Navigation – Plan du site
Études de genèse

L’Éducation sentimentale et l’Histoire des poteries de Marryat

Insertion et disparition d’un intertexte
Éric Le Calvez

Résumé

La scène dans laquelle un brocanteur vient chez les Dambreuse proposer un plat chinois à Mme Dambreuse alors que Frédéric s’y trouve pour entrer en pourparlers avec son mari à propos de l’affaire des houilles (troisième chapitre de la seconde partie) n’existe plus dans L’Éducation sentimentale puisque Flaubert l’a supprimée in extremis, et les notes qu’il a prises sur l’Histoire des poteries de Marryat se trouvent dans une collection particulière. Il est cependant possible de confronter directement les brouillons avec l’ouvrage de Marryat pour voir comment Flaubert utilise cet intertexte, de manière souvent fantaisiste, avant qu’il ne disparaisse avec la scène qu’il avait pourtant permis de documenter.

Haut de page

Texte intégral

Manuscrit de L'Éducation sentimentaleAfficher l’image
Crédits : Bibliothèque nationale de France
  • 1 Voir « Génétique de la disparition », Genèses flaubertiennes, Amsterdam – New York, Rodopi, « Faux (...)
  • 2 « Il y en avait de simples : trois galets d’Étretat pour servir de presse-papiers, un bonnet de Fri (...)

1Ayant travaillé sur la genèse de la disparition d’une scène de L’Éducation sentimentale (phénomène qui, au contraire de ce qui se produit pour Madame Bovary, se rencontre très peu dans les romans de la maturité), celle où un brocanteur vient chez les Dambreuse proposer un plat chinois à Mme Dambreuse alors que Frédéric s’y trouve pour entrer en pourparlers avec son mari à propos de l’affaire des houilles (troisième chapitre de la seconde partie)1, je constatais que la biffure de ce moment posait de singuliers problèmes par rapport au concept même de logique du récit. Était-il superflu ? (et, s’il avait été maintenu, l’aurait-on jugé comme superflu ?), et ce d’autant plus que la saynète pouvait être mise en rapport avec d’autres passages du roman, comme pour la description des salons de Dambreuse, qui montre des « chinoiseries sur les consoles » (p. 233), tandis que le « paravent chinois » dans le boudoir de Mme Dambreuse2 aurait pu faire écho à son intérêt antérieur pour le plat chinois (que le brocanteur date de la dynastie des Ming, ce que Mme Dambreuse ne veut pas croire, mais Frédéric démontre qu’il est bien authentique). Il était d’ailleurs impossible de déterminer les raisons qui avaient poussé l’auteur à l’éliminer. On va revenir maintenant sur la genèse de cette scène en la considérant du point de vue de la réécriture intertextuelle ; comme souvent en effet c’est un livre qui a stimulé l’imaginaire de Flaubert.

  • 3 Tous les scénarios et brouillons du passage appartiennent au même volume, dont je ne répète plus la (...)

2Après sa germination dans la marge de l’un des scénarios ponctuels (« Dans le vestibule, un brocanteur tenant une Curiosité. = vieille faïence. Sur laquelle, Me Damb consulte Fr. qui est fort », NAF 17604 fo 753), le texte se met à brouillonner très rapidement, sur la troisième occurrence du passage (Flaubert y utilise déjà le passé diégétique), en particulier dans la marge, qui explique la porcelaine tout en commençant à la représenter : « un dragon en ou phenix en email d’une extrême petitesse est la marque de la porcelaine à l’usage de l’empereur XVe siècle ap. JC. porcelaine truitée est appelée par les chinois porcelaine à serpent. plats. les deux mots cheou = longue vie et  = bonheur », avec ces ajouts : dans l’interligne « plats pr l’emp – fond blanc avec des fleurs bleus avec des dragons tenant entre leurs griffes » (à relier à « les deux mots »), et plus bas une indication historique : « 1426-1435 periode de Sioun-te = la plus belle porcelain de la dynastie des Ming » (fo 60 vo), avec de plus l’utilisation des lettres M, N et Ѱ pour lier ensemble séquences ou détails :

Flaubert, L’Éducation sentimentale, manuscrit

Flaubert, L’Éducation sentimentale, manuscrit

Scénario, f° 60v°, NAF 17604

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

  • 4 Voir Genèses flaubertiennes, op. cit., p. 282.

