Navigation – Plan du site

Quarante ans après. En hommage à Claudine Gothot-Mersch1

Françoise Gaillard

Résumé

Cet article, qui s’appuie sur le souvenir vécu du premier grand colloque Flaubert, tenu en 1974 à Cerisy-la-Salle, et sur ses traces éditoriales, se propose de resituer la démarche de sa directrice Claudine Gothot-Mersch ainsi que des participants dans l’atmosphère intellectuelle de l’époque, marquée par les débats autour de l’émergence de la « nouvelle critique ».

Haut de page

Texte intégral

Cerisy-la-SalleAfficher l’image
Crédits : Collection privée, Jeanne Bem

Les colloques innovants de Cerisy

  • 1 Claudine Gothot-Mersch fut la directrice du premier colloque de Cerisy-la-Salle consacré à Flaubert (...)
  • 2 Article repris dans Barthes, Essais critiques, Seuil, Paris, 1964, rééd. Seuil, Paris, 1991.

1Dans un article intitulé « Qu’est-ce que la critique ? »2, Roland Barthes assignait à la critique la tâche « non de déchiffrer le sens de l’œuvre étudiée » comme si l’œuvre détenait quelque vérité profonde à exhumer, « mais de reconstituer les règles et les contraintes d’élaboration de ce sens ». En d’autres termes, non de dire « le vrai » sur l’œuvre, mais d’analyser les procédures selon lesquelles ce sens s’y produisait. Si la critique ne pouvait être cette activité aléthique dont elle s’était longtemps prévalue, cela tenait, d’une part, au fait que « l’œuvre littéraire [était] un système sémantique très particulier dont la fin [était] de mettre “du sens” dans le monde mais non “un sens” », et, d’autre part, au fait qu’étant un espace polysémique où s’entremêlaient plusieurs niveaux de sens, il était impossible de lui attribuer une signification unique. C’est dans cette mouvance herméneutique que Claudine Gothot-Mersch plaça, dès sa conférence introductive, le colloque Flaubert de Cerisy-la-Salle de 1974 qui avait pour titre : « La Production du sens chez Flaubert ».

2Quelques années auparavant, en 1966, à un précédent colloque de Cerisy consacré à la « nouvelle critique », Barthes s’était déjà exprimé au sujet de Flaubert :

  • 3 Voir les actes du colloque de Cerisy de 1966 : Les Chemins actuels de la critique, dir. Georges Pou (...)

[] ce qui nous intéresse dans l’œuvre de Flaubert, ce n’est pas ce qu’elle propose immédiatement, mais la manière dont s’y construisent et dont s’y manifestent des sens qui sont à la fois seconds et essentiels, des couches sous-jacentes par rapport à la narration explicite, des Indices plus importants sans doute que les Fonctions, bref tout un champ paradigmatique privilégié par rapport au récit proprement dit3.

  • 4 Voir Raymond Picard, Nouvelle critique ou nouvelle imposture ?, J-J. Pauvert, Paris, 1965, et Rolan (...)

3Pour être bien compris des nouvelles générations, il faut replacer ces propos dans le contexte de la querelle entre les deux critiques, la critique universitaire, accusée tout à la fois par les néo-criticiens d’impressionnisme et de positivisme, et la nouvelle critique instruite par les avancées dans les différentes sciences humaines. Le moment saillant de ce débat intellectuel fut la polémique qui opposa Roland Barthes et Raymond Picard au sujet de leurs lectures de Racine4, dont s’emparèrent les médias généralistes. On en retrouvait l’écho au colloque de Cerisy de 1966 intitulé « Les Chemins actuels de la critique ». Par ce colloque, comme par ceux qui le précédèrent (sur l’enseignement de la littérature ou sur les écrivains du « Nouveau roman »), le Centre culturel de Cerisy-la-Salle s’afficha comme le haut lieu d’une résistance à l’académisme critique, et comme un laboratoire des recherches nouvelles sur la littérature.

Claudine Gothot-Mersch et les nouvelles approches

  • 5 La Production du sens chez Flaubert, dir. Claudine Gothot-Mersch, « Ouverture », UGE 10 / 18, Paris (...)

