Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24ÉtudesDu fait divers à la fiction

Études

Du fait divers à la fiction

Homosexualité spectrale chez Mohamed Mbougar Sarr
Thomas Muzart

Résumés

Dans son troisième roman, intitulé De purs hommes (2018), l’auteur sénégalais Mohamed Mbougar Sarr aborde la question de l’homosexualité dans son pays à partir d’un événement traumatique : l’exhumation du corps d’un homme supposé homosexuel dans un cimetière musulman par une foule déchaînée. La mise en circulation sur les réseaux sociaux d’une vidéo filmant cet acte commis en 2008, avait suscité de vives réactions et débats dont Sarr s’empare à travers la fiction pour réfléchir de manière critique au statut social des homosexuels au Sénégal. Cette étude montrera en quoi l’hantologie du spectre et l’hontologie de l’homosexuel amènent le protagoniste du roman à des rencontres qui brossent un portrait de la société contemporaine sénégalaise moins hétérocentré qu’il n’y paraît. Grâce à la littérature, Sarr met fin au privilège épistémologique théorisé par Eve Kosofsky Sedgwick qui enferme les homosexuels dans une essence aliénante. Mieux encore, le genre romanesque constitue un espace de liberté dans lequel un devenir minoritaire émerge pour contester la violence d’un discours dominant et homophobe prenant appui sur son obsession de la pureté.

Haut de page

Entrées d’index

Auteurs cités :

Mohamed Mbougar Sarr
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mohamed Mbougar Sarr, La plus secrète mémoire des hommes, Paris, Ed. Philippe Rey, 2021.
  • 2 Mohamed Mbougar Sarr, De purs hommes, Paris, Philippe Rey, 2018 ; dorénavant DPH.
  • 3 L’article de Jérémie Vaudaux cite entre autres l’imam Ahmadou Kanté ou le président de l’ONG isla (...)

1Alors que le nom de Mohamed Mbougar Sarr résonne de nos jours dans l’espace médiatique francophone en tant que lauréat du prestigieux prix Goncourt 2021 pour son roman La plus secrète mémoire des hommes1 (2021), la consécration du jeune écrivain sénégalais s’est rapidement vue entachée d’une polémique à propos de son précédent ouvrage, De purs hommes2 (2018), qui aborde la question de l’homosexualité au Sénégal. Ce roman dont la réception était jusqu’alors relativement marginale est devenu en effet le centre d’une discorde dans laquelle des personnes influentes de la société sénégalaise3 se sont jointes aux internautes des réseaux sociaux pour critiquer l’auteur et lui demander des comptes pour avoir traité d’un sujet qu’ils jugent déshonorant et contraire aux valeurs de leur pays. Si cette controverse occulte de manière évidente le succès de Mbougar Sarr pour La plus secrète mémoire des hommes, elle relativise également la dimension littéraire de De purs hommes en se concentrant sur sa dimension morale. Cet article entend pallier ce manquement en démontrant que c’est en tant qu’œuvre littéraire et sur la littérature que le roman de Mbougar Sarr doit être analysé pour mesurer la double portée de son travail : celle d’interroger la violence homophobe de la société sénégalaise et celle d’élaborer une appréhension de la diversité sexuelle et de genre plus éthique et plus proche de la réalité complexe de son pays.

  • 4 Arwa Barkallah, “Le Góor-jigéen au Sénégal : le coming out”, Dans la tête des hommes, épisode 7, (...)
  • 5 Human Rights Watch, Fear for Life.Violence against Gay Men and Men Perceived as Gay in Senegal, 2 (...)
  • 6 Aminata Cécile Mbaye, “The spectacle of the ‘Other’: Media representations of same-sex sexuality (...)

2Le rapport entre littérature et réalité se trouve au cœur même de la conception de l’œuvre puisque De purs hommes est tiré d’un fait divers survenu dix ans avant sa publication. Dans un entretien donné pour le podcast “Dans la tête des hommes”4, Mbougar Sarr raconte comment en 2008 il avait été choqué par le visionnement d’une vidéo montrant une foule exhumant le corps d’un homme supposé être homosexuel d’un cimetière musulman. Loin d’être singulier, cet acte est symptomatique d’un accroissement des violences à l’encontre de personnes sur la base de leur orientation sexuelle et l’expression de leur genre au Sénégal à partir de 2008. Documentée par Human Rights Watch, cette radicalisation de l’homophobie s’explique notamment par le rôle des médias qui, selon le rapport de l’organisation non gouvernementale, véhiculent à l’échelle nationale les incitations à la haine des homosexuels de dirigeants religieux et politiques conservateurs sans précaution ni contre-discours5. Au-delà de ces prises de parole, ce sont le développement de la presse à scandale et des techniques journalistiques privilégiant les simplifications excessives et les usages de stéréotypes à des fins commerciales qui contribuent fortement au processus d’aliénation des homosexuels6. La proposition littéraire de Mbougar Sarr s’inscrit à contre-courant de ces tendances réductrices. En ne succombant pas aux pressions de l’immédiat et de l’audimat qui caractérisent les médias, il recourt à la littérature pour développer une réflexion plus apaisée et approfondie sur la place de l’homosexualité au Sénégal.

  • 7 Roland Barthes, “Structure du fait divers”, Essais critiques, Paris, Seuil, 1991, p. 312.
  • 8 Daniel Grojnowski, Lire la nouvelle, Malakoff, Dunod, 1993, p. 44.
  • 9 Eve Kosofsky Sedgwick, Epistemology of the Closet, Berkeley, University of California Press, 1990

