Navigation – Plan du site
Histoire et mémoire

L’Éducation sentimentale, roman des masses

Sylvie Triaire

Résumé

En partant d’une analyse du lexique désignant le peuple, qui révèle une égalisation des termes et un refus d’investir axiologiquement tel terme plus qu’un autre (notamment celui de « peuple »), l’article s’attache à montrer la poétique des masses à l’œuvre dans ce roman de la césure historique de 48, poétique qui accompagne une réflexion politique sur les masses, montrées en Février 48, dérobées puis liquidées en Juin 48, afin de laisser place à la société de masse (reposant sur la production, la consommation de masse, la voie / voix plébiscitaire).

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

mots clés
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Georges Lukacs, Le Roman historique, Payot, Paris, 1965, p. 21.

Ce furent la Révolution française, les guerres révolutionnaires, l’ascension et la chute de Napoléon qui firent pour la première fois de l’histoire une expérience vécue des masses, et même à l’échelle de l’Europe1.

  • 2 Voir aussi Edgar Quinet, qui, dans son Avertissement au pays, daté du 25 décembre 1840, mettait en (...)
  • 3 Lukacs mentionne Condorcet, mais surtout Hegel, comme penseurs de la nécessité de la Révolution fra (...)
  • 4 Michel Crouzet, « L’Éducation sentimentale et le genre historique », Histoire et langage dans "L’Éd (...)

1On aura reconnu les propos de Lukacs, au début de son étude sur le roman historique. Entre la Révolution et 1848, se construirait et se fixerait la conscience d’une communauté politique – ce peuple que Michelet dans Le peuple (1846) cherche à définir pour le faire se tenir, cohésif2 et assuré de son être – et d’un destin démocratique (la liberté comme devenir de l’homme chez Hegel)3, conscience que le roman historique idéal a su configurer et promouvoir. Scott et Balzac incarnent cet idéal générique, ce dernier donnant à lire avec Les Chouans le processus dialectique de l’histoire : le conflit des forces en présence (Chouans et républicains) se trouve dépassé (par delà les échecs provisoires des forces républicaines) par l’affirmation des valeurs progressistes qui sont celles qui font l’histoire. Par ailleurs, la dialectique profite d’une poétique simple et efficace : les forces historiques en présence sont représentées, sont incarnées, dans des personnages qui sont des types, fixés en stables référents axiologiques. Ainsi du commandant Hulot, ou des officiers républicains chez Balzac. « Les masses anonymes sont figurées par des représentants typiques »4, selon le modèle du « typique » social ou historique inventé par Scott.

2Puis vient 1848. Et Lukacs de faire allusion au « hibou de Minerve » de Hegel, qui prend son vol au crépuscule, aux sentiments de fin du monde de Balzac, avant d’affirmer :

  • 5 C’est-à-dire la dernière grande période intellectuelle et artistique de l’humanisme bourgeois.
  • 6 François Guizot fait partie de ces penseurs qui, avant Marx, avaient théorisé la lutte des classes. (...)
  • 7 Georges Lukacs, Le Roman historique, op. cit., p. 29-30.

C’est la Révolution de Quarante-Huit qui, pour la première fois, a placé les survivants de cette époque5 devant l’alternative d’avoir à reconnaître la perspective offerte par la nouvelle période de l’évolution humaine et de l’approuver, même avec une tragique division intérieure, comme Heine, ou s’abaisser au rang d’apologistes du capitalisme en déclin, ainsi que Marx l’a démontré immédiatement après la Révolution de Quarante-Huit d’une manière critique à propos de personnages aussi importants que Guizot6 et Carlyle7.

  • 8 Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, édition de Pierre-Marc de Biasi, Le Livre de Poche, 200 (...)

3Guizot, justement, avait écrit en 1821, dans Des moyens de gouvernement et d’opposition dans l’état actuel de la France : « Traiter avec les masses c’est le grand ressort du pouvoir ». Ce n’est toutefois pas ce qu’il fit, puisque Louis-Philippe le révoqua le 23 février, et que c’est sous les fenêtres de son ministère, où un groupe de manifestants le conspuait, qu’eut lieu la fusillade du boulevard des Capucines : sous les fenêtres de Guizot la troupe tire dans la masse ; L’Éducation sentimentale ne le montre pas, le mentionne simplement, p. 421-4228, avant de rappeler que la fusillade « avait changé les dispositions du peuple » (p. 424).

  • 9 Dans le même chapitre, III,1.
  • 10 Chapitre « Servitudes du riche et du bourgeois » (I, 7) : « Savez-vous le danger de s’isoler, de s’ (...)
  • 11 Mais Salammbô aussi, à sa manière.

4C’est donc ainsi que vient 1848 – Février, puis Juin9, où le prolétariat devient pour la première fois une masse armée se levant contre la bourgeoisie ; et celle-ci va, pour la première fois, lutter les armes à la main pour la perpétuation de sa domination économique. Elle avait déjà commencé à lutter, par la méfiance et la protection de ses biens (voir là encore Le peuple de Michelet, qui montre le bourgeois apeuré barricadé à côté de son coffre-fort)10, ou encore par les idées libérales (le saint-simonisme, évidemment, qui professait l’amour en œuvrant au capitalisme) ; mais désormais elle doit démonter des barricades – ce qu’elle va faire sans états d’âme. L’écrivain ne peut plus alors (ou ne peut que difficilement) continuer à se faire le relais du dépassement progressiste des conflits politiques et sociaux. L’histoire, privée de sa perspective téléologique et de sens, n’est plus qu’un chaos à ordonner à son gré, dans une réalité nouvelle : celle de deux nations, dont la lutte d’ailleurs se répétera entre mars et mai 1871, avec la guerre civile et fratricide de la Commune de Paris. Le roman historique, dégradé, deviendra un refuge – celui de Salammbô, Thébaïde moderne selon Flaubert lui-même, et dont Lukacs considère que ce récit n’a rien à nous dire – ; deviendra également représentation de l’évanouissement (ou de la problématisation) du sens de l’Histoire – L’Éducation sentimentale11 en est le prototype, pour l’histoire contemporaine.

  • 12 Roland Barthes, Le Degré zéro de l’écriture, suivi de Nouveaux essais critiques, Seuil, « Points », (...)

5Dans Le degré zéro de l’écriture, Barthes reprend à son compte cette césure de 1848, et en interroge les effets sur la littérature : la naissance du capitalisme moderne, la ruine définitive des illusions du libéralisme (avec la « sécession (consommée par les journées de juin 48) de la société française en trois classes ennemies ») « jettent la bourgeoisie dans une situation historique nouvelle. Jusqu’alors c’était l’idéologie bourgeoise qui donnait elle-même la mesure de l’universel, le remplissant sans contestation ; l’écrivain bourgeois, seul juge du malheur des autres hommes, n’ayant en face de lui aucun autrui pour le regarder, n’était pas déchiré entre sa condition sociale et sa vocation intellectuelle. Dorénavant […] l’écrivain devient la proie d’une ambiguïté, puisque sa conscience ne recouvre plus exactement sa condition. »12 Sans doute pourrait-on dire que, dans cette approche, la césure de 48 est aussi la césure du « sentimentalisme » politique, fondé et bercé par l’idéal de fraternité universelle ; les masses ont changé de nature, sont devenues dangereuses, partant méprisables. La violence avec laquelle les Communards seront évoqués chez la plupart des écrivains contemporains, dont Flaubert, mais aussi George Sand ou Zola, et Gautier, permet de mesurer, à la lumière de cette réactivation des vieilles rancœurs, la gravité de la fracture.

  • 13 Idem, p. 47-48.

6Flaubert investit une quinzaine d’années plus tard (entre 1862 et 1869) ce moment particulier, qui liquide la révolution et l’humanisme historique bourgeois qui l’a accompagnée et y a connu son acmé. Flaubert, auteur bourgeois, renté, né trop tard pour avoir partagé cette conception d’un historicisme progressif humaniste (trop tard aussi pour avoir éprouvé les affaissements et les afflictions de l’enfant du siècle), se trouve en revanche contemporain du monde d’après – tristement capitaliste, tristement veuf de ses croyances passées ; Barthes en conclut que les circonstances historiques – défection de la pensée bourgeoise à la saisie de l’universel et déchirement de l’écrivain bourgeois – expliquent le retrait des écrivains (Gautier, Flaubert) dans le travail de l’écriture et sa dimension de justification : si « l’état bourgeois est un mal incurable qui poisse à l’écrivain […] le rachat général des écrivains »13 sera dans l’artisanat du style. Il ne s’agit toutefois pas d’art pour l’art, d’un art coupé du monde – car Salammbô dit bien quelque chose de contemporain aux lecteurs de 1863, et qui consonne avec ce que dit L’Éducation sentimentale, à propos de la barbarie, chose du monde la mieux partagée ; il ne s’agit pas non plus d’encenser le capitalisme, ni d’approuver quoi que ce soit. Mais de placer au cœur d’un roman la césure de 1848 – dans la perspective d’une littérature conçue comme exposante et non probante : c’est-à-dire une littérature qui n’a ni à approuver ni à incriminer, formellement. Suggérer, inciter, inviter, c’est autre chose…

7L’expression des « masses » – utilisée chez Lukacs – me paraît intéressante à plusieurs titres, que je vais exposer partiellement et brièvement ici. L’Éducation sentimentale raconte la faillite de la conception libérale de ces masses originées dans la Révolution (le dictionnaire témoigne de l’usage du terme dans le champ politique à partir de 1789) ; en régime libéral, le terme le plus souvent investi, et le plus riche dans l’imaginaire politique, est « peuple ». Dans le roman de Flaubert, « peuple » est présent, mais pas dominant ; surtout, il n’entre en concurrence que de manière passive avec des mots comme « foule », « masse », « multitude », « populace » : par concurrence passive, j’entends une simple cohabitation d’occurrences, sans critères discriminants marquants.

