Navigation – Plan du site

La géologie en feuilleton

La genèse de De l’enseignement de la géologie
Jiwoon Jung

Résumé

En dépit de son importance dans l’épisode géologique de Bouvard et Pécuchet, De l’enseignement de la géologie, feuilleton fictif résumant l’idée anti-catastrophiste, n’a pas encore été l’objet d’une étude spécifique. Perçu jusqu’à présent comme un simple résumé de la théorie du géologue anglais Charles Lyell, De l’enseignement de la géologie se révèle cependant comme un texte d’une densité épistémologique extraordinaire à travers l’étude de sa genèse. Il est d’abord à noter que ce n’est pas l’ouvrage de Lyell, mais le Guide du géologue-voyageur d’Ami Boué qui est à l’origine de ce feuilleton fictif. Bien que Boué soit présenté dans le roman comme un vulgarisateur, il était en réalité l’un des premiers géologues anti-catastrophistes, avant même Lyell. Le plan et les brouillons de l’épisode géologique du roman témoignent du fait que Boué et ses idées innovatrices sont toujours au centre de l’attention de l’écrivain, et ceci nous fait redécouvrir l’histoire oubliée des premiers anti-catastrophistes. Outre cette origine inattendue, De l’enseignement de la géologie est un texte problématique dans sa constitution aussi : bien que ce feuilleton apparaisse dans le roman comme un pamphlet de l’anti-catastrophisme des années 1830, il est constitué en effet non seulement des ouvrages des actualistes / uniformitaristes, mais aussi de ceux des catastrophistes dont les parutions traversent tout le xixe siècle. En condensant l’enjeu scientifique d’une époque en un feuilleton, le texte flaubertien réaffirme son épaisseur épistémologique.

Haut de page

Texte intégral

Portrait d'Ami BouéAfficher l’image
Crédits : Bibliothèque nationale de France

1En rédigeant le chapitre III de Bouvard et Pécuchet, qui était à l’époque le chapitre II, Flaubert avoue dans une lettre sa difficulté :

  • 1 Lettre à Edma Roger des Genettes, 15 ? avril 1875, Correspondance, édition présentée, établie et an (...)

Il faut être maudit pour avoir l’idée de pareils bouquins ! J’ai enfin terminé le Ier chapitre et prépare le second, qui comprendra la chimie, la médecine, et la géologie, tout cela devant tenir en 30 pages !1

  • 2 Dans sa lettre à Edma Roger des Genette du 24 janvier 1880, Flaubert dit avoir lu « plus de 1500 » (...)
  • 3 Mitsumasa Wada, « L’Épisode de la chimie dans Bouvard et Pécuchet de Flaubert, ou comment narrativi (...)
  • 4 Norioki Sugaya, Flaubert épistémologue : autour du dossier médical de « Bouvard et Pécuchet », Amst (...)
  • 5 Yukiko Arahara, « Pour une lecture épistémologique de la géologie dans Bouvard et Pécuchet ou la gé (...)
  • 6 Bouvard et Pécuchet, édition établie par Pierre-Marc de Biasi, Paris, Librairie générale française, (...)
  • 7 Ceci résulte de la disparition des notes de lecture de Flaubert prises pour l’épisode de la géologi (...)

2Résumer en un chapitre du roman les circonstances épistémologiques de diverses sciences du début du xixe siècle, cette entreprise audacieuse de l’écrivain dote par conséquent Bouvard et Pécuchet d’une densité extrême : un épisode d’une vingtaine de pages condense en réalité plusieurs dizaines d’ouvrages scientifiques2. Cette densité n’est pas seulement d’ordre quantitatif, mais aussi d’ordre épistémologique : sous l’apparence du comique, les épisodes du chapitre III mettent en texte des controverses scientifiques importantes de l’époque. Pour les épisodes de la chimie et de la médecine, les études de Mitsumasa Wada3 et de Norioki Sugaya4 ont déjà révélé qu’ils avaient affaire chacun au conflit théorique entre l’équivalentisme et l’atomisme ainsi qu’au débat médical entre le vitalisme et l’organicisme. Il en est de même pour l’épisode géologique. Comme on le voit dans l’étude de Yukiko Arahara5, cet épisode déploie lui aussi un vaste champ de théories qui correspondent à peu près au développement historique réel de la géologie : la théorie de la Terre de Buffon, le neptunisme et le plutonisme, le catastrophisme de Cuvier et finalement l’actualisme / uniformitarisme de Charles Lyell. Or, ces différentes théories n’ont pas la même importance, car le catastrophisme et l’anti-catastrophisme constituent l’opposition centrale dans la structure de l’épisode. Dans sa forme la plus brève, on peut résumer celui-ci à l’histoire de la conversion de Bouvard et Pécuchet catastrophistes à l’actualisme / uniformitarisme alors moderne. Dans cette histoire ressemblant au destin réel de la géologie, l’arrivée de la conception géologique moderne est mise en texte dans le roman par un événement accidentel, la lecture par les deux bonshommes du feuilleton d’un journal intitulé « De l’enseignement de la géologie6 ». Malgré l’importance de ce feuilleton fictif dans le récit, ses hypotextes et leur mise en texte faisaient mystère jusqu’à présent7. L’objectif principal de la présente étude est d’éclaircir la genèse de ce feuilleton mystérieux et d’en tirer des implications épistémologiques.

Ami Boué, origine cachée de  De l’enseignement de la géologie 

  • 8 Georges Cuvier, Discours sur les révolutions du globe, avec des notes et un appendice d’après les t (...)
  • 9 Bouvard et Pécuchet, op. cit., pp. 124-125.
  • 10 Ibid., p. 127.
  • 11 Ibid.

3Dans le texte du roman ainsi que dans les brouillons, l’ouvrage le plus important de l’épisode géologique est sans doute le Discours sur les révolutions du globe8 de Georges Cuvier. Bouvard et Pécuchet commencent leur étude géologique par la lecture de Buffon qui les conduit à la question de l’origine de la Terre et de l’espèce9. Or c’est seulement à travers la théorie catastrophiste de Cuvier qu’ils arrivent à avoir pour la première fois l’explication synthétique de ces deux questions : l’histoire de la Terre se résume dans une succession de cataclysmes ainsi que l’histoire des êtres vivants dans les créations successives suivies de ces catastrophes globales. Déclenchée par la lecture simultanée de Cuvier et de Bertrand, la représentation imaginaire que se font Bouvard et de Pécuchet de l’histoire du globe terrestre10 montre bien cette force explicative du système cuviérien. La différence de la faune et de la flore selon les strates géologiques, mystère biologique, s’explique clairement dans ce système par la succession des époques « séparées les unes des autres par des cataclysmes11 », c’est-à-dire par les phénomènes géologiques. Un brouillon de Flaubert précise ce point :

  • 12 Ms g 225, 3, folio 365 verso.

après ces boulev révolutions, l’ordre reprenait & la création faisait mieux, perfectionnant son œuvre. donnant des espèces nouvelles. Cela était clair & leur plaisait. admir[ent] du génie de Cuvier12.

  • 13 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 127.
  • 14 À ce propos, la décision de l’écrivain de placer les Lettres sur les révolutions du globe d’Alexand (...)
  • 15 Ibid., p. 127.
  • 16 Ibid., p. 134.
  • 17 Ibid., p. 131.
  • 18 Ibid., p. 128, 129 et 131.
  • 19 Par rapport aux invertébrés, qui étaient la spécialité de Lamarck, les grands vertébrés spectaculai (...)
  • 20 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 136.

4Ce passage du roman met bien en relief que la théorie scientifique de Cuvier est en même temps le foyer d’un imaginaire qui explique la fascination qu’elle suscite chez Bouvard et Pécuchet. L’histoire du globe qu’imaginent Bouvard et Pécuchet n’est pas l’aride résumé d’un système théorique, mais « une féerie en plusieurs actes13 » remplie d’animaux gigantesques et de scènes spectaculaires14. Désormais, l’imaginaire cuviérien domine totalement l’esprit de Bouvard et Pécuchet. « Notre déluge15 », le dernier cataclysme selon Cuvier, devient pour eux une image obsessionnelle pendant leur exploration géologique : « toutes les collines étaient pour eux “encore une preuve du Déluge”16 », « ils espéraient […] n’importe quel ossement contemporain du Déluge17 ». Les fossiles qui les intéressent sont sans exception des grands vertébrés spectaculaires (« la mâchoire d’un éléphant », « un crocodile », « le mastodonte », « une vertèbre d’hippopotame ou d’ichtyosaure »18) qui sont le domaine spécifique de Cuvier19. Le neptunisme et le plutonisme sont absorbés aussi dans le système catastrophiste : ces théories portant sur la formation des couches géologiques sont réduites, dans le roman, aux théories auxiliaires du catastrophisme (le cataclysme soit par le déluge, soit par l’éruption des volcans)20.

  • 21 Ibid., p. 139.

5Dans notre épisode, l’influence de Cuvier ne disparaît qu’après la dernière excursion de Bouvard et Pécuchet vers Étretat. En revenant de la falaise après une terrifiante expérience imaginaire de l’imminente catastrophe, les deux compères tombent par hasard, au Havre, sur un journal dans lequel ils trouvent « un feuilleton intitulé De l’enseignement de la géologie21 ». Cet article leur fait l’effet d’être iconoclaste :

  • 22 Ibid., p. 140.