3Il est aussi significatif de remarquer le choix fait par Mbougar Sarr d’opter pour le roman au lieu de la nouvelle qui, d’après Roland Barthes, entretient un lien étroit avec le fait divers : “Au niveau de la lecture, tout est donné dans un fait divers ; ses circonstances, ses causes, son passé, son issue ; sans durée et sans contexte, il constitue un être immédiat, total, qui ne renvoie, du moins formellement, à rien d’implicite ; c’est en cela qu’il s’apparente à la nouvelle et au conte, et non plus au roman”7. La nouvelle comme le fait divers ne s’embarrasse pas du contexte et produit ainsi une forme de discours qui ne laisse place à aucune forme de subtilité ou complexité. Dans Lire la nouvelle (1993), Daniel Grojnowski abonde dans ce sens en soulignant également que la nouvelle facilite en général les figures de l’antithèse8. Si l’on revient à la question de l’homosexualité, il est possible alors d’envisager comment la nouvelle issue d’un fait divers peut reproduire une dichotomie simpliste qui enferme l’homosexuel dans une altérité impossible à dépasser. C’est une des manifestations de ce qu’Eve Kosofsky Sedgwick appelle “l'épistémologie du placard”9. Ce n’est pas tant l’absence de discours que le refus de savoir ce qui touche vraiment à l’homosexualité qui fonde cette épistémologie. Le privilège épistémologique se manifeste à travers un discours dominant hétérosexuel qui se construit autour de l’homosexualité tout en l’ignorant consciemment. Car si l’homosexuel se dit, alors l’hétérosexuel doit se penser lui-même et sa place dans l’ordre, ce qui, à terme représente pour lui un risque de perdre son privilège social.

  • 10 Marie-Claude Martin, “Le Sénégal interdit les sacs à main pour un homme”, Le Temps, 11 février 20 (...)
  • 11 Propos tirés du podcast de l’épisode 7 de Dans la tête des hommes, disponible sur https://shows.a (...)

4Ce refus de savoir, de s’interroger, s’incarne d’une manière symbolique dans l’épisode du scandale provoqué par le sac à main jugé trop féminin que portait le chanteur sénégalais Wally Seck en 201610. Soupçonné alors d’être homosexuel par les médias et recevant insultes et menaces de mort, Seck a fermement démenti de telles accusations et mis fin à toute discussion en faisant découper sur scène lors d’un de ses concerts le sac en question. Cette performance de l’acte d'expiation que le chanteur a avoué avoir orchestré sous les conseils de son marabout et par amour pour son pays, n’a pas échappé au regard affûté de Mbougar Sarr qui voit “tout le Sénégal” à l’intérieur de ce sac qui symbolise “toutes nos contradictions, tout le rapport qu’on a à la différence”11. Le fait qu’un objet aussi anodin prenne une telle dimension symbolique et que la seule issue soit sa destruction montre bien cette volonté de ne pas savoir. Or, à l’inverse de Seck, Mbougar Sarr ne va pas découper le sac. Il va l’ouvrir comme le placard et faire surgir, grâce à la complexité offerte par le genre romanesque, “tout le Sénégal”, dans toutes ses contradictions, dans toute sa diversité et proposer un nouveau rapport à la différence qui remet en cause le privilège épistémologique hétérosexuel.

5Pour mettre en scène un tel cheminement intellectuel, Mbougar Sarr choisit un narrateur Ndéné qui, en tant qu’hétérosexuel, se situe du côté des privilégiés mais qui, en tant que professeur de littérature, demeure toutefois sensible à la nuance et à la subtilité. On verra d’abord comment la dimension spectrale de l’homosexualité qui hante le protagoniste constitue le moteur d’une narration prenant la forme d’une enquête sociologique sur le pluralisme sexuel au Sénégal. On examinera ensuite la manière dont l’auteur parvient, grâce à la littérature, à ne pas enfermer ce spectre dans une essence et à lui donner au contraire un espace de liberté dans lequel doutes et questionnements constituent le fondement même d’un devenir minoritaire. Plus qu’à défendre, c’est un devenir à adopter subjectivement et littérairement, selon le protagoniste et son auteur, pour mettre fin à la violence d’un discours dominant prenant appui sur son obsession de la pureté.

De l’hontologie à l’hantologie : enquête sur la diversité sexuelle au Sénégal

  • 12 Didier Éribon, Une morale du minoritaire : variations sur un thème de Jean Genet, Paris, Fayard, (...)
  • 13 Julia Kristeva, Pouvoir de l’horreur. Essai sur l’abjection, Paris, Ed. Du Seuil, 1980, p. 12.

6Dès le premier chapitre, De purs hommes rend compte de la normalisation de l’homophobie au Sénégal à travers les propos de son narrateur qui, face au visionnement d’une vidéo montrant un homme exhumé d’un cimetière musulman à cause de son homosexualité, conclut : “Après tout, ce n’était qu’un góor-jigéen” (DPH : 18). On reviendra sur les différentes significations de ce terme qui varient selon les époques et les contextes, mais dans ce cas précis, góor-jigéen doit être compris comme une insulte à l’encontre des homosexuels. Dans son ouvrage, Une morale du minoritaire (2001), le philosophe et sociologue Didier Éribon explique en quoi l’acte de nomination et l’insulte participent au processus d’abjection subi par les homosexuels. Le mot ou le nom qu’ils reçoivent font figure de jugement social qui les transforme “en monstre, en personnage abject et étrange”12. L’homosexuel est donc constitué subjectivement par la honte, ce qui amène Éribon à reprendre le terme d’“honthologie” développé par le psychanalyste Jacques Lacan. Bien que mort, l’homme exhumé de la vidéo est catégorisé par le mot qu’emploie le protagoniste comme un produit de l’hontologie, celle de l’abjecte, et non de l’ontologie qui assure une place propre à l’homme dans le monde. Selon la définition qu’en donne Julia Kristeva dans Pouvoirs de l’horreur (1980), l’abject est l’irruption soudaine d’une étrangeté qui perturbe “une identité, un système, un ordre” et qui révulse à tel point que le sujet fait tout pour l’expulser13. Il est possible alors de voir que l’abjection symbolique mais non moins effective que recouvre l’utilisation du terme góor-jigéen par le narrateur confirme le processus d’abjection déployé par la foule de la vidéo qui, en tant que sujet collectif, expulse le corps de l’homosexuel comme élément étranger au corps social. Toutefois, Ndéné prend instantanément conscience du poids de ses mots et du fait qu’ils n’émanent pas d’une conviction personnelle mais du point de vue hétérosexiste de la société dans laquelle il vit : “J’avais parlé par une bouche commune – telle une fosse – où étaient enterrées – mais elles ressuscitaient souvent – les opinions nationales” (DPH : 18). Il est intéressant de remarquer comment les mots “fosse”, “enterrées” ou “ressuscitaient” sont ici attribuées aux préjugés collectifs que le narrateur cherche ainsi à garder sous terre mais qui inconsciemment ressurgissent. Il est le produit de sa socialisation mais lui résiste néanmoins en lui donnant une connotation péjorative. On notera également qu’au lieu d’attribuer le monstrueux à l’homosexuel, il l’accole à la société dans laquelle il vit et qui lui donne le sentiment d’être dans l’antre d’un monstre” (DPH : 18).

