l’intersection de l’autobiographie et du témoignage afin d’élaborer “un guide de survie” pour ce type d’agression. À cette fin, Bon a recours à l’intertextualité, au discours direct et à des commentaires personnels insérés tout au long du récit.

Haut de page

Entrées d’index

Auteurs cités :

Adélaïde Bon
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Adélaide Bon, La petite fille sur la banquise, Paris, Éditions Grasset & Fasquelle, 2018. Dorénav (...)
  • 2 Christine Angot, L’inceste, Paris, Stock, 1999.
  • 3 Éva Thomas (Le viol du silence, 1986) ; Virginie Talmont (Inceste, 2004) ; Isabelle Aubry (La pre (...)
  • 4 Sophie Fontanel, Capitale de la douceur, Paris, Éditions Seghers, 2021. Sophie Fontanel est écriv (...)
  • 5 Philippe Lejeune, Le pacte autobiographique, Paris, Seuil, 1975, p. 15. Toutefois, à la fin du ré (...)

1Dans La petite fille sur la banquise Adélaïde Bon narre avec une grande précision la période de son existence délimitée par le viol qu’elle a subi à l’âge de neuf ans dans la cage d’escalier de son immeuble et par le procès de son agresseur vingt-cinq ans plus tard1. Son ouvrage rejoint ceux de la scène littéraire française contemporaine qui évoquent l’impact personnel d’une agression sexuelle pendant l’enfance dont le plus commenté et analysé fut jusqu’à présent L’inceste de Christine Angot2. Néanmoins, des ouvrages moins médiatisés traitant de l’inceste, furent publiés dès les années 1980. Des auteurs ont partagé les ravages de ce type d’agression sur leur existence mais en recourant au roman autobiographique (Eva Thomas), en se dissimulant sous un pseudonyme (Virginie Talmont), ou en changeant leur nom après l’écriture de leur témoignage (Isabelle Aubry)3. De nos jours, les auteurs se détournent de la fiction : Sophie Fontanel révèle le viol qu’elle a subi par un étranger à l’âge de seize ans, Vanessa Springora dénonce l’écrivain Gabriel Matzneff qui a entretenu une relation avec elle alors qu’elle était mineure et Camille Kouchner dévoile la complicité d’une famille très médiatisée tout en relatant les conséquences du viol répété de son frère jumeau par leur beau-père4. Pour sa part, Bon affiche l’authenticité de son récit lors des interviews accordées au moment de la parution de son ouvrage, ceci même si c’est à la troisième personne du singulier que l’autrice aborde les événements dont elle révèle avoir été victime. Ses prises de position médiatiques complètent et ébranlent les choix énonciatifs réalisés au sein d’un récit qui oscille dès lors entre autofiction et autobiographie. Le je s’affirme nettement au moment du procès du pédophile et nous considérons donc cet ouvrage comme un écrit autobiographique au sens du pacte de Philippe Lejeune où l’identité de l’auteur, du narrateur, et du personnage se rejoignent pour rapporter des évènements authentiques5.

  • 6 En France, ce qui différencie un viol d’une agression sexuelle, c’est “une pénétration vaginale, (...)
  • 7 Nous utilisons le terme “lecteur” au sens général, c’est-à-dire en incluant celui de lectrice.

2Si Bon narre ses années de grandes souffrances physiques et psychologiques, elle détaille également la façon dont elle s’est dégagée de son traumatisme par diverses thérapies. Elle décrit par ailleurs avec minutie sa préparation au procès et son témoignage en cour où elle devra prouver qu’elle a réellement été victime d’un viol et non d’une agression sexuelle6. Elle devra donc se remémorer exactement les faits vingt-cinq ans après en trouvant les mots face à une justice qui hésite à valider une parole arrimée à des souvenirs que l’on soupçonne d’être en partie fantasmés. De surcroît, elle ne se contente pas de décrire ce que fut sa réalité mais interrompt souvent le récit pour en offrir un point de vue. Elle exhorte le lecteur7 à prendre conscience de la gravité des agressions sexuelles sur mineurs et du manque de soutien de la société à leur égard.

  • 8 Tout au long de son récit, Bon retranscrit en italiques les paroles de ses interlocuteurs ainsi q (...)
  • 9 Annie Ernaux, Mémoire de fille, Paris, Gallimard, 2016, <Folio>.
  • 10 Annie Ernaux et Marc Marie, L’usage de la photo, Paris, Gallimard, 2005, p. 150.
  • 11 Thomas Clerc, Les écrits personnels, Paris, Hachette Livre, 2001, p. 8.

3La question à laquelle notre étude tente de répondre est la raison pour laquelle Bon privilégie un récit qui va au-delà du partage avec le public des conséquences intimes d’un viol sur une fillette. Nous montrons qu’en révélant son lent cheminement, elle partage ses diverses thérapies, des extraits d’ouvrages consultés qui peuvent être utiles au lecteur afin de saisir les mécanismes psychiques qui s’enclenchent après ce type d’agression chez un mineur et sur la façon dont on peut se reconstruire personnellement. Bon regrette de ne pas avoir été mieux renseignée : J’aurais aimé qu’elle [la nutritionniste] me les dise alors, ces mots, hyperphagie boulimique8. Ils m’auraient consolée [...] et je n’aurais peut-être pas eu à me gaver dix années de plus (PF : 140). Elle relate précisément son vécu le plus intime comme ses rituels de masturbation : elle frappe mécaniquement compulsivement sa vulve avec sa main jusqu’à la rendre enflammée et douloureuse (PF : 23). Cette écriture véridique qui peut parfois troubler le lecteur semble primordiale lorsqu’il s’agit d’une souffrance extrême. Annie Ernaux, dans Mémoire de fille restitue le souvenir de sa première relation sexuelle survenue cinquante-cinq ans auparavant en s’attachant à retrouver le plus exactement possible ses émotions d’alors9. Elle s’offusque des récits fictifs que certains auteurs privilégient par exemple pour évoquer la réalité d’un cancer en ayant été elle-même atteinte : Je ne supporte plus les romans avec des personnages fictifs atteints d’un cancer. Ni les films. Par quelle inconscience des auteurs osent-ils inventer cela. Tout m’y paraît faux jusqu’au risible10. Thomas Clerc précise cependant que l’écriture de soi doit cibler adéquatement le destinataire : il s’agit avant tout d’un jeu de persuasion à l’égard du lecteur et de mise en scène de soi par le langage11. Le séduire tout en évoquant une réalité parfois insoutenable suggère une tension que Bon parvient à résoudre. Elle offre un écrit accessible puisque chronologique, structuré en trois parties correspondant aux étapes de son parcours : années de souffrances intimes, psychothérapies, procès. De plus, en commentant régulièrement son vécu, elle rationalise son histoire, et loin de la banaliser, la généralise à d’autres cas pour lui donner une raison d’être aux yeux du lecteur. Ce qui importe pour Bon est moins de témoigner de l’impact d’un viol chez un enfant que de prévenir le lecteur de ses terribles implications. Lors de son passage à l’émission La grande librairie, elle mentionne l’amnésie partielle ou totale qui survient après le viol et qui engendre un profond malaise que la victime ne parvient pas à expliquer :

