Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Carte blancheFiches personnages des Furtifs

Notes de la rédaction

Sont ici présentés les tableaux préparatoires de personnages des Furtifs, ces archives sont datées de février 2012.

Texte intégral

NÈR

Bloc signalétique

Nom

>

Nèr Arfet

Signes

>

'( )* + , -" #$%

Age

>

36 ans

Statut

>

Important

Sexe

>

Homme

Rôle

>

Traqueur

Surnoms

>

Néron, Scannèr, Speck, Opsi, le Détraqueur

Bloc identitaire

Passé Enfance Traumas

>

$Nèr était un brillant ingénieur israëlien de 24 ans qui a mis au point un système de détection optique ultraperformant pour Tsahal avant de prendre conscience de ce qu’il faisait subir aux palestiniens et de leur transférer clandestinement sa technologie. Des militants du Hamas s’en sont servis pour piéger une troupe de soldats israëliens, faisant 18 morts.

À la suite de ce drame, Nèr a piraté son fichier ADN, pratiqué une chirurgie faciale et s’est exilé en France il a troqué ses compétences d’optronicien contre un anonymat absolu auprès de l’armée.

Il a rompu tout lien avec sa famille, pro-sioniste, et avec ses amis isaraëliens, et ne conserve qu’un lien internet avec sa fiancée d’alors, désormais remariée, mais qu’il ne désespère pas de faire venir un jour en France. Leur histoire d’amour reste clandestine et évidemment platonique.

Nèr souffre d’une solitude écrasante et d’une paranoïa inexpugnable.

Profession Activités

>

Nèr est le Traqueur des Têtes Chercheuses et à ce titre, l’homme en second de la meute, qui appuie au plus près le travail de l’Ouvreur. Lors des chasses à courre, c’est lui qui lance et mène la meute hybribe des animachines, des mécanidés et des animaux issus de la cynégénétique, furets et surchiens, qui vont traquer le furtif et le rabattre. Lors des chasses à l’approche, plus discrètes, il déploie une nuée d’intechtes équipés de capteurs (optiques, auditifs, chimiques, tactiles, thermiques…) et met en place quelques mécanidés à haut rendement pour flairer la proie. Il recueille et gère les informations transmises en temps réel grâce à une interface de réalité augmentée et à une codification gestuelle très fine qui lui permet de manipuler sa meute au geste et à la voix : mouvement de tête, d’épaule, de poignets, trajet de l’œil, paupières (indexation oculaire), doigts et même commandes aux pieds (orientation des pas, poids, rythme). Il jouit d’une interface posturale hors norme, qui s’appuie aussi sur son rythme respiratoire, des mocodes et des mocris, et qu’il faut des années d’expériences et de chasse pour maîtriser.

Nèr a apporté à la traque des furtifs ses compétences optiques et c’est un extraordinaire cartographe-topologue des sites chassés. Il combine les apports de la vision infrarouge, de la scintigraphie, de la tomographie, de l’IRM, de l’échographie… avec la mise sous champ croisé, par caméra verticale et horizontale, des zones à observer. Il en déduit des probabilités de présence et repère directement parfois, par ses instruments, la forme d’un furtif en déplacement ou en immobilité leurrante. C’est un quadrilleur d’espace, un pur panopticien. Rien de ce qui est visible ne lui est étranger.

Bloc des capacités

Apparence Physique

>

, Nèr est un petit mec mince et sec bourré de tics aux cheveux gris et ras, à la barbe rêche et courte, au visage long troué par deux petits yeux vifs et précis. Il dégage une très forte tension nerveuse, qu’amplifient des gestes saccadés, tranchants, et des tics posturaux touchant tout autant le visage que le corps. Il revêt en permanence parka et pantalon mimétique, ce qui le rend flou et quasi-fondu dans tous les environnements qu’il traverse.

Nèr est un nerd asocial et ça se voit. Il a une froideur technoïde.

L’impression générale qu’il dégage est celle d’un fantôme grésillant, d’une onde inquiétante et inquiétée. Il se stabilise lorsqu’il traque. On peut alors remarquer qu’il a un beau visage et une intranquille élégance naturelle. Sa fragilité constamment surmontée peut le rendre touchant.

Capacités physiques

>

" C’est une boule de nerfs, inépuisable, résistante et endurante en toute

condition. Forte tolérance au stress. Très fiable. Peut utiliser de la neuroïne pour tenir lors des longues chasses ou lorsque la proie forlonge. Court vite, se faufile bien, peut tenir la distance avec Agüero.

