Navigation – Plan du site

À propos d’un jugement inédit sur Oberman : convergences et divergences

Lea Caminiti Pennarola

Résumé

Senancour, qui a publié Oberman sans succès en 1804, a joui d’un moment de popularité dans les années 1830, après la réédition de l’œuvre en 1833 avec une préface de Sainte-Beuve. Flaubert, qui à l’époque ne mentionne jamais Senancour, sinon dans une lettre de décembre 1858, a laissé des notes sur deux ouvrages de l’auteur, Oberman et De l’Amour, lus pendant la préparation de Bouvard et Pécuchet. Les notes sur Oberman comportent un résumé final qui représente son jugement sur Senancour comme modèle du désespoir métaphysique des deux copistes. L’article analyse ce jugement et met en évidence les convergences et les divergences entre les deux écrivains.

Flaubert, Senancour, manuscrits, premier romantisme, désespérance, style, Copie

Haut de page

Texte intégral

Afficher l’image
Crédits : Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Les deux lectures du texte

  • 1 Cet article, traduit par l’auteure, a paru en italien : « A proposito di un giudizio inedito su Obe (...)
  • 2 Bibliothèque municipale de Rouen, [Bouvard et Pécuchet]. Documentation préparatoire, ms g 226, volu (...)
  • 3 Les notes du volume 5 ont été publiées par Jacques Neefs, « Le volume des livres. Fragments pour Bo (...)

1La Bibliothèque municipale de Rouen conserve1 une Documentation préparatoire à Bouvard et Pécuchet2. On y trouve des notes sur Oberman et sur De l’Amour de Senancour. La fiche sur Oberman, probablement par déplacement de feuillets après la mort de Flaubert, se trouve dans deux manuscrits différents : ms g 226-5, folio 10 recto et verso (dans une chemise intitulée Beaux arts – Littérature  Critique)3 et ms g 226-7, folio 322 recto et verso ; quant au ms g 226-7, folio 158, il contient les notes sur De l’Amour.

  • 4 Marie-Jeanne Durry et Jean Bruneau, « Lectures de Flaubert et de Bouvard et Pécuchet », Rivista di (...)

2Les notes sur De l’Amour remontent au mois de mai 1874, comme il résulte de la liste des lectures de Flaubert dans le carnet 15 conservé à la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris4. Nous croyons qu’Oberman, écrit sur des feuillets du même format et avec les mêmes caractéristiques d’écriture, doit correspondre à la même période.

  • 5 Voir note 3.
  • 6 Bibliothèque municipale de Rouen, ms gg 10, voir Flaubert, Bouvard et Pécuchet, édition critique pa (...)

3Si De l’Amour est utilisé sous forme de citation indirecte dans deux passages du « Sottisier »5, Oberman n’est jamais mentionné dans le texte du roman et encore moins dans la « Copie » ; mais une trace de cette lecture reste dans quelques-uns des scénarios6. Dans le troisième scénario, en préparant le schéma de l’expérience philosophique de Bouvard et Pécuchet, Flaubert ajoute la notation : « Désespérance matérialiste – Oberman ». La même notation est directement insérée dans le texte du quatrième scénario (le troisième et le quatrième scénario remontent à 1872-74), ainsi que dans le sixième scénario, dans lequel Flaubert retrace avec clarté les phases successives de l’évolution des deux personnages, depuis l’athéisme matérialiste – en passant par le panthéisme, le scepticisme, le nihilisme – jusqu’à la « démoralisation absolue – désespérance (voy. Oberman) », qui les porte à leur tentative de suicide.

  • 7 Sainte-Beuve écrit à propos de René, dans Chateaubriand et son groupe littéraire sous l’Empire (« C (...)

4L’exploration de ces avant-textes documente une lecture tardive d’Oberman et offre de précieuses indications pour l’utilisation de cette œuvre, appréciée non pour ses qualités littéraires mais pour son apport philosophique, comme modèle de la désespérance métaphysique des deux copistes. Cependant, Flaubert n’avait certes pas attendu l’année 1874 pour lire Senancour qui à cette époque était depuis longtemps complètement oublié7. En effet si pour De l’Amour, texte peu connu des romantiques à l’exception de Michelet, il s’agit sans doute de la première lecture, on ne peut pas en dire autant d’Oberman, que Flaubert a lu dans sa jeunesse.

  • 8 L’expression est d’André Monglond, Le journal intime d’Oberman, Arthaud, Grenoble/Paris, 1947, p. 1 (...)

5Oberman, accueilli avec indifférence en 1804, remporta un grand succès après la publication des articles de Sainte-Beuve en 1832 et de George Sand en 1833, et avec la réédition de l’œuvre la même année, devenant le « livre de chevet »8 de la génération romantique de 1830, juste dans les années cruciales de la formation de Flaubert. Charles Carlut rappelle qu’il a été un romantique enthousiaste :

  • 9 Charles Carlut, « Aimer Flaubert », dans Essais sur Flaubert, Nizet, Paris, 1980, p. 383-384. Voir (...)

Quand la vague du romantisme déferle sur la province, le collégien qu’il est alors s’y donne tout entier. Ce n’est pas de la littérature, et le mouvement répond trop bien à son impétueuse personnalité. Il vit ce bouleversement des façons d’être et de penser, éprouve le sentiment tragique de la vie auquel il est prédisposé, jouit du flot de poésie qu’est le romantisme, qui abreuve son âme. […] Ces années sont celles d’un être de désir à la recherche de l’absolu. Il connaît le gouffre, il a le vertige de descendre pour en savoir plus et « tout creuser », il se livre à ses chimères, découvre que l’enfer c’est la vie. Ses élans nostalgiques vers la foi sont vains. Sa lutte avec l’Ange le laissera blessé. Période goéthéenne, sinon rimbaldienne, chez lui, qui nous attire9.

  • 10 Pierre Danger, Sensations et objets dans le roman de Flaubert, Armand Colin, Paris, 1973, p. 47.

6C’est ce dont témoignent ses œuvres de jeunesse, dont l’importance a été plusieurs fois soulignée, par exemple par Pierre Danger : « Les thèmes essentiels des romans de Flaubert sont déjà présents dans ses œuvres de jeunesse. […] Il n’y aura aucune évolution dans le pessimisme de Flaubert, qui est fondamental. […] c’est le même échec inéluctable que peindra Flaubert toute sa vie, le même processus de dégradation et d’usure dont il se plaît à reprendre sans cesse l’analyse »10.

  • 11 George Sand, « Obermann », Revue des Deux Mondes, 15 juin 1833.

7Mais parmi tous les héros romantiques mentionnés dans les œuvres de jeunesses, Oberman est toujours systématiquement absent. Flaubert semble ignorer Senancour, il suit plutôt « la majorité des lecteurs [qui] s’est tournée vers l’ambition des rôles plus séduisans de Faust, de Werther, de René, de Saint-Preux »11.

  • 12 George Sand, Hommage à Denecourt, Hachette, Paris, 1855, cité par Gustave Michaut, Senancour, ses a (...)
  • 13 Béatrice Didier-Le Gall, « George Sand et Senancour », Revue des Sciences Humaines, octobre-décembr (...)

8En 1837, George Sand écrit à ce propos, pour signifier le détachement des romantiques à l’égard de Senancour : « Oberman est un génie malade. Je l’ai bien aimé, je l’aime encore, ce livre étrange, si admirablement mal fait, mais j’aime encore mieux un bel arbre qui se porte bien. Il faut de tout cela, des arbres bien portants et des livres malades, des choses luxuriantes et des esprits désolés »12. Flaubert partage le point de vue des romantiques et leurs préjugés ; mais dans la mesure où son œuvre aussi est une interrogation sur l’homme, son intérêt pour le roman métaphysique est confirmé indirectement par son enthousiasme juvénile pour la Lélia de George Sand qui se ressent beaucoup de l’influence d’Oberman13. En hommage à George Sand, dans le conte La Dernière heure (1837), la sœur du protagoniste s’appelle Lélia.

  • 14 Lettre à Ernest Feydeau du 28 décembre 1858 : « Quant à Daniel, qui est de la famille des Oberman [ (...)

9Si la première lecture du texte ne laisse aucune trace, sauf une brève allusion dans une lettre de 185814, la seconde lecture, documentée par le petit dossier Senancour de Rouen, apporte sur Oberman un jugement de Flaubert qui d’un côté éclaircit les raisons de son long et obstiné silence en confirmant les indications des scénarios, et de l’autre révèle la persistance de préjugés romantiques dus en partie à une connaissance insuffisante de l’auteur. Flaubert écrit dans ses notes de lecture :

Oberman revient sans cesse sur le néant de la vie, la misère de l’individu. Il est franchement athée et matérialiste sans le formuler. La phrase manque de souffle et l’auteur de tempérament. C’est du Rousseau sec et court, mais l’auteur était un meilleur homme que Rousseau. Çà et là une jolie expression, un fond de bonne foi qui fait tout le mérite du livre. Dans la famille des héros de la désolation c’est de Werther qu’il se rapproche le plus. Senancour m’en paraît plein. Mais quel petit homme entre Bernardin de Saint-Pierre et Chateaubriand. Les incorrections de style sont nombreuses. Quant au livre il est sans plan et aussi mal fait que possible. Tout ce qu’on peut en dire de mieux c’est qu’il est distingué, mais pas de plastique ! pas de plastique ! (ms g 226-7, folio 322 verso)

10C’est ce jugement que nous allons analyser sur la base de nos connaissances actuelles de Senancour, pour vérifier jusqu’à quel point Flaubert se montre conditionné par des préjugés romantiques, et pour indiquer en même temps quelques points de convergence entre deux auteurs en apparence tout à fait différents l’un de l’autre.

Le sentiment tragique de la vie

  • 15 Arnold Hauser, Storia sociale dell’arte, t. II, Einaudi, Turin, 1956, p. 315 (notre traduction).

11Nous pouvons percevoir une première convergence dans leur manifestation commune d’une vision pessimiste du monde. Flaubert, résumant l’œuvre de Senancour, constate chez lui un sentiment tragique de la vie : « Oberman revient sans cesse sur le néant de la vie, la misère de l’individu ». Lui-même, depuis ses premiers écrits jusqu’aux œuvres de la maturité, a fait la même constatation avec des modalités variées, en passant de la confession autobiographique à la représentation artistique de son expérience ; et on a reconnu avec justesse qu’il « représente la plus grande dépression dans la vision dix-neuviémiste de la vie »15.

  • 16 « Sous le couvert du roman par lettres, c’est en réalité le journal intime qui s’introduit dans le (...)
  • 17 Sur le lexique de Senancour, voir Marcel Raymond, Senancour. Sensations et révélations, José Corti, (...)
  • 18 Senancour, Rêveries sur la nature primitive de l’homme, éd. Joachim Merlant, t. I, Droz, Genève, 19 (...)

12Si nous considérons avec Jean Rousset Oberman comme un journal intime, l’expression du moi de l’auteur16, nous pouvons observer que des termes comme « néant, vide, ennui, apathie », récurrents dans le lexique senancourien17 pour traduire le sentiment tragique de la vie, se trouvent aussi dans les Œuvres de jeunesse du romancier, surtout dans Les Mémoires d’un fou et Novembre, ainsi que dans sa correspondance. On sait que la théorisation de l’ennui romantique est due à Senancour avant Chateaubriand : « L’ennui naît de l’opposition entre ce que l’on imagine et ce que l’on éprouve, entre la faiblesse de ce qui est et l’étendue de ce que l’on veut : il naît du vague des désirs et de l’indolence d’action »18.

  • 19 Louis Maigron, Le Romantisme et les mœurs, Champion, Paris, 1910.

13Oberman, comme le « je » narrateur des œuvres autobiographiques et comme plus tard les personnages flaubertiens, illustre ce thème. Il ne s’agit pourtant pas d’un état d’âme passager, d’un moment de crise, dont nous trouvons de nombreux témoignages dans la riche documentation accumulée par Louis Maigron19. L’ennui de Senancour et de Flaubert est une angoisse existentielle, un ennui ontologique, qui investit les racines mêmes de l’être. Ce n’est pas un ennui romantique, mais un ennui de vivre.

14Les critiques de Senancour ont reconnu la sincérité de cette position :

  • 20 Béatrice Didier-Le Gall, L’Imaginaire chez Senancour, t. I, José Corti, Paris, 1966, p. 395.

La fatigue d’Oberman n’est pas un lieu commun si répandu dans la littérature romanesque de l’époque préromantique. Elle est autrement métaphysique, conséquence du désir prométhéen d’utiliser l’imagination et la sensibilité pour agrandir l’être aux dimensions de l’univers, et de l’accablement qui censure inévitablement cette entreprise titanesque20.

  • 21 Lettre à Mlle Leroyer de Chantepie du 18 décembre 1859, Corr., t. IV, Conard, Paris, 1927, p. 356.
  • 22 Lettre à George Sand du 20 juillet 1873, Corr., t. VII, Conard, Paris, 1930, p. 38.