  • 12 Adelaide Bon : le récit d’une reconstruction, La grande librairie, mars 2018, disponible sur ht (...)

ces souvenirs enfouis en moi n’ont cessé d’exploser à intervalles réguliers sans que je les comprenne, sans que je parvienne à y mettre un mot donc à les distinguer, à les nommer, à les mettre à distance de moi et donc j’ai cherché pendant des années ce qui allait si mal avec moi, ce que c’était que ce problème que j’avais, pourquoi j’étais si mauvaise, si nulle, si terriblement à jeter.12

  • 13 André Tournon, La poétique du témoignage dans Les Tragiques d’Agrippa d’Aubigné, dans Olivier P (...)
  • 14 Renaud Dulong, Le témoin oculaire. Les conditions sociales de l’attestation personnelle, Paris, E (...)
  • 15 Gisèle Mathieu-Castellani, La scène judiciaire de l’autobiographie, Paris, PUF, 1996, p. 164.

4Bon met à profit sa propre expérience par le biais d’un récit instructif afin d’encourager d’autres victimes à porter un regard sur leur parcours, à composer avec leurs blessures, également à envisager le côté imprévisible de la justice lorsqu’elle accueille une parole liée à un acte survenu dans l’enfance. Il s’agit donc pour Bon d’un récit qui relate non seulement ce qu’elle a vécu au niveau intime mais aussi son expérience publique lorsqu’elle se trouve réunie avec d’autres victimes du même violeur au procès. Elle fait un compte rendu très précis de sa présence au tribunal qui répond à ce qu’André Tournon définit comme une poétique du témoignage caractérisée par la prédominance du concret, du sensible, et plus spécialement du visible13. Rappelons que le témoignage correspond à une période précise de l’existence d’un individu par rapport à l’autobiographie qui révèle une vie dans son ensemble. Pour Renaud Dulong, il s’agit lors de l’expression d’un témoignage de radicaliser la notion de témoin oculaire, de la caractériser par une situation relativement exceptionnelle, celle du premier récit effectué par le spectateur isolé d’un événement jusque-là non public14. Cette remarque s’applique à Bon puisque les séances du procès de son agresseur qu’elle relate sont rarement évoquées aussi précisément dans un ouvrage qui traite d’un viol et de ses conséquences. Elle donne à voir les réactions et les dires des victimes ainsi que la façon dont les acteurs du système judiciaire (juges, avocats, experts, policiers) traitent ce genre d’affaire. Pour Bon, il s’avère nécessaire de révéler cette expérience au public. Son écrit autobiographique qui élabore implicitement un guide de survie à ce genre d’agression s’hybride ainsi au témoignage. Il s’agit de témoigner pour instruire selon Gisèle Mathieu Castellani15.

Du elle au je : une reprise de pouvoir personnelle et publique

5Soulignons que la première partie du récit relate le vécu intime de Bon pendant son adolescence et sa vie de jeune femme, seule face à ses angoisses ; la seconde sera publique dès l’arrestation de son agresseur. Elle va devoir alors faire face aux réactions de ses proches, des médias sociaux tout en se préparant au procès.

6Bon affiche clairement l’objectif de transmettre toute la vérité sur son expérience personnelle en ouvrant son récit sur les instants qui ont suivi le viol. Elle en souligne la mise sous silence qui engendrera pour elle une minimisation de cette agression et une difficulté majeure à sa reconstruction malgré la plainte qu’elle dépose avec ses parents le jour même : Les années passeront. Ils [ses parents] oublieront ce dimanche ensoleillé du mois de mai, ou plutôt, ils n’en parleront pas. Elle non plus, elle n’y pensera plus (PF : 13). Lorsqu’adulte, elle tente de restituer cette agression, elle ne peut inscrire que le moment qui a suivi le viol sans précisions du lieu, de l’heure ou de l’apparence de son agresseur. Le seul détail qui lui revient est celui qui a contribué à ce qu’elle se trouve au même endroit que le violeur. Elle avait en effet convaincu ses parents de la laisser sortir seule pour acheter de la nourriture pour le poisson qu’elle avait gagné à la fête de l’école le matin même : Elle reprend le sachet en papier blanc des carambars et le pot de flocons pour poissons rouges qu’elle avait posé sur le coin nu d’une marche (PF : 11). Cet incipit ne peut que frapper le lecteur lorsqu’il prend connaissance dès la première lecture du basculement de l’existence de cette fillette : Quelque chose s’est renversé, elle ne sait pas si c’est le sol ou si c’est elle (PF : 11). Il y a alors rupture dans le rapport de la protagoniste à la mémoire et à son jugement dans l’heure qui suit l’agression puisque lorsque ses parents l’interrogent elle regarde les murs tendus de tissu, elle ne les reconnaît pas, comme elle ne reconnaît pas ses propres parents. Tout est soudain changé sans qu’elle puisse saisir quoi (PF : 12). Ce rapport perturbé à la mémoire s’exprime au début du récit suite à la narration de son agression : il lui reste quelques éléments dénués de sens et de liens entre eux. Néanmoins, Bon s’attache par la suite à présenter un récit structuré qui recompose la période qui suit l’agression à partir de carnets qu’elle avait rédigés auparavant. Il s’agit d’une narration chronologique qui crée une cohérence suite à un manque de souvenirs et à une agression dénuée de rationalité.

  • 16 “Elle a vingt-trois ans” (PF : 69) ; “À vingt-quatre ans, elle court dans tous les sens” (PF : 75 (...)