3C’est aussi dans cette marge que Flaubert ajoute ensuite un nom, « Marriat », suivi de plusieurs chiffres : « 2.45. », marquant ce que je considérais comme la référence intertextuelle, intertexte grâce auquel la description peut alors s’amplifier, c’est fréquent dans les genèses flaubertiennes ; à propos des chiffres, je déclarais de manière quelque peu… naïve : « un chiffre qui ressemble curieusement à un prix », tout en proposant en note : « À moins qu’il ne signifie “volume 2, page 45”, ce qui paraît plutôt improbable »4.

  • 5 En voici la référence complète : Histoire des poteries, faïences et porcelaines, par M. J. Marryat  (...)
  • 6 Notamment les Études céramiques de Jules Ziegler (1850) et le Traité des Arts céramiques d’Alexandr (...)

4Il s’agit donc bien, en fait, de l’Histoire des poteries de Marryat5 (que Flaubert écrivait Marriat) et, qui plus est, de la page 45 du volume 2, on va bientôt s’y attarder ; ayant pu étudier l’intertexte en question, il m’est donc possible de revenir sur certaines des assertions précédentes tout en les complétant (Flaubert s’intéresse ici au chapitre IX traitant de la « Porcelaine, pâte dure orientale ») et en corrigeant quelques erreurs de lecture. Nous ne possédons aucune trace des notes que Flaubert a prises lors de la phase de documentation pour préparer cette scène (et sans doute d’autres aussi). Ces notes ont ensuite probablement été transférées dans les dossiers de Bouvard et Pécuchet (au même titre que le dossier « République de 1848 ») mais elles ne figurent plus dans les dossiers actuels (qui, je le rappelle, ne contiennent que des notes relatives à la fabrication des faïences6).

  • 7 Il s’agit d’un dossier de notes de lectures pour les chapitres III et IV de Bouvard et Pécuchet.
  • 8 La lecture de l’ouvrage à la référence indéterminée, Faïence de Rouen, ainsi que de l’Histoire de l (...)
  • 9 Ce « etc. » du catalogue, qui ne détaille pas davantage de livres sur l’histoire des faïences, lais (...)
  • 10 Numéro 3 de l’ensemble nommé « Collection Flaubert » ; le dossier a été adjugé pour 310 000 dollars (...)

5En fait, ces notes ont tout d’abord fait partie d’une chemise intitulée, de la main de Flaubert : « Géologie. Histoire naturelle. Faïences », numéro 92 de la vente Franklin Grout en avril 1931 à Antibes (135 folios)7. Ce dossier a reparu lors de la vente Drouot du 12 décembre 1985 (numéro 91), le catalogue précisant : « Notes tirées des ouvrages suivants : Faïence de Rouen – Histoire des Poteries par Marryat – Histoire de la Faïence de Rouen par Pottier8 – Essai sur la topographie du Calvados, de Caumont, etc. »9, puis a enfin reparu lors d’une vente plus récente à New York, chez Lion Heart Autographs, en mai 201110, avant de disparaître une nouvelle fois : il se trouve maintenant dans une collection particulière.

6Quoique ces notes soient absentes, il est possible de revenir sur la méthode de Flaubert en confrontant directement intertexte et avant-textes.

7La première séquence concernant la porcelaine truitée, avant les ajouts, provient d’une note de Marryat (p. 29) : « Lorsque ces fêlures (trézalures ou tressaillures) forment des petites figures régulières, la porcelaine en est plus estimée et commande un plus haut prix. Les Français lui donnent le nom de “Porcelaine truitée” ; les Chinois l’appellent “Porcelaine à serpent” ». Le reste des informations qu’extrait Flaubert se trouve à plusieurs endroits différents de l’intertexte. Les séquences « fond blanc avec des fleurs bleus avec des dragons tenant entre leurs griffes » « les deux mots cheou = longue vie et = bonheur » figurent à la page 32 du livre de Marryat, au milieu d’une liste des plats et tasses « fournis pour l’empereur », ainsi que l’indication historique, « 1426-1435 periode de Sioun-te », que Flaubert extrait d’un ensemble de plusieurs périodes de la dynastie des Ming ; et s’il choisit celle-ci, c’est sans doute parce que c’était, écrit-il, « la plus belle porcelain de la dynastie des Ming », comme le disait d’ailleurs Marryat : « La période suivante, celle du Siouen-te (1426-1435) eut la réputation d’être celle où l’on fabriquait la plus belle porcelaine de la dynastie des Ming ; chaque article avait la plus haute valeur artistique » (p. 33-34 ; Flaubert écrit « Sioun-te » et l’accent circonflexe sur « Fô » est de son cru). On peut voir ci-dessous un extrait de l’intertexte :

