Navigation – Plan du site

Identiques et différentes – à propos des répétitions dans Madame Bovary

Shiguéhiko Hasumi

Résumés

Cet article est la traduction par l’auteur d’un chapitre de son essai critique sur Madame Bovary, paru en japonais en 20141.

Basé sur l’analyse d’une phrase identique (« son père l’amena lui-même ») qui a été répétée, dans des circonstances différentes et avec une autre signification, à propos de Charles et d’Emma, cet article a pour objet de mesurer la manifestation, sur plusieurs nivaux, du potentiel narratif des répétitions dans Madame Bovary.

Haut de page

Texte intégral

Rouen, maisons jumellesAfficher l’image
Crédits : Collection privée, Jeanne Bem

Deux pères

  • 2 La pagination avec abréviation Corr. II renvoie au tome II de la Correspondance de Flaubert, éd. Je (...)
  • 3 Dans l’Introduction de sa belle édition de Madame Bovary, Claudine Gothot-Mersch analyse la théorie (...)

1La prise de position de Flaubert vis-à-vis des répétitions dans un texte littéraire est foncièrement ambiguë et même contradictoire. En théoricien du style, le romancier les considère comme le signe d’une absence de plan ou de conception, c’est-à-dire comme un élément néfaste à éviter absolument. De son point de vue, le style est une conception purement moderne ; ses lettres adressées à Louise Colet pendant la rédaction de Madame Bovary dans les années 1850 le prouvent clairement. Il déclare au sujet de Montesquieu : « …jusqu’à nous, jusqu’aux très modernes, on n’avait pas l’idée de l’harmonie soutenue du style. Les qui, les que enchevêtrés les uns dans les autres reviennent incessamment dans ces grands écrivains-là. Ils ne faisaient nulle attention aux assonances […] » (Corr. II, 350)2. Ainsi s’exclame-t-il à propos de L’Enfer de Dante : « Pas de plan! Que de répétitions! » (Corr. II, 85). C’est dans ce sens qu’il corrige ses propres brouillons de Madame Bovary : « Je n’ai plus que deux ou trois répétitions du même mot à enlever et deux coupes trop pareilles à casser » (Corr. II, 544)3.

  • 4 Les numéros de page sans autre indication renvoient à Flaubert, Madame Bovary, éd. Jacques Neefs, « (...)
  • 5 C’est nous qui soulignons.

2Cependant, dans sa pratique d’écriture, Flaubert ne craint pas de se répéter lui-même. Par exemple, à une trentaine de pages d’intervalle, dans la Ière partie du roman, nous découvrons, avec surprise, une proposition syntaxiquement identique qui, se répétant d’un chapitre à l’autre, décrit une situation presque similaire, mais dont la signification est complètement différente. Il s’agit de la courte phrase « son père l’amena lui-même ». Le contexte narratif en révèle la dissemblance. Au chapitre I, nous assistons à l’entrée de Charles au collège : « Six semaines se passèrent encore ; et, l’année d’après, Charles fut définitivement envoyé au collège de Rouen, où son père l’amena lui-même, vers la fin d’octobre, à l’époque de la foire Saint-Romain » (63)4. On retrouve les mêmes mots au chapitre V, pour décrire l’arrivée d’Emma au couvent : « Lorsqu’elle eut treize ans, son père l’amena lui-même à la ville, pour la mettre au couvent » (97)5. Pourquoi cette répétition de la même proposition n’a-t-elle pas été corrigée par l’écrivain ? Ne ferait-elle pas partie de ces « deux ou trois répétitions à enlever » ?

  • 6 Les brouillons de Madame Bovary sont conservés à la Bibliothèque municipale de Rouen, sous la cote (...)

3Remarquons que ce n’est pas avec une conviction déterminante que le romancier a inscrit cette phrase identique dans deux endroits différents. En ce qui concerne le chapitre V, depuis le moment où il l’a ajoutée en marge d’un brouillon6 : « Quand elle eut à peu près 13 ans son père l’amena lui-même à R à la ville pr la mettre en pension au couvent » (ms g 223-1, f° 123), jusqu’au stade du manuscrit autographe définitif : « Lorsqu’elle eut treize ans, son père l’amena lui-même à la ville prla mettre au couvent » (ms g 221, f° 71), il y a peu de changement.

4Par contre, pour le chapitre I, Flaubert hésita longtemps sur la conduite que tiendrait le père de Charles. Dans les brouillons, le mot « lui-même» ne s’appliquait pas à « l’amena », mais à un autre verbe : « Charles fut envoyé au collège de Rouen, où son père l’amena vers la fin d’octobre, à l’époque de la foire St Romain, y ayant à faire lui-même pr un cheval qu’il voulait vendre » (ms g 223-1, f° 23 verso). Dans un autre brouillon, une partie du dernier paragraphe est barrée : « y ayant à faire lui-même pr un cheval qu’il voulait vendre » (ibid., f° 17), mais elle réapparaît fort curieusement dans le manuscrit autographe définitif avant d’être barrée: « … et l’année d’après enfin Charles fut définitivement envoyé au collège de Rouen où son père l’amena lui-même lui-même lui-même vers la fin d’octobre à l’époque de la foire St Romain, y ayant à faire pr un cheval qu’il voulait vendre » (ms g 221, f° 13). Cet épisode de la vente du cheval sera réservé, on le sait, et réutilisé pour Charles devenu veuf, qui vendra le sien à la fin du roman(499).