Très bonnes aptitudes à la manipulation technologique : dextérité optimale. D’un point de vue strictement nerveux et neuronal, Nèr est un athlète électrique aux réflexes et à la vélocité exceptionnels. Il est vif comme un furet. Il a une vision augmentée intégrée au nerf optique, capable de zooms. Il peut repérer une souris à 1 km.

Capacités intellectuelles

>

( Elles sont excellentes en matière de cerveau gauche : rationalité, calcul, anticipation, logique. Le lobe préfrontal et l’aire oculo-motrice sont au top. Nèr est beaucoup moins créatif qu’Agüero mais il est néanmoins capable de trouver des solutions techniques et tactiques originales en contexte de stress. Nèr est cultivé, intelligent et doté d’un humour acide désenchanté inimitable. C’est clairement le cerveau de la meute, celui qui cadre le pistage et il est apte à piloter une harde de machines et de chiens en multitâche.

Bloc relationnel

Valeurs

>

Loyauté, persévérance, rigueur, hyperprofessionnalisme

Modes de

perception dominants

>

C)l)a)irement la vue, dans toutes ses dimensions : acuité du regard,

perspective, 3D, balayage des surfaces, vision panoramique et localisée, abstraite et concrète. C’est un homme de l’espace et de sa lecture exhaustive.

Rapport au monde

>

À) f)o)rte dominante paranoïaque selon une grille constante traqueur/traqué,

chasseur/proie. Le monde, c’est d’abord pour Nèr l’espace, qui est chose à contrôler, surveiller, scanner et cartographier. À mettre en fiche et à évaluer, sans cesse. Nèr est en danger, toujours. Et sa réponse est de vouloir contrôler.

Rapport aux technologies

>

Comme Agüero, Nèr est dans la technologie qui est pour lui un outil

transparent, un pur prolongement de soi. Son hybridation oculaire renforce sa fusion avec la technique. Il adore ses animachines et ses intechtes et passe une grande partie de son temps libre à les reprogrammer et à les faire évoluer.

La technologie sert à maîtriser le monde, elle le rassure et l’empuissante.

Rapport aux autres

>

Nèr n’a de rapport humain véritable qu’avec le trio de sa meute, Agüero en

tête. Il a une vision négative de l’humanité, issue des pratiques de Tsahal et du gouvernement israëlien. Il est parfaitement inutile en infiltration de groupe et s’avère alors contre-productif car sa nervosité froide est plutôt glaçante pour un étranger. Abord antipathique car il vous scanne et évalue le coefficient de dangerosité que vous représentez.

Rapport à soi

>

Être dans la peau de Nèr n’a rien d’une sinécure. Anxiété sourde, crise

d’angoisse récurrente, la moindre oisiveté fait monter la pression en lui, d’où son hyperactivité. Il s’autosurveille en permanence. S’autoteste. Ne lâche rien et ne se permet aucun plaisir ni relâchement. Hyperexigeance.

Bloc social

Appartenance collective

et militante

>

Nèr n’est à l’aise que dans sa meute, bien qu’il aide quelques groupes de

militants palestiniens en leur livrant gratuitement des animachines. Il se vit comme un soldat de l’armée française à laquelle il estime devoir sa survie et sa protection, quoiqu’il ne cesse d’avoir peur d’être retroqué ou trahi.

Liens forts Amitiés Amours

>

Il a un amour platonique pour sa fiancée, restée en Israël et avec laquelle il

communique sur des canaux hypercryptés.

Son seul ami humain est Agüero, qu’il admire et auquel il voue une absolue confiance, renforcée par leurs chasses communes. Léger fond homo refoulé.

Au quotidien, il a les relations les plus intenses avec ses animachines dotées d’IA pour lesquelles il a développé des processus de dialogues et d’enrichissement affectif mutuel. Il les perfectionne, les forme et instaure une part de chaos et d’aléas en elles.

Enfin, il adore son furet flammé, qu’il porte souvent sur son épaule lorsqu’il sort en ville seul. C’est ce furet qui lui offre ses rares moments de joie simple, lorsqu’il joue avec lui.

Furtifs invoqués

>

Par affinité, Nèr n’a recueilli qu’un furtif très défensif et fuyant en lui, qui a

optimisé sa paranoïa et sa faculté à sentir le danger. Ce furtif suffit à le déstabiliser profondément car sa voix sort régulièrement et Nèr redoute, par bouffée, d’être hacké dans son système optique et nerveux par les experts israëliens. Sa schize paranoïde est en progression constante. Il entend des voix et ça le terrorise.

