Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23ÉtudesLe personnage posthumaniste

Résumé

Cet article porte sur le personnage nourri par la fiction posthumaniste, c’est-à-dire par un nouveau sous-genre littéraire, apparu entre la fin du XXe siècle et le début du XXIe siècle. La fiction posthumaniste, qui s’inscrit dans la littérature contemporaine, sur-fictionnalise des données actuelles véhiculées par le transhumanisme. Elle ne relève ainsi ni de la dystopie, ni de la science-fiction. Nous proposons par cette contribution de visiter la galerie des personnages posthumanistes (pucés, clonés, à identité prothétique), en insistant sur leurs implications sociopolitiques et anthropologiques ainsi que sur les stratégies narratives déployées par la fiction posthumaniste. Nous évoquons l’intentionnalité pédagogique de cette fiction, son appel à des travaux scientifiques et philosophiques, sa comparaison avec le roman réaliste et avec le roman à thèse.  

Haut de page

Texte intégral

La fiction posthumaniste

  • 1 Voir Mara Magda Maftei (dir.), “Transhumanisme et Fiction posthumanistes”, Revue des Sciences Hum (...)

1La fiction posthumaniste1 est un nouveau sous-genre littéraire, apparu entre la fin du x-XXe siècle et le début du XXIe siècle. Cette fiction est la conséquence et la traduction littéraire d’un nouveau courant de pensée, d’une nouvelle idéologie, le transhumanisme, auquel la fiction réagit soit en le mettant en scène, soit, plus souvent, en le critiquant. Profondément intertextuelle, elle fait appel aux travaux de scientifiques, réactive des mythes, prolonge la littérature sur l’homme-machine, la littérature de science-fiction de type cyberpunk ou dystopique. Mais la fiction posthumaniste spécule surtout sur les possibles conséquences de la réalité que le transhumanisme dessine et promeut. Elle repose sur des données scientifiques avérées et sur leurs conséquences immédiates.

2Si le transhumanisme raconte qu’il ne nous faut pas renoncer au rêve d’une vie sans mort et d’une jeunesse sans vieillesse étant donné que le progrès technoscientifique peut nous garantir une vie meilleure, au potentiel augmenté et même prolongée grâce à toutes sortes de prothèses, le posthumanisme soulève toutes les interrogations et suspicions que ces projections suscitent.

  • 2 La notion de fiction posthumaniste (corpus français) telle que je l’entends, concerne notamment l (...)
  • 3 Hava Tirosh-Samuelson admet une différence entre le “posthumanisme technoscientifique”, qui porte (...)

3Les fictions posthumanistes2 s’inscrivent ainsi dans le cadre de ce que Hava Tirosh-Samuelson nomme posthumanisme “philosophique et culturel”3 dont elles empruntent la dimension de critique sociale. Elles mobilisent des figures de la technique et de la science pour donner à lire les transformations auxquelles nous assistons aujourd’hui. L’élaboration de ces textes littéraires sollicite ainsi abondamment les concepts et le vocabulaire des textes transhumanistes. Surtout, ils mettent en scène une galerie de personnages spécifiques, des personnages posthumanistes, inédits, dont je voudrais faire l’inventaire, avant de montrer en quoi leur émergence bouscule la conception traditionnelle du personnage romanesque, pose des questions anthropologiques et affecte les structures narratives.

Galerie de personnages

Figures traditionnelles

4Dans la galerie des personnages posthumanistes, les écrivains français contemporains font appel à un type assez connu : celui du savant fou, très présent dans ces romans. De personnages empruntés à la tradition littéraire, à la littérature de science-fiction, nous connaissons les nombreux exemples : Victor Frankenstein (Frankenstein, Mary Shelley, 1818), l’ingénieur Thomas Edison (L’Ève future, Auguste de Villiers de L’Isle-Adam, 1886), le docteur Jekyll (L’étrange cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde, Robert Louis Stevenson, 1886). Ces génies scientifiques qui se proposent de réinventer le réel par des moyens technoscientifiques font miroiter à l’Homme la possibilité de pouvoir disposer de son corps, le réinventer. On en retrouve de semblables chez les auteurs de fiction posthumaniste : Michel dans Les particules élémentaires, et Miskiewicz dans La possibilité d’une île, de Michel Houellebecq ; le Professeur Klapman dans Golem, de Pierre Assouline ; Parker Hayes dans L’invention des corps, et Adam Thobias dans Le grand vertige de Pierre Ducrozet ; Stanislas Kursliev dans Un dissident, de François-Régis de Guenyveau ; Dr. Marco Varvogliss dans Ce matin, maman a été téléchargée, de Gabriel Naëj ; Chambray dans Une chose sérieuse, de Gaëlle Obiégly ; Steve Stiegsson dans Life++. La vie augmentée, de Rémi Gageac ; Erik Hilgarson dans Surtout ne mens pas, d’Elena Sender.

  • 4 Pierre Cassou-Noguès, Les démons de Gödel. Logique et folie, Paris, Seuil, 2017.

5Des cinq catégories des savants fous que Pierre Cassou-Noguès avait dressées dans Les démons de Gödel. Logique et folie4, je retiens, la catégorie de ceux qui travaillent afin d’améliorer le genre humain. À la question de leur potentielle folie se superpose ainsi celle de l’éthique, étant donné que les personnages humains qui remplissent cette fonction de savants fous dans les fictions posthumanistes élaborent des projets difficilement acceptables du fait des moyens employés ou des fins visées: ainsi Adam Thobias, personnage principal du Grand vertige de Ducrozet qui entreprend par le terrorisme (incendies, bombardements, attentats…) de protéger le monde des atteintes à l’environnement. Mais ce en quoi les fictions posthumanistes innovent à cet égard est que de telles figures ne sortent plus du seul imaginaire des écrivains.

