Navigation – Plan du site

Deux dictionnaires Flaubert

Aude Déruelle

Texte intégral

1L’idée d’un dictionnaire d’auteur est à la fois séduisante et peut-être légèrement piégée. Le temps est à ces entreprises éditoriales, achevées ou toujours en cours, qui tentent de rassembler tous les savoirs littéraires en des sommes imposantes. Il s’agit incontestablement d’un formidable outil de référence, qui dresse un inventaire des connaissances sur un auteur en visant à une forme d’exhaustivité. Les notices répertorient les références bibliographiques, offrent souvent les citations de l’auteur se rapportant à la notion ou au nom propre en question, tout en effectuant une mise au point synthétique, qui peut d’ailleurs ouvrir sur des développements novateurs ou personnels. Ce type d’ouvrage peut aussi offrir au lecteur un parcours ludique, en offrant des entrées auxquelles il n’avait pas pensé : si ces ouvrages visent à être des instruments de travail, comme tout dictionnaire, leur lecture peut occasionnellement être suivie, lorsque l’œil est attiré par les entrées limitrophes. Mais il ne faudrait pas oublier qu’un tel dictionnaire reflète nécessairement un état des lieux de la critique sur un auteur à un moment donné. Gageons toutefois que ces ouvrages, issus de travaux collectifs, titanesques et de longue haleine, loin de provoquer un effet d’assèchement, sous le prétexte que tout aurait été dit, incitent les jeunes chercheurs à se frayer de nouvelles voies dans une œuvre.

2Deux dictionnaires Flaubert ont paru en 2017, l’un chez Honoré Champion, dirigé par Gisèle Séginger, l’autre aux Classiques Garnier, dirigé par Éric Le Calvez.

3Voyons-y, plutôt que le fruit d’une concurrence, démentie en partie par la collaboration de certaines personnes aux deux projets éditoriaux, le signe de la très grande vivacité des études flaubertiennes aujourd’hui. Si l’on retrouve des deux côtés, bien sûr, les œuvres de Flaubert, ébauchées, inédites ou publiées, les grandes notions esthétiques de l’auteur (« Réalisme », « Art », « Impersonnalité », « Lyrisme », « Ironie »), les noms des personnages des œuvres, les deux ouvrages n’ont pas été conçus de la même manière, ainsi qu’une première approche le révèle. Le Dictionnaire Gustave Flaubert (Garnier), rédigé par une équipe resserrée de dix-sept personnes, comporte quelque 1 300 notices. Le Dictionnaire Flaubert (Champion), auquel, symboliquement, cent personnes ont collaboré – avec des spécialistes sollicités parfois pour la rédaction d’une seule notice (« Balzac », « Proust », par exemple, respectivement confiées à Jacques-David Ebguy et Philippe Chardin, ou encore « Style », rédigée par Gilles Philippe), en contient environ la moitié. Un nombre plus restreint de notices, donc, mais des notices sensiblement plus longues, qui tiennent souvent plus de l’article encyclopédique que de l’entrée de dictionnaire.

4Prenons les deux entrées « Narrateur ». Les notices évoquent toutes deux le passage, après les œuvres de jeunesse, à une énonciation impersonnelle, que Philippe Dufour (Champion) analyse comme une « conversion brusque » (et non une ascèse progressive) et toutes deux tentent de voir les limites de cette impersonnalité, qui n’est pas toujours impassibilité, comme le note Éric Le Calvez (Garnier). À eux deux, les dictionnaires cartographient la somme des procédés qui fonctionnent comme de petites intrusions d’auteur : italiques, passages au présent, modalisations, épithètes, figures de l’analogie, ironie bien sûr. Le dictionnaire Champion fait le choix du développement (la question du « narrateur » pose celle du lyrisme) et n’hésite pas à livrer des analyses précises de certains passages, comme cette stimulante phénoménologie de l’ennui dans Bouvard et Pécuchet qui implique un étrange être au monde auctorial. Le dictionnaire Garnier, au contraire, s’il donne de nombreux exemples, ne se livre pas à leur commentaire circonstancié, et fait le pari de la circulation entre notices, plus nombreuses – au lecteur, comme à celui de Flaubert, revient en somme la responsabilité de « conclure » s’il le souhaite, notamment en allant voir les autres notices (par exemple « Impassibilité » ne figure pas dans le dictionnaire Champion). De fait, la circulation dans l’œuvre flaubertienne, le renvoi à d’autres notices, à la fin de chaque entrée dans le dictionnaire Garnier, est fort appréciable, tout comme les astérisques invitant le lecteur à se construire son propre parcours, mais cela est compensé, dans le Dictionnaire Champion, par une liste des notices à la fin du dictionnaire (table des matières malheureusement absente chez Garnier).

