Navigation – Plan du site
Études de genèse

L’Éducation sentimentale, Frédéric et Rosanette en forêt de Fontainebleau

Sylvie Giraud

Résumé

Au plus fort de l’insurrection populaire de juin 1848, Frédéric Moreau décide contre toute attente une visite de Fontainebleau avec Rosanette (Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, troisième partie, chapitre I). C’est cette promenade des deux amants, reconnue pour ses dualités histoire / fiction, réalisme / romantisme, qui donne lieu à une investigation génétique. Cependant, plutôt que de restituer dans son intégralité la chronologie rédactionnelle de l’épisode, il s’agit ici de mener une recherche sur la manière dont une enquête préliminaire avec notes d’investigation sur place peut informer un texte fictif, et révéler ainsi quelques-uns des détails de conception, de structuration et d’organisation du roman.

Haut de page

Texte intégral

FontainebleauAfficher l’image
Crédits : Collection privée
  • 1 Grand dictionnaire illustré du XIXe siècle, Larousse, tome 1, p. 850, article Atelier : « Mais c’es (...)
  • 2 L’Éducation sentimentale, édition présentée et annotée par Pierre-Marc de Biasi, « Le Livre de Poch (...)

1Tout va très vite. Le mercredi 21 juin 1848, le Gouvernement provisoire publie l’arrêt annonçant la fermeture des ateliers nationaux1 ; dès le lendemain jeudi 22 juin 1848, les ouvriers répliquent par un mouvement insurrectionnel, et le soir « Vers neuf heures, les attroupements formés à la Bastille et au Châtelet refluèrent sur le boulevard. »2 Les violentes émeutes appelées Journées de juin commencent.

2C’est à ce moment-là, c’est-à-dire au plus fort de l’insurrection, que Frédéric décide de fuir la capitale et la réalité de l’agitation révolutionnaire pour aller visiter Fontainebleau en compagnie de Rosanette, à une soixantaine de kilomètres de Paris : « Frédéric [eut] soif d’abandonner Paris [...] et ils partirent pour Fontainebleau dès le lendemain. » (ÉS, p. 475).

3Les jeunes gens quittent donc Paris le vendredi 23 juin 1848, comme un couple parisien moderne partirait en weekend, et arrivent le soir dans un hôtel de la ville de Fontainebleau. Le lendemain matin samedi 24 juin 1848 « [...] de bonne heure, ils allèrent visiter le château. » (ÉS, p. 476), puis « Après leur déjeuner, on leur amena une voiture découverte. » (ÉS, p. 479), et gagnent la forêt.

4La promenade de Frédéric et de Rosanette en forêt de Fontainebleau représente une rupture radicale dans le déroulement du roman ; il n’y est plus question d’affaires publiques, de clubs politiques, de personnages historiques, de révolte sociale, etc. ; le champ sémantique est tout autre, ce sont petites fleurs violettes, oiseaux qui gazouillent, étroits sentiers courbes, gentilles paroles, ivresse tranquille, etc. L’épisode, construit essentiellement autour des thèmes de prédilection du mouvement romantique – le désir de fuite, la nature, l’expression des sentiments, la recherche du pittoresque –, porte en lui-même la force et le potentiel symbolique exigés par le paysage littéraire de 1848.

  • 3 Éric Le Calvez a déjà analysé la mise en texte de la promenade de Frédéric et de Rosanette en forêt (...)

5Cependant, le propos de l’analyse n’est pas de délimiter ou de démêler l’agencement alterné des registres réaliste et romantique de L’Éducation sentimentale, roman connu pour une critique virulente, ou du moins une dénonciation des excès des deux courants littéraires, mais d’examiner d’un point de vue génétique le système de conception qui conduit à la composition de l’escapade forestière des deux amants3.

Le repérage sur place de Flaubert

  • 4 Voir le carnet 13 dans Carnets de travail, édition critique et génétique établie par Pierre-Marc de (...)
  • 5 « Le 15 septembre 1840, vers six heures du matin, la Ville-de-Montereau, près de partir, fumait à g (...)
  • 6 Flaubert visite une fabrique de porcelaine le 2 février 1866 (voir le carnet 13 dans Carnets de tra (...)

6Flaubert appartient à cette catégorie d’écrivains qui planifient, qui se documentent, qui lisent, qui visitent, qui scénarisent, etc. avant d’entreprendre la longue aventure de l’écriture d’un roman. Ainsi, pour construire L’Éducation sentimentale (de septembre 1864 à mai 1869) – et pour ce qui concerne uniquement la partie voyage d’études préparatoires, en excluant toutes les lectures et autres recherches – il effectue quelques déplacements4, dont une excursion en août 1864 jusqu'à la commune de Montereau-Fault-Yonne (département de Seine-et-Marne, en grande couronne de Paris) pour une reconnaissance du lieu de départ de Frédéric Moreau5 et incipit du roman (ÉS, p. 41). Il visite également une manufacture de porcelaine6 pour la partie où Frédéric se rend à la fabrique de faïence d’Arnoux, en compagnie de Marie (ÉS, p. 301). Il explore aussi Fontainebleau, château et forêt, avant de rédiger le passage de l’escapade de Frédéric et de Rosanette au moment de l'insurrection de juin 1848 (ÉS, p. 475-p. 493).

  • 7 « Nous avons visité le château de Fontainebleau, nous avons vu la cour où se firent les adieux célè (...)
  • 8 Claude-François Denecourt (1788-1875), ancien combattant de l’armée napoléonienne, fut le premier q (...)
  • 9 « Ils sortent de Fontainebleau par la route barrière de Paris vaste rond point (Joanne 166) », (tro (...)

7Il connaît peu Fontainebleau, n’y étant allé que deux fois : en 1833 quand il avait 12 ans, et en 1863 pour accompagner sa nièce7. En 1868, les manuels touristiques existent depuis quelques années, dont plusieurs publications sur Fontainebleau, région devenue fort à la mode à la suite d’une conjugaison de facteurs culturels et économiques : à partir de 1820, les peintres – Corot, Rousseau, Courbet, Millet, Monet, Sisley, Seurat, etc. – viennent y chercher l’inspiration, y étudier la nature et y commencer carrière ; presque en même temps, à partir de 1832, un grand amateur de la région, Claude-François Denecourt, décide de répertorier les sites remarquables et de partager sa passion en publiant des guides de découvertes8, et en 1849 la ligne ferroviaire Paris-Fontainebleau favorise le déplacement. Sans doute l’écrivain utilise-t-il le Denecourt, mais il est certain qu’il dispose du guide Joanne, car on en trouve une trace dans l'avant-texte9.

  • 10 « Quant à ton vieux géant, il a commencé aujourd’hui le Ier chapitre de la 3e partie. » Lettre à Ju (...)
  • 11 En 1868, Flaubert s’accorde trois semaines de congès : « Comme je m’étais interrompu pendant trois (...)

8Cette enquête sur place, Flaubert la prépare comme certaines personnes organisent un voyage dans une région ou un pays qu’ils ne connaissent pas en achetant de la documentation, en la consultant, en notant les points intéressants, en planifiant le déplacement. Sans doute juge-t-il les renseignements des guides touristiques suffisamment précis pour construire une péripétie fictive et pittoresque, mais insuffisants toutefois pour se soustraire à une prospection sérieuse et se dispenser d’observations personnelles. Il programme également la date de son déplacement. Alors qu’il se met à la composition du premier chapitre de la troisième partie consacrée à la révolution de 1848 en mars 186810, il attend juillet-août pour mieux éprouver le terrain, probablement moins pour occuper la trêve estivale11 que pour un besoin d’adéquation saisonnière entre réalité et fiction : expérimenter le contexte naturel d’un épisode intervenu en juin, même vingt ans auparavant, ne peut faire l’impasse sur la dimension temporelle, et une expédition sur zone s’impose à la même époque de l’année afin de retrouver une nature analogue – végétation florissante, animaux en activité, besogne humaine appropriée – et ne pas se fourvoyer dans des décalages environnementaux, respect du temps de l'histoire oblige.

  • 12 Flaubert va deux fois à Fontainebleau, la première fois lundi 13 et / ou mardi 14 juillet 1868 : «  (...)
  • 13 La Révolution française de 1789 endommagea gravement le château de Fontainebleau, demeure des souve (...)
  • 14 Lors de sa reconnaissance de la forêt de Fontainebleau, Flaubert consigne ses observations dans un (...)

9Flaubert se déplace donc à Fontainebleau, en juillet-août 1868, et à deux reprises. La première fois lundi 13 et / ou mardi 14 juillet 1868, et la seconde vendredi 7 et / ou samedi 8 août 186812. Il parcourt l’ensemble ou une portion du domaine, château et forêt, et rencontre même des difficultés pour visiter la partie bâtie, car le palais en cours de restauration13 sert encore de lieu de villégiature de la cour et autres invités illustres, et n’est pas ouvert au public. Ce n’est que par l’intermédiaire d’une connaissance, Octave Feuillet, nommé bibliothécaire du palais en 1868, qu’il peut parcourir les pièces du monument. Mais de cette visite des appartements, des décorations, des meubles, des peintures murales, nous ne savons rien. Car si Flaubert prend des notes dans son calepin, ainsi qu’il en a l’habitude, il ne rapporte aucune observation sur le château. En revanche, il rapporte ses déambulations dans la forêt. Sur place, entre juillet et août 1868, il noircit 25 feuillets d’un petit calepin répertorié Notes de lectures 12, de 13 cm par 7,5 cm, qu’il entame par la dernière page, du f° 39v° au f° 27v°14 :

Flaubert, Notes de lectures 12, f° 39v°

Flaubert, Notes de lectures 12, f° 39v°

Source : Ville de Paris / Bibliothèque historique, BHVP, Rés. Ms 72

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

  • 15 « Loueurs de voitures, de chevaux et d’ânes. Naigeon, sellier-carrossier, rue de France, 33, en fac (...)
  • 16 Pour l’anecdote : en 1868, le premier arrêt du conducteur qui emmène Flaubert se situe à « l’endroi (...)