7Ce sont de courts chapitres (trois à cinq pages) soulignés en leur début d’un marqueur temporel qui assurent la continuité du récit (l’âge de la narratrice ou une période de l’année) : Au printemps de l’année suivante, elle a dix ans et un tee-shirt à capuche (PF : 20) ; Elle a treize ans, un garçon lui roule des pelles à une boum (PF : 26) ; En classe de seconde, elle sort avec un vieux, un garçon de première (PF : 31)16. Il s’agit de recréer une logique à cette histoire marquée par des périodes d’euphorie, de vide et d’une incompréhension de ses réactions corporelles et mentales comme l’indiquent les questions qui surgissent après le viol : Est-ce qu’elle s’est essuyé la bouche du revers de la main, passé la langue sur les dents, recoiffé un peu ? Est-ce elle ou lui qui a remonté la culotte ? (PF : 11). Son existence aux comportements et aux prises de décision peu ordinaires elle boit de l’alcool pour s’égayer. Elle découvre la MDMA, l’ecstasy, les champignons hallucinogènes (PF : 63), est mise en parallèle avec son existence privilégiée. Bon tient à rappeler l’éventualité pour tout enfant d’être agressé quelle que soit sa classe sociale : Elle est issue d’une bonne famille installée dans les beaux quartiers, elle est bien élevée, elle sait se tenir en société (PF : 17). La blessure provoquée par le viol tout en étant invisible n’en est pas moins présente à l’insu de la victime. Pour la décrire, Bon a recours à l’image de la méduse, transparente, invisible qui se manifeste lorsqu’elle pique : Elle ne sent pas les méduses s’immiscer en elle ce jour-là, elle ne sent pas les longs tentacules transparents la pénétrer (PF : 13). Cette autre fille qui l’habite est atteinte d’amnésies partielles et vit dans un corps qui ne lui appartient plus. Le déictique elle représente cette autre dont la vie se caractérise par des angoisses intolérables que Bon relie parfois à celle innocente et enthousiaste d’avant le viol qu’elle connaissait bien : Tu voulais être pompier, sauveuse du monde, grande écrivaine. Tu te foutais des miroirs et des apparences. Tu avais neuf ans (PF : 14).

  • 17 Barbara Havercroft, Questions éthiques dans la littérature de l’extrême contemporain : les forme (...)

8Dans un souci de recouvrer la mémoire des événements et de sortir du statut de victime, de se transformer d’objet de la violence et du souvenir traumatique en sujet et même en agent17, Bon passe en revue son terrible malaise qui s’exprime par une perception particulière de son être physique : elle détaille avec perplexité ce corps qu’elle a […]. Et souvent, alors qu’elle a l’esprit occupé ailleurs, elle le voit. Il gît au sol, démantelé à quelques mètres d’elle (PF : 28). Lorsque ce corps étranger se manifeste c’est sous la forme d’une anxiété extrême qu’elle parvient à maîtriser en se masturbant :

Elle suffoque, elle n’arrive plus à respirer, alors vite, en automate, elle met en place ce qui est nécessaire pour que tout s’arrête : aller chercher le vibromasseur, tirer les rideaux, descendre le pantalon, la culotte, taper sur google video porno viol […] puis elle s’insulte, elle s’avilit, elle se brutalise […] elle s’arrête, repue, honteuse, le sexe douloureux, le cœur en berne. Elle est enfin absente (PF : 131).

9En effet, le corps ne cesse d’exprimer l’effroi ressenti lors de l’agression tant que la victime n’en a pas saisi la gravité. Pour Bon, ce sera lors d’une séance de psychothérapie qu’elle revivra son viol, visualisera son agresseur et parviendra à y associer les émotions suivantes : Terreur, haine, violence (PF : 93).

10Définir son corps c’est lui attribuer des termes dévalorisants, une entité qui ne vit plus et de le ressentir en décomposition : Elle pense son corps plein de pus (PF : 50) ; corps contraint, corps honteux, corps haï (PF : 60) ; Son corps, ce vieux tas gluant de cellules mourantes (PF : 65). Tout en s’appliquant à mener une vie d’apparence normale, des absences répétées l’envahissent avec parfois une envie tout aussi incompréhensible d’en finir : ce qui l’épouvante, c’est d’échapper à sa propre vigilance et qu’une méduse l’entraîne pour de vrai, pour toujours, sous les roues, sur les rails, par les fenêtres (PF : 53). Le choix de mots crus chez Bon est à la hauteur de sa douleur. Son ressenti se doit d’être inscrit précisément afin de permettre aux victimes de s’identifier à son expérience comme le signalera une lectrice : Je suis heureuse de me dire qu’en lisant cet ouvrage, mon mari, ma mère, par exemple, pourront comprendre une partie de tout ce que j’ai tu durant toutes ces années où j’étais en quête de comprendre ce qui avait bien pu m’arriver18.

  • 19 Elle révèle plus tard qu’il y a eu aussi pénétration orale et buccale : “Pas un orifice que tu n’ (...)
  • 20 Comme le disent ces récits, ce qui revient hanter les victimes, ce n’est pas seulement la réalit (...)

11Bon ne s’arrête pas à ce passé défini par un mal-être persistant dont la raison lui échappe. Elle montre qu’elle commence à mieux le définir en consultant divers spécialistes des agressions sexuelles. Il y a ainsi un tournant dans sa recherche personnelle quand elle apprend que le viol peut être autre chose que la pénétration. Elle mesure alors l’ampleur de son agression puisque cet homme l’avait déflorée en la pénétrant avec les doigts, ce qu’elle considérait jusque-là comme des attouchements19 : Et si la clef qu’elle cherche depuis toutes ces années, toutes ces années à fouiller en vain, si la clef, c’était ce mot ? (PF : 105). Pour Cathy Caruth, ce qui constitue le trauma n’est pas uniquement lié à l’horreur de l’agression mais également à son ampleur que bien souvent la victime n’a pas été en mesure de saisir : What returns to haunt the victims, these stories tell us, is not only the reality of the violent event but also the reality of the way that its violence has not yet been fully known”20. En verbalisant précisément cet acte, Bon en réalise la gravité, ce qui aboutira avec l’aide de sa psychiatre à sa remémoration. Elle dispose ses paroles en retrait du texte afin d’accentuer cet instant qui a bouleversé son enfance mais qui va néanmoins engager sa guérison :