15Dans sa correspondance, qui est un instrument précieux pour la connaissance de sa vie et de sa pensée, Flaubert parle constamment de l’embêtement de l’existence et de la nécessité de se réfugier dans l’art comme « seul moyen de n’être pas malheureux » : « […] pour ne pas vivre, je me plonge dans l’Art, en désespéré : je me grise avec de l’encre comme d’autres avec du vin »21 ; « Dès que je ne tiens plus un livre, ou que je ne rêve pas d’en écrire un, il me prend un ennui à crier. La vie, enfin, ne me semble tolérable que si on l’escamote »22.

  • 23 Mémoires d’un fou, dans Œuvres complètes, « L’Intégrale du Seuil », t. I, Paris, 1964, p. 230.
  • 24 Senancour, Oberman, éd. André Monglond, Lettre première, t. I, Arthaud, Grenoble/Paris, 1947, p. 6.
  • 25 Rêveries sur la nature primitive de l’homme, t. I, op. cit., p. 137.

16Pour Flaubert comme pour Senancour la vraie vie est en soi-même, dans sa propre pensée : « Or ma vie ce ne sont pas des faits. Ma vie, c’est ma pensée »23, écrit Flaubert. « La vie réelle de l’homme est en lui-même »24, écrit Senancour. Qui s’adonne à un travail manuel ne se rend pas compte des discordances entre lui et le monde. Senancour : « C’est en limitant son être qu’on le possède tout entier. L’extension n’est que misère et dépendance »25. Qui se demande le pourquoi des choses, sans réussir à trouver une réponse, se rend compte de l’absurdité de l’existence. Ainsi Flaubert :

  • 26 Quidquid volueris, dans Œuvres complètes, « L’Intégrale du Seuil », t. I, op. cit., p. 106. Sur ce (...)

Quel gouffre s’élargit sous nous à ce mot : éternité ! Pensons un instant à ce que veulent dire ces mots : vie, mort, désespoir, joie, bonheur ; demandez-vous, un jour que vous pleurerez sur quelque tête chère et que vous gémirez la nuit sur un grabat d’insomnie, demandez-vous pourquoi nous vivons, pourquoi nous mourrons, et dans quel but26 ?

17Comme le constate encore Oberman :

  • 27 Oberman, Lettre LXIII, t. II, op. cit., p. 85. L’absurdité du monde est un leitmotiv du texte.

« Le pourquoi de l’univers reste inaccessible à l’intelligence individuelle. La fin de notre existence nous est inconnue, tous les actes de la vie restent sans but »27.

  • 28 Œuvres complètes, « L’Intégrale du Seuil », t. I, op. cit., p. 257.
  • 29 Oberman, Lettre VII, t. I, op. cit., p. 48 et p. 54. Voir aussi un curieux passage des Libres Médit (...)

18Dans ce monde absurde, Oberman-Senancour et le « je » narrateur des œuvres autobiographiques de Flaubert connaissent de courts instants privilégiés en communion avec la nature. Dans un passage de Novembre, le « je » narrateur raconte une promenade au bord de la mer, lieu préféré de ses rêveries : « Alors tout me sembla beau sur la terre, je n’y vis plus de disparate ni de mauvais ». Ce bonheur intense est de courte durée : « Puis ce fut tout ; bien vite je me rappelai que je vivais, je revins à moi, je me mis en marche, sentant que la malédiction me reprenait, que je rentrais dans l’humanité ; la vie m’était revenue, comme aux membres gelés, par le sentiment de la souffrance, et de même que j’avais un inconcevable bonheur, je tombai dans un découragement sans nom […] »28. Même mouvement chez Senancour, durant une ascension de la Dent du Midi : « là, l’homme retrouve sa forme altérable mais indestructible ; il respire l’air sauvage loin des émanations sociales ; son être est à lui comme à l’univers, il vit d’une vie réelle dans l’unité sublime » ; mais ensuite : « En redescendant sur la terre habitée, je sentis que je reprenais la longue chaîne des sollicitudes et des ennuis »29.

  • 30 Béatrice Didier-Le Gall, L’Imaginaire chez Senancour, t. I, op. cit., p. 300.
  • 31 Pierre Danger, Sensations et objets dans le roman de Flaubert, op. cit., p. 114.

19L’extase panthéiste se résout dans une prise de conscience de l’absurdité du monde proclamée par les deux écrivains et en même temps suggérée et mise en relief dans les passages descriptifs. Les études sur la fonction de la description chez Senancour et Flaubert le confirment : « La description est un moyen d’exprimer une prise de conscience de soi et des autres mais elle retrace aussi, sous une forme imagée et imaginée, une prise de conscience de l’absurdité métaphysique du monde »30 ; « la description dans sa structure, par le choix des détails, leur orchestration, la construction ou l’absence de construction exprime une certaine vision tragique d’un monde absurde et insaissisable »31.

  • 32 Oberman, Lettre XLII, t. I, op. cit., p. 194-195.
  • 33 Lettre à Louise Colet du 11-12 décembre 1847, Correspondance, éd. Jean Bruneau, t. I, Gallimard, « (...)

20Devant l’impénétrabilité de la nature et l’insondable énigme de l’existence, l’être, lucidement conscient de la tragique condition humaine, se replie sur lui-même, renonçant à toute forme d’action. On a mis plusieurs fois en relief qu’Oberman était apathique, inactif, sans volonté. « Cependant (dit-il) l’apathie m’est devenue comme naturelle ; il semble que l’idée d’une vie active m’effraye ou m’étonne »32. Ces mêmes défauts se retrouvent chez Flaubert : « Mon apathie à me mouvoir, à l’action en général quelle qu’elle soit, augmentent »33.

  • 34 Michel Baude, « Timidité et création littéraire », Travaux de linguistique et de littérature, 1967, (...)
  • 35 Femme de lettres, admiratrice enthousiaste de l’auteur d’Oberman.
  • 36 Cité par Gustave Michaut, « Madame Dupin, Senancour et Sainte-Beuve », dans Senancour, ses amis et (...)

21Oberman est sans volonté ou de volonté faible34. On a beaucoup insisté, surtout par le passé, sur ce caractère du personnage, malgré la mise au point de Mme Dupin35 dans Le Journal des femmes du 15 février 1835 : « Ce n’est pas la puissance qui lui manque, c’est la croyance à la valeur du fait, à la nécessité des efforts, à la réalisation possible d’une destinée complète. […] Le mal d’Oberman, c’est le mal du génie aux prises avec la mesquinerie de l’œuvre sociale ; c’est la conviction nette, accablante du vain emploi des jours […] »36. Selon cette perspective Oberman ne veut pas choisir, car tout choix est une limitation ; la totalité des ambitions paralyse sa volonté.

  • 37 Jean-Pierre Richard, Littérature et sensation. Stendhal et Flaubert, Seuil, « Points », Paris, 1970 (...)
  • 38 Jean Rousset, « Madame Bovary ou le livre sur rien », dans Forme et signification, op. cit. (voir p (...)

22L’apathie, l’inaction, la faiblesse de la volonté caractérisent également Flaubert et ses personnages, comme l’a montré Jean-Pierre Richard dans son essai La création de la forme chez Flaubert, en soulignant la faiblesse de l’être flaubertien dont l’essence est la « velléité pure »37. Flaubert sait se servir avec originalité de ses qualités négatives pour les transformer de façon positive dans les grands romans de la maturité, en devenant « le grand romancier de l’inaction, de l’ennui, de l’immobilité »38.

Le contexte de l’époque

  • 39 Fernand Letessier dans son Introduction à Chateaubriand, Atala, René, Les Aventures du dernier Aben (...)

23Oberman a été vu à un certain moment comme un représentant du mal du siècle et on l’a confronté avec d’autres héros romantiques, surtout avec René. Bien qu’encore aujourd’hui les spécialistes de Chateaubriand pensent que « René n’existant pas, ni Oberman, ni Adolphe […] ne seraient exactement ce qu’ils sont, car il aurait manqué quelque chose à la formation de leurs auteurs »39, il n’y a pas, entre René et Oberman, des points communs, des affinités de nature. Marcel Raymond écrit avec justesse :

  • 40 Marcel Raymond, Senancour. Sensations et révélations, op. cit., p 111-112, note 33.

Le mal de René appartient à un âge de sa vie, à un état de post-adolescent, et demeure en déçà du tragique, épreuve ordinaire et, si l’on veut, propédeutique […]. S’il existe entre Oberman et René des ressemblances évidentes, elles tiennent peut-être davantage à des conditions historiques générales et à un premier mouvement de révolte commun à l’un et à l’autre qu’à des affinités de nature40.

  • 41 À propos de René, Sainte-Beuve parle de « la gloire de la parole » (Chateaubriand et son groupe lit (...)

24Il y a chez René une certaine pose romantique qui contraste avec la sincérité d’Oberman plusieurs fois soulignée par la critique41. Flaubert dans son jugement met en évidence les affinités d’Oberman avec Werther, en s’écartant de l’interprétation du XIXe siècle qui insiste sur leurs apparentes différences : « Dans la famille des héros de la désolation c’est de Werther qu’il se rapproche le plus ». Traduit en 1776, Werther avait joui en France d’une grande popularité, en suscitant l’enthousiasme de la première génération romantique :

  • 42 Fernand Baldensperger, Goethe en France. Études de littérature comparée, Hachette, Paris, 1920, p.  (...)

Ce que les générations de 1770 à 1830 avaient surtout goûté dans Werther, c’était la forme mélancolique qu’y revêtait l’amour, et l’association du sentiment lui-même à d’autres idées, celle de la mort, de la poésie triste, rêveuse ou exaltée ; et enfin l’attitude désolée et découragée d’un jeune homme en face d’une société où sa place n’était point marquée d’avance42.

  • 43 Léon Dégoumois, Flaubert à l’école de Goethe, Imprimerie Sonor, Genève, 1925, p. 19.
  • 44 Ibid., p. 42.

25En 1829, la traduction de Pierre Leroux avait contribué à raviver l’intérêt des romantiques pour cette œuvre juvénile de Goethe. Flaubert aussi, jeune collégien, avait découvert Werther « en retard sur les romantiques de Paris seulement de quelques années qu’il a fallu à la Seine pour amener à Rouen le credo nouveau »43. Léon Dégoumois a confronté Werther avec les œuvres de jeunesse de Flaubert pour en souligner les analogies : « Mêmes souffrances morales, même sentiment de vide intérieur, même incapacité de se mêler à la société et d’en partager les émotions et les joies, même frénétique adoration de la nature d’ailleurs insensible aux inquiétudes humaines »44.

  • 45 Souvenirs, notes et pensées intimes, Buchet-Chastel, Paris, 1965, p. 103.
  • 46 L’écho de cette polémique se retrouve dans le « Sottisier », n. 1410. Pour Le Projet du Sottisier, (...)

26Ce werthérisme de Flaubert, que le romancier reconnaît à son tour chez Senancour, nous semble suggérer une possible filiation Werther – Senancour – Flaubert. À vrai dire, Flaubert avait manifesté déjà dans sa jeunesse quelques réserves concernant Werther : « […] dernièrement, j’ai relu Werther, la désillusion que j’en ai eu a été complète, tout ce qui m’avait paru chaud est froid, tout ce qui me semblait bon est détestable »45, mais il est également indigné par la réaction contre l’œuvre de Goethe, dont Dumas fils, Schérer et Louis Ménard se font les interprètes autour des années 187046.

  • 47 Non signalée dans le Catalogue de la Bibliothèque nationale. Voir Rouault de La Vigne, « L’inventai (...)

27Probablement à cette époque, Flaubert relit le roman, qui se trouve dans sa bibliothèque dans une réimpression de 1872 de la traduction de Pierre Leroux47. La traduction de Leroux suit la seconde rédaction du texte, préparée à Weimar de 1782 à 1787, dans laquelle la nausée existentielle du protagoniste prend une plus grande ampleur, tandis que son heurt avec la société s’attenue.

  • 48 « De roman métaphysique, où une conscience riche et intense résume une connaissance de soi-même et (...)
  • 49 Ladislao Mittner, « Il “Werther”, romanzo antiwertheriano », dans La Letteratura tedesca del Novece (...)

28On a remarqué à juste titre que de Werther à Oberman nous ne trouvons pas d’autres romans métaphysiques48. L’angoisse de Werther, comme celle d’Oberman, est plus métaphysique que sentimentale ; même si en apparence Werther, amoureux de Charlotte, se tue par amour, il ne s’agit pas d’un roman d’amour. On a dit de Werther que s’il ne s’était pas tué pour Charlotte, il se serait tué par désir d’absolu49.

  • 50 Goethe, Werther, trad. Pierre Leroux, t. I, Dubuisson, Paris, 1864, p. 61 et p. 131.
  • 51 Ladislao Mittner, article cité, p. 57 (notre traduction).

29Werther, comme Oberman, est un isolé asocial : « […] n’être pas compris, c’est le sort de certains hommes » (17 mai ) ; un héros de l’inquiétude intérieure : « ce désir de changer de situation ne vient-il pas d’une inquiétude intérieure qui me suivra partout ? » (22 août)50. Sa volonté est faible : Werther en effet « est un homme qui a de multiples aptitudes, mais toutes en forme initiale, toutes trop faibles, faciles à s’égarer, incapables de se coordonner entre elles […] »51. On peut percevoir chez lui, comme chez Senancour et Flaubert, la nostalgie d’un impossible bonheur dans une existence simple et recueillie :

  • 52 Lettre du 27 mai, dans Werther, op. cit., p. 69-70.