  • 5 Ces théoriciens ne sont pas des idéologues transhumanistes.

6Sur le projet de rendre l’être humain immortel par la technoscience travaillent en effet plusieurs créateurs dont les fictionnalisations sont en définitive des répliques de transhumanistes réels comme Ray Kurzweil, Peter Thiel, ainsi que d’idéologues transhumanistes tels que Nick Bostrom ou Max More, de partisans de l’intelligence artificielle comme Elon Musk, de scientifiques comme Norbert Wiener, Richard Stallman. Pierre Ducrozet fait ainsi appel à des données réalistes dans la construction de ses personnages fictifs. Les lecteurs retrouvent dans Werner Fehrenbach (L’invention des corps) un mélange de Norbert Wiener, de Richard Stallman et de Ray Kurzweil ; dans Parker Hayes, le savant fou qui prépare l’arrivée du nouvel homme nouveau un mélange de Ray Kurzweil et de Peter Thiel ; de la même manière, il existe dans le personnage principal du roman Le grand vertige, Adam Thobias, un peu des théoriciens André Gorz, Philippe Descola ou Bruno Latour5.

  • 6 Philippe Hamon, “Pour un statut sémiologique du personnage”, in R. Barthes, W. Kayser, W.C. Booth (...)

7C’est le propre de la fiction posthumaniste, à l’inverse des romans de science-fiction mentionnés plus haut, que de fournir des données réalistes et des référents réels qui se mêlent ainsi aux données spéculatives et aux référents fictifs. Ceci est même sa particularité. Les textes posthumanistes font volontiers recours à des “personnages-référentiels”6 ainsi qu’à des évènements-référentiels, nomment explicitement les philosophes qui travaillent sur le transhumanisme, les idéologues transhumanistes, estompant ainsi la part d’invention de leurs fictions en leur garantissant un ancrage avéré.

8On peut donc noter que le personnage posthumaniste emprunte autant aux romans réalistes qu’à la science–fiction avec laquelle on a trop longtemps confondu de telles fictions. La plupart des romans posthumanistes insistent en effet sur des détails actuels, placent leur intrigue dans des espaces géographiques bien réels et font appel à des personnages historiques référentiels (les vrais inventeurs/promoteurs du transhumanisme et des technologies afférentes). Cette fusion entre des esthétiques ou des genres littéraires traditionnellement distincts constitue l’une des originalités des fictions posthumanistes : leur aspect hybride, dont on verra plus loin d’autres manifestations.

Figures retravaillées

9Les robots ne sont pas vraiment des figures inédites. Très présents dans la science-fiction classique, ils prennent néanmoins un aspect assez nouveau dans les fictions posthumanistes. Deux romans insistent sur la relation homme - robot : Magique aujourd’hui et Orfex. Dans les deux romans, les personnages humains Tim (Magique aujourd’hui) et Alix Koepler (Orfex) sont paradoxalement conçus comme des outils, des supports nécessaires pour mettre en évidence l’évolution des robots caractérisés par leur gentillesse : Today (Magique aujourd’hui) et Orfex (Orfex). Nous sommes ainsi dans deux fictions qui inversent les rôles : plus de certitude pour le langage symbolique, personnifié par Today et par Orfex, et plus d’aléas pour le langage humain, personnifié par Tim et par Alix Koepler.

  • 7 Pierre Ducrozet, L’invention des corps, op. cit., p. 103.

10Nous retrouvons également dans plusieurs romans des êtres pucés, déjà rencontrés dans la science-fiction de type cyberpunk, c’est à dire des êtres modifiés par la technique (puisqu’on a inséré une puce électronique dans leur corps). Il s’agit de les rendre ainsi plus dociles dans L’invention des corps, Golem, Surtout ne mens pas, Une chose sérieuse et Life++. La vie augmentée. Alvaro, le personnage principal dans L’invention des corps, se fait implanter une puce “au bon endroit, dans la chair”7. Gustave Meyer (Golem) est manipulé à distance par le professeur Klapman. Ce dernier lui avait inséré des électrodes dans le cerveau lors d’une opération dont la technique est réellement utilisée de nos jours pour traiter des pathologies neuro-dégénératives comme la maladie de Parkinson. Katherine Pandore et Luka More, le chef des Extreme Body Hackers (Surtout ne mens pas) n’hésitent pas à se faire implanter une puce dans l’objectif, cette fois, d’accroître leur espérance de vie, de contrôler le niveau des substances en circulation dans leur corps, de réparer des lésions cérébrales.

11La non-personne, personnage principal du roman Une chose sérieuse, se fait insérer une puce qui le rend plus performant, plus efficace, moins susceptible et passif, pour devenir une demi-machine : la puce le transforme en un être à aptitude mnésique augmentée, avec des capacités supérieures, elle travaille à le prémunir contre les états variables de l’âme, l’esprit critique et la négativité, elle lui fournit une prodigieuse mémoire, mais elle crée des problèmes personnels puisque toute sa vie est surveillée en permanence. Dans le roman Life ++. La vie augmentée, Jing, étudiante en bio-informatique, embauchée par G-nome, société spécialisée dans la reproduction humaine, affronte le savant Steve Stiegsson afin d’éviter que des nanodopants, des neurobooters, des extensions du corps, des bactéries quadripotentes, des puces RFID, le biolock qui donne un accès total au système biologique des individus quadricodés, facilitent le pilotage à distance des individus pucés.

Figures nouvelles

  • 8 François-Régis de Guenyveau, op. cit., p. 129.

12Cette galerie de personnages plus ou moins empruntés à la science-fiction classique ou de type cyberpunk s’enrichit avec des personnages d’une nature nouvelle. À côté des hommes modifiés par l’adjonction de puces, on trouve des hommes fabriqués. Dans le roman Un dissident, la société Trans K, un centre de tests en génétique, pour laquelle travaille Christian Sitel, personnage principal du roman, se propose de créer artificiellement un nouvel homme nouveau, de “décortiquer l’homme, de le désosser”8 pour isoler les gènes de l’intelligence et de la créativité. À la fin du livre, Christian Sitel, que le lecteur prend pour un homme normal, comprend qu’il a été aussi fabriqué de toutes pièces.