Il me regarde

ses yeux sont glacés et métalliques

je n’existe pas à l’intérieur d’eux

je n’existe plus

je viens de cesser d’exister

12Ce regard-là déborde les mots. Je ne connais rien, rien au monde qui y ressemble, rien qui ne puisse le contenir, l’exprimer, le décrire. Il n’existe pas de vocabulaire pour ce regard-là. (PF : 138)

13La mise à distance d’elle-même traduite jusque-là par le déictique “elle, laisse sa place au je puisqu’elle est apte à prendre en charge le cataclysme qui l’avait fait basculer dans une existence à la dérive. Elle commente cette étape cruciale où elle est parvenue à se dégager de la domination de ce violeur et à retrouver son moi. Elle peut dès lors commencer à évaluer son passé et ses années d’égarement au moment présent de l’écriture : Toutes ces années régies par la honte, par l’évitement, par la défiance, j’ai manqué tant d’occasions, j’ai avorté tant de rencontres et censuré tant de désirs que si j’y mettais chaque fois des petites croix blanches, ma vie serait semblable à un grand cimetière militaire (PF : 178). Fidèle à l’objectif de servir autrui, elle rapporte l’étape suivante de son parcours suite à l’appel de la Brigade de protection des mineurs qui lui signale avoir interpelé un suspect dans l’affaire dont elle avait été victime : toutes ces années et la police non plus ne l’avait pas oubliée ? (PF : 116). Cette nouvelle, accueillie avec joie, concrétise cette histoire en la rendant crédible puisque son dossier sera rouvert avec celui d’autres victimes.

S’affranchir du silence de la société

14Bon montre à cette étape de son parcours que rien n’est acquis avant le procès. Elle doit continuer à lutter à divers niveaux pour valider sa parole, bien qu’elle soit parvenue par le biais de thérapies diverses à admettre son innocence et à faire reconnaître la réalité de son viol auprès d’une psychiatre. Elle se retrouve face à une société censée être là pour l’aider, la protéger mais dont les institutions juridiques sont défaillantes face aux viols sur mineurs. Bon dénonce un système judiciaire face auquel la plaignante doit personnellement défendre son propre cas. Elle rapporte également la réticence de ses proches à évoquer avec elle le viol dont elle a été victime.

15Elle souligne d'abord les paroles de son agresseur qui devient énonciateur de son plaisir à elle : “j’aime ça, tu es mon ami, tu aimes mes grosses fesses, tu me fais du bien (PF : 11). On comprend alors pourquoi, lorsqu'il la laisse après le viol, elle ne peut que se trouver dans une confusion totale, rendue incapable de formuler la gravité de cet acte.

16Elle relate également la réaction de son entourage et sa tendance à minimiser son histoire : C’est fou comme tu es sensible, c’est une vieille histoire tout de même (PF : 116) lui dit sa sœur ; commentaire qu’elle rapproche d’un mail d’une amie envieuse : ta jeunesse n’a pas été si terrible, tout te sourit, c’est bon là, ça va, y en a qui ont des vies plus difficiles tout de même (PF : 122). Lorsqu’elle aborde ce sujet avec sa mère, cette dernière l’évite :

ma mère et moi cueillons cassis et groseilles […] quand, au milieu d’une phrase banale et quotidienne, se glissent ces mots, Maman, il a aussi mis son sexe dans ma bouche […] elle murmure, Ma chérie, et nos mains qui vont, qui viennent, nos doigts qui saisissent délicatement les baies rouges et les baies noires, nos mains qui ne se sont pas arrêtées, qui continuent, et nous parlons d’autre chose. (PF : 165)

  • 21 Irène Frain quant à elle, dénonce aussi par le titre de son livre, Un crime sans importance, la l (...)

17Sur les réseaux sociaux des réactions anonymes octroient une part de responsabilité à ces jeunes femmes agressées dans l’enfance : Bien fait pour ces sales bourges, sûr qu’elles ont dû bien l’allumer ces petites salopes de bourgeoises (PF : 122). Ces réflexions contribuent à faire ressurgir une culpabilité familière qu’elle parvient à dominer en demandant à ses proches d’assister au procès. Elle ne se considère plus comme une victime isolée mais comme une jeune femme ayant le droit à un soutien valable. Et toutes et tous feront corps à mes côtés (PF : 183) déclare-t-elle. Elle prend désormais la parole, juge, domine son passé, elle qui s’est tue pendant tant d’années. Cette reprise de pouvoir l’autorise à insérer son expérience dans une histoire plus vaste : Voilà tant de siècles que notre civilisation prend appui sur la culture du viol, la domination masculine et la maltraitance des enfants […]. Combien de maris, combien de pères, qui se sont arrogé le droit de passer leurs nerfs à coups de triques ? L’humanité tout entière est un enfant du viol, un enfant transi, sur la banquise, qui nous attend (PF : 160). Dans un premier temps, Bon tient à requalifier sa plainte pour attouchement sexuel comme viol : Ce mot lui est nécessaire. Elle veut aussi se constituer partie civile pour demander réparation en son nom propre, être tenue au courant de la procédure et pouvoir assister au procès en entier (PF : 135). Elle doit donc retrouver les personnes qui puissent témoigner de l’impact du viol sur son existence : la sage-femme qui l’a suivie pendant sa grossesse, la nutritionniste, sa praticienne de thérapie corporelle ainsi que la compagne de son psychothérapeute décédé acceptent. Bon souligne cependant que la thérapeute, également sexologue qui animait le groupe des constellations familiales réduit [dans son rapport] onze ans de travail individuel en depuis plusieurs années (PF : 145). Elle doit subir de plus une expertise psychologique puisqu’elle s’est constituée partie civile. Des stratégies se mettent en place, des déconvenues surgissent. La psychiatre l’avertit de ne relater que des faits en rapport avec le viol ; l’experte la décourage de vouloir requalifier son agression en viol : ce serait beaucoup mieux pour vous qu’il [l’agresseur] soit jugé par des juges professionnels, au tribunal correctionnel. La procédure sera plus rapide et moins douloureuse (PF : 155). Bon persiste cependant pour que son procès se passe aux assises : L’experte hausse les sourcils et siffle, Les assises, se sera très dur pour vous. Je vous souhaite bien du courage. Elle la congédie d’une poignée de main glacée (PF : 155). Bon souligne également l’importance de la préparation d’un procès et avouera d’ailleurs à la fin du sien sa méconnaissance d’une justice dont les décisions sont difficiles à saisir : J’espérais naïvement, que le Président se saisirait de ce procès pour faire avancer le droit des victimes de violences sexuelles. J’espérais en vain (PF : 247). Elle tient à alerter le lecteur sur ce que la justice attend de la victime : un témoignage rigoureux qui devra coïncider ici avec celui de chacune des autres victimes. Trente-cinq dossiers de victimes, dont le sien, ont été retenus pour l’accusation. Le sien, parce que, à la juge d’instruction, elle a reparlé de la ceinture croco à boucle dorée, une ceinture évoquée par d’autres victimes de la procédure. Il s’en est fallu d’un détail (PF : 158) remarque-t-elle. Bon se questionne sur ce qu’aurait été le rapport de l’experte si, à son habitude, elle avait minimisé, banalisé, forcé son sourire et son entrain, si elle avait fait de l’humour pour éviter de parler ? (PF : 156). Elle note que trente-sept autres plaintes ne sont pas considérées à cause de la prescription et que quatre cas de viols seront classés agressions sexuelles ou rejetés. Jusqu’au début du procès, les incertitudes planent. La juge d’instruction se demande si sa cliente devrait y participer : Il lui a parlé de vélo, pas d’électricité. Elle est la seule à s’être souvenue de l’avoir masturbé. Alors la juge hésite. Fragiliser l’accusation avec un témoignage légèrement dissemblable ou retirer cette plainte ? (PF : 156). Certes, transmettre son expérience personnelle est indispensable pour Bon mais dévoiler les rouages de la justice et surtout son manque de connaissances en matière d’abus sexuel le sont tout autant : Qu’importe, il se borne à coller aux vieilles jurisprudences, à se conformer aux tarifs en place, quinze mille euros pour le viol, sept mille pour les agressions sexuelles. En France, on peut détruire la vie d’une femme pour le prix d’une voiture d’occasion (PF : 247)21. Ces interventions appuient sa démonstration et offrent un espace de réflexion pour qu’une victime puisse mieux comprendre sa propre histoire ou pour qu’un simple lecteur prenne connaissance de la complexité de témoigner d’anciennes agressions sexuelles sur mineur dans notre société. Bon s’offusque d’ailleurs de l’attitude de cette dernière qui favorise dans le domaine du divertissement l’image du coupable plutôt que celle de l’innocent, le pouvoir humain plutôt que sa fragilité :