10L’écriture au crayon, souvent tourmentée, n’est pas celle d’une personne assise tranquillement à sa table de travail, mais plutôt celle d’un passager secoué par un trajet ou mal installé. Flaubert consigne donc ses observations sans délai, au fil des révélations, à l’écoute des sensations, les mettant ainsi à l’abri de l’oubli. En effet, pour cette exploration de la nature, il recourt à la location, fortement conseillée dans les manuels touristiques15, d’une voiture à cheval dont le conducteur sert aussi de guide de forêt, comme il existe des guides de montagne. Connaissant à la perfection le dédale des chemins, ces cochers savent mieux que quiconque amener l’amateur vers les curiosités, les beautés, les originalités de la forêt de Fontainebleau, sans jamais oublier les places obligatoires16. Le circuit en forêt de Fontainebleau de Flaubert se trouve donc dans un cas de figure bien particulier, non pas celui d’un bourgeois normand en partie de campagne pour se divertir, mais celui d’un écrivain campant un couple parisien en excursion loin d’une agitation révolutionnaire. La fiction précède la réalité. L’auteur a déjà une idée des lieux à explorer, peut-être même de l’itinéraire à adopter, ce qui n’exclut pas qu’un guide puisse le conseiller.

  • 17 « Je prépare maintenant la fin de mon chapitre. J’arrange le château et la forêt de Fontainebleau ! (...)

11Après Fontainebleau, Flaubert va passer quelques jours à Dieppe, chez sa nièce Caroline, puis de retour à Croisset vers le 12 août 1868, il se livre à la réalisation de l’épisode concernant l’escapade du couple17. Il relit les notes qu’il a prises, les recopie partiellement en conservant les noms de lieux et les détails environnementaux (« Fontainebleau Notes de mon carnet », f° 19v°, NAF 17607), puis commence la rédaction proprement dite par quelques scénarios suivis de brouillons.

Frédéric et Rosanette, premier jour de promenade forestière

  • 18 Le landau était une voiture à quatre roues, attelée généralement à deux chevaux, dont la capote pou (...)

12Suivons Frédéric et Rosanette dans leur promenade forestière et voyons ce qu’elle doit ou non à celle de l’écrivain. Le premier jour, samedi 24 juin 1848, une fois visité le château le matin, et « Après leur déjeuner, on leur amena une voiture découverte. Ils sortirent de Fontainebleau par un large rond-point, puis montèrent au pas une route sablonneuse dans un bois de petits pins. » (ÉS, p. 479). Le guide-cocher qui conduit un « vieux landau, bas comme un sofa et couvert d’une toile à raies déteintes ! »18 (ÉS, p. 481) les mène tout de suite vers les parties typiques de la forêt de Fontainebleau : ils pénètrent dans la zone des vieux arbres, appelée la Tillaie, où « Les arbres devinrent plus grands » (ÉS, p. 479). Puis ils découvrent le paysage si particulier de Franchard « Ils entrèrent dans la futaie de Franchard. » (ÉS, p. 480), où se côtoient ruines « laissant à gauche les murailles d’une abbaye en ruines » et établissement de restauration « tout à coup, un garçon de café parut » (ÉS, p. 480), où se juxtaposent chaos de rochers « ils marchèrent sur de grosses roches […] entremêlement de grès » et végétation basse « genévriers […] bruyères » (ÉS, p. 480). Ensuite le « vieux landau » dirige ses voyageurs vers Apremont, s’y arrête pour qu’ils montent à pied un petit sentier vers la Caverne des Brigands ; « des racines à ras du sol [qui] s’entrecroisaient comme des veines » éprouvent Rosanette au point qu’elle « était désespérée, avait envie de pleurer », mais les articles proposés par « une manière de cabaret » la remettent en joie (ÉS, p. 480). Plus tard, le cocher les guide vers le Bas-Bréau, le secteur des artistes où, comme sur une gravure, « Un peintre en blouse bleue travaillait au pied d’un chêne, avec sa boîte à couleurs sur les genoux » (ÉS, p. 481). Enfin, l’équipage prend la direction de Fontainebleau en passant par « la côte de Chailly » (ÉS, p. 481).

  • 19 « Projets divers de promenades combinées, en voiture. […] 2° Franchard – Gorges d’Apremont. (5 à 6 (...)

13Cette excursion du premier jour, effectuée en un après-midi, est, peu ou prou, l’une des nombreuses figurant dans l’ouvrage utilisé par Flaubert, l’Adolphe Joanne de 186719. La promenade a le mérite de combiner deux des sites les plus visités par les touristes – Franchard et Apremont – et de faire découvrir d’emblée, aussi bien aux deux Parisiens qu’aux lecteurs, la grande diversité des paysages de la forêt de Fontainebleau : allées, futaies anciennes, reliefs accidentés, zones de blocs de grès, collines, étendues de sable, variétés des espèces végétales, ruines pittoresques, cavités souterraines, etc.

14Cependant, le parcours des deux personnages du samedi après-midi doit sans doute moins au manuel de voyage qu’à la propre expérimentation de l’écrivain, qui en accomplit largement le tracé en une demi-journée en juillet et / ou en août 1868. Cette première escapade d’une vingtaine de kilomètres est encore réalisable à notre époque.

  • 20 La promenade de Flaubert dans la forêt de la Tillaie depuis le Carrefour du Grand Duc, D409, la zon (...)
  • 21 Carrefour du Bouquet du Roi : « carrefour de cinq à six routes, d’où s’élance l’arbre le plus haut (...)

15Suivons maintenant Flaubert. Il débute sa reconnaissance de la forêt de Fontainebleau par cette même zone des vieux arbres, mais il arrive par la « route de Fleury » (Notes de lectures 12, f° 39v°), l’actuelle D409, alors que la voiture de Frédéric et de Rosanette y pénètre plus au nord, de façon plus conforme aux usages « Ils sortirent de Fontainebleau par un large rond-point » (ÉS, p. 479) ; le texte du roman est une reprise légèrement modifiée du manuel touristique « Sortant de Fontainebleau par la barrière de Paris » (Joanne, 166) »20. L’écrivain s’assure de l’élégance des chênes séculaires de La Tillaie, ceux qui sont montrés à ses personnages « Les arbres devinrent plus grands ; et le cocher, de temps à autre, disait : "Voici les Frères‑Siamois, le Pharamond, le Bouquet‑du‑Roi…", n’oubliant aucun des sites célèbres, parfois même s’arrêtant pour les faire admirer. » (ÉS, p. 479). Il peut se rendre compte de leurs formes et de leurs dimensions exceptionnelles : le Bouquet du Roi21 est l’arbre le plus haut et le plus droit de la forêt, les Frères Siamois ont connu une poussée étrange qui occasionna leur nom, le Pharamond est le plus vieux, 800 ans. Malheureusement ces chênes n’existent plus, les Frères Siamois brisés par un ouragan, le Pharamond emporté par la vieillesse vers 1930 ; les forts coups de vent et l’envahissement des parasites sont les deux principales causes de la mort de ces arbres âgés, mais des cartes postales et des photographies conservent les images des deux derniers :

Forêt de Fontainebleau – Les Frères Siamois

Forêt de Fontainebleau – Les Frères Siamois

Carte postale

Photo (C) RMN-Grand Palais (Château de Fontainebleau) / Gérard Blot

Fontainebleau. Pharamond

Fontainebleau. Pharamond

Photographie

Photo (C) musée du quai Branly - Jacques Chirac, Dist RMN-Grand Palais

  • 22 Adolphe Joanne, op. cit., p. 166.
  • 23 La transcription des notes de lectures est linéaire, le changement de ligne est noté « / », l’ortho (...)

16Flaubert rejoint ensuite la zone de Franchard dont les ouvrages touristiques de l’époque vantent les attraits : « Aujourd’hui Franchard est peut-être le point de la forêt de Fontainebleau le plus fréquenté par les touristes. Ils y viennent généralement en voiture. »22 Dans cette zone accidentée des Gorges de Franchard, Denecourt a tracé à l’aide de marques bleues un itinéraire fort apprécié qui circule entre les rochers, qui conduit à des grottes, qui aboutit à des plateaux, à des mares, etc. L’écrivain consacre-t-il un peu de temps à ces découvertes ? ou bien s’abstient-il de la promenade à pied ? Les notes ne le précisent pas, mais retiennent ces aspects si typiques du secteur de Franchard : « Franchard les roches à fleur de terre / comme des dalles bombees / – Sable si fin qu’il donne / envie de le mettre dans un / ecritoire – petits arbres épineux / – en en fond de la gorge = ovale / à droite, roches mêlés à de / petits arbres = qui sont des genévriers / bouleaux » (Notes de lectures 12, f° 37v°) ; « Point de vue des gorges de Franchard – à gauche / rochers mêlés aux arbres / à droite : – une pente / avec de petits arbres / espacés – au 1er plan / en bas, un sentier dans / la verdure des bruyères, serpente / vers le fond » (Notes de lectures 12, f° 37)23. On peut raisonnablement penser qu’en homme de lettres méticuleux qui accomplit correctement sa tâche, il s’assure de l’adéquation entre réalité et la fiction en empruntant le sentier.