8Que Flaubert, en bon « post Quarante-huitard » ne fasse pas sienne la Valeur-Peuple, rien d’étonnant, d’autant qu’il n’a jamais cru aux psalmodies fraternitaires. Ce qui est singulier est qu’il n’est pas davantage porté sur la plèbe ni sur d’autres termes péjoratifs. Les mots pour le dire sont variés, et convoqués comme à égalité – j’en donnerai un exemple bientôt. Finalement, les scènes historiques et politiques laissent le souvenir (et peut-être l’impression presque physique) de masses. Le roman semble prendre acte de la faillite de « peuple », – et du peuple – et donc prendre la mesure de la mutation conceptuelle, philosophique et politique, et donc également verbale, qui se joue autour de 1848. De la même manière, le récit donne acte de la masse niée, enfermée, indifférenciée et déshumanisée, que les Vainqueurs de Juin tiennent à disposition de leur jouissance. Ce n’est plus le peuple, mais un au-delà de la communauté d’hommes, masse informe et brisée par ses bourreaux : il fallait que ce ne soit pas du peuple que Flaubert parle ici, mais de l’homme. J’y reviendrai.

9En somme, je voudrais regarder de quelle manière Flaubert peint les masses – masses de Février, puis de Juin – et comment il représente, au-delà de leur écrasement en Juin, le monde d’après. Je m’attacherai d’abord aux masses politiques et à leur liquidation, avant de considérer rapidement la massification en régime capitaliste qui opère après Juin 48.

Masses politiques (ou : adieux au « peuple »)

Composer les masses

Les mots pour le dire

10Le florilège de citations que donne le Larousse du XIXe siècle atteste de l’importance de la notion de masses, avant que le XXe siècle ne s’en empare et ne les spécialise dans le contexte des fascismes et des totalitarismes : les masses deviendront alors de puissants instruments des pouvoirs en place, soulevées non pour elles-mêmes mais pour le plus grand profit de la puissance des pouvoirs en place. Le Larousse XIXe témoigne aussi bien de la méfiance à l’encontre des masses, ou de la confiance que certains leur font, que de la nécessité de les prendre en compte et de composer avec elles : « Traiter avec les masses c’est le grand ressort du pouvoir », selon Guizot déjà cité ; « La force des masses indisciplinées est dans leur impétuosité : qui les ralentit les perd », selon Lamartine dans Histoire des Girondins (1846) ; « Le despotisme muselle les masses et affranchit les individus dans une certaine mesure ; l’anarchie déchaîne les masses et asservit les indépendances individuelles », d’après Chateaubriand dans les Mémoires d’outre-tombe ; « L’emportement des masses est toujours proportionné à l’ignorance où elles sont plongées », selon Alphonse Peyrat dans Histoire et religion, 1858 – qui ajoutait (ce que le dictionnaire Larousse ne donne pas) : « et cette ignorance elle-même est proportionnée à l’incurie, aux abus, à l’immoralité des gouvernements ». Dans la langue et dans la pensée des années 1870, mais de fait dans les esprits depuis le début du siècle, les masses apparaissent comme une force avec laquelle le pouvoir doit compter. L’histoire désormais (cf. Lukacs) est celle des masses, c’est-à-dire de tous – ce qui pose le problème de leur éducation. Ces masses sont en outre liées à la révolution-mère, comme en attestent la mention de leur impétuosité au moment de la guerre révolutionnaire chez Lamartine, ou l’analyse de la révolution par Alphonse Peyrat.

11Préalablement à ces exemples, le Larousse définit la masse comme « public, commun des hommes, ensemble ou grande majorité des citoyens » – définition relativement plastique, que les citations illustratives tendent à infléchir du côté du politique – disons du côté du « peuple », pour faire vite. Dans notre dictionnaire Cnrtl, « masse » est désormais explicitement donné comme synonyme de « peuple » (voir notamment cet exemple, tiré du Journal de Maine de Biran : « Cependant la masse est tranquille et se refuse aux révolutions ») ; mais est aussi assimilé à « foule » – l’exemple donné est tiré de… L’Éducation sentimentale : « […] des gens disparaissaient dans cette masse grouillante qui montait toujours, comme un fleuve refoulé par une marée d'équinoxe, avec un long mugissement, sous une impulsion irrésistible ». Le cas est intéressant : il s’agit de la prise des Tuileries (si l’on peut parler de prise), or ce passage est précisément placé dans le roman sous le signe du peuple : « C’était le peuple » (p. 429).

12En somme, il semble que les frontières sémantiques soient poreuses entre masse, peuple, et foule, et que les masses puissent recouvrir diverses formes d’un ensemble de personnes.

  • 14 On voit ainsi Pellerin « esquisser la position des masses », quand il commence le portrait de Rosan (...)
  • 15 Ainsi l’épisode de Fontainebleau peut apparaître comme une « masse » narrative, en raison de la man (...)

13Masses désigne aussi (avant même les sens que je viens de mentionner) une grande quantité, matérielle ou abstraite (des connaissances, des objets) ; le terme est également utilisé dans le domaine de la peinture (masse d’ombre, masses de lumières, masses bien groupées, agréables ; grandes masses – opposées aux détails). L’on peut à ce propos suggérer des prolongements de l’étude des masses du côté de Pellerin, avec ses méthodes picturales (poser des masses sur la toile), ses hésitations (masses unifiées, tranchées, floutées ?), ses réalisations (des taches, masses colorées en somme) et son devenir14 (photographie, production en masse). Et des prolongements de la peinture vers le roman, Flaubert mettant en œuvre dans le récit une technique des grandes masses15 (que le Larousse du XIXe siècle définit comme des « groupement[s] de parties produisant un ensemble, uniformisé par son ton ») : épisode de Fontainebleau, quête de Regimbart au retour de Frédéric à Paris (II, 1), bal masqué chez Rosanette…– séquences massives, qui bifurquent, encombrent, obstruent le récit – interférences parfois abruptes car peu liées, motivées, finalisées, et qui apparaissent, à un niveau supérieur d’unités du récit, comme le prolongement des pratiques de décausalisation et de parataxe.

  • 16 Les formes prises par les masses sont diverses dans le roman. Masses picturales dans la description (...)

14Finalement je vais considérer la ou les « masse[s] » comme une clef lexicale, sémantique, et poétique pour L’Éducation sentimentale. D’autant que le terme apparaît plusieurs fois dans le roman16 : Sénécal considère l’art comme un vecteur de la « moralisation des masses » (p. 110). Delmar affirme « avoir sur les masses une influence énorme » (p. 448). Deslauriers tonne contre « l’insuffisance des masses » (p. 552), et Sénécal « ne considérait que les masses et se montrait impitoyable pour les individus » (p. 306). Concrètement, il y a en Février Frédéric, « pris entre deux masses profondes » (p. 426) ; la « masse grouillante » et la « sombre masse du peuple » aux Tuileries (p. 429,431), puis les attroupements de juin qui font « une seule masse d’un bleu sombre, presque noir » (p. 474). La présence lexicale n’est évidemment pas mon seul critère déterminant, puisque joue aussi le rapport des termes utilisés par Flaubert pour dire émeutes et insurrections, et plus largement une poétique générale dans le roman appliquée au traitement des masses / quantités, par rapport à ce qui se passe dans d’autres œuvres (récits, mémoires, historiographies).

Les mots des autres, à rebours

15Bien évidemment, depuis la Révolution, une littérature et un lexique se sont constitués, qui disent l’épopée révolutionnaire, projettent ses suites, ou rendent compte des changements sociaux – urbanisation, exode rural, industrialisation, prolétarisation…

  • 17 Il faudrait un long développement autour de ces foules baudelairiennes, qui ne peut trouver place i (...)

16Si les foules baudelairiennes17, foules urbaines de la modernité, sont avant tout un milieu poétique à partir duquel s’élabore la fantasmagorie, tout autre est chez Hugo la foule, qu’il définit par opposition au peuple ; je renvoie ici au Hugo de L’Année terrible – c’est-à-dire au Hugo de 1872, assez peu de temps après L’Éducation, donc – et au poème-prologue du recueil, « Les 7 500 000 oui », qui stigmatise le plébiscite du 8 mai 1870, ultime plébiscite avant l’effondrement du régime en septembre. En voici quelques fragments :

  • 18 Victor Hugo, L’Année terrible, « Les 7 500 000 oui », Poésie Gallimard, 1985, p. 25-27.

« Ah ! le peuple est en haut, mais la foule est en bas » ; « La cohue inepte, insensée et féroce », « l’élément aveugle et confus », « le nombre », « la tourbe », « la populace », voilà la foule ; le peuple lui « meurt, combattant magnifique, pour le progrès ; […] il prend la Bastille, il déplace Toute l’ombre en marchant » ; « Voici le peuple avec son épouse, l’idée ; Voici la populace avec son accordée, La guillotine. Eh bien, je choisis l’idéal. »18.

17Hugo a fait le choix d’investir le Peuple (comme Michelet), de l’investir d’une forme de sacralité, de solennité, dont il fait l’essence du peuple. Cela dit, « le peuple » n’existe pas, comme le rappelle Jacques Rancière :

  • 19 Jacques Rancière, « L’introuvable populisme », Qu’est-ce qu’un peuple ? La Fabrique éditions, 2013, (...)

