Navigation – Plan du site

Dans les pas de Flaubert en forêt de Fontainebleau

Sylvie Giraud

Résumé

Identifier le circuit effectué en 1868 par Gustave Flaubert en forêt de Fontainebleau est une façon de découvrir ce que L'Éducation sentimentale doit à son observation sur place. C’est aussi l’occasion de proposer le repérage de l’écrivain en itinéraire de randonnée.

Haut de page

Texte intégral

Forêt de FontainebleauAfficher l’image
Crédits : Source gallica.bnf.fr / BnF
  • 1 Pour plus de détails sur le repérage de Flaubert en juillet-août 1868, se reporter à l’article Sylv (...)
  • 2 On trouve une trace du guide touristique utilisé par Flaubert dans l’avant-texte du manuscrit : « I (...)
  • 3 Pierre-Marc de Biasi a transcrit et édité ce carnet dans Carnets de travail, édition critique et gé (...)

1Ceci est une proposition de randonnée en forêt de Fontainebleau dans les pas de Flaubert. Avant de se mettre à écrire la troisième partie de L'Éducation sentimentale, Flaubert a besoin d’effectuer un repérage précis pour construire l’épisode où, en juin 1848 au moment des événements révolutionnaires, Frédéric part avec Rosanette pour Fontainebleau (chapitre 1). Fin juillet 1868, l’écrivain met son projet à exécution, et va reconnaître le château et la forêt1. Il prépare son déplacement à l’aide de manuels touristiques, dont celui de Joanne2. Sur place, il loue une voiture à cheval dont le conducteur tient aussi lieu de guide, et consigne ses observations sur la forêt de Fontainebleau dans un petit calepin de 13 cm par 7,5 cm, le Carnet 123. Les notes de Flaubert sont si scrupuleuses qu’il est facile de suivre son itinéraire.

Partie ouest de la forêt de Fontainebleau (La Tillaie, Franchard, Apremont)

  • 4 Merci aux collègues de l’Item qui ont participé à la contre-enquête : Jean-Sébastien Macke et Moniq (...)

2L’équipage cocher-Flaubert arrive sur les lieux par la « route de Fleury », et s’arrête au niveau de la « route de la Tillaye », selon la terminologie de l’époque (Carnet 12, f° 39v°)4.

3Dans ce secteur, le terrain est sableux, et la forêt jeune ; les deux paramètres n’échappent pas à Flaubert : « Fosse au rateau X plat X route – sable chênes minces herbe » (Carnet 12, f° 39v°), conformes aux explications de Joanne : « Le sol sur lequel elle [la forêt] repose est presque complètement formé de sables et de grès marins supérieurs » (Joanne, 130).

4La première halte est pour « l’endroit où a été tuée » Mme Mertens (Carnet 12, f° 39v°).

La roche Mertens

La roche Mertens

Droits de reproduction : Sylvie Giraud, 2015

  • 5 En annexe, le fichier « Sidonie Mertens » propose un avis de conférence organisée par le conseil gé (...)
  • 6 À partir de 1832, Claude-François Denecourt, grand amateur de Fontainebleau, château et forêt, déci (...)
  • 7 Ivan Jablonka, L’Obs, n° 2780, 15-21 février 2018, pp. 72-74.

5À l’époque, l’affaire – l’assassinat le 8 mai 1867 de Sidonie Mertens par Louise Frigard en forêt de Fontainebleau5 – fait grand bruit et a un retentissement important dans la presse, au point qu’en 1867 Claude-François Denecourt rédige un in-octavo de 15 pages proposant une excursion sur le lieu supposé du crime, et ajoute la promenade à l’ouvrage qu’il publie régulièrement depuis 18406. Les meurtres, les accidents, les actes peu ordinaires, tous ces types d’événements tragiques sont très diffusés par les journaux ; Ivan Jablonka explique que le fait divers « naît au XVIe siècle dans le contexte des guerres de religion où l’horreur fait irruption dans la vie quotidienne. En 1614 les Histoires tragiques publiées par François de Rosset relatent des infanticides, empoisonnements, viols ou meurtres impliquant tout un chacun. Le récit revêt parfois un caractère fantastique […] Mais le fait divers se développe surtout au XIXe siècle, avec la naissance de la presse populaire. Il a besoin de ces caisses de résonnance que sont la gazette, le journal bon marché, la presse de masse. […] Un fait divers est une construction médiatique. Les journaux ont une histoire à vendre. »7

6Après cette concession au sensationnel, le cocher rejoint un itinéraire plus conventionnel, un circuit historique et pittoresque couramment pratiqué, et se dirige vers l’une des plus vieilles futaies autour du Mont-Fessas : « Mont-Fessas bouquet Bouquet du Roi. remonte » (Carnet 12, f° 39v°).

7Dès le XIe siècle, la forêt de Fontainebleau fait l’objet de soins attentifs (administrée, délimitée, entretenue, replantée, quadrillée de chemins), mais aussi d’une exploitation forestière. Sous l’impulsion de Denecourt, la région devient une distraction à suggérer au public dès 1839, puis sous celle des peintres une réserve artistique en 1861. Les éditeurs de manuels touristiques du XIXe siècle ne tarissent pas d’éloges sur les attraits du domaine :

La forêt de Fontainebleau est le seul paysage agreste, et d’aspect vierge encore dans quelques parties, qui n’ait pas été modifié et gâté par l’action envahissante de Paris. Un sol presque