4On comprend mieux le titre quelque peu provocateur du colloque Flaubert que Claudine Gothot-Mersch dirigea en 1974. À ce moment, la guerre entre les deux critiques, moins bruyante sur le plan médiatique, continuait à faire rage dans le monde clos de l’Université. Nombre de carrières en furent les victimes collatérales. Citant Greimas qui dans sa Sémantique structurale avait écrit que « le problème de la signification se situe au centre des préoccupations actuelles », et se plaçant sous l’autorité de Roland Barthes pour qui « toute une partie de la recherche contemporaine revient sans cesse au problème de la signification, [et] ne veut plus étudier le fait qu’en tant qu’il signifie et le définit et l’explore comme un valant-pour », Claudine Gothot-Mersch reconnaissait, avec l’actualité de cette interrogation, sa fécondité. Elle se disait même tentée dans ses propres recherches par cette notion de « valant-pour » qui révélait en chaque texte des effets de sens insoupçonnés : « Disons que ma première idée a été d’étudier comment les éléments du récit, chez Flaubert, sont des valant-pour »5.

5Ce n’était pas par souci d’être à la pointe de la mode intellectuelle qu’elle envisageait cette étude, mais parce qu’elle avait tout de suite compris que les textes de Flaubert se prêtaient d’autant mieux à cette perspective critique que leur écriture l’anticipait. Elle écrivait :

  • 6 Ibid., p. 10-11.

Il faut remarquer que Flaubert se prête particulièrement bien à ce type de recherches, puisque ses livres ont été écrits pour être lus ainsi. Nombreux sont les textes de la Correspondance qui le proclament : la prose « a besoin d’être bourrée de choses et sans qu’on les aperçoive », le discours narratif doit avoir de l’épaisseur, la réalité ne doit être qu’un tremplin – admirable formule […]. Flaubert dit encore : «  il faut peindre le dessous et le dessus » - et l’ordre des termes a son importance, d’autant qu’il est inattendu (au point que nombre de critiques citent la formule en l’inversant : « le dessus et le dessous). Bref il nous invite lui-même à étudier dans son œuvre ce qu’il a appelé précisément « les calculs du dessous », « ces surdéterminations sémantiques » que Sartre découvre « à chaque ligne de Madame Bovary6.

6Choisir de consacrer un colloque de Cerisy à Flaubert, écrivain classique, dont l’œuvre, dans la terminologie introduite par Roland Barthes en 1970 dans S / Z, relevait du « lisible » et non du « scriptible », pouvait sembler une concession faite à l’Université. Il n’en était rien.

7Ce n’était pas non plus une simple manière de reprendre la main sur un corpus traditionnel. Il s’agissait de mettre à l’épreuve de leur validité et de leur fécondité des travaux conduits depuis des années dans des séminaires où dialoguaient les différentes langues de la critique : celles de la narratologie, de la sémiologie, de la psychanalyse, de la linguistique, de la sociologie de la littérature. Et Flaubert était un bon objet pour toutes les approches critiques qui s’intéressaient au travail de l’écriture, à l’engendrement des formes, au tissage des énoncés, à l’entrecroisement des significations. Des approches surtout qui ne voulaient plus lire le rapport de l’œuvre à son dehors dans les contenus énonciatifs mais dans la construction interne du texte et la structuration de ses énoncés, dans le jeu des signes, dans les figures du discours, dans les réseaux sémantiques signifiants.

8Claudine Gothot-Mersch en avait profondément conscience. Écoutons sa voix :

  • 7 Ibid., p. 11.

Il faut, je crois, profiter de ce moment privilégié où l’orientation de la critique coïncide avec les intentions d’une œuvre (cette coïncidence explique assurément l’actuel regain de popularité de Flaubert). D’où le choix de notre sujet7.

  • 8 Pierre Macherey, Pour une théorie de la production littéraire, Éditions Maspero, Paris, 1966. Rééd. (...)

9Après le choix du sujet, restait à expliquer celui du titre : « La production du sens chez Flaubert ». À l’époque, le choix du terme « production » pour parler de littérature, en lieu et place de celui de « création », avait en lui-même une valeur polémique. Il était senti comme une sorte de déclaration de guerre contre les tenants d’une conception humaniste et idéaliste de l’œuvre d’art et de sa genèse. Ce fut bien pire avec la parution de l’ouvrage de Pierre Macherey, Pour une théorie de la production littéraire 8, qui en radicalisa le sens en l’inscrivant dans une problématique marxiste. Mais le colloque de Cerisy consacré à Flaubert n’avait pas pour objectif de donner dans les excès matérialistes dans lesquels ce terme poussait une certaine avant-garde théoricienne. Pourquoi alors avoir décidé de le choisir ?