  • 24 Le télégraphe de Noisy appartenait au réseau des télégraphes aériens Chappe installés sur l’ensembl (...)
  • 25 Lettre à Émile Zola, Croisset, 3 juin [1874] (Correspondance, t. IV, p. 806).

17Quant à Frédéric et à Rosanette, ils n’hésitent pas à entreprendre l’aventure piétonne, ils « marchèrent sur de grosses roches, et atteignirent bientôt le fond de la gorge. Elle est couverte, d’un côté, par un entremêlement de grès et de genévriers, tandis que, de l’autre, le terrain presque nu s’incline vers le creux du vallon où, dans la couleur des bruyères, un sentier fait une ligne pâle ; et on aperçoit tout au loin un sommet en cône aplati, avec la tour d’un télégraphe par derrière. » (ÉS, p. 480) où l’on voit que les détails relevés par l’écrivain intègrent directement le texte, autant la végétation (« genévriers », « bruyères ») que le minéral (« roches ») et la topographie (« fond de la gorge », « sentier »). Curieusement, dans le roman, un élément se détache de ce contexte bucolique, et attire l’attention par sa fonction prosaïque : le télégraphe. L’appareil24 ne figure dans aucun guide touristique, ni le Denecourt ni le Joanne, mais Flaubert le voit en 1868, le consigne : « Arbonne / puis, tout au-delà / un télégraphe » (Notes de lectures 12, f° 37), et l’insère dans le récit, dès le scénario f° 90v°, NAF 17607. L’intrusion d’un élément d’utilité pratique au sein d’un paysage qui prête à rêverie crée une superposition de significations : la présence du télégraphe renseigne sur la situation d’énonciation du narrateur qui se trouve sur un point de vue élevé pour apercevoir la tour au loin sur une colline ; son évocation renvoie à la symbolique de l’objet lui-même dont la position sur un lieu en hauteur favorise une communication rapide et à distance entre les hommes – si Frédéric et Rosanette en promenade à Fontainebleau veulent avoir connaissance des émeutes de Paris, il ne tient qu’à eux – ; son introduction hors de propos peut être une manière de prouver que nulle trame romantique n’échappe complètement au processus d’abstraction car un « excès de réalité »25 volontaire ne nuit pas à la réussite de la fiction.

  • 26 Adolphe Joanne, op. cit., p. 173.
  • 27 Les précisions vestimentaires concernant Rosanette, « robe blanche » et « bottines de coutil, à bou (...)
  • 28 Adolphe Joanne, op. cit., p. 178.
  • 29 Madame Bovary, préface, notes et dossier par Jacques Neefs, « Le Livre de Poche », « Classique », P (...)

18En 1868, comme le conseille le guide Joanne qui engage à « visiter, dans une même promenade, ces deux sites renommés de la forêt. »26, c’est-à-dire Franchard et Apremont, le cocher-guide conduit l’écrivain vers le nord de la forêt. Flaubert monte à pied le sentier qui mène à la Caverne des Brigands. Selon la légende, sous le règne de Louis XV, ce souterrain abritait la bande à Tissier qui détroussait les voyageurs sur la route de Paris, et répandait la terreur aux environs. La diversité originale de la nature que l’écrivain repère et note « – Puis on va à pied : Le chemin monte / entre des pins avec des roches / énormes – extrême odeur / de resine – Les racines sur / le chemin font des veines / saillantes / – Plateau – Au 1er plan : / roches plates – en dessous : / tetes d’arbres – plaines / roussies – Caverne des brigands / redescente : les racines / sont plus nombreuses / – eau dans les trous de / rocher » (Notes de lectures 12, f° 36v° et f° 36) l’autorise à faire souffrir son personnage féminin. En effet, avec sa « robe blanche » (scénario, f° 124, NAF 17607) et ses « bottines de coutil, à bout vernis » (scénario, f° 88v°, NAF 17607)27, Rosanette éprouve douloureusement la montée : « Le chemin fait des zigzags entre les pins trapus sous des rochers à profils anguleux ; tout ce coin de la forêt a quelque chose d’étouffé, d’un peu sauvage et de recueilli. On pense aux ermites, compagnons des grands cerfs portant une croix de feu entre leurs cornes, et qui recevaient avec de paternels sourires les bons rois de France, agenouillés devant leur grotte. Une odeur résineuse emplissait l’air chaud, des racines à ras du sol s’entrecroisaient comme des veines. Rosanette trébuchait dessus, était désespérée, avait envie de pleurer. » (ÉS, p. 480). Heureusement que la Parisienne est récompensée de ses efforts, car « tout au haut, la joie lui revint, en trouvant sous un toit de branchages une manière de cabaret, où l’on vend des bois sculptés. Elle but une bouteille de limonade, s’acheta un bâton de houx ; » (ÉS, p. 480). Le détail du cabaret et des divers objets, plus ou moins en lien avec l’économie locale, proposés à la vente ne figurent pas dans les notes de Flaubert de 1868, qui a dû voir cependant le commerce, puisque le guide touristique y fait référence : « on ne tardera pas à arriver à la Caverne des Brigands. Un individu, autorisé, vend à cet endroit des rafraîchissements. »28 La découverte dans l’avant-texte de L’Éducation sentimentale des syntagmes antérieurs à ces « bois sculptés », d’abord des « ronds de bois ciselé » (scénario, f° 22v°, NAF 17607), puis des « ronds de serviette » (scénario, f° 116v°, NAF 17607), confirme cette intuition première, pour un lecteur assidu de Flaubert, que dans ces « bois sculptés », se trouve la répétition du geste de Binet qui « s’amusait à tourner des ronds de serviette »29.

  • 30 Selon Yvan Leclerc, « Rosanette […] simple et naturelle [est] adaptée au cadre, n’était sa vulgarit (...)

19Le temps d’un seul brouillon, Flaubert hésite sur la manière de souligner l’indifférence de la jeune femme face à l’horizon, plus habituée à un paysage urbain. Il commence par reprendre les éléments concrets de ses notes : « Elle resta une minute sur le plateau d’où l’on découvre des têtes d’arbres au premier plan puis des têtes d’arbres en bas » (brouillon, f° 136, NAF 17607), puis se ravise et préfère une formule plus vague sur la vue panoramique, mais plus rude sur le tempérament de Rosanette : « et, sans donner un coup d’œil au paysage que l’on découvre du plateau, elle entra dans la Caverne-des-Brigands, précédée d’un gamin portant une torche. » (ÉS, p. 481)30

20On ne sait pas si Flaubert visite la Caverne-des-Brigands ; mais le détail de l’enfant éclairant les touristes peut provenir d’un souvenir de voyage : « nos enfants arabes agitent leurs torches. effet d’un dans la salle du fond se tenant debout sur une pierre comme sur une table et levant sa torche en l’air » (visite du sanctuaire du Grand Temple d’Abou Simbel, samedi 6 avril 1850, Carnet de voyage 5, f° 19v°).

  • 31 « À la différence de toutes les autres évocations, ce détail est absent du Carnet 12 : ne s’agirait (...)

21Quittant la Caverne-des-Brigands, Frédéric et Rosanette rejoignent leur voiture qui les attend au Bas-Bréau où « Un peintre en blouse bleue travaillait au pied d’un chêne, avec sa boîte à couleurs sur les genoux. Il leva la tête et les regarda passer. » (ÉS, p. 481). Flaubert voit-il le peintre ? le détail est absent des notes de repérage31, mais l’image figure dans le guide Joanne dont il dispose :

Bas-Bréau

Bas-Bréau

Estampe tirée de Adolphe Joanne, Fontainebleau. Son palais, ses jardins, sa forêt et ses environs. Itinéraire du promeneur. Illustré de 45 gravures sur bois par Lancelot, Grenet, Thérond, Hubert Clerget. Et contenant une carte et un plan, Paris, Librairie de L. Hachette et Cie, 1867, p. 181.

Droits d'utilisation de la fiche : © Projet FLIM, ITEM, CNRS-ENS

  • 32 Adolphe Joanne, op. cit., p. 202.

22L’exploration de Frédéric et de Rosanette est terminée, qui reviennent à Fontainebleau : « Au milieu de la côte de Chailly, un nuage, crevant tout à coup, leur fit rabattre la capote. Presque aussitôt la pluie s’arrêta ; et les pavés des rues brillaient sous le soleil quand ils rentrèrent dans la ville. » (ÉS, p. 481). L’entrée en ville après une pluie qui fait briller la chaussée est une expérience vécue par Flaubert… en février 1851, à Naples : « Naples – entré par la porte Capouane – il pleut, les citadines trottinent sur le pavé » (Carnet de voyage 8, f° 13v°). Il est toutefois possible qu’en juillet-août 1868, une averse se mette à tomber. En 1868, avant que ne s’achève le circuit dans la partie ouest de la forêt, plus précisément l’appréciation de certaines de ses particularités remarquables, Flaubert fait un détour par Barbizon « dans le voisinage des gorges d’Apremont et de la futaie du Bas-Bréau, sites aimés des peintres paysagistes […] »32. La curiosité envers ce qui n’est à l’époque qu’un village n’est plus celle de l’écrivain mais de l’artiste attiré par l’endroit qui, depuis 1830, est un terrain apprécié par les peintres paysagistes d’après nature qui viennent y puiser leur inspiration.