Bloc furtif

Degré de connaissance des furtifs

>

N)è)r) est un expert en éthologie furtive : habitat, morphismes, alimentation,

échangisme, tactiques de cache et de fuite, facultés spéciales, mimétisme et leurres… C’est une base de données ambulante des différentes typologies de furtifs, qui a peu d’équivalent dans l’armée. C’est la référence absolue en matière de balistique furtive, de cinétique et de dynamique des trajectoires furtives, en guet ou en fuite. Une de ses passions est la modélisation graphique des trajets et des bifurcations des fifs, de leurs hourvaris, refuites, sauts et lignes brisées en phase de traque. Il y travaille constamment.

Expérience concrète avec

les furtifs

>

Comme Agüero, Nèr n’a jamais réellement communiqué avec un furtif. Il les

traque et ne partage avec eux qu’un rapport chasseur-gibier. Le fif, c’est l’ennemi.

Attitude face aux furtifs

>

P)o)u)r Nèr, le furtif, c’est le chaos incompressible qu’il faut cartographier,

isoler et réduire pour l’éliminer ; c’est une métastase à purifier, un œil caché posé à la dérobée et de façon insupportable sur nous, qu’il faut crever sans pitié. C’est l’agitation intolérable car insidieuse qui empêche la paix définitive, et menace l’ordre à rétablir. C’est aussi ce qui échappe à la visibilité exhaustive, au si rassurant panoptisme.

Ceci dit, Nèr est fascinée par l’inventivité furtive, leur faculté à déjouer toute modélisation prédictive, tout quadrillage préalable. À échapper à leur poursuivant comme il espère échapper pour toujours à Tsahal. En ce sens, il s’identifie de façon inconsciente et équivoque aux furtifs, comme Agüero avec la Junte. « Chasse si tu te sens chassé ».

Aptitude à la chasse ou au dialogue furtif

>

N)è)r) est un pur traqueur, un pur rabbateur de proie mais ce n’est pas un

tueur ni un ouvreur. Il lit comme personne le terrain, enveloppe comme personne une proie en mouvement mais ce n’est pas un terminator. C’est un piégeur, un aménageur d’enceinte pour l’hallali.

Quêtes et recherches face aux furtifs

>

L)e) f)urtif étant par définition l’anomalie, le grain de trop, le speck de toute

image, la ligne brisée de toute géométrie, l’opaque du panoptique, il est ce qui doit être chassé et capturé pour rétablir l’équilibre et la symétrie fondamentale, ce qui doit être figé pour que l’ordre redevienne immuable. Un instant.

Ce que Nèr recherche, c’est ce moment sublime le furtif est débusqué et se fige dans la visibilité définitive du panoptique enfin total. C’est ce moment les modélisations anticipent enfin une zone de passage obligée, tracent un cadre de faisceaux que le fif ne pourra que couper puisqu’il est enfin circonscrit dans la carte de l’espace segmenté.

La quête de Nèr, c’est l’espace lissé et le silence conquis du site qui ne peuvent prendre sens et relief que par ce qui les conjure sempiternellement : les fifs. Identifier, fixer, assigner, nettoyer, proscrire. Retrouver l’épaisseur plate et reposante de la matière et de l’inerte. Mais seul les fifs rendent sensibles cet ordre et cette inertie. Ils sont à ce titre l’indispensable némésis de Nèr.

Bloc Stylistique

Mode narratif

>

Narration subjective en première personne, avec une forte prééminence du

descriptif impersonnel et de la troisième personne : il, elle, on…

Narration visuelle, graphique et géométrique. Très spéculaire et extériorisée. Dès qu’il parle, on doit voir. Nèr est avant tout un regard.

Syntaxe

>

Nerveuse, serpée de virgules, répétitive, presque bégayante parfois. Stressée.

Beaucoup d’effets itératifs. Structures linéaires, facile à mettre en image, avec de brusques plis et déplis, qui déstabilisent. Clotûres brutales en fin de phrase. Troncations, ellipses. Prédominance du point comme ponctuation. Tirets longs. Lourdeur technoïde parfois avec termes à rallonge. Désagréable à éprouver car trop segmenté, brusqué.

Le plaisir pointe par l’humour désenchanté et de la qualité optique des images.

Registre

>

Froid et techno. L’efficace prime. Tendu vers la lecture spatiale géométrie

et optique. Pas de ressenti, du décrit. Proche du rapport, du compte-rendu d’ingénieur, de la prise de note pour soi. Des actes, des faits, mais exposés, placés devant, objectivés : la substantivation tue le verbe.