  • 14 Ibid., p. 15. Les emphases sont celles de Kristeva.
  • 15 Didier Éribon, op. cit., p. 80.

7À cette conscientisation qui a déjà commencé à ébranler les certitudes du narrateur s’ajoutent rapidement les visions traumatiques des images de la vidéo qui viennent le hanter. Kristeva dit que “celui par lequel l’abject existe” est “un exilé” ou “un jeté qui (se) place, (se) sépare, (se) situe et donc erre14. On peut en déduire alors que l’abjection subie par le cadavre de l’homme exhumé le conduise à errer tel un spectre dans l’esprit de Ndéné et à transformer l’hontologie que ce dernier lui avait attribué en hantologie. L’image de cet homme revient une première fois au moment du prêche du père du narrateur, un imam qui, ne dérogeant pas aux opinions homophobes traditionnelles, fait de l’homosexuel un criminel et donc une menace pour la cohésion sociale (DPH : 46). Cette construction de l’homosexuel hors-la-loi et contre-nature, constitue une image qui efface au même moment toute possibilité d’individualisation voire d’individuation de l’homosexuel. “Un pédé,” dit Éribon, “pour le regard social dominant, pour la société hétérosexiste et homophobe, ce n’est rien d’autre qu’un pédé, et en même temps qu’un pédé, c’est tous les pédés à la fois et toute l’homosexualité”15. En réaction à la désindividualisation de l’homosexuel faite par son père, Ndéné commence à se poser des questions sur l’homme de la vidéo : “Quelle avait été sa vie ? Comment avait-on su qu’il était góor-jigéen ? Qui l’avait accusé ? Avait-on une preuve de sa sexualité déviante ? Où était sa famille ? Qu’était devenu son corps” (DPH : 47). S’intéressant à son identité, son histoire personnelle mais également à sa place dans la famille et donc dans la société, le protagoniste se lance alors dans une enquête qui le conduira à la rencontre d’une société sénégalaise moins hétérocentrée qu’il n’y paraît.

  • 16 Dans son article “L’afropolitanisme en débat”, Patrick Awondo définit l’afropolitanisme comme un (...)
  • 17 Joao Gabriel, “De ‘l’immigration zéro’ au fémonationalisme : trajectoire des polémiques sur la po (...)

8La première personne que Mbougar Sarr met sur la route de son protagoniste est le personnage d’Angela Green-Diop qui, travaillant à Human Rights Watch, possède des informations sur l’homme de la vidéo. Il est tout à fait probable que l’auteur ait lu le rapport de l’ONG précédemment mentionné lors de sa recherche documentaire et ait ainsi eu l’idée d’inclure un personnage à même de décrire les implications culturelles et humanitaires touchant à l’homosexualité. Métisse d’un père sénégalais et d’une mère américaine, entrecoupant ses phrases par des expressions en anglais, Angela incarne dans le roman la jeune femme afropolitaine16 libérée et éduquée sur les questions de sexualité. Elle est d’ailleurs présentée comme bisexuelle et amante de Rama que le narrateur fréquente également : “Nous formions là un étrange trio d’amants dont Rama était le nœud. Angela, naturellement savait qui j’étais. Pourtant, aucune rivalité ne naissait, nous ne nous détestions nullement. Bien au contraire, nous semblions prendre plaisir à nous rencontrer, à nous réunir autour de ce que nous avions de précieux et en partage. Il me vint l’impression de comprendre Adja Mbène et ma mère” (DPH : 82). Le parallèle ici établi par Ndéné est celui de sa situation polyamoureuse avec la polygamie de ses parents, Adja Mbène étant la deuxième femme de son père. Bien que brièvement mentionné, le côtoiement de ces deux formes de multipartenariat perturbe les conceptions attendues du lecteur, voyant dans l’un modernisme et dans l’autre tradition, voire archaïsme. Outre la conception temporelle, l’historien Joao Gabriel établit dans son étude sur la polygamie en France que “la ligne de démarcation n’est pas entre norme (monogamie) et transgression (multipartenariat), mais entre humains-référents (européens, blancs, quelles que soient leurs pratiques) et altérité (musulmans, non blancs, quelles que soient leurs pratiques)”17. Il est intéressant de remarquer que cette appréhension du multipartenariat qui fonde sa dichotomie sur l’appartenance ethnique, religieuse et culturelle ne semble pas avoir de prise dans le contexte sénégalais décrit par le roman.

  • 18 Mbougar Sarr reconnaît avoir beaucoup lu les travaux de l’anthropologue Cheikh Niang lors de la p (...)

9Or cette grille de lecture invalidée pour le multipartenariat prend soudain tout son sens lorsqu’il est question d’homosexualité au Sénégal. Dans son échange avec Ndéné, Angela relève en effet qu’au-delà de son aspect transgressif, une telle sexualité est perçue comme une spécificité occidentale et donc inexistante en Afrique. Elle déconstruit cependant un tel préjugé en expliquant qu’il existe des recherches anthropologiques confirmant la présence de l'homosexualité avant la colonisation18. Selon elle, si les Sénégalais veulent ignorer ces faits, c’est avant tout parce qu’en discréditant l’hypothèse de l’importation occidentale, ils remettraient en cause le processus d’altérisation et forceraient une autre prise en compte de la diversité sexuelle : “Ceux qui haïssent les homosexuels dans ce pays parlent de pureté historique parce que c’est commode ; il leur permet d’accuser une fois de plus le Blanc de la responsabilité qu’ils considèrent comme un mal importé. Le système ne concerne pas que le Sénégal : chaque peuple de chaque pays du monde accuse l’étranger, le barbare, d’être la cause de sa décadence” (DPH : 87). Bien que Ndéné comprenne que l’argument de la pureté menacée d’importations inadaptées et dangereuses moralement ne soit qu’un leurre, il rétorque à Angela que l’homophobie ne s’appuie ni sur l’histoire ni sur la raison. Elle repose davantage sur une vision fantasmée qui, associée à la foi, ne peut être remise en cause par des motifs humanistes. Il en conclut de façon pessimiste ou fataliste : “on refusera toujours que l’homosexualité s’affirme ici” ; ce à quoi Angela répond : “Mais l’homosexualité est déjà ici” (DPH : 88).