23Ce premier après-midi à Fontainebleau de Frédéric et de Rosanette est d’une ressemblance frappante avec l’enquête forestière de l’écrivain. Certes, d’autres sources se superposent et s’ajustent pour alimenter la fiction – lointaines situations similaires, rappel d’autres romans, description de gravure – mais pour l’essentiel, c’est la reconnaissance des lieux par Flaubert qui rythme le déroulement de la fiction, elle en est sa matière nourricière, comme si la séquence romanesque n’était possible qu’au terme de l’expérimentation personnelle du narrateur.

Promenade forestière de Frédéric et de Rosanette les jours suivants

24Le deuxième jour de leur séjour à Fontainebleau, les deux amants explorent la partie sud de la forêt, « Le lendemain, ils allèrent voir la Gorge-au-Loup, la Mare-aux-Fées, le Long-Rocher, la Marlotte ; » (ÉS, p. 481).

  • 33 Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, Larousse, tome 8, p. 570.
  • 34 Adolphe Joanne, op. cit., p. 190.
  • 35 Denecourt, Souvenirs historiques et pittoresques de Fontainebleau, 1853, p. 133.

25En opposition avec le récit détaillé de la première journée, la narration se fait plus sobre et se contente d’une liste des lieux visités ; tout aussi prestigieux pourtant que ceux de la veille, ils auraient pu bénéficier d’un développement circonstancié. La Gorge-au Loup est reconnue par le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle comme l’un des « sites les plus pittoresques de la forêt »33 ; Adolphe Joanne estime que « La Gorge aux Loups située vers la limite S. de la forêt, et l’un de ses sites les plus pittoresques, est, à cette extrémité, comme le Bas-Bréau à une autre, un canton de prédilection des peintres, dont la colonie habite dans le voisinage le village de Marlotte. »34 ; Denecourt admet qu’« En vérité, si la Gorge-aux-Loups n’était pas le site le plus attrayant et le plus délicieux parmi les plus ravissants de la forêt, j’aurais renoncé à en faire le but d’une exploration à pied ; mais ce jardin de fées avec ses nombreux et suaves paysages qui se déroulent comme par enchantement dans les deux kilomètres de mon fil d’Ariane conservés par là, est quelque chose de trop précieux pour en laisser la jouissance seulement à messieurs les peintres qui habitent Marlotte, et à quelques personnes qui s’y rendent en voiture. [...] »35

  • 36 Voir quelques représentations de La Mare aux fées à cette adresse : http://eman-archives.org/FLIM/i (...)

26La Mare-aux-Fées est depuis plusieurs années généreusement illustrée par photographes, peintres, dessinateurs, aquarellistes36 :

Mare aux fées à Fontainebleau

Mare aux fées à Fontainebleau

Charles MARVILLE (1813-1879), épreuve sur papier albuminé, 1854, 21,7 x 34,2 cm

Photo (C) RMN-Grand Palais (musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

27Le Long-Rocher est célèbre pour son plateau étiré sur 4 km où Denecourt a tracé un sentier offrant de beaux points de vue. Quant au village de Marlotte, il possède à cette époque la même réputation que Barbizon pour accueillir les artistes. Bref, ces sites sont également reconnus pour leurs qualités séduisantes.

28Mais à aucun moment sur les scénarios et les brouillons de L’Éducation sentimentale, l’écrivain n’exploite les ressources emblématiques de ces lieux, ne détaille leurs éléments naturels, ne déploie leurs valeurs potentielles comme il le fait pour la partie ouest de la forêt, il ne les traite que sur le mode énumératif : « Mare aux Fées Long Rocher » (scénario, f° 124, NAF 17607) ; « Mare aux Fées Vente Héron Long Rocher Croix du gd Maître C. Montmorin – C. de Guise r. de Moret » (scénario de reprise, f° 22v°, NAF 17607) ; « Le second jour, Le lendemain ils vont par le route de Nemours. Croix St Herem – ventes à la Reine grotte gorge aux Loups, à la Mare aux Fées – ventes Heron Long Rocher Croix du gd Maître. Croix Montmorin – Puis par la Croix de Guise – route de Moret dejeuner à la Marlotte » (scénario de reprise, f° 102v°, NAF 17607). Pourquoi Flaubert ne développe-t-il pas aussi longuement les richesses singulières de ces secteurs ?

29L’explication ne peut pas être attribuée à un repérage plus vague et plus approximatif accompli dans cette zone sud de la forêt de Fontainebleau, car les notes montrent un homme toujours aussi à l’affût des éléments naturels, bien qu’il flâne moins que sur les chemins de la partie ouest, et bien qu’il y remarque moins les êtres vivants que la végétation et la topographie. Il constate la prédominance du pin sylvestre : « Croix de Guise / = petits pins […] Croix du Gd Maitre / puis, rien que / des petits pins […] Le bas de / La gorge au Loup / le bas des – rien que / des pins » ; il note la densité arboricole : « La petite haie / = Futaie insignifiante. […] Rocher des Princes / – α à notre gauche / = petite futaie […] Mare aux Fées / gde flaque d’eau / couverte de lentisques / Au milieu d’une / mince futaie » ; il s’extasie sur la qualité du sable : « (dans les tranchées, le / sable coupé est si fin / α si dense qu’il ressemble / presqu’à du pain) » (Notes de lectures 12, ff° 31v°, 31, 30v°, 29v°, 29, 28v°, 28).

  • 37 Madame Bovary, op. cit., p. 227 et suivantes.

30Il est plus vraisemblable de considérer la différence de traitement dans le récit sous l’aspect d’une évolution de perspective narrative. Le premier jour, les deux Parisiens s’intéressent aux paysages, écoutent les explications du guide, prennent part activement à la visite. Le deuxième jour, ils sont déjà moins appliqués, moins attentifs, leur attention s’émousse, la nature continue de proposer ses attraits mais ne satisfait plus leur curiosité ; ils sont dans la forêt de Fontainebleau, ils auraient pu être dans un autre lieu naturel. Il se passe comme une diminution de leur concentration, dégradation exprimée dès le premier scénario : « Et ils repartaient le lendemain d’abord ils s’informaient des noms de ce qu’ils voyaient. – puis ça leur fut égal. se laissent conduire au hazard. » (scénario, f° 124, NAF 17607). Le troisième jour, le voyage du couple se transforme en une activité superficielle, en un tourisme de dilettante : « le surlendemain, ils recommencèrent au hasard, comme leur cocher voulait, sans demander où ils étaient, et souvent même négligeant les sites fameux. Ils se trouvaient si bien dans leur vieux landau, bas comme un sofa et couvert d’une toile à raies déteintes ! Les fossés pleins de broussailles filaient sous leurs yeux, avec un mouvement doux et continu. […] » (ÉS, p. 481). Le désengagement de leur attention crée une scène double, en favorisant d’une part une atmosphère d’intimité propice aux confidences de l’un et de l’autre, et en autorisant d’autre part le déroulement en toile de fond des séductions de la nature. Dans Madame Bovary, pour la scène des comices agricoles37, Flaubert juxtapose de la même façon les deux discours : la déclaration d’amour de Rodolphe à Emma imbriquée dans la déclaration officielle du notable.

  • 38 Les bourrées sont des fagots de petites branches. Adolphe Joanne, op. cit., p. 134 : « On permet au (...)
  • 39 En 1875, Flaubert se souvient de cette expérience vécue en 1868 pour composer le passage où Julien (...)

31N’allons pas imaginer cependant que les moindres détails du milieu environnemental où se promènent les deux amants ne sont que des effets ornementaux, ils sont notés consciencieusement par Flaubert au moment du repérage, certains hautement représentatifs des traditions historiques de la forêt, d’autres issus de la chose vécue. Le passage couleur locale « une bande de femmes en haillons, traînant sur leur dos de longues bourrées.38 […] seulement, on entendait le souffle du cheval dans les brancards, avec un cri d’oiseau très faible, répété. […] tâches d’or sur les couches de feuilles mortes » (ÉS, p. 482) est une reprise stricte des notes « feuilles de chêne sèches par terre / le soleil y fait comme / des taches d’or sur / un tapis brun […] silence – deux femmes / passent, portant des / bourrées sur leur dos – / – un petit cri d’oiseau / très faible. le cheval / souffle – » (Notes de lectures 12, f° 39). La majesté des arbres « se touchant par le bout, formaient avec leurs longs fûts comme des arcs de triomphe » (ÉS, p. 482) est une reproduction à peine corrigée de son appréciation sur la route forestière du Gros Fouteau39 « La futaie de hêtres / est très hte – on dirait / de colonnes dont les / feuillages sont les / chapiteaux / evases » (Notes de lectures 12, f° 35v° et 35) :

Route forestière du Gros Fouteau

Route forestière du Gros Fouteau

Sylvie Giraud, juin 2015

Collection privée

32Les reptiles qui font peur à Rosanette « quand un homme, se présentant tout à coup, lui montra dans une boîte trois vipères. » (ÉS, p. 485) existent bel et bien en 1868 « hommes = à vipères avec / une boite à grilles » (Notes de lectures 12, f° 38v°) et aujourd’hui aussi.