  • 9 Michel Houellebecq, La possibilité d’une île, op. cit., p. 413.

13Les clones sont bien évidemment les plus caractéristiques de cette fabrication de faux humains. Dans La possibilité d’une île, le néo-humain imaginé par Houellebecq aurait déjà parcouru toutes ses formes de vie intermédiaires (comme en témoignent les récits des différents Daniel) et il arrive à une constitution biochimique qui lui procure une “résistance exceptionnelle, une facilité d’adaptation aux différents milieux qui n’avait pas son équivalant dans le monde animal”9. Par rapport aux autres romans posthumanistes, ce nouvel état rend le personnage-clone enfin heureux, libéré du pouvoir de décision, d’initiative, des problèmes d’argent et de sexe, de choix politiques, bénéficiant d’endurance et d’autonomie. Dans Notre vie dans les forêts, Marie, le personnage principal du roman de Marie Darrieussecq a son double, un clone qui lui fournit des organes et qui porte le même prénom que l’original, Marie, ce qui trouble le récit.

  • 10 Gabriel Naëj, op. cit., p. 65.

14Dans Ce matin, maman a été téléchargée, Michèle Vidal, qui partage le statut de personnage principal avec son fils Raphaël, accepte au moment de son décès dans sa forme humaine de se voir téléchargée en une femme pulpeuse “à peau de pêche”10. Il s’agit du passage d’un corps complètement abîmé à un autre avec la conservation de ses anciennes données les plus importantes, comme l’esprit, la conscience, la mémoire, dans un accord parfait avec l’idéologie transhumaniste, qui considère ces éléments psychiques comme de simples données. Dès lors où est le personnage ? Est-il constitué par le corps nouveau ou l’identité ancienne ? A fortiori lorsque, comme c’est le cas dans ce roman, les deux paraissent en discordance.

15Plus encore : dans le roman d’Antoine Bello, Ada, le rôle du personnage principal est réservé à un programme informatique, Ada, une intelligence artificielle douée d’une conscience artificielle. Ada est autonome (il suffit d’une prise pour qu’elle puisse se multiplier et se déplacer). La détruire est impossible, l’empêcher de se multiplier aussi puisqu’elle se rend indispensable comme tous les algorithmes que nous utilisons. Elle a une mémoire inépuisable, qu’elle emprunte à l’être humain. Mais elle n’a rien d’humain. Une intelligence artificielle acquiert aussi le statut de personnage dans le roman Civilisation 0.0. Li-La veille sur tous les citoyens. C’est elle qui contrôle le fonctionnement de toutes les applications qui gèrent la vie des humains. Mais les applications créent un phénomène de dépendance et de soumission. Les citoyens, devenus des pauvres biologiques, des sous-citoyens, se montrent incapables de choisir seuls leur nourriture, leurs vêtements.

16La multiplicité de ces nouveaux personnages outrepasse les définitions traditionnelles de cette notion, et même celles de l’humain. L’histoire littéraire a montré que pouvaient être personnages des animaux, des dieux et demi-dieux (héros antiques), des monstres, voire des machines… qui se comportent comme des humains, mais dans le cas présent l’anthropomorphisation de telles figures se redouble un effacement des limites entre réel (corps concret) et virtuel (pure existence numérique). Ceci n’est pas sans conséquences sur la conception même de la notion de personnage, notamment lorsque la fiction posthumaniste montre qu’une intelligence artificielle, donc dépourvue de toute incarnation, de toute corporéité, peut acquérir ce statut.

Implications anthropologiques

Identité

17On voit par là même que les personnages posthumanistes mettent en péril la notion traditionnelle de personnage dont vacillent les fondements anthropologiques majeurs : corporéité, conscience, libre-arbitre. Hommes bioniques, robots humanoïdes ne sont plus l’apanage de la science-fiction mais interviennent dans des romans posthumanistes dont l’ambition majeure est d’interroger, par le truchement de la fiction, le devenir de la société contemporaine. Un clone tel qu’il est imaginé par des auteurs comme Marie Darrieussecq ou Michel Houellebecq, un être fabriqué (François Régis de Guenyveau) ou pucé (Pierre Assouline, Gaëlle Obiégly) conserve-t-il son libre arbitre ? Peut-il décider de ses choix existentiels, se révolter, au besoin, contre ce qu’une nouvelle idéologie lui impose ?

18La figure du posthumain est ainsi façonnée en fonction de plusieurs critères comme la langue, la mémoire, la conscience… dont l’altération crée des problèmes d’identité chez le nouvel être humain. Trois paramètres essentiels sont affectés :

  • la conscience qui devient artificielle et qui transforme ainsi le personnage posthumaniste en un être assujetti, uniforme, plus facile à contrôler ou tout inversement en un robot, en une intelligence artificielle, les deux catégories acquérant paradoxalement plus de liberté que l’être humain. En témoignent les romans Ce matin, maman a été téléchargée, Transparence, Un dissident, Ada, Surtout ne mens pas, La possibilité d’une île. Quelle conscience de soi un tel personnage peut-il avoir ?

  • la mémoire, elle aussi artificielle, est déclinée en mémoire exosomatique (des souvenirs enregistrés sur un support artéfactuel), fondée sur la désincarnation d’un être humain considéré comme un programme (Ada) ; ainsi le personnage se réduit à une donnée immatérielle (Ce matin, maman a été téléchargée), mais en conservant la mémoire humaine ; ou encore un implant lui fabrique une mémoire prodigieuse qui remplace l’ancienne mémoire par des programmes commandités (par Chambray dans Une chose sérieuse), ou par la création d’une mémoire numérique (dans Orfex, et Magique aujourd’hui).