10Avec la modération et la précision qu’on lui connaissait, Claudine Gothot-Mersch en exposa de façon claire et convaincante les raisons :

  • 9 La Production du sens chez Flaubert, op. cit., p. 11.

Pourquoi production et pourquoi du sens ? J’aurais pu proposer, et j’y ai songé, les modes de signification chez Flaubert. Cela nous aurait ouvert le programme, déjà fort vaste, de la sémiotique formelle qu’envisage Greimas dans la préface de Du sens : « Déterminer les formes multiples de la présence du sens et les modes de son existence, les interpréter comme des instances horizontales et des niveaux verticaux de la signification, décrire les parcours des transpositions et transformations de contenus »9.

11Si « modes de signification » aurait pu faire l’affaire, pourquoi lui avoir préféré celui de « production du sens »? Parce que ce dernier syntagme permettait d’opposer à la vieille conception d’un sens exprimé par l’œuvre dont la sémiotique Greimassienne ne s’était pas totalement débarrassée, celle d’un sens produit par l’œuvre. Et à l’appui de cette nouvelle façon de penser le travail du texte, Claudine Gothot-Mersch citait François Wahl : « À l’idéalisme d’un sens antérieur à ce qui l’ “exprime”, le texte opposerait alors le matérialisme d’un jeu du signifiant qui produit des effets de sens ».

12Choisir « production du sens » et non « modes de signification », était donc une façon de battre en brèche l’idée qu’il y aurait une antériorité du sens que le texte exprimerait, et, ce faisant, d’arracher de manière radicale la création à son mystère en l’appréhendant tout à la fois comme processus et comme travail.

13Claudine Gothot-Mersch savait que certains conférenciers s’y employaient, notamment Jean Ricardou sur lequel elle disait compter particulièrement pour montrer la fécondité de ce type de recherche. Ce dernier outrepassa ses attentes en se livrant sur Madame Bovary à un travail d’anagrammatisation qui la laissa (et nous avec elle) perplexe et quelque peu sceptique, comme le montre son intervention dans la discussion :

  • 10 Ibid., p. 110.

Ma […] question concerne l’anagramme BOVRI. Je me demande sur quel plan il a quelque réalité. Ce n’est évidemment pas Flaubert qui l’a conçu, ce n’est pas non plus le lecteur qui le découvre, c’est seulement celui qui compte les lettres […]10.

  • 11 Ibid.

14Et à Ricardou qui lui opposa alors un péremptoire : « Pensez-vous que ça ne compte pas les lettres, un écrivain ? », elle rappela que le phonique chez Flaubert, ainsi que le montre l’épreuve du gueuloir, l’emporte sur le graphique11.

15Cette passe d’arme fut un moment de recadrage.

16Restait encore à justifier le singulier du mot « sens », car ce que montraient les travaux de la nouvelle critique, c’était que l’œuvre qui s’ouvrait à tous les cheminements « des » sens et ne se fermait sur aucun signifié ultime, était plurielle. Sur ce point aussi, Claudine Gothot-Mersch tenait sa réponse :

  • 12 Ibid., p. 11-12.

Le singulier ne doit pas, je crois, faire problème : « le sens » est ici, pour moi, une expression générique : tout ce qui est sens. Il n’y a donc pas de contradiction avec le pluriel employé ailleurs. Ni non plus, et j’y insiste, avec l’idée de pluriel du texte, que nous aurons sûrement à rencontrer12.

Quarante ans ont passé

17Quarante ans au cours desquels les intérêts des chercheurs se sont déplacés de l’œuvre éditée vers les avant-textes, vers les manuscrits, vers les brouillons comme l’atteste la vogue actuelle de la critique génétique.

18Quarante ans au cours desquels on a assisté à la résurrection de l’auteur trop vite enterré par Michel Foucault et par Roland Barthes et plus largement (quoique de façon moins proclamatoire) par les poéticiens, les narratologues, les sémiologues et autres analystes du récit qui avaient préparé en sous-main cet acte de décès par leur hypostase du texte.