33Les exemples de reprise des notes sur place pourraient se multiplier, tant sur la faune (écureuil, vipères), la végétation (bruyères, genèvriers, houx), les arbres (hêtres, frênes, charmes, bouleaux, pins, chênes), la topographie (chemins, carrefours, croix, poteaux), la géologie (colline en sable, mares, rochers en forme d’animaux), etc. Toute la richesse naturelle caractéristique de la forêt de Fontainebleau, espace vivant, repérée et relevée par Flaubert est parsemée ici ou là, glissée au milieu des confidences du couple.

  • 40 Adolphe Joanne, op. cit., p. 208. L’édition de 1903 est encore plus explicite : « À 2 km de Samois, (...)

34Il n’est pas jusqu’au restaurant où mangent Frédéric et Rosanette que Flaubert n’expérimente pas : « ils dînèrent dans une auberge, au bord de la Seine. » (ÉS, p. 485). Cet établissement se situe à Samois-sur-Seine, au 8 quai des Plâtreries ; la maison n’est plus un restaurant, elle porte le nom « La Pêcherie », elle était inhabitée en 2015, couverte d’ampélopsis, volets fermés. Au XIXe siècle, la berge s’appelle « Port à L’anguille », et l’établissement « À la Bonne Matelote », qui construit sa réputation sur cette spécialité culinaire, au point d'être répertorié dans le guide Joanne : « On peut aussi suivre le bord de la Seine à gauche et aller dîner aux Plâtreries (quinze minutes), localité renommée pour ses matelottes. »40 :

8 quai des Plâtreries, Samois-sur-Seine, 77441

8 quai des Plâtreries, Samois-sur-Seine, 77441

Sylvie Giraud, juin 2015

Collection privée

Restaurant des Plâtreries. Samois-sur-Seine

Restaurant des Plâtreries. Samois-sur-Seine

Carte postale

Droits : http://www.communes.com/​ile-de-france/​seine-et-marne/​samois-sur-seine_77920/​cartes-postales-anciennes,3.html

35Certes, les différentes facettes de la nature ne sont pas introduites brutalement au milieu du discours intime des deux amants. Cadre idyllique de la forêt de Fontainebleau et contexte romantique de 1848 obligent, les éléments réels sont souvent abandonnés aux techniques d’écriture du courant romantique, où abondent le discours hyperbolique « Au milieu du jour, le soleil, tombant d’aplomb sur les larges verdures, les éclaboussait, suspendait des gouttes argentines à la pointe des branches, rayait le gazon de traînées d’émeraudes » (ÉS, p. 482), les images conventionnelles « sous les arbres, une biche marchait, tranquillement, d’un air noble et doux, avec son faon côte à côte. Rosanette aurait voulu courir après, pour l’embrasser. » (ÉS, p. 485), les clichés plastiques « Debout, l’un près de l’autre, sur quelque éminence du terrain, ils sentaient, tout en humant le vent, leur entrer dans l’âme comme l’orgueil d’une vie plus libre, avec une surabondance de forces, une joie sans cause. » (ÉS, p. 484), ainsi que les éléments mystérieux et fantastiques « Les sables, frappés par le soleil, éblouissaient ; – et tout à coup, dans cette vibration de la lumière, les bêtes parurent remuer. Ils s’en retournèrent vite, fuyant le vertige, presque effrayés. » (ÉS, p. 484).

36On le constate, le récit de la promenade en forêt de Fontainebleau de L’Éducation sentimentale ne s’interdit aucun des ingrédients du genre romantique. Le rapport au temps – conscience de sa durée, de sa fuite – n’est pas en reste, traité qu’il est selon les critères adéquats. Suivons bien le déroulement temporel de l’escapade à Fontainebleau :
- vendredi 23 juin 1848, arrivée à Fontainebleau et nuit d’hôtel (ÉS, p. 475)
- samedi 24 juin 1848, visite du château le matin (ÉS, p. 476), et promenade en forêt l’après-midi (ÉS, p. 479)
- dimanche 25 juin 1868, suite de la promenade en forêt « Le lendemain, ils allèrent voir la Gorge-au-Loup [...] » (ÉS, p. 481)
- lundi 26 juin 1868, suite de la promenade en forêt « le surlendemain, ils recommencèrent au hasard [...] » (ÉS, p. 481)
- un autre jour, « Ils arrivèrent un jour à mi-hauteur d’une colline [...] » (ÉS, p. 484)
- un autre « Un jour, elle s’oublia à dire son âge [...] » (ÉS, p. 487)
- un autre « Elle en conta plus long, un jour qu’ils étaient assis sous un platane [...] » (ÉS, p. 487)
- un autre « Enfin, un jour, elle avoua qu’elle souhaitait [...] » (ÉS, p. 491).

37Si le décompte des jours s’établit facilement avec les mots « lendemain » et « surlendemain », l’utilisation répété du nom commun « jour », sans aucune modification lexicale, laisse planer l’incertitude, du point de vue objectif de la temporalité de l’histoire, s’entend ; on ne sait donc pas exactement quelle est la durée de l’éloignement de Paris. Sur le plan, écrit très certainement avant le repérage sur place en juillet-août 1868, Flaubert escompte une escapade de « huit jours » : « il emmène la Mle à Fontainebleau. Pour la première fois de sa vie F a une femme à lui. Ils se promènent seuls dans la forêt. Elle lui raconte toute sa vie – pauvreté de son enfance. le pucelage. souper où elle s’endort sur des gravures obcènes détails hideux dits assis sur la mousse, avec le ciel bleu sur leur tête. ni l’un ni l’autre ne disent absolument la vérité. En huit jours fr épuise la lune de miel. impossibilité de se faire comprendre. Pas moyen de connaître le passé. » (f° 117, NAF 17607). L’avant-texte signale donc l’intention de jouer avec la durée, de la suspendre, de l’arrêter, de la retenir à volonté pour les besoins d’une évasion romantique. Certes pour une grande proximité avec la nature, il faut du temps, dans son sens réel, physique, mesuré, qui existe en soi ; quelques heures ne suffisent pas pour multiplier les états de rêverie devant les paysages, l’épanchement des sentiments des deux amants. Et le but est atteint : la flânerie à Fontainebleau donne une impression d’étirement des journées, d’extention du vécu, de prolongation du séjour, argumenté parfaitement par la redite du mot « jour ». Au sens exact, c’est une expérience du temps subjectif.

  • 41 La « Proclamation de Cavaignac » est un Billet manuscrit émanant du Pouvoir exécutif : « République (...)

38Car à l’épreuve des faits historiques, la promenade s’accomplit sur peu de jours. En effet, culpabilisant d’avoir laissé ses amis en plein combat, Frédéric décide de revenir à Paris. Les seuls repères temporels dans le texte de L’Éducation sentimentale sont les heures dispersées dans le récit sans autre indication : « et ils arrivèrent devant l’hôtel du Commerce, à Melun, vers cinq heures. » (ÉS, p. 493), « Le jour se levait. » (ÉS, p. 496), « Vers trois heures » (ÉS, p. 497), « neuf heures du matin » (ÉS, p. 497), « Enfin, à dix heures » (ÉS, p. 499). En revanche, des événements dûment datés sont énoncés : « les morts de Bréa et de Négrier » (ÉS, p. 496) ont lieu le dimanche 25 juin 1848, « la proclamation de Cavaignac »41 (ÉS, p. 498) est affichée le lundi matin 26 juin 1848 :

Billet manuscrit émanant du Pouvoir exécutif

Billet manuscrit émanant du Pouvoir exécutif

Eugène Cavaignac, encre sur papier, 26 x 21 cm, 26 juin 1848

BnF. Utilisation non commerciale libre et gratuite

  • 42 Une preuve supplémentaire sur la durée de l’escapade en forêt de Fontainebleau est apportée par cet (...)

39Frédéric revient donc à Paris dès le dimanche soir 25 juin 1848, déambule au milieu des derniers soubresauts de la révolution toute la nuit du dimanche au lundi 26 juin 1848 pour rejoindre Dussardier qui habite rue Bellefond, Paris 9e (ÉS, p. 494-499). La fuite romanesque ne dure que le temps du samedi 24 et du dimanche 25 juin 184842. À partir du deuxième jour à Fontainebleau, il y a comme une bascule de l’effet narratif. Presque réaliste le premier jour, dans la mesure où la fiction n’est pas une construction purement imaginaire mais la reproduction approchée d’un savoir fondé, le récit s’engage ensuite dans la voie du lyrisme romantique, thèmes à l’appui – fuite dans le rêve éveillé, exaltation des sentiments, excès d’enthousiasme – et techniques narratives usuelles – vocabulaire pittoresque, figures de style hyperboliques. La séquence forestière bellifontaine dans son ensemble peut être lue comme une déclinaison de possibles promenades agréables – effectuée 1868 par l’écrivain et encore réalisable – qui n’est cependant pas à l’abri d’une dérive en escapade pittoresque ; si toutes deux se rejoignent dans l’évasion, la seconde s’éloigne de la première par ses surabondances de sentimentalité.

Conception, observation, rédaction

40Un épisode littéraire comme la promenade en forêt de Fontainebleau de L’Éducation sentimentale, totalement fictif mais qui au préalable fait l’objet d’une investigation sur place avec prise de notes, repose nécessairement sur une méthode structurelle élaborée.

  • 43 Lettre à Joris-Karl Huysmans, [Croisset, 7 ? mars 1879] (Correspondance, t. V, p. 568).

