Navigation – Plan du site

Claudine Gothot-Mersch : In Memoriam

Jeanne Bem

Texte intégral

LiègeAfficher l’image
Crédits : Collection privée, Jeanne Bem

1Claudine Gothot-Mersch nous a quittés le 19 novembre 2016. Elle était née en 1932. Elle a été une figure éminente des études flaubertiennes au XXe siècle. Ce numéro 20 de la revue en ligne Flaubert. Revue critique et génétique a été composé en souvenir d’elle et en hommage à ses travaux. Il rassemble des contributions de collègues qui l’ont connue personnellement.

2Je ne suis peut-être pas la mieux placée pour faire le portrait complet de Claudine Gothot-Mersch. Je ne l’ai pas connue jeune, je l’ai juste un peu approchée à Cerisy en 1974, au cours d’un mémorable colloque Flaubert dont elle était l’organisatrice, à un moment où j’étais moi-même une jeune assistante de Paris IV, débutante et intimidée. Il me semble qu’à quarante-deux ans, elle avait cet été-là beaucoup de charme et d’ascendant. Claudine était d’un caractère réservé. Ce n’est qu’au début des années 1980 que nous nous sommes liées d’amitié. Un peu avant l’année 2000, elle m’a fait l’honneur de m’embarquer dans la grande entreprise de l’édition des nouvelles Œuvres complètes de Flaubert dans la Pléiade, ce qui a été l’occasion pour moi de plusieurs petits séjours chez elle, à Embourg.

3Pour essayer de cerner la personnalité de Claudine, je vais m’appuyer sur nos échanges et sur sa liste de publications. Celle-ci est très instructive. Ses collègues et les lecteurs de ce numéro y retrouveront toute une série d’articles importants, fondateurs pour l’étude de l’œuvre de Flaubert, et témoignant d’une intense activité critique qui s’étend sur cinquante ans. Tout a commencé pour elle avec la soutenance, en 1963, de sa thèse sur la genèse de Madame Bovary, thèse qu’elle a eu la chance de pouvoir publier trois ans plus tard à Paris, dans la prestigieuse maison d’édition de José Corti. D’emblée, la jeune doctorante rompait avec la critique traditionnelle. Les travaux universitaires jusqu’aux années 1950 oscillaient entre la pure érudition, mettant l’accent sur les « sources », et l’histoire littéraire, dont la version passe-partout était « l’homme et l’œuvre ».

4De nouvelles approches se dessinaient pourtant. D’un côté il y avait des approches thématiques et phénoménologiques qui étaient développées à Genève et qu’illustrait en France le travail que Jean-Pierre Richard venait de consacrer à Mallarmé (L’Univers imaginaire de Mallarmé, 1961). À la Sorbonne, Marie-Jeanne Durry (seule professeur femme à l’époque, au sein de l’Institut français) avait porté son attention sur des carnets de travail de Flaubert, inaugurant ainsi dès 1950 (Flaubert et ses projets inédits) une recherche qui allait se concentrer sur l’étude des manuscrits et déboucher dans les années 1970 sur la constitution d’une nouvelles discipline, la génétique des texte littéraires. D’autres approches faisaient leur apparition du côté du formalisme russe, de la linguistique et de l’anthropologie structurale, avec des applications possibles à l’étude des fictions narratives. Sans parler du croisement de la littérature avec la psychanalyse ou la sociologie.

5La jeune Claudine, qui avait reçu à l’Université de Liège une solide formation classique en analyse des textes et en philologie, eut le bon instinct de s’intéresser à l’étude des manuscrits, une orientation de recherche qui semblait faite pour elle. Elle se saisit d’un épais dossier de manuscrits de Flaubert, auquel ne s’étaient intéressés jusque là que Gabrielle Leleu et Jean Pommier : c’est l’énorme dossier des textes de travail de Madame Bovary, conservé à la Bibliothèque municipale de Rouen. Ce dossier n’était pas balisé pour les chercheurs comme il l’est aujourd’hui. Pionniers, Leleu et Pommier avaient repéré dans la masse et déchiffré un certain nombre de passages que le romancier avait modifiés ou éliminés, ce qui les avait incités à donner une « nouvelle version » de Madame Bovary, qu’ils publièrent en 1949 – mais cette édition suscite des réserves méthodologiques.