5Aussi peut-on voir une complémentarité dans ces deux ouvrages. Les nombreuses entrées du dictionnaire Garnier sont souvent grammaticales, stylistiques et narratologiques (« Adverbe », « Adjectif », « Analepse », « Métonymie », « Parallélisme », « Parataxe », « Prolepse », ou, plus simplement, et frontalement, « Répétition » – on sait combien Flaubert détestait les répétitions), mais aussi très souvent biographiques (l’entrée « Syphilis », ou bien la mention des lieux dans lesquels s’est rendu Flaubert – « Loire », « Londres », « Louqsor », par exemple). Mais certaines entrées du dictionnaire Champion (« Malraux », « Wilde » par exemple) ne figurent pas dans le dictionnaire Garnier pour autant. Surtout, ce dernier se veut une œuvre en mouvement, une somme qui n’a pas vocation à être figée, avec la création d’un site Internet qui promet l’apparition de « Nouvelles notices » (https://dicflaubert.hypotheses.org/​author/​dicflaubert) destinées à compléter le volume publié.

6Au-delà de ces spécificités en partie éditoriales, on notera que ces deux volumes relèvent d’orientations critiques assez différentes. L’équipe du dictionnaire Garnier, menée par Éric Le Calvez, offre des perspectives très clairement génétiques sur l’œuvre de Flaubert (et l’on connaît l’importance majeure des études génétiques flaubertiennes depuis une quarantaine d’années) : en sus de l’entrée « Brouillon », qui détaille les différentes natures de brouillons chez Flaubert (notes documentaires, scénarios, succession d’états rédactionnels, mises au net, manuscrits autographes), figurent une notice « Avant-texte » qui retrace les éléments théoriques de la critique génétique, un développement sur la « Rature », ainsi qu’un article consacré au « Manuscrit », qui précise entre autres les lieux de conservation des écrits flaubertiens. Ces notions sont par contre absentes du volume Champion, qui, s’il comporte bel et bien une entrée « Génétique », fait lui la part belle à la grande tradition de la critique réaliste, avec les notices « Effet de réel », « Auerbach », « Lukacs », et, plus globalement, à toutes les écoles critiques des années 1970 (citons les entrées « Genette » ou « Richard »), dressant un précieux panorama du poids des études flaubertiennes dans l’évolution de la théorie et de la critique littéraires – tandis que l’ouvrage paru aux éditions Classiques Garnier joue la condensation dans une notice « Critique » qui dresse rapidement l’évolution des types d’analyses sur cet auteur. L’ouvrage dirigé par Gisèle Séginger laisse également place aux approches plus philosophiques, en ne se contentant pas de la notice, attendue, consacrée à « Sartre », mais en rappelant combien l’œuvre de Flaubert a pu avoir une influence déterminante sur la pensée contemporaine (« Benjamin », « Foucault », « Rancière »), que ce soit dans ses implications esthétiques ou politiques : c’est là la « Modernité » (notice présente dans le dictionnaire Garnier, mais absente du dictionnaire Champion) de Flaubert, pointée par Barthes dans Le Degré zéro de l’écriture, une centaine d’années après l’auteur, et qui, comme en témoignent ces deux ouvrages, est toujours moderne à nos yeux.

Haut de page

Bibliographie

Dictionnaire Flaubert, Gisèle Séginger dir., Honoré Champion, 2017, 1 772 p.

Dictionnaire Gustave Flaubert, Éric Le Calvez dir., Garnier, 2017, 1 260 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Déruelle, « Deux dictionnaires Flaubert », Flaubert [En ligne], mis en ligne le 14 octobre 2018, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/flaubert/3306

Haut de page