41Après un premier niveau de conception lors de la construction du plan proposant une sorte de résumé condensé de la séquence – « il emmène la Mle à Fontainebleau […] » (f° 117, NAF 17607) –, vient la deuxième étape, celle de l’observation sur place. De sa confrontation avec la matéralité locale, Flaubert retire tous les bienfaits d’une observation éprouvée, tant du côté des connaissances concrètes qu’elle implique – riche information sur le milieu environnemental : topographie, végétation, type de sol, activités humaine et animale, etc. – que du côté de la compréhension subjective qu’elle entraîne. Pour l’écrivain, la meilleure façon de construire une fiction autour de la forêt de Fontainebleau est d’entrer en contact avec elle, de s’imprégner de sa réalité, d’en ressentir le réel ; c’est un stade préliminaire nécessaire à l’écriture de l’épisode, à son épaisseur, à son équilibre. Dès lors, on peut soupçonner le promeneur / romancier d’user, au moment du repérage topographique de 1868, de deux types d’approche concomitants, de penser tout à la fois réalité et fiction. L’intérêt et l’attention du badaud sont certains, mais simultanément l’écrivain règle sa pensée sur le schéma de sa création littéraire ; son approche ne peut qu’être engagée dans le souci du contexte fictif de L’Éducation sentimentale, puisque le roman déjà bien avancé dans son histoire est la cause de son enquête. Aussi y a-t-il sans doute sur place un phénomène de sélection, une préférence plus ou moins consciente du détail contextualisable dans la fiction de 1848, car peu d’éléments notés restent inexploités ; dix ans plus tard, Flaubert théorise le processus : « L’art n’est pas la réalité. Quoiqu’on fasse, on est obligé de choisir dans les éléments qu’elle fournit. Cela seul, en dépit de l’École [l’École naturaliste], est de l’idéal, d’où il resulte qu’il faut bien choisir. »43 Enfin, troisième étape, celle de la rédaction qui recueille bien sûr les fruits de la reconnaissance des lieux ; mais pas seulement, qui repose aussi chez lui sur la fusion de plusieurs autres registres de la connaissance. Séparés dans l’espace et le temps – vieux souvenirs de voyages, images empruntées aux guides touristiques, réminiscences de créations personnelles –, de nombreux pôles de savoir convergent, les uns informant les autres, et s’assemblent pour constituer une narration réussie.

  • 44 Lettre à Armand Barbès, Croisset, 8 octobre 1867 (Correspondance, t. III, p. 692).

42La voie que Flaubert choisit – passer par la matérialité de la réalité pour la transmettre à ses personnages – n’est pas la plus rapide, il pourrait se contenter d’imaginer décor et contexte ; mais il a besoin de traverser le ressenti pittoresque, de le vivre et d’en revenir pour en témoigner, quitte à dépasser l’évidence de l’objet expérimenté, à l’exagérer pour atteindre à la racine du romanesque. C’est dire le rapport profond qu’il établit entre réalisme et romantisme, et affirmer que derrière le procédé romantique se cache une sérieuse et solide pratique de la réalité : « Bien que mon sujet soit purement d’analyse, je touche quelquefois aux événements de l’époque. Mes premiers plans sont inventés et mes fonds réels »44.

Haut de page

Bibliographie

Gustave Flaubert, L'Éducation sentimentale, édition présentée et annotée par Pierre-Marc de Biasi, « Le Livre de Poche », « Classique », Paris, 2002.

Gustave Flaubert, L'Éducation sentimentale, volume manuscrit relatif à l’ensemble des brouillons de la troisième partie, chapitre I, Bibliothèque nationale de France, cote NAF 17607 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000156d.r=NAF%2017607?rk=21459;2

Gustave Flaubert, Notes de lectures 12, calepin de notes d’enquête prises en 1868 pour la préparation de la troisième partie, chapitre I de L'Éducation sentimentale conservé à la Bibliothèque Historique de la ville de Paris : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10536987w/f1.image.r=flaubert%20carnet%20de%20travail%2012

Gustave Flaubert, Trois contes, introduction et notes par Pierre-Marc de Biasi, « Le Livre de Poche », « Classique », Paris, 1999.

Gustave Flaubert, Madame Bovary, préface, notes et dossier par Jacques Neefs, « Le Livre de Poche », « Classique », Paris, 1999.

Gustave Flaubert, Correspondance, édition présentée, établie et annotée par Jean Bruneau, Gallimard, « Bibliothèque de La Pléiade », Paris, t. I, 1973 ; t. III, 1991 ; t. IV, 1998 ; t. V, 2007.

Carnets de travail, édition critique et génétique établie par Pierre-Marc de Biasi, Balland, Paris, 1988.

Adolphe Joanne, Fontainebleau. Son palais, ses jardins, sa forêt et ses environs. Itinéraire du promeneur. Illustré de 45 gravures sur bois par Lancelot, Granet, Thérond, Hubert Clerget. Et contenant une carte et un plan, Librairie de L. Hachette et Cie, Paris, 1867.

Denecourt, Guide du voyageur et de l'artiste à Fontainebleau, itinéraire du palais et de la forêt avec les promenades les plus pittoresques, Paris, 1851.

Denecourt, Le palais et la forêt de Fontainebleau, guide historique et descriptif, suivi d'un aperçu d'histoire naturelle de la forêt, 1856 :
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6528967q/f1.planchecontact.r=denecourt%20fontainebleau.langFR

Denecourt, Indicateur historique et descriptif de Fontainebleau. Itinéraire de la forêt et des environs, première édition 1839.

FLIM - Flaubert et le pouvoir des images (http://eman-archives.org/FLIM/).

Yvan Leclerc Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, « Presses Universitaires de France », « Études littéraires », 1997.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Grand dictionnaire illustré du XIXe siècle, Larousse, tome 1, p. 850, article Atelier : « Mais c’est surtout en 1848, après la révolution de Février, que fut faite l’application la plus large des ateliers publics, et celle qui est demeurée la plus fameuse. [...] le 26 février, pendant que tout Paris était encore hérissé de barricades, le gouvernement provisoire décréta l’établissement immédiat d’ateliers nationaux, et ordonna la reprise de tous les travaux publics en cours d’exécution. [...] le nombre de travailleurs était, au 31 mars, de vingt-huit-mille trois cent cinquante, organisés en quelque sorte militairement, sous la direction de lieutenants et de brigadiers nommés par eux, et qui relevaient de l’administration centrale. [...] réparation des chemins de ronde et rues non pavées de Paris, terrassements sur les rampes d’Iéna, la pelouse des Champs-Élysées, l’abattoir de Montmartre, extraction de cailloux à Clichy et Gennevilliers, création du chemin de halage de Neuilly [...] Tout le monde était d’avis qu’il fallait dissoudre ces ateliers, mais prudemment, méthodiquement, [...] tous les hommes sensés voyaient clairement le danger d’une suppression soudaine [...] M. de Falloux conclut à leur dissolution immédiate, et les travailleurs désespérés répondirent par les terribles journées de juin. »

2 L’Éducation sentimentale, édition présentée et annotée par Pierre-Marc de Biasi, « Le Livre de Poche », « Classique », Paris, 2002, p. 474. Les références au texte de L’Éducation sentimentale sont notées (ÉS, p. x).

3 Éric Le Calvez a déjà analysé la mise en texte de la promenade de Frédéric et de Rosanette en forêt de Fontainebleau dans La Production du descriptif. Exogenèse et endogenèse de "L’Éducation sentimentale", Rodopi, Amsterdam - New York, NY 2002, p. 146-175.

4 Voir le carnet 13 dans Carnets de travail, édition critique et génétique établie par Pierre-Marc de Biasi, Balland, Paris, 1988, p. 321.

5 « Le 15 septembre 1840, vers six heures du matin, la Ville-de-Montereau, près de partir, fumait à gros tourbillons devant le quai Saint-Bernard. » (ÉS, p. 41). Au XIXe siècle, la Compagnie Générale des bateaux à vapeur exploitait la ligne Montereau-Paris et assurait le transport sur la Marne et la Haute Seine ; les bateaux partaient de Montereau les jours pairs et de Paris les jours impairs. Flaubert quitte Paris le mardi 16 août 1864, prend l’omnibus jusqu’à Melun, où il arrive à 9h. du soir, loge à l’hôtel du Commerce. Le lendemain matin, mercredi 17 août 1864, en voiture avec cocher, il longe le bord de la Seine jusqu’à Montereau. Arrivé à 2h., il découvre un collège, la cathédrale, puis passe la nuit à Sens à l’hôtel de l’Écu de France. Dans une lettre à Jules Duplan, il envisage être de retour à Paris le samedi 20 août 1864. On ne sait quel est le moyen de transport pour le voyage retour. La seule information que l’on possède vient d’une lettre à Caroline écrite à Nogent-sur-Seine le vendredi 26 août 1864 : « Mon voyage s’est très bien passé, si ce n’est que j’ai attendu, six heures, à Montereau. » L’attente signifie que Flaubert utilise un moyen de transport régulier, mais lequel ? fluvial ou routier ? D’autre part, l’expression « six heures » correspond-elle à un temps d’attente ou à une heure de départ ? Les départs de Montereau en direction de Paris par voie d’eau s’effectuaient à 7h. 30 (6h. dans L’Éducation sentimentale, p. 41), 10h. 12h. et 14h.