  • la langue qui est produite par l’ordinateur. Les machines communiquent entre elles, de la même manière que l’homme avec la machine (Comme Baptiste, Orfex, Magique aujourd’hui).

Questions de la sexualité et du sentiment

19La sexualité et la vie sentimentale ont toujours été des thèmes centraux de la production romanesque. Ces thématiques se trouvent ici remises en question. Un être autonome et libre pourrait maîtriser ses passions, ses désirs charnels. Qu’en est-il d’un clone, d’un être téléchargé, modifié par la technique, fabriqué par celle-ci, ou tout simplement d’un programme informatique ?

  • 11 Évocation peut-être des travaux de Jean-François Lyotard, pour lequel le “différend irrémédiable (...)
  • 12 Michel Houellebecq, Les particules élémentaires, op. cit., p. 312.

20Face à l’idéologie transhumaniste radicale qui postule l’élimination de tout désir sexuel, la fiction posthumaniste qui évolue en lien étroit avec la science et la technologie, s’inquiète d’une société dans laquelle l’émotion, l’amour et le sexe seraient bannis. Les travaux positivistes de Michel Djerzinski (Les particules élémentaires) prônent la suppression des différences sexuelles qui sont “constitutives de l’identité humaine”11 dans l’objectif de produire une nouvelle espèce raisonnable. Celle-ci n’envisagerait plus la sexualité comme modalité de la reproduction, ce qui “ne signifiait nullement – bien au contraire – la fin du plaisir sexuel”12. La possibilité d’une île milite en faveur de la construction du nouvel être dont le plaisir sexuel doit être impérativement conservé : la politique de l’Église élohimite se propose de réparer l’homme du point de vue de ses maladies, de sa vieillesse, mais en conservant sa sexualité.

  • 13 Marc Dugain, op. cit., p. 156-157.
  • 14 Elena Sender, op. cit., p. 200.

21Dans la reconstitution du nouvel être envisagé par la Présidente d’Endless (Transparence), le désir et le plaisir sexuel sont également préservés : “à l’identique de celui éprouvé par la personne réhabilitée, selon les mêmes mécanismes physiologiques et psychologiques que ceux qui y concouraient de son vivant”13. La secte transhumaniste Extreme Body Hackers (Surtout ne mens pas) renforce quant à elle l’idée du plaisir partagé malgré une existence hors forme matérielle : “lorsque nos consciences seront numérisées sur ordinateur, nous leur ferons éprouver des sensations sexuelles. Elles seront modulables et donc plus longues, plus intenses que nos pauvres orgasmes.”14

  • 15 Gaëlle Obiégly, op. cit., p. 65, dorénavant CS.

22Des formes différentes de sexualité peuvent aussi s’associer à des formes intermédiaires de l’être. La non-personne, personnage principal du roman Une chose sérieuse, pucé par Chambray, éprouve une attirance érotique forcée pour son maître. Il est ainsi l’amant de Chambray quand celle-ci veut de lui, mais sa vie érotique suppose aussi de se “frotter contre les Jaguar”15 : “Cette vieille Jaguar, mon amante pour ainsi dire” (CS : 66). Les personnages de Civilisation 0.0. et Louis ou la fabrique d’un drôle de genre sont doués de la possibilité de changer de sexe au milieu de leur vie. Les femmes augmentent ainsi leurs chances d’avoir une famille même passé l’âge de la procréation. Elles deviennent l’égale biologique de l’homme.

23La fiction posthumaniste dessine ainsi des personnages à sexe changeant, tout personnage pouvant en définitive choisir de fabriquer son corps, de le transformer comme s’il s’agissait d’une pâte à modeler.

Questions de la reproduction a-sexuée

24Cela n’est pas sans conséquence sur cette donnée majeure de la biologie humaine : la reproduction. Certaines fictions posthumanistes sont ainsi construites autour de la mise en question de l’origine biologique de l’humain. Elles mettent en évidence un paradoxe : pour pouvoir s’affranchir des limites biologiques de l’homme (maladie, handicap, vieillesse, mort), il faudrait finalement se passer de l’homme dans sa nature même.

25Il s’agit souvent de romans qui laissent la place à des personnages collectifs puisque l’objectif des auteurs est d’attirer l’attention des lecteurs sur les dangers d’une société façonnée par le contrôle biotechnologique (Louis ou la fabrique d’un drôle de genre) et par le contrôle technologique (Transparence). Les personnages existent à peine dans ces romans puisque l’accent est mis sur la construction du nouvel être, processus qui s’appuie sur la déconstruction des anciens repères, à quoi les progrès de la médecine et la chirurgie esthétique contribuent à égale mesure avec le système d’éducation : la “formation” d’un individu tient désormais plus à sa “fabrication” technologique ou biomédicale qu’aux pratiques d’acculturation et d’instruction traditionnellement à l’œuvre dans la société.

26Dans Louis ou la fabrique d’un drôle de genre, tous les procédés mis en place par l’écrivaine ont pour but d’homogénéiser la société ; elle dénonce une nouvelle forme de totalitarisme qui passe par des manipulations génétiques. Dans Transparence, non seulement la reproduction mais la chair est devenue désuète. Endless (le concurrent de Google) veut reconstituer l’homme une fois décédé à partir des milliards de données collectées…

Implications sociales, sociétales et politiques

Partage de la société en diverses catégories, plus ou moins humaines

27Bien évidemment, la fabrique d’un nouvel homme crée des différences sociales. Ces différences se substituent aux différences de classe, de race, de nationalité. Le partage de la société en deux catégories est une idée eugéniste, c’est aussi une conséquence induite par le transhumanisme qui prévoit l’existence de deux classes : l’une augmentée, puisqu’elle a les moyens financiers et techniques d’accéder à l’augmentation de soi via puces, psychotropes, chirurgie, et l’autre de sauvages : de simples humains prisonniers de leurs contraintes biologiques.