Cet article, plein de faits, exposait la question comme elle était comprise à l’époque.
Jamais il n’y eut un cataclysme complet du globe ; mais la même espèce n’a pas toujours la même durée, et s’éteint plus vite dans tel endroit que dans tel autre. Des terrains de même âge contiennent des fossiles différents comme des dépôts très éloignés en renferment de pareils. Les fougères d’autrefois sont identiques aux fougères d’à présent. Beaucoup de zoophytes contemporains se retrouvent dans les couches les plus anciennes. En résumé, les modifications actuelles expliquent les bouleversements antérieurs. Les mêmes causes agissent toujours, la Nature ne fait pas de sauts, et les périodes, affirme Brongniart, ne sont après tout que des abstractions.
Cuvier jusqu’à présent leur avait apparu dans l’éclat d’une auréole, au sommet d’une science indiscutable. Elle était sapée. La Création n’avait plus la même discipline ; et leur respect pour ce grand homme diminua22.

  • 23 Charles Lyell, Principes de géologie, traduit de l’anglais par Mme Tullia Meulien, Paris, Langlois (...)

6Selon une tradition critique, surtout depuis Alberto Cento, ce feuilleton de journal est considéré comme la marque de l’avènement de l’actualisme et de l’uniformitarisme, renvoyé en général au nom du géologue anglais Charles Lyell. Considéré comme le fondateur de la géologie moderne, Lyell, dans ses Principes de géologie23, a récusé frontalement la théorie catastrophiste en disant que les lois et les forces agissant sur la terre restent les mêmes pour toujours (l’uniformitarisme). Les états actuels de la Terre, qui semblent témoigner de changements subits et violents, ne sont en réalité que les produits d’une longue action des forces géologiques. En ce sens, il n’y a aucune raison de supposer, comme le fait le catastrophisme, une force inexplicable qui puisse créer des bouleversements dévastateurs. Le passé du globe terrestre peut être bien expliqué par l’étude des actions géologiques qui se passent actuellement (l’actualisme).

  • 24 Voici la note de Flaubert : « Lyell. Principes de Géologie tr. par Mad. Meullien. Paris. 4 vol. in (...)
  • 25 Ms g 225, 3, folio 392.
  • 26 Ms gg 10, folio 64.

7Le « feuilleton » semble reproduire à bien des égards les idées essentielles de Lyell. « Jamais il n’y eut un cataclysme complet du globe », n’est-ce pas l’idée anti-catastrophiste, fondamentale de Lyell ? « Les modifications actuelles expliquent les bouleversements antérieurs. Les mêmes causes agissent toujours », ces phrases n’expriment-elles pas son actualisme/uniformitarisme ? En effet, les Principes de géologie se trouvent bel et bien dans la liste des lectures de Flaubert24. Nous trouvons aussi, dans un brouillon de l’épisode, un bref résumé de la théorie de Lyell : « Lyell = les modifications qui se passent sous nos yeux peuvent rendre compte des changements antérieurs »25. Un scénario montre encore que Flaubert a conçu une conversion de Bouvard et Pécuchet, de Cuvier vers Lyell : « étudient la géologie. – système de Cuvier. […] tournant/ent de Cuvier à Lyell »26.

  • 27 Ms g 225, 3, folio 361.
  • 28 Ms g 225, 3, folio 362.
  • 29 Ms g 225, 3, folio 363.
  • 30 Ms g 225, 3, folio 364 verso.

8Pourtant, l’étude de la genèse de l’épisode met en cause cette idée en apparence incontestable. Sauf quelques occurrences citées ci-dessus, Lyell n’occupe pas une place importante pendant la rédaction de l’épisode géologique. En revanche, sauf dans la première phase de rédaction où Flaubert envisageait d’opposer Lyell à Cuvier, c’est un autre nom, un autre géologue qui est désigné comme adversaire principal de Cuvier : Ami Boué. Nombreux sont les brouillons qui témoignent de ce remplacement de Lyell par Boué : « Lecture simultanée de Bertrand & de Boué. - idées de Cuvier », « mais contradictions des idées de Cuvier (Boué et ?) »27 « Perdent la foi en Cuvier relativem[n]t aux Ep Créations Successives (Boué) »28, « Perdent la foi de Cuvier (Boué) »29, « Ils perdent toute foi en Cuvier (Boué) »30.

  • 31 « Descharmes déclare n’avoir pu retrouver nulle part ce “feuilleton”. C’est qu’il n’existe pas. Les (...)
  • 32 Ami Boué, Guide du géologue-voyageur, sur le modèle de l’« Agenda Geognostica » de M. Léonhard, Par (...)
  • 33 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 130.
  • 34 Ibid., pp. 134-134.
  • 35 René Descharmes, Autour de Bouvard et Pécuchet : études documentaires et critiques, Paris, Librairi (...)
  • 36 Ibid., pp. 179-180.

9Même les études récentes se contentent de renvoyer les idées exprimées dans « De l’enseignement de la géologie » à Charles Lyell, sans considérer l’importance de Boué. Alberto Cento est le seul à remarquer que cette partie du roman est liée au Guide de Boué, mais pour lui c’est bien « Sir Charles Lyell »31 qui est l’auteur des idées contenues dans le « feuilleton ». Il me semble que cette opinion unanime des chercheurs résulte du piège que Flaubert a fabriqué afin de cacher l’importance de Boué dans cet épisode géologique. En effet, le nom de Boué et son ouvrage Guide du géologue-voyageur32 apparaissent une seule fois dans le roman. Après leur excursion à « la côte des Hachettes »33, Bouvard et Pécuchet consultent le livre de Boué en préparant un nouveau voyage. Or, dans ce passage du roman, le Guide est présenté comme un guide pratique pour les géologues amateurs, donnant des conseils sur les habits, les instruments, les comportements, etc.34. Dans un tel contexte, le Guide semble n’être qu’un manuel pratique et son auteur a l’air d’un géologue de second rang, d’un vulgarisateur. Par exemple, René Descharmes, fidèle au contexte du roman, dit que « Ami Boué reste loin de compter au premier rang des savants de son époque », que « ce n’est pas chez lui »35 qu’il faut chercher l’origine des « hypothèses originales » contenues dans le Guide, c’est-à-dire les idées anti-catastrophistes. Le mérite de Boué ne consiste, selon lui, qu’à avoir rendu « un compte fidèle des résultats acquis par ses devanciers »36.

  • 37 Henri de Blainville, Ostéographie, ou Description iconographique comparée du squelette et du systèm (...)
  • 38 Voir Goulven Laurent, « Ami Boué : sa vie et son œuvre », Travaux du Comité français d’Histoire de (...)
  • 39 Goulven Laurent, Paléontologie et évolution en France de 1800 à 1860, Paris, Édition du Comité des (...)
  • 40 Goulven Laurent, « Paléontologie et évolution : la Société géologique de France, “espace de liberté (...)
  • 41 Goulven Laurent, « Ami Boué : sa vie et son œuvre », op. cit., p. 24. 

10Pourtant Ami Boué est l’un des géologues de première importance de l’époque et les idées anti-catastrophistes exprimées dans le Guide sont bel et bien les siennes. Il était, selon l’avis d’un géologue de l’époque, « le géologue de notre temps qui a le plus vu et le plus comparé dans l’étude de la géologie positive de l’Europe37 ». Loin d’être un vulgarisateur de Lyell, Boué a proposé l’anti-catastrophisme déjà dans les années 182038, et ceci sans rapport avec les Principes de géologie, publié en 1830. Comme le montre l’étude de Goulven Laurent, historien de la géologie et de la paléontologie, l’anti-catastrophisme n’est pas l’invention de Lyell car Boué et d’autres géologues français, surtout Constant Prévost qui est en effet inspirateur de Lyell, avaient déjà proposé la même idée39. Boué est en même temps l’un des fondateurs de la Société géologique de France, conçue comme « un espace de liberté » contre l’autorité de l’Académie des sciences dont le sommet était Georges Cuvier40. Par conséquent, pour Boué et les membres de la Société, l’ouvrage de Lyell n’a rien de révolutionnaire : « On comprend que pour Ami Boué, et, plus généralement pour les géologues français qui raisonnaient comme lui, tels Constant Prévost ou André de Férussac, Lyell n’ait rien apporté de nouveau, sinon des exagérations dogmatiques41 », écrit Goulven Laurent.

11L’anti-catastrophisme de Boué et de ses collègues est affirmé dans le Guide à plusieurs reprises. Surtout, le Guide présente une vision continuiste de l’histoire de la vie et de la terre, qui récuse frontalement la discontinuité de l’histoire, fragmentée par des cataclysmes universaux, que propose le Discours de Cuvier. Contre la théorie de créations nouvelles survenant après chaque cataclysme (les créations successives), Boué affirme d’abord la continuité de la vie, c’est-à-dire « un changement gradué » depuis les époques les plus lointaines :

  • 42 Ami Boué, op. cit., tome II, p. 347.

La série des fossiles ne laisse apercevoir nulle part une ligne tranchée de démarcation entre les différents termes de cette série. Les créations végétales et animales ne paraissent point avoir été renouvelées plusieurs fois et en totalité sur la terre. Au contraire, la succession des genres et des espèces de fossiles, leur remplacement les uns par les autres indiquent un changement gradué, qui n’a été brusque que çà et là, à certaines époques et par suite de grands soulèvements, d’affaissements et d’inondations considérables. Il y aurait donc eu des cataclysmes, qui auraient pu embrasser une grande partie du globe, sans pour cela le dépeupler tout-à-fait42.

12Cette continuité de la vie dont témoignent les fossiles nie évidemment la succession des cataclysmes globaux, thèse principale de Cuvier, conduisant chaque fois à une extinction complète des espèces existantes. Toujours selon Boué :

  • 43 Ibid., p. 233.

Si notre terre présente les traces évidentes de grandes révolutions partielles ou locales, l’hypothèse de M. Brongniart, comme celle des cataclysmes généraux, est démentie positivement par tous les faits géologiques ; or, quelques-uns peuvent bien être restés inconnus à un botaniste, et tous indiquent partout une suite non interrompue et successive de créations inorganiques et organiques43.