Je ne comprends pas notre fascination pour les coupables. Plutôt que d’écrire des romans, des séries, des émissions à sensation sur le parcours des criminels, plutôt que d’en faire des monstres pour nous rassurer sur notre propre humanité, on devrait élever des statues à chaque pas de porte, écrire des biographies, des scénarios, faire des cortèges, des chansons, des fêtes, des jours fériés pour célébrer le courage de centaines de millions de victimes que personne n’a jamais écoutées. (PF : 170)

18Néanmoins, lors de son témoignage au tribunal, il s’agit d’une femme mûre qui s’y présente, partiellement guérie, entourée de sa famille et qui peut déclarer le premier jour du procès : J’ai rendez-vous avec moi (PF : 187). Il ne s’agit plus de l’autre fille incarnée par le déictique elle qui lui était étrangère sans qu’elle en saisisse la raison mais d’une jeune femme qui s’incarne maintenant par un je et qui se présente au tribunal en toute connaissance de cause.

Le procès : une communauté de victimes ; la fin d’une culpabilité solitaire

  • 22 Barbara Havercroft, op. cit., p. 22.

19L’affaire de Bon s’inscrit au moment du procès dans un collectif de jeunes femmes ayant été agressées par le même homme. Ce cataclysme ayant été vécu dans la solitude, les années de profond désarroi qui ont suivi diminuent en importance lorsqu’elle rencontre des paires sujettes à une détresse similaire. Elle fait un compte rendu précis des audiences et en particulier du témoignage des autres victimes. Son objectif est double : en prenant connaissance de leur histoire, elle parvient à mieux cerner la sienne ; par ailleurs, montrer le témoignage des autres jeunes femmes élargit son propre cas aux yeux du lecteur et ne fait qu’en renforcer sa crédibilité par leurs similarités. En effet, le lecteur ne considère plus la situation de Bon comme isolée mais l’inscrit dans une problématique de plus grande envergure, ce que Havercroft formule comme suit : Bien que cette forme de violence arrive à des individus dans un espace privé, elle témoigne néanmoins d’une dimension collective, car elle est commune à de multiples femmes22.

  • 23 Gisèle Mathieu-Castellani, op. cit., p. 171.
  • 24 Alexandre Gefen, Réparer le monde. La littérature française face au XXIe siècle, Paris, éditions (...)
  • 25 “Premier jour du procès” (PF : 187) ; “voilà qu’au soir du quatrième jour” (PF : 208) ; “Le matin d (...)
  • 26 Barbara Havercroft, op. cit., p. 28.