  • 19 Cheikh Niang, “Understanding sex between men in Senegal: Beyond current linguistic and discursive (...)
  • 20 Christophe Broqua, “Góor-jigéen : la resignification négative d’une catégorie entre genre et sexu (...)

10L’homosexualité est déjà ici, ainsi que des identités et des formes de sociabilité plus complexes comme en témoigne dans le roman la rencontre avec Samba Awa Niang connu à Dakar pour ses fonctions d’animateur de sabar, ces célébrations de danses rythmées par les tambours. Le personnage de Samba Awa intrigue le narrateur car il bénéficie d’une extrême popularité bien qu’étant góor-jigéen. Or cette contradiction apparente n’en est pas une si l’on se réfère à l’histoire d’un tel mot et de la catégorie à laquelle il renvoie. Signifiant en wolof “homme-femme”, góor-jigéen caractérise, à la fin du 19e et dans la majeure partie du 20e siècle, les hommes biologiques qui, arborant des vêtements et des attributs féminins, occupent une fonction de maître de cérémonie, de baptêmes et de sabar. Comme le souligne Cheikh Niang, le góor-jigéen est défini par une inversion de genre qui le fait fréquenter le monde des femmes et principalement celles de la haute société (nommées diriyanké)19. Il occupe donc une position sociale bien définie qui repose sur une performance de genre ne tenant pas compte de la sexualité ou de l’orientation sexuelle. Certains góor-jigéen, Christophe Broqua précise, pouvaient se marier et avoir des enfants, même si ceux-là étaient minoritaires20. C’est le cas de Samba Awa qui, à la surprise de Ndéné, lui confie qu’il avait une femme avec qui il a eu deux enfants et qu’il n’a jamais eu de relation sexuelle avec un homme. Affirmant “Je ne suis pas un homosexuel. Je suis un travesti” (DPH : 117), Samba Awa correspond à la définition de góor-jigéen au sens d’acteur, de performeur du genre, qu’il considère d’ailleurs comme un travail.

  • 21 Ibid.

11Toutefois, il a conscience de ne pas échapper à la resignification négative du terme góor-jigéen qui à la fin du 20e siècle devient une catégorie hybride mêlant genre et sexualité : “On m’appelle góor-jigéen, comme on nomme ici les homosexuels, les transsexuels, les bisexuels, les hermaphrodites, et même les hommes simplement un peu efféminés ou les personnes à l’allure androgyne” (DPH : 118). Selon Broqua, cet amalgame entre genre et sexualité provient d’abord d’une interprétation occidentale. Il estime que les récits d’observateurs extérieurs qui percevaient le góor-jigéen comme un homosexuel basaient leur jugement sur la théorie de l’“inversion sexuelle” alors dominante dans le monde occidental et non sur les conceptions locales qui n’envisageaient pas l’orientation sexuelle d’un tel personnage. Or c’est ce point de vue associant genre et sexualité qui va mener à la stigmatisation du góor-jigéen et de l’homosexuel qui ne font plus qu’un. Un témoignage recueilli par Broqua explique que “le Sénégalais lambda a commencé à comprendre que ces gens avaient une sexualité, que ce n’était plus de la comédie, c’était pas des acteurs, c’était une frange bien réelle de la population. [...] Dès qu’ils ont découvert que c’était un góor-jigéen, donc ayant des rapports sexuels avec un homme, ces gens ont été bannis21. On serait tenté d’interpréter un tel changement moins comme la preuve de l’importation de l’homosexualité que de celle de l’homophobie par l’Occident. Le fait que les lois répressives à l’encontre de l’homosexualité aient été instaurées par les régimes coloniaux renforce une telle hypothèse. Quoi qu’il en soit, le passage du góor-jigéen au statut social reconnu au góor-jigéen paria s’explique par une visibilité accrue de l’homosexualité dans l’espace public. Tout ce qui déroge aux normes de la société hétérocentrée prend désormais le nom stigmatisant de góor-jigéen : “Ici, lorsqu’on n’est pas hétérosexuel, on est góor-jigéen. Il n’y a pas de place pour le reste, pour tous les autres types de sexualité que beaucoup d’hommes et de femmes vivent pourtant” (DPH : 118). On retrouve ici le même constat qu’au cours de l’échange avec Angela, c’est-à-dire le refus de reconnaissance d’une pluralité sexuelle malgré son existence.

  • 22 Didier Éribon, op. cit., p. 76.
  • 23 Ibid., p. 77.
  • 24 Il est bon de préciser que la remise en cause d’un tel régime n’est pas forcément l’apanage des m (...)

12S’il n’y a pas de place au sens de place sociale de l’homosexualité d’après un point de vue hétérosexiste, il existe également une réticence à la visibilité chez certains homosexuels. Cette posture est incarnée dans le roman par M. Coly, doyen de la faculté où travaille le protagoniste et qui ne vit pas son homosexualité publiquement. Lors d’une conversation avec Ndéné, le doyen reproche à une minorité d’homosexuels qu’il qualifie de “vulgaires, impudiques, provocateurs” d’être responsables de la recrudescence de l’oppression de l’homosexualité qui affecte “la majorité silencieuse des homosexuels” (DPH : 145-146). Pour rejeter davantage cette frange radicale car visible de l’homosexualité, M. Coly lui attribue les dénominations de “pédales” et “pédés”, une pratique qu’Éribon identifie quant à lui avec l’usage du mot “tante” : “la tante pour un homosexuel, c’est toujours ce que sont les autres homosexuels, et ce que lui-même n’est pas”22. De la même manière, l’usage du mot “pédé” cherche ici à distinguer le bon homosexuel, celui qui se tait, du mauvais homosexuel, celui qui se dit. Ce procédé venant de l’intérieur du groupe dominé démontre la puissance du discours dominant qui s’impose à tous, y compris à ceux qui souffrent des effets de la domination. Un minoritaire qui veut “briser ce régime d’évidences et cet ordre discursif rencontrera l’opposition des dominants, mais également la majorité des dominés dont la conscience et l’inconscient ont été façonnés par les structures de la domination”23. Ainsi, M. Coly, bien qu’étant homosexuel et donc appartenant à une catégorie socialement dominée, s’oppose aux minoritaires visibles et à leur intention24 de remettre en cause le régime hétérosexiste du pays.