[…] quand mon sang s’agite et bouillonne, il n’y a rien qui fasse mieux taire tout ce tapage que la vue d’une créature […] qui dans une heureuse paix, parcourt le cercle étroit de son existence, trouve chaque jour le nécessaire, et voit tomber les feuilles sans penser à autre chose sinon que l’hiver approche52.

Le sentiment religieux

  • 53 Voir plus haut la note 3 et la note 6.

30« Oberman est franchement athée et matérialiste sans le formuler », écrit Flaubert dans son jugement, reprenant les indications de ses scénarios : « désespérance matérialiste » – « voy. Oberman »53. La publication des œuvres de Senancour et les études critiques qui s’y rapportent permettent de mieux préciser sa position religieuse et de noter des ressemblances avec Flaubert. Tous les deux sont influencés par le rationalisme du dix-huitième siècle et ont eu une base de lectures communes.

  • 54 Senancour, Observations critiques sur l’ouvrage intitulé « Génie du christianisme », Delaunay, Pari (...)

31Senancour condamne tout dogmatisme religieux ; il n’accepte pas le partage des hommes en chrétiens et en athées. « D’ailleurs, pourquoi partager les hommes en deux classes : les chrétiens et les athées ? Ce point de vue est très faux. […]. On peut très bien admettre avec empressement l’idée consolante et raisonnable, l’idée sublime de l’existence de Dieu et ne pas admettre une révélation »54. En partant de cette conviction, l’écrivain défend avec obstination ses idées et repousse l’accusation d’athéisme adressée à Oberman. Dans les Rêveries de 1833, il avoue :

  • 55 Senancour, Rêveries sur la nature primitive de l’homme, 3e édition, Librairie Abel Ledoux, Paris, 1 (...)

Oberman, dit-on, se permet quelques sarcasmes relativement aux objets de la foi. Cela est possible quant aux superstitions. À l’égard des idées religieuses plus simples et plus pures, Oberman peut douter, mais assurément sans dédain. […] Après avoir renoncé au téméraire enseignement des sectes, il ne trouve d’abord que le doute ; mais ensuite il croit sentir fortement que le monde vrai, le monde caché est l’expression d’une pensée divine55.

  • 56 Lettre LXXXI, dans Obermann, éd. Gustave Michaut, Hachette, Paris, 1913, t. II, p. 183, note 1.
  • 57 Senancour, Libres Méditations d’un solitaire inconnu, op. cit. (voir plus haut note 29), « Note sup (...)
  • 58 Corr., t. IV, op. cit., Conard, p. 464 (lettre de 1861 à Mme Roger des Genettes).
  • 59 Senancour, Libres Méditations, op. cit. (voir plus haut note 57), p. 330.

32Senancour continue à insister sur ce point dans la réédition d’Oberman de 1840 : « Il est certain que l’éloignement d’Oberman pour des doctrines qui toutes lui paraissent accidentelles ne s’étend pas jusqu’aux idées religieuses fondamentales »56. Dans une note des Libres Méditations, il condamne la légèreté de ces critiques qui sans lire le texte expriment des jugements non motivés : « Des journaux l’ont déclaré athée ; quelquefois le temps manque et on se borne à écrire quarante lignes agréables au sujet d’un livre dont on a parcouru douze lignes »57. L’insistance avec laquelle Senancour défend sa position est révélatrice du type de lecture que les romantiques ont donné du texte dans le sens de l’athéisme. En réalité Oberman n’a aucune certitude, pas même celle de l’athéisme ; il est le héros de l’inquiétude religieuse, l’homme du doute. Flaubert, qui définit Lucrèce comme « faible » « parce qu’il n’a pas assez douté »58, aurait certainement apprécié ce que Senancour écrivait dans les Libres Méditations : « Le doute, à bien des égards, est une nécessité de notre condition mortelle. Dans ce que nous pouvons savoir, évaluons les probabilités. Malebranche a dit : “Savoir douter n’est pas peu de chose... On doute par aveuglement. On doute aussi par sagesse, par pénétration d’esprit. Le second doute naît de la lumière, et il aide en quelque façon à la produire” »59.

33Les spécialistes de Senancour, à partir de la fin du XIXe siècle, lui ont rendu justice, en reconnaissant la validité de son sentiment religieux. Ainsi Joachim Merlant :

  • 60 Joachim Merlant, Senancour. Sa vie, son œuvre, son influence. Documents inconnus ou inédits (1907), (...)

Athée, il ne l’est pas. Il semble seulement l’être quelquefois, par le dépit avec lequel il parle de l’image que les religions donnent de Dieu. L’athée délibéré lui paraît à plaindre, autant que le bonze, le Perse, ou le Musulman. Il n’est que juste d’ajouter que le panthéisme auquel se tient Senancour, se confondra toujours, aux yeux de l’homme religieux, avec l’athéisme60.

  • 61 Arnaldo Pizzorusso, Senancour. Formazione intima. Situazione letteraria di un preromantico, Casa ed (...)
  • 62 Béatrice Didier-Le Gall, « Senancour et les Lumières », Studies on Voltaire and the Eighteenth Cent (...)

34Arnaldo Pizzorusso écrit : « [Senancour] voit dans la religion une projection de désirs, de rêves humains. […] son incertitude est un anxieux désir de religion »61. Et Béatrice Didier-Le Gall : « […] son athéisme même n’est pas une certitude absolue à laquelle il pourrait se rattacher. Il doute »62.

  • 63 Lettre LXXXI, dans Oberman, éd. André Monglond, op. cit. (voir plus haut note 24), t. II, p. 204.
  • 64 Lettre XLIX, ibid., t. II, p. 28.

35L’interprétation que Flaubert donne de la religion d’Oberman peut être réfutée non seulement sur la base de nos connaissances actuelles de l’auteur, mais aussi à partir d’une lecture effective du texte. Le problème religieux est abordé avec la même sincérité que celle que Senancour manifeste dans toutes les occasions de sa vie : « […] quand il s’agit de dire aux hommes ce que je regarde comme vrai, je ne dois pas craindre de mécontenter une secte ou un parti »63. Il reconnaît que la religion n’est pas d’origine divine : « Elle peut être fort belle, comme ouvrage humain […] »64. En partant de cette prémisse, il exprime ses idées sur quelques thèmes religieux.

  • 65 Lettre XLIV, ibid., t. I, p. 209.

36Le dogme de l’immortalité de l’âme : « Ce dogme est beau et consolant sans doute ; mais ce que j’y vois de beau, ce que j’y trouverais de consolant, loin de me le prouver, ne me donne pas même l’espérance de le croire »65.

  • 66 Lettre XLIX, ibid., t. II, p. 30.

37La morale chrétienne. La morale et la religion sont indépendantes l’une de l’autre. Senancour condamne l’attitude de certains chrétiens qui font le bien par crainte du châtiment. La vraie morale chrétienne consiste à faire le bien pour le bien, indépendemment de la crainte du châtiment ou de l’espoir de récompenses, « car si l’on est conséquent, et qu’on prétende qu’il n’y a pas de morale sans elle [ la religion ], il faut rallumer les bûchers »66.

  • 67 Lettre XLV, ibid., t. I, p. 228.

38Le mariage catholique. Senancour croit avec conviction que « si quelques hommes ont été un fléau pour l’homme, ce sont bien les législateurs profonds qui ont rendu le mariage indissoluble, afin que l’on fût forcé de s’aimer »67.

  • 68 Lettre XII, ibid., t. I, p. 71.

39Le matérialisme des prêtres. Le prêtre, ministre de la religion, est en général « avide, sinistre, aigri par les regrets, séparé trop tôt du monde »68.

  • 69 Novembre, dans Œuvres complètes, « L’Intégrale du Seuil », t. I, op. cit., p. 254.

40Les préjugés romantiques de Flaubert l’empêchent de reconnaître, quand il lit Oberman, une possibilité de convergence avec la position de Senancour. Senancour perd la foi comme réaction à la sévère éducation reçue. Flaubert est indifférent à la religion par tradition de famille : « Élevé sans religion, comme les hommes de mon âge, je n’avais pas le bonheur sec des athées ni l’insouciance ironique des sceptiques »69.

  • 70 L’Idiot de la famille, t. I, Gallimard, Paris, 1971, p. 580.

41Flaubert, comme Senancour, pense que les religions, pour reprendre la formule de Sartre, sont des « imaginaires sociaux »70, mais à la différence des philosophes, il apprécie le fanatisme et la superstition. Il écrit à ce sujet à Louise Colet le 13 juin 1852 :

La superstition est le fond de la religion, la seule vraie, celle qui survit sous toutes les autres. Le dogme est une affaire d’invention humaine. Mais la superstition est un sentiment éternel de l’âme dont on ne se débarasse pas.

42Et le 31 mars 1853 :

  • 71 Corr., t. II, op. cit. (voir plus haut note 14), « Pléiade », p. 104 et p. 291-292.

On ne fait rien de grand sans le fanatisme. Le fanatisme est la religion ; et les philosophes du XVIIIe siècle en criant après l’un, renversaient l’autre. Le fanatisme est la foi, la foi même, la foi ardente, celle qui fait des œuvres et agit. La religion est une conception variable, une affaire d’invention humaine, une idée enfin ; l’autre un sentiment71.

  • 72 Bouvard et Pécuchet, éd. Claudine Gothot-Mersch, Gallimard, « Folio classique», Paris, 1979, p. 347 (...)

43Sur le dogme de l’immortalité, sur le mariage catholique, sur le matérialisme des prêtres, sur la morale, les idées de Flaubert ne sont pas différentes de celles de Senancour. Il suffit de penser comment l’écrivain se moque des sottises cléricales dans son dernier roman et dans le « Sottisier », en se servant de sa vaste connaissance de la littérature ecclésiastique pour contester et ridiculiser des croyances traditionnellement acceptées – pensons aux discussions de l’abbé Jeufroy avec Bouvard et Pécuchet, au chapitre IX du roman72.

Le problème du style

44Le point le plus délicat de la critique que Flaubert adresse à Senancour concerne le problème du style. Il faut d’abord remarquer qu’indépendamment des résultats atteints, Senancour, comme Flaubert, a la religion de la littérature. Dans ses « Conseils d’un sage littérateur à un jeune auteur », en 1811, il insiste sur la nécessité pour un jeune auteur d’un choix préliminaire :

  • 73 Mercure de France, novembre 1811, p. 409.

Votre nom peut briller de votre vivant ou subsister dans l’avenir […]. Choisissez donc ou de plaire à vingt peuples lorsque vous ne serez plus, lorsque vous aurez péniblement consumé la vie dans l’incertitude même de votre réputation future, ou de mourir pour toujours au moment où vous quitterez la terre, mais après avoir fait sensation73.

  • 74 Joachim Merlant, Senancour. Sa vie, son œuvre, son influence, op. cit., p. 352 : « il n’avait pas, (...)
  • 75 Senancour, « Préliminaires », dans Rêveries…, op cit., (voir plus haut note 18), p. 10.

45Senancour, comme Flaubert, choisit le chemin le plus difficile, c’est-à-dire de vivre dans la solitude et de se consacrer à la littérature ; on pourrait se demander pourquoi les résultats atteints n’ont pas été toujours à la hauteur de son effort. S’agit-il d’un manque de « génie créateur » comme le soutient Merlant, de timidité selon l’interprétation de Baude74, ou pour d’autres motifs ? En tout cas, le problème du style est au centre des préoccupations de Senancour, malgré ses affirmations réitérées que ses œuvres ne sont pas écrites avec des préoccupations de style : « Je le répète, ce ne sont ici que des essais informes. J’écrivis sans art et presque sans choix ce que rencontra ma pensée »75.

  • 76 Senancour, « Observations », dans Oberman, éd. André Monglond, op. cit., t. I, p. XX-XXI.

46D’une œuvre à l’autre, la question du style revient d’une manière presque obsédante selon un procédé identique. À propos d’Oberman, Senancour reconnaît : « Ces lettres sont aussi inégales, aussi irrégulières dans leur style que dans le reste […] quant aux incorrections, je n’y sais point d’excuse recevable. Je ne me dissimule pas qu’un critique trouvera beaucoup à reprendre » ; mais il motive tout de suite après ses choix et justifie ses négligences de style : « je n’ai point prétendu enrichir le public d’un ouvrage travaillé mais donner à lire à quelques personnes éparses dans l’Europe, les sensations, les opinions, les songes libres et incorrects d’un homme souvent isolé, qui écrivit dans l’intimité, et non pour son libraire »76.

  • 77 Senancour, « Observations », dans De l’Amour, 2ème édition, chez Capelle et Renaud, Paris, 1808, p. (...)
  • 78 Senancour, « Préliminaires », dans Rêveries…, op. cit., p. 10.
  • 79 Arnaldo Pizzorusso, Senancour, op. cit. (voir plus haut note 61), p. 53. Nous avons préféré ne pas (...)