5On ignore si Flaubert, lorsqu’il se décida à écrire, à propos de Charles : « son père l’amena lui-même », était conscient de ce qu’il utiliserait la même phrase à propos d’Emma. Cependant, cette coïncidence constitue ce que nous appelons la réalité textuelle de la fiction ; il s’agit en fait d’une pure répétition. Que signifie-t-elle ? On peut dire en tout cas qu’elle indique une similitude entre les attitudes des deux pères ; chacun joue le même rôle narratif, en menant son enfant de la campagne à la ville. Certes, au niveau du caractère ou des carrières des personnages, « M. Charles-Denis-Bartholomé Bovary » (59) et « Théodore Rouault » (277) ne se ressemblent pas. Mais ils ont en commun d’être chacun propriétaire d’une ferme mal gérée.

6Concernant le père de Charles, tout paraît évident dès le début. Cet « ancien aide-chirurgien-major » (59), ayant vécu « deux ou trois ans sur la fortune de sa femme » (ibid.), après la mort de son beau-père « se lança dans la fabrique, y perdit quelque argent puis se retira dans la campagne, où il voulut faire valoir. Mais, comme il ne s’entendait guère plus en culture qu’en indiennes, qu’il montait ses chevaux au lieu de les envoyer au labour, buvant son cidre en bouteilles au lieu de le vendre en barriques, mangeant les plus belles volailles de sa cour », [il se trouva en difficulté financière] (59-60).

7Rien n’est simple en ce qui concerne le père d’Emma. Il est vrai que lors de la première visite médicale aux Bertaux, Charles s’imagine en écoutant son guide que « M. Rouault devait être un cultivateur des plus aisés » (70). Il découvre en arrivant « une ferme de bonne apparence ». Mais nous ne tardons pas à apprendre que : « [loin] d’y avoir fait fortune, le bonhomme y perdait tous les ans ; car, s’il excellait dans les marchés, où il se plaisait aux ruses du métier, en revanche la culture proprement dite, avec le gouvernement intérieur de la ferme, lui convenait moins qu’à personne » (82). Sa situation financière est vite déplorable. Il est « forcé de vendre vingt-deux acres de son bien » (83), il doit beaucoup au maçon, et l’arbre du pressoir est à remettre.

8Les deux personnages ont des points communs même en dehors du plan narratif : leur situation financière comme fermiers est précaire. Le père d’Emma, campagnard de naissance, descendant d’un berger, dépense l’argent sans compter : « Il aimait le gros cidre, les gigots saignants, les glorias longuement battus » (ibid.). Le père Rouault imite ainsi, sans le savoir, la conduite du père de Charles, dont on a vu qu’il buvait son cidre au lieu de le vendre et mangeait ses plus belles volailles.

9Leur ressemblance ne s’arrête pas là. Après la mort d’Héloïse, la première épouse de Charles, le père Rouault s’aperçoit que le médecin a « les pommettes rouges près de sa fille » (83), calcule que Charles « ne chicanerait pas trop sur la dot » (83), et accepte l’idée de leur union. Cette situation rappelle, elle aussi, comment les parents de Charles ont trouvé pour le premier mariage de leur fils « la veuve d’un huissier de Dieppe, qui avait quarante-cinq ans et douze cents livres de rente » (67). De la même manière, le père Rouault accepte un veuf pour le mariage de sa fille, et cela pour des raisons purement économiques.

10La structure narrative de Madame Bovary est ainsi basée sur la répétition de l’expression : « son père l’amena lui-même ». Retrouverons-nous ce principe de répétition dans le comportement de l’enfant de chacun des pères ?

Deux espaces7

  • 7 Cette partie reprend, de manière critique, des problèmes traités dans mon article : Shiguéhiko Hasu (...)

11Amenés à la ville de Rouen par leurs pères, Charles et Emma y découvriront chacun un lieu identiquement fermé : le collège et le couvent. Leur réaction cependant vis-à-vis de ce cadre inhabituel est totalement inverse. Emma y établit un contact heureux avec son nouvel entourage, y plongeant même avec volupté : « Vivant donc sans jamais sortir de la tiède atmosphère des classes et parmi ces femmes au teint blanc portant des chapelets à croix de cuivre, elle s’assoupit doucement à la langueur mystique qui s’exhale des parfums de l’autel, de la fraîcheur des bénitiers et du rayonnement des cierges » (98).

12Plus tard, à Yonville-l’Abbaye, lorsqu’elle est « amoureuse de Léon » (196), qui la quitte pour aller à Paris, elle se souvient de cette tiède atmosphère du couvent. Elle entend tout à coup sonner l’Angélus. « À ce tintement répété, la pensée de la jeune femme s’égarait dans ses souvenirs de jeunesse et de pension. […] Elle aurait voulu, comme autrefois, être encore confondue dans la longue ligne des voiles blancs, que marquaient de noir çà et là les capuchons raides des bonnes sœurs inclinées sur leur prie-Dieu […]. Alors un attendrissement la saisit » (199). Tout ceci confirme que l’expérience spatiale d’Emma dans l’univers clos de Rouen la hantera le reste de sa vie.