  • 25 Joseph Massad, Desiring Arabs, Chicago, The University Chicago Press, 2007.

13En plus du rapprochement établi avec le mot “tante”, qui stigmatise l’homosexuel efféminé et visible, il est nécessaire de voir l’utilisation d’insultes françaises comme “pédales” et “pédés” à la place du terme wolof góor-jigéen, comme une volonté de la part du doyen de placer culturellement la vie sociale homosexuelle dans le monde blanc. M. Coly accuse en effet l’Occident de véhiculer à travers les films, les manifestations telles que la gay pride, une image de l’homosexualité qui fait fantasmer les homosexuels sénégalais. Or les revendications sociales telles que la demande de la dépénalisation de l’homosexualité aboutissent selon le doyen à l’effet inverse de celui espéré puisque l’homophobie augmente. Un tel constat se retrouve chez Joseph Massad qui, dans son ouvrage Desiring Arabs25 (2007), considère que l’influence voire l’imposition d’un modèle de sexualité occidental dans les sociétés arabes a contribué à une augmentation de la répression de l’homosexualité. Malgré la réalité de cette observation, Ndéné répond au doyen comme Mbougar Sarr pourrait répondre à Massad : “Vous reprochez à l’Occident de faire avancer les droits sur l’égalité ?” (DPH : 149). Cette question, il me semble, fait écho à celles qu’Angela avait posées à Ndéné lorsque lui-même, à la manière du doyen, invoquait la spécificité culturelle de son pays : “Ce relativisme total, c’est terrible : il n’y a donc aucun absolu ? Rien au-dessus des particularités et particularismes ? N’y a-t-il donc plus rien de sacré ici ? Even not the human life ?” (DPH : 90). La réaction de Ndéné face aux propos du doyen montre qu’il a dépassé la posture relativiste qu’Angela lui reprochait et qu’il comprend désormais la lutte contre l’homophobie comme un enjeu au sein même de son pays.

Devenir-homosexuel et résistance littéraire

  • 26 Gilles Deleuze et Félix Guattari, Mille plateaux. Capitalisme et schizophrénie. Paris, Les éditio (...)
  • 27 Préface de Gilles Deleuze à l’essai de Guy Hocquenghem, L’après-mai des faunes, Paris, Ed. Grasse (...)

14En parallèle des rencontres faites par Ndéné qui l’aide à comprendre la complexité des questions de genre et de sexualité au sein de son pays, il convient de noter le changement interne du protagoniste que la narration à la première personne met en exergue. Au cheminement intellectuel s’ajoute en effet un cheminement personnel dont il importe d’analyser les implications sociales et politiques. Alors que son enquête sur l’homme de la vidéo aurait pu s’arrêter après avoir appris de la mère de ce dernier que son nom était Amadou et qu’il était un homme ordinaire jusqu’à la découverte de sa contamination par le sida et les soupçons d’homosexualité qui ont suivi, Ndéné retourne à plusieurs reprises se recueillir sur la tombe d’Amadou, située sous un arbre à l’extérieur de sa maison, invoquant qu’“il restait quelque chose à accomplir, une tâche mystérieuse dont l’exécution seule atténuerait, puisqu’elle ne pouvait l’effacer, ce sentiment de honte” (DPH : 137). L’aspect vague et incertain que suggère l’emploi de termes tels que “quelque chose” ou “tâche mystérieuse” traduit, selon moi, un élan qui conduit le narrateur du côté de ce que Gilles Deleuze et Felix Guattari ont appelé le “devenir”. Le “devenir” se distingue de l’“être” qui repose sur la stabilité des catégories et de leurs hiérarchies. Par exemple, les dichotomies homme/femme ou bien hétérosexuel/homosexuel s’établissent et se maintiennent à travers une relation de supériorité et de domination du premier terme sur le second. Le “devenir”, à l’inverse de l’“être”, n’est pas fixe et part du terme minoritaire pour remettre en cause toute pensée dualiste. Ainsi, si le devenir-femme s’appuie sur le féminin, ce n’est pas en tant que symétrique du masculin, mais comme position pouvant déconstruire l’hégémonie de la norme et du discours détenue par l’homme26. Il en va de même pour l’homosexualité qui, pour Deleuze, peut, en optant pour la question du devenir, remettre en cause l’hétéronormativité : “l’homosexualité n’est rien, ce n’est qu’un mot, et pourtant prenons le mot au sérieux, passons nécessairement par lui, pour lui faire rendre tout ce qu’il contient d’autre – et qui n’est pas l’inconscient de la psychanalyse, mais la progression d’un devenir sexuel à venir”27. Au lieu d’être une fin en soi, l’homosexualité représente un moyen de dépasser une appréhension traditionnelle (ici psychanalytique) de la sexualité en renonçant aux dichotomies et en ouvrant d’autres formes possibles de désirs. On doit donc comprendre le “devenir-homosexuel” non pas comme la décision de choisir son orientation sexuelle mais comme un positionnement minoritaire cherchant à déconstruire l’hétéronormativité et l’homophobie qui en découle.

  • 28 Le pronom pluriel fait référence au père et à sa femme.