47Dans les « Observations » qui précèdent De l’Amour, il insiste encore sur sa propre pensée » : « Pour le style, on sentira trop que je ne puis en être généralement satisfait : je ne veux point le défendre, surtout dans des parties très négligées. J’observerai seulement que plusieurs expressions d’une hardiesse réputée poétique, ne sont pas toujours déplacées en prose : cela dépend et du genre de cette prose, et de l’objet dont on parle »77 ; et il arrive à écrire dans les « Préliminaires » des Rêveries : « j’ai laissé les choses comme elles ont été écrites dans la succession naturelle des idées : rien ne m’étant plus étranger que ce second travail qui consiste à revoir, à perfectionner, et n’a guère pour objet qu’une correction que j’estime peu nécessaire »78, affirmation à première vue surprenante pour un écrivain dont les continuelles corrections d’une édition à l’autre de la même œuvre « té-moignent de son “incontentabilità” vers la page »79.

48Senancour n’est donc pas enclin à « des coquetteries de style ». Jules Levallois écrit à ce propos :

  • 80 Jules Levallois, Mémoires d’une forêt. Fontainebleau, Sandoz et Fischbacker, Paris, 1875, p. 187.

Ce qui l’occupe, l’accable et le consume c’est non seulement l’énigme de son existence individuelle mais le vaste et redoutable problème de la destinée humaine. Roulant de telles idées dans son cerveau, emporté par de si hautes méditations, comment voulez-vous qu’il ait le loisir de s’amuser à des coquetteries de style ?80

49En réalité, si l’auteur ne se préoccupe pas du style, le motif n’est pas uniquement la gravité et l’importance des problèmes abordés ; à la base de son style apparemment négligé, de son refus de tout ornement, il y a une forte exigence de vérité :

  • 81 Senancour, Libres Méditations…, op. cit. (voir plus haut note 29), p. 497. Voir aussi « Du style da (...)

Je réunis presque sans choix les pensées qui se présentent, et je vois avec une sorte de satisfaction le peu d’art qu’on y trouvera. Je n’ai recours à aucun ornement ; il faut que la vérité soit mon soutien ; si je l’altérais en ne m’occupant que d’elle, comment me le dissimulerais-je ?81

  • 82 Voir plus haut note 78.
  • 83 Corr., t. VII, op. cité, Conard, p. 290. Sur l’esthétique de Flaubert, voir Sergio Cigada, « Il pen (...)

50Senancour se propose de respecter la vérité et en même temps d’être utile : « Je voudrais écrire des choses utiles, et renoncerais volontiers à la gloire de produire un ouvrage fini »82, différemment de Flaubert qui subordonne tout à la recherche incessante du Beau : « Ce souci de la Beauté extérieure que vous me reprochez », écrit-il dans une lettre à George Sand, « est pour moi une méthode. Quand je découvre une mauvaise assonance ou une répétition dans une de mes phrases, je suis sûr que je patauge dans le faux »83. Chez Senancour, si les négligences de style sont dues à son désir d’être utile, la monotonie des expressions est déterminée par l’ampleur des matières traitées. Poursuivant ses réflexions, il remarque dans « Du style dans ses rapports avec les principes, le caractère et les opinions de l’Écrivain ou de l’Orateur » :

  • 84 Article cité, Mercure de France, août 1813, p. 351. Senancour se préoccupe du fait que « la stérili (...)

Le style est facilement varié quand la pensée embrasse divers objets, mais non lorsqu’elle parcourt une sphère immense ; cet espace sera toujours le même, précisément parce qu’il est infini pour nous, parce qu’il est le seul où nos recherches puissent s’étendre. L’expression deviendra donc monotone à quelques égards, ou du moins plus circonscrite, si les conceptions deviennent très vastes, si l’étendue des idées est constamment très grande, si l’auteur saisit ou s’il entrevoit dans chaque chose tous les rapports qu’elle pourrait avoir avec les besoins, les jouissances et la moralité de l’homme84.

  • 85 . Œuvres complètes, « L’Intégrale du Seuil », op. cit., t. I, p. 55 et p. 230, t. II, p. 425.

51L’apparente négligence du style de Senancour coïncide avec l’indifférence pour le style proclamée par le jeune Flaubert, comme il résulte des passages suivants des œuvres de jeunesse85 :

Ces pages écrites sans suite, sans ordre, sans style, doivent rester ensevelies dans la poussière de mon tiroir […]. (Un parfum à sentir)

Seulement je vais mettre sur le papier tout ce qui me viendra à la tête, mes idées avec mes souvenirs, mes impressions, mes rêves, mes caprices, tout ce qui passe dans la pensée et dans l’âme ; du rire et des pleurs, du blanc et du noir, des sanglots partis d’abord du cœur et étalés comme de la pâte dans des périodes sonores, et des larmes délayées dans des métaphores romantiques. (Mémoires d’un fou).

[...] je n’aurai aucune prétention littéraire et je ne tâcherai pas de faire du style ; si cela arrive, que ce soit à mon insu comme une métaphore qu’on emploie faute de savoir s’exprimer par le sens littéral. (Voyage aux Pyrénées et en Corse)

  • 86 Michel Baude, « Timidité et création littéraire », article cité, p. 63.

52Même si Flaubert est encore loin des problèmes d’écriture qui vont caractériser les œuvres de la maturité, son style est différent du style de Senancour, qui « la plupart du temps se caractérise par la séchéresse, l’aridité, l’embarras, l’abstraction »86. Le jeune Flaubert, élevé à l’école de Chateaubriand, enthousiaste admirateur de sa prose, utilise volontairement et avec une pleine conscience toutes les possibilités de la rhétorique romantique, comme le montrent les études récentes :

  • 87 Ruth Amossy et Elisheva Rosen, Le discours du cliché, SEDES, Paris, 1982, p. 28-29. Sur les procédé (...)

D’une part [...], cet illustre prédécesseur qu’est René (1802), méconnaissant la grande crise de la rhétorique, et déployant superbement ses figures usées dans le champ de l’autoreprésentation. [...] D’autre part, et à l’opposé, les textes de jeunesse flaubertiens ressentant comme un étouffement la saturation des clichés, et se hissant à un degré de conscience qui débouche sur l’autocondamnation ironique87.

  • 88 Lettre à Louise Colet du 16 janvier 1852, Corr., t. II, op. cit., « Pléiade », p. 30-31.
  • 89 Sur le travail de correction dans les manuscrits de Senancour, voir les remarques de Béatrice Didie (...)
  • 90 Dans sa lettre à Louise Colet du 30 avril 1853, Flaubert reconnaît à Villemain « une certaine corre (...)
  • 91 Senancour. Sa vie, son œuvre, son influence, op. cit., p. 35.

53Pendant la composition de Madame Bovary, les réflexions sur le style deviennent prédominantes dans sa correspondance, et à la lumière de ses nouvelles conceptions esthétiques Flaubert reconnaît les défauts des œuvres de jeunesse qu’il définit comme des « essais manqués »88. Dans sa nouvelle optique, les corrections prennent une grande importance ; l’écrivain passe beaucoup de temps à corriger ses phrases, comme d’ailleurs le faisait Senancour89. Si on suit Flaubert dans sa distinction entre correction grammaticale et correction esthétique90, on peut remarquer que les corrections de Senancour, de nature grammaticale, sont motivées par son désir de précision. L’auteur corrige ses phrases en craignant que sa pensée ne soit mal interprétée. Joachim Merlant reconnaît avec justesse que « la conscience morale chez lui, primait le sens esthétique »91. Du point de vue du style, ses corrections sont souvent peu heureuses, d’après le témoignage unanime de tous les critiques.

  • 92 Marcel Proust, « À propos du style de Flaubert », dans Contre Sainte-Beuve, Pastiches et mélanges, (...)
  • 93 Albert Thibaudet, Gustave Flaubert, Gallimard, « Tel », Paris, 1982, p. 270.

54Les corrections de Flaubert au contraire sont surtout de nature esthétique. Proust écrit à propos des corrections grammaticales : « C’est une qualité utile mais négative. En tout cas, il y a une beauté grammaticale qui n’a rien à voir avec la correction. C’est d’une beauté de ce genre que Flaubert devait accoucher laborieusement »92. Flaubert commet des fautes dont il a été possible de faire l’inventaire, mais « ces deux ou trois cents fautes dont on brandit le catalogue comme un acte d’accusation, elles ne choquent que sur ce catalogue. À la lecture, elles passent presque inaperçues, emportées par le mouvement d’un style dont la masse, dans les grandes œuvres, est irréprochable »93.

  • 94 « Son style gris ne retient pas le lecteur pressé », écrit Béatrice Didier-Le Gall, « Senancour », (...)
  • 95 Lettre LXXX, dans Oberman, éd. André Monglond, op. cit., t. II, p. 191.
  • 96 André Monglond, « La jeunesse de Senancour », dans Vies préromantiques, op. cit. (voir plus haut no (...)

55Chez Senancour, bien que les critiques aient insisté davantage sur les qualités négatives de son style94, les moments de poésie ne manquent pas, quand il s’abandonne à son inspiration en oubliant la préoccupation de se faire comprendre et la crainte de ne pas être compris. Dans ce domaine, on peut remarquer des possibilités de confrontation avec Flaubert. Senancour lui aussi met en valeur la mélodie du mot, l’harmonie de la phrase, et privilégie la lecture à haute voix : « L’art de lire est comme celui d’écrire [...], je conçois à peine qu’un homme qui lit mal, puisse avoir une plume heureuse, un esprit juste et vaste »95. André Monglond remarque que dans les passages descriptifs l’auteur joue souvent avec les temps et juxtapose passés simples et imparfaits de la même manière que Flaubert : « Il sait, bien avant Flaubert, user du brusque passage du parfait défini à l’imparfait, c’est-à-dire d’un temps qui marque la stabilité dans le passé à un temps qui frappe nos actes d’illusion »96. Senancour sait donc être poète ; si les résultats atteints ne sont pas toujours à la hauteur de son engagement, le motif à notre avis ne dépend pas du manque de génie créateur, ou exclusivement de la timidité, mais reflète son désir de fidélité à une esthétique héritée du XVIIIe siècle, où le concept d’utilité est plus important que le Beau.

  • 97 Albert Thibaudet, Gustave Flaubert, op. cit., p. 229.
  • 98 Lettre LXXX, dans Oberman, op. cit., t. II, p. 190.
  • 99 Arnaldo Pizzorusso, « I temi del sentimento e le associazioni poetiche in Oberman », Studi sulla le (...)

56Comme l’écrit Albert Thibaudet, « Qui dit style dit composition, composition de la phrase, composition du chapitre, composition du livre »97. Sur la composition d’Oberman, Flaubert s’exprime négativement : « Quant au livre, il est sans plan et aussi mal fait que possible ». Senancour lui-même est le premier à reconnaître au § 4 de ses « Observations » qui précèdent Oberman, que dans son œuvre « Il n’y a point de mouvement dramatique, d’événenents préparés et conduits, point de dénouement ». Dans la lettre LXXX sur la mission de l’écrivain, qui reproduit en abîme ses idées, s’il envisage un projet de roman comme possibilité de s’occuper (l’art devient une façon d’« escamoter la vie »), il avoue son incapacité à construire un plan98. Arnaldo Pizzorusso écrit à ce propos : « Sa liberté littéraire est positive en tant qu’elle lui permet d’exprimer ses sensations, ses rêves ; mais elle est en même temps négative, en tant qu’elle repousse toute structure intérieure de contenu »99. Tous les critiques de Senancour, à commencer par Sainte-Beuve, ont relevé le manque de construction :

  • 100 Sainte-Beuve, « M. de Senancour », Portraits contemporains, vol. I, Didier Libraire-Éditeur, Paris, (...)

Il n’y a pas de roman ni de nœud dans ce livre ; Oberman voyage dans le Valais, vient à Fontainebleau, retourne en Suisse, et, durant ces courses errantes et ces divers séjours, il écrit les sentiments et les réflexions de son âme à un ami100.

  • 101 Jules Levallois, Un précurseur. Senancour, avec des documents inédits, Champion, Paris, 1897, p. 17 (...)

57Dans le roman, il n’y a pas d’action, rien n’arrive, l’essentiel reste l’analyse continuelle d’Oberman, l’histoire de ses sentiments. Jules Levallois soutient pourtant l’unité profonde du livre. Admirateur passionné de Senancour, qu’il a découvert pendant ses années de collège, il reconnaît que « Oberman [...] offre la seule unité que puisse comporter un livre de ce genre, l’unité d’âme »101.

58Et plus récemment, Béatrice Didier-Le Gall écrit dans sa thèse :

  • 102 Béatrice Didier-Le Gall, L’Imaginaire chez Senancour, op. cit., t. I, p. 247-248.