  • 44 « Ami Boué […] se séparait là encore cependant de la nouvelle doctrine prônée par Charles Lyell, l’ (...)

13Le passage ci-dessus montre aussi la différence de conception entre Boué et Lyell. Dans ce texte, Boué ne nie pas de « grandes révolutions partielles ou locales » mais refuse seulement l’hypothèse de « cataclysmes généraux » censés provoquer l’extinction totale des espèces existantes. C’est le point important qui l’éloigne de Lyell. S’attachant à l’uniformitarisme doctrinaire, Lyell soutient que les forces géologiques s’exercent toujours avec la même intensité et à la même vitesse, alors que Boué n’a pas ignoré que les traces géologiques témoignent aussi de modifications plus violentes44. En ce sens, certaines phrases du « feuilleton » (telles que « Jamais il n’y eut un cataclysme complet du globe », « les modifications actuelles expliquent les bouleversements antérieurs ») sont moins en rapport avec Lyell qu’avec Boué, dans la mesure où elles admettent certains cataclysmes et bouleversements à l’échelle limitée.

14Après avoir lu le Guide de Boué, Flaubert n’a pas manqué de saisir l’importance de ce géologue et conçoit son « feuilleton » à partir des idées exprimées dans l’ouvrage de celui-ci. Ce point sera confirmé par l’analyse détaillée qui suit.

La genèse du « feuilleton » (1) : détournement critique des textes catastrophistes

  • 45 Ms g 225, 3, folio 361.

15Si les idées essentielles du « feuilleton » sont venues du Guide de Boué, la tâche suivante de l’écrivain était alors de trouver d’autres textes pouvant soutenir les thèses de ce géologue. L’un des scénarios précise ce point : « mais contradictions des idées de Cuvier (Boué et ?)45 ». Le folio 364 verso constitue sur ce point l’étape cruciale où surgit la forme initiale du « feuilleton », constituée des arguments tirés de divers textes. Voici les arguments collectés par Flaubert, regroupés principalement en marge gauche du folio :

  • 46 Ms g 225, 3, folio 364 verso.

le système des créations successives est faux.
La même espèce n’a pas la même durée sur tous les points du globe.
les mastodontes qui avaient disparu de l’ancien continent à l’époque tertiaire, ont continué à se propager pendant l’époque quaternaire.
les fougères sont identiques aux fougères anciennes. – un gd nombre de mollusques & de zoophytes encore existants se trouve dans les roches les plus anciennes.
Tout n’est pas si clair ni si bien divisé. Le même lit ne s’étend jamais sur une gde surface.
les feuillets se croisent & s’entrelacent les uns dans les autres.
un marsupial dans les schistes de l’oolithe inférieur. –
(Boué 2) Les diverses périodes ne sont que des abstractions
id.) simultanéité de plusieurs couches.
la géologie d’une province n’est pas celle de toute la terre
dans les îles gallapagos
gds lézards antédiluviens (P. Hétérogènie)46

16Outre ces arguments regroupés en marge, nous pouvons voir dans le même folio un autre argument qui se trouve au milieu de la page :

Contre les époques (Pouchet) […] on rencontre des reptiles dans les houillers, des mammifères dans les trias.

Comme le précise la phrase « contre les époques… », la fonction de cet argument est de mettre en cause la division nette des époques géologiques, distinguées par des cataclysmes. De ce point de vue, cette phrase fait partie elle aussi du groupe d’arguments contestant le catastrophisme cuviérien. Enfin, il faut ajouter à ce groupe une autre phrase apparaissant dans le texte définitif, même si elle ne fait pas partie de ce folio initial :

En résumé, les modifications actuelles expliquent les bouleversements antérieurs.

La forme primitive de cette phrase se trouve exceptionnellement dans le folio 392 :

  • 47 Ms g 225, 3, folio 392.

Lyell = les modifications qui se passent sous nos yeux peuvent rendre compte des changements antérieurs47.

17Les hypotextes du « feuilleton » faisaient mystère depuis longtemps. Il me semble donc utile de faire ici la liste des textes constituant ses sources :

  • Charles Louis Contejean, Éléments de géologie et de paléontologie, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1874 ;

  • Félix-Archimède Pouchet, Hétérogénie, ou Traité de la génération spontanée, basé sur de nouvelles expériences, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1859 ;

  • Ernst Haeckel, Histoire de la création des êtres organisés d’après les lois naturelles : conférences scientifiques sur la doctrine de l’évolution en général et celle de Darwin, Goethe et Lamarck en particulier, trad. de l’allemand par le docteur Ch. Letrouneau, Paris, C. Reinwald, 1874 ;

  • Ami Boué, Guide du géologue-voyageur, sur le modèle de l’« Agenda Geognostica » de M. Léonhard, Paris, F.-G. Levrault, 1835-1836 ;

  • Constant Prévost, « Sur la chronologie des terrains et le synchronisme des formations » dans Société géologique de France, Bulletin de la Société géologique de France : 1844 à 1845, 2e série, tome II, Paris, Société géologique de France, 1845 (probablement la citation indirecte à travers un certain « Dreyfus », auteur non identifié).

18Selon le critère chronologique, nous pouvons classer ces divers textes en deux catégories, c’est-à-dire en source moderne (contemporaine de Flaubert) et source contemporaine (contemporaine des personnages du roman). Comme notre épisode se déroule certainement avant la révolution de 1848, qui est l’événement principal du chapitre VI du roman, les ouvrages de Pouchet, de Contejean et de Haeckel font partie de la première catégorie, tandis que le livre de Boué et le mémoire de Prévot se rangent dans la deuxième catégorie.

19Parmi les sources modernes, Éléments de géologie et de paléontologie de Charles Louis Contejean n’est pas directement mentionné dans les brouillons de Flaubert. Le nom Contejean apparaît plusieurs fois dans les manuscrits de l’écrivain mais il ne précise pas le titre de l’ouvrage. De plus, les brouillons mentionnant Contejean, notamment les folios 369, 366 verso et 405 verso, ne concernent pas le passage sur le « feuilleton ». Le rapport de Contejean et du « feuilleton » n’est donc pas évident au premier regard. Pourtant nous pouvons reconstituer ce rapport invisible à partir de la forme primitive du « feuilleton » dont certaines phrases montrent une forte ressemblance avec le texte de Contejean. Il s’agit des phrases suivantes :

La même espèce n’a pas la même durée sur tous les points du globe.
Les mastodontes qui avaient disparu de l’ancien continent à l’époque tertiaire, ont continué à se propager pendant l’époque quaternaire.
[…]
Tout n’est pas si clair ni si bien divisé. Le même lit ne s’étend jamais sur une gde surface. Les feuillets se croisent & s’entrelacent les uns dans les autres.

20En comparant ces phrases avec celles des Éléments de géologie et de paléontologie de Contejean, nous pouvons constater que Flaubert à ce stade de rédaction reproduit fidèlement les propos de Contejean. Voici le texte original de Contejean :

  • 48 Charles Louis Contejean, Éléments de géologie et de paléontologie, Paris, J.-D. Baillière et fils, (...)

Je dois ajouter que la même espèce n’a pas la même durée sur tous les points du globe, et qu’elle s’éteint plus tôt dans tel endroit que dans tel autre. Ainsi, les mastodontes, qui avaient disparu de l’ancien continent à la fin de l’époque tertiaire, ont continué à se propager dans le nouveau pendant l’époque quaternaire48.

  • 49 Ibid., p. 401.

II ne peut donc exister de couches épaisses et régulières ou rigoureusement parallèles entre elles ; le même lit ne s’étend jamais sur une grande surface, et les myriades de feuillets de cette portion de l’écorce solide se croisent et s’entrelacent les uns dans les autres, plutôt semblables à des lentilles excessivement aplaties qu’à des assises bien ordonnées49.

21L’objectif de ces citations est évidemment de critiquer la vision discontinuiste de Cuvier. Pour ce dernier, les cataclysmes étaient à une échelle globale et ont causé l’extinction totale des espèces existantes. En citant Contejean, Flaubert met en cause cette globalité des cataclysmes : il n’y avait pas d’extinction simultanée et complète d’une espèce tout entière, elle « s’éteint plus tôt dans tel endroit que dans tel autre ». « Les mastodontes » en sont l’exemple. Ils avaient disparu de l’Ancien Monde, mais vécurent plus longtemps dans le Nouveau Monde. Les mastodontes sont la preuve concrète qu’il n’y a pas eu de cataclysme global affectant la Terre tout entière. De même, l’entrecroisement des couches géologiques que rapporte la deuxième citation réfute également la théorie cuviérienne qui suppose la distinction nette des couches, censées être formées tour à tour dans une succession des catastrophes.

22Il est pourtant intéressant de voir Flaubert utiliser le texte de Contejean à l’encontre de l’intention de celui-ci. En effet, après avoir évoqué le cas des mastodontes, Contejean ajoute rapidement :

  • 50 Ibid., p. 464.

Mais il me semble qu’au point de vue de l’espèce, on ne doit pas attacher une grande importance aux faits de cette nature, qu’on commence à signaler en grand nombre dans toute la série sédimentaire50.

  • 51 Voici le texte de Contejean soutenant le catastrophisme et les créations successives : « Le plus in (...)
  • 52 Ibid., pp. 400-405.