M. J. Marryat, Histoire des poteries, faïences et porcelaines

M. J. Marryat, Histoire des poteries, faïences et porcelaines

Extrait de la page 32

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

8et il est clair que Flaubert pratique un amalgame, puisque les premières informations ne datent pas de la dynastie des Ming, explique Marryat, mais de la « dynastie Youen, ou mongole (1260-1368) » (p. 31) ; elles ne remontent donc pas au « XVe siècle », au contraire de ce qu’écrit Flaubert (il s’agit alors de la dynastie des Ming) ; mais du point de vue de l’écrivain, ce n’est pas très important, l’essentiel est de puiser des informations qui stimulent son imaginaire, quitte à fausser quelque peu la réalité historique pour y revenir ensuite. Enfin, la dernière séquence, « un dragon ou phenix en email d’une extrême petitesse est la marque de la porcelaine à l’usage de l’empereur » se trouve pour sa part à la page 45 du livre de Marryat, mais, nouvelle entorse de Flaubert, elle n’y concerne par des plats mais des tasses : « Des tasses blanches, à l’usage de l’empereur, portent, à l’intérieur, des fleurs peintes en couleurs mates, surmontées d’un dragon et d’un phénix en couleurs d’émail, extrêmement petits ». Or c’est justement à cette même page que Flaubert a pu voir une planche en couleurs représentant l’un des plats de la période Yong-lo (et non Siouen-te) :

M. J. Marryat, Histoire des poteries, faïences et porcelaines

M. J. Marryat, Histoire des poteries, faïences et porcelaines

Extrait de la page 45

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

9et c’est précisément cette planche, qu’il a pu visualiser, qui va orienter son utilisation de l’intertexte, lui faisant oublier la période Siouen-te qu’il avait initialement privilégiée. En effet, sur l’étape suivante (fo 65vo), les premières informations que Flaubert avait couchées sur le papier ne sont pas recopiées car il sélectionne ce qui va lui servir pour la scène, de manière double : tout d’abord dans une description focalisée de l’assiette, que Frédéric prend et examine (dans les occurrences suivantes, ce sera Mme Dambreuse qui prendra le plat), puis dans le discours du personnage même, qui va en démontrer l’authenticité à Mme Dambreuse, ce qui lui vaudra un compliment du marchand (« Monsieur est connaisseur »), conduisant à l’ironie de la femme du banquier (« Où avez-vous appris cela ? […] chez Arnoux »). Voici le passage qui nous concerne :

Flaubert, L’Éducation sentimentale, manuscrit

Flaubert, L’Éducation sentimentale, manuscrit

Extrait du fo 65vo, NAF 17604

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

10Sur le premier jet, Flaubert décrit le plat : « fond blanc craquelé des feuillages bleues foncé – & portait au milieu deux lions jouant à la boule » ; Marryat en dit ceci : « Deux lions jouant à la boule, peints au centre du vase, dénotent de la porcelaine de la plus belle qualité de la période Yong-lo, dynastie des Ming », renvoyant à la planche en question (p. 44), et d’ailleurs Flaubert remplace « milieu » par « centre » dans l’interligne (mais il faut remarquer que les lions ne sont pas vraiment au centre du plat, c’est plutôt la boule qui l’est), le reste des notations à propos des feuillages ne provenant pas de l’ouvrage, non plus que le ruisseau élaboré par Flaubert dans la marge (ce sont donc des détails imaginés à partir de la vision de l’assiette) après son apparition interlinéaire (« un ruisseau ») : « que traversait un ruisseau » ; l’idée est immédiatement abandonnée, ainsi que celle concernant le geste de Frédéric (dans l’interligne) : « fit sonner la porcelaine ». Dans l’interligne aussi, Flaubert semble douter de l’espèce des animaux, ajoutant « ou dragons rouges » (voir aussi la marge : « deux espèces de lions ou dragons rouges ») ; notons qu’ils sont tout autant bleus que rouges et qu’il est vrai que quand on regarde la reproduction de la pièce on a du mal à y voir des lions. Quant aux bords du plat (dans l’interligne), ils ne sont pas « striés » comme l’écrit Flaubert ; leur facture est beaucoup plus complexe, et à aucun moment Flaubert n’a songé à représenter les poissons qui y sont peints.