Qu’il existe une entité appelée peuple qui est la source du pouvoir et l’interlocuteur prioritaire du discours politique, c’est ce qu’affirment nos constitutions et c’est la conviction que les orateurs républicains et socialistes d’antan développaient sans arrière-pensée. Mais « le peuple » n’existe pas. Ce qui existe, ce sont des figures diverses, voire antagoniques du peuple, des figures construites en privilégiant certains modes de rassemblement, certains traits distinctifs, certaines capacités ou incapacités : peuple ethnique défini par la communauté de la terre ou du sang ; peuple-troupeau veillé par de bons pasteurs ; peuple démocratique mettant en œuvre la compétence de ceux qui n’ont aucune compétence particulière ; peuple ignorant que les oligarques tiennent à distance ; etc.19

  • 20 Michel Crouzet, Romantisme, n° 9, « Le peuple », 1975, « Pour commencer et pour finir » (avant-prop (...)

18Le peuple est une construction, en particulier au XIXe siècle, où ont tourné à plein les mythes romantiques – « Le peuple, ce sont les simples, les proches du vrai, les souffrants promis à la rédemption, l’en bas renversé en haut », comme l’écrivait Michel Crouzet20. Quand Hugo choisit, Flaubert s’y refuse, l’opération d’attribution et d’élaboration durable de valeur sur tel terme lui étant étrangère. Le moment à partir duquel L’Éducation sentimentale prend directement en charge l’action (insurrectionnelle) du « peuple » est la troisième partie, avec l’entrée du peuple aux Tuileries, à partir de la double focalisation sur Frédéric et Hussonnet. Mais justement, peut-on dire « peuple », dès lors qu’une fois posé dans la phrase présentative « c’était le peuple », le mot se trouve immédiatement noyé… dans la masse ! Entrent ainsi en concurrence, dans la longue scène des p. 429-432 : peuple, masse grouillante, foule inoffensive, peuple souverain, le peuple (brisa, lacéra), la canaille (s’affubla ironiquement de dentelles et de cachemires), la sombre masse du peuple entre les dorures, le peuple, les vainqueurs déguenillés. Et encore des chenapans, la populace (maîtresse des caves), les voyous, enfin le peuple, dégoûtant (pour Hussonnet), sublime (pour Frédéric). Et, ultime tour de l’évocation, des hommes (qui voulaient achever de détruire tout) et des gardes nationaux qui les retiennent – parmi lesquels Arnoux.

19Ce que l’on remarque immédiatement, c’est l’absence de hiérarchisation de la valeur entre les termes choisis, et ce malgré le potentiel sémantique des termes : ainsi, peuple, indexé positivement chez Hugo, et plus généralement depuis 1789, désignant une masse qui s’est constituée autour d’une volonté commune et d’un projet (politique) commun, peut aussi bien dans notre extrait désigner le peuple souverain – sublime, quoique pas forcément – que la masse qui « brisa, lacéra les glaces et les rideaux, les lustres… » etc. Si la « populace » godaille dans les caves (cohérence avec le sémantisme de populace), ce sont des « hommes », terme très neutre, qui voulaient aller « achever de détruire tout ». Quant à la « canaille », on s’attendrait à autre chose qu’à ses petits jeux de parade en dentelles et cachemire ! La « sombre masse du peuple entre les dorures » qu’on « apercevait dans l’enfilade des appartements » (p. 431) prend des aspects bien plus picturaux que menaçants, d’apparaître en contraste avec les dorures – même si l’on peut avoir envie de faire signifier (mais jusqu’à un certain point seulement) sombre et doré d’un point de vue social, en songeant aux effets que Hugo tire de ce contraste, dans L’Homme qui rit, quand Gwynplaine avertit les lords des mouvements dans l’obscur et de la montée des pauvres vers la lumière.

20Le travelling que constitue cette longue séquence descriptive conduit Flaubert à ne pas procéder à des regroupements – tous les comportements sublimes versus tous les comportements transgressifs – qui permettraient à la scène de se ranger sous deux notions distinctes, peuple versus populace. Le choix du travelling offre l’infinie variété du spectacle, sans que la narration ne procède à quelque mise en ordre que ce soit, groupement des actes, progression (dégradation), et mise en congruence de cet ordre descriptif avec un vocabulaire ad hoc.

  • 21 Anne Herschberg-Pierrot, « Le travail des stéréotypes dans les brouillons de la « prise des Tuileri (...)

21L’effet produit est celui d’une égalisation des comportements, d’une réversibilité des termes – (à l’image de celui de peuple, dégoûtant ou sublime) –, manière de montrer que les idées sont reçues parce que les mots le sont aussi. Revisitant le motif du peuple aux Tuileries (à l’arrière-plan se tient la scène primitive du sac des Tuileries en août 1792, voir Michelet, et Dumas dans La Comtesse de Charny), Flaubert joue avec les attendus génériques (la montée des marches, la Marseillaise, le trône) et avec les matériaux lexicaux et symboliques – je renvoie aux analyses bien connues de Anne Herschberg-Pierrot21.

Massivité

  • 22 L’image de la « masse grouillante qui montait toujours, comme un fleuve refoulé par une marée d’équ (...)

22Je voudrais pour ma part souligner un autre aspect du passage : le peuple, ici, c’est toujours une masse ; c’est-à-dire de manière très concrète un volume qu’il faut faire entrer dans un contenant. Le contenant escalier crée un encombrement (dimensions de l’escalier, poussées liées à la montée, qui ralentissent le flux)22, ce qui fait que l’énoncé du mouvement ascensionnel, donné ici comme a priori symbolique de l’assaut et de l’émancipation (« impulsion irrésistible », masse qui « montait toujours »), trouve sa fin très vite, dans la mention « En haut, elle se répandit, et le chant tomba » : quand le contenant s’élargit, la masse se desserre, fait moins masse – adieu, du coup, le symbolisme. La Marseillaise, déjà en phase de dégradation avec ce « long mugissement » qui fait écho au « mugir nos féroces soldats » du chant révolutionnaire, s’éteint en clapotement des voix d’un peuple devenu foule inoffensive – comme au musée ? Mais voilà qu’à nouveau le contenant varie, recondensant la masse : « de temps en temps, un coude trop à l’étroit enfonçait une vitre ; ou bien un vase, une statuette déroulait d’une console, par terre. Les boiseries pressées craquaient. Tous les visages étaient rouges… » (p. 429).

  • 23 Gustave Flaubert, Trois contes, Flammarion, G-F, 1986, p. 108.
  • 24 Michel Crouzet, « L’Éducation sentimentale et le genre historique », op. cit., p. 105.

23On trouve ici une forme de présentation que l’on pourrait dire hyper-réaliste, à l’image de la fin de La légende de saint Julien : « et celui dont les bras le serraient toujours, grandissait, grandissait, touchant de sa tête et de ses pieds les deux murs de la cabane. Le toit s'envola, le firmament se déployait »23 – c’est ainsi que la prose rend compte de l’assomption en gloire de Jésus, avec Julien… Dans la cabane de l’ermite comme dans le palais parisien, il s’agit de faire l’épreuve matériellement de situations exceptionnelles, qu’elles soient transcendantes ou mythiques. Flaubert ne considère pas un peuple abstrait (ou une Idée), qui serait la somme en marche de désirs de liberté, de souveraineté, mais un ensemble d’êtres assemblés, amassés – expérimentant l’entassement et conduits malgré eux à briser des objets dans l’espace. Michel Crouzet avait bien noté ce fait, que « pour toutes les scènes de manifestation Flaubert ne présente que des impressions de nombre et de masse, suivies d’indications d’effritement, d’éparpillement. »24

24La Grande Scène, historique, politique – l’équivalent du Grand Sujet en peinture – est minutieusement déconstruite par Flaubert, qui brouille le lexique et mine les symboles, lesquels sont moins l’objet de partage qu’ils devraient être que celui d’une fétichisation individuelle. Une remarque à ce propos sur le prolétaire en magot hilare et stupide, assis sur le trône et premier d’une série d’imitateurs : le magot est, outre la statuette orientale représentant un vieil homme, un singe ; on mesure alors la faillite du symbole du « peuple souverain » : il s’agit de singer l’autorité royale au lieu de s’en émanciper, et de la singer deux fois (la première fois en farce, la seconde en emballement mécanique). Ce faisant, le trône fétichisé n’est pas trône pour tous, mais pour chacun – trône en série, il ne peut que redevenir « fauteuil », pour tous, dès lors qu’ils n’y sont plus assis.

  • 25 Sur les foules ameutées, voir Elias Canetti, Masse et puissance, Paris, Gallimard, « Tel », 1966 [1 (...)

25Il n’y a pas non plus véritablement la Grande Scène du Saccage des Tuileries. Flaubert ne refuse pas au « peuple » la grandeur de la prise des Tuileries parce qu’il veut en exacerber la violence – ce serait cohérent, mais ce n’est pas ainsi que fonctionne le passage. Certes, la masse brise, lacère, et la liste est longue des dégradations commises. Mais c’est, dit le texte, « moins par vengeance que pour affirmer sa possession ». La masse saccage comme on ferait le vide, et parce que c’est amusant. Mais la masse n’ignore pas l’ironie, c’est-à-dire la distance avec ses actes, qui la soustrait à la violence aveugle supposée des foules ameutées25 : « la canaille s’affubla ironiquement de dentelles etc. ». Des forgerons en chapeaux à plumes d’autruche voisinent avec des prostituées ceinturées de rubans de Légion d’Honneur : Flaubert accote le symbole (Légion d’honneur) avec le détail cocasse, dans un ensemble qui relève à la fois de l’esprit bon enfant et de la confusion généralisée où tout s’égalise, une fois de plus. Ce qui caractérise le peuple aux Tuileries, c’est la masse comme somme de désirs singuliers, sans que ne se constitue un « être-peuple » et la convergence de désirs partagés.