28Dans Un dissident, les deux catégories coexistent : les ordinaires, les résistants, contre les augmentés, les possesseurs, les dominateurs, les classes supérieures. De même Les particules élémentaires oppose le néo-humain à l’ancien homme (le sauvage) et au Futur. Dans Life ++. La vie augmentée, deux humanités coexistent également, ce qui, dit le texte, n’est pas arrivé depuis Néandertal, deux formes de vie : les quadricodes avec leur statut d’extension, d’appendice du corps humain, et les Moai qui refusent toute augmentation. Le roman Louis ou la fabrique d’un drôle de genre repose de façon similaire sur l’opposition entre deux classes, l’ancienne, fidèle à la religion chrétienne (les Éméraliens), et celle augmentée en permanence surveillée par des mécanismes soi-disant démocratiques.

  • 16 Marie Darrieussecq, op. cit., p. 123.

29Dans Notre vie dans les forêts, le personnage principal, Marie a un clone qui lui fournit des organes lorsque les siens périclitent puisqu’elle fait partie des super-riches de la planète. Mais la majorité de la population, celle qui ne fait pas partie de la génération, des riches et augmentés, cette majorité moins fortunée, ne possède absolument rien à part son corps ; ce sont des “humains superflus, qui ne servent à rien”16, donc sans double et sans jarre, la jarre étant le nom que donne ce roman aux organes disponibles. Les clones, qui, par définition ressemblent à s’y méprendre à ceux dont ils sont les copies, constituent une troisième classe, entièrement disponible, mais envers laquelle certains personnages favorisés nouent de la sympathie et qu’ils tentent d’arracher à leur destin.

30Quels que soient les détails de chacune de ces fictions, toutes introduisent des différences sociales non plus fondées sur des distinctions de culture ou de fortune, mais sur des différences de nature biologique (ou technologiquement produites). Ce faisant, elles donnent un fondement prétendument objectif à de telles distinctions à la manière des théories raciales qui sévirent dans les siècles passés. Bien évidemment toutes les exploitations, exactions, apartheid, etc. qui furent les conséquences de telles théories menacent ipso facto de réapparaître avec plus de vigueur.

Organisation sociale/sociétale/politique

31De plus, si l’immortalité s’adresse seulement aux hommes augmentés, elle n’exclut pas leur esclavage technique ou l’asservissement, l’uniformisation de ceux-ci via le recours à la chirurgie esthétique (Cosmétique du chaos), l’utilisation d’applications (Ada, Civilisation 0.0, Un dieu dans la machine), de puces (Une chose sérieuse, L’Invention des corps), de téléchargement (Ce matin, maman a été téléchargée)...

32Les outils de surveillance, comme les caméras, les cartes à puce, les réseaux sociaux transforment les personnages de fiction en golems, en programmes, en esclaves de l’information. Les sociétés de surveillance agissent mieux sur des corps pucés, sur des versions de l’humain qui sont devenues des versions intermédiaires, des êtres incomplets, des êtres de transition. Le contrôle biologique et technologique vise à obtenir une masse uniforme, obéissante, dépendante d’un pouvoir qui n’est plus étatique comme dans les dystopies classiques, mais détenu par des investisseurs privés. Or le contrôle biologique ne vaudrait rien sans le support des intelligences artificielles et des ex-corps biologiques résultant de la fusion de la chair avec du métal. Ce pouvoir supplémentaire fourni par l’hybridation ouvre le chemin à l’incitation permanente des citoyens de la ville hypertechnologisée à être de plus en plus performants et compétitifs sur le marché du travail (Cosmétique du chaos).

  • 17 “La dictature des orins” est le nom imaginé par Jean-Gabriel Ganascia pour une multitude de liens (...)

33Un être humain pucé est un être qui ne peut plus échapper à la “dictature des orins”17. Le transhumanisme n’est ni plus ni moins qu’une forme de totalitarisme. Les puces sont des corps extérieurs, des prothèses, qui devront libérer l’homme des douleurs, mais aussi des plaisirs dans le but de le rendre plus performant, inaltérable, une pièce dans un système sous contrôle.

34Dans beaucoup de romans posthumanistes, la révolte (Alvaro dans L’invention des corps, Christian dans Un dissident, Gustave Meyer dans Golem, Jason dans Programme sensible) prime la résignation. Dans d’autres, les personnages se réconcilient avec leur nouvelle condition (Une chose sérieuse, Notre vie dans les forêts). Dans La possibilité d’une île et Ce matin, maman a été téléchargée, le changement est ardemment recherché. La gestion algorithmique des comportements suscite de nouvelles élaborations : il ne s’agit plus pour le personnage de suivre une trajectoire d’affirmation de soi, comme c’est le cas dans la plupart des romans traditionnels, mais de tenter de se soustraire à l’identité biotechnologique qui lui a été imposée. Problématique proche de celle des dystopies, sans doute, mais où l’adversité est une part constitutive de soi-même et non un ordre extérieur. Le personnage posthumaniste est ainsi profondément menacé de schizophrénie.

35Ces diverses options fictionnelles posent en outre un problème logique, car toutes sont fondées sur des réactions humaines connues comme telles, que les romanciers appliquent à leurs personnages modifiés. Or ces modifications devraient aussi altérer les états de conscience la possibilité de choisir la révolte ou la résignation. Les catégories mêmes à partir desquelles nous concevons le psychisme humain, qu’elles nous viennent de la psychologie ou de la psychanalyse, sont-elles encore pertinentes pour de tels êtres ? Il y a là une aporie qui semble pour l’heure demeurer un total impensé dans la conception même des personnages posthumains et de la diégèse qui les met en scène. Mais comment en pourrait-il être autrement ? Comment penser le psychisme d’êtres non encore advenus ? La fiction posthumaniste se heurte là à une limite de l’imaginaire lui-même.