Sonance

>

Des voyelles sèches et nerveuses (i, u é, è, a court) comme Agüero mais

largement monochromes, répétées, insistantes. Affixes technos et abstraits. Dominante de sifflantes (s, z) et d’obstruées (str, st, fr, bst…). Dentales (d, t) très présentes, en petits pas. Mots totems : strie, stress, optique, têtu, intechte, tracé, piste, fuster, triste, fruste, tactique, intersecté, strict, sec, becter

Ça sonne sec et froid, abstrait et glacé (ique, ecte, iste, ace, esse, cr, pt…)

Bloc des enjeux

BLOC DES ENJEUX

Quête

intérieure

>

Se sentir définitivement à l’abri. Protégé. Éliminer l’angoisse.

Segvifs

>

Excellence professionnelle, agencements machiniques créatifs, pulsion

enfantine de la chasse et du bricolage de machines. Regard. Intelligence.

Segmorts

>

Peur, paranoïa, clôture au monde, absence de composition positive avec

l’environnement. Incapacité à imaginer une humanité mue par des désirs positifs et inaptitude à se lier. Surinvestissement sur l’optique et la rationalité : ce qui est vu est su. Peur viscérale de la vie organique.

Trajectoire d’évolution

>

Paranoïa croissante qui conduira à l’autosurveillance maladive et à

l’automutilation. Devenir machinique exacerbé. Folie finale. Nèr disparaîtra assez vite de la meute dans le livre, balancé en HP, bouffé de l’intérieur par son furtif dont il ne supporte pas la vitalité en lui.

idées

à explorer encore

>

Définir les Intechtes, les animachines et le furet

Creuser la technologie optique utilisée Mieux ancrer l’historique du perso (trahison)

SASKIA

Bloc signalétique

Nom

>

Saskia Larsen

Signes

>

! ! !

Age

>

37 ans

Statut

>

Important

Sexe

>

Femme

Rôle

>

Traqueuse phonique

Surnoms

>

Sass, Otorhino, Dumbo, Ondine, Ouïe-Ouïe, Keskia ? Never Ask

Bloc identitaire

Passé Enfance Traumas

>

S)a)s)kia est issue d’une famille d’éthologues néérlandais. Son grand-père,

Joop Klaas Larsen, que Saskia a admiré très tôt et qu’elle adorait, était un spécialiste des lémuriens ; sa grand-mère Johanna a prouvé, grâce à des procédés expérimentaux novateurs, le vrai niveau d’intelligence des singes. Si ses grands-parents étaient d’authentiques scientifiques, des purs, ses propres parents ont surtout été préoccupés par la rentabilisation et la revente des images et procédés de Joop et Johanna. Ils se sont enrichis sur le prestige de leurs parents et ont dévoyé en partie leurs recherches, ce qui a révolté Saskia adolescente, mais pas son frère, Rijkaard qui continue le business. Saskia est une idéaliste qui a gardé ses grands-parents, désormais morts, comme modèle de noblesse et de probité. Elle a suivi des études scientifiques en biologie animale puis en éthologie mais n’a jamais pu trouver de poste à la hauteur de ses exigences la quasi-totalité de la recherche étant désormais libérale et concentrée sur la manipulation domestique des espèces, qui alimente le nouveau marché lucratif des animaux de service. En découvrant l’existence des furtifs, elle y a vu un défi à la hauteur de la recherche de ses grands-parents.

Profession Activités

>

S)a)s)kia est traqueuse phonique ou encore détectrice de sons. Elle est la

troisième pointe du trident de la meute, avec Nèr et Aguëro. Elle a donc en charge le volet auditif de la traque, fondé sur la détection, l’écoute et l’analyse complexe des ondes sonores dans les territoires investis par les furtifs. Elle intervient généralement en aval de Nèr lorsque l’enceinte a été circonscrite et que les leurres optiques sont trop nombreux ou indécidables, si bien que seul le sentiment, au sens des chasseurs (ce qu’on sent de l’animal) peut permettre de rester sur la voie. Un furtif émet une mélodie à la limite du perceptible, qu’il brouille, fausse et fragmente souvent, et qui constitue ce qu’on appelle le frisson. C’est cette mélodie que Saskia est chargée d’identifier, car elle vaut pour un ADN sonore et aide à ne pas céder au change. Les leurres optiques n’ont pas de frisson ou ne les conservent pas longtemps.

Saskia utilise (comme Nèr) des intechtes (les crophones) qui captent des sons minuscules et peuvent être directionnels ou d’ambiance. Elle dispose d’un casque hémisphérique couvrant la surface de son crane, caché sous son éternel bonnet de laine et qui retransmet aux points cardinaux, de façon toujours orientée, les différents sons captés. Elle peut ainsi interpoler la position probable du furtif traqué ou suivre sa trace auditive. Saskia peut aussi communiquer avec le furtif grâce à son olifant qui fonctionne comme une arme sonique de modulation, frappe ou alerte.