13La réaction du collégien Charles sera similaire, mais pourtant en sens contraire. Il éprouve en arrivant une contraction physique et mentale. Même son costume l’embarrasse en le serrant : « son habit-veste de drap vert à boutons noirs devait le gêner aux entournures […]. Ses jambes, en bas bleus, sortaient d’un pantalon jaunâtre très tiré par les bretelles » (56). Entouré de ce « Nous » anonyme et sous les regards distants d’enfants citadins, il se trouve comme frappé de paralysie, laisse tomber sa casquette et bredouille son nom. Dans un lieu fermé, Charles n’existe plus ni pour lui-même, ni pour les autres.

14Cet affaissement d’existence, cet alourdissement de son corps et de son âme dans un univers clos, que Charles a connu au collège, le poursuit à l’École de médecine et à la pension donnant sur l’Eau-de-Robec. Prisonnier de hauts murs, il se met à la fenêtre pour s’évader en rêve vers l’horizon lointain : « En face, au-dela des toits, le grand ciel pur s’étendait, avec le soleil rouge se couchant. Qu’il devait faire bon là-bas ! Quelle fraîcheur sous la hêtrée ! » (65) Cette convoitise d’un grand espace rappelle que Charles est essentiellement un homme du dehors. Dans son mariage, les « longs bras maigres » (68) de la riche veuve l’emprisonneront de nouveau. Le salut lui arrive, lorsque, appelé à l’aube aux Bertaux pour soigner la jambe cassée du père Rouault, il traverse la campagne déserte à perte de vue. Cette randonnée matinale dans un vaste espace ouvert va l’amener à la rencontre de la « demoiselle » Rouault.

15Mais, même après son mariage avec Emma, à la Vaubyessard, lorsqu’il sera aux côtés de son épouse éblouie de ses débuts mondains, Charles aura le pantalon qui le serre « au ventre » et il avouera à sa femme : « Les sous-pieds vont me gêner pour danser » (117). Sa seule réaction de toute la soirée est qu’il « dormait à demi, le dos appuyé contre une porte » (122). Un cas semblable se produit au théâtre de Rouen. La contraction physique de Charles commence même avant d’y arriver. Flaubert note : « Bovary, par prudence, garda les billets à sa main, dans la poche de son pantalon, qu’il appuyait contre son ventre » (340). Au contraire, un battement de cœur saisit Emma « dès le vestibule » ; elle prend plaisir, « comme un enfant, à pousser de son doigt les larges portes tapissées »; elle aspire « de toute sa poitrine l’odeur poussiéreuse des couloirs », et assise dans sa loge, elle se cambre « avec une désinvolture de duchesse » (ibid.). Tandis que Charles, pendant la représentation de l’opéra, l’exaspère, lui posant des questions, avouant « ne pas comprendre l’histoire, – à cause de la musique » (344). À l’entracte, bousculé par la foule, il perd l’équilibre et renverse sur une dame le verre qu’il tenait à la main.

16Ce trouble intellectuel et l’inadaptation à un espace fermé sont presque toujours considérés comme les indices de la bêtise du personnage. Nous sommes plutôt tentés de croire que le romancier voulait insister chez Charles sur la peur existentielle dans un espace clos. Chaque fois que le personnage se trouve dans un cadre inhabituel fermé et plein de monde, le même trouble l’accable. Par contre, c’est dans un vaste espace qu’Emma éprouve de la peur. L’épisode de la promenade solitaire avec son chien « à la hêtrée de Banville » (110) se termine significativement par un refus de l’horizon ouvert : « Une peur la prenait, elle appelait Djali, s’en retounait vite à Tostes […], s’affaissait dans un fauteuil, et de toute la soirée ne parlait pas » (112).

17C’est à partir de ce moment que la rêverie d’Emma se fixe sur l’image d’une chambre fermée. Au retour de la Vaubyessard, s’achetant un plan de Paris et s’abonnant aux journaux féminins, elle imagine les scènes nocturnes de la capitale. « Paris, plus vague que l’Océan, miroitait donc aux yeux d’Emma dans une atmosphère vermeille. La vie nombreuse qui s’agitait en ce tumulte y était cependant divisée par parties, classée en tableaux distincts. Emma n’en apercevait que deux ou trois qui lui cachaient tous les autres, et représentaient à eux seuls l’humanité complète » (129). Ces images prédominantes sont d’abord le monde des ambassadeurs « dans des salons lambrissés de miroirs » ; ensuite, la société des duchesses, où on est « pâle », les femmes portant « du point d’Angleterre au bas de leur jupon » ; finalement, « les cabinets de restaurant où l’on soupe après minuit […] à la clarté des bougies » (ibid.).

18Dans la vie courante, Emma ne connaîtra aucun de ces trois espaces, mais dans sa vie d’adultère, elle se cloîtrera avec son amant dans un endroit étroit et caché qui lui procurera de la jouissance. Elle éprouvera de l’extase avec Rodolphe dans une hutte de sabotiers dont « le toit descendait si bas, qu’il fallait se tenir courbé » (266-267). Au cours de sa rêverie de fuite, dans sa chambre à coucher à coté de son mari, elle est « emportée depuis huit jours vers un pays nouveau » (306), pour arriver « dans un village de pêcheurs » où ils habiteraient « une maison basse, à toit plat » (307).