Dans le roman, dans la lettre, dans le paragraphe, dans la phrase apparaît une carence de la structure logique : l’architecture au premier abord est floue. L’intrigue, comme le style, ne retient pas le lecteur pressé, n’« accroche » pas. Si l’on est capable cependant de prêter l’oreille à une musique tout intime qui ne cherche pas à séduire mais à convaincre, on découvre bientôt les lignes directrices, les éléments organisateurs : le souvenir pour le plan, l’image pour le paragraphe, la sonorité du mot pour la phrase. [...] Et en définitive ce roman sans action, ces rêveries dont le sujet est fuyant, ces phrases dont la structure grammaticale est insuffisante, ne sont pas un informe chaos102.

  • 103 Œuvres complètes, « L’Intégrale du Seuil », op. cit., t. I, p. 230.
  • 104 Jean Bruneau, Les Débuts littéraires de Gustave Flaubert, op. cit., p. 253.
  • 105 Claudine Gothot-Mersch, « Flaubert et le récit autobiographique : Les Mémoires d’un fou », dans Fla (...)

59Comme Senancour, Flaubert dans sa jeunessse ne se préoccupe pas du plan : « Je ne sais pas plus que vous ce que vous allez lire, car ce n’est point un roman ni un drame avec un plan fixe » (Mémoires d’un fou)103. Selon Jean Bruneau, dans toutes les œuvres de jeunesse l’écrivain écrit avec facilité, en suivant son inspiration : « Avec Les Mémoires d’un fou Flaubert érige cette habitude en méthode : l’œuvre autobiographique qu’il projette ne pourra prendre toute sa valeur que si elle est l’expression directe et spontanée de lui-même »104. Mais Claudine Gothot-Mersch a brillamment montré, dans son étude sur « Flaubert et le récit autobiographique : Les Mémoires d’un fou »105, que dans l’œuvre autobiographique le romancier travaille de la même manière que dans les œuvres de fiction, et que dans la transformation que subissent les éléments autobiographiques il est possible de percevoir des intentions esthétiques. Elle souligne en effet l’ambiguïté du texte perçu soit comme pure autobiographie soit comme roman autobiographique, et elle démontre par de belles analyses que Les Mémoires d’un fou sont « dans leur ensemble autre chose que la restitution naïve d’une histoire par celui qui l’a vécue ».

60Après la première Éducation sentimentale et La Tentation de Saint Antoine, qui se ressentent encore du manque de construction, c’est avec Madame Bovary que le plan prend toute son importance :

  • 106 Lettre à Louise Colet du 25 juin 1853, Corr., t. II, op. cit., « Pléiade », p. 362.

Je voudrais faire des livres où il n’eût qu’à écrire des phrases (si l’on peut dire cela), comme pour vivre il n’y a qu’à respirer de l’air. Ce qui m’embête, ce sont les malices de plan, les combinaisons d’effet, tous les calculs du dessous et qui sont de l’Art pourtant, car l’effet du style en dépend, et exclusivement106.

  • 107 « Le tableau, c’est pour Flaubert une des scènes essentielles d’un roman, scène où sont présentés, (...)
  • 108 Albert Thibaudet, Gustave Flaubert, op. cit., p. 230.
  • 109 Voir Joëlle Gleize, « Le défaut de ligne droite », Littérature, n° 15, 1974, et Alan Raitt, « L’Édu (...)

61La difficulté que Flaubert rencontre dans la préparation du plan dépend beaucoup de sa manière de travailler « par tableaux »107, comme E. L. Ferrère l’a mis en évidence. Thibaudet souligne par la suite : « L’effort réel et achevé de composition porte […] chez lui plutôt sur les parties que sur l’ensemble. La phrase est plus composée que le tableau, le tableau plus composé que le livre »108. Comme il n’y a donc pas chez Flaubert une progression d’effets dramatiques ni une intrigue bien définie, ses romans – surtout L’Éducation sentimentale – ont suscité les mêmes critiques que celles que Flaubert adresse à Senancour109.

  • 110 Jean Rousset, « Madame Bovary ou le livre sur rien », dans Forme et signification, op. cit. (voir p (...)

62On peut remarquer que cette « déromanisation » du roman, selon la formule bien connue de Gérard Genette, a été considérée par la critique, chez Senancour et chez Flaubert, comme l’expression de la modernité de leurs œuvres, qui trouvent ainsi une possibilité de rapprochement ultérieur. Jean Rousset écrit à propos de Madame Bovary : « Il est dans le génie flaubertien de préférer à l’événement son reflet dans la conscience, à la passion le rêve de la passion, de substituer à l’action l’absence d’action et à toute présence un vide »110. Béatrice Didier-Le Gall constate de façon analogue :

  • 111 Béatrice Didier-Le Gall, L’Imaginaire chez Senancour, op. cit., t. I, p. 222.

L’écrivain a réalisé en fait le très subtil tour de force qui consiste à faire de l’absence de détermination une caractéristique ; de l’absence d’événement l’événement même, conférant à son roman un rythme d’attente, de suspension, qui est l’exacte traduction de son malaise à l’égard du temps, particulièrement du futur111.

  • 112 La lettre a été publiée dans l’édition de la Correspondance de Flaubert au Club de l’Honnête Homme, (...)

63Le jugement de Flaubert sur le roman de Senancour se conclut par une dernière remarque : « Tout ce qu’on peut en dire de mieux, c’est qu’il est “distingué”, mais pas de plastique ! pas de plastique ! » Bien des années auparavant, dans une lettre de 1867 ou 1868 à Mme Roger des Genettes, Flaubert avait reconnu ce même défaut dans sa propre Éducation sentimentale : « Je doute de la réussite de ce livre parce que j’en crois la conception vicieuse et même impossible. Toutes les malices d’exécution ne rachèteront pas la difformité constitutionnelle de l’idée première. Cette idée-là est trop complexe et trop vraie pour être plastique »112.

Le thème de l’amour

  • 113 La lettre XXVI d’Oberman se déroule dans une atmosphère onirique qui se retrouve aussi dans L’Éduca (...)

64Flaubert manifeste dans ses notes de lecture une certaine estime pour Senancour, comme il est possible de s’en rendre compte d’après trois considérations : d’abord, il loue ouvertement l’auteur pour la justesse de ses remarques et se montre particulièrement enthousiaste à propos de la lettre XXVI qu’il définit comme « charmante »113 ; puis, il respecte scrupuleusement le texte sans s’abandonner au goût des mystifications qui caractérise le « Sottisier » ; il ne signale, enfin, aucun passage pour la « Copie », sauf deux citations indirectes tirées de De l’Amour.

65On peut dire que les notes ont été prises par convergence d’idées ou d’intérêts, rarement par opposition ; la tentation du suicide, la théorie cabalistique des nombres, la religion, la mélodie des sons, la rêverie, étapes de l’itinéraire spirituel d’Oberman dans sa recherche de l’absolu, intéressent également Flaubert. Mais le thème le plus fréquent dans les notes est l’amour, dont Flaubert et Senancour ont une conception commune, ce qui permet d’établir entre eux une convergence ultérieure : tous deux décrivent en effet une passion inactive.

  • 114 Sainte-Beuve, « M. de Senancour », voir plus haut note 100, p. 118.
  • 115 Pierre Lasserre, Le Romantisme français, Mercure de France, Paris, 1908, p. 93.

66Senancour écrit dans les « Observations » qui précédent Oberman : « On y trouvera de l’amour : mais l’amour senti d’une manière qui peut-être n’avait pas été dite ». À son époque, cet amour si discret n’avait pas été remarqué. Oberman avait été considéré comme le héros de l’inquiétude religieuse, et non sentimentale. Sainte-Beuve écrit à ce propos : « Pas d’amour dans Oberman, ou du moins à peine un ressouvenir mourant d’une voix aimée, à peine une rencontre fortuite et inexpliquée près du Rhône, puis rien – rien hormis les torrents de vague volupté qui débordent comme les émanations végétales du désert »114. Pierre Lasserre aussi, dans son étude de 1908 sur le romantisme, soutient la même thèse : « Dans cette jeunesse, pas un amour ! Deux silhouettes de femmes passent indécises dans la brume d’Obermann ; et il n’en aime que le regret »115.

  • 116 André Monglond, Le journal intime d’Oberman, op. cit. (voir plus haut note 8), p. 120-121.

67Dans ses études successives, André Monglond a apprécié cet aspect du roman : « Roman d’amour, mais dont il faut découvrir le chiffre, où la confidence toujours faite à voix basse, entourée de tant de précaution, perdue en tant de détours, d’être si pudique gagne en profondeur, en vérité, en poésie »116.

  • 117 Béatrice Didier-Le Gall, L’imaginaire chez Senancour, op. cit., t. I, p. 208.
  • 118 Oberman, éd. André Monglond, op. cit. (voir plus haut note 24), t. II, p. 251.

68Le roman retrace l’amour de Senancour pour Mme Walckenaer, sœur de son ami Marcotte, camarade de collège, rencontrée à Paris vers 1795. De Joséphine Marcotte (Mme Del dans le roman), on ne parle de manière explicite que dans deux lettres. Comme le note Béatrice Didier-Le Gall : « Le chef-d’œuvre de Senancour, c’est d’avoir réalisé ce paradoxe d’un personnage presque toujours absent et dont la présence plane sur tout le roman de façon diffuse, comme une lumière diaphane »117. Mais la présence de figures féminines au cours du roman, telles que la voyageuse inconnue de la lettre VI ou la dame en cabriolet de la lettre XXVI, créent un climat d’attente et annoncent l’apparition de l’héroïne. La lettre XL narre leur rencontre à Paris, située, pour brouiller les pistes, dans la campagne lyonnaise, tout près de la Saône, en automne. La date et les faits sont aussi altérés pour éviter toute possibilité de contrôle. La lettre LXXXIX explique les obstacles à l’amour : « Si Madame D*** eût été libre, j’y eusse trouvé le plaisir d’être enfin malheureux à ma manière. Mais elle ne l’était point, et je me retirai […] » et signifie ainsi un renoncement qui semble définitif : « Je me suis senti à côté du bonheur, j’en ai été épouvanté […]. Il fallut partir »118.

69Dans la réédition de 1833, Senancour ajoute une nouvelle lettre (la lettre 90) dédiée entièrement à son héroïne avec l’évocation de leur dernière rencontre à Imenström dans une atmosphère onirique :

  • 119 Ibid., p. 258. On trouve une atmosphère onirique analogue dans L’Éducation sentimentale, voir plus (...)

Il arriva qu’un peu avant la fin du jour je passai devant un escalier de six à sept marches. Elle était au-dessus ; elle prononça mon nom. C’était bien sa voix, mais avec quelque chose d’imprévu, d’inaccoutumé, de tout à fait inimitable […]. Un demi-jour fantastique, un voile aérien, un brouillard l’environnait119.

  • 120 Ibid., p. 258-259.

70Mme Del est devenue veuve ; à un moment, Senancour imagine une conclusion différente pour son roman : « Il y eut un moment où j’aurais dit, comme ceux dont plus d’une fois j’ai condamné la mollesse : la posséder et mourir ». Aucun obstacle réel ne s’oppose à leur amour, sauf les promesses de Mme Del, devenue veuve, à sa famille. C’est le moment de l’adieu au rêve, du renoncement définitif, avec une seule perspective : « L’austère travail et l’avenir »120.

  • 121 Lettre du 6 octobre 1864 à Mlle Leroyer de Chantepie (Corr., t. V, Conard, voir plus haut note 7, p (...)

71Oberman est donc le roman d’une absence, d’une passion inactive, comme le sera L’Éducation sentimentale, où Flaubert restituera artistiquement le climat des années juvéniles (déjà esquissé dans les Œuvres de jeunesse sous la forme d’une apparente confession romantique) : « Je veux faire l’histoire morale des hommes de ma génération, “sentimentale” serait plus vrai. C’est un livre d’amour, de passion ; mais de passion telle qu’elle peut exister maintenant, c’est-à-dire inactive »121.

  • 122 Marie-Jeanne Durry, Flaubert et ses projets inédits, Nizet, Paris, 1950, p. 151.

72L’amour que Flaubert a éprouvé pour Mme Schlesinger devient la passion malheureuse de Frédéric pour Mme Arnoux, la Maria des Mémoires d’un fou. Comme Mme Del en Oberman, Mme Arnoux elle aussi domine le roman, lointaine mais toujours présente dans le cœur du protagoniste. Flaubert avait eu d’abord la tentation de faire céder Mme Arnoux (les premiers plans publiés par Marie-Jeanne Durry le documentent) ; ce n’est que par la suite qu’il avait découvert l’idée centrale du livre : « Il serait plus fort de ne pas faire baiser Mme Moreau qui chaste d’action se rongerait d’amour. Elle aurait eu son moment de faiblesse que l’amant n’aurait pas vu, dont il n’aurait pas profité »122. Un amour non réalisé, préservant l’œuvre de la banalité d’un adultère, permettait d’approfondir la vérité des personnages et d’accroître la force de suggestion du roman.

73Jean-Pierre Richard remarque à ce propos dans son chapitre de Littérature et sensation, « La création de la forme chez Flaubert » :

  • 123 Littérature et sensation. Stendhal et Flaubert, op. cit. (voir plus haut note 37), p. 225.