26« Chacun satisfaisait son caprice » (p. 430), le récit présentant des groupes assez peu différenciés (les uns, les autres, des forgerons, des blouses), les caprices relevant tous de la prise de possession de ce qui était interdit. Mais à côté de ces comportements sociaux (et transgressifs) Flaubert élabore quelques figures sur lesquelles je m’arrêterai un moment.

Anonymes

27Il s’agit d’un aspect supplémentaire de la représentation des masses dans le roman, celui des figures d’anonymes : non pas fondues dans un groupe social (le forgeron, la blouse – comme « l’ouvrier », « le paysan », « le fonctionnaire » dans Le Peuple de Michelet), mais distinctes au contraires, isolées, se détachant sur le fond des scènes. Tranchant.

28Il y a trois de ces figures ici, présentées séparément, chacune dans une proposition indépendante, et dont les désirs en ce lieu investi par le peuple sont singulièrement simples : une femme lustrant ses bandeaux dans la chambre de la reine, deux amateurs jouant aux cartes derrière un paravent, et un individu qui fumait son brûle-gueule accoudé sur un balcon. Ces trois figures d’anonymes montées en séquence tranchent avec l’agitation et le nombre qui les entourent – constituant une poche de poésie étrange, improbable ou cocasse, une poche de silence au cœur du délire et du tintamarre. La scène, quoique brève, produit un effet d’étrangeté, et semble pour cela même appeler interprétation : là, sous nos yeux, c’est peut-être la posture démocratique par excellence, du peuple partout chez lui – au château comme chez soi, dans une recréation de la quotidienneté d’un prosaïsme dépolitisé (au contraire du magot hilare assis sur le trône). Daniel Stern, pseudonyme de la comtesse Marie d’Agoult, est l’auteur (libéral) d’une Histoire de la révolution de 1848 qui a été une des sources de Flaubert. Voici un bref extrait de son évocation de la scène des Tuileries, qui permet de mieux saisir les choix de Flaubert. Dans le château des Tuileries, « abandonné à la multitude », deux types de comportements, bien distingués :

  • 26 Daniel Stern, Histoire de la révolution de 1848, Paris, Lacroix, Verbroekhoen, 1869, [1850], p. 109 (...)

Pendant que les uns, pour assouvir de sauvages colères, se ruent sur les objets inanimés, brisent les glaces, les lustres, les vases de Sèvres, mettent en pièce les tentures, déchirent, foulent aux pieds, brûlent, au risque d’allumer un effroyable incendie, livres, papiers, lettres et dessins, les autres, en beaucoup plus grand nombre, prennent avec une verve inoffensive le plaisir plus raffiné de la satire en action. Comédiens improvisés, ils imitent, avec une gravité du plus haut comique, les solennités des réceptions officielles. […] D’autres s’installent aux tables de jeu et parient les millions de la liste civile ; on remarque deux individus qui, assis à une table d’échecs, la tête appuyée sur leurs mains, les yeux fixés sur l’échiquier dans l’attitude d’une méditation profonde, donnent, au milieu du plus étourdissant fracas, une muette comédie. Les bons mots, les lazzis volent à travers les coups de feu qui se croisent au hasard.
Les enfants se revêtent de robes de chambre en velours, se font des ceintures avec des franges d’or et des torsades de rideaux, des bonnets phrygiens avec des morceaux de tenture. Les femmes font ruisseler dans leurs cheveux les essences parfumées qu’elles trouvent sur les tables des princesses. Elles fardent leurs joues, couvrent leurs têtes d’aigrettes, de bijoux, de fleurs ; elles se composent avec un certain goût burlesque des parures extravagantes26.

29Daniel Stern présente le peuple aux Tuileries dans la perspective de l’interprétation signifiante de l’histoire ; la séquence construit une part du sens de l’histoire : hommes et femmes sont des satiristes, s’ils imitent, c’est avec une pleine conscience des coutumes royales et de l’étiquette. Ceux qui jouent jouent en révolutionnaires, puisqu’ils parient les millions de la liste civile, c’est-à-dire des subventions allouées à la famille royale. Des isolés s’adonnent aux échecs, activité réfléchie. Les femmes se comportent en femmes, toutes, indifféremment semble-t-il, profitant des parfums et bijoux princiers ; mais elles se comportent surtout collectivement, et non sans une pointe de « burlesque », et avec cette distance que souligne Stern pour distinguer ces visiteurs des saccageurs préalablement mentionnés. Bref, il y a chez Stern une forme d’intelligence politique dans la scène : le peuple ici représenté manifeste une conscience politique qui le pousse à la satire. Autrement dit, c’est une écriture qui organise, une écriture politique, alors que chez Flaubert c’est une écriture poétique.

  • 27 Daniel Arasse, Le Détail. Pour une histoire rapprochée de la peinture, Flammarion, 1992, 2008, p. 1 (...)
  • 28 Que Flaubert ne soit pas un démocrate ne change rien à la dimension démocratique qui est inscrite d (...)
  • 29 Voir à ce propos Goran Blix, « Flaubert, Tocqueville et l’écriture démocratique », Lectures de L’Éd (...)

30Chez Stern, chaque fait fonctionne comme un détail cohérent avec l’ensemble. Daniel Arasse27 faisait valoir deux états du détail, à partir de l’italien qui dispose de deux termes, le particolare et le dittaglio. Le particolare est un élément de précision, qui s’inscrit dans l’économie équilibrée du « tout ensemble ». Le dittaglio fait événement, arrête le regard, trouble l’économie du parcours de ce regard. Chez Stern, les détails sont des particolari, ils prouvent le fait révolutionnaire en cours, en sont des émanations. Chez Flaubert, ces trois figures d’anonymes sont des dittaglii, ils ne prouvent rien – sinon qu’ils sont là, et, comme je le disais, comme chez eux. S’il fallait faire valoir ces figures dans un paradigme, ce ne serait pas dans le paradigme révolutionnaire, mais dans celui de la présence, de ce que je pourrais appeler présence démocratique dans le roman28. Ces figures signalent un état particulier des masses, les masses démocratiques que Tocqueville a analysées dans De la Démocratie en Amérique, et à propos desquelles il pense qu’elles ne peuvent rien donner de beau dans l’art, tant la démocratie impose un arasement des individus qui se traduit en médiocrité de la représentation. C’est pourtant dans la condensation esthétique obtenue par l’apparition de passagères figures banales, qui ouvrent dans le texte comme une énigme en arrêtant le regard, que Flaubert accomplit (par l’absolutisation du style) la conversion de la fatale médiocrité des sujets en régime démocratique (dixit Tocqueville) en une beauté propre à la platitude et l’absence de grandeur héroïque29.

31Finalement, c’est bien la « masse » qui l’emporte sur le « peuple », par l’importance de la matérialité – nombre, indistinction, confusion ; ces masses sont « dépolitiquées », trempées dans l’ironie, ou dans le prosaïsme le plus simple. En outre, elles n’ont pas de héros (masses elles sont et restent ici), ni de hérauts – sans guide ni leader, elles semblent abandonnées à elles-mêmes. Masses sans boussole, prolongées par les effets déboussolés d’un roman parcouru par les velléités, les impuissances, les trahisons, les retournements.

Liquider les masses

Silence…

  • 30 En I, 4, il est question de « l’illustre professeur Samuel Rondelot » – « on le savait pauvre, et u (...)

32Plusieurs fois dans le roman est évoquée la puissance oratoire pour mener les masses : Mme Arnoux admire davantage les orateurs que les écrivains, car « on devait sentir une plus forte jouissance à remuer les foules directement, soi-même » (p. 155) ; Delmar « échauffait la multitude », au Club de l’Intelligence (p. 456). Mais voilà : la puissance de la parole politique n’est jamais donnée à entendre que comme fantasme, idée reçue, ou application grotesque (Club de l’Intelligence, justement). Lors de la manifestation de 1841, ou lors de l’insurrection de février, par deux fois un personnage30 cherche à se faire entendre : en vain. Et si il est question « d’hommes d’une éloquence frénétique » haranguant les foules, c’est au détour d’une phrase, toute la place étant prise immédiatement par l’incroyable capharnaüm des barricade : « les arbres des boulevards, les vespasiennes, les bancs, les grilles, les becs de gaz, tout fut arraché, renversé ; Paris, le matin, était couvert de barricades » (p. 424). C’est ici masse contre parole.

  • 31 Respectivement p. 475, 482, 486, 487.
  • 32 Michel Crouzet encore sur ce point : « Ou bien les grandes scènes politiques seront des scènes de n (...)

33La masse sans parole de Juin « tourbillonnait sur elle-même », lors des attroupements des Clubs du désespoir (p. 474) ; « l’on sentait dans ses profondeurs une force incalculable, et comme l’énergie d’un élément » – pourtant, elle ne dit rien ; s’en tenant à ce chant : « Des lampions ! Des lampions ! » Ici, Flaubert évoque « un grouillement énorme, une seule masse d’un bleu sombre », faite d’hommes aux « prunelles ardentes, [au] teint pâle, [aux] figures amaigries par la faim » (p. 474) : plus encore qu’en février la dimension de masse est présente. Masse à la fois puissante et réduite à l’impuissante – et c’est par un effet de composition que cette impuissance est radicalisée : à savoir par la diversion de Fontainebleau, qui occulte les luttes de juin et impose silence au récit historique pourtant promis (face aux masses du désespoir emplissant les boulevards, M. Dambreuse « prévoyait de grands désastres », p. 475) ; Fontainebleau est une séquence massive qui bifurque le récit vers une idylle déployée dans un silence délicieux traversé par un clapotement de jet d’eau, le souffle d’un cheval, un cri d’oiseau très faible, le grincement de la chaîne du puits, le broutement d’une vache31. Le retour à Paris occulte le silence lumineux, trompeur et artificiel du locus amoenus bellifontain et impose un silence élargi, un silence « qui était profond, absolu – un silence noir »32 (p. 496). C’est un des silences qu’impose l’histoire, celui qui suit la répression ; Fontainebleau a montré l’autre, celui de l’indifférence, ou du déni.