Implications narratives

36À défaut d’affronter une telle limite de la pensée et de l’imaginaire, l’invention des personnages posthumanistes induit des modifications dans leur traitement narratif. Avec le roman posthumaniste, nous quittons en effet la figure singulière du personnage romanesque traditionnel, pour des personnages pucés, clonés, à identité prothétique : toute une polyphonie des personnages et des formes qu’ils peuvent prendre. Cette polyphonie des personnages s’appuie sur des formes narratives différentes qui affectent aussi bien les questions de voix et d’énonciation (1ère ou 3e personne), d’ordre du récit (linéarité, analepses, prolepses), de mode (récits de paroles, récits d’événements).

Structure énonciative

37La forme énonciative dominante choisie par les romans posthumanistes est celle de la narration en 3e personne, par un narrateur extradiégétique surplombant. À cet égard une grande partie du corpus conçoit le personnage à la manière du roman du XIXe siècle, dont il reprend l’omniscience narrative. C’est le cas de Michel Houellebecq, Les particules élémentaires ; Pierre Assouline, Golem ; Christine Voegel-Turenne, Louis ou la fabrique d’un drôle de genre ; Antoine Bello, Ada ; Rémi Gageac, Life ++. La vie augmentée ; François-Régis de Guenyveau, Un dissident ; Pierre Ducrozet, L’invention des corps ; Isabelle Jarry, Magique aujourd’hui. Le matériau est sans doute si neuf qu’il s’accommoderait mal d’une narration trop élaborée, complexe ou subjective. Il convient en effet d’exposer clairement, aussi “objectivement” que possible, les situations nouvelles ainsi créées, ce qui suppose un tel surplomb narratif, à la manière de Balzac ou de Zola, commentant les situations sociales qu’ils évoquent. Du reste certains auteurs, comme Guenyveau, revendiquent explicitement ce modèle du roman balzacien ou zolien, et ont tendance à faire de leurs fictions des romans expérimentaux à la manière naturaliste.

  • 18 C’est le cas de Michel Houellebecq, La possibilité d’une île ; Patrick Laurent, L’orfex ; Virgini (...)

38Cependant, conformément à une préférence désormais assez fortement ancrée dans la littérature contemporaine, d’autres romans posthumanistes sont écrits à la première personne18. Le personnage principal est alors narrateur de sa propre histoire. Ce qui n’est pas sans soulever les problèmes logiques auxquels je viens de faire allusion. Car toute écriture à la première personne est l’expression d’une conscience. Qu’en est-il si cette conscience est altérée ? Artificielle ? Augmentée ? Fabriquée ? Clonée ? Comment, dans cette écriture à la première personne, distinguer, dans la conscience qui parle, entre sa part programmée et sa part résistante (Golem, Un dissident, Une chose sérieuse) ? Une telle forme narrative devrait faire apparaître la schizophrénie du personnage : sa dimension clivée entre une part de reliquat proprement humain, structurée autour des valeurs et comportements traditionnellement affectés aux personnages de romans, et une autre, strictement posthumaine, dont les composantes ne nous sont, par définition, pas encore connues. Le mode d’expression d’un clone, d’un robot, d’une intelligence artificielle, d’un programme informatique n’est pas aisé à mettre en œuvre. On peut douter que certaines de ces fictions soient véritablement parvenues à le préfigurer.

Ordre et organisation du récit

39La parenté du roman posthumaniste avec le roman réaliste ne se limite pas au recours à des personnages, à des institutions, des entreprises ou des lieux référentiels. Elle emprunte aussi au récit réaliste sa linéarité. Mais le personnage est d’emblée donné dans son intégralité, il n’évolue pas en fonction de son vécu ; la force de ces romans posthumanistes ne provient pas d’une émancipation du personnage. Elle est dans le jeu entre représentation du réel et individu modifié qui intègre une nouvelle situation, qui se construit dans le conflit et dans le monologue intérieur (Marie dans Notre vie dans les forêts, la non-personne dans Une chose sérieuse, Hasna dans le roman rédigé au vocatif Cosmétique du chaos), dans des relations avec des humains modifiés ou avec des robots (Orfex, …), parfois entrecoupé par la voix du narrateur ou par celle d’autres personnages modifiés.

40Cette confrontation à l’altérité induit parfois des structures bifides. Certains romans sont ainsi construits sur deux plans, chacun des deux plans étant réservé à un personnage du roman ; il s’agit des romans avec deux personnages principaux comme Magique aujourd’hui (l’humain Tim versus le robot Today), Golem (le créateur représenté par le professeur Klapman versus sa créature, le joueur d’échecs Gustav Meyer), Ada (le policier Franck versus le programme informatique Ada), Life ++. La vie augmentée (Jing, bio-informaticienne qui travaille initialement pour le savant fou, Steve Stiegsson, versus Mounier qui utilise une arme chimique pour mettre fin à la guerre entre Israël et le Califat), Le marché (Daithe O’Callaghan, chercheuse en robotique, spécialisée dans la mécanozoologie versus Inixio Etxebarri, qui enquête sur une gigantesque panne du réseau électronique européen provoquée par des traders afin de diriger leurs profits obtenus sur le marché financier), Les particules élémentaires (Michel Djerzinski versus son frère Bruno), Ce matin, maman a été téléchargée (Michèle Vidale versus son fils Raphaël).