  • 11 Cela impliquerait de plus que Frédéric connaît le chinois, ce qui multiplierait son savoir-faire ; (...)

11Flaubert passe alors au discours direct de Frédéric, qui étale son savoir : « ces deux lions-là sont ordinairement la preuve que la porcelaine a été pr le palais impérial – & dénotent la période des Ming » (dans l’interligne : « commencement du XVe siècle » et « en pleine dynastie »). Ensuite, Flaubert continue à utiliser ses notes : « Les grillons sont un peu plus vieux – une poule et des poussins ensuite un peu plus tard puis la mode des vases exclusivement bleus ». Pour « Le combat des » grillons (interligne), Flaubert se trompe puisque, comme l’indique Marryat, ces combats datent de la période Siouen-te, immédiatement postérieure : « Les grillons indiquent la même époque. Le combat de grillons était en grande vogue pendant cette période » (p. 44-45) et, apercevant son erreur, Flaubert la rature et écrit tout à fait le contraire dans l’interligne, respectant maintenant la réalité historique : « viennent après » (ou « sont venus »). La « poule et des poussins » et les combats « de coqs » (interligne), datent bien d’« un peu plus tard », comme l’écrit Flaubert. Marryat déclare : « Une poule et des poussins indiquent la porcelaine de la période Tch’ing-hoa, dynastie des Ming » (1465-1487, p. 46), tout en précisant que « Les combats des coqs sont également représentés sur les pièces du Siouen-te » (ibid.), mais Flaubert n’en a cure. C’est donc bien aux détails textuels que s’intéresse Flaubert, stimulé sans doute par le fait qu’il a pu visualiser la pièce ; il ne pense pas un moment que son personnage pourrait simplement regarder la marque du plat pour l’authentifier. Marryat avait pourtant inséré dans son ouvrage les marques des diverses périodes de la dynastie des Ming, mais l’intérêt de l’écrivain est ailleurs11 :

M. J. Marryat, Histoire des poteries, faïences et porcelaines

M. J. Marryat, Histoire des poteries, faïences et porcelaines

Extrait de la page 43

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

  • 12 Voir Genèses flaubertiennes, op. cit., p. 288-292.

12C’est cette étape qui marque la fin de l’utilisation des notes ; sur les occurrences suivantes, le travail de Flaubert s’attache surtout aux variations stylistiques lors de la rédaction proprement dite, en particulier à cause des assonances à éviter (voir par exemple les nasales en qu’il souligne au bas du fo 78, « blanc », « s’amusant », « commencement » ; c’est souvent la rime qui gêne l’auteur)12. Au contraire, Flaubert supprime des éléments qui provenaient de ses notes, comme la couleur « rouge » des lions ou dragons puis les dragons eux-mêmes ainsi que les séquences « en pleine dynastie des Mings » (qui permet d’éliminer un autre en) et « on trouve un peu plus tard les vases exclusivement bleus » (autre rime éliminée en haut du fo 82) ; les « grillons », « le combat de coqs » et « la poule avec ses poussins » sont pour leur part maintenus. Sur le quatrième brouillon, fo 79, la description est stabilisée : « Des branchages outremer se tordaient sur le fond, qui était d’une blancheur mate, & portait au milieu des espèces de lions ou dragons rouges [« couleur cinabre », raturé dans l’interligne], s’amusant avec une boule » (les dragons, auparavant éliminés, ont réapparu), ainsi que le discours de Frédéric : « – Pardon”, objecta Frederic, “ces deux bêtes ordinairement indiquent une pièce fabriquée pr le Palais-Impérial. celle-ci, je crois, remonte au commencement du XVe siècle. Les grillons sont venus après, puis le combat de coqs, ou bien la poule avec ses poussins » (les deux termes en ment coexistent). C’est aussi sur ce folio que Flaubert décide de supprimer la scène : tout un pan de la documentation qui avait stimulé la description et la preuve de Frédéric disparaît simultanément et Flaubert ne cherchera nulle part à la réintégrer (par exemple, sous la forme d’un autre plat se trouvant chez les Dambreuse) :

Flaubert, L’Éducation sentimentale, manuscrit

Flaubert, L’Éducation sentimentale, manuscrit

Extrait du fo 79, NAF 17604

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

  • 13 Mais il est bien possible qu’ils aient fait partie des notes de Flaubert puis qu’il ait choisi de n (...)
  • 14 « Je fais des sacrifices de détail qui me font pleurer. Mais enfin il le faut » (il s’agit de la sc (...)