6Vers la fin des années 1950, surgit donc à Rouen une jeune chercheuse qui s’installe à la Bibliothèque municipale et qui reprend à la base l’étude des scénarios et des brouillons du roman, avec l’intrépidité de son âge et la rigueur qu’elle a acquise pendant ses années d’étudiante. Une fois sa thèse soutenue et publiée, Claudine Gothot-Mersch donne en 1971, dans la collection des « Classiques Garnier », une édition scientifique de Madame Bovary qui fait date encore aujourd’hui. Sa carrière universitaire est lancée, et, grâce aussi à ses premiers articles sur Flaubert, elle acquiert la notoriété dans les cercles académiques.

  • 1 Sur les liens privilégiés entre Claudine Gothot-Mersch et Rouen, voir la page que lui a consacrée e (...)

7Mais sa liste de publications pousse encore à d’autres réflexions. Les flaubertiens connaissent essentiellement celles de ses publications qui concernent leur auteur. Bien entendu, c’est à Flaubert qu’elle s’est consacrée, mais pas exclusivement. Claudine Gothot-Mersch est belge. Elle enseigne à Bruxelles, aux Facultés universitaires Saint-Louis, et elle vit à Liège. Occasionnellement, elle se rend à Paris, ou parfois ailleurs, au gré des invitations – elle aimait tout particulièrement l’Italie pour sa beauté et pour l’accueil chaleureux qu’elle y recevait. Claudine, qui sur le tard a caressé l’idée d’aller habiter Rouen1 pour sa retraite, n’a en fait jamais quitté son pays et sa ville, à laquelle elle était très attachée et où elle avait sa famille proche. Elle aimait se promener pas loin de chez elle au bord de l’Ourthe, ou dans le parc du château de Colonster, ou me faire visiter dans Liège le quartier d’Outremeuse et les façades des immeubles Art Nouveau, ou encore faire un saut du côté de Spa où elle avait eu longtemps une maison de campagne. On ne s’étonnera pas de ses nombreuses contributions à des Mélanges offerts à ses collègues belges. Elle publie aussi très souvent dans des revues belges, telles que la Revue des langues vivantes ou Marche romane. En 1985, elle avait été élue à l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique. Elle était assidue aux séances, et plusieurs de ses communications ont été publiées dans le Bulletin de l’Académie. La toute dernière entrée de sa liste de publications, qui date de 2012, est une communication à une séance de l’Académie à propos de Salammbô.

8Elle s’est intéressée à d’autres écrivains que Flaubert : Alain-Fournier, Camus, Apollinaire, Gautier, Leconte de Lisle – mais il y en a un qui nous frappe plus que les autres : c’est Simenon. Cela n’est pas sans rapport avec l’inauguration en 1977, à l’Université de Liège, du Fonds Simenon, constitué des dossiers de travail du romancier et de toutes ses archives. Quand on lit le titre d’un des articles de Claudine : « Un roman en sept jours : le cas Simenon », on pense aussitôt qu’elle a dû être fascinée par la manière de travailler diamétralement opposée de Simenon et de Flaubert. Mais ce qui rapproche ces deux grands romanciers, c’est leur foi dans les pouvoirs de l’écriture, leur personnalité hors normes, l’acuité de leur regard, leur capacité d’empathie pour les gens de peu comme pour les prédateurs. Et puis, il se peut que Simenon ait été pour elle une sorte de contre-modèle : il était celui qui deux mois avant de fêter ses vingt ans était parti pour de bon, risquant l’aventure et troquant son ancrage liégeois pour une vie cosmopolite et nomade.

9Car loin de se replier sur sa spécificité, la Belgique est bien plutôt un pays divers et ouvert, connu pour être d’esprit frondeur et innovant – pensons par exemple au mouvement cobra. Mon amie Claudine elle-même, à ce qu’il m’a semblé, tout en demeurant ancrée dans son lieu et son milieu d’origine, portait en elle une part secrète, quelque chose d’un peu rebelle, qui se manifestait aussi par son humour. Quand on prend Flaubert pour objet d’étude, cela veut dire qu’on partage avec cet écrivain une expérience d’étrangeté, ou du moins de légère altérité, qu’on se dégage du conformisme, qu’on est un peu citoyen du monde. De là une réelle ouverture d’esprit. Celle-ci avait probablement compté quand Claudine avait été sollicitée pour organiser le colloque Flaubert de Cerisy de 1974. Elle sut donner à ce colloque un caractère international affirmé, dans un esprit de diversité et d’accueil. Ce qui avait dû compter aussi, c’était justement sa position « décentrée » par rapport à Paris et à l’institution universitaire française. Son autorité ne venait que de sa compétence, elle n’était pas une femme de pouvoir, elle n’avait pas le goût des intrigues, son impartialité était garantie.