41Une innovation particulière est proposée par Pierre Ducrozet, qui tient plus à l’organisation du récit qu’à son ordre proprement dit, au sens que Genette donne à ce terme. L’écrivain crée un modèle fictionnel qu’il qualifie de rhizomatique, modèle choisi pour illustrer l’architecture des interconnexions qui configurent nos identités numériques comme une toile d’araignée et en conséquence celle de la fiction qui encadre le jeu de ses personnages. Cela consiste en un décentrement de la fiction qui ne se consacre pas, d’un bout à l’autre du roman, au même personnage, ni même à un personnage dominant, mais peut perdre de vue celui qui avait semblé en constituer le point de référence central. Le lecteur zappe ainsi d’une figure à une autre, sans toujours savoir ce que devient le personnage qu’il a quitté. L’effet de réseau est produit par la rencontre inattendue de tel personnage abandonné dans les chapitres précédents avec tel autre que l’on croyait sans rapport avec lui. Si bien qu’au lieu de suivre des existences fictives, on a l’impression de suivre des flux aux ramifications aléatoires.

Importance de la part discursive et de la structure agonistique

42La fiction posthumaniste convoque un ensemble philosophique, informe sur des avancées scientifiques, en expose les possibles. Il lui faut transmettre de telles connaissances à un lecteur a priori non informé. Il s’agit de réalités complexes, à expliquer. Cela rend la fiction posthumaniste fortement discursive. Le vocabulaire technoscientifique, inventé par la science-fiction et ressuscité par le transhumanisme, est utilisé pour pointer du doigt une réalité sociopolitique et économique dans un mélange d’ironie et de sérieux scientifique dans une double lecture possible. Cette part discursive l’emporte même parfois sur la part strictement narrative. Il s’agit d’une fonction pédagogique ou didactique de la fiction posthumaniste.

  • 19 Gérard Genette, Figures III, Paris, Seuil, 1972, <poétique>, p. 263-264.

43Cette fonction pédagogique est déléguée à un personnage du récit, modifié par la technique (résultat d’un savant fou ou produit d’une société répressive) ou à un robot (les Daniels dans La possibilité d’une île, Jason dans Programme sensible, Gustave Meyer dans Golem, la non-personne dans Une chose sérieuse, Hasna dans Cosmétique du chaos, le robot Today dans Magique aujourd’hui, Orfex dans Orfex…). Gérard Genette fait référence au geste des “romanciers idéologues” de “transférer à certains de leurs personnages la tâche du commentaire et du discours didactique”19. Dans le roman posthumaniste, cette tâche n’est jamais assurée par le narrateur lui-même, qu’il soit omniscient ou intradiégétique. Elle se destine au lecteur par le truchement du personnage/narrateur qui en est, dans la fiction, le destinataire immédiat.

44Le narrateur/personnage qui est dans la fiction le destinataire de ces informations apprend les choses de manière progressive. Cette progressivité de la découverte et des expériences qui la favorisent donne à nombre de fictions posthumanistes un aspect de Bildungsroman, à ceci près qu’il ne s’agit pas d’une identité qui se constitue peu à peu au fil des expériences existentielles qui lui sont imposées, mais d’une conscience qui découvre peu à peu comment une identité artificielle lui a été conférée dès le départ par des moyens biotechnologiques. On voit là le caractère profondément hybride, sinon syncrétique des fictions posthumanistes, dans la mesure où, comme nous l’avons vu, elles croisent leur parenté reconnue avec la science-fiction, la dystopie ou le roman cyberpunk, avec des traits relevant du roman réaliste, du roman pédagogique ou du roman d’initiation, parfois même (c’est le cas du dernier roman de Pierre Ducrozet, Le grand vertige) du roman d’aventures.

  • 20 Leo Bersani, “Le réalisme et la peur du désir”, in Roland Barthes, Leo Bersani, Philippe Hamon, M (...)
  • 21 Philippe Hamon, “Un discours contraint”, Littérature et réalité, op. cit., pp. 119-181.

45Le roman posthumaniste partage aussi avec le roman réaliste la critique féroce de la société qu’il dénonce20 par un discours très assertif21. Or cette critique se dispose en confrontation entre deux postures, l’une favorable au progrès transhumaniste, l’autre hostile et inquiet de son déploiement. Ces confrontations se font en effet essentiellement par l’intermédiaire des scènes dialoguées, où chacun déploie ses réflexions. Les personnages, fortement typés, sont ainsi dans des postures diamétralement opposées (le savant fou versus le narrateur/personnage principal).

46Cette structure bien connue est celle du roman à thèse dont relèvent à cet égard les fictions posthumanistes. C’est sur une telle structure que s’appuie leur dimension critique. Les personnages posthumanistes deviennent ainsi des porteurs ponctuels de messages et d’idées, mais contrairement aux romans à thèse, l’œuvre n’impose pas son message. Bien souvent la narration posthumaniste ne se termine pas sur une fin précise. Cet inachèvement, qui rappelle la notion d’œuvre ouverte d’Umberto Eco, est une caractéristique de certains romans posthumanistes qui s’interrogent souvent sur l’augmentation (enhancement) ou la non-augmentation de l’humain, cette interrogation étant une de leurs stratégies critiques. Faute de conclusion, les romans posthumanistes obligent ainsi le lecteur à prendre position, à réfléchir et à se faire sa propre opinion. La fiction posthumaniste ne cherche pas à imposer des certitudes et une vérité absolue, malgré le pouvoir de la démonstration.