La détection d’un furtif exige le plus souvent le croisement des détections optiques et sonores et leur co-interprétation en temps réel.

Bloc des capacités

Apparence Physique

>

Saskia est une petite femme fine et leste, aux gestes assez tranchés, un rien durs.

Brune aux cheveux courts, ses mèches obliques sortent d’un bonnet de laine violent, qu’elle porté été comme hiver. Elle a un visage plutôt marqué et serpé pour son âge, un nez assez long qui tranche une face aux lèvres minces, sans attrait particulier. Yeux marron mat, regard net et intelligent, lentilles de correction, peau un peu tavelée, elle n’a de charme que quand elle ouvre la bouche, parle ou sourit. Très chouette voix par contre, et originale, car aigu mais bruissante, pleine de grain, comme rayée ; Pas une voix rauque ni grave ni enveloppante : un filet de sable sur une carrosserie chaude, plutôt. Timbre immédiatement reconnaissable, inflexions souples ou sifflantes, qui portent loin dans l’action et lui permet de s’adresser aux furtifs.

L’impression dominante que donne Saskia est celle d’une femme active, énergique, qui sait ce qu’elle veut. On la respecte très vite. Air concentré, une forme d’intelligence sérieuse de type scientifique mais avec la gniaque d’une femme de terrain. Proche d’une danseuse classique peut-être, en moins rêche. Lorsqu’elle ne chasse pas, et discute à une table de café par exemple, elle est très avenante,

agréable et dégage beaucoup d’humanité, de curiosité envers l’autre. Bonne vivante, elle aime manger.

Capacités physiques

Et équipement

>

Saskia est, tel Nèr et Agüero, comme les tous chasseurs de furtifs, une femme speed

et très réactive qui sait capter et gérer à très haute vitesse l’information et qui assume sans problème le stress. Elle est très entraînée, sportive quotidienne, souple d’une souplesse de danseuse classique, sans grâce. Peut résister à des nuits sans sommeil et des traques très longues.

Évidemment, elle a une oreille extraordinaire qui peut discriminer une dizaine de sons à la fois, repérer de minimes divergences de fréquence, timbre ou volume ou encore évacuer en arrière-plan de son cerveau un son parasite ou un voile.

Équipée de ses gants soniques, elle peut recevoir des sons ténus et très localisés et les visualiser sur le dos de sa main et ses doigts sous forme de phonogrammes. Doigts repliés en réception, ses mains forme un système 5 :1, chaque ongle étant une enceinte miniaturisée.

En émission, elle utilise un olifant court et étroit de très haute technicité qui peut produire quasiment tout type de son et de souffle à la voix ou synthétiquement : cri, voix, ultrason, plainte, sifflement, sirène, chant… et elle peut envoyé des balles soniques en gerbe plus ou moins serrée quand elle est à moins de cinquante mètres de sa proie. Souvent, elle le fait en pièce fermée. Touché par un ultrason, un furtif crie et ça s’entend enfin, Elle l’entend ! Quand le furtif engage une forme de dialogue, Saskia échange avec lui grâce à l’olifant. Ces moments d’échange sont fabuleux et très émouvants ils précèdent souvent l’hallali. Saskia assure la fanfare de chasse et scande les moments de la traque, elle porte l’émotion.

Se souvenir que son casque hémisphérique est connecté par électrode au cerveau et permet une perception neuronale étendue du son qui est une forme de 3D auditive. Elle a constamment la possibilité d’éteindre une source de son ou de tamiser des nappes parasites puisqu’elle gère une sorte de table de mixage en temps réel qui est à commande EEG : ce sont ses ondes cérébrales qui coupent ou activent tel ou tel émetteur de son, le volume étant géré d’un léger mouvement de tête ascendant ou descendant. La formation à une telle interface a évidemment durée plusieurs

années et est totalement individualisée pour chaque traqueuse.

Capacités intellectuelles

>

Détectrice de frissons est un métier d’une subtilité rare qui exige à la fois, en amont,

une capacité de discrimination fabuleuse des sources de son et, en phase de traque active, une oreille apte à déceler derrière le bruit blanc et les brouillages la mélodie identificatoire alors que le furtif sait y intercaler des sons parasites, des distorsions, de faux rythmes, des modulations de fréquence quand ils ne produit pas des leurres auditifs ou des explosions couvrantes.