15Ayant en tête cette distinction essentielle entre “être” et “devenir”, il est possible de retourner au texte de Mbougar Sarr et d’identifier la scène de la confrontation entre Ndéné et son père comme le tournant par lequel la “tâche mystérieuse” du narrateur prend la forme d’un devenir-homosexuel. Alors que le père fait part à son fils de la rumeur d’homosexualité qui court sur son compte à la suite de son enquête et de ses visites sur la tombe d’Amadou, ce dernier refuse de rentrer dans le jeu des dénégations qui participe en réalité au maintien de la structure homophobe de la société : “Expliquer que le sort d’Amadou m’avait touché sans que je sache vraiment pourquoi les28 aurait choqués autant que si je m’étais déclaré homosexuel. Ils attendaient de moi une réponse simple et claire. Ils l’espéraient. Mais qu’est-ce qui est simple ? Où est la clarté ? Existe-t-il une seule vérité limpide ? Une parole véritable ne tire-t-elle pas sa justesse de la difficulté qu’elle éprouve à éclore, face à la tentation de facilité et d’arrogance ?” (DPH : 157). Ndéné souligne dans ce passage l’aspect manichéen de l’appréhension de l’homosexualité qui interdit toute possibilité de nuance. Exprimer de l’empathie envers un homosexuel apparaît déjà comme un signe d’homosexualité. Comprenant qu’il ne peut ni déconstruire ces préjugés auprès de son père et de sa belle-mère ni déroger aux principes moraux qui sont désormais les siens, le narrateur opte pour le silence. Par ce choix, Ndéné se voit exclu par son père de la famille et subit ainsi le traitement auquel font face les homosexuels eux-mêmes. Plutôt que d’affirmer son appartenance au camp des dominants, il laisse place aux doutes et à l’hésitation qui caractérisent le devenir minoritaire.

  • 29 Didier Éribon, op. cit., p. 93.

16À la fin du roman, ce n’est plus le silence mais l’affirmation même d’un devenir-homosexuel qui consacre l’aliénation de Ndéné. S’en prenant à la foule, coupable d’alimenter l’homophobie dont M. Coly finit par être victime, le narrateur déclare : “Je vais sortir, leur causer la plus insoutenable souffrance et leur offrir le plus inestimable cadeau en un seul geste : me métamorphoser en pédé, un pédé qu’ils pourront tout à la fois craindre dans une répulsion viscérale et désirer dans une obscure pulsion de meurtre” (DPH : 186). En acceptant ce que la rumeur a décidé de lui, c’est-à-dire de devenir homosexuel, le narrateur se dit prêt à se sacrifier pour rendre visible la violence et la haine qui s’exprime dans sa société. Exhortant la foule à lui cracher dessus, à le déchiqueter, à lui briser les os et le traîner par les rues (DPH : 186), la position adoptée par Ndéné n’est pas sans rappeler celle d’un Jean Genet qui, selon Éribon, a développé une morale du minoritaire chez qui la honte ne peut se dissocier de son envers, qui est l’orgueil29. Chez Genet comme ici chez Mbougar Sarr, l’acceptation de la stigmatisation et de l’incarnation du mal, n’est pas synonyme de résignation mais bien au contraire, d’une volonté qui est celle de donner un autre sens aux positions assignées.

  • 30 Marcel Proust, Contre Sainte-Beuve, Paris, Gallimard, 1954.

17Il importe de noter le rôle prépondérant que joue la littérature d’un point de vue à la fois intra- et extradiégétique dans la résistance au manichéisme hétérosexiste et à la possibilité d’un devenir ouvert à la nuance. C’est en effet d’abord et surtout sur le terrain littéraire que Ndéné mène son combat. En tant que professeur, il résiste en premier lieu à l’injonction gouvernementale de ne plus enseigner les auteurs ouvertement et soupçonnés d’être homosexuels. Mise en place à la suite des violences subies par les homosexuels dans le pays, cette mesure cherche l’apaisement social non pas en défendant les victimes mais en prenant le parti des organisations religieuses qui prônent une censure de ce tout qui touche à l’homosexualité pour préserver la culture sénégalaise d’une telle perversion morale (DPH : 42). Pour le protagoniste du roman, c’est toutefois l’argument littéraire qui prévaut sur la question de la sexualité dans sa décision de continuer à enseigner des auteurs comme Paul Verlaine. Dans le passage mettant en scène Ndéné face à ses élèves lui reprochant de participer à la propagande occidentale de l’homosexualité, il fait le constat suivant : “Ils ne verraient jamais la beauté de la poésie de Verlaine, puisque sa personne était impure. Dans ce pays, Proust a tort, éternellement tort, et Sainte-Beuve a raison” (DPH : 75). Le protagoniste se range du côté de Proust qui, dans Contre Sainte-Beuve30, appelle à ne pas aborder une œuvre à partir de la biographie de son auteur, et de distinguer ainsi l’homme de l’artiste et la réalité de la fiction. Selon lui, réduire la poésie de Verlaine aux préférences sexuelles du poète est quelque chose de “stupide” (DPH : 78). Cette posture se révèle toutefois intenable dans une société qui au-delà de l’amalgame qu’elle fait entre littérature et réalité, s’en prend également à la dimension critique et à l’enseignement. Comme l’observe son collègue M. Coly : “Ce n’est pas Verlaine que vos étudiants jugent, au fond. C’est vous, votre avis sur l’homosexualité” (DPH : 78). Faire étudier un texte touchant de près ou de loin à l’homosexualité incrimine d’emblée le professeur et le condamne à l’exclusion sociale. Ndéné sera ainsi mis à pied pour cause “de perversion et d’insubordination” (PDH : 142).

  • 31 Youness Bousenna, “Le Prix Goncourt, Mohamed Mbougar Sarr, victime d’une violente polémique homop (...)
  • 32 Felwine Sarr, “Polémique autour de Mohamed Mbougar Sarr : Felwine Sarr prend position”, Senenews, (...)