  • 33 Alors que la question est centrale chez Michelet – celle de la voix du peuple, ou de celle qui peut (...)
  • 34 On notera le contraste entre la liesse des bourgeois de Juin, qui « levaient leurs chapeaux, applau (...)

34Flaubert prépare ainsi ses masses pour la liquidation finale ; privées de parole33, privées de visibilité, elles reviennent toutefois sous leur forme la plus lamentable dans la scène de la Terrasse des Tuileries. Au délire fraternitaire du Club de l’intelligence (dont les idées reçues et les éclats rhétoriques heurtés, mêlés, fondus sont le pendant de la masse physique des Tuileries) succèdent les demandes des pauvres – « Des lampions ! », « Du pain ! », les cris de rage des prisonniers, puis l’énorme hurlement qui accompagne le meurtre de l’adolescent. Que suivra plus tard, le 4 décembre 1851, le silence terrifié de la foule de bourgeois sur la place de l’Opéra (relativement modeste au regard des masses de Juin)34. Plus rien ne bouge, plus rien ne parle, les masses sont dispersées, pour longtemps dissoutes.

… et blanc

35Les masses de juin sont moins politisées que souffrantes – misère, faim, brutalité. La Réaction conduit Flaubert sur une autre scène – celle de l’empathie, sensible à partir de la séquence des clubs du désespoir. Dans la scène des p. 500-502, ce sont d’abord les masses de prisonniers, broyés, déshumanisés, vivant entre les morts, les déjections, la folie qui les gagne. C’est ensuite le meurtre emblématique d’un adolescent anonyme, qui résume le meurtre de masse en cours (200 hommes ont été tués ou blessés sous la Terrasse du bord de l’eau en Juin 1848). Pour les officiers de la garde nationale, ce qu’ils ont sous leur garde n’est d’ailleurs qu’un tas : ils « fourraient des coups de baïonnette, au hasard, dans le tas. »

  • 35 Parce qu’il n’y a pas dépassement dialectique du conflit des idées, dans une perspective progressis (...)

36Le second temps de la scène analyse magistralement ce qui fait d’un bon père de famille un bourreau ordinaire – exemplaire de cette « banalité du mal » dont parle Hannah Arendt. Il faut bien, en effet, se débarrasser de ces fauteurs de trouble, de ces affamés hurlant obstinément, absurdement, « du pain ! » ; de ces empêcheurs d’être un bon papa, devant sa soupe quotidienne. Maître pervers, le père Roque « jouissait de leur défaite et de leur abjection ». Son geste – qui consiste à jouir ultimement en restaurant son autorité bafouée d’un coup de fusil en pleine face de sa victime – est celui du liquidateur des masses. De ce point de vue, Roque occupe ici, pour un instant seulement et de manière singulière35, la position de héros « traditionnel » du roman historique, celui qui incarne l’une des forces en présence, l’une des Idées engagées dans un conflit historique : il est la bourgeoisie d’argent, il est l’Idée d’argent, de Propriété (« les dommages causés à la devanture de son immeuble n’avaient pas contribué médiocrement à le rendre furieux » p. 503), et l’assassinat du prisonnier lui est une « indemnité ». Face à lui ne reste que « quelque chose de blanc », et un silence aussi énorme que le hurlement qui a précédé. Blanc et silence engloutissent les masses ; il n’en sera plus question – la foule du 4 décembre, je l’ai dit, sera réduite à sa part bourgeoise : « Pas si bête de nous faire tuer pour les bourgeois ! Qu’ils s’arrangent ! » dit un homme en blouse au soir du 3 décembre, p. 612). Blanc et silence engloutissent les masses, laissant place à quelque chose d’autre : « Madame Dambreuse, dans son boudoir… ».

37Avant de la rejoindre, arrêtons-nous encore un instant sur une figure passagère (une autre), qu’aperçoit Frédéric après son retour à Paris. Une figure de Juin, puisque c’est le matin du 26 juin que Frédéric marche dans Paris pour se rendre chez Dussardier.

À une fenêtre ouverte, un vieillard en manches de chemise pleurait, les yeux levés. La Seine coulait paisiblement. Le ciel était tout bleu. (p. 497)

38Vision éphémère, démotivée mais puissamment empathique. Pour quoi, pour qui ce vieillard pleure-t-il ? Il pleure l’échec, peut-être ; la répression. Ou un événement privé (ceux-là aussi font pleurer les hommes). Ou bien le meurtre à venir de l’adolescent de la terrasse du bord de l’eau. Ce serait alors, sur le mode disséminé, délié, anachronique, un « Souvenir du matin du 26 », sur le modèle du « Souvenir de la nuit du 4 » hugolien :

C’est pour cela qu’il faut que les vieilles grands-mères,
De leurs pauvres doigts gris que fait trembler le temps,
Cousent dans le linceul des enfants de sept ans.

39… Poursuivons, en reprenant à : « Madame Dambreuse, dans son boudoir… », qui inaugure un autre monde, le monde bourgeois capitaliste « décomplexé ».

Massification

  • 36 Voir les p. 506-515.

40Quoi que Flaubert puisse en dire dans la Correspondance, sa tour d’ivoire et les rêves de bayadères qui s’y déploient ne signifient pas refus de la réalité et retraite esthétisante. Les assauts et fulminations du Garçon contre le Bourgeois, qui émaillent certaines lettres, n’ont pas pour objectif de circonvenir et contenir dans l’espace épistolaire la sotte sottise bourgeoise : elle a bien sa place, et toute sa place, dans l’œuvre ; et L’Éducation sentimentale montre à tour de pages que le bourgeois a bel et bien cessé d’être la mesure de l’universel, comme le disait Barthes. Le roman est de plus en plus, au fil des événements ou des piétinements, le tableau de la faillite (morale) de la bourgeoisie. Et celle-ci aussi prend la forme de la masse : masse d’idées reçues, que l’on trouve de tous les côtés, mais dont la bourgeoisie est prodigue. En Juin 48 plus encore, histoire pour la bourgeoisie de marquer son nouveau territoire, territoire de la violence verbale et de la bêtise (délires paranoïaques, calomnies contre le gouvernement, ode à la propriété, scies sur les morts sublimes de Monseigneur Affre et le général Bréa, avec la première feuille de L’Hydre, brochure réactionnaire de Hussonnet, comme emblème de cette grande vitalité des vainqueurs)36.

  • 37 Idem.
  • 38 Cf. Hugo, L’Année terrible, « Les 7 500 000  voix », évoqué plus haut.
  • 39 Le texte donne : « les gens de l’émeute l’étouffaient ; ce brave citoyen l’avait pris dans ses bras (...)

41Cette bourgeoisie de la Réaction se voit pousser des ailes après l’écrasement de l’insurrection de Juin : fantasmes de tout poil, défenses et illustrations de la propriété37. Surtout, on fait de l’argent : c’est la partie où la Vatnaz pressure Rosanette, qui pressure Arnoux, ce qui pressure un peu Frédéric. Et on y fait des héritages autrement conséquents que celui de Frédéric : la succession Dambreuse se monte à 3 millions (soit 7,8 millions d’euros quand même…). Si l’argent a été un élément récurrent dans le roman, il devient invasif dans l’après 48. La mort de Dambreuse à l’aube de l’Empire et du capitalisme triomphant permet d’inscrire dans le texte la devise de la famille : « Par toutes voies » (p. 561), qui se prête aussi bien aux manœuvres financières que politiques. Là encore, le récit formalise l’installation du véritable pouvoir moderne (l’argent et la production) par la masse – sous sa variante de la massification (on sait combien Napoléon III gouvernera par les masses, par le plébiscite)38. Le dîner chez les Dambreuse rassemble des milieux divers, « classes » naguère difficilement pénétrables les unes par les autres : Frédéric avait dû servir d’intermédiaire auprès de Dambreuse pour aider les affaires d’Arnoux, mais désormais tous se mêlent, Cisy, Roque, Pellerin, Arnoux – c’est 48 qui permet au « marchand de faïences » (p. 508), lequel a sauvé Dambreuse de la foule (masse)39 le 15 mai, de prendre place au banquet ; et plus largement c’est Juin 48 qui a rendu possibles ces nouvelles configurations sociales, centrées sur les affaires.

42La massification est une bifurcation de l’être politique des masses, vers un être économique. Dans le dernier chapitre, les situations de Deslauriers et Frédéric sont présentées côte à côte ; Deslauriers a connu divers états, notamment « chef de colonisation en Algérie, secrétaire d’un pacha, gérant d’un journal, courtier d’annonces, pour être finalement employé au contentieux dans une compagnie industrielle. » (p. 622) : celui qui en 48 avait un contentieux avec la société tout entière a ironiquement fini dans le traitement des contentieux industriels, dans le monde de l’affairisme et de la finance. Et juste après, nous lisons : « Quant à Frédéric, ayant mangé les deux tiers de sa fortune, il vivait en petit bourgeois ». Le chapitre évoque un monde où chacun contribue aux valeurs post-quarante-huitardes : l’argent, la puissance médiatique et la puissance de production, avec Hussonnet et Pellerin, le faiseur d’opinion et le photographe, tous deux hommes de la reproductibilité technique, de la forme dupliquée et dégradée.