Pour l’auteur des Éléments donc, des exemples comme les mastodontes ne sont que des exceptions sans grande importance. Or cette réserve est la conséquence de sa position théorique. Loin de critiquer la théorie cuviérienne, Contejean avait lui aussi une vision discontinuiste de l’histoire de la vie, et soutenait le catastrophisme et les créations successives51 même en 1874 (l’année de la publication de son livre). Pourtant, Flaubert dans cette citation ne considère pas la véritable intention du naturaliste et utilise l’exemple des mastodontes afin de dénier le catastrophisme. Il en est de même pour la deuxième citation. En effet, elle fait partie du chapitre intitulé « Terrains primordiaux » qui traite exclusivement du « sol primordial »52. L’entrecroisement des feuillets dont parle le naturaliste n’est donc pas un phénomène valable pour toutes les couches géologiques, mais un état particulier du « sol primordial ». Selon sa pratique habituelle, Flaubert efface pourtant ce contexte précis et transforme ce phénomène particulier en une généralité géologique. La citation devient par conséquent un contre-argument de la théorie catastrophiste affirmant la distinction nette des strates géologiques.

  • 53 Sur la relation amicale entre Flaubert et Félix Pouchet, voir Maryline Coquidé, « Félix-Archimède P (...)

23La même pratique détournant l’intention théorique de l’auteur s’applique aussi à l’Hétérogénie de Félix-Archimède Pouchet, ancien maître de Flaubert53. Dans cet ouvrage, Flaubert s’intéresse surtout aux exemples particuliers minant la crédibilité du système cuviérien. Le premier exemple :

  • 54 Ms g 225, 3, folio 364 verso.

Contre les époques (Pouchet) […] on rencontre des reptiles dans les houillers, des mammifères dans les trias54.

Comme le signale l’expression « contre les époques », cette phrase met en cause la distinction des époques géologiques, caractérisées chacune par une faune et une flore caractéristiques. À la page 461 de l’Hétérogénie, Pouchet explique d’abord l’ordre d’apparition des vies ainsi :

  • 55 Félix-Archimède Pouchet, Hétérogénie, ou Traité de la génération spontanée, basé sur de nouvelles e (...)

D’abord apparurent les végétaux, les polypiers, les mollusques et les crustacés ; plus tard les poissons et les reptiles ; puis les oiseaux et les premiers mammifères ; et enfin, les mastodontes, les rhinocéros et les éléphants55.

24Or, la citation de Pouchet par Flaubert est tirée de la note de bas de page liée à ce passage :

  • 56 Ibid., p. 461-462.

On signale à peine quelques rares exceptions à cette régulière succession. Quelques reptiles ont été rencontrés dans des terrains houillers. Compt. rend. décembre, 1857 ; et des mammifères dans le trias. – R. OWEN. On the characters of the class mammalia, 185756.

25Selon cette note de bas de page, « des reptiles dans les couches de houille », et « des mammifères dans le trias » constituent les exceptions à l’ordre d’apparition des espèces supposé par l’hypothèse des créations successives suivies des cataclysmes.

  • 57 Dans son ouvrage Nouvelles expériences sur la génération spontanée et la résistance vitale, Pouchet (...)

26Comme le signale l’expression « quelques rares exceptions », Pouchet n’a pas donné une grande importance à ces faits exceptionnels. Tout comme Contejean, Pouchet a soutenu le fixisme et la théorie des créations successives, et a nié l’hypothèse évolutionniste57. Bien connu par sa dispute avec Louis Pasteur, le biologiste rouennais était le représentant de la théorie de la génération spontanée. Or, en matière d’histoire de la vie, c’était la théorie des créations successives qui correspondait le mieux à l’idée de génération spontanée car elle supposait une nouvelle création ex nihilo après chaque cataclysme. Pourtant Flaubert, loin de suivre la position de Pouchet, ne prend dans le texte de son maître que les « exceptions » détruisant la validité de son système.

  • 58 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 141.
  • 59 « On constate, en effet, que, pendant la période qui suit, un géologue aussi en vue que Omalius d’H (...)
  • 60 Voir Ibid., p. 110.
  • 61 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 143.

27L’association du catastrophisme et du créationnisme constatée chez Pouchet nous explique pourquoi Flaubert dans le même folio (364 verso) écrit : « cela [contre les époques (Pouchet)] est en contradiction avec la croyance de l’église – Ils perdent toute foi en Cuvier. » Ici, l’écrivain souligne la vision concordiste de l’histoire de la Terre, c’est-à-dire la croyance à la concordance entre le récit de la Genèse et des faits géologiques. Après la publication du Discours, les épigones de Cuvier ne pouvaient pas ne pas voir les implications concordistes de sa théorie. Même si son système n’est pas littéralement conforme au récit biblique, il permet d’interpréter la Bible comme un récit parabolique sur l’histoire de la Terre, à condition qu’on distingue, comme le dit le curé Jeufroy, « entre le sens et la lettre »58 : les six jours de création dans la Genèse correspondent aux créations successives de la faune et de la flore comme le Déluge biblique au dernier cataclysme par les eaux. En dépit des contestations des géologues comme Ami Boué et Constant Prévost, la géologie concordiste a été acceptée jusqu’aux années 1830 par les géologues éminents qu’étaient Omalius d’Halloy et Élie de Beaumont59. Même après que sa défaite scientifique est devenue évidente dans le monde scientifique vers 1840, la concordance du Déluge mosaïque et de la dernière catastrophe géologique a toujours été enseignée auprès du public par les clergés catholiques et les tenants de la Bible, au moins jusqu’au milieu du siècle60. Cette situation de la première moitié du xixe siècle explique la raison du cri lancé par le curé Jeufroy, lors du débat final avec les deux bonshommes : « Quel matérialisme !61 » L’actualisme / uniformitarisme n’était pas seulement une théorie géologique : du point de vue de l’Église, il était une idée « matérialiste » qui ronge la véracité du récit biblique.

28Le détournement critique du texte original continue dans une deuxième citation de l’Hétérogénie : « dans les îles gallapagos gds lézards antediluviens (P. Hétérogènie) ». Cette information peut bien servir d’argument anti-catastrophiste : si les lézards « antédiluviens », c’est-à-dire l’espèce existante avant le Déluge, sont encore vivants sur les îles des Galapagos, c’est que ce cataclysme n’a pas touché la terre tout entière. Pourtant le texte original de Pouchet présente une tout autre histoire :

  • 62 Félix-Archimède Pouchet, Hétérogénie, ou Traité de la génération spontanée, basé sur de nouvelles e (...)

C’est dans les Gallapagos [sic] que Darwin a rencontré, en extrême abondance, le seul saurien marin que l’on connaisse actuellement, et dont, par conséquent, les mœurs sont analogues à celles des grands lézards antédiluviens62.

  • 63 Ibid., p. 480.
  • 64 Ibid., pp. 479-485.

29La dénaturation flaubertienne est évidente : ce qu’a rencontré Darwin n’est pas « des grands lézards antédiluviens », mais le « saurien marin dont les mœurs sont analogues à celles des grands lézards antédiluviens ». La citation n’est pas seulement incorrecte, mais aussi irrespectueuse pour l’intention de l’auteur. Pour Pouchet, l’intérêt des îles Galapagos réside dans le fait qu’elles sont le produit des cataclysmes : loin de soutenir la continuité de l’histoire de la Terre, les îles des Galapagos sont une preuve des catastrophes, « des soulèvements successifs des continents et des îles »63. Si la faune de cet archipel est toute particulière, c’est, selon Pouchet, qu’il y a eu une nouvelle création après ces soulèvements qui avaient détruit la faune ancienne64. En se servant du texte catastrophiste pour la thèse anti-catastrophiste, Flaubert détourne ainsi les propos de Pouchet à l’encontre du système de celui-ci.

  • 65 Le mémoire d’Owen date de décembre 1857. Le journal de voyage de Darwin a été publié en Angleterre (...)

30Ayant constitué une partie importante du « feuilleton », ces deux ouvrages disparaissent pourtant dans le texte définitif, sauf une seule citation de Contejean : « […] mais la même espèce n’a pas toujours la même durée, et s’éteint plus vite dans tel endroit que dans tel autre ». L’effacement de ces textes modernes semble être lié au souci de l’anachronisme. Les exemples tirés de l’Hétérogénie en sont bien le cas : le mémoire de Richard Owen sur les fossiles exceptionnels est postérieur au temps du récit, et le rapport de Darwin sur les animaux des Galapagos n’est traduit en français qu’en 187965. Pour l’ouvrage de Contejean aussi, il existe une lettre de Flaubert témoignant de son inquiétude de l’anachronisme :

  • 66 Lettre à Frédéric Baudry, 27 avril 1877. [Lettre inédite, disponible en ligne sur le site « Édition (...)

Je connais un peu Contrejean [Contejean] car je l’ai parcouru à Concarneau – mais je doute qu’il puisse me servir ? C’est trop moderne. Il me faudrait 1° un livre plus élémentaire, plus bête et qui eût au moins une trentaine d’années – de date66.

31Finalement, Flaubert ne prend dans l’ouvrage de Contejean qu’une phrase d’une valeur générale, et renonce à l’exemple concret des mastodontes.

32En dépit de cette disparition, les citations des textes de Contejean et de Pouchet méritent notre attention. Il est d’abord à remarquer que le « feuilleton », texte présentant l’actualisme et l’uniformitarisme, a été constitué aussi des textes des catastrophistes dans sa phase de genèse. Or, l’usage flaubertien de ces textes est foncièrement critique : dans les cas de Contejean et de Pouchet, Flaubert trouve les contre-preuves de leurs théories à l’intérieur de leurs propres textes. Par cette méthode, l’écrivain révèle l’aveuglement causé par une croyance théorique, qui fait ne pas voir les faits importants qu’on possède déjà. Cette critique portée sur l’esprit systématique est aussi étroitement liée à la bêtise de Bouvard et de Pécuchet qui ne cherchent que les preuves du Déluge dans tout ce qu’ils voient. Ami Boué a déjà critiqué, dans son Guide, cet aveuglement des catastrophistes qui ne prennent que des faits soutenant leur théorie, en renvoyant des découvertes gênantes à une catégorie facile d’exception :

  • 67 Ami Boué, op. cit., tome II, p. 239. Cette critique de Boué vise directement le Discours de Cuvier (...)