20Témoigner à la barre se révèle être une terrible déception pour Bon, car l’accusé est absent. Alors qu’elle a retrouvé sa force de caractère, elle aurait voulu l’affronter et lui détailler chacune de [s]es plaies (PF : 202). Sa psychiatre comparaît comme experte et répond aux questions du Président en précisant la portée d’un viol au niveau psychique et en définissant la pédocriminalité sexuelle : Les pédocriminels sexuels sont des toxicomanes de la violence (PF : 204). Donner une raison à cet acte innommable n’excuse en rien le violeur mais permet aux victimes de rationaliser ce geste et de leur ouvrir une voie vers la guérison. Bon retranscrit dans le récit les dix-neuf prénoms de celles qui témoignent mais aussi de toutes celles dont le cas n’a pas été retenu (prescription, ou viol disqualifié en agression sexuelle) et, chaque jour du procès, je les y emmène (PF : 207). Il s’agit d’attirer l’attention sur l’imprévisibilité d’un procès et donc sur l’injustice qui s’abat sur ces femmes déjà terriblement marquées. Elle se place en observatrice externe en faisant abstraction de son propre cas, telle une journaliste qui ferait le compte rendu du procès. Elle autorise le lecteur à pénétrer dans la salle d’audience pour qu’il puisse saisir la réalité des victimes de viol en écoutant en direct des cas similaires au sien. Elle élargit ainsi sa démonstration en l’appuyant sur d’autres agressions causées par le même homme. Selon Castellani, il s’agit de prendre la position d’un témoin exemplaire mettant en garde des victimes potentielles23. Bon, dont les thérapies lui ont permis de guérir ses blessures, se place en témoin du procès des autres jeunes femmes et en fait une expérience collective. Selon Alexandre Gefen, la littérature se proclame utile parce qu’elle nous met en contact avec des expériences de pensées à valeur morale, et surtout, je crois, parce qu’elle nous permet de ressaisir l’altérité dans une société éclatée en individus24. Ceci est d’autant plus vrai ici puisque la victime d’agression sexuelle se terre souvent dans le silence et l’isolement en croyant avoir été la seule femme agressée alors qu’en général un violeur réitère son acte comme l’affirme le deuxième expert : on estime à quatre-vingt-dix pour cent le nombre de victimes de viols qui ne portent pas plainte et ce chiffre est encore plus important pour les enfants. Dans ce dossier, vous avez soixante-douze petites victimes recensées, vous pouvez ajouter un zéro (PF : 235). Ces paroles reproduites intégralement permettent aux victimes de se déculpabiliser puisque certaines se sentent encore coupables de leur viol : Je savais qu’on ne doit pas parler aux inconnus, mais il avait l’air tellement gentil, tellement gêné de me demander de l’aide (PF : 212). Marquer la temporalité de son récit est à nouveau crucial pour Bon. C’est l’ordre des jours qui rythme le procès25, une période de temps qui résume plus de vingt ans d’une souffrance collective et son devenir puisque la question que toutes se posent : quelle sera la condamnation de l’accusé ? La rigueur du compte rendu paraît répondre à l’objectif didactique de Bon : il doit se lire facilement puisqu’adressé à des non-initiés en matière légale. Havercroft remarque une stratégie d’écriture similaire dans le récit d’Ernaux sur le traitement de son cancer du sein : Aussi le discours de la narratrice remplit-il une fonction didactique, visant plus que la seule sympathie de ses lecteurs ; il leur apprend certaines procédures relatives au traitement de chimiothérapie auxquelles la patiente est sujette26. Le récit de Bon se divise ainsi en plusieurs parties : la raison pour laquelle les victimes ont suivi l’agresseur, le viol et enfin son retentissement au niveau individuel et familial. Leurs histoires sont semblables quant au mode d’approche et d’exécution. Un homme d’apparence bienveillante, tel un prédateur, suivait des petites filles seules dans les quartiers huppés de Paris, leur tendait un piège en leur exposant un scénario plausible pour les violer dans une cage d’escalier, un débarras à poubelle, une cave. Tour à tour jardinier, gardien d’immeuble, électricien, il demandait de l’aide pour déplacer des pots de fleurs, pour réparer un compteur, pour changer une ampoule dans un escalier contre une pièce de dix francs. Sur plus de dix-neuf pages, Bon retranscrit en italiques les paroles et les réactions que chacune des dix-neuf victimes énonce à la barre, terrifiée comme à l’instant du viol : je préfère répondre à des questions – elle fond en larmes (PF : 210) ; je me souviens – long silence – son regard (PF : 212) ; il a écarté mes jambes j’ai eu très mal, ‘Tais-toi, les gens vont croire que je veux te violer (PF : 215). Bon intervient dans le récit après leur déposition afin que les auditeurs de sa déclaration saisissent l’implication d’un tel acte sur un jeune enfant : De témoignage en témoignage, vingt ans après, quoi qu’il leur ait fait, toutes sont en miettes (PF : 226). En écoutant ces jeunes femmes, Bon s’identifie à leur parcours et saisit les raisons de la détresse dans laquelle elle s’est trouvée pendant tant d’années. Elle s’éloigne alors de la petite fille qui l’a longtemps accompagnée : dans les miroirs tendus de leurs histoires à elles, je me défais peu à peu de ton histoire à toi (PF : 210). Poser son regard sur les autres victimes la conduit à accepter son innocence et à reconnaître la culpabilité de son agresseur. Elle parvient à reprendre pouvoir sur son existence lorsqu’elle prononce, telle une juge, sa sentence à l’encontre de ce violeur : À toi d’être enfermé désormais, Giovanni, à toi de porter tout le poids de ta haine (PF : 245). Elle se désolidarise de ce qui la gardait prisonnière depuis si longtemps et peut incomber la responsabilité de son agression à cet homme.

Autobiographie hybridée : témoignage et rhétorique persuasive

21Bien que tout témoignage comporte une fonction d’attestation, Bon a recours à des stratégies scripturales spécifiques afin d’informer adéquatement autrui. Ce souci didactique s’effectue en partageant sa vie intime suite au viol, en ayant recours à une intertextualité, au discours direct en lien avec les propos de ses interlocuteurs et aux commentaires qu’elle insère méthodiquement dans son écrit.

22En narrant avec un souci d’exhaustivité les années qui ont suivi son viol, Bon invite le lecteur à l’accompagner dans les pires moments tout autant que dans sa reconstruction. En suivant son parcours intime, le lecteur n’accueille plus passivement une histoire ancienne mais s’y sent inclus. Les propos des interlocuteurs de Bon sont reproduits au discours direct, et ce dès la plainte qu’elle a déposée en compagnie de ses parents : Il m’a touché mon zizi : devant et derrière. Il a saisi ma main gauche qu’il a posée sur son sexe (PF : 13). Tous les dires des personnes qu’elle côtoie sont reproduits intégralement comme les témoignages à la barre des autres jeunes femmes. En déléguant leur adresse au lecteur, ce dernier ne peut qu’être interpellé par leur douloureuse expérience. Bon s’attache également à lui accorder une place privilégiée lorsqu’elle s’efface par moment en tant que narratrice de son histoire et reproduit intégralement des extraits de ses lectures diverses sur les violences sexuelles. Le lecteur devient le récipiendaire direct du livre qu’elle consulte :

Les yeux lui brûlent, sa gorge saigne, elle voudrait hurler sa joie à la lune. Son cœur éclate en mille morceaux dorés. Tout ce grand paragraphe, c’est elle.