  • 40 C’est-à-dire pas du côté des ouvriers, ou des deux côtés – comme le fera Zola.
  • 41 Et c’est là que Sartre se trompe, quand il accuse Flaubert de n’avoir « pas écrit une ligne pour em (...)

43Le roman flaubertien donne donc bien à voir, avec la peinture de 48, ce que Lukacs nomme « capitalisme en déclin » selon Marx – c’est-à-dire capitalisme emballé, productiviste et générateur de crises. Dans les passages que j’évoque, il le donne (certes)40 à voir du côté de la bourgeoisie, ce qui ne signifie pas qu’il en fasse « l’apologie » (Lukacs toujours). Pas plus qu’il n’écrit Février comme une geste révolutionnaire. Le refus de prouver est un dogme littéraire, mais cela ne signifie pas41 la neutralité face aux forces en présence. Pas de soulèvement et de dépassement dialectique, pas d’horizon certes ; mais l’écriture exposante porte en elle une manière oblique d’orienter l’appréhension du récit.

En vanité

  • 42 L’Éducation sentimentale, op. cit., note 1, p. 546 : lettre de Flaubert à George Sand du 2 février (...)

44L’enterrement de Dambreuse permet ainsi à Flaubert une analyse du « fétichisme des tombeaux »42, de la marchandisation de la mort, et surtout des faux-semblants du deuil et de la réification des sentiments : sous la masse d’objets funéraires, il n’y a rien :

Les tombes se levaient au milieu des arbres, colonnes brisées, pyramides, temples, dolmens, obélisques, caveaux étrusques à porte de bronze. On apercevait dans quelques-uns des espèces de boudoirs funèbres, avec des fauteuils rustiques et des pliants. […] Partout, entre les balustres, sur les tombeaux, des couronnes d’immortelles et des chandeliers, des vases, des fleurs, des disques noirs rehaussés de lettres d’or, des statuettes de plâtre : petits garçons et petites demoiselles, ou petits anges tenus en l’air par un fil de laiton : plusieurs même ont un toit de zinc sur la tête. D’énormes câbles en verre filé, noir, blanc et azur, descendent du haut des stèles jusqu’au pied des dalles, avec de longs replis, comme des boas. Le soleil, frappant dessus, les faisait scintiller entre les croix de bois noir ; - et le corbillard s’avançait dans les grands chemins, qui sont pavés comme les rues d’une ville. De temps à autre, les essieux claquaient. Des femmes à genoux, la robe traînant dans l’herbe, parlaient doucement aux morts. Des fumignons blanchâtres sortaient de la verdure des ifs. C’étaient des offrandes abandonnées, des débris que l’on brûlait. (p. 564)

45On trouve ici une poétique de la masse (on pourrait aussi parler de poétique de la liste) qui est récurrente chez Flaubert : entassement serré d’éléments descriptifs, par déroulement des éléments de plusieurs paradigmes selon une dynamique d’expansion interne ou de prolifération qui installe la sensation presque physique du poids, de l’encombrement – comme si l’écriture visait à dire tout, dans une tension qui pourrait ne pas trouver fin. Ces effets de masse, on les trouve à grande échelle dans Salammbô ; et dans Bouvard et Pécuchet ; ils sont une constante de l’écriture flaubertienne. Mais cet effet de masse s’articule avec un mouvement contraire, de rétraction, de contention (rapport expansion-contraction qui n’est pas sans rappeler le rythme de la création : Flaubert écrit, ajoute, augmente ; et soudain biffe, supprime, réduit). Le mouvement de rétraction produit son effet par son rapport au caractère massif sur le fond duquel il a lieu. Ici, dans le contexte de surenchère matérielle des signes du deuil, la mention de ces « femmes à genoux, la robe traînant dans l’herbe, [qui] parlaient doucement aux morts » déplace le propos : l’enterrement monumental (12 voitures de deuil, les conviés qui « emplissaient le boulevard », puis la massivité des tombes et des objets commémoratifs) se voit vidé de sens, de valeur, par ce détail qui déplace l’attention vers des femmes étrangères, figures anonymes du chagrin et du lien avec leur défunt, alors que Dambreuse se voit aussitôt oublié : « il ne devait plus en être question dans le monde. » L’épisode fonctionne comme une vanité, où le détail des femmes en deuil défait le nombre, et le faste mortuaire, et la série des discours d’hommage des Puissants à leur pair.

46Où l’on voit comment une poétique de la masse sert une réflexion sur le monde nouveau, vidé de perspective et privé d’horizon : à l’église, « l’ignorance religieuse de tous était si profonde » (p. 561) que l’assistance est dans le simulacre ; à la sortie du cimetière, les bourgeois retournent « à leurs affaires » (p. 566). Le capitalisme est sans avenir, il est un éternel présent – celui de la prolifération de la marchandise.

47Des masses à leur liquidation, de là à la consommation de masse, production de masse, vulgarisation en masse, Flaubert a écrit le roman de la crise (majeure) de 48.

  • 43 (Est de ce fait).

48Ce grand démoralisateur – « Si jamais je prends une part active au monde, ce sera comme penseur et démoralisateur. Je ne ferai que dire la vérité, mais elle sera horrible, cruelle et nue », 24 février 1839 –, montreur impersonnel de l’obscurcissement du « sens » de l’Histoire (signification et direction), n’en est pas moins43 un grand moraliste, à la façon d’un La Rochefoucauld.

49Je voudrais finir en citant Michelet, homme du peuple et auteur du Peuple ; il écrit dans son Journal (31 janvier 1842) ces mots, souvent cités – il fait parler les âmes mortes :

Nous sommes morts bégayant encore. Nos tristes chroniques le témoignent assez. Nous n’avions pas atteint le souverain attribut de l’homme, la voix distincte, articulée, qui seule explique, console en expliquant. Et, quand nous aurions eu une voix, aurions-nous dit la vie ? Nous ne l’avons pas sue.

50Michelet, historien, se propose d’être Œdipe ; libérateur de ces âmes par le don du sens. Flaubert, écrivain de la crise du sens de l’histoire, n’est pas celui qui explique et console, mais préfère être celui qui « dit la vie ». Dans sa pesanteur, sa matérialité et sa masse, ses douleurs, son empathie parfois.

Haut de page

Bibliographie

Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, édition de Pierre-Marc de Biasi, Le Livre de Poche, 2002.

Gustave Flaubert, Trois contes, Flammarion, G-F, 1986.

Daniel Arasse, Le Détail. Pour une histoire rapprochée de la peinture, Flammarion, 1992, 2008.

Roland Barthes, Le Degré zéro de l’écriture, suivi de Nouveaux essais critiques, Seuil, « Points », 1972.

Goran Blix, « Flaubert, Tocqueville et l’écriture démocratique », Lectures de L’Éducation sentimentale, PUR, 2017.

Elias Canetti, Masse et puissance, Paris, Gallimard, « Tel », 1966 [1960].

Michel Crouzet, « L’Éducation sentimentale et le genre historique », Histoire et langage dans L’Éducation sentimentale, CDU-SEDES, 1981.

Michel Crouzet, Romantisme, n° 9, « Le peuple », 1975, « Pour commencer et pour finir ».

Georges Didi-Huberman, « Par les désirs. (Fragments sur ce qui nous soulève) », Soulèvements, Gallimard – Jeu de Paume, 2016.

Anne Herschberg-Pierrot, « Le travail des stéréotypes dans les brouillons de la « prise des Tuileries » (L’Éducation sentimentale, III, 1) », Histoire et langage dans L’Éducation sentimentale de Flaubert, Paris, CDU-SEDES, 1981.

Victor Hugo, L’Année terrible, « Les 7 500 000 oui », Poésie Gallimard, 1985.

Georges Lukacs, Le Roman historique, Payot, Paris, 1965.

Jules Michelet, Le Peuple, G-F, 1974.

Edgar Quinet, Œuvres complètes, Volume 10, Avertissement au pays 25 décembre 1840, Paris, Pagnerre, 1858,

Jacques Rancière, Politique de la littérature, Paris, Galilée, 2007.

Jacques Rancière, « L’introuvable populisme », Qu’est-ce qu’un peuple ? La Fabrique éditions, 2013.

Daniel Stern, Histoire de la révolution de 1848, Paris, Lacroix, Verbroekhoen, 1869, [1850].

Sylvie Triaire, « "Pas une ligne pour l’empêcher" : La Commune et l’impossible communauté des écrivains  », Fabula / Les colloques, De l’absolu littéraire à la relégation : le poète hors les murs, 2015, URL : http://www.fabula.org/colloques/document2440.php

Haut de page

Notes

1 Georges Lukacs, Le Roman historique, Payot, Paris, 1965, p. 21.

2 Voir aussi Edgar Quinet, qui, dans son Avertissement au pays, daté du 25 décembre 1840, mettait en garde la bourgeoisie au pouvoir : « La bourgeoisie avait une mission […], c’était de devenir […] la tête du peuple ; c’était là une mission sacrée pour laquelle elle avait reçu l’intelligence, la science, l’expérience des temps passés. […] L’occasion était grande ; il s’agissait de préparer, d’inaugurer l’avènement de la démocratie […]. Loin de là, à peine parvenue à posséder l’autorité, la bourgeoisie se répète : l’État, c’est moi ; elle fait pis qu’oublier le peuple, elle s’en sépare. […] Dans ce partage violent, quelle a été l’occupation constante du gouvernement ? Il s’est placé entre les deux parties, comme un corps étranger, pour empêcher qu’elles ne puissent se réunir. […] Le déchirement est inévitable […] La bourgeoisie a reproché à l’ancienne royauté d’avoir opposé une résistance implacable à l’esprit de son temps, et d’avoir par là amassé une révolution également implacable. Qu’elle se garde de tomber dans la même faute », Œuvres complètes, Volume 10, Paris, Pagnerre, 1858, p. 34-42.