19L’univers fermé qui protège Emma la poursuit dans sa relation avec Léon ; ils se retrouvent à l’auberge de la Croix rouge, dans la chambre de la voyageuse, qui semble « petite, tout exprès pour resserrer davantage leur solitude » (357). Le lendemain, elle se donnera à Léon dans un fiacre, « une voiture à stores tendus […] plus close qu’un tombeau » (372). Plus tard, lors de ces « trois jours pleins, exquis, splendides » (385) qu’ils passent à l’hôtel de Boulogne, sur le port de Rouen, ils vivent « volets fermés, portes closes » et prennent le soir « une barque couverte » (ibid.) pour aller dîner sur une île de la Seine, « dans la salle basse d’un cabaret » (386).

20Il existe incontestablement une cohérence dans le développement des expériences spatiales de Charles et d’Emma, malgré la diversité de leurs réactions.

Deux enfants

21Dans la scène de noce décrite dans le chapitre IV de la Ière partie, où « quarante-trois personnes » (85) sont arrivées « de bonne heure » pour rester « seize heures à table », la présence du marié est à peine notable. Flaubert insiste : « Charles n’était point de complexion facétieuse, il n’avait pas brillé pendant la noce » (90), ce qui ne nous étonne point. Cependant, le lendemain matin, il surprendra les invités en appelant la mariée « ma femme » et en la tutoyant. Il maîtrise la situation. Que signifie alors ce brusque changement ?

  • 8 Procès intenté à l’auteur devant le Tribunal correctionnel de Paris (6e Chambre), dans Flaubert, Œu (...)

22Jacques Neefs, dans une note de son édition de Madame Bovary à propos de ce paragraphe (90-91), indique fort judicieusement que lors du procès intenté contre le roman publié dans la Revue de Paris, le procureur Pinard a été fort sensible à l’expression « le lendemain » : « Je passe sur le mot du lendemain, et sur cette mariée qui ne laissait rien découvrir où l’on pût deviner quelque chose, il y a déjà un tour de phrase plus qu’équivoque, mais voulez-vous savoir comment était le mari ? »8. C’est ainsi qu’il s’interroge sur l’état d’esprit de Charles après le mariage, quand le narrateur le montre au chapitre V « heureux et sans souci de rien au monde » (94).

  • 9 Revue de Paris, t. XLI, 15 décembre 1856, p. 287.

23Il existe cependant un passage déterminant où le narrateur révèle ce qu’a ressenti Charles le soir des noces : il s’agit de ses souvenirs après la mort d’Emma, quand il entre dans la chambre à coucher pour lui faire ses adieux. Flaubert évoque admirablement la sensibilité de Charles à l’atmosphère qui enveloppe le corps étendu d’Emma. « Des moires frissonnaient sur la robe de satin, blanche comme un clair de lune. Emma disparaissait dessous ; et il lui semblait que, s’épandant au-dehors d’elle-même, elle se perdait confusément dans l’entourage des choses, dans le silence, dans la nuit, dans le vent qui passait, dans les senteurs humides qui montaient. » (481) Soudain, Charles retrouve l’odeur, la sonorité et la sensation tactile émanant du corps de son épouse le soir des noces : « la chambre était pleine du parfum de sa chevelure, et sa robe lui frissonnait dans les bras avec un bruit d’étincelles. C’était la même, celle-là !» (481-482). Le procureur impérial a sans doute manqué ce beau passage, qui est pourtant bel et bien imprimé dans la Revue de Paris9.

24Malgré le sentiment existentiel d’affaissement qui se manifeste aux Bertaux le soir des noces, on voit que Charles, seul avec Emma dans la nuit de noces, est un être sensible. C’est ainsi que Flaubert explique ultérieurement ce qui a provoqué le changement du nouvel époux. D’où cette notation merveilleuse du chapitre V, quand un matin l’officier de santé s’éloigne d’Emma accoudée au bord de la fenêtre après une nuit de bonheur : « Charles, à cheval, lui envoyait un baiser ; elle répondait par un signe, elle refermait la fenêtre, il partait. Et alors, sur la grande route qui étendait sans en finir son long ruban de poussière, par les chemins creux où les arbres se courbaient en berceaux, dans les sentiers dont les blés lui montaient jusqu’aux genoux, avec le soleil sur ses épaules et l’air du matin à ses narines, le cœur plein des félicités de la nuit, l’esprit tranquille, la chair contente, il s’en allait […] » (95-96).

25Charles se demande en chevauchant (à l’indirect libre) : « Jusqu’à présent, qu’avait-il eu de bon dans l’existence ? » Il se souvient de « son temps de collège », quand il était « enfermé entre ces hauts murs », du temps où étudiant en médecine, il n’avait « jamais la bourse assez ronde » pour « quelque petite ouvrière » qui aurait pu être sa maîtresse. « Ensuite il avait vécu pendant quatorze mois avec la veuve, dont les pieds, dans le lit, étaient froids comme des glaçons. » Mais, à présent, il possède « pour la vie cette jolie femme » adorée (96). La symbolique de la chambre fermée et hostile a donc été chez lui transformée en lieu de bonheur infini. La sensualité d’Emma est décrite dans son geste volatil : « elle continuait à lui parler d’en haut, tout en arrachant avec sa bouche quelque bribe de fleur ou de verdure qu’elle soufflait vers lui […] » (95). Par conséquent, les deux enfants des deux fermiers ont trouvé une satisfaction mutuelle.