13Il est toujours passionnant de découvrir, de manière quasi fortuite, un ouvrage dont Flaubert a grandement été inspiré pour écrire un tout petit fragment de texte qui n’existe plus, sauf dans les avant-textes, nous autorisant ainsi à confirmer certaines hypothèses tout en précisant la manière dont il a été utilisé. On y retrouve les erreurs, va-et-vient voire détours habituels, mais aussi sans doute l’aspect souvent arbitraire de ce qui attire l’auteur (la dynastie des Ming ?) et des choix qu’il fait quand il rédige (par exemple, pour la période du Tch’ing-hoa il ne mentionne que des animaux, la poule et les poussins, les combats de coqs, mais non les végétaux, tels « le fruit du nelumbium speciosum » – fleur de lotus – ou « la fleur du mou-tan », qui se trouvent pourtant à la même page chez Marryat, p. 4613), sans oublier la part des sacrifices14 qui a entraîné cette fois la disparition de toute une scène, courte certes mais non sans intérêt par rapport à l’érudition (celle de Frédéric comme de son créateur) ou à la psychologie des personnages (intérêt marqué de Mme Dambreuse pour les chinoiseries et même une certaine radinerie quand elle s’écrie à la fin de la scène : « Cinq cents francs ! Ah ! Jamais de la vie, par exemple ! », fo 79). Les notes reparaîtront peut-être un jour et permettront alors de s’intéresser, non plus à la méthode qui a été celle de Flaubert quand il en a pratiqué l’insertion, mais aux critères de sélection d’un auteur qui écrivait toujours beaucoup plus d’informations qu’il n’en conservait.

Haut de page

Bibliographie

Flaubert, L’Éducation sentimentale (éd. Stéphanie Dord-Crouslé), Flammarion, « GF », Paris, 2013.

Flaubert, Correspondance (éd. Jean Bruneau), Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, t. II, 1980.

Les dossiers de Bouvard et Pécuchet (sous la direction de Stéphanie Dord-Crouslé), http://www.dossiers-flaubert.fr/b-19988-1.

Alexandre Brongniart, Traité des Arts céramiques ou des poteries, Bêchet Jeune et Augustin Mathias, Paris, 1844.

Éric Le Calvez, « Génétique de la disparition », Genèses flaubertiennes, Amsterdam – Rodopi, « Faux Titre », New York, 2009.

M. J. Marryat, Histoire des poteries, faïences et porcelaines, ouvrage traduit de l’anglais sur la 2e édition et accompagné de notes et additions par MM. le comte d’Armaillé et Salvetat, avec une préface de M. Riocreux, Conservateur des Collections céramiques de la Manufacture impériale de Sèvres, Vve Jules Renouard, Paris, 1866.

Jules Ziegler, Études céramiques, Paulin Mathias, Paris, 1850.

Haut de page

Notes

1 Voir « Génétique de la disparition », Genèses flaubertiennes, Amsterdam – New York, Rodopi, « Faux Titre », 2009, p. 273-294, et L’Éducation sentimentale (éd. Stéphanie Dord-Crouslé), Paris, Flammarion, « GF », 2013, p. 270-271. Dorénavant, nous donnerons les références entre parenthèses dans le corps du texte.

2 « Il y en avait de simples : trois galets d’Étretat pour servir de presse-papiers, un bonnet de Frisonne suspendu à un paravent chinois » (p. 479).

3 Tous les scénarios et brouillons du passage appartiennent au même volume, dont je ne répète plus la cote désormais ; dans les citations, je respecte l’orthographe de Flaubert.

4 Voir Genèses flaubertiennes, op. cit., p. 282.

5 En voici la référence complète : Histoire des poteries, faïences et porcelaines, par M. J. Marryat ; ouvrage traduit de l’anglais sur la 2e édition et accompagné de notes et additions par MM. le comte d’Armaillé et Salvetat, avec une préface de M. Riocreux, Conservateur des Collections céramiques de la Manufacture impériale de Sèvres. Ce livre a paru en deux volumes en 1866 (Paris, Vve Jules Renouard) ; Flaubert fait donc des recherches dans un ouvrage dont la traduction est toute récente quand il se documente pour les faïences de L’Éducation sentimentale ; voir Les dossiers de Bouvard et Pécuchet (sous la direction de Stéphanie Dord-Crouslé), http://www.dossiers-flaubert.fr/b-19988-1.