3 Lukacs mentionne Condorcet, mais surtout Hegel, comme penseurs de la nécessité de la Révolution française dans le processus historique du progrès, via (chez Hegel) le processus dialectique du tout aussi nécessaire conflit des forces sociales en travail dans l’histoire. L’humanisme bourgeois prend pour base la révolution française, et envisage le progrès humain comme une évolution pacifique sur la base de ces conquêtes ; situation paradoxale, qui va devenir intenable avec la révolution de 48. Hegel pense l’histoire comme réalisation de la liberté (qui est aussi liberté de l’esprit) ; ce libéral est toutefois, politiquement, un défenseur de la monarchie constitutionnelle (ce que Marx lui reprochera comme forme bourgeoise de pensée de la liberté).

4 Michel Crouzet, « L’Éducation sentimentale et le genre historique », Histoire et langage dans "L’Éducation sentimentale", CDU-SEDES, 1981, p. 81.

5 C’est-à-dire la dernière grande période intellectuelle et artistique de l’humanisme bourgeois.

6 François Guizot fait partie de ces penseurs qui, avant Marx, avaient théorisé la lutte des classes. Marx et Engels lui reprocheront d’autant plus ses choix de ministre du roi bourgeois. Voici ce que Guizot écrivait : « L’Europe moderne est née de la lutte des diverses classes de la société. Ailleurs […] cette lutte a amené des résultats bien différents : en Asie, par exemple, une classe a complètement triomphé, et le régime des castes a succédé à celui des classes, et la société est tombée dans l’immobilité. Rien de tel, grâce à Dieu, n’est arrivé en Europe. Aucune classe n’a pu vaincre ni assujettir les autres : la lutte des classes, au lieu de devenir un principe d’immobilité, a été une cause de progrès : les rapports des diverses classes entre elles, la nécessité où elles se sont trouvées de se combattre et de se céder tour à tour, la variété de leurs intérêts et de leurs passions, le besoin de se vaincre, sans pouvoir en venir à bout, de là est sorti peut-être le plus énergique, le plus fécond principe du développement de la civilisation européenne. Les classes ont lutté constamment ; elles se sont détestées ; une profonde diversité de situations, d’intérêts, de mœurs, a produit entre elles une profonde hostilité politique ; et pourtant elles se sont progressivement rapprochées, assimilées, étendues ; chaque pays de l’Europe a vu naître et se développer dans son sein un certain esprit général, une certaine communauté d’intérêts, d’idées, de sentiments qui ont triomphé de la diversité et de la guerre », François Guizot, Histoire de la civilisation en Europe, présenté par Pierre Rosanvallon, Hachette/Pluriel, 1985. p. 182. Quant à Thomas Carlyle, il fit paraître, après les révolutions de 1848, les Latter-Day Pamphlets (1850), dans lesquels il attaquait également l’absurde idéal démocratique et le pouvoir héréditaire de l’aristocratie. Marx et Engels, s’ils approuvèrent la dénonciation de Carlyle de l’aristocratie héréditaire, restèrent fort critiques sur sa définition d’un gouvernement des plus « capables » et des plus nobles. Leur critique du tournant réactionnaire de Carlyle après la révolution de 1848 n’annule pas leur estime pour ses essais antérieurs et son opposition d’alors à la bourgeoisie.

7 Georges Lukacs, Le Roman historique, op. cit., p. 29-30.

8 Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, édition de Pierre-Marc de Biasi, Le Livre de Poche, 2002. La pagination sera donnée dans le texte, à la suite des citations.

9 Dans le même chapitre, III,1.

10 Chapitre « Servitudes du riche et du bourgeois » (I, 7) : « Savez-vous le danger de s’isoler, de s’enfermer si bien ? c’est de n’enfermer que le vide. En excluant les hommes et les idées, on va diminuant soi-même, s’appauvrissant. […] sa maison s’est remplie, son coffre est plein, son âme n’est que vide. », Jules Michelet, Le Peuple, G-F, 1974, p. 137-138.

11 Mais Salammbô aussi, à sa manière.

12 Roland Barthes, Le Degré zéro de l’écriture, suivi de Nouveaux essais critiques, Seuil, « Points », 1972 [1953], p. 44-45.

13 Idem, p. 47-48.

14 On voit ainsi Pellerin « esquisser la position des masses », quand il commence le portrait de Rosanette (p. 247), avant de tout brouiller plus tard, quand il cherche à « ronger ses contours, mêler les tons de la tête et ceux des fonds » (p. 330), pour finalement rater son œuvre : au lieu du rapport « agréable » des masses, le portrait de Rosanette (« abominable ») présente des « ombres qui s’étaient plombées » et des lumières qui, « demeurées brillantes, détonnaient dans l’ensemble ». Le portrait de l’enfant mort ne sera pas meilleur, « le rouge, le jaune, le vert et l’indigo » s’y heurtant « par taches violentes, » en une « chose hideuse, presque dérisoire » (p. 599) : l’œuvre est faite du heurt des masses colorées, et il semble bien que Pellerin, certes peintre médiocre, soit aussi dans le roman le support d’une interrogation sur la composition : fondue, tranchée ? progressive-nuancée ou par masses juxtaposées ?

15 Ainsi l’épisode de Fontainebleau peut apparaître comme une « masse » narrative, en raison de la manière dont ces pages tranchent avec le cours du récit (Juin 48), et constituent un bloc clos (le plus clos possible). Un effet de résistance au cours des choses s’impose, dont on trouve un équivalent à d’autres moments, quoique jamais aussi sensiblement que là – voir par exemple la quête de Regimbart quand Frédéric revient à Paris après ses trois années d’exil et qu’il ignore l’adresse des Arnoux : 6 pages (p. 181-186) où la diversion et la temporisation dominent, orchestrées par la malchance et les manipulations d’un cafetier retors. Cet épisode fonctionne comme un retardateur et un encombrement narratif. D’autres épisodes encore – bal masqué chez Rosanette, bal de l’Alhambra – s’immiscent dans le récit, s’y développent, le distendent, en y installant des séquences très ramifiées, réticulées. Ces zones sont des moments de bifurcation, où doit se suspendre (et donc où se problématise) la mémoire du lecteur, contraint de colliger incessamment les éléments d’un récit qui se garde de la causalité et privilégie la parataxe, comme on le sait bien. S’il y a une poétique des masses narratives, elle est donc le prolongement, à l’échelle supérieure (de la séquence, et non plus de la phrase), de l’écriture décausalisée et paratactique.

16 Les formes prises par les masses sont diverses dans le roman. Masses picturales dans la description : les arbres des Tuileries font « deux masses énormes, violacées », p. 73 ; les bords de Seine sont des « grandes masses d’ombre », p. 107 ; au bal chez Rosanette il y a « une masse de couleurs », p. 197 – et, trois pages plus loin, « tout s’agitait dans une pulvérulence lumineuse ». Masses proprement picturales : les « positions des masses » esquissées par Pellerin quand il commence le portrait de Rosanette, p. 247. Masses humaines et leurs effets de masse : chez les Dambreuse, « la foule des hommes […] faisait de loin une seule masse noire », avec les rouge et blanc des boutonnières et des cravates, p. 255 ; effet expressionniste des patrouilles de Juin, « des chuchotements, de vagues cliquetis de fer s’échappaient de cette masse confuse ; et, s’éloignant avec un balancement rythmique, elle se fondait dans l’obscurité », p. 495. Il y a également des évocations de masse, sans que le terme n’y soit mentionné : la masse des voitures rentrant du Bois, côtoiement d’éclats, de fragments, p. 73, masse dupliquée p. 321-22, avec l’ondoiement « des crinières, des vêtements, des têtes humaines » et ces « figures [qui] se succédaient avec une vitesse d’ombres chinoises » ; la manifestation de décembre1841, p. 77 et suivantes ; « l’immense flot ondulant [de la foule] sur l’asphalte », l’été, à Paris, p. 130 ; le bal à l’Alhambra, où « on était tassé, on s’amusait », p. 138 ; moins divertissant, les clubs du désespoir, masse qui avale ce qui s’y précipite : « une multitude compacte s’agitait sur le pavé. Des bandes entières d’agents de police, sortant des ruelles, y disparaissaient à peine entrés », p. 472. Enfin, il y a les tas, masses d’objets : boudoir de Mme Dambreuse, p. 538, « où l’on se heurtait aux capitons des meubles parmi toutes sortes d’objets çà et là » ; bric-à-brac des bondieuseries d’Arnoux aux Arts gothiques, où « du haut en bas des étagères, on voyait des médailles à la douzaine, des chapelets de toute espèce, des bénitiers en forme de coquille et les portraits des gloires ecclésiastiques », p. 583 ; enfin les meubles de Mme Arnoux à la salle des ventes, « entassés au fond, par rang de taille, ils formaient un large talus depuis le plancher jusqu’aux fenêtres », p. 607. Et, quand ils étaient apportés au comptoir du commissaire-priseur, « la foule circulait entre eux »…

17 Il faudrait un long développement autour de ces foules baudelairiennes, qui ne peut trouver place ici.

18 Victor Hugo, L’Année terrible, « Les 7 500 000 oui », Poésie Gallimard, 1985, p. 25-27.

19 Jacques Rancière, « L’introuvable populisme », Qu’est-ce qu’un peuple ? La Fabrique éditions, 2013, p. 138-139.

20 Michel Crouzet, Romantisme, n° 9, « Le peuple », 1975, « Pour commencer et pour finir » (avant-propos), p. 4.

21 Anne Herschberg-Pierrot, « Le travail des stéréotypes dans les brouillons de la « prise des Tuileries » (L’Éducation sentimentale, III, 1) », Histoire et langage dans "L’Éducation sentimentale" de Flaubert, Paris, CDU-SEDES, 1981, p. 43-61.