26Ces observations sur le nouveau marié laissent prévoir la structure tripartite Rouen-Tostes-Les Bertaux. La ferme, longtemps restée un lieu d’attraction, est devenue un lieu de bonheur où Charles finit par posséder Emma. Elle, de son côté, se souvient également de lieux différents, en particulier le premier soir où elle arrive à Yonville. « C’était la quatrième fois qu’elle couchait dans un endroit inconnu. La première avait été le jour de son entrée au couvent, la seconde celle de son arrivée à Tostes, la troisième à la Vaubyessard, la quatrième était celle-ci ; et chacune s’était trouvée faire dans sa vie comme l’inauguration d’une phase nouvelle. Elle ne croyait pas que les choses pussent se représenter les mêmes à des places différentes, et, puisque la portion vécue avait été mauvaise, sans doute ce qui restait à consommer serait meilleur. » (167-168)

27Il ne faut pas se méprendre sur la notation de « la quatrième fois », car il existe ici aussi une structure tripartite : Rouen-Tostes-Vaubyessard. Le troisième lieu reste comme un centre d’attraction vers l’ailleurs et l’inconnu. Mais l’invitation pour le bal annuel n’arrivant pas l’année suivante, elle se dit : « Est-ce que cette misère durerait toujours ? » (139) À Yonville, après le départ de Léon, sachant que cet endroit est loin d’être « l’inauguration d’une phase nouvelle», elle se lamentera : « Alors les mauvais jours de Tostes recommencèrent » (217). Dans la seconde moitié de la IIe partie du roman, avec l’apparition de Rodolphe, une nouvelle structure tripartite Tostes-Yonville-La Huchette gouvernera la vie d’Emma. Dans la IIIe partie, après la rencontre de Léon au théâtre, une nouvelle structure tripartite Tostes-Yonville-Rouen dirigera la narration.

28Emma ressemble à Charles quand, jeune marié, il revenait en pensée sur son propre passé. Mais, par rapport à lui, qui a trouvé une satisfacton dans son présent, elle espère encore une amélioration de sa vie actuelle. Nous trouvons donc ici l’effet narratif d’une structure tripartite qui se répète, à la fois identique et différente, chez chacun des deux enfants amenés à Rouen par leurs pères.

Frère et sœur

29On propose souvent de résumer le récit de Madame Bovary par les trois étapes à travers lesquelles l’héroine avance vers son suicide : désillusion du mariage, infidélité conjugale, endettement excessif. Or, la réalité texuelle de la fiction du roman souligne que c’est Charles qui a connu ces trois étapes avant Emma. Obsédée par la répétition, Emma imite sans le savoir le comportement de son mari. Dans ce sens, on peut dire qu’elle lui ressemble comme une sœur à son frère. Cette série de répétitions, non de mots mais d’attitudes, contient le potentiel narratif de transformation.

30De ce point de vue, il est clair que c’est Charles qui exprime le premier la déception de son mariage (son mariage avec la veuve) : « Charles avait entrevu dans le mariage l’avènement d’une condition meilleure, imaginant qu’il serait plus libre et pourrait disposer de sa personne et de son argent. Mais sa femme fut le maître » (67). Concernant Emma, Flaubert écrit : « Mais l’anxiété d’un état nouveau, ou peut-être l’irritation causée par la présence de cet homme, avait suffi à lui faire croire qu’elle possédait enfin cette passion merveilleuse qui jusqu’alors s’était tenue comme un grand oiseau au plumage rose planant dans la splendeur des ciels poétiques ; – et elle ne pouvait s’imaginer à présent que ce calme où elle vivait fût le bonheur qu’elle avait rêvé » (105).

31Nous observons, à propos de la tentation d’adultère, le même processus d’imitation inconsciente. Charles est contraint par Héloïse de renoncer à se rendre aux Bertaux où il reverrait la fille du fermier. « Il obéit donc ; mais la hardiesse de son désir protesta contre la servilité de sa conduite, et, par une sorte d’hypocrisie naïve, il estima que cette défense de la voir était pour lui comme un droit de l’aimer. Et puis la veuve étais maigre, elle avait les dents longues […]. » (76) La même réaction de dégoût vis–à-vis de son époux est exprimée par Emma, lorsqu’à Yonville l’amour refoulé pour Léon n’aboutit à aucun résultat. « Ce qui l’exaspérait, c’est que Charles n’avait pas l’air de se douter de son supplice. […] / Donc, elle reporta sur lui seul la haine nombreuse qui résultait de ses ennuis, et chaque effort pour l’amoindrir ne servait qu’à l’augmenter ; car cette peine inutile s’ajoutait aux autres motifs de désespoir et contribuait encore plus à l’écartement. Sa propre douceur à elle-même lui donnait des rébellions. […] Elle aurait voulu que Charles la battît, pour pouvoir plus justement le détester, s’en venger. » (197) La haine de Charles vis-à-vis de sa première épouse, la veuve, est ici réécrite d’une manière plus détaillée et plus concrète. Emma n’a pas considéré Charles comme un veuf, mais elle arrive à cette conclusion : « Des tentations la prenaient de s’enfuir avec Léon, quelque part, bien loin, pour essayer une destinée nouvelle » (197-198).