La mémoire traumatique des actes violents et de l’agresseur colonisera la victime et sera à l’origine d’une confusion entre elle et l’agresseur, une confusion responsable de sentiments de honte et de culpabilité, qui seront alimentés par des paroles, des images et des émotions violentes et perverses perçues à tort comme les siennes, alors qu’elles proviennent de l’agresseur. (PF : 133)

  • 27 Frédérique Chevillot, “La mémoire en creux – Annie Ernaux et Linda Lê : écrire la fiction du non- (...)

23À d’autres moments, elle inclut le lecteur dans un groupe d’auditeurs comme le jour où elle s’adresse à ses collègues de travail pour leur expliquer le mécanisme qui s’enclenche au niveau de la mémoire après un événement traumatique en retranscrivant ses explications sur trois pages : S’il vous arrive quelque chose de grave, l’amygdale va sonner l’alarme la première et vous permettre de réagir immédiatement (PF : 167). Frédérique Chevillot qualifie ces destinataires de tiers-partis qui ne sont pas directement investis affectivement et qui seront pourtant réceptifs à l’authenticité du rapport de communication27.

  • 28 Jean-Philippe Miraux, L’autobiographie. Écriture de soi et sincérité, Paris, Armand Colin, 2005, (...)

24La mise en abime de son écrit participe également au souci de la réception de son témoignage. Pour Jean-Philippe Miraux, il [l’autobiographe] doit poser clairement les raisons qui l’ont poussé à écrire, mais il doit tout aussi clairement préparer la lecture de son œuvre en projetant virtuellement certes, un lecteur idéal, une sorte de destinataire bienveillant capable d’accepter le projet scripturaire qu’on lui soumet sans en contester ni la pertinence, ni le bien-fondé, ni la sincérité28. L’insertion dans le récit présent d’écrits antérieurs situés sur des carnets aux couvertures diverses bleu marine pour les notes de travail ; bleu ciel pour le journal intime ; rouge pour l’écriture (PF : 51) en révèle la genèse et sa mise en mots extrêmement délicate comme fut la reconstruction personnelle de Bon : Elle écrit pour domestiquer les méduses, elle écrit pour éviter de se gifler (PF : 44) ; Et puis est-ce si nécessaire de comprendre et d’expliquer ? Tout nous dépasse. La semaine d’après : Magnifique séance hier soir. Trois heures de sanglots […]. Et la suivante : Voilà qu’à nouveau je me perds dans le tréfonds de l’être (PF : 62). Le lecteur a un accès direct aux moments de découragements, ceux proches de la folie, symptômes d’une extrême confusion provoquée par ce type de traumatisme. Ces écrits épars et la participation à des ateliers d’écriture lui ont montré néanmoins la voie à suivre afin d’avancer dans la compréhension de son mal-être comme le lecteur qui, par le biais des informations qu’il reçoit en saisit mieux la signification. je suis ce qu’il reste d’une femme après qu’on l’a violée. Et de l’écrire me renoue, me relie, me répare (PF : 174) écrit-elle.

  • 29 Christine Angot lors de l’émission “On n’est pas couché” de Laurent Ruquier le 30 septembre 2017, (...)

25Les commentaires personnels de Bon qui accompagnent son écriture sollicitent une réflexion plus large de la part du lecteur en revendiquant une valorisation des victimes. Elle dénonce ouvertement l’absence d’accueil des personnes agressées sexuellement par des experts formés à cette problématique : Quelle honte qu’en France les médecins, les psychologues, les policiers et les magistrats ne soient pas systématiquement formés aux symptômes spécifiques liés aux violences sexuelles (PF : 232). Sa prise de position corrobore ce qu’Angot rétorquait, lors d’une émission de télévision, à une invitée qui déplorait ce manque : il faut se mettre ça dans la tête, il n’y a personne qui peut entendre, on se débrouille, c’est comme ça29. Les réflexions personnelles de Bon qui interrompent régulièrement le déroulement de son récit retiennent l’attention du lecteur afin de le sensibiliser à l’enjeu que représente le viol sur mineur. Ce récit ne se contente pas de partager une expérience traumatique mais identifie et dénonce les manquements de la société en matière de prise en charge des victimes d’agression sexuelle. C’est une littérature dont l’ambition est de faire progresser les instances sociales et juridiques. Il s’agit en effet pour Gefen d’une tendance actuelle, celle

  • 30 Alexandre Gefen, op. cit., p. 14.

de proposer une clinique du monde social dans une tradition romanesque d’intervention sociale et politique, comme d’avancer une vision éducative de la littérature et de son partage, version française des doctrines américaines d’empowerment des communautés par la parole.30

26Enfin, fidèle à son désir de soutenir les victimes, Bon leur adresse un dernier conseil en énonçant un aphorisme de sa création : La vie n’abandonne jamais, au tréfonds des océans, dans les ténèbres, elle luit (PF : 252).

27En conclusion, l’objectif de Bon est certes de se raconter mais aussi de conseiller d’autres victimes d’abus sexuels et son récit en porte la preuve. Il révèle explicitement sa lutte, contre ses méduses et témoigne de son parcours à travers les dédales du système judiciaire. Au-delà d’une reprise de pouvoir personnel, puisqu’elle a réussi à se libérer de l’impact de son agression, elle est parvenue à témoigner en cour et à faire condamner son violeur à dix-huit ans de prison ferme, deuxième reprise de pouvoir envers une justice qui jusque-là a peu condamné ce type de faits. Le récit franc de Bon est un exemple de résilience qui ne peut qu’inspirer d’autres victimes à réagir, car elle leur fournit les renseignements utiles pour surmonter un traumatisme vécu trop longtemps dans l’ignorance de sa définition et de son impact quotidien. La littérature est bien dans le cas de Bon un appel à une prise de conscience collective des ravages que provoque ce type d’agression sur des mineures innocentes, une agression donc loin d’être mineure. Son ouvrage se situe ainsi à l’intersection du récit intime et du manuel de survie après un viol.

Haut de page

Note de fin

1 Adélaide Bon, La petite fille sur la banquise, Paris, Éditions Grasset & Fasquelle, 2018. Dorénavant PF.

2 Christine Angot, L’inceste, Paris, Stock, 1999.

3 Éva Thomas (Le viol du silence, 1986) ; Virginie Talmont (Inceste, 2004) ; Isabelle Aubry (La première fois, j’avais six ans…, 2008) ; Léa Belek, (C’est un secret entre nous, 2012) ; Valérie Dussaillant-Fernandes, Écrire les blessures de l’enfance. Inscription du trauma dans la littérature contemporaine au féminin, New York, Peter Lang, 2020, p. 135, 142. Seuls les récits de Béatrice de Jurquet (La traversée des lignes, 1997) et de Colette Mainguy (La Juive, 2001), toutes deux victimes d’inceste également, font l’objet d’une analyse approfondie dans cet ouvrage.