Saskia est fondamentalement faite pour la recherche : curiosité, intuition, goût de la vérification expérimentale, rigueur, elle a tout. C’est une femme intelligente, au sens large, chez laquelle les deux cerveaux (droit et gauche, rationalité et intuition) sont très bien entrelacés. Ses études et sa famille l’ont doté d’une solide culture humaniste et scientifique et c’est aussi une mélomane hors pair même si sa façon

favorite de décompresser est d’écouter des rythmes binaires (rap, rock).

Bloc relationnel

Valeurs

>

Empathie, générosité envers le vivant, respect, idéaux scientifiques

Modes de perception dominants

>

N)a)t)urellement l’ouïe, dans toute sa finesse et son spectre : perception des

bruits, cris, sons et frissons, musiques et mélodies, timbres et voix. Saskia comprend et sent les gens à leurs voix. Elle s’oriente au son, ressent les lieux et les ambiances par leur couleur auditive, n’envisage la notion de vide que par le silence. Le son origine des effets synesthésiques très forts chez elle, qu’elle peut facilement retranscrire en vision, odeur, goût, poids, chaleur, toucher…

Rapport au monde

>

C’)e)s)t la curiosité et le goût de la découverte du hors-humain qui poussent

Saskia vers le monde, c’est une attirance profonde pour le vivant méconnu, pour l’intelligence animale ; c’est un rapport d’ouverture, une envie d’être transformée, agrandie, renouvelée mais corsetée encore par les normes scientifiques, le précadrage de la raison, la voie balisée d’une mission et des règles qui la canalise. Un chemin de grande randonnée, telle est l’image qui symboliserait sa manière d’avancer dans le monde.

Rapport aux technologies

>

Saskia est de sa génération. Elle évolue dans le champ technologique, qui la

rassure, l’empuissante et la cadre. Elle n’a aucune passion pour le comment du fonctionnement des machines et logiciels qu’elle manipule et demande à la technique d’être un outil parfaitement transparent, directement opératoire. Elle ne supporte pas une diffusion approximative ou grossière des sons, elle a besoin partout d’une très haute fidélité de restitution, en réception (casque, mains) ou en émission (olifant). Elle aime aussi couper totalement, parfois, pour retrouver un rapport nu au réel, une relation sans filtre à la nature. Affinités avec les Notechs et les Célestes à ce titre.

Rapport aux autres

>

La parole et la voix, l’échange verbal, sont ses modes privilégiés d’échange.

Saskia est très appréciée dans son travail par sa hiérarchie et ses collègues (corps des détecteurs) avec lesquels elle collabore très bien (compte-rendu de mission, développement des techniques de détection, analyse des leurres…). Globalement, Saskia aime les gens qui le lui rendent bien. Elle est ouverte, curieuse et respectueuse des autres. Fluidité sociale. Son côté très scientifique et exigeant agace parfois. Elle fait facilement la leçon, aime expliquer, enseigner, faire partager.

Rapport à soi

>

Saskia est régulièrement en porte-à-faux avec ses idéaux de jeunesse et sa

générosité écologique puisqu’elle participe à une chasse et tue, indirectement, des animaux. En même temps, elle veut être au cœur des recherches sur cette nouvelle espèce traquée et croit pouvoir éviter le pire en agissant à l’intérieur du système. Outre qu’elle est complètement fascinée par son travail, qui est absolument addictif et passionnant et qu’elle est convaincue d’œuvrer à la découverte d’une espèce prodigieuse, la plus extraordinaire du monde animal connu. Ses pulsions scientifiques sont mortifères pour les furtifs tout en contribuant à mieux les comprendre.

Bref, elle est mal à l’aise avec elle-même parfois, donc instable et prisonnière de ses contradictions. L’arrivée de Lorca et l’ouverture de nouvelles missions d’exploration du monde furtif par la voix et l’échange vont résoudre toutes ces contradictions. Sauf qu’elle va vite se faire retourner par les Fugaces et que l’armée va s’en rendre très vite compte…

Sinon, c’est une femme plutôt saine et équilibrée qui a une bonne estime d’elle-même et qui sait ce qu’elle croit.

Bloc social

Appartenance collective

et militante

>

Saskia a un vaste réseau d’amis dans plusieurs strates sociales, ce qui pose

problème à l’armée qui l’a mise sous surveillance. De par sa famille, Saskia gravite dans le milieu écolo, notamment éthologue et animalier, pour lequel sa mission officielle est de travailler à la détection des nuisibles en milieu urbain. Peu de gens connaissent son vrai métier et ceux qui le connaissent la considère comme une naïve, ou pire une traître, au service de l’extermination, par l’armée, des furtifs.