10C’est cette ouverture d’esprit qui, tout au long de la carrière de Claudine Gothot-Mersch, a présidé à ses choix d’approches critiques. D’un côté donc, elle a développé des approches qui découlaient en droite ligne de sa formation de philologue, et elle s’est beaucoup investie dans les études de génétique littéraire et dans les éditions de textes. Bien évidemment, elle a été un membre de la première heure de l’équipe Flaubert à l’Institut des Textes et Manuscrits Modernes (CNRS, Paris). Comme éditrice, elle s’est montrée extraordinairement scrupuleuse. Elle aimait ce travail qui demande beaucoup d’attention et qui repose sur beaucoup de savoir accumulé. À son professionnalisme elle joignait un grand sens de l’intérêt général, puisque donner à lire un classique dans le meilleur état du texte possible, c’est rendre service à la communauté des chercheurs et à l’ensemble du lectorat. Les trois premiers volumes des nouvelles Œuvres complètes de Flaubert publiés dans la « Bibliothèque de la Pléiade » sont le couronnement de son travail d’éditrice. Malgré les retards mis à la publication des volumes II et III, elle eut quand même le bonheur d’avoir ses « Pléiade » entre les mains.

11Mais elle se montrait aussi accueillante envers d’autres approches. C’est en 1971 que paraît au Seuil la traduction en français du livre de Wellek et Warren, Theory of Literature (première publication à New York en 1948). Aussitôt Claudine Gothot-Mersch consacre un compte rendu à cet ouvrage qui offrait un vaste panorama sur la théorie littéraire passée et les perspectives actuelles. En 1974 elle écrit un article sur « l’analyse structurale du récit », qui sera même traduit en espagnol. Pour sa part, elle s’était rapidement orientée vers l’approche stylistique et linguistique, ainsi que l’approche par les motifs et par les thèmes, et surtout vers la narratologie, enrichie de l’apport génétique. Comme le montre l’article d’elle que nous republions, « Flaubert et le récit autobiographique », son souci primordial était de se mettre au service de l’écrivain et de retracer les chemins de la création, en procédant à une enquête minutieuse, toujours fondée sur les textes, et qui se voulait modeste et prudente. Enfin, je peux témoigner qu’elle n’était pas hostile à d’autres approches peut-être plus aventureuses, même si elle ne les pratiquait pas elle-même. Quand elle lisait une étude critique, elle était surtout sensible à l’engagement de l’auteur et à l’honnêteté de sa démarche.

12Les contributions qui ont été réunies dans ce numéro d’hommage reflètent des orientations critiques très diversifiées, à l’image des travaux de Claudine Gothot-Mersch. Plusieurs contributions ont en commun de mettre l’accent sur l’approche génétique. La plupart des facettes de l’œuvre de Flaubert sont abordées. Françoise Gaillard revient sur ce moment inaugural que fut le premier colloque Flaubert de Cerisy : un moment festif et brillant, mais tendu, qu’elle contextualise en rappelant les débats autour de la « nouvelle critique ». Un collègue japonais, Shiguéhiko Hasumi, et une collègue italienne, Léa Caminiti Pennarola, ont traduit eux-mêmes en français leurs contributions : pour M. Hasumi, il s’agit d’un extrait tiré du livre important consacré à Madame Bovary qu’il a publié il y a peu au Japon, et Mme Caminiti nous donne un article très fouillé qu’elle avait publié dans Micromégas dans la décennie 1980. Tous deux, ils rendent ainsi un grand service au lectorat de langue française. C’est avec l’accord de M. Tanguy Logé que nous republions quatre contributions : celles d’André Guyaux, de Jacques Neefs, d’Anne Herschberg Pierrot et de Pierre-Marc de Biasi. Elles proviennent des Actes, publiés en 2005, d’un autre colloque mémorable. Intitulé Flaubert et la théorie littéraire, celui-ci s’était tenu à Bruxelles en octobre 2000 en présence de Claudine Gothot-Mersch, pour célébrer son accession à l’éméritat. Enfin l’article sur les « passantes » de L’Éducation sentimentale rattache notre numéro aux recherches que ce roman a suscitées tout récemment. Les lecteurs trouveront ici-même la liste des publications de Claudine Gothot-Mersch. Qu’elle reste présente dans nos cœurs ! Que son travail continue d’inspirer et de stimuler les études flaubertiennes !

