Navigation – Plan du site

La figure de la comparaison dans les œuvres de Gustave Flaubert et de Robert Musil, ou le paradigme ironico-poétique

Thèse pour obtenir le grade de docteur en littératures comparées de l’Université de Strasbourg, sous la direction de Monsieur le Professeur Pascal Dethurens, présentée et soutenue publiquement le 10 décembre 2011
Nathalie Petibon

Texte intégral

1« Comparaison n’est pas raison », dit le proverbe, pointant le fait que, si la figure de la comparaison ressortit bien à l’ordre intellectuel, elle n’échappe toutefois pas à l’ordre affectif, qui en appelle au sentiment et donc, d’un point de vue strictement rationnel, à l’inexact. Cette double parenté lui a valu d’être, au cours des siècles, dépréciée par les rhétoriciens. Ceux-ci la considèrent, du fait de son caractère didactique, comme une figure argumentative, et ne lui accordent que peu de crédit esthétique, réservant celui-ci à la métaphore. Les philosophes ont, de leur côté, tendance à dévaluer la comparaison à cause de son caractère inexact. Il semble ainsi que seuls les écrivains ont su, grâce à leur « sensibilité formelle », reconnaître en elle une figure importante : aussi bien éclairante qu’émouvante. Gustave Flaubert et Robert Musil font partie de ceux qui, dans leurs œuvres romanesques, usent magistralement de toutes les potentialités offertes par la comparaison.

2En effet, tous deux en font un emploi non seulement important quantitativement, mais surtout, remarquable « qualitativement ». La présente étude vise à observer la manière dont la figure de la comparaison opère chez les deux auteurs. Est posée l’hypothèse de l’existence d’un « paradigme ironico-poétique » à l’œuvre dans leurs romans. Il n’est pas question d’observer la possible influence de Flaubert sur Musil, mais bien plutôt de comparer, à partir du moment où l’on a constaté la présence d’un double registre ironique et poétique dans leurs productions respectives, les modalités de leur usage de la comparaison. La ressemblance initiale constatée entre les auteurs permet d’appréhender plus précisément les spécificités de chacun.

3L’étude s’ouvre sur un panorama théorique retraçant à grands traits la conception de la figure de la comparaison à travers le temps. Si Aristote considérait la comparaison en même temps que la métaphore — toutes deux faisant « apercevoir les semblables » —, la majeure partie des rhétoriciens ultérieurs a distingué les deux figures pour accorder à la seule métaphore un véritable prestige esthétique. Ce n’est en fait qu’à partir des réflexions surréalistes sur l’image que la comparaison se voit conférer un regain d’intérêt théorique. L’exposition de différentes taxinomies rhétoriques modernes catégorisant la comparaison nous mène ensuite à choisir comme base d’étude la conception exposée par Pascal Mougin dans son ouvrage L’effet d’image consacré l’œuvre de Claude Simon. Les distinctions que le critique établit entre comparaisons diégétiques et extra-diégétiques nous servent de grille d’analyse. Par ailleurs, notre étude porte également sur la modalisation opérée par la comparaison. En effet, c’est l’une des caractéristiques majeures de cette figure que de se présenter toujours comme manifestation d’un énonciateur et de témoigner ainsi de l’évaluation du comparé par celui-ci.

4C’est justement en raison de cette empreinte de l’énonciateur dans la comparaison que Flaubert s’est évertué à pourchasser cette figure de ses œuvres. Paradoxalement, sa propension stylistique naturelle est d’écrire de façon particulièrement imagée. De ce combat intérieur entre ces deux tendances scripturaires, il ressort que Flaubert met en place, dans ses romans, un système comparatif qui a pour dessein d’effacer l’origine de la comparaison, en faisant provenir tant que faire se peut le comparant du contexte du comparé. Toutefois, une telle posture constitue déjà en elle-même une évaluation. Musil pour sa part ne s’exprime pas autant que Flaubert sur son propre rapport avec la figure de la comparaison. Par contre, dans deux articles théoriques majeurs, il étudie la figure chez d’autres auteurs, l’un qu’il critique (Oswald Spengler), l’autre qu’il admire (Rainer Maria Rilke). Il stigmatise Spengler essentiellement à cause de son manque de rigueur dans l’usage de la comparaison, dont il abuse à des fins argumentatives « illicites ». A contrario, Musil relève chez Rilke l’art de créer, grâce à la comparaison (Gleichnis en allemand), des rapports mutuels entre les choses du monde. Sa propre tentative littéraire vise à conjuguer, au sein de la comparaison, les deux aspects qui lui importent : la précision et la sensibilité, et ceci afin de parvenir à « penser autrement ». Nous présentons les considérations théoriques de Flaubert et de Musil sur la comparaison, avant de proposer un panel de jugements critiques au sujet des comparaisons dans les œuvres des deux auteurs, panel d’où il ressort que l’usage novateur de Flaubert n’a généralement pas été compris et que celui de Musil, s’il a été remarqué, n’a généralement été commenté que de façon superficielle.

5Nous établissons ensuite un classement des comparaisons dans les œuvres des deux auteurs selon le rapport de celles-ci à la diégèse et aux discours des personnages. Les comparaisons flaubertiennes sont en majeure partie diégétiques, c’est-à-dire qu’elles révèlent un rapport d’ordre métonymique entre le comparé et le comparant. Elles servent ainsi à tisser un univers marqué par l’homogénéité et la clôture. Les comparaisons musiliennes se caractérisent, quant à elles, plutôt par leur nature extra-diégétique, et manifestent une grande distance entre les isotopies du comparé et du comparant. Il en ressort l’impression d’un monde à la fois morcelé et ouvert au possible. Par ailleurs, l’observation des comparaisons dans les discours des personnages montre qu’elles constituent une sorte de « condensé » révélateur des univers mentaux de ces différents personnages. Qui plus est, dans L’Homme sans qualités, de nombreux discours de personnages ont pour objet la comparaison, ce qui permet à Musil de dresser un tableau appréciatif particulièrement subtil et complexe de la figure comparative.

6Pour apprécier le rapport de Flaubert et de Musil aux registres ironique et poétique, on examine la manière dont ceux-ci s’allient dans leurs œuvres au fil du temps. La figure de la comparaison, qui tout à la fois distancie et rapproche, contient l’ironique et le poétique en puissance au sein d’une forme significative appelant l’interprétation.

7Enfin, l’étude proprement dite des réseaux de comparaisons au sein des œuvres est divisée en sept chapitres analysant successivement les thèmes de l’apprentissage, de l’amour, du sacré, du savoir, de la bêtise et des bêtes, de la folie, et de la musique. À chaque fois, une tension bi-polaire existe, chez les deux auteurs, entre une appréhension satirique du thème et une autre, poétique. Cette tension est manifeste dans les comparaisons, qui teintent ou ironiquement ou poétiquement les comparés selon la manière dont le lecteur reçoit ces comparaisons. En effet, c’est à lui qu’en définitive revient le rôle de la détermination axiologique du sens des comparaisons – en particulier en fonction de sa sensibilité au jeu subtil de miroirs déformants à l’œuvre dans les romans de Flaubert et de Musil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Petibon, « La figure de la comparaison dans les œuvres de Gustave Flaubert et de Robert Musil, ou le paradigme ironico-poétique », Flaubert [En ligne], Résumés de thèses, mis en ligne le 16 février 2013, consulté le 08 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/flaubert/1852

Haut de page

Auteur

Nathalie Petibon

Articles du même auteur

Haut de page