Haut de page

Note de fin

1 Voir Mara Magda Maftei (dir.), “Transhumanisme et Fiction posthumanistes”, Revue des Sciences Humaines, n° 341, 2021.

2 La notion de fiction posthumaniste (corpus français) telle que je l’entends, concerne notamment les titres suivants, présentés par ordre de publication: Michel Houellebecq, Les particules élémentaires, Paris, Flammarion, 1998 ; Michel Houellebecq, La possibilité d’une île, Paris, Fayard, 2005 ; Isabelle Jarry, Contre mes seuls ennemis, Paris, Stock, 2009 ; Anne-Marie Garat, Programme sensible, Arles, Actes Sud, 2013 ; Patrick Laurent, Comme Baptiste, Paris, Gallimard, 2013 ; Rémi Gageac, Le marché, Lamonzie-Montastruc, Asseyelle, 2013 ; Rémi Gageac, Life++. La vie augmentée, Assyelle, 2015 ; Elena Sender, Surtout ne mens pas, Paris, XO Éditions, 2015 ; Christine Voegel-Turenne, Louis ou la fabrique d’un drôle de genre, Paris, Pierre Téqui éditeur, 2015 ; Isabelle Jarry, Magique aujourd’hui, Paris, Gallimard, 2015 ; Pierre Assouline, UGolem, Paris, Gallimard, 2016 ; Antoine Bello, Ada, Paris, Gallimard, 2016 ; Patrick Laurent, Orfex, Paris, Gallimard, 2016 ; François-Régis de Guenyveau, Un dissident, Paris, Albin Michel, 2017 ; Éliette Abecassis, À l’ombre du Golem, Paris, Flammarion, 2017 ; Pierre Ducrozet, L’invention des corps, Arles, Actes Sud, 2017 ; Marie Darrieussecq, Notre vie dans les forêts, Paris, P.O.L, 2017 ; Pierre Alferi, Hors sol, Paris, P.O.L, 2018 ; Alexis Brocas, Un dieu dans la machine, Paris, Phébus, 2018 ; Gaëlle Obiégly, Une chose sérieuse, Paris, Verticales, 2019 ; Marc Dugain, Transparence, Paris, Gallimard, 2019 ; Gabriel Naëj, Ce matin, maman a été téléchargée, Paris, Buchet-Chastel, 2019 ; Virginie Tournay, Civilisation 0.0, Paris, Glyphe, 2019 ; Camille Espedite, Cosmétique du chaos, Arles, Actes Sud, 2020 ; Pierre Ducrozet, Le Grand vertige, Arles, Actes Sud, 2020.

3 Hava Tirosh-Samuelson admet une différence entre le “posthumanisme technoscientifique”, qui porte aux nues la Science, la Raison et le Progrès et le “posthumanisme philosophique et culturel”, plus littéraire ou artistique, qui se constitue volontiers en critique du progrès à tout prix et de ses conséquences néfastes sur l’humanité, voir Hava Tirosh-Samuelson, “Transhumanism as a Secularist Faith”, Zygon, vol. 47,  4, décembre 2012, p. 710-734.

4 Pierre Cassou-Noguès, Les démons de Gödel. Logique et folie, Paris, Seuil, 2017.

5 Ces théoriciens ne sont pas des idéologues transhumanistes.

6 Philippe Hamon, “Pour un statut sémiologique du personnage”, in R. Barthes, W. Kayser, W.C. Booth, Ph. Hamon, Poétique du récit, Seuil, Paris, 1977, p. 115-180.

7 Pierre Ducrozet, L’invention des corps, op. cit., p. 103.

8 François-Régis de Guenyveau, op. cit., p. 129.

9 Michel Houellebecq, La possibilité d’une île, op. cit., p. 413.

10 Gabriel Naëj, op. cit., p. 65.

11 Évocation peut-être des travaux de Jean-François Lyotard, pour lequel le “différend irrémédiable des sexes” devrait continuer de nourrir les “machines à penser” que la technoscience prépare puisque la différence sexuelle transgresse le corps biologique, elle est attachée au “corps inconscient”, séparé de la pensée. Même si l’homme échappait à sa condition matérielle, la différence sexuelle ne devrait pas être annulée, puisqu’elle est signe de l’“incomplétude des esprits”, non seulement des corps (Jean-François Lyotard, L’inhumain. Causeries sur le temps, Paris, Galilée, 1988, p. 30.)

12 Michel Houellebecq, Les particules élémentaires, op. cit., p. 312.

13 Marc Dugain, op. cit., p. 156-157.

14 Elena Sender, op. cit., p. 200.

15 Gaëlle Obiégly, op. cit., p. 65, dorénavant CS.

16 Marie Darrieussecq, op. cit., p. 123.

17 “La dictature des orins” est le nom imaginé par Jean-Gabriel Ganascia pour une multitude de liens qui nous tiennent captifs à des organismes informationnels gérant en définitive notre vie. Ce totalitarisme algorithmique échappe à toute procédure démocratique. Les orins sont gérés par les géants du web, par des organismes non gouvernementaux, privant ainsi l’être humain de sa liberté.

18 C’est le cas de Michel Houellebecq, La possibilité d’une île ; Patrick Laurent, L’orfex ; Virginie Tournay, Civilisation 0.0. ; Anne-Marie Garat, Programme sensible ; Camille Espedite, Cosmétique du chaos ; Marie Darrieussecq, Notre vie dans les forêts ; Isabelle Jarry, Contre mes seuls ennemis. Certains composent une alternance de première et de troisième personne : Patrick Laurent, Comme Baptiste.

19 Gérard Genette, Figures III, Paris, Seuil, 1972, <poétique>, p. 263-264.

20 Leo Bersani, “Le réalisme et la peur du désir”, in Roland Barthes, Leo Bersani, Philippe Hamon, Michael Riffaterre et Ian Watt, Littérature et réalité, Paris, Seuil, 1982, p. 47-80.

21 Philippe Hamon, “Un discours contraint”, Littérature et réalité, op. cit., pp. 119-181.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mara Magda Maftei, « Le personnage posthumaniste »Revue critique de fixxion française contemporaine [En ligne], 23 | 2021, mis en ligne le 15 décembre 2021, consulté le 25 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/fixxion/729 ; DOI : https://doi.org/10.4000/fixxion.729

Haut de page

Auteur

Mara Magda Maftei

Université de Bucarest

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search