13Liste complète des publications de Claudine Gothot-Mersch

14Livres

15La Genèse de « Madame Bovary », José Corti, Paris, 1966 ; Slatkine Reprints, Genève, 1980.

16Flaubert, Madame Bovary, éd. C. Gothot-Mersch, « Classiques Garnier », Paris, 1971.

17La production du sens chez Flaubert, dir. C. Gothot-Mersch, UGE 10/18, Paris, 1975.

18Flaubert, La Signora Bovary, éd. C. Gothot-Mersch, Rizzoli, Milan, 1977.

19Flaubert, Bouvard et Pécuchet, éd. C. Gothot-Mersch, Gallimard, « Folio », Paris, 1979.

20Gautier, Émaux et Camées, éd. C. Gothot-Mersch, « Poésie/Gallimard », Paris, 1981.

21Flaubert, La Tentation de saint Antoine, éd. C. Gothot-Mersch, Gallimard, « Folio », 1983.

22Narration et Interprétation, dir. C. Gothot-Mersch, R. Célis et R. Jongen, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, Bruxelles, 1984.

23Mélanges de littérature en hommage à Albert Kies, dir. Claudine Gothot-Mersch et Claude Pichois, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, Bruxelles, 1985.

24Flaubert, L’Éducation sentimentale, éd. C. Gothot-Mersch, Garnier-Flammarion, Paris, 1985.

25Leconte de Lisle, Poèmes barbares, éd. C. Gothot-Mersch, « Poésie/Gallimard », Paris, 1985.

26Leconte de Lisle, Poèmes antiques, éd. C. Gothot-Mersch, « Poésie/Gallimard », Paris, 1994.

27Flaubert, Les Mémoires d’un fou, Novembre, Pyrénées-Corse, Voyage en Italie, éd. C. Gothot-Mersch, Gallimard, « Folio », Paris, 2001.

28Flaubert, Œuvres de jeunesse (Œuvres complètes, t. I), éd. Claudine Gothot-Mersch et Guy Sagnes, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, 2001.

29Flaubert, Œuvres complètes, t. II, éd. et dir. C. Gothot-Mersch, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, 2013.

30Flaubert, Œuvres complètes, t. III, éd. et dir. C. Gothot-Mersch, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, 2013.

31Articles

32« Pour son centième anniversaire, relisons Madame Bovary », Revue des langues vivantes (Liège), n° 6, 1957.

33« Les essais méditerranéens d’Albert Camus, étude de thèmes », Marche romane (Liège), n° 2 et n° 3, 1959.

34« Un faux problème : l’identification d’Yonville-l’Abbaye dans Madame Bovary », RHLF, avril-juin 1962.

35« Le bal à la Vaubyessard dans les manuscrits de Madame Bovary », Cahiers d’analyse textuelle (Liège), n° 5, 1963.

36« À propos de la réédition du Grand Meaulnes de Fernand Desonay : regards sur la critique d’Alain-Fournier », Marche romane, n° 2, 1964.

37« Folle qui s’ennuie ou le réalisme poétique », dans Hommage à Robert Vivier, Éditions Romanicula, Liège, 1965.

38« L’influence de Balzac dans Madame Bovary », Le Thyrse (Bruxelles), février 1965.

39« Les deux liaisons d’Emma Bovary », Studi francesi, septembre-décembre 1965.

40« “L’Émigrant de Landor Road” de Guillaume Apollinaire », Cahiers d’analyse textuelle, n° 8, 1966.

41« Apollinaire et le symbolisme : “Le Larron” », RHLF, n° 3, 1967.

42« Les avatars d’un poème d’Apollinaire : “La Clef” », Revues des langues vivantes, n° 1, 1968.

43« Un poème symboliste : “Dans la Pénombre” de Charles Van Lerberghe », Cahiers d’analyse textuelle, n° 10, 1968.

44« Sur l’unité du Testament de Villon », dans Mélanges offerts à Rita Lejeune, Duculot, Gembloux, 1969.

45« Le dialogue dans l’œuvre de Flaubert », Europe, septembre-octobre-novembre 1969.

46« Le point de vue dans Madame Bovary », Cahiers de l’Association Internationale des Études Françaises, n° 23, mai 1971.

47« Sur la Theory of Literature de René Wellek et Austin Warren », Cahiers d’analyse textuelle, n° 13, 1971.