C’est […] pour avoir cru à la littérature c’est-à-dire à l’irréel que Marie et Frédéric sont devenus des héros de roman : authentiques par leur obstination à maintenir l’inauthentique, vivants et magnifiquement réels dans la mesure où, comme leur créateur, ils ont réussi à refuser la vie123.

Conclusions

74Nous avons signalé que Flaubert est à notre avis conditionné dans sa lecture de Senancour par des préjugés romantiques. Nous en voyons la preuve évidente dans l’écart existant entre la positivité des notes (plus d’une fois Flaubert loue Senancour et reconnaît le bien-fondé de ses remarques) et la négativité, ou pour mieux dire la sévérité excessive et souvent non motivée de son jugement : « Çà et là une jolie expression, un fond de bonne foi qui fait tout le mérite du livre. […] Mais quel petit homme entre Bernardin de Saint-Pierre et Chateaubriand », écrit-il, manifestant la même admiration pour deux écrivains de sa jeunesse romantique.

  • 124 Senancour écrit : « Je n’ai pas redouté l’isolement, je n’ai pas évité l’obscurité. Je ne me plains (...)
  • 125 Voir Jules Levallois, qui est plus positif. En lisant Oberman, il est tout de suite frappé par les (...)

75Le jugement de Flaubert nous semble emblématique de l’isolement de Senancour qui, tout en ayant annoncé le romantisme, reste à l’écart et aux marges du mouvement124. Flaubert, ainsi que la plupart des romantiques, ne connaît Senancour que comme l’auteur d’Oberman et ignore les Rêveries et les Libres Méditations qui lui auraient permis de rectifier une lecture trop pessimiste du texte, considéré comme un bréviaire de désespoir125 ; en outre il ne pouvait pas connaître une partie des œuvres de l’auteur, objets à l’époque d’une publication anonyme.

  • 126 Partiellement publiées par Béatrice Didier-Le Gall dans L’Imaginaire chez Senancour (op. cit., t. I (...)

76Les études situées à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, ainsi que les analyses les plus récentes de l’œuvre de Senancour, accompagnées de la publication de quelques inédits – nous pensons surtout aux précieuses Annotations encyclopédiques126 – ont contribué à éclairer la physionomie complexe de l’écrivain, en documentant ses multiples curiosités intellectuelles, sa formation encyclopédique et ses habitudes de lecture.

  • 127 « Ce livre est comme protégé des admirations indiscrètes par une solide réputation d’ennui. » Béatr (...)
  • 128 « Le Bicentenaire de Senancour : de George Sand à Proust », Revue des Deux Mondes, Février 1971, p. (...)

77En nous basant sur le jugement de Flaubert, nous avons cherché à signaler quelques convergences entre les deux auteurs. Nous avons constaté qu’un injuste oubli enveloppe encore Senancour, presque l’ombre d’un préjugé romantique127, malgré les progrès de la critique senancourienne. Béatrice Didier-Le Gall écrit à ce propos dans « Le Bicentenaire de Senancour » : « Cet auteur d’une approche un peu difficile n’a toujours eu que de rares fervents, une petite chapelle d’admirateurs qui se renouvelle de génération en génération sans qu’il atteigne véritablement un large public »128.

  • 129 Joachim Merlant, Senancour. Sa vie, son œuvre, son influence, op. cit., p. 82.

78Pour revenir au Flaubert de Bouvard et Pécuchet, nous voudrions souligner une dernière convergence entre les deux auteurs, dans leur commune disposition concernant la bêtise et les idées reçues. À l’instar de Flaubert, Senancour aussi, « aime à accabler la pauvre espèce humaine sous les témoignages réitérés de son imbécillité : il en accumule les contresens, les mœurs bizarres ou saugrenues, et il “rit de pitié” devant le spectacle qu’il s’en est donné »129.

  • 130 Ibid., p. 382-383. Nous nous demandons si le cahier fait partie des Annotations encyclopédiques, bi (...)

79Gustave Michaut, dans Senancour, ses amis et ses ennemis, parle d’un cahier manuscrit que le comte d’Eggis lui avait communiqué. Dans ce cahier, l’écrivain avait l’habitude de transcrire ses observations de lecture. La classification de ces matériaux, dont nous donnons quelques exemples, nous plonge en plein dans le climat du « Sottisier » de Flaubert et fait penser aux diverses sections de la « Copie ». On y trouve ces rubriques : « Absurdités, contradictions etc ; Actes de superstitions et de fanatisme ; Anecdotes curieuses, singularités, faits remarquables, lois particulières […] ; Beaux et bons mots, saillies, beaux traits […]130.

  • 131 Béatrice Didier-Le Gall, « Senancour et les Lumières », op. cit., p. 328.
  • 132 Lettre d’octobre 1879 à Mme Roger des Genettes (Correspondance, t. VIII, Conard, Paris, 1930, p. 30 (...)

80À côté des convergences, nous avons souligné une divergence fondamentale, qui porte sur le style. En apparence, la position de Senancour pourrait ressembler à celle de Flaubert jeune : chez tous les deux, il y a une indifférence affichée pour le style et pour le plan. Mais Flaubert, jeune romantique enthousiaste, manifeste son désintérêt pour un auteur qui pratique, selon la définition de Béatrice Didier-Le Gall, « un romantisme de la litote avec une grande horreur du style flamboyant »131. Le Flaubert de la maturité, en relisant le texte, ne condamne plus le style de Senancour par fidélité à la rhétorique romantique, mais il signale ses négligences de style au nom d’un idéal esthétique péniblement atteint et rigoureusement suivi. En ce qui concerne la question du plan, par contre, nous avons vu qu’à un égal point de départ (leur indifférence proclamée pour le plan) correspond un apparemment égal point d’arrivée. Flaubert en effet dans sa maturité, tout en suivant rigoureusement le plan, finit par arriver à sa négation, comme il le reconnaît lui-même : « À force d’avoir bien combiné le plan, le plan disparaît »132.

81Et nous nous demandons, pour conclure, s’il n’est pas possible d’insérer même Flaubert parmi la postérité de Senancour, non par influence d’un auteur sur l’autre, mais par analogie de vues, et une commune conception tragique de la vie, exprimée lucidement dans leurs œuvres qui s’apparentent ainsi aux œuvres des majeurs écrivains philosophes du XXe siècle.

Haut de page

Bibliographie

Flaubert, Œuvres complètes, éd. Bernard Masson, « L’Intégrale du Seuil », t. I, Paris, 1964.

Flaubert, Souvenirs, notes et pensées intimes, Buchet-Chastel, Paris, 1965.

Flaubert, Bouvard et Pécuchet, édition critique par Alberto Cento, Nizet, Paris, 1964.

Flaubert, Bouvard et Pécuchet, éd. Claudine Gothot-Mersch, Gallimard, « Folio classique», Paris, 1979.

Flaubert, Le projet du Sottisier, éd. Lea Caminiti Pennarola et Alberto Cento, Liguori, Naples, 1981.

Flaubert, Correspondance, t. IV, Conard, Paris, 1927.

Flaubert, Correspondance, t. V, Conard, Paris, 1929.

Flaubert, Correspondance, t. VII, Conard, Paris, 1930.

Flaubert, Correspondance, t. VIII, Conard, Paris, 1930.

Flaubert, Correspondance, Club de l’Honnête Homme, Œuvres complètes, t. 16, Paris, 1976.

Flaubert, Correspondance, éd. Jean Bruneau, t. I, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, 1973.

Flaubert, Correspondance, éd. Jean Bruneau, t. II, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade», Paris, 1980.

Senancour, Oberman (1804, rééd. 1833), éd. André Monglond, t. I, Arthaud, Grenoble/Paris, 1947.

Senancour, Obermann, éd. Gustave Michaut, Hachette, Paris, 1913.

Senancour, Rêveries sur la nature primitive de l’homme, Librairie Abel Ledoux, Paris, 1833.

Senancour, Rêveries sur la nature primitive de l’homme, éd. Joachim Merlant, t. I, Droz, Genève, 1939.

Senancour, De l’Amour, chez Capelle et Renaud, Paris, 1808.

Senancour, « Conseils d’un littérateur à un jeune auteur », Mercure de France, novembre 1811.

Senancour, « Du style dans ses rapports avec les principes, le caractère et les opinions de l’Écrivain ou de l’Orateur », Mercure de France, août 1813.

Senancour, Observations critiques sur l’ouvrage intitulé « Génie du christianisme », Delaunay, Paris, 1816.

Senancour, Libres Méditations d’un solitaire inconnu (1819), Droz, Genève, 1970.

Ruth Amossy et Elisheva Rosen, Le discours du cliché, SEDES, Paris, 1982.

Fernand Baldensperger, Goethe en France. Études de littérature comparée, Hachette, Paris, 1920.

Michel Baude, « Timidité et création littéraire », Travaux de linguistique et de littérature, 1967.

Jean Bruneau, Les Débuts littéraires de Gustave Flaubert, Armand Colin, Paris, 1962.

Lea Caminiti Pennarola, « A proposito di un giudizio inedito su Oberman : convergenze e divergenze », Micromégas. Rivista di studi e confronti italiani e francesi dell’Università di Roma « La Sapienza », n° 3, 1982.

Charles Carlut, « Aimer Flaubert », dans Essais sur Flaubert, Nizet, Paris, 1980.

Chateaubriand, Atala, René, Les Aventures du dernier Abencérage, éd. Fernand Letessier, « Classiques Garnier », Paris, 1965.

Sergio Cigada, « Il pensiero estetico di Gustave Flaubert », dans Contributi dell’Istituto di Filologia moderna, vol. III, Vita e Pensiero, Milan, 1961.

Pierre Danger, Sensations et objets dans le roman de Flaubert, Armand Colin, Paris, 1973.

Léon Dégoumois, Flaubert à l’école de Goethe, Imprimerie Sonor, Genève, 1925.

Béatrice Didier-Le Gall, « George Sand et Senancour », Revue des Sciences Humaines, octobre-décembre 1959.

Béatrice Didier-Le Gall, L’Imaginaire chez Senancour, t. I et II, José Corti, Paris, 1966.

Béatrice Didier-Le Gall, « Senancour et les Lumières », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, vol. 98, 1972.

Béatrice Didier-Le Gall, « Senancour », dans Littérature française. Le XVIIIe siècle, 1778-1820, tome XI, Arthaud, Paris, 1970.

Béatrice Didier-Le Gall, « Le Bicentenaire de Senancour : de George Sand à Proust », Revue des Deux Mondes, Février 1971.

Jacques Douchin, Le sentiment de l’absurde chez Gustave Flaubert, « Archives des lettres modernes », Minard, Paris, 1970.

Marie-Jeanne Durry, Flaubert et ses projets inédits, Nizet, Paris, 1950.

Marie-Jeanne Durry et Jean Bruneau, « Lectures de Flaubert et de Bouvard et Pécuchet », Rivista di Letterature moderne e comparate, vol. 15, fasc. 1, mars 1962.

Shoshana Felman, La Folie et la chose littéraire, Seuil, Paris, 1978.

E. L. Ferrère, L’Esthétique de Gustave Flaubert (1913), Slatkine reprints, Genève, 1967.

Joëlle Gleize, « Le défaut de ligne droite », Littérature, n° 15, 1974.

Goethe, Werther, trad. Pierre Leroux, t. I, Dubuisson, Paris, 1864.

Claudine Gothot-Mersch, « Flaubert et le récit autobiographique : Les Mémoires d’un fou », dans Flaubert e la tradizione letteraria, Quaderni del Seminario di Filologia francese, (Pise), n° 7, 1999.

Arnold Hauser, Storia sociale dell’arte, t. II, Einaudi, Turin, 1956.

Pierre Lasserre, Le Romantisme français, Mercure de France, Paris, 1908.

Jules Levallois, Mémoires d’une forêt. Fontainebleau, Sandoz et Fischbacker, Paris, 1875.

Jules Levallois, Un précurseur. Senancour, avec des documents inédits, Champion, Paris, 1897.

Louis Maigron, Le Romantisme et les mœurs, Champion, Paris, 1910.

Joachim Merlant, Le roman personnel de Rousseau à Fromentin (1905), Slatkine reprints, Genève, 1970.

Joachim Merlant, Senancour. Sa vie, son œuvre, son influence. Documents inconnus ou inédits (1907), Slatkine reprints, Genève, 1970.

Gustave Michaut, Senancour, ses amis et ses ennemis, Sansot, Paris, 1909.

Ladislao Mittner, « Il “Werther”, romanzo antiwertheriano », dans La Letteratura tedesca del Novecento, reprints Einaudi, Turin, 1970.

André Monglond, Vies préromantiques, Les Presses Françaises, Paris, 1925.

André Monglond, Le journal intime d’Oberman, Arthaud, Grenoble/Paris, 1947.

Claude Mouchard et Jacques Neefs, « Vers le second volume : Bouvard et Pécuchet », dans Flaubert à l’œuvre, Flammarion, Paris, 1980.

Jacques Neefs, « Le volume des livres. Fragments pour Bouvard », L’Arc, n° 79, 1980.