6 Notamment les Études céramiques de Jules Ziegler (1850) et le Traité des Arts céramiques d’Alexandre Brongniart (1844), qui parle également de l’histoire des poteries (mais ce n’est pas cet aspect qui intéresse Flaubert lors de sa lecture, sauf quand il s’agit de préciser, dans le temps, telle sorte de céramique ; voir par exemple ms. g2261 fo 144) ; voir Les dossiers de Bouvard et Pécuchet, ms. g 2261 fos 137 et suivants, http://www.dossiers-flaubert.fr/cote-g226_1_f_137__r____-ms.

7 Il s’agit d’un dossier de notes de lectures pour les chapitres III et IV de Bouvard et Pécuchet.

8 La lecture de l’ouvrage à la référence indéterminée, Faïence de Rouen, ainsi que de l’Histoire de la Faïence de Rouen par André Pottier, date sans doute de la rédaction de Bouvard et Pécuchet.

9 Ce « etc. » du catalogue, qui ne détaille pas davantage de livres sur l’histoire des faïences, laisse supposer que Flaubert en a peut-être lu et annoté davantage encore.

10 Numéro 3 de l’ensemble nommé « Collection Flaubert » ; le dossier a été adjugé pour 310 000 dollars. Dans le catalogue est publié le fac-similé d’un folio intitulé « Géologie » : https://www.nakala.fr//nakala/data/11280/2b162641. Il est possible (mais non certain) que ce dossier soit actuellement conservé aux États-Unis.

11 Cela impliquerait de plus que Frédéric connaît le chinois, ce qui multiplierait son savoir-faire ; notons qu’au troisième chapitre, « Il feuilletait des brochures sous les arcades de l’Odéon, allait lire La Revue des Deux Mondes au café, entrait dans une salle du Collège de France, écoutait pendant une heure une leçon de chinois ou d’économie politique » (p. 72-73) ; mais c’est parce qu’il est alors tout à fait désœuvré. Je rappelle que le réseau chinois est récurrent dans le roman, depuis la « leçon de chinois » déjà citée jusqu’à la « collection d’armes chinoises » lors de la vente du mobilier des Arnoux (p. 533), en passant par l’antichambre des Arnoux, « décorée à la chinoise » (p. 98), la « tenture chinoise » de l’Alhambra (p. 128), le « rouge de cuivre des Chinois » qu’Arnoux cherche à retrouver (p. 180), les « stores chinois » de Rosanette (p. 418), l’ombrelle que Frédéric offre à Mme Arnoux, arrivant « de la Chine » (p. 138), etc.

12 Voir Genèses flaubertiennes, op. cit., p. 288-292.

13 Mais il est bien possible qu’ils aient fait partie des notes de Flaubert puis qu’il ait choisi de ne pas insérer ces détails lors du passage à l’écriture.

14 « Je fais des sacrifices de détail qui me font pleurer. Mais enfin il le faut » (il s’agit de la scène des comices agricoles dans Madame Bovary), lettre à Louise Colet, 3 novembre 1853, Correspondance (éd. Jean Bruneau), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », t. II, 1980, p. 462.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Flaubert, L’Éducation sentimentale, manuscrit
Légende Scénario, f° 60v°, NAF 17604
Crédits Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/2838/img-1.png
Fichier image/png, 945k
Titre M. J. Marryat, Histoire des poteries, faïences et porcelaines
Légende Extrait de la page 32
Crédits Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/2838/img-2.png
Fichier image/png, 138k
Titre M. J. Marryat, Histoire des poteries, faïences et porcelaines
Légende Extrait de la page 45
Crédits Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/2838/img-3.png
Fichier image/png, 403k
Titre Flaubert, L’Éducation sentimentale, manuscrit
Légende Extrait du fo 65vo, NAF 17604
Crédits Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/2838/img-4.png
Fichier image/png, 927k
Titre M. J. Marryat, Histoire des poteries, faïences et porcelaines
Légende Extrait de la page 43
Crédits Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/2838/img-5.png
Fichier image/png, 93k
Titre Flaubert, L’Éducation sentimentale, manuscrit
Légende Extrait du fo 79, NAF 17604
Crédits Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/2838/img-6.png
Fichier image/png, 893k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Le Calvez, « L’Éducation sentimentale et l’Histoire des poteries de Marryat », Flaubert [En ligne], 19 | 2018, mis en ligne le 16 mars 2018, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/flaubert/2838

Haut de page

Auteur

Éric Le Calvez

Georgia State University

Haut de page