Beaucoup de géologues, et même des personnes à la tête de la science, persistent encore à placer l’apparition des mammifères dans l’époque alluviale ancienne ; si leur idée systématique est un peu dérangée par ce fait isolé des deux espèces de Didelphes (D. Bucklandi et Prevostii) peut-être du genre Opossum dans le système jurassique, ils se contentent de reléguer l’exception en note, afin que le grand public ne s’en aperçoive pas, ou au moins afin de laisser planer sur cette découverte si importante des doutes relativement à la position géologique véritable de ces mâchoires fossiles.67

  • 68 Bouvard et Pécuchet, avec un choix des scénarios, du Sottisier, l’Album de la Marquise et le Dictio (...)
  • 69 Au chapitre X, Pécuchet propose cet axiome de la botanique : « Toute plante a des feuilles, un cali (...)
  • 70 Lettre à sa nièce Caroline, 2 mai 1880, Correspondance, op. cit., tome V, p. 894.

33Dans le Dictionnaire des idées reçues, qui est conçu comme une partie du second volume de Bouvard et Pécuchet, Flaubert remarque lui aussi le même type d’esprit qui minimise l’importance des contre-preuves par l’excuse pratique de l’« exception » : « Exception : Dite qu’elle “confirme la règle” ; ne vous risquez pas à expliquer comment »68. La recherche des exceptions par Flaubert pouvant infirmer l’universalité d’une règle est en effet le renversement critique de cette bêtise, de l’utilisation « reçue » des exceptions. Lors de la rédaction du chapitre X du roman, cette quête flaubertienne des exceptions réapparaît dans une forme plus radicale : la recherche d’une « exception à l’exception »69. Croyant avoir trouvé cette exception au second degré, Flaubert, excité, écrit à sa nièce Caroline : « Et j’avais raison parce que l’Esthétique est le Vrai »70. Cette phrase montre bien la dimension à la fois esthétique et épistémologique de sa recherche des exceptions. À la fausse science revendiquant l’universalité et la certitude de ses lois, Flaubert répond par la littérature, par son roman plein d’exceptions destructrices. Or, cette démarche esthétique est aussi « le Vrai », vérité épistémologique, parce que le doute méthodique à la règle établie est constitutif de la conception flaubertienne de la véritable science qui est valable encore aujourd’hui.

La genèse du « feuilleton » (2) : une redécouverte des premiers anti-catastrophistes

34L’Histoire de la création des êtres organisés d’après les lois naturelles d’Ernst Haeckel occupe, dans la constitution du « feuilleton », une place particulière. Cet ouvrage, traduit en français en 1874, doit se ranger chronologiquement parmi les sources modernes. Pourtant, la citation tirée de ce texte ne porte, du moins dans le « feuilleton », que sur le résumé de l’idée de Lyell, contemporain de Bouvard et Pécuchet. Il s’agit de la phrase suivante : « En résumé, les modifications actuelles expliquent les bouleversements antérieurs ». La forme primitive de cette phrase se trouve dans le folio 392 :

  • 71 Ms g 225, 3, folio 392.

Lyell = les modifications qui se passent sous nos yeux peuvent rendre compte des changements antérieurs […] l’action du – ressac des vagues, pluies, de la neige71.

Malgré la mention « Lyell », la source de cette citation n’est pas les Principes de géologie, mais L’Histoire de la création de Haeckel dans laquelle ce dernier résume la pensée du premier :

  • 72 Ernst Haeckel, Histoire de la création des êtres organisés d’après les lois naturelles : conférence (...)

Il prouva, que les modifications de la surface terrestre, qui se produisent encore aujourd’hui sous nos yeux, suffisent parfaitement à nous rendre compte de tout ce que nous savons sur l’écorce du globe, et qu’il est tout à fait oiseux et superflu d’invoquer des révolutions mystérieuses, causes inintelligibles de ces changements72.

  • 73 Ibid., p. 93.

35L’origine de la citation peut être confirmée par le fait que Haeckel évoque, comme des causes de changements graduels, exactement « l’action de la pluie et de la neige, le ressac des vagues le long des côtes73 », tout comme Flaubert l’écrit dans le folio 392. Ce résumé de l’actualisme/uniformitarisme à travers Haeckel montre encore une fois que Lyell est loin d’être la source directe et principale du « feuilleton ».

36Au lieu de Lyell, ce sont les premiers anti-catastrophistes qui occupent le devant de la scène du « feuilleton », notamment Ami Boué et Constant Prévost, deux membres fondateurs de la Société géologique de France. Or, parmi ces deux auteurs, l’importance du premier dans le « feuilleton » est écrasante, comme son Guide du géologue-voyageur est la référence centrale de l’écrivain.

37Tout d’abord, le livre de Boué fournit à l’écrivain des exemples concrets qui soutiennent la continuité ininterrompue de la vie : des « mollusques » et des « zoophytes ». Dans le folio 364 verso, Flaubert écrit ainsi : « un gd nombre de mollusques & de zoophytes encore existants se trouve dans les roches les plus anciennes. » Ces êtres vivants qui existent toujours depuis leur apparition (dans « les roches les plus anciennes » ainsi que sur la terre actuelle), Flaubert les trouve dans le Guide de Boué :

  • 74 Ami Boué, op. cit., tome II, p. 228.

Il n’en est point des plantes comme des animaux ; pour plusieurs classes de ces derniers, et surtout pour les Mollusques et les Zoophytes, un très grand nombre de genres encore existants, se retrouvent dans les couches les plus anciennes.74

  • 75 Voir Gabriel Gohau, Histoire de la géologie, Paris, la Découverte, 1987, p. 158.

38En plus des mollusques et des zoophytes, Flaubert, toujours dans le même folio, présente d’autres exemples biologiques témoignant de la continuité de la vie : « les fougères sont identiques aux fougères anciennes », « un marsupial dans les schistes de l’oolithe inférieur ». La fonction de ces deux exemples est identique à celle des « mollusques » et des « zoophytes ». Si les fougères actuelles sont « identiques aux fougères anciennes », cela prouve qu’elles existent depuis une époque lointaine jusqu’à aujourd’hui, sans avoir connu d’extinction complète. La deuxième phrase sur « un marsupial » demande plus de contexte pour sa compréhension. En effet, la découverte d’un marsupial ou d’un didelphe dans le sol de Stonesfield fut le sujet virulent des géologues au début du xixe siècle. Selon le catastrophisme strict, les mammifères avaient dû apparaître après l’extinction des reptiles. Pourtant en 1812, on a trouvé dans les schistes d’âge jurassique de Stonesfield les débris d’un didelphe, c’est-à-dire d’un mammifère. Cette découverte a donc fait remonter l’apparition des mammifères à l’époque où les reptiles dominaient encore la terre, et a constitué une contre-preuve importante du catastrophisme75.

  • 76 Ami Boué, op. cit., tome II, p. 229.
  • 77 Ibid., p. 224.

39Le Guide de Boué mentionne bien ces deux exemples : le géologue dit qu’il existe « l’analogie générique »76 entre les fougères anciennes et actuelles, que « les trois espèces de Didelphes du système jurassique » donnent « un démenti éclatant77 » au catastrophisme. Pourtant cela ne signifie pas que le livre de Boué est la source directe des citations de Flaubert : à la différence des autres citations dans le « feuilleton », les phrases de l’écrivain ne montrent pas une ressemblance morphologique suffisante avec les phrases de Boué.Considérant la pratique flaubertienne qui maintient, du moins dans les premiers manuscrits, la forme originale de ses citations, il est difficile d’admettre que le Guide de Boué soit la source directe des citations concernées. L’origine de ces citations reste hypothétique.

  • 78 Bouvard et Pécuchet, édition établie par Pierre-Marc de Biasi, op. cit., p. 140.

40Outre les exemples biologiques, nous trouvons dans le folio 364 verso une citation importante dont l’hypotexte est certainement le Guide : « Les diverses périodes ne sont que des abstractions ». Dans le texte définitif, cette phrase est présentée comme suit : « la Nature ne fait pas de sauts, et les périodes, affirme Brongniart, ne sont après tout que des abstractions.78 » Cette phrase a une importance capitale dans le « feuilleton », dans la mesure où elle résume toute la problématique mettant en cause la discontinuité catastrophiste. Nous pouvons constater l’origine de cette phrase dans le Guide :

  • 79 Ami Boué, op. cit., tome II, p. 232.

On peut donc dire qu’on est parvenu jusqu’ici à distinguer sur la terre, ou plutôt dans la zone boréale et tempérée, cinq espèces de végétation, savoir : celle qui existe actuellement, celle de l’époque tertiaire, celle de l’époque crétacée et jurassique, celle de l’époque du trias et celle des temps antérieurs à ce dernier. Toutes ces végétations se lient ensemble par des passages ; des familles ou des genres disparaissent petit-à-petit pour être remplacés par d’autres. En un mot, comme le dit fort bien M. Brongniart, les diverses périodes ne sont que des abstractions analogues à celles par lesquelles on distribue les végétaux actuels en régions. (Prodrome, p. 220).79

  • 80 Sans avoir trouvé la source exacte de la citation, Alberto Cento, dans son Commentaire de « Bouvard (...)
  • 81 Adolphe Brongniart, Prodrome d’une histoire des végétaux fossiles, Paris, F. G. Levrault, 1828.
  • 82 Ibid., pp. 219.