32Signalons que Charles transmet à Emma, non seulement des réactions psychologiques, mais aussi certaines sensations corporelles. Lorsqu’elle parle à Rodolphe de leur prochain départ qui n’aura pas lieu, elle se réjouit en imagination de la sensation qu’elle éprouvera dans la malle–poste : « Il me semble qu’au moment où je sentirai la voiture s’élancer, ce sera comme si nous montions en ballon, comme si nous partions vers les nuages » (304-305). Il ne s’agit bien entendu que d’une évocation imaginaire, puisque Emma n’a jamais pris ce moyen de locomotion. Son désir d’évasion n’est rien d’autre qu’une envie de monter vers les nuages. Elle s’abandonnera à la force qui l’emportera dans l’espace, jouissant d’une légèreté indicible. Souvenons-nous, à ce propos, que Charles enfant se trouvait en harmonie avec les vastes espaces de la campagne. Et même, lors des grandes fêtes, il « suppliait le bedeau de lui laisser sonner les cloches, pour se pendre de tout son corps à la grande corde et se sentir emporter par elle dans sa volée » (62). Cette sensation ne serait-elle pas analogue à celle d’Emma souhaitant partir « vers les nuages » ?

33Dans la IIIe partie, un jeudi matin, Emma se lève tôt pour préparer un voyage d’un jour à Rouen afin de retrouver Léon. Elle arrive à l’auberge du Lion d’or et attend le départ de l’Hirondelle. Une servante déterre « pour Madame les charbons enfouis sous les cendres » (392). On comprend que le temps est froid. Flaubert écrit : « Emma battait la semelle de ses bottines contre les pavés de la cour » (ibid.). Ce mouvement des pieds rappelle celui de Charles étudiant en médecine, qui déjeunait le matin « tout en battant la semelle contre le mur » (65). Ils pratiquent chacun un mouvement particulier propre aux petits campagnards.

  • 10 Sur l’importance du thème de la signature dans le roman, voir mon article : Shiguéhiko Hasumi, « Ma (...)

34N’oublions pourtant pas que le geste le plus significatif qu’Emma répète après Charles est celui des signatures. Le registre narratif de transformation du roman est basé sur la disposition de diverses formes de signature10 : des billets à ordre à la fin de la IIe partie pour annoncer la dégradation financière du couple ; des procurations au milieu de la IIIe, ce qui augmentera leur endettement. Dans ce cas également, c’est Charles qui signe le premier. À la convalescence d’Emma, « il ne savait comment faire pour dédommager M. Homais de tous les médicaments pris chez lui » (325). Flaubert insiste : « les notes pleuvaient dans la maison ; les fournisseurs murmuraient ; M. Lheureux, surtout, le harcelait » (ibid.). Charles se décide à « souscrire un billet à six mois d’échéance », ainsi qu’un autre « par lequel Bovary déclarait devoir payer à son ordre, le 1er septembre prochain, la somme de mille soixante et dix francs » (326). Ici débute la dégradation financière, car tout en se demandant comment « pouvoir rembourser tant d’argent », Charles écarte « de sa conscience un sujet de méditation aussi désagréable » (327).

35Lorsque Lheureux propose à Emma de « renouveler le billet signé par Bovary » (383), elle imite son mari, elle entre dans le cycle des renouvellements et elle obtient de Charles une procuration, de façon à signer à sa place. Les signatures d’Emma détériorent encore leur situation financière, car elle possède à présent « une autorisation générale pour “gérer et administrer ses affaires, faire tous emprunts, signer et endosser tous billets, payer toutes sommes, etc.” » (384). C’est ainsi qu’Emma dégrade sa situation par l’abus de ses propres signatures, augmente encore ses dettes, et à l’instar de Charles, refuse de penser aux échéances : « Parfois, il est vrai, elle tâchait de faire des calculs ; mais elle découvrait des choses si exorbitantes, qu’elle n’y pouvait croire. Alors elle recommençait, s’embrouillait vite, plantant tout là et n’y pensait plus » (426). Les agissements répétitifs d’Emma continuent. À quoi Flaubert va-t-il avoir recours pour finir son roman ?