4 Sophie Fontanel, Capitale de la douceur, Paris, Éditions Seghers, 2021. Sophie Fontanel est écrivaine et actuellement journaliste de mode à L’Obs ; Vanessa Springora, Le consentement, Paris, Grasset, 2020 ; Camille Kouchner, La familia grande, Paris, Seuil, 2021.

5 Philippe Lejeune, Le pacte autobiographique, Paris, Seuil, 1975, p. 15. Toutefois, à la fin du récit, Bon change les prénoms des autres jeunes filles victimes du même agresseur pour des raisons de confidentialité propre au jugement.

6 En France, ce qui différencie un viol d’une agression sexuelle, c’est “une pénétration vaginale, anale ou buccale exercées sous la contrainte ou la surprise avec le sexe de l’auteur, ses doigts ou au moyen d’un autre objet”. Voir https://demarcheadministratives.fr/demarches/differencier-le-viol-dune-agression-sexuelle (accès octobre 2021).

7 Nous utilisons le terme “lecteur” au sens général, c’est-à-dire en incluant celui de lectrice.

8 Tout au long de son récit, Bon retranscrit en italiques les paroles de ses interlocuteurs ainsi que les extraits d’ouvrages dont elle prend connaissance.

9 Annie Ernaux, Mémoire de fille, Paris, Gallimard, 2016, <Folio>.

10 Annie Ernaux et Marc Marie, L’usage de la photo, Paris, Gallimard, 2005, p. 150.

11 Thomas Clerc, Les écrits personnels, Paris, Hachette Livre, 2001, p. 8.

12 Adelaide Bon : le récit d’une reconstruction, La grande librairie, mars 2018, disponible sur https://www.youtube.com/watch?v=m9ZvGmqcfoY (accès janvier 2022).

13 André Tournon, La poétique du témoignage dans Les Tragiques d’Agrippa d’Aubigné, dans Olivier Pot (dir.), Poétiques d’Aubigné, Genève, Droz, 1999, p. 138.

14 Renaud Dulong, Le témoin oculaire. Les conditions sociales de l’attestation personnelle, Paris, EHESS, 1998, p. 67.

15 Gisèle Mathieu-Castellani, La scène judiciaire de l’autobiographie, Paris, PUF, 1996, p. 164.

16 “Elle a vingt-trois ans” (PF : 69) ; “À vingt-quatre ans, elle court dans tous les sens” (PF : 75) ; “Au printemps, elle commence un roman” (PF : 96) ; “Elle a trente et un ans. Elle avance, elle va mieux” (PF : 109) ; “Elle vient d’avoir trente-trois ans, elle prend rendez-vous avec une avocate” (PF : 135) ; “Quelques jours après le solstice d’été” (PF : 163).

17 Barbara Havercroft, Questions éthiques dans la littérature de l’extrême contemporain : les formes discursives du trauma personnel, Les Cahiers du CERAACC, no 5, Proses narratives en France au tournant du XXIe siècle, Anne Sennhauer ed., avril 2012, p. 21.

18 Voir https://lagenerationquiparle.com/2018/03/19/4-questions-a-adelaide-bon-auteure-de-la-petite-fille-sur-la-banquise-chez-grasset/ (accès juin 2021).

19 Elle révèle plus tard qu’il y a eu aussi pénétration orale et buccale : “Pas un orifice que tu n’auras souillé” (PF : 173).

20 Comme le disent ces récits, ce qui revient hanter les victimes, ce n’est pas seulement la réalité de l’événement violent, mais aussi la réalité de la manière dont sa violence n’a pas encore été pleinement comprise (nous traduisons), Cathy Caruth, Unclaimed Experience, Trauma, Narrative, and History, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 1996, p. 6.

21 Irène Frain quant à elle, dénonce aussi par le titre de son livre, Un crime sans importance, la lenteur des investigations au sujet du meurtre de sa sœur et du refus de la justice de lui ouvrir les dossiers. Irène Frain, Un crime sans importance, Paris, Seuil, 2020.

22 Barbara Havercroft, op. cit., p. 22.

23 Gisèle Mathieu-Castellani, op. cit., p. 171.

24 Alexandre Gefen, Réparer le monde. La littérature française face au XXIe siècle, Paris, éditions Corti, 2017, <Les Essais>, p. 13.

25 “Premier jour du procès” (PF : 187) ; “voilà qu’au soir du quatrième jour” (PF : 208) ; “Le matin du sixième jour” (PF : 238) ; “Septième et dernier jour” (PF : 242).

26 Barbara Havercroft, op. cit., p. 28.

27 Frédérique Chevillot, “La mémoire en creux – Annie Ernaux et Linda Lê : écrire la fiction du non-survenu”, Women in French Studies, Special Issue, 2015, p. 138. Il s’agit d’une étude sur des échanges épistolaires publiés entre les écrivaines Ernaux et Lê mais qui s’adapte ici au contexte du récit personnel de Bon.

28 Jean-Philippe Miraux, L’autobiographie. Écriture de soi et sincérité, Paris, Armand Colin, 2005, p. 90.

29 Christine Angot lors de l’émission “On n’est pas couché” de Laurent Ruquier le 30 septembre 2017, disponible sur https://www.youtube.com/watch?v=ne6DS_h9nwI (accès le 19 septembre 2021). Elle s’adressait à Sandrine Rousseau, actuellement secrétaire nationale adjointe d’Europe Écologie Les Verts (EELV), qui présentait son livre Parler où elle expliquait ses hésitations à dénoncer en 2016 le député Denis Baupin de l’avoir agressée sexuellement en 2011. En 2019, elle sera dédommagée comme trois autres accusatrices de 500 euros.

30 Alexandre Gefen, op. cit., p. 14.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Vernier, « Témoigner pour instruire »Revue critique de fixxion française contemporaine [En ligne], 24 | 2022, mis en ligne le 15 juin 2022, consulté le 08 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/fixxion/2368 ; DOI : https://doi.org/10.4000/fixxion.2368

Haut de page

Auteur

Béatrice Vernier

Lakehead University

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search