41D’abord, « M. Brongniart » que Boué mentionne dans ce passage est Adolphe Brongniart, fils du célèbre Alexandre Brongniart80 : le géologue précise la source de sa citation comme Prodrome, c’est-à-dire Prodrome d’une histoire des végétaux fossiles de Brongniart fils81. En lisant le texte de Boué, nous avons l’impression que Brongniart soutient la continuité ininterrompue de la vie, et critique l’arbitraire de la division des époques. Pourtant cette citation de Brongniart par Boué ne respecte guère son contexte. Dans son Prodrome, Brongniart dit certainement que « ces diverses périodes ne sont que des abstractions »82 mais ajoute rapidement les propos suivants :

  • 83 Ibid., p. 220.

On doit cependant remarquer un fait qui rend les périodes que nous indiquons moins arbitraires, et qui semble annoncer qu’elles sont fondées sur la nature même des révolutions de notre globe ; c’est qu’elles sont presque toujours séparées par des formations qui ne paraissent pas contenir de fossiles terrestres, qui pourront par conséquent être considérées comme ayant détruit complètement la végétation préexistante et ayant préludé à une nouvelle création végétale. […] On doit remarquer en outre qu’il n’y a pas de passage insensible entre les végétaux de ces diverses périodes, tandis qu’il y en a presque toujours entre ceux des diverses époques de formation comprises dans ces périodes83.

42Ce contexte original révèle la véritable position théorique de Brongniart : il croit en réalité à la division nette des périodes géologiques distinguées par des cataclysmes, et son propos précédent (« ces diverses périodes ne sont que des abstractions ») n’est que l’expression d’une prudence formelle. Boué le savait bien, si bien qu’il précise tout de suite la différence capitale entre lui et Brongniart :

  • 84 Ami Boué, op. cit., tome II, p. 233

Si on compare nos déductions à celles de ce savant [Brongniart], on n’y observera pas de différence essentielle, à l’exception de son idée […] Si notre terre présente les traces évidentes de grandes révolutions partielles ou locales, l’hypothèse de M. Brongniart, comme celle des cataclysmes généraux, est démentie positivement par tous les faits géologiques84.

  • 85 Alberto Cento, op. cit., p. 57.

43Le but de Boué est de critiquer la position contradictoire de Brongniart : alors que ce dernier soutient la discontinuité de l’histoire des végétaux, les faits qu’il rapporte lui-même témoignent que « les diverses périodes ne sont que des abstractions ». La raison pour laquelle Boué cite Brongniart à rebours est ainsi clarifiée. Au contraire, Flaubert cite le propos de Boué sans considérer son contexte, et finit par faire de Brongniart l’opposant de Cuvier. Remarquée par Cento, la « citation curieuse85 » faisant de l’adepte de Cuvier son ennemi est la conséquence de cette citation indirecte.

44Le folio 364 verso présente une autre citation de Boué qui est aussi importante que la première : « la géologie d’une province n’est pas celle de toute la terre ». C’est aux pages 354-355 du Guide que nous trouvons les phrases concernées :

  • 86 Ami Boué, op. cit., tome II, pp. 354-355.

La géologie d’une province, d’un royaume ou même d’un bassin géologique n’est pas celle de toute la terre ; tel est l’axiome nouveau ressortant déjà de l’inspection du seul continent européen, et négligé cependant par des auteurs de bons traités de géologie86.

  • 87 « La géologie est bien problématique […] La géologie d’une province n’est pas celle d’une autre », (...)
  • 88 « La géologie est trop défectueuse ! À peine connaissons-nous quelques endroits de l’Europe. Quant (...)

45Ces phrases expriment clairement l’esprit positif et empiriste de Boué : il faut se garder de généraliser un principe ou un système, de les appliquer aux phénomènes qu’on n’a pas encore observés. En raison de son importance, Flaubert n’intègre finalement pas cette phrase dans le « feuilleton », mais envisage de la déplacer à la fin de l’épisode où Bouvard et Pécuchet annoncent leur déception finale sur la géologie87. Pourtant l’écrivain finit par remplacer la citation de Boué par celle tirée de l’ouvrage d’Ernest Haeckel exprimant la même idée88.

46La « géologie d’une province n’est pas celle d’une autre » ; pour Bouvard et Pécuchet, c’est le défaut capital de la géologie. Une théorie s’applique bien à une région particulière, mais pas à une autre. La géologie manque de généralité ou d’universalité. La différence entre les deux bonshommes et Boué se trouve dans leur réception différente de ce fait. Ce qui est un obstacle pour les deux bonshommes ne l’est pas pour Boué : loin de déplorer le manque de généralité, ce dernier érige au contraire la méfiance envers la généralisation hâtive en « axiome nouveau ». La géologie peut s’établir comme une science positive seulement lorsqu’elle limite son territoire aux régions observées et explorées, en s’ouvrant à une possible vérification. Tout comme Boué, Flaubert est lui aussi bien conscient de l’infini de l’univers et de la limite inhérente à nos connaissances. La dénégation de cette limite n’est, pour lui, que l’« orgueil humain » :

  • 89 Lettre à Mlle Leroyer de Chantepie, 6 juin 1857, Correspondance, op. cit., tome II, p. 731.

Et tout cela, parce qu’on veut une solution. Oh ! orgueil humain. Une solution ! le but, la cause ! Mais nous serions Dieu, si nous tenions la cause. – Et à mesure que nous irions, elle se reculera indéfiniment, parce que notre horizon s’élargira. Plus les télescopes seront parfaits et plus les étoiles seront nombreuses89.

47En ce sens, le cri de déception de Bouvard et de Pécuchet ne doit pas être interprété comme l’avis de l’écrivain lui-même. La critique vise en revanche Bouvard et Pécuchet qui considèrent le caractère propre de la science positive, c’est-à-dire la conscience claire de sa relativité, comme un défaut.

48Finalement, il y a une phrase dont l’origine est le texte de Constant Prévost :

  • 90 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 140.

Des terrains de même âge contiennent des fossiles différents comme des dépôts très éloignés en renferment de pareils90.

  • 91 Constant Prévost, « Sur la chronologie des terrains et le synchronisme des formations », Bulletin d (...)

Cette phrase ne se trouve pas dans la première version du « feuilleton », c’est-à-dire le folio 364 verso, mais elle est finalement intégrée dans le texte définitif. Le texte d’origine de cette citation est certainement un mémoire de Constant Prévost, « Sur la chronologie des terrains et le synchronisme des formations91 », paru dans le Bulletin de la Société géologique de France. Dans ce mémoire, Prévost dit ainsi :

  • 92 Ibid. p. 374.

Il me semble résulter de l’ensemble des considérations précédentes, que si pour moi les corps organisés fossiles […] ne peuvent pas être employés aussi sûrement à caractériser les terrains, puisque des dépôts de même âge renferment exclusivement des fossiles différents, tandis que des dépôts d’âges très éloignés contiennent les mêmes fossiles. Je proteste en conséquence contre les abus que l’on fait chaque jour de plus en plus de l’application de la paléontologie à la géologie, en me réservant, au surplus, de publier incessamment un nouveau travail sur l’emploi que l’on peut faire des fossiles pour la détermination de l’âge des terrains92.

  • 93 Ms g 225, 3, folio 374 verso.
  • 94 Ms g 225, 3, folio 393.
  • 95 Ms g 225, 3, folio 392.

49Comme nous l’avons déjà dit, Prévost était, tout comme Boué, membre fondateur de la Société géologique de France et l’un des pourfendeurs principaux du catastrophisme cuviérien. Dans la phrase citée par Flaubert, Prévost met en cause l’une des thèses principales de son adversaire selon laquelle chaque couche renferme exclusivement les fossiles qui sont caractéristiques d’une époque géologique particulière. Flaubert cite pour la première fois ce propos de Prévost dans le folio 374 verso93, et l’intègre dans le « feuilleton » à partir du folio 39394. Cette citation pose pourtant un problème parce qu’il n’est pas certain que Flaubert l’ait tirée du texte original de Prévost. Dans le folio 392, Flaubert écrit ainsi : « Prévost : les corps organisés ne peuvent servir à caractériser les terrains. (Dreyfus)95 ». Le romancier précise que l’auteur de la phrase est bien Prévost, mais un autre nom, « Dreyfus », suggère que la citation s’est faite indirectement à travers ce dernier. Pourtant, nous n’avons identifié ni ce « Dreyfus » ni son livre, que Flaubert aurait consulté. Faute d’information, nous nous contentons ici de constater que le texte de Prévost est l’origine de la citation, sans conclure que cette citation s’est faite directement ou indirectement.

  • 96 Lettre à Edma Roger des Genettes, 15 ? avril 1875, Correspondance, op. cit, tome IV, p. 920.

50L’étude génétique sur le « feuilleton » confirme l’épaisseur épistémologique surprenante de Bouvard et Pécuchet, qui résulte principalement de la pratique citationnelle de l’écrivain : le passage sur « De l’enseignement de la géologie », résumé dans une dizaine de lignes, est constitué des citations tirées des cinq ouvrages géologiques dont la diversité est d’ailleurs remarquable. Cette diversité est d’abord chronologique : les références de Flaubert traversent tout le xixe siècle, à partir des textes du début du siècle (Boué et Prévost) jusqu’aux ouvrages parus au temps de la rédaction du roman (Contejean et Haeckel), en passant par l’Hétérogénie de Pouchet publié au milieu du siècle. Outre cette largeur chronologique, les hypotextes du « feuilleton » montrent aussi une diversité théorique : bien que présenté comme un pamphlet de l’actualisme / uniformitarisme, De l’enseignement de la géologie est élaboré non seulement à partir des textes des anti-catastrophistes, mais aussi des catastrophistes. Même si la plupart des citations de Contejean et de Pouchet disparaissent dans le texte définitif, les brouillons de Flaubert témoignent bien de son projet critique qui consistait à puiser les contre-arguments du catastrophisme dans certains textes eux-mêmes catastrophistes dans le but de détruire ceux-ci de l’intérieur. Dans le choix des textes actualistes/uniformitaristes aussi, Flaubert ne se contente pas de se référer au fameux Lyell. Il redécouvre les premiers anti-catastrophistes, par conséquent restitue plus fidèlement l’histoire de la géologie au début du siècle. En condensant ainsi dans une dizaine de lignes le conflit du catastrophisme et de l’actualisme / uniformitarisme, Flaubert achève son projet « maudit96 » : résumer un moment historique de la géologie en un feuilleton.