Deux pièces de cinq francs

36Pour que le récit de Madame Bovary prenne fin, il faut que la logique narrative, ancrée dans la série de répétitions identiques et différentes, introduise un élément positif de transformation, amorcé pendant la dégradation financière décrite dans la IIIe partie. Charles, se promenant seul dans le jardin, laisse échapper un mot qui aurait pu être attribué à sa femme : « Quand donc tout cela finira-t-il ! » (427) Comme pour répondre à cette plainte, Emma (à propos de sa liaison avec Léon) prononce : « Mais comment pouvoir s’en débarrasser ? » (429)

37Ici, cependant, Emma n’imite pas Charles. Dans la Ière partie, un an après le bal à la Vaubyessard, voyant que le marquis d’Andervilliers ne renouvelait plus son invitation, elle exprimait déjà sa peur de revivre des journées monotones: « Elles allaient donc maintenant se suivre ainsi à la file, toujours pareilles, innombrables, et n’apportant rien ! » (134-135) Disons qu’ici, dans la IIIe partie, c’est Charles qui commence à imiter Emma inconsciemment. Avant son départ pour Yonville, prisonnière de journées monotones, Emma se disait (à l’indirect libre) : « Est-ce que cette misère durerait toujours ? est-ce qu’elle n’en sortirait pas ?» (139) Une fois installée à Yonville, Emma se lamentera après le départ de Léon pour Paris : « Alors les mauvais jours de Tostes recommencèrent » (217). Toutes ces plaintes confirment que pour la première fois, c’est Charles qui répète la situation mentale d’Emma, ce qui introduit l’élément de transformation conduisant la logique narrative vers la fin.

38L’essentiel, pour le renversement du rôle, réside dans la phrase suivante qui est précédée d’un blanc typographique : « Quand Charles, bouleversé par la nouvelle de la saisie, était rentré à la maison, Emma venait d’en sortir. Il cria, pleura, s’évanouit […] » (458). Cette fois, c’est le mari qui imite involontairement son épouse. On se souvient que lors de la première visite de Rodolphe chez l’officier de santé, le charretier qui veut être saigné et Justin qui le soigne tombent en syncope à la vue du sang. Emma quant à elle prétend ne jamais s’évanouir. Rodolphe s’exclame : « C’est extraordinaire pour une dame ! » (224). Or, le lecteur se souvient qu’à la naissance de Berthe, en voyant que le nouveau né était une fille, « [Emma] tourna la tête et s’évanouit » (172). Plus tard, abandonnée par Rodolphe, à la vue de son « tilbury bleu » qui traverse la place de Yonville, « [Emma] poussa un cri et tomba roide par terre, à la renverse » (321). Peu après, son mari lui demande d’embrasser sa fille, et le romancier insiste : « Elle s’évanouit encore » (322). On voit combien est essentielle, pour la transformation de la logique narrative du récit, cette notation concernant Charles : « Il cria, pleura, s’évanouit ».

  • 11 La plupart des éditions actuelles de Madame Bovary suivent le texte de l’édition Charpentier dite « (...)

39Ceci introduit la dernière phase du récit qui, en dépit de l’apparente composition tripartite, révèle une division en cinq parties plutôt que trois11. C’est précisément ce blanc, après lequel arrive très vite la phrase sur l’évanouissement de Charles, qui justifie sa surprenante métamorphose après la mort d’Emma. Pendant la cérémonie religieuse dans l’église, pris « d’une rage farouche, noire, désespérée » (485) à la pensée d’enterrer l’être aimé, Charles ne peut s’empêcher d’insulter un chantre qui fait la quête. « – Dépêchez-vous donc ! Je souffre, moi ! s’écria Bovary, tout en lui jetant avec colère une pièce de cinq francs. » (486)

40Certainement, Charles ignore que la veille du jour où sa femme s’empoisonna, alors qu’elle était en voiture à mi-chemin entre Rouen et Yonville, elle fit le même geste à l’intention de l’aveugle, ce mendiant diagnostiqué par le pharmacien Homais comme souffrant d’« une affection scrofuleuse » (440). « Emma, prise de dégoût, lui envoya, par-dessus l’épaule, une pièce de cinq francs. C’était toute sa fortune. » (441) Ainsi Charles est devenu sujet à des répétitions involontaires. Ceci est le signe irrévocable de la fin du mouvement narratif de l’œuvre.

41Plus tard, Charles imitera Emma, mais cette fois volontairement. « Pour lui plaire, comme si elle vivait encore, il adopta ses prédilections, ses idées ; il s’acheta des bottes vernies, il prit l’usage des cravates blanches. Il mettait du cosmétique à ses moustaches, il souscrivit comme elle des billets à ordre. Elle le corrompait par delà le tombeau. » (492-493). Cet acte de signer des billets à ordre, effectué par Charles à l’exemple d’Emma, n’améliore pas sa situation financière. Il exige, comme Emma le faisait, « l’arriéré d’anciennes visites » (491), mais en vain. Ainsi se trouve-t-il dans la même situation qu’Emma, qui s’était mise « à vendre ses vieux gants, ses vieux chapeaux, la vieille ferraille » (425). Comme elle, il est « obligé de vendre l’argenterie » (493). Flaubert conclut : « Malgré l’épargne où vivait Bovary, il était loin de pouvoir amortir ses anciennes dettes. Lheureux refusa de renouveler aucun billet. La saisie devint imminente » (497).

42Un jour, Charles va « au marché d’Argueil pour vendre son cheval – dernière ressource » (499), et il y rencontre Rodolphe devant qui il prononce la phrase inattendue : « C’est la faute de la fatalité ! » (500), une phrase qui dépasse la compréhension de son ancien rival. Selon la réalité textuelle de la fiction de Madame Bovary, la fatalité est ce jeu cruel des répétitions semblables et dissemblables. Le lendemain, Charles expire brusquement dans son jardin, sous le ciel bleu, parmi le jasmin embaumant et des cantharides bourdonnant autour des lis en fleur (500), tandis qu’Emma, elle, était morte dans une chambre fermée « toute pleine d’une solennité lugubre » (469).