18À ce cas personnel, s’ajoute celui d’un jeune écrivain sénégalais contre qui, selon le narrateur, la critique littéraire de son pays s’est déchaînée pour avoir écrit un livre dont le héros est un homme en proie à l’émergence de désirs homosexuels. Ndéné relève ici à nouveau la confusion entre fiction et réalité puisque la critique a refusé de faire la distinction entre le “je” du narrateur et le “je” de l’auteur : “On l’accusa non seulement d’être à la solde de lobbys occidentaux qui l’avaient grassement payé pour qu’il défende les góor-jigéen, mais on affirma encore qu’il était lui-même un pédé notoire (il faut dire qu’il en avait un peu l’allure) qui cherchait à corrompre la jeunesse avec ses livres, médiocres par ailleurs” (DPH : 109). Comme le souligne très justement Youness Bousenna dans son article consacré à Mohamed Mbougar Sarr31, le traitement médiatique reçu par le récent lauréat du prix Goncourt rappelle étrangement celui qu’il avait imaginé dans De purs hommes. Bien que, contrairement à l’anecdote qu’il invente dans son roman, De purs hommes ne soit pas écrit à la première personne, le sujet même du livre a suffi à entraîner les accusations d’homosexualité et de collusion avec l’Occident envers Mbougar Sarr. La focalisation sur De purs hommes au lieu du roman couronné par le Goncourt et sur son sujet plutôt que sur son traitement littéraire n’a pas surpris Felwine Sarr, philosophe et éditeur de Mbougar Sarr. Il s’agit, selon lui, d’un procédé classique qu’une frange de citoyens conservateurs utilise sur les réseaux sociaux pour “ramener leurs obsessions complotistes et leurs complexes victimaires”32 sur des sujets de société tels que l’homosexualité. On pourrait ainsi dire que la transformation littéraire d’un fait divers proposé par Mbougar Sarr se voit à nouveau récupérée par l’aspect sensationnaliste que privilégient les médias.

  • 33 Papa Alioune Sarr, “Entretien spécial avec Mohamed Mbougar Sarr”, ITV Sénégal, 4 novembre 2021, d (...)

19Alors que l’écrivain dans le roman finit par se suicider, Mbougar Sarr gère, quant à lui, la polémique qui l’entoure avec sang-froid, répondant aux demandes d’explication et de clarification par un laconique : Je demande simplement, toujours, qu’on lise ce qui est écrit et qu’on sache lire aussi33. Cette demande de rigueur et d’éthique dans la lecture devient un moyen de lutter contre la bataille culturelle menée, d’après Felwine Sarr, par ceux qui prônent une vision manichéenne de la culture, avec d’un côté les bons défenseurs de l’authenticité sénégalaise et de l’autre les traîtres corrompus par un Occident décadent :

  • 34 Felwine Sarr, op. cit.

La littérature n’est pas la littéralité ; elle est écart. C’est une cérémonie qui initie les lecteurs aux secrets de l’existence. Un écrivain est quelqu’un qui décide de prendre la parole pour révéler ses mondes intérieurs, la réalité telle qu’elle est et non telle que certains aimeraient qu’elle soit. S’adresser à ses semblables dans l’intimité de leur solitude, révéler les mondes que portent les individus dans leurs contrastes, leurs tensions existentielles, leur casuistique intime, et dire ce qui fait de nous des humains ; ni anges ni démons, mais oscillant entre lucidité et ferveur. Un écrivain n’est pas là pour conforter l’ordre établi ou la moraline dominante, il révèle les infinis possibles de la vie et de l’existence, qu’il fait advenir à notre conscience et ainsi, élargit notre réalité et nous fait habiter un monde plus vaste.34

  • 35 Propos tirés de l’entretien avec Augustin Trapenard pour BRUT, 6 novembre 2021, disponible sur ht (...)
  • 36 Felwine Sarr, op. cit.

20La distinction entre littérature et littéralité permet d’établir la différence entre complexité et simplisme. Or, selon Felwine Sarr, c’est la complexité qui fait “de nous des humains”, des êtres qui portent en eux des “contrastes” et des “tensions existentielles”. Le recours à la littérature par un auteur revient à montrer que les individus sont des “semblables” devant “les secrets” mais aussi devant “les infinis possibles de la vie et de l’existence”. Elle permet de coller au plus près de l’existence humaine qui s’apparente davantage au devenir qu’à la rigidité de l’essence et son ordre établi. Corroborant cette affinité avec le devenir qui permet, selon Felwine Sarr, de nous faire habiter un monde plus vaste, Mbougar Sarr qualifie la littérature de pays aux frontières ouvertes : “Moi je suis de la littérature, c’est mon pays, mon espace vital, celui où je me sens le plus libre, c’est le pays qui ne me fera aucun reproche, qui m’accueillera toujours. […] Un pays d’intelligence pure et dure – qui permet de se comprendre parce qu’on y parle d’égal à égal et on y parle de questions qui nous traversent tous, qui sont celles de la condition humaine […] Dans la littérature on peut en parler sans être parasité par des origines, une couleur de peau, un nom”35. Face à la saturation de propos discriminatoires voire haineux dans l’espace médiatique et sur les réseaux sociaux, la littérature prend les traits d’une terre d’asile que les auteurs comme Mbougar Sarr parviennent à maintenir par leurs écrits. Sans dénier les tendances universalistes de cette vision de la littérature, il convient toutefois de préciser qu’elle cherche non pas à effacer les différences culturelles mais plutôt à déjouer le discours selon lequel tel ou tel sujet ne serait pas légitime d’être abordé dans une culture donnée. De purs hommes incarne en ce sens l’espace littéraire dans lequel le spectre de l’homosexualité au Sénégal peut trouver enfin une forme de reconnaissance voire d’hospitalité. Le roman La plus secrète mémoire des hommes accueille quant à lui les spectres du colonialisme, des première et deuxième guerres mondiales. Qu’il s’agisse de faits divers ou de grands moments de l’Histoire, la fiction sous la plume de Mbougar Sarr prend le parti de la complexité et permet ainsi, pour reprendre les mots de Felwine Sarr, “de tenir ferme le front de la liberté de créer, d’imaginer, de penser et de dire”36.

Haut de page

Note de fin

1 Mohamed Mbougar Sarr, La plus secrète mémoire des hommes, Paris, Ed. Philippe Rey, 2021.

2 Mohamed Mbougar Sarr, De purs hommes, Paris, Philippe Rey, 2018 ; dorénavant DPH.

3 L’article de Jérémie Vaudaux cite entre autres l’imam Ahmadou Kanté ou le président de l’ONG islamique Jamra, Mame Mactar Gueye. Jérémie Vaudaux, “Mohamed Sarr au coeur d’une polémique homophobe au Sénégal”, Libération, 3 décembre 2021, disponible sur https://www.liberation.fr/international/afrique/mohamed-mbougar-sarr-au-coeur-dune-polemique-homophobe-au-senegal-20211203_UAA266LHRVFYNIFYZHT4UHETHM.