Haut de page

Notes

1 Lettre à Edma Roger des Genettes, 15 ? avril 1875, Correspondance, édition présentée, établie et annotée par Jean Bruneau et Yvan Leclerc pour le tome V, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1973-2007, tome IV, p. 920.

2 Dans sa lettre à Edma Roger des Genette du 24 janvier 1880, Flaubert dit avoir lu « plus de 1500 » livres pour son dernier roman (Correspondance, op. cit., tome V, p. 796). Les dossiers de genèse de Bouvard et Pécuchet confirment l’authenticité de cette parole. Sur la documentation de l’écrivain pour le roman, voir Stéphanie Dord-Crouslé, « Inventaire des pièces du dossier de genèse de Bouvard et Pécuchet », consultable sur le site du Centre Flaubert de Rouen, (http://flaubert.univ-rouen.fr/ressources/bp_sphere_inventaire.php).

3 Mitsumasa Wada, « L’Épisode de la chimie dans Bouvard et Pécuchet de Flaubert, ou comment narrativiser une ambiguïté scientifique », Études de langue et littérature françaises, n° 70, Tokyo, Société Japonaise de langue et littérature françaises, 1997 (disponible en ligne : https://www.nakala.fr//nakala/data/11280/50893f58), et Roman et éducation. Étude génétique de « Bouvard et Pécuchet » de Flaubert, 3e partie, chapitre II « Chimie », thèse de doctorat, Université Paris VIII, 1995.

4 Norioki Sugaya, Flaubert épistémologue : autour du dossier médical de « Bouvard et Pécuchet », Amsterdam-New York, Rodopi, « Faux Titre », 2010, et « Bouvard et Pécuchet, l’exposition critique d’un paradigme médical », Revue Flaubert [en ligne], no 4, « Flaubert et les sciences », 2004, (http://flaubert.univ-rouen.fr/revue/revue4/05sugaya.php).

5 Yukiko Arahara, « Pour une lecture épistémologique de la géologie dans Bouvard et Pécuchet ou la géologie entre science et religion », Revue Flaubert [en ligne], n° 4, « Flaubert et les sciences », 2004, (https://flaubert.univ-rouen.fr/revue/revue4/06arahara.php).

6 Bouvard et Pécuchet, édition établie par Pierre-Marc de Biasi, Paris, Librairie générale française, « Le Livre de Poche », « Classique », p. 139.

7 Ceci résulte de la disparition des notes de lecture de Flaubert prises pour l’épisode de la géologie, en raison de la vente du dossier après la mort de l’écrivain. Pour une reconstitution conjecturale des lectures de l’écrivain pour l’épisode géologique, voir Stéphanie Dord-Crouslé, op. cit.

8 Georges Cuvier, Discours sur les révolutions du globe, avec des notes et un appendice d’après les travaux récents de MM. de Humboldt, Flourens, Lyell, Lindley, etc., rédigés par le Dr Hœfer, Paris, Firmin Didot, 1863. Selon Gisèle Séginger, c’est bien cette édition de 1863 que Flaubert a consultée pour son roman. Voir la note 13 de Gisèle Séginger, « La réécriture de Cuvier : la création du monde entre savoir et féerie », dans Revue Flaubert [en ligne], n° 13, « Les dossiers documentaires de Bouvard et Pécuchet : l’édition numérique du creuset flaubertien », 2013, (http://flaubert.univ-rouen.fr/revue/article.php?id=154).

9 Bouvard et Pécuchet, op. cit., pp. 124-125.

10 Ibid., p. 127.

11 Ibid.

12 Ms g 225, 3, folio 365 verso.

13 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 127.

14 À ce propos, la décision de l’écrivain de placer les Lettres sur les révolutions du globe d’Alexandre Bertrand à côté du Discours de Cuvier n’est pas anodine parce que c’est bien ce livre vulgarisateur de Bertrand qui a fourni à Flaubert la plupart des détails zoologiques et botaniques, utilisés afin de créer les scènes spectaculaires. Voir Yukiko Arahara, « Des mots et des fossiles : la géologie dans Bouvard et Pécuchet », dans Kazuhiro Matsuzawa [dir.], Balzac, Flaubert : La genèse de l’œuvre et la question de l’interprétation, Nagoya, Nagoya University Graduate School of Letters, 2009.

15 Ibid., p. 127.

16 Ibid., p. 134.

17 Ibid., p. 131.

18 Ibid., p. 128, 129 et 131.

19 Par rapport aux invertébrés, qui étaient la spécialité de Lamarck, les grands vertébrés spectaculaires étaient la spécialité de Cuvier : « Par conséquent, une des raisons immédiates pour lesquelles Lamarck a été moins connu dans le vaste public reste que l’objet de ses études permettait de faire moins de révélations et de reconstructions spectaculaires que ne le permettait celui de Cuvier. Il y a, en effet, moins de spectacle, et aussi, il faut l’avouer, moins d’exploit, et surtout, moins de gloire, à reconstruire un invertébré qu’un Éléphant ou un Ichtyosaure », Laurent Goulven, Paléontologie et évolution en France de 1800 à 1860, Paris, Édition du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1987, p. 105.

20 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 136.

21 Ibid., p. 139.

22 Ibid., p. 140.

23 Charles Lyell, Principes de géologie, traduit de l’anglais par Mme Tullia Meulien, Paris, Langlois et Leclercq, 1843-1848. [Première publication de la version anglaise, 1830-1833].

24 Voici la note de Flaubert : « Lyell. Principes de Géologie tr. par Mad. Meullien. Paris. 4 vol. in 18. », Ms g 226, 1, folio 243.

25 Ms g 225, 3, folio 392.

26 Ms gg 10, folio 64.

27 Ms g 225, 3, folio 361.

28 Ms g 225, 3, folio 362.

29 Ms g 225, 3, folio 363.

30 Ms g 225, 3, folio 364 verso.

31 « Descharmes déclare n’avoir pu retrouver nulle part ce “feuilleton”. C’est qu’il n’existe pas. Les idées qu’il contient sont celles de Sir Charles Lyell, lu non pas directement mais à travers le guide de Boué. », Alberto Cento, Commentaire de « Bouvard et Pécuchet », publié par Lea Caminiti Pennarola, Napoli, Liguori, 1973, p. 180.

32 Ami Boué, Guide du géologue-voyageur, sur le modèle de l’« Agenda Geognostica » de M. Léonhard, Paris, F.-G. Levrault, 2 volumes, 1835-1836

33 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 130.

34 Ibid., pp. 134-134.

35 René Descharmes, Autour de Bouvard et Pécuchet : études documentaires et critiques, Paris, Librairie de France, 1921, pp. 179.

36 Ibid., pp. 179-180.

37 Henri de Blainville, Ostéographie, ou Description iconographique comparée du squelette et du système dentaire des mammifères récents et fossiles, tome. IV, Palaeotherium, p. 184, cité par Goulven Laurent, « Paléontologie et évolution : la Société géologique de France, « espace de liberté » (1830-1860) », Travaux du Comité français d’Histoire de la Géologie, Troisième série, tome XX, Paris, Comité français d’Histoire de la Géologie, 2006, p. 5.

38 Voir Goulven Laurent, « Ami Boué : sa vie et son œuvre », Travaux du Comité français d’Histoire de la Géologie, Troisième série, tome VII, Paris, Comité français d’Histoire de la Géologie, 1993, p. 21.

39 Goulven Laurent, Paléontologie et évolution en France de 1800 à 1860, Paris, Édition du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1987, pp. 219-225.

40 Goulven Laurent, « Paléontologie et évolution : la Société géologique de France, “espace de liberté” (1830-1860) », op. cit., pp. 2-3.

41 Goulven Laurent, « Ami Boué : sa vie et son œuvre », op. cit., p. 24. 

42 Ami Boué, op. cit., tome II, p. 347.

43 Ibid., p. 233.

44 « Ami Boué […] se séparait là encore cependant de la nouvelle doctrine prônée par Charles Lyell, l’uniformitarisme, selon laquelle les causes physiques avaient toujours agi avec la même intensité à travers les âges géologiques. Ami Boué soutient, au contraire, qu’il est nécessaire de donner une plus grande intensité aux agents d’érosion et de destruction à certains moments de l’histoire de la terre. Les volcans, en particulier, ont été plus actifs autrefois, amenant des changements importants dans les climats. Des mouvements de l’écorce terrestre expliquent aussi que les niveaux des mers et des continents aient présenté des oscillations plus importantes autrefois », Goulven Laurent, « Ami Boué, sa vie et son œuvre », op. cit., p. 24.