Elle milite pour la sauvegarde des espèces menacées, ce qui est paradoxal vu son métier. Elle fait de l’éducation populaire dans les quartiers, le week-end, pour

sensibiliser à l’écologie.

Liens forts Amitiés Amours

>

Saskia est célibataire suite à une déception amoureuse récente, qui cicatrise mal.

Ce n’est pas une séductrice très douée, elle est plutôt romantique et elle se fait facilement embarquer.

Elle a des rapports distants avec Nèr qui la met systématiquement de côté lors des chasses et minimise son apport pourtant important. Agüero sait ce qu’il lui doit et les rapports sont chaleureux, mais pros. Saskia lui reproche notamment de se servir des rares moments d’échanges véritables qu’elle a avec les furtifs, à l’olifant, pour pièger le furtif et le tuer.

C’est avec Lorca qu’elle va développer une amitié véritable. Ensemble ils vont

prospecter cette nouvelle piste des groupes fugaces, opérant progressivement une scission avec la Meute et obtenant leur autonomie lorsque Nèr sera envoyé en HP.

Furtifs invoqués

>

Saskia est rarement présente lors de l’hallali, qu’elle déteste, et que Nèr et Agüero

gèrent ensemble. Elle a donc évité les invocations. Par contre, elle est hantée par les mélodies finales des furtifs, leurs voix, leurs cris, leurs chants, notamment juste avant la mort.

Bloc furtif

Degré de connaissance des furtifs

>

Saskia est experte en éthologie furtive, au même niveau que Nèr mais avec plus de finesse encore : habitat, morphismes, alimentation, tactiques de cache et de fuite,

facultés spéciales, mimétisme et leurres, auxquels s’ajoute tout le spectre des frissons furtifs et de leur composition musicale…

Elle a eu accès, en outre, à des documents fugaces qui ont élargi sa connaissance, si bien qu’elle est sans doute l’une des scientifiques les plus affutées pour comprendre ce que sont véritablement les furtifs.

Expérience concrète avec les furtifs

>

Par son gant sonique, son olifant et sa voix, elle communique de fait avec les furtifs, en les faisant fuir et réagir. Mais elle a quelquefois de vrais échanges rythmiques et mélodiques avec eux qui à chaque fois la bouleverse et lui font comprendre que comme les chimpanzés et les lémuriens, les furtifs sont intelligents et ont leur propre langage. Tuer ne l’intéresse pas, comprendre oui. Mais de fait son expérience se limite aux courts moments précédents l’hallali, qu’elle a tous enregistrés et

qu’elle étudie secrètement hors de l’armée.

Attitude face aux furtifs

>

L’émerveillement et la fascination d’abord, la volonté de comprendre et d’analyser

ensuite, sont les moteurs du rapport de Saskia aux furtifs. Saskia pressent que la présence furtive a un sens, qui dépasse la simple évolution animale, le miracle pourtant extraordinaire d’une espèce apte à échapper à la vision humaine et vivant parmi nous, pourtant. Et elle devine que le son est constitutif de l’énigme furtive, bien plus que la vision ou les leurres optiques. Bref, elle veut découvrir, savoir !

Aptitude à la chasse ou au dialogue furtif

>

Saskia aime la chasse dans sa partie recherche et traque, détection et poursuite mais elle est comme ces chasseurs qui après trois heures de poursuite ont enfin l’animal à portée de gachette et qui se refusent à tirer et rentrent chez eux, satisfaits.

Elle a une vraie capacité à l’échange rythmique et mélodique avec les furtifs, mais encore très intuitif et dont on comprendra au fil du livre que par rapport à certains fugaces, elle est loin d’avoir le niveau d’échange que permet leur intelligence. C’est pas mal quand même, hein !

Quêtes et recherches face aux furtifs

>

Sa quête tient en un mot : comprendre. Comprendre ce que sont les furtifs, d’où ils

viennent, de quoi ils sont capables, dresser le plus complet tableau éthologique possible, comme un botaniste découvrant et étudiant une nouvelle plante. Et faire partager cette découverte au plus grand nombre. Saskia a le moteur profond, enfoui, des grands explorateurs, leur souffle épique, leur passion de découvrir et révéler — même si elle n’a pas eu jusqu’ici le courage de s’affranchir d’une institution pour mener seule ses recherches. Pas les moyens, pas la confiance, pas le cran. Mais Lorca va l’aider à aller au bout de ce qu’elle est et à se hisser à la hauteur

de Joop et Johanna.