22 L’image de la « masse grouillante qui montait toujours, comme un fleuve refoulé par une marée d’équinoxe » est ambiguë : certes, la phrase se clôt sur « l’impulsion irrésistible » de la masse, mais la métaphore du fleuve refoulé et de la marée contraire rend davantage compte d’un piétinement – en tout cas d’une résistance – que d’une poussée irrésistible.

23 Gustave Flaubert, Trois contes, Flammarion, G-F, 1986, p. 108.

24 Michel Crouzet, « L’Éducation sentimentale et le genre historique », op. cit., p. 105.

25 Sur les foules ameutées, voir Elias Canetti, Masse et puissance, Paris, Gallimard, « Tel », 1966 [1960], « Masses ameutées », p. 48-52. « La masse ameutée, écrit Canetti, se forme à la vue d’un but rapidement accessible. […] Elle se dispose à tuer, et elle sait qui tuer. […) Chacun veut y participer, chacun frappe. Pour pouvoir porter son coup, chacun se presse au plus près de la victime. Tous les bras surgissent comme d’un être unique. », p. 48-49. Et cette masse ameutée croît, parce que son entreprise ignore le danger, en raison de sa supériorité numérique. Un tel état de la masse correspond assez bien à la scène finale de Salammbô, avec Mâtho en victime expiatoire dépecé par la foule carthaginoise. L’état de la masse correspondant le mieux à la masse des Tuileries chez Flaubert est la masse « ouverte » de Canetti, « masse naturelle » qui existe aussi longtemps qu’elle s’accroît (p. 13) ; et l’on pourrait considérer que, chez Flaubert, elle brise d’abord non par « rage destructrice » comme le dit Canetti (rage détruisant de préférence « maisons et objets », « vitres, glaces, vases, tableaux, vaisselle », p. 16, comme dans L’Éducation sentimentale), mais parce qu’elle est masse ouverte en un espace par définition non extensible ; ensuite seulement, elle se livre à la rage de détruire caractérisée par Canetti comme atteinte à « une hiérarchie que l’on ne reconnaît plus » (p. 16), comme transgression des limites (vitres, portes) qui enclosent et protègent les « ennemis » de la masse (p. 17). Mais le récit flaubertien tient écartées la destruction des biens et la furie de la masse ameutée, en détournant la pulsion de violence de son objet (« par consolation de ne pouvoir violer [les princesses] », des galériens « enfoncèrent leurs bras dans les couches des princesses », L’Éducation sentimentale, p. 431). Voir aussi Georges Didi-Huberman, « Par les désirs. (Fragments sur ce qui nous soulève) », Soulèvements, Gallimard – Jeu de Paume, 2016, et en particulier les pages sur Canetti, (p. 322-327) mais aussi Freud, qui partage sur les masses le pessimisme de Canetti, tous deux ayant été les témoins des grandes masses nationalistes et totalitaires du début du XXsiècle.

26 Daniel Stern, Histoire de la révolution de 1848, Paris, Lacroix, Verbroekhoen, 1869, [1850], p. 109-110.

27 Daniel Arasse, Le Détail. Pour une histoire rapprochée de la peinture, Flammarion, 1992, 2008, p. 13-14.

28 Que Flaubert ne soit pas un démocrate ne change rien à la dimension démocratique qui est inscrite dans l’œuvre – voir Jacques Rancière, « La politique de la littérature n’est pas la politique des écrivains. Elle ne concerne pas leurs engagements personnels dans les luttes politiques ou sociales de leur temps. […] L’expression « politique de la littérature » implique que la littérature fait de la politique en tant que littérature. », Politique de la littérature, Paris, Galilée, 2007, p. 11.

29 Voir à ce propos Goran Blix, « Flaubert, Tocqueville et l’écriture démocratique », Lectures de L’Éducation sentimentale, PUR, 2017, p. 313-334.

30 En I, 4, il est question de « l’illustre professeur Samuel Rondelot » – « on le savait pauvre, et un grand respect l’entourait » (p. 80) – ; mais quand « il parla, un bourdonnement couvrit sa voix. Bien qu’on l’aimât tout à l’heure, on le haïssait maintenant, car il représentait l’Autorité. Chaque fois qu’il essayait de se faire entendre, les cris recommençaient. », p. 81. En III, 1, c’est « un vieillard en habit noir sur un cheval blanc, à selle de velours. D’une main, il tenait un rameau vert, de l’autre un papier, et els secouait avec obstination Enfin, désespérant de se faire entendre, il se retira. », p. 427. Il s’agit du maréchal Gérard, envoyé pour parlementer.

31 Respectivement p. 475, 482, 486, 487.

32 Michel Crouzet encore sur ce point : « Ou bien les grandes scènes politiques seront des scènes de nuit, où l’on peut juste percevoir à distance, dans le clair-obscur, que quelque chose se passe ; ce qui est grand est invisible, ce qui est visible n’est pas grand. […] de l’insurrection de juin nous ne voyons que "les traces formidables". D’où sous la plume de Flaubert des mots "hugoliens", "un grouillement énorme", "un fourmillement confus" », « L’Éducation sentimentale et le genre historique », op. cit., p. 105.

33 Alors que la question est centrale chez Michelet – celle de la voix du peuple, ou de celle qui peut dire le peuple (voir l’adresse à Quinet dans Le Peuple) – elle n’est pas posée dans L’Éducation sentimentale. La seule voix qui tienne est celle de l’opinion, la vox populi mise en exergue au Dictionnaire des Idées reçues. Si Hugo fait parler le peuple selon des voix diverses – des Misérables à Quatrevingt-treize en passant par L’Homme qui rit –, si Zola cherche dans l’indirect libre une manière de répandre le « parler peuple » dans la narration même, Flaubert préfère faire entendre le babil ou la cacophonie des clichés et des opinions émiettées.

34 On notera le contraste entre la liesse des bourgeois de Juin, qui « levaient leurs chapeaux, applaudissaient, dansaient » tandis que « des fleurs jetées par des dames tombaient des balcons » (p. 498-99) et l’état des bourgeois de décembre 51, qui « occupaient le trottoir du côté de l’Opéra » et constituent cette « foule muette, terrifiée » qui regarde passer les dragons (p. 614). Les charges de la cavalerie alternent avec les escouades de sergents, il s’agit de « faire refluer ». La résistance est maigre : « un homme… restait sans plus bouger qu’une cariatide ». La séquence, qui met en œuvre la phase ultime de la longue soustraction qui efface les masses (jusqu’à l’ultime Dussardier), évoque les bourgeois éclairés, qui ont manifesté lors du coup d’Etat. Peu. Presque rien, au vu des masses assemblées en 48. Entre temps, l’Autorité est devenue le dogme. L’ordre est rétabli. Est-ce un hasard si Frédéric vient tout juste d’assister, à Nogent, à une scène fleurant bon… l’Ancien Régime ? : « et il y avait sur la place, devant l’église, un rassemblement de pauvres, avec une calèche, la seule du pays (celle qui servait pour les noces), quand sous le portail, tout à coup, dans un flot de bourgeois en cravate blanche, deux nouveaux mariés parurent. » (p. 613). Les pauvres, l’église, les bourgeois – pas tout à fait l’ancien régime, non ; plutôt les contours du traitement impérial du paupérisme : par l’église, les cercles de charité. Extraordinaire tableau analytique du moment 51, et de la reconfiguration sociale, en trois lignes : plus de masses ; mais des pauvres.

35 Parce qu’il n’y a pas dépassement dialectique du conflit des idées, dans une perspective progressiste, mais écrasement d’une idée par une autre – et peut-on mieux dire cela qu’en montrant « quelque chose de blanc » resté sur le bord du baquet ?

36 Voir les p. 506-515.

37 Idem.

38 Cf. Hugo, L’Année terrible, « Les 7 500 000  voix », évoqué plus haut.

39 Le texte donne : « les gens de l’émeute l’étouffaient ; ce brave citoyen l’avait pris dans ses bras et déposé à l’écart. », p. 475. Arnoux a extrait Dambreuse de la masse…

40 C’est-à-dire pas du côté des ouvriers, ou des deux côtés – comme le fera Zola.

41 Et c’est là que Sartre se trompe, quand il accuse Flaubert de n’avoir « pas écrit une ligne pour empêcher » la Commune. Voir Sylvie Triaire, « "Pas une ligne pour l’empêcher" : La Commune et l’impossible communauté des écrivains  », Fabula / Les colloques, De l’absolu littéraire à la relégation : le poète hors les murs, 2015, URL : http://www.fabula.org/colloques/document2440.php

42 L’Éducation sentimentale, op. cit., note 1, p. 546 : lettre de Flaubert à George Sand du 2 février 1869.

43 (Est de ce fait).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Triaire, « L’Éducation sentimentale, roman des masses », Flaubert [En ligne], 19 | 2018, mis en ligne le 12 mars 2018, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/flaubert/2867

Haut de page

Auteur

Sylvie Triaire

CRISES, Université Paul-Valéry Montpellier 3

Articles du même auteur

Haut de page