19Quarante ans au cours desquels le désamour pour la théorie a eu tendance à assouplir le langage de la critique en retirant de leur tranchant aux définitions, aux concepts, aux notions techniques forgés par des chercheurs qui, en réaction contre l’impressionnisme critique, étaient animés par un souci de rigueur scientifique.

20Quarante ans qui ont vu disparaître du paysage critique les questions qui se posaient au temps du colloque que dirigea avec une grande ouverture d’esprit Claudine Gothot-Mersch. Les enjeux de la critique ont changé mais les questions qui se posaient à l’époque de ce colloque restent toujours ouvertes, et en attente d’une relance.

21De quoi s’agissait-il ? De considérer le texte comme le résultat d’un procès de production de sens à partir de matériaux linguistiques, idéologiques, psychiques et culturels. Et c’est ce que firent tous les participants, qu’ils se réclamassent de la psychanalyse, de la sociologie de la littérature, de la sémiologie, de la narratologie, de la thématique.

22En relisant les actes de cette rencontre historique que Claudine Gothot-Mersch avait su animer avec cette générosité, non exempte de fermeté, qu’on lui connaissait, j’avais peur d’une plongée nostalgique dans le passé d’une belle aventure intellectuelle.

23Il n’en fut rien.

24Je redécouvris l’importance des questions alors posées et leur toujours actuelle pertinence.

25Si nostalgie il y a cependant eu, c’est celle d’une époque où le débat d’idées était chose sérieuse, comme en témoigne la richesse des discussions qui, sans agressivité mais sans concession, suivaient chacune des prises de parole.

Haut de page

Bibliographie

Roland Barthes, Essais critiques, Seuil, Paris, 1964.

Roland Barthes, Critique et vérité, Seuil, Paris, 1966.

Claudine Gothot-Mersch, dir., La Production du sens chez Flaubert (actes du colloque de Cerisy de 1974), UGE 10/18, Paris, 1975. Rééd. Hermann, « Cerisy Archives », Paris, 2017.

Algirdas Julien Greimas, Sémantique structurale : recherche de méthode, Larousse, 1966.

Pierre Macherey, Pour une théorie de la production littéraire, Éditions Maspero, Paris, 1966.

Raymond Picard, Nouvelle critique ou nouvelle imposture ?, Jean-Jacques Pauvert, Paris, 1965.

Georges Poulet, dir., Les chemins actuels de la critique (actes du colloque de Cerisy de 1966), UGE 10/18, Paris, 1968.

Haut de page

Notes

1 Claudine Gothot-Mersch fut la directrice du premier colloque de Cerisy-la-Salle consacré à Flaubert, lequel avait pour titre « La Production du sens chez Flaubert ». Nous étions en 1974, c’est-à-dire à l’apogée du renouvellement de la critique.

2 Article repris dans Barthes, Essais critiques, Seuil, Paris, 1964, rééd. Seuil, Paris, 1991.

3 Voir les actes du colloque de Cerisy de 1966 : Les Chemins actuels de la critique, dir. Georges Poulet, UGE 10/18, Paris, 1968, et rééd. Hermann, « Cerisy Archives », Paris, 2011.

4 Voir Raymond Picard, Nouvelle critique ou nouvelle imposture ?, J-J. Pauvert, Paris, 1965, et Roland Barthes, Critique et vérité, Seuil, Paris, 1966.

5 La Production du sens chez Flaubert, dir. Claudine Gothot-Mersch, « Ouverture », UGE 10 / 18, Paris, 1975, p. 10. Rééd. Hermann, « Cerisy Archives », Paris, 2017, pagination à l’identique.

6 Ibid., p. 10-11.

7 Ibid., p. 11.

8 Pierre Macherey, Pour une théorie de la production littéraire, Éditions Maspero, Paris, 1966. Rééd. ENS Éditions, Lyon, 2014.

9 La Production du sens chez Flaubert, op. cit., p. 11.

10 Ibid., p. 110.

11 Ibid.

12 Ibid., p. 11-12.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Gaillard, « Quarante ans après. En hommage à Claudine Gothot-Mersch », Flaubert [En ligne], 20 | 2018, mis en ligne le 08 décembre 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/flaubert/3101

Haut de page