Bloc stylistique

Mode narratif

>

Narration subjective en première personne, avec une certaine équivalence

alterné entre le descriptif extérieur et le ressenti intérieur. La clef perceptive est massivement auditive mais s’accompagne de visions myopes, à grands traits, coloristes et de multiples sensations tactiles, rythmiques.

Syntaxe

>

Musicale avec beaucoup de liant et de fluidité, des effets de systole/diastole,

d’expansions mélodiques, de bourgeonnements simples et de regroupements par grappes, plutôt que des ruptures de syntaxe. Ça reste énergique sans être nerveux, sec ni haché. La scientificité du personnage se sent à la structure rythmique qui doit être reçue sans être voyante : du ternaire en éployé mais des symétries courtes (d’adjectifs, de verbes, en tandem) dans le détail des syntagmes. C’est une syntaxe en accordéon doux, ça enfle et ça comprime, avec le pianotement sur le clavier. Le verbe peut être omis, le souffle passer par des laisses nominales et des notations de sons purs. La période est plutôt courte, pas de lyrisme, sauf lors des échanges avec les furtifs la ligne mélodique doit être tenue jusqu’au bout.

Il doit se dégager au final une impression de douceur, de féminité structurée, assez rigoureuse et de musique. Tout doit pouvoir être lu à l’oral de façon harmonieuse, musicale.

Pas forcément le portrait qu’on aurait de Saskia de l’extérieur. Le nom Saskia est absolument talisman pour se souvenir de la ligne directrice ici.

Registre

>

Très technique sur le son, scientifique dans l’exposé des actions et des faits.

Quoiqu’aussi troué, de place en place, par des métaphores courtes, concrètes, puisée dans la nature, des touches poétiques, romantiques. Pas de registre vulgaire, l’ensemble est plutôt simple et noble, à la Jaccottet (non précieux).

Sonance

>

Une harmonie naturelle entre les voyelles claires et sombres. Les plosives

fonctionnent comme des percussions, pour la cadence, et les fricatives dominent, avec leurs nombreux effets de sifflements, de chuintement et de souffle. Les liquides et nasales sont aussi bien présentes, surtout en finale. Suffixe –enne, -esse, -el, -al, -ine, -if et -ive, -che, -on, -ante

Mots totems : souffle, furtive, chuchoté, chapechuter, frisson, tintinnabule, hourvari, olifant, bouche, voix, voisé, dévocalisation, pépier, calfeutré, sinusoïdale, décibel, octave, diffraction, battement, oscillations amorties, visco- élasticité, distorsion harmonique, synesthésie animale…

Ça sonne oral et chanté (a-o-i, ou-a-i…)

Bloc des enjeux

Quête

intérieure

>

Être la première à découvrir la vérité sonique des furtifs. Elle la devine mais

ne peut la prouver.

Segvifs

>

Écoute extraordinaire, au propre comme au figuré. Sensibilité fine et élargie

au monde. Capacité à formuler des hypothèses. Amour du vivant. Humanisme.

Segmorts

>

Discipline, obéissance aux règles, manque de confiance en elle, peur

d’échouer, survérifications des intuitions. Écoute parfois, mais n’entend pas.

Trajectoire d’évolution

>

Saskia est un personnage positif qui va aller au bout de ce qu’elle peut et

surmonter ses segmorts. Elle sera celle qui permettra de ressusciter Tishka, celle qui la première va comprendre ce qu’aucun fugace ni militaire n’avait encore soupçonné : les furtifs sont faits de sons. Ils naissent du son.

Elle passera du « tu dois » au « je veux » et à la toute fin, au « je crée » par la mélodie et le son qui ouvrira la voie à la prolifération furtive.

Potentialités à explorer encore

>

Intitulé du métier de Saskia : Ondine ? Écoute ? Faune ?

L’olifant : forme, pouvoirs, jeu, ce qu’on peut en faire. Émotion. Magie d’un instrument qui a stocké les vibrations furtives et joue tout seul, parfois ?

Capacités vocales et musicales de Saskia.

Rivalités Saskia/Sahar, avec Saskia amoureuse de Lorca, mais noble à la façon de Cyrano et décidant d’aidant le couple ?

Tandem Lorca-Saskia au milieu du livre ?

Saskia ouvreuse du chemin vers les groupes fugaces musicologues ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Damasio, « Fiches personnages des Furtifs  »Revue critique de fixxion française contemporaine [En ligne], 23 | 2021, mis en ligne le 15 décembre 2021, consulté le 24 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/fixxion/750 ; DOI : https://doi.org/10.4000/fixxion.750

Haut de page

Auteur

Alain Damasio

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search