6 Flaubert visite une fabrique de porcelaine le 2 février 1866 (voir le carnet 13 dans Carnets de travail, op. cit., ff° 11v°, 12, 12v°, 13, 13v° et 14, p. 332) pour construire l’épisode qui se déroule dans la fabrique de faïence d’Arnoux (ÉS, p. 301).

7 « Nous avons visité le château de Fontainebleau, nous avons vu la cour où se firent les adieux célèbres et la table où Le Grand homme signa l’acte d’abdication. » Lettre à Ernest Chevalier, Rouen, 3 septembre 1833 (Correspondance, Gallimard, « Bibliothèque de La Pléiade », édition présentée, établie et annotée par Jean Bruneau, t. I, Paris, 1973, p. 10) ; « Si l’impératrice est à Fontainebleau et qu’il soit impossible de voir Fontainebleau, car Melle Liline veut voir Fontainebleau, ce qui amènera à mon retour un retard de deux jours, quoi qu’il en soit compte sur le mardi soir. » Lettre à Louis Bouilhet, Vichy, vendredi 26 juin 1863 (Correspondance, t. III, p. 335).

8 Claude-François Denecourt (1788-1875), ancien combattant de l’armée napoléonienne, fut le premier qui eut l’idée de faire connaître au public la forêt de Fontainebleau dont il était devenu un admirateur ; il y consacra tout son temps et son argent. À partir de 1832, il répertoria les sites remarquables, les points de vues admirables, les grottes originales, les cavernes étonnantes, les arbres exceptionnels, les rochers surprenants ; il se mit à tracer des sentiers et à les repérer par des marques bleues, à aménager des grottes, à baptiser des arbres, etc. Puis à partir de 1839, il commença à publier un guide de promenades en forêt de Fontainebleau, proposant de nombreux parcours pittoresques autant par des excursions à pied que par des explorations en voiture. Les publications furent régulières, incluant itinéraires et cartes, sous le titre Indicateur historique et descriptif de Fontainebleau. Itinéraire du palais, de la forêt et des environs (http://gallicalabs.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1331035/f3.image.r=Le%20Palais%20et%20la%20forêt%20de%20Fontainebleau%20Denecourt).

9 « Ils sortent de Fontainebleau par la route barrière de Paris vaste rond point (Joanne 166) », (troisième scénario, f° 88v°, NAF 17607). Le volume manuscrit relatif à l’ensemble des brouillons de la troisième partie, chapitre I de L’Éducation sentimentale est conservé au sein de la Bibliothèque nationale de France sous la cote NAF 17607. La référence entre parenthèses « (Joanne 166) » concerne le guide utilisé par Flaubert : Adolphe Joanne, Fontainebleau. Son palais, ses jardins, sa forêt et ses environs. Itinéraire du promeneur. Illustré de 45 gravures sur bois par Lancelot, Granet, Thérond, Hubert Clerget. Et contenant une carte et un plan, Librairie de L. Hachette et Cie, Paris, 1867.

10 « Quant à ton vieux géant, il a commencé aujourd’hui le Ier chapitre de la 3e partie. » Lettre à Jules Duplan, Paris, 14 mars 1868 (Correspondance, t. III, p. 734).

11 En 1868, Flaubert s’accorde trois semaines de congès : « Comme je m’étais interrompu pendant trois semaines, j’ai eu un mal abominable pour me remettre en train. » Lettre à George Sand, Croisset, mercredi 9 septembre 1868 (Correspondance, t. III, p. 798).

12 Flaubert va deux fois à Fontainebleau, la première fois lundi 13 et / ou mardi 14 juillet 1868 : « À mon retour de Fontainebleau, je trouve votre lettre qui m’est envoyée de Croisset [...] » Lettre à Melle Leroyer de Chantepie, Paris, mercredi 15 juillet 1868 (Correspondance, t. III, p. 777). La seconde fois vendredi 7 et / ou samedi 8 août 1868 : « Vendredi dernier, j’ai été à Fontainebleau, et grâce à Octave Feuillet, j’ai pu voir une partie du palais. » Lettre à la princesse Mathilde, Dieppe, 10 août 1868 (Correspondance, t. III, p. 787).

13 La Révolution française de 1789 endommagea gravement le château de Fontainebleau, demeure des souverains français depuis François Ier. Napoléon Ier le fit revivre peu à peu, mais les premiers grands travaux de restauration furent entrepris par Louis-Philippe sous la monarchie de Juillet.

14 Lors de sa reconnaissance de la forêt de Fontainebleau, Flaubert consigne ses observations dans un calepin de voyage. Voir le manuscrit original Notes de lectures, 12 f° 39v° à f° 27v° (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10536987w/f1.image.r=flaubert%20carnet%20de%20travail%2012) et sa transcription dans Carnet de travail n° 12, ibid., pp. 419-427.

15 « Loueurs de voitures, de chevaux et d’ânes. Naigeon, sellier-carrossier, rue de France, 33, en face de l’hôtel de la Sirène ; établissement des mieux assortis en voitures de promenades de toutes sortes : Calèches, breacks, victorias, paniers, chars à bancs, bons chevaux de selle ; possédant un manège d’équitation ; attelage de poste à 4 chevaux ; cochers choisis connaissant parfaitement la forêt. [...] » Adolphe Joanne, op. cit., p. 28. D’après les notes du carnet (« mon cocher » f° 32v°, et « le cheval souffle » f° 39), Flaubert recourt à la location d’une voiture conduite par un seul cheval.

16 Pour l’anecdote : en 1868, le premier arrêt du conducteur qui emmène Flaubert se situe à « l’endroit où a été tuée Mme Mertens ». À l’époque, l’affaire – l’assassinat de Sidonie Mertens en forêt de Fontainebleau le 8 mai 1867 – fait grand bruit et a un retentissement important dans la presse au point que l’endroit supposé du crime devient rapidement un lieu de souvenir avec arrêt touristique.

17 « Je prépare maintenant la fin de mon chapitre. J’arrange le château et la forêt de Fontainebleau ! Quel travail ! » Lettre à Caroline, Croisset, vendredi 21 août 1868 (Correspondance, t. III, p. 791) ; « Je viens de faire une description de la forêt de Fontainebleau, qui m’a donné envie de me pendre à un de ses arbres. » Lettre à George Sand, Croisset, mercredi 9 septembre 1868 (Correspondance, t. III, p. 798).

18 Le landau était une voiture à quatre roues, attelée généralement à deux chevaux, dont la capote pouvait se rabattre totalement et dont la faible hauteur de la caisse permettait un accès facile.

19 « Projets divers de promenades combinées, en voiture. […] 2° Franchard – Gorges d’Apremont. (5 à 6 heures.) Butte aux Aires ; – Tillaie ; – futaie de la vente des Charmes (bouquet du Prince Impérial) ; – Franchard (la voiture s’arrête au restaurant et on va visiter à pied les gorges) ; – Gorges d’Apremont (descendre de voiture, si l’on veut monter à la caverne des Brigands, ou au chêne Captif ; – belle futaie du Bas-Bréau (bouquet de l’Empereur) ;  – revenir par le pavé de Chailly et la grande route de Paris. » Adolphe Joanne, op. cit., p. 202.

20 La promenade de Flaubert dans la forêt de la Tillaie depuis le Carrefour du Grand Duc, D409, la zone sud où poussent les chênes, propose un milieu environnemental différent de celle effectuée par Frédéric et Rosanette, la partie nord où prolifèrent les pins. En 1868, l’écrivain note scrupuleusement sur son carnet de route les détails du système naturel où il circule « sable chênes minces herbe » qu’il reprend ensuite sur le premier brouillon : « La route le chemin est très sablonneuse. et si ils la montèrent au pas et puis montèrent au pas une route sablonneuse – entre de petits chênes minces » et les suivants (f° 90v°, f° 121v°, f° 132v°, f° 135v°, f° 133, NAF 17607). Mais bien plus loin dans la composition, se rendant compte qu’il commet une erreur d’espèce forestière – Frédéric et Rosanette entrent dans la forêt par le nord où poussent des pins – , il remplace l’expression « petits chênes minces » par « un bois de petits pins ». Du point de vue de la génétique textuelle, cette action de substitution est intéressante pour au moins deux raisons. D’une part, elle pose la question du moment de la correction : dans cet épisode de L’Éducation sentimentale, le changement de « petits chênes minces » par « un bois de petits pins » est pratiqué très tardivement : entre le dernier brouillon connu (f° 133, NAF 17607, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000156d/f272.item) et le manuscrit définitif (BHVP Rés. M 98, f° 373 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b105370062/f757.item.r=l’éducation%20sentimentale). D’autre part, le délai extrême de la correction révèle que jusqu’au dernier moment, Flaubert vérifie ses sources d’information.

21 Carrefour du Bouquet du Roi : « carrefour de cinq à six routes, d’où s’élance l’arbre le plus haut et le plus droit de la forêt. C’était jadis l’arbre à Pinguet [...] Sous la restauration, on lui donna le nom de Bouquet du Roi, qu’il porte encore aujourd’hui sous la république. Du pied du Bouquet de Roi, dirigez-vous à droite par la route qui s’en éloigne le moins et qui, après un circuit d’une centaine de pas, vous conduira en traversant un autre chemin, au pied du Pharamond, chêne moins droit, moins élégant, mais plus colossal et sept à huit fois séculaire [...] À peine aurez-vous contourné ce doyen des vieux hôtes de nos bois, que vous allez vous trouver entre deux autres géants, non moins imposants par leur masse, mais encore pleins de vie et d’avenir. On les a appelle tantôt les Deux-Frères, tantôt les Deux-Jumeaux. » Guide du voyageur et de l’artiste à Fontainebleau, itinéraire du palais et de la forêt avec les promenades les plus pittoresques, Denecourt, 1851, p. 8.