Arnaldo Pizzorusso, Senancour. Formazione intima. Situazione letteraria di un preromantico, Casa editrice G. D’Anna, Messine/Florence, 1950.

Arnaldo Pizzorusso, « I temi del sentimento e le associazioni poetiche in Oberman », Studi sulla letteratura dell’età preromantica in Francia, Libreria Goliardica, Pise, 1956.

Marcel Proust, « À propos du style de Flaubert », dans Contre Sainte-Beuve, Pastiches et mélanges, Essais et articles, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, 1971.

Alan Raitt, « L’Éducation sentimentale et la pyramide », dans Histoire et Langage dans « L’Éducation sentimentale » de Flaubert, SEDES, Paris, 1981.

Marcel Raymond, Senancour. Sensations et révélations, José Corti, Paris, 1965.

Jean-Pierre Richard, Littérature et sensation. Stendhal et Flaubert, Seuil, « Points », Paris, 1970.

Jean Rousset, Forme et signification. Essai sur les structures littéraires de Corneille à Claudel, José Corti, Paris, 1962.

Sainte-Beuve, « M. de Senancour », Portraits contemporains, vol. I, Didier Libraire-Éditeur, Paris, 1846.

Sainte-Beuve, Chateaubriand et son groupe littéraire sous l’Empire (1861), « Classiques Garnier », Paris, 1948.

George Sand, « Obermann », Revue des Deux Mondes, 15 juin 1833.

George Sand, « Fragment d’une lettre écrite de Fontainebleau », dans Hommage à Claude-François Denecourt, Hachette, Paris, 1855.

Jean-Paul Sartre, L’Idiot de la famille, t. I et II, Gallimard, Paris, 1971.

Haut de page

Notes

1 Cet article, traduit par l’auteure, a paru en italien : « A proposito di un giudizio inedito su Oberman: convergenze e divergenze », Micromégas. Rivista di studi e confronti italiani e francesi dell’Università di Roma « La Sapienza », n° 3, 1982.

2 Bibliothèque municipale de Rouen, [Bouvard et Pécuchet]. Documentation préparatoire, ms g 226, volumes 1 à 8.

3 Les notes du volume 5 ont été publiées par Jacques Neefs, « Le volume des livres. Fragments pour Bouvard », L’Arc, n° 79, 1980, p. 81-83. Voir aussi Claude Mouchard et Jacques Neefs, « Vers le second volume : Bouvard et Pécuchet », dans Flaubert à l’œuvre, Flammarion, Paris, 1980, et : Flaubert, Le projet du Sottisier, éd. Lea Caminiti Pennarola et Alberto Cento, Liguori, Naples, 1981.

4 Marie-Jeanne Durry et Jean Bruneau, « Lectures de Flaubert et de Bouvard et Pécuchet », Rivista di Letterature moderne e comparate, vol. 15, fasc. 1, mars 1962.

5 Voir note 3.

6 Bibliothèque municipale de Rouen, ms gg 10, voir Flaubert, Bouvard et Pécuchet, édition critique par Alberto Cento, Institut Universitaire Oriental de Naples / Nizet, Paris, 1964, p. 33, 67 et 105.

7 Sainte-Beuve écrit à propos de René, dans Chateaubriand et son groupe littéraire sous l’Empire (« Classiques Garnier », Paris, 1948, p. 277): « Je crois la maladie un peu passée pour le moment : la jeunesse paraît plutôt disposée à se jeter dans le positif de la vie, et dans ses chimères mêmes elle trouve moyen encore d’avoir pour objet ce positif ». Flaubert avait demandé le volume de Sainte-Beuve à sa nièce Caroline dans une lettre de 1867 (Correspondance, t. V, Conard, Paris, 1929, p. 314).

8 L’expression est d’André Monglond, Le journal intime d’Oberman, Arthaud, Grenoble/Paris, 1947, p. 18. Il faut signaler que Flaubert, bien qu’il écrive Oberman toujours avec un seul n comme dans l’édition originale de 1804, a annoté la deuxième édition (1833) qui porte deux n, de même que la troisième (1840).

9 Charles Carlut, « Aimer Flaubert », dans Essais sur Flaubert, Nizet, Paris, 1980, p. 383-384. Voir aussi Jean-Paul Sartre, L’Idiot de la famille, t. II, Gallimard, Paris, 1971, p. 1366 et suiv.

10 Pierre Danger, Sensations et objets dans le roman de Flaubert, Armand Colin, Paris, 1973, p. 47.

11 George Sand, « Obermann », Revue des Deux Mondes, 15 juin 1833.

12 George Sand, Hommage à Denecourt, Hachette, Paris, 1855, cité par Gustave Michaut, Senancour, ses amis et ses ennemis, Sansot, Paris, 1909, p. 119 et note 37. Voir aussi Sainte-Beuve : « À force d’être ennuyé, Oberman court risque à la longue de devenir ennuyeux », Chateaubriand et son groupe littéraire, op. cit., p. 282.

13 Béatrice Didier-Le Gall, « George Sand et Senancour », Revue des Sciences Humaines, octobre-décembre 1959.

14 Lettre à Ernest Feydeau du 28 décembre 1858 : « Quant à Daniel, qui est de la famille des Oberman […] c’est un personnage concentré et rêveur» (Correspondance, éd. Jean Bruneau, t. II, Gallimard, «Bibliothèque de la Pléiade», Paris, 1980, p. 851).

15 Arnold Hauser, Storia sociale dell’arte, t. II, Einaudi, Turin, 1956, p. 315 (notre traduction).

16 « Sous le couvert du roman par lettres, c’est en réalité le journal intime qui s’introduit dans le roman. Tel est Obermann, pure autobiographie au fil des jours ». Jean Rousset, « Le roman par lettres », dans Forme et signification. Essai sur les structures littéraires de Corneille à Claudel, José Corti, Paris, 1962, p. 100.

17 Sur le lexique de Senancour, voir Marcel Raymond, Senancour. Sensations et révélations, José Corti, Paris, 1965, p. 198.

18 Senancour, Rêveries sur la nature primitive de l’homme, éd. Joachim Merlant, t. I, Droz, Genève, 1939, p. 73.

19 Louis Maigron, Le Romantisme et les mœurs, Champion, Paris, 1910.

20 Béatrice Didier-Le Gall, L’Imaginaire chez Senancour, t. I, José Corti, Paris, 1966, p. 395.

21 Lettre à Mlle Leroyer de Chantepie du 18 décembre 1859, Corr., t. IV, Conard, Paris, 1927, p. 356.

22 Lettre à George Sand du 20 juillet 1873, Corr., t. VII, Conard, Paris, 1930, p. 38.

23 Mémoires d’un fou, dans Œuvres complètes, « L’Intégrale du Seuil », t. I, Paris, 1964, p. 230.

24 Senancour, Oberman, éd. André Monglond, Lettre première, t. I, Arthaud, Grenoble/Paris, 1947, p. 6.

25 Rêveries sur la nature primitive de l’homme, t. I, op. cit., p. 137.

26 Quidquid volueris, dans Œuvres complètes, « L’Intégrale du Seuil », t. I, op. cit., p. 106. Sur ce thème, voir Jacques Douchin, Le sentiment de l’absurde chez Gustave Flaubert, « Archives des lettres modernes », Minard, Paris, 1970.

27 Oberman, Lettre LXIII, t. II, op. cit., p. 85. L’absurdité du monde est un leitmotiv du texte.

28 Œuvres complètes, « L’Intégrale du Seuil », t. I, op. cit., p. 257.

29 Oberman, Lettre VII, t. I, op. cit., p. 48 et p. 54. Voir aussi un curieux passage des Libres Méditations d’un solitaire inconnu (Droz, Genève, 1970, p. 220) : « Quelquefois je voudrais que nos sommets et nos pâturages fussent voisins de la mer. Le mouvement des vagues orageuses près du repos des montagnes, et, quand le jour finit, la vue des astres inaccessibles, voilà pour nous les grandeurs du monde ».

30 Béatrice Didier-Le Gall, L’Imaginaire chez Senancour, t. I, op. cit., p. 300.

31 Pierre Danger, Sensations et objets dans le roman de Flaubert, op. cit., p. 114.

32 Oberman, Lettre XLII, t. I, op. cit., p. 194-195.

33 Lettre à Louise Colet du 11-12 décembre 1847, Correspondance, éd. Jean Bruneau, t. I, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, 1973, p. 489.

34 Michel Baude, « Timidité et création littéraire », Travaux de linguistique et de littérature, 1967, p. 57.

35 Femme de lettres, admiratrice enthousiaste de l’auteur d’Oberman.

36 Cité par Gustave Michaut, « Madame Dupin, Senancour et Sainte-Beuve », dans Senancour, ses amis et ses ennemis, op. cit. (voir plus haut note 12), p. 331.

37 Jean-Pierre Richard, Littérature et sensation. Stendhal et Flaubert, Seuil, « Points », Paris, 1970, p. 171.

38 Jean Rousset, « Madame Bovary ou le livre sur rien », dans Forme et signification, op. cit. (voir plus haut note 16), p. 133.

39 Fernand Letessier dans son Introduction à Chateaubriand, Atala, René, Les Aventures du dernier Abencérage, « Classiques Garnier », Paris, 1965, p. XLVI-XLVII.

40 Marcel Raymond, Senancour. Sensations et révélations, op. cit., p 111-112, note 33.

41 À propos de René, Sainte-Beuve parle de « la gloire de la parole » (Chateaubriand et son groupe littéraire, op. cit., p. 282). Par opposition, Béatrice Didier qualifie de « métaphysique » l’ennui de Senancour (L’Imaginaire chez Senancour, t. I, op. cit., p. 471. « [Senancour] ne choisit pas comme René, comme tant d’autres, des attitudes. Il souffre », écrit André Monglond dans Vies préromantiques, Les Presses Françaises, Paris, 1925, p. 151.

42 Fernand Baldensperger, Goethe en France. Études de littérature comparée, Hachette, Paris, 1920, p. 87.

43 Léon Dégoumois, Flaubert à l’école de Goethe, Imprimerie Sonor, Genève, 1925, p. 19.

44 Ibid., p. 42.

45 Souvenirs, notes et pensées intimes, Buchet-Chastel, Paris, 1965, p. 103.

46 L’écho de cette polémique se retrouve dans le « Sottisier », n. 1410. Pour Le Projet du Sottisier, voir plus haut, note 3.

47 Non signalée dans le Catalogue de la Bibliothèque nationale. Voir Rouault de La Vigne, « L’inventaire après décès de la bibliothèque de Flaubert », dans la Revue des Sociétés Savantes de Haute Normandie, 1957, p. 77. À la Mairie de Canteleu, parmi les livres de la bibliothèque de Flaubert, on trouve un autre exemplaire de Werther (Stuttgart, 1869) qui a appartenu sans doute à la nièce de Flaubert.

48 « De roman métaphysique, où une conscience riche et intense résume une connaissance de soi-même et de la vie, nous n’en trouvons pas un de Werther à Oberman, qui paraît près de trente ans plus tard » (Joachim Merlant, Le roman personnel de Rousseau à Fromentin (1905), Slatkine reprints, Genève, 1970, p. 54).

49 Ladislao Mittner, « Il “Werther”, romanzo antiwertheriano », dans La Letteratura tedesca del Novecento, reprints Einaudi, Turin, 1970, p. 56.

50 Goethe, Werther, trad. Pierre Leroux, t. I, Dubuisson, Paris, 1864, p. 61 et p. 131.

51 Ladislao Mittner, article cité, p. 57 (notre traduction).

52 Lettre du 27 mai, dans Werther, op. cit., p. 69-70.

53 Voir plus haut la note 3 et la note 6.

54 Senancour, Observations critiques sur l’ouvrage intitulé « Génie du christianisme », Delaunay, Paris, 1816, p. 106-107.

55 Senancour, Rêveries sur la nature primitive de l’homme, 3e édition, Librairie Abel Ledoux, Paris, 1833, p. 374-375.

56 Lettre LXXXI, dans Obermann, éd. Gustave Michaut, Hachette, Paris, 1913, t. II, p. 183, note 1.

57 Senancour, Libres Méditations d’un solitaire inconnu, op. cit. (voir plus haut note 29), « Note supplémentaire », p. 328.

58 Corr., t. IV, op. cit., Conard, p. 464 (lettre de 1861 à Mme Roger des Genettes).

59 Senancour, Libres Méditations, op. cit. (voir plus haut note 57), p. 330.

60 Joachim Merlant, Senancour. Sa vie, son œuvre, son influence. Documents inconnus ou inédits (1907), Slatkine reprints, Genève, 1970, p. 124.

61 Arnaldo Pizzorusso, Senancour. Formazione intima. Situazione letteraria di un preromantico, Casa editrice G. D’Anna, Messine/Florence, 1950, p. 35-36 et p. 38 (notre traduction).

62 Béatrice Didier-Le Gall, « Senancour et les Lumières », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, Vol. 98, 1972, p. 327.