48« Vocabulaire et description du visage », Journée de travail sur « Madame Bovary », Société des Études romantiques, 3 février 1973 (ronéotypé).

49« In Memoriam : Fernand Desonay », Revue des langues vivantes, n° 1, 1974.

50« L’analyse structurale du récit », Cahiers d’analyse textuelle, n° 16, 1974.

51« La description des visages dans Madame Bovary », Littérature, n° 15, octobre 1974.

52« Gustave Flaubert », dans Grands Écrivains du monde, t. IV, Fernand Nathan, Paris, 1978.

53« El analisis estructural de la narración », Lingüística y Literatura, n° 6, 1978 (traduction de « L’analyse structurale du récit »).

54« Portraits en antithèse dans les récits de Flaubert », dans Essais en l’honneur du professeur Dan Demorest, dir. Charles Carlut, Nizet, Paris, 1979.

55« Bouvard et Pécuchet : sur la genèse des personnages », dans Flaubert à l’œuvre, dir. Raymonde Debray-Genette et Gérard Genette, Flammarion, « Textes et Manuscrits », Paris, 1980.

56« Le travail de l’écrivain à la lumière des dossiers et manuscrits du Fonds Simenon », dans Lire Simenon, Nathan-Labor, « Dossiers Media », Paris-Bruxelles, 1980.

57« La genèse des Anneaux de Bicêtre », Simenon, revue Cistres, Essai 10, Éditions L’Âge d’Homme, Lausanne, 1980.

58« Le roman interminable : un aspect de la structure de Bouvard et Pécuchet », dans Nouvelles Recherches sur « Bouvard et Pécuchet », SEDES-CDU, Paris, 1981.

59« De Madame Bovary à Bouvard et Pécuchet, la parole des personnages dans les romans de Flaubert », RHLF, juillet-octobre 1981.

60« Un roman en sept jours : le cas Simenon », Dossiers du CACEF, n° 92, décembre 1981 (catalogue de l’exposition « Simenon » au Centre culturel de la Communauté française de Belgique à Paris).

61« Aspects de la temporalité dans les romans de Flaubert », dans Flaubert : la dimension du texte, dir. Peter Michael Wetherill, Manchester University Press, Manchester, 1982.

62« La parole des personnages », dans Travail de Flaubert, dir. Gérard Genette et Tzvetan Todorov, Seuil, « Points », 1983.

63« Donner à voir », Bulletin du Théâtre de Feu (Mont-de-Marsan), n° 31, 2e trimestre 1982-1983 (sur La Tentation de saint Antoine).

64« Sur le narrateur chez Flaubert », Nineteenth-Century French Studies, n° 3, Spring 1984.

65« Flaubert », dans Dictionnaire des littératures de langue française, dir. Jean-Pierre de Beaumarchais et al., Bordas, Paris, 1984.

66« Rousseau et Flaubert : une source de L’Éducation sentimentale dans les Confessions », dans Mélanges de littérature en hommage à Albert Kies, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, Bruxelles, 1985.

67« Le Grand Meaulnes : pour une analyse en spirale », Marche romane, n° 1-2, 1985.

68« Flaubert, Nerval, Nodier et la Reine de Saba », dans Flaubert 2, dir. Bernard Masson, « Lettres Modernes », Minard, Paris, 1986.

69Discours de réception à l’Académie, Bulletin de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, n° 2, 1987.

70« Heredia, Leconte de Lisle et le Romancero du Cid », dans Itinéraires et plaisirs textuels. Mélanges offerts au professeur Raymond Pouilliart, Éditions Nauwelaerts, Bruxelles, 1987.

71« Simenon et la gestion de l’écriture romanesque », Études. Art et Littérature, Université hébraïque de Jérusalem, automne 1988.

72« Méandres de la création flaubertienne : la Vatnaz dans les manuscrits de L’Éducation sentimentale », Texte. Revue de critique et de théorie littéraire (Toronto), n° 7, 1988.

73« Notes sur l’invention dans Salammbô », dans Flaubert, l’autre. Pour Jean Bruneau, dir. François Lecercle et Simone Messina, Presses Universitaires de Lyon, Lyon, 1989.

74« Genèse des romans de Simenon : le problème des titres », Traces, Université de Liège, n° 1, 1989.

75« L’édition génétique : le domaine français », dans La Naissance du texte, dir. Louis Hay, José Corti, Paris, 1989.