4 Arwa Barkallah, “Le Góor-jigéen au Sénégal : le coming out”, Dans la tête des hommes, épisode 7, 21 janvier 2021, disponible sur <https://shows.acast.com/euronews-dans-la-tete-des-hommes/episodes/legoor-jigeenausenegal-lecomingout>.

5 Human Rights Watch, Fear for Life.Violence against Gay Men and Men Perceived as Gay in Senegal, 2010, p. 14, disponible sur https://www.hrw.org/sites/default/files/reports/senegal1110webwcover.pdf.

6 Aminata Cécile Mbaye, “The spectacle of the ‘Other’: Media representations of same-sex sexuality in Senegal”, Sexualities, vol. 24, n°1–2, 2021, p. 13–28.

7 Roland Barthes, “Structure du fait divers”, Essais critiques, Paris, Seuil, 1991, p. 312.

8 Daniel Grojnowski, Lire la nouvelle, Malakoff, Dunod, 1993, p. 44.

9 Eve Kosofsky Sedgwick, Epistemology of the Closet, Berkeley, University of California Press, 1990.

10 Marie-Claude Martin, “Le Sénégal interdit les sacs à main pour un homme”, Le Temps, 11 février 2016, disponible sur https://www.letemps.ch/societe/senegal-interdit-sacs-main-un-homme. Ce fait divers est également présent dans De purs hommes sans nommer toutefois le chanteur à la page 78.

11 Propos tirés du podcast de l’épisode 7 de Dans la tête des hommes, disponible sur https://shows.acast.com/euronews-dans-la-tete-des-hommes/episodes/legoor-jigeenausenegal-lecomingout.

12 Didier Éribon, Une morale du minoritaire : variations sur un thème de Jean Genet, Paris, Fayard, 2001, p. 70.

13 Julia Kristeva, Pouvoir de l’horreur. Essai sur l’abjection, Paris, Ed. Du Seuil, 1980, p. 12.

14 Ibid., p. 15. Les emphases sont celles de Kristeva.

15 Didier Éribon, op. cit., p. 80.

16 Dans son article “L’afropolitanisme en débat”, Patrick Awondo définit l’afropolitanisme comme un paradigme prenant en compte la dimension cosmopolite de l’identité africaine. La condition noire ne s’enferme pas ainsi dans un essentialisme de la différence culturelle. C’est en cela que, au-delà de ses origines, le personnage de Mbougar Sarr peut être considéré comme afropolitain. Patrick Awondo, “L’afropolitanisme en débat”, Politique africaine, vol. 4 n° 136, 2014, p. 105-119.

17 Joao Gabriel, “De ‘l’immigration zéro’ au fémonationalisme : trajectoire des polémiques sur la polygamie en France de 1993 à nos jours”, Le blog de Joao, 19 avril 2021, disponible sur https://joaogabriell.com/2021/04/19/de-limmigration-zero-au-femonationalisme-trajectoire-des-polemiques-sur-la-polygamie-en-france-de-1993-a-nos-jours/.

18 Mbougar Sarr reconnaît avoir beaucoup lu les travaux de l’anthropologue Cheikh Niang lors de la préparation de son roman.

19 Cheikh Niang, “Understanding sex between men in Senegal: Beyond current linguistic and discursive categories”, dans Peter Aggleton et Richard Parker (dir.), The Routledge Handbook of Sexuality, Health and Right, Londres, Routledge, 2010, p. 116–124.

20 Christophe Broqua, “Góor-jigéen : la resignification négative d’une catégorie entre genre et sexualité (Sénégal)”, Socio, la nouvelle revue des sciences sociales, n° 9, 2017, p. 163-183, disponible sur https://doi.org/10.4000/socio.3063.

21 Ibid.

22 Didier Éribon, op. cit., p. 76.

23 Ibid., p. 77.

24 Il est bon de préciser que la remise en cause d’un tel régime n’est pas forcément l’apanage des minoritaires eux-mêmes, comme en témoigne l’attitude du protagoniste de Mbougar Sarr qui se pose au fur et à mesure du récit en allié. Cette posture est d’ailleurs examinée dans la seconde partie de cet article.

25 Joseph Massad, Desiring Arabs, Chicago, The University Chicago Press, 2007.

26 Gilles Deleuze et Félix Guattari, Mille plateaux. Capitalisme et schizophrénie. Paris, Les éditions de minuit, 1980, p. 337-338.

27 Préface de Gilles Deleuze à l’essai de Guy Hocquenghem, L’après-mai des faunes, Paris, Ed. Grasset, 1974, p. 17.

28 Le pronom pluriel fait référence au père et à sa femme.

29 Didier Éribon, op. cit., p. 93.

30 Marcel Proust, Contre Sainte-Beuve, Paris, Gallimard, 1954.

31 Youness Bousenna, “Le Prix Goncourt, Mohamed Mbougar Sarr, victime d’une violente polémique homophobe au Sénégal”, Télérama, 30 novembre 2021, disponible sur https://www.telerama.fr/livre/le-prix-goncourt-mohamed-mbougar-sarr-victime-d-une-violente-polemique-homophobe-au-senegal-7007489.php.

32 Felwine Sarr, “Polémique autour de Mohamed Mbougar Sarr : Felwine Sarr prend position”, Senenews, 23 novembre 2021, disponible sur https://www.senenews.com/actualites/polemique-autour-de-mohamed-mbougar-sarr-felwine-sarr-prend-position_376436.html.

33 Papa Alioune Sarr, “Entretien spécial avec Mohamed Mbougar Sarr”, ITV Sénégal, 4 novembre 2021, disponible sur https://www.youtube.com/watch?v=dEm6bRqzD0U&t=602s.

34 Felwine Sarr, op. cit.

35 Propos tirés de l’entretien avec Augustin Trapenard pour BRUT, 6 novembre 2021, disponible sur https://www.youtube.com/watch?app=desktop&v=f2pgedmjpH8&ab_channel=Brut.

36 Felwine Sarr, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Muzart, « Du fait divers à la fiction »Revue critique de fixxion française contemporaine [En ligne], 24 | 2022, mis en ligne le 15 juin 2022, consulté le 08 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/fixxion/2420 ; DOI : https://doi.org/10.4000/fixxion.2420

Haut de page

Auteur

Thomas Muzart

Duke University

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search