45 Ms g 225, 3, folio 361.

46 Ms g 225, 3, folio 364 verso.

47 Ms g 225, 3, folio 392.

48 Charles Louis Contejean, Éléments de géologie et de paléontologie, Paris, J.-D. Baillière et fils, 1874, p. 464.

49 Ibid., p. 401.

50 Ibid., p. 464.

51 Voici le texte de Contejean soutenant le catastrophisme et les créations successives : « Le plus intéressant peut-être, mais le plus insoluble de tous les problèmes du ressort de l’histoire naturelle, aurait pour objet de découvrir les causes de l’apparition et de l’extinction des espèces. Tout ce que l’observation nous révèle, c’est que chacune d’elles s’est montrée subitement, quelquefois en individus nombreux, à un certain niveau, et qu’après une période de développement maximum elle a disparu sans retour, à un autre niveau. La fin ressemble au commencement », Ibid., p. 464.

52 Ibid., pp. 400-405.

53 Sur la relation amicale entre Flaubert et Félix Pouchet, voir Maryline Coquidé, « Félix-Archimède Pouchet, professeur de sciences naturelles de Flaubert », Flaubert : Revue critique et génétique [en ligne], n° 13, « Flaubert, les sciences de la nature et de la vie », 2015, (http://journals.openedition.org/flaubert/2422).

54 Ms g 225, 3, folio 364 verso.

55 Félix-Archimède Pouchet, Hétérogénie, ou Traité de la génération spontanée, basé sur de nouvelles expériences, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1859, p. 461.

56 Ibid., p. 461-462.

57 Dans son ouvrage Nouvelles expériences sur la génération spontanée et la résistance vitale, Pouchet exprime clairement sa position : « Voici donc encore un troisième fait incontestablement acquis. Chaque soulèvement de ces chaînes de montagnes dont nous pouvons déterminer l’ancienneté relative, dit de Humboldt, a été signalé par la destruction des espèces anciennes et par l’apparition de nouvelles organisations. […] Malgré les assertions de M. Darwin, la fixité de l’espèce est de toute l’histoire naturelle, comme l’avance M. Flourens, le fait le plus important et le plus complètement démontré », Félix-Archimède Pouchet, Nouvelles expériences sur la génération spontanée et la résistance vitale, Paris, V. Masson et fils, 1864, p. 199.

58 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 141.

59 « On constate, en effet, que, pendant la période qui suit, un géologue aussi en vue que Omalius d’Halloy ne semble jamais avoir douté de l’authenticité du Déluge, attesté, dit-il, par la Genèse et “d’autres monuments historiques”, ni de son importance géologique, et de sa valeur de modèle pour les “Révolutions” plus anciennes, au moins jusqu’en 1843, date de la réédition de son Précis élémentaire de Géologie (de 1834). Pour lui, le Déluge représente la dernière des “Révolutions”, celle qui, d’après Elie de Beaumont (qu’il suit fidèlement sur ce point), a été provoquée par le soulèvement des Andes, soulèvement instantané, appartenant à la catégorie des fractures, comparables à celles que l’on observe au cours du refroidissement d’une grande masse de verre. […] il [Omalius d’Halloy] voit cependant dans le Déluge le début de la période de repos géologique qui est la nôtre depuis plus de quatre mille ans. Elie de Beaumont et lui, ne sont pas les seuls à avoir conservé ce type de croyances dans lesquelles ils voient des considérations purement théoriques, autrement dit, largement spéculatives et mythiques, qu’ils pensent être confirmées par l’observation », Bernard Balan, L’Évolution des idées en géologie : des cosmogonies à la physique du globe, Paris, J. Vrin, 2011, p. 108.

60 Voir Ibid., p. 110.

61 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 143.

62 Félix-Archimède Pouchet, Hétérogénie, ou Traité de la génération spontanée, basé sur de nouvelles expériences, op. cit., p. 481.

63 Ibid., p. 480.

64 Ibid., pp. 479-485.

65 Le mémoire d’Owen date de décembre 1857. Le journal de voyage de Darwin a été publié en Angleterre en 1839, mais n’a été traduit en français qu’en 1879 par Edmond Barbier, sous le titre de Voyage d’un naturaliste autour du monde : fait à bord du navire le « Beagle » de 1831 à 1836.

66 Lettre à Frédéric Baudry, 27 avril 1877. [Lettre inédite, disponible en ligne sur le site « Édition électronique de la Correspondance de Flaubert », (http://flaubert.univ-rouen.fr/jet/public/correspondance/trans.php?corpus=correspondance&id=14145).]

67 Ami Boué, op. cit., tome II, p. 239. Cette critique de Boué vise directement le Discours de Cuvier dans lequel ce dernier renvoie exactement cette découverte à la note de bas de page. Voir Georges Cuvier, op. cit., p. 72.

68 Bouvard et Pécuchet, avec un choix des scénarios, du Sottisier, l’Album de la Marquise et le Dictionnaire des idées reçues, édition présentée et établie par Claudine Gothot-Mersch, Paris, Gallimard, « Folio », 1979, p. 515.

69 Au chapitre X, Pécuchet propose cet axiome de la botanique : « Toute plante a des feuilles, un calice, et une corolle […] ». À propos de cet axiome, Flaubert a déjà trouvé une exception : la famille des « liliacées » n’a pas de calice. Pourtant, comme on lui affirme que toutes les liliacées manquent de calice, le romancier cherche cette fois une plante de cette famille qui en a un : une exception à l’exception. Flaubert la trouve finalement dans l’exemple de la « shérarde » qui fait partie, pourtant, de la famille des « rubiacées ». Ce changement de la famille des liliacées à la famille des rubiacées conduit l’écrivain à réviser son plan initial, mais le passage sur « une exception à l’exception » reste à l’état d’inachevé. Pour cette histoire, voir Mitsumasa Wada, Roman et éducation : Étude génétique de « Bouvard et Pécuchet » de Flaubert, thèse de doctorat, Université Paris VIII, 1995, 3e partie, ch. III « La Botanique », section 2 « L’Exception à l’exception » et section 3 « Entre la littérature et la science ».

70 Lettre à sa nièce Caroline, 2 mai 1880, Correspondance, op. cit., tome V, p. 894.

71 Ms g 225, 3, folio 392.

72 Ernst Haeckel, Histoire de la création des êtres organisés d’après les lois naturelles : conférences scientifiques sur la doctrine de l’évolution en général et celle de Darwin, Goethe et Lamarck en particulier, traduit de l’allemand par le docteur Ch. Letrouneau, Paris, C. Reinwald, 1874, p. 92.

73 Ibid., p. 93.

74 Ami Boué, op. cit., tome II, p. 228.

75 Voir Gabriel Gohau, Histoire de la géologie, Paris, la Découverte, 1987, p. 158.

76 Ami Boué, op. cit., tome II, p. 229.

77 Ibid., p. 224.

78 Bouvard et Pécuchet, édition établie par Pierre-Marc de Biasi, op. cit., p. 140.

79 Ami Boué, op. cit., tome II, p. 232.

80 Sans avoir trouvé la source exacte de la citation, Alberto Cento, dans son Commentaire de « Bouvard et Pécuchet », a fait erreur d’identifier ce « Brongniart » comme Alexandre Brongniart : « Brongniart : Citation curieuse, car Alexandre Brongniart (1770-1847) était le collaborateur de Cuvier », Alberto Cento, op. cit., p. 57.

81 Adolphe Brongniart, Prodrome d’une histoire des végétaux fossiles, Paris, F. G. Levrault, 1828.

82 Ibid., pp. 219.

83 Ibid., p. 220.

84 Ami Boué, op. cit., tome II, p. 233

85 Alberto Cento, op. cit., p. 57.

86 Ami Boué, op. cit., tome II, pp. 354-355.

87 « La géologie est bien problématique […] La géologie d’une province n’est pas celle d’une autre », Ms g 225, 3, folio 410 ; « à quoi bon. la géologie est trop incertaine et défectueuse […] Le terrain d’une province n’est même pas celui d’une autre », Ms g 225, 3, folio 408 verso.

88 « La géologie est trop défectueuse ! À peine connaissons-nous quelques endroits de l’Europe. Quant au reste, avec le fond des Océans, on l’ignorera toujours. » Ce passage décisif, comme l’indiquent des brouillons qui le concernent, est venu de Haeckel. Voyons, par exemple, Ms g 225, 3, folio 410 : « Lacune de la géologie (Haeckel 3) jamais on ne connaîtra qu’une très petite surface du globe ». Nous trouvons, dans l’Histoire de la création des êtres organisés d’après les lois naturelles, le texte d’origine de ce passage : « L’extrême pauvreté de nos archives de la création tient encore à ce que jusqu’ici une très petite partie de la surface du globe a été géologiquement explorée. […] le reste nous est presque entièrement inconnu. […] D’autre part, il faut considérer que le fond des mers actuelles comprend un espace énorme, inaccessible quant à présent aux recherches paléontologiques. Conséquemment l’homme ne connaîtra jamais les fossiles des âges primitifs enfouis dans ces vastes régions », Ernst Haeckel, op. cit., p. 292.

89 Lettre à Mlle Leroyer de Chantepie, 6 juin 1857, Correspondance, op. cit., tome II, p. 731.

90 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 140.

91 Constant Prévost, « Sur la chronologie des terrains et le synchronisme des formations », Bulletin de la Société géologique de France, 2e série, tome II, Paris, Société géologique de France, 1844-45.

92 Ibid. p. 374.

93 Ms g 225, 3, folio 374 verso.

94 Ms g 225, 3, folio 393.

95 Ms g 225, 3, folio 392.

96 Lettre à Edma Roger des Genettes, 15 ? avril 1875, Correspondance, op. cit, tome IV, p. 920.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jiwoon Jung, « La géologie en feuilleton », Flaubert [En ligne], Savoirs/Sciences, mis en ligne le 12 mai 2019, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/flaubert/3440

Haut de page

Auteur

Jiwoon Jung

Université Paris 8

Haut de page