76« Lecture de Délivrez-nous du mal », dans Robert Vivier, Délivrez-nous du mal. Antoine le guérisseur, Labor, Bruxelles, 1989.

77« Simenon et le souvenir », Bulletin de l’Académie royale, n° 1-2, 1990.

78« Simenon et la gestion de l’écriture romanesque », Traces, Université de Liège, n° 2, 1990.

79« Sur le renouvellement des études de correspondances littéraires : l’exemple de Flaubert », Romantisme, n° 72, 1991.

80« Pour une édition du Voyage en Orient de Flaubert », Bulletin de l’Académie royale, n° 3-4, 1991.

81« Le rituel de l’écriture », dans Simenon, l’homme, l’univers, la création, Éditons Complexe, Bruxelles, 1993.

82« La Correspondance de Flaubert : une méthode au fil du temps », dans L’œuvre de l’œuvre, dir. Raymonde Debray-Genette et Jacques Neefs, Presses Universitaires de Vincennes, Paris, 1993.

83« Salammbô et les procédés du réalisme flaubertien », dans Parcours et rencontres. Mélanges de langue, d’histoire et de littérature françaises offerts à Enea Balmas, Klincksieck, Paris, 1994.

84« La critique génétique en France, 1950-1960 », Genesis, n° 5, 1994.

85« Simenon », dans Les plus beaux manuscrits des romanciers français, Robert Laffont, Paris, 1994.

86« Sur l’élaboration de la figure de l’artiste chez Flaubert », dans Variations sur l’éthique. Hommage à Jacques Dabin, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, Bruxelles, 1994.

87« Robert Vivier romancier », La Revue générale (Bruxelles), n° 11, 1994.

88« D’une société à l’autre dans les romans de Flaubert », Kults skriftserie (Oslo), n° 37, 1995.

89« Quand un romancier met un peintre à l’œuvre : le portrait de Rosanette dans L’Éducation sentimentale », dans Voix de l’écrivain. Mélanges offerts à Guy Sagnes, Presses Universitaires du Mirail, Toulouse, 1996.

90« La dispositio dans le travail de Flaubert », Romanic Review, n° 3, May 1995.

91« L’image de la femme chez Leconte de Lisle », Bulletin de l’Académie royale, n° 1-2, 1995.

92« La veine comique chez Leconte de Lisle », Grand Océan (Saint-Denis-de-la-Réunion), 1995.

93« Gustave, Henry et Jules. Quelques réflexions sur la conception et la genèse de la première Éducation sentimentale », Équinoxe (Kyoto), n° 14, printemps 1997.

94« Autour de la philanthropie : réseaux de motifs obsessionnels chez Flaubert », Bulletin de l’Académie royale, n° 3-4, 1997.

95« Documents et invention dans Salammbô », dans « Salammbô » de Flaubert. Histoire, fiction, dir. Daniel Fauvel et Yvan Leclerc, Champion, Paris, 1999.

96« Flaubert et le récit autobiographique : Les Mémoires d’un fou », dans Flaubert e la tradizione letteraria, Éditions Slatkine, Genève, 1999.

97« Flaubert dans les lettres de la cinquantaine », Revue Flaubert en ligne, n° 1, 2001, flaubert.univ-rouen.fr/revue/revue1/mersch.pdf

98« Le mesmérisme dans Bouvard et Pécuchet », dans Traces du mesmérisme dans les littératures européennes du XIXe siècle, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, Bruxelles, 2001.

99« Éditer les œuvres de jeunesse de Flaubert », entretien avec Claudine Gothot-Mersch, propos recueillis par Pierre-Marc de Biasi, Magazine littéraire, n° 401, septembre 2001.

100« Une nouvelle édition des Œuvres complètes », dans Flaubert 5, dir. Gisèle Séginger, « Lettres Modernes », Minard, Paris, 2005.

101« Mythologie et poésie dans Salammbô », Bulletin de l’Académie royale, n° 1-4, 2012.

Haut de page

Notes

1 Sur les liens privilégiés entre Claudine Gothot-Mersch et Rouen, voir la page que lui a consacrée en novembre 2016 le site du Centre Flaubert de l’Université de Rouen Normandie (laboratoire Cérédi), dont le directeur, Yvan Leclerc, s’associe à notre hommage : http://flaubert.univ-rouen.fr/etudes/claudine_gothot_mersch.php

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jeanne Bem, « Claudine Gothot-Mersch : In Memoriam », Flaubert [En ligne], 20 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2018, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/flaubert/2898

Haut de page