22 Adolphe Joanne, op. cit., p. 166.

23 La transcription des notes de lectures est linéaire, le changement de ligne est noté « / », l’orthographe de Flaubert est respectée.

24 Le télégraphe de Noisy appartenait au réseau des télégraphes aériens Chappe installés sur l’ensemble du territoire français à partir de la fin du XVIIIe siècle ; en 1844, 534 tours quadrillaient la France, mais dès 1855 le télégraphe électrique allait le reléguer au rang des antiquités. Il reste du télégraphe de Noisy la base de la tour qui se situe dans la forêt des Trois Pignons.

25 Lettre à Émile Zola, Croisset, 3 juin [1874] (Correspondance, t. IV, p. 806).

26 Adolphe Joanne, op. cit., p. 173.

27 Les précisions vestimentaires concernant Rosanette, « robe blanche » et « bottines de coutil, à bout vernis », sont biffées au fil des réécritures, et ne figurent pas dans le texte définitif de L’Éducation sentimentale.

28 Adolphe Joanne, op. cit., p. 178.

29 Madame Bovary, préface, notes et dossier par Jacques Neefs, « Le Livre de Poche », « Classique », Paris, 1999, p. 153. À propos d’effet d’écho dans le corpus flaubertien, il faut mentionner également l’allusion « aux ermites, compagnons des grands cerfs portant une croix de feu entre leurs cornes » qui renvoie aux légendes de saint Hubert et de saint Eustache que Flaubert connaît pour avoir lu La Légende dorée de Jacques de Voragine et dont il s’inspire en 1875-1876 quand il écrit La Légende de saint Julien l’Hospitalier (voir ÉS, p. 480, note 1).

30 Selon Yvan Leclerc, « Rosanette […] simple et naturelle [est] adaptée au cadre, n’était sa vulgarité. » Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, « Presses Universitaires de France », « Études littéraires », 1997, p. 72.

31 « À la différence de toutes les autres évocations, ce détail est absent du Carnet 12 : ne s’agirait-il pas, précisément, d’une mise en abyme de l’auteur peignant sur le motif la nature et ses personnages ? » Pierre-Marc de Biasi, (ÉS, p. 481, note 1).

32 Adolphe Joanne, op. cit., p. 202.

33 Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, Larousse, tome 8, p. 570.

34 Adolphe Joanne, op. cit., p. 190.

35 Denecourt, Souvenirs historiques et pittoresques de Fontainebleau, 1853, p. 133.

36 Voir quelques représentations de La Mare aux fées à cette adresse : http://eman-archives.org/FLIM/items/show/6771. Un document joint à cet article, « Fontainebleau - Annexe » propose le texte de la troisième partie, chapitre I de L’Éducation sentimentale où une centaine d’occurrences ouvrent, par lien hypertextuel, sur l’iconographie du programme de recherche franco-allemand, « Flaubert et le pouvoir des images ». FLIM a pour enjeu nouveau d'explorer les relations de Flaubert et de ses écrits à l'image – prise dans toute son ampleur sémantique : image visuelle, image mentale, image verbale –, ainsi que la relation de l'écrivain à l'imagerie du XIXe siècle, aux sources iconographiques de son imaginaire et de son écriture (brouillons, texte définitif), et aux nouvelles techniques de l'image. Le projet est de mettre au jour les composantes d'une théorie et d'une esthétique flaubertiennes de l'image, tout en constituant, corrélativement à cette réflexion épistémologique, une iconothèque numérique « Flaubert ».

37 Madame Bovary, op. cit., p. 227 et suivantes.

38 Les bourrées sont des fagots de petites branches. Adolphe Joanne, op. cit., p. 134 : « On permet aux habitants peu aisés de Fontainebleau et des communes environnantes, pendant neuf mois de l’année, d’aller ramasser dans la forêt le menu bois mort. »

39 En 1875, Flaubert se souvient de cette expérience vécue en 1868 pour composer le passage où Julien se trouve confronté au grand cerf : « Puis il s’avança dans une avenue de grands arbres, formant avec leurs cimes comme un arc de triomphe, à l’entrée d’une forêt. » Trois contes, introduction et notes par Pierre-Marc de Biasi, « Le Livre de Poche », « Classique », Paris, 1999, La Légende de saint Julien l’Hospitalier, p. 103.

40 Adolphe Joanne, op. cit., p. 208. L’édition de 1903 est encore plus explicite : « À 2 km de Samois, 1,5 km du Petit-Pont, sur la route de Fontainebleau et au bord de la Seine, aux Plâtreries ou Port-à-l’Anguille, on trouve de belles villas et des maisons meublées (clientèle de canotiers ; assez cher) et un cabaret-auberge (ch. meublées), À la bonne matelote, dont les matelotes jouissent d’une grande réputation (bon, mais cher). »

41 La « Proclamation de Cavaignac » est un Billet manuscrit émanant du Pouvoir exécutif : « République Française. Liberté, Égalité, Fraternité. Paris, 26 juin 1848. 1 heure 40 minutes. Le faubourg Saint Antoine, dernier point de la résistance, est pris ; les insurgés sont réduits ; la lutte est terminée. L’ordre a triomphé de l’anarchie. Signé E. Cavaignac. Chef du pouvoir exécutif. Pour ampliation. Le secrétaire général p. I. du pouvoir exécutif J. Hetzel ».

42 Une preuve supplémentaire sur la durée de l’escapade en forêt de Fontainebleau est apportée par cette lettre : « Voici ma situation : Frédéric est à Fontainebleau avec Rosanette. Il apprend la blessure de Dussardier (c’est le 25 juin) et il part pour Paris, avec Rosanette qui n’a pas voulu le lâcher. Mais en route la peur la reprend et elle reste. Il arrive seul à Paris, où, par suite des barricades de Saint-Antoine, il est obligé de faire un long détour avant de pouvoir atteindre le logis de Dussardier, qui demeure dans le haut du faubourg Poissonnière. […] Mon héros vagabonde dans les rues pendant la dernière nuit du 25 au 26 (c’est le 26 que tout a été fini). » Lettre à Jules Duplan, Croisset, 2 septembre 1868 (Correspondance, t. III, p. 794).

43 Lettre à Joris-Karl Huysmans, [Croisset, 7 ? mars 1879] (Correspondance, t. V, p. 568).

44 Lettre à Armand Barbès, Croisset, 8 octobre 1867 (Correspondance, t. III, p. 692).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Flaubert, Notes de lectures 12, f° 39v°
Légende Source : Ville de Paris / Bibliothèque historique, BHVP, Rés. Ms 72
Crédits Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/2843/img-1.png
Fichier image/png, 133k
Titre Forêt de Fontainebleau – Les Frères Siamois
Légende Carte postale
Crédits Photo (C) RMN-Grand Palais (Château de Fontainebleau) / Gérard Blot
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/2843/img-2.png
Fichier image/png, 136k
Titre Fontainebleau. Pharamond
Légende Photographie
Crédits Photo (C) musée du quai Branly - Jacques Chirac, Dist RMN-Grand Palais
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/2843/img-3.png
Fichier image/png, 2,6M
Titre Bas-Bréau
Légende Estampe tirée de Adolphe Joanne, Fontainebleau. Son palais, ses jardins, sa forêt et ses environs. Itinéraire du promeneur. Illustré de 45 gravures sur bois par Lancelot, Grenet, Thérond, Hubert Clerget. Et contenant une carte et un plan, Paris, Librairie de L. Hachette et Cie, 1867, p. 181.
Crédits Droits d'utilisation de la fiche : © Projet FLIM, ITEM, CNRS-ENS
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/2843/img-4.png
Fichier image/png, 582k
Titre Mare aux fées à Fontainebleau
Légende Charles MARVILLE (1813-1879), épreuve sur papier albuminé, 1854, 21,7 x 34,2 cm
Crédits Photo (C) RMN-Grand Palais (musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/2843/img-5.png
Fichier image/png, 724k
Titre Route forestière du Gros Fouteau
Légende Sylvie Giraud, juin 2015
Crédits Collection privée
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/2843/img-6.png
Fichier image/png, 292k
Titre 8 quai des Plâtreries, Samois-sur-Seine, 77441
Légende Sylvie Giraud, juin 2015
Crédits Collection privée
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/2843/img-7.png
Fichier image/png, 208k
Titre Restaurant des Plâtreries. Samois-sur-Seine
Légende Carte postale
Crédits Droits : http://www.communes.com/​ile-de-france/​seine-et-marne/​samois-sur-seine_77920/​cartes-postales-anciennes,3.html
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/2843/img-8.png
Fichier image/png, 323k
Titre Billet manuscrit émanant du Pouvoir exécutif
Légende Eugène Cavaignac, encre sur papier, 26 x 21 cm, 26 juin 1848
Crédits BnF. Utilisation non commerciale libre et gratuite
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/2843/img-9.png
Fichier image/png, 253k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Giraud, « L’Éducation sentimentale, Frédéric et Rosanette en forêt de Fontainebleau », Flaubert [En ligne], 19 | 2018, mis en ligne le 16 mars 2018, consulté le 27 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/flaubert/2843

Haut de page

Auteur

Sylvie Giraud

ITEM / CNRS

Articles du même auteur

Haut de page