63 Lettre LXXXI, dans Oberman, éd. André Monglond, op. cit. (voir plus haut note 24), t. II, p. 204.

64 Lettre XLIX, ibid., t. II, p. 28.

65 Lettre XLIV, ibid., t. I, p. 209.

66 Lettre XLIX, ibid., t. II, p. 30.

67 Lettre XLV, ibid., t. I, p. 228.

68 Lettre XII, ibid., t. I, p. 71.

69 Novembre, dans Œuvres complètes, « L’Intégrale du Seuil », t. I, op. cit., p. 254.

70 L’Idiot de la famille, t. I, Gallimard, Paris, 1971, p. 580.

71 Corr., t. II, op. cit. (voir plus haut note 14), « Pléiade », p. 104 et p. 291-292.

72 Bouvard et Pécuchet, éd. Claudine Gothot-Mersch, Gallimard, « Folio classique», Paris, 1979, p. 347 et suiv.

73 Mercure de France, novembre 1811, p. 409.

74 Joachim Merlant, Senancour. Sa vie, son œuvre, son influence, op. cit., p. 352 : « il n’avait pas, de toute évidence, le génie créateur ». Michel Baude, « Timidité et création littéraire », article cité, p. 49.

75 Senancour, « Préliminaires », dans Rêveries…, op cit., (voir plus haut note 18), p. 10.

76 Senancour, « Observations », dans Oberman, éd. André Monglond, op. cit., t. I, p. XX-XXI.

77 Senancour, « Observations », dans De l’Amour, 2ème édition, chez Capelle et Renaud, Paris, 1808, p. 3.

78 Senancour, « Préliminaires », dans Rêveries…, op. cit., p. 10.

79 Arnaldo Pizzorusso, Senancour, op. cit. (voir plus haut note 61), p. 53. Nous avons préféré ne pas traduire le terme « incontentabilità » qui manifeste l’insatisfaction totale et permanente de Senancour par rapport à tout ce qu’il écrit.

80 Jules Levallois, Mémoires d’une forêt. Fontainebleau, Sandoz et Fischbacker, Paris, 1875, p. 187.

81 Senancour, Libres Méditations…, op. cit. (voir plus haut note 29), p. 497. Voir aussi « Du style dans ses rapports avec les principes, le caractère et les opinions de l’Écrivain ou de l’Orateur », Mercure de France, août 1813, p. 352 : « celui qui dans toute circonstance sérieuse n’écrivait pas conformément à sa manière de voir, ne ferait qu’un métier méprisable ».

82 Voir plus haut note 78.

83 Corr., t. VII, op. cité, Conard, p. 290. Sur l’esthétique de Flaubert, voir Sergio Cigada, « Il pensiero estetico di Gustave Flaubert », dans Contributi dell’Istituto di Filologia moderna, vol. III, Vita e Pensiero, Milan, 1961.

84 Article cité, Mercure de France, août 1813, p. 351. Senancour se préoccupe du fait que « la stérilité des expressions détourne du respect pour la vérité », ou qu’elle « affaiblit les maximes qu’[il] croyai[t] utiles » (Libres Méditations, op. cité, p. 253 et p. 497).

85 . Œuvres complètes, « L’Intégrale du Seuil », op. cit., t. I, p. 55 et p. 230, t. II, p. 425.

86 Michel Baude, « Timidité et création littéraire », article cité, p. 63.

87 Ruth Amossy et Elisheva Rosen, Le discours du cliché, SEDES, Paris, 1982, p. 28-29. Sur les procédés de lecture ironique chez Flaubert, voir les études de Shoshana Felman, recueillies dans La Folie et la chose littéraire, Seuil, Paris, 1978, p. 178-216. Le style de Flaubert se ressent de l’influence de la rhétorique étudiée au collège, et il est caractérisé par des énumérations, antithèses et comparaisons. (Jean Bruneau, Les Débuts littéraires de Gustave Flaubert, Armand Colin, Paris, 1962, p. 351).

88 Lettre à Louise Colet du 16 janvier 1852, Corr., t. II, op. cit., « Pléiade », p. 30-31.

89 Sur le travail de correction dans les manuscrits de Senancour, voir les remarques de Béatrice Didier-Le Gall dans son Introduction aux Libres Méditations, op. cit., p. 12-13, ainsi que dans L’Imaginaire chez Senancour, op. cit., t. II, p. 491-550.

90 Dans sa lettre à Louise Colet du 30 avril 1853, Flaubert reconnaît à Villemain « une certaine correction grammaticale (et qui n’a rien à démêler avec la vraie correction esthétique) ». Corr., t. II, op. cit., « Pléiade », p. 319.

91 Senancour. Sa vie, son œuvre, son influence, op. cit., p. 35.

92 Marcel Proust, « À propos du style de Flaubert », dans Contre Sainte-Beuve, Pastiches et mélanges, Essais et articles, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, 1971, p. 587.

93 Albert Thibaudet, Gustave Flaubert, Gallimard, « Tel », Paris, 1982, p. 270.

94 « Son style gris ne retient pas le lecteur pressé », écrit Béatrice Didier-Le Gall, « Senancour », dans Littérature française. Le XVIIIe siècle, 1778-1820, tome XI, Arthaud, Paris, 1970, p. 283.

95 Lettre LXXX, dans Oberman, éd. André Monglond, op. cit., t. II, p. 191.

96 André Monglond, « La jeunesse de Senancour », dans Vies préromantiques, op. cit. (voir plus haut note 41), p. 183.

97 Albert Thibaudet, Gustave Flaubert, op. cit., p. 229.

98 Lettre LXXX, dans Oberman, op. cit., t. II, p. 190.

99 Arnaldo Pizzorusso, « I temi del sentimento e le associazioni poetiche in Oberman », Studi sulla letteratura dell’età preromantica in Francia, Libreria Goliardica, Pise, 1956, p. 191 (notre traduction).

100 Sainte-Beuve, « M. de Senancour », Portraits contemporains, vol. I, Didier Libraire-Éditeur, Paris, 1846, p. 117-118.

101 Jules Levallois, Un précurseur. Senancour, avec des documents inédits, Champion, Paris, 1897, p. 172.

102 Béatrice Didier-Le Gall, L’Imaginaire chez Senancour, op. cit., t. I, p. 247-248.

103 Œuvres complètes, « L’Intégrale du Seuil », op. cit., t. I, p. 230.

104 Jean Bruneau, Les Débuts littéraires de Gustave Flaubert, op. cit., p. 253.

105 Claudine Gothot-Mersch, « Flaubert et le récit autobiographique : Les Mémoires d’un fou », dans Flaubert e la tradizione letteraria, Quaderni del Seminario di Filologia francese, (Pise), n° 7, 1999. Le texte est repris ici même, en ouverture du présent numéro de la revue Flaubert.

106 Lettre à Louise Colet du 25 juin 1853, Corr., t. II, op. cit., « Pléiade », p. 362.

107 « Le tableau, c’est pour Flaubert une des scènes essentielles d’un roman, scène où sont présentés, dans leur attitude et avec leurs gestes les plus caractéristiques, les personnages principaux ». E. L. Ferrère, L’Esthétique de Gustave Flaubert (1913), Slatkine reprints, Genève, 1967, p. 155.

108 Albert Thibaudet, Gustave Flaubert, op. cit., p. 230.

109 Voir Joëlle Gleize, « Le défaut de ligne droite », Littérature, n° 15, 1974, et Alan Raitt, « L’Éducation sentimentale et la pyramide », dans Histoire et Langage dans « L’Éducation sentimentale » de Flaubert, SEDES, Paris, 1981.

110 Jean Rousset, « Madame Bovary ou le livre sur rien », dans Forme et signification, op. cit. (voir plus haut note 16), p. 133.

111 Béatrice Didier-Le Gall, L’Imaginaire chez Senancour, op. cit., t. I, p. 222.

112 La lettre a été publiée dans l’édition de la Correspondance de Flaubert au Club de l’Honnête Homme, Œuvres complètes, t. 16, Paris, 1976, p. 389. Pour Flaubert, « la plastique » est la qualité première de l’Art.

113 La lettre XXVI d’Oberman se déroule dans une atmosphère onirique qui se retrouve aussi dans L’Éducation sentimentale. Jean-Pierre Richard écrit à ce propos : « Le fantastique tout particulier de L’Éducation sentimentale tient à ces moments de détachement surnaturel où les êtres, délivrés de tout souci terrestre, affranchis de toute pesanteur, se mettent à flotter librement au niveau aérien de leur rêverie ou de leur espérance ». (Littérature et sensation. Stendhal et Flaubert, op. cit., p. 223).

114 Sainte-Beuve, « M. de Senancour », voir plus haut note 100, p. 118.

115 Pierre Lasserre, Le Romantisme français, Mercure de France, Paris, 1908, p. 93.

116 André Monglond, Le journal intime d’Oberman, op. cit. (voir plus haut note 8), p. 120-121.

117 Béatrice Didier-Le Gall, L’imaginaire chez Senancour, op. cit., t. I, p. 208.

118 Oberman, éd. André Monglond, op. cit. (voir plus haut note 24), t. II, p. 251.

119 Ibid., p. 258. On trouve une atmosphère onirique analogue dans L’Éducation sentimentale, voir plus haut note 113.

120 Ibid., p. 258-259.

121 Lettre du 6 octobre 1864 à Mlle Leroyer de Chantepie (Corr., t. V, Conard, voir plus haut note 7, p. 158).

122 Marie-Jeanne Durry, Flaubert et ses projets inédits, Nizet, Paris, 1950, p. 151.

123 Littérature et sensation. Stendhal et Flaubert, op. cit. (voir plus haut note 37), p. 225.

124 Senancour écrit : « Je n’ai pas redouté l’isolement, je n’ai pas évité l’obscurité. Je ne me plains pas de n’être plus l’objet de l’attention des hommes. Tranquille à leur égard, et ne formant aucun lien avec ceux qu’on recherche le plus, je me propose seulement de donner, dans ces pages, l’exemple d’une entière sincérité » (Libres Méditations, op. cit., p. 297 ).

125 Voir Jules Levallois, qui est plus positif. En lisant Oberman, il est tout de suite frappé par les paysages : « Je goûtai dans ce livre comme une âpre senteur de nature, comme le souffle vivifiant de la forêt et de la montagne » (Un précurseur… , op. cit., voir plus haut note 101, p. IX). Levallois a lu les autres œuvres : « Je me rendis compte très nettement que les romantiques s’étaient abusés aussi bien sur le sens d’Oberman que sur la place qu’il doit tenir dans l’œuvre de l’écrivain » (ibid., p. X ). Il insiste sur les qualités positives du texte : « C’est le poème de la recherche solitaire, âpre, hautaine, mais nullement tournée à une désespérance volontaire. […] Ce livre n’est pas une descente aux enfers […] mais au contraire une ascension, je ne dirai pas vers le ciel, mais à travers un purgatoire douloureux, vers les limbes. La conclusion de cet ouvrage réside dans le mot final des Rêveries : la vie n’est qu’un laborieux mouvement d’espérance ». (ibid., p. 175-176 ).

126 Partiellement publiées par Béatrice Didier-Le Gall dans L’Imaginaire chez Senancour (op. cit., t. II, p. 307-445), les Annotations encyclopédiques documentent l’ampleur des lectures de Senancour. Voir l’article de Béatrice Didier-Le Gall « Les lectures de Senancour », dans Senancour et les Lumières, op. cit. (voir plus haut note 62), p. 311-324.

127 « Ce livre est comme protégé des admirations indiscrètes par une solide réputation d’ennui. » Béatrice Didier-Le Gall, L’Imaginaire chez Senancour, op. cit., t. I, p. III.

128 « Le Bicentenaire de Senancour : de George Sand à Proust », Revue des Deux Mondes, Février 1971, p. 349.

129 Joachim Merlant, Senancour. Sa vie, son œuvre, son influence, op. cit., p. 82.

130 Ibid., p. 382-383. Nous nous demandons si le cahier fait partie des Annotations encyclopédiques, bien que Béatrice Didier-Le Gall ne le mentionne pas. André Monglond, dans une note de « La Jeunesse de Senancour », avance l’hypothèse que le cahier a été utilisé pour la préparation des Générations actuelles (Vies préromantiques, op. cit., voir plus haut note 41, p. 132). Le sous-titre de Générations actuelles est extrêmement significatif et moderne : Absurdités humaines. C’est, comme le remarque Marcel Raymond, le sottisier de Senancour, une « revue sarcastique des “idées reçues”, des coutumes, des rites de tous les peuples du monde en matière de religion » (Senancour. Sensations et révélations, op. cit., voir plus haut note 17, p. 51).

131 Béatrice Didier-Le Gall, « Senancour et les Lumières », op. cit., p. 328.

132 Lettre d’octobre 1879 à Mme Roger des Genettes (Correspondance, t. VIII, Conard, Paris, 1930, p. 309).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lea Caminiti Pennarola, « À propos d’un jugement inédit sur Oberman : convergences et divergences », Flaubert [En ligne], 20 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/flaubert/3035

Haut de page

Auteur

Lea Caminiti Pennarola

Université de Naples (Napoli Federico II)

Haut de page