43Ces deux morts si éloignés l’un de l’autre ont eu leurs destins gérés par la répétiton de la même phrase : « son père l’amena lui-même ». Le récit de Madame Bovary, au lieu d’être la tragédie d’un couple au sein duquel les caractères seraient opposés, se présente comme le drame fatal de deux êtres qui, s’imitant l’un l’autre, ont été déterminés par le jeu de répétitions à la fois identiques et différentes.

Haut de page

Bibliographie

Flaubert, Madame Bovary, éd. Jacques Neefs, « Le Livre de Poche classique », Paris, 1999.

Flaubert, Madame Bovary, éd. Claudine Gothot-Mersch, « Classiques Garnier », Paris, 1971.

Flaubert, Madame Bovary, 2 vol., éd. René Dumesnil, Les Belles Lettres, Paris, 1945.

Flaubert, manuscrits de Madame Bovary, Bibliothèque municipale de Rouen, site bovary.fr

Flaubert, Correspondance, t. II, éd. Jean Bruneau, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, 1980.

Shiguéhiko Hasumi, Bovari Fujin ron, Librairie Chikuma-shobo, Tokyo, 2014.

Shiguéhiko Hasumi, « Ambivalence flaubertienne de l’ouvert et du clos : la mort des personnages principaux de Madame Bovary », Cahiers de l’Association Internationale des Études Françaises, Mai 1971, n° 23.

Shiguéhiko Hasumi, « Madame Bovary et la fiction – À travers la thématique de la signature », Europe, septembre-octobre 2018.

Revue de Paris, t. XLI, 15 décembre 1856.

Haut de page

Notes

1 Shiguéhiko Hasumi, Bovari Fujin ron, Librairie Chikuma-shobo, Tokyo, 2014.

2 La pagination avec abréviation Corr. II renvoie au tome II de la Correspondance de Flaubert, éd. Jean Bruneau, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, 1980.

3 Dans l’Introduction de sa belle édition de Madame Bovary, Claudine Gothot-Mersch analyse la théorie flaubertienne du style, et poursuivant ses recherches jusqu’aux lettres adressées à George Sand dans les années 1860 et 1870, elle conclut pertinemment : « Aboutissement extrême de l’application de la théorie platonicienne à la littérature ». Flaubert, Madame Bovary, éd. Claudine Gothot-Mersch, « Classiques Garnier », 1971, p. LVI.

4 Les numéros de page sans autre indication renvoient à Flaubert, Madame Bovary, éd. Jacques Neefs, « Le Livre de Poche classique », Paris, 1999. C’est nous qui soulignons.

5 C’est nous qui soulignons.

6 Les brouillons de Madame Bovary sont conservés à la Bibliothèque municipale de Rouen, sous la cote ms g 223. L’édition électronique des brouillons, ainsi que des scénarios, du manuscrit autographe définitif et du manuscrit du copiste, a été mise en ligne par l’Université de Rouen sur le site www.bovary.fr Le principe de nos transcriptions : l’italique indique les mots et les phrases ajoutés en interligne, et barré indique les mots et les segments raturés.

7 Cette partie reprend, de manière critique, des problèmes traités dans mon article : Shiguéhiko Hasumi, « Ambivalence flaubertienne de l’ouvert et du clos : la mort des personnages principaux de Madame Bovary », Cahiers de l’Association Internationale des Etudes Françaises, Mai 1971, n° 23, p. 261-275.

8 Procès intenté à l’auteur devant le Tribunal correctionnel de Paris (6e Chambre), dans Flaubert, Œuvres Complètes, Madame Bovary, t. II, éd. René Dumesnil, Les Belles Lettres, Paris, 1945, p. 214.

9 Revue de Paris, t. XLI, 15 décembre 1856, p. 287.

10 Sur l’importance du thème de la signature dans le roman, voir mon article : Shiguéhiko Hasumi, « Madame Bovary et la fiction – À travers la thématique de la signature », Europe, septembre-octobre 2018.

11 La plupart des éditions actuelles de Madame Bovary suivent le texte de l’édition Charpentier dite « définitive » de 1873, qui contenait cinq blancs dont trois ne semblent pas narrativement fondés, ce qui dévoile l’hésitation de l’auteur quant à la composition d’ensemble de l’œuvre. À nos yeux, seulement deux blancs sont justifiés, à cause du changement de perspective narrative qu’ils provoquent : un blanc au chapitre VI de la IIe partie, juste après le départ de Léon (212), et un autre blanc au chapitre VIII de la IIIe partie, précédant l’évanouissement de Charles (485), car ce blanc introduit ce que Flaubert appelait « ma conclusion » (lettre à Louise Colet du 25 juin 1853, Corr. II, p. 361). Ainsi peut-on distinguer, à travers la composition tripartite actuelle, une possible composition en cinq parties.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Shiguéhiko Hasumi, « Identiques et différentes – à propos des répétitions dans Madame Bovary », Flaubert [En ligne], 20 | 2018, mis en ligne le 10 novembre 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/flaubert/2989

Haut de page

Auteur

Shiguéhiko Hasumi

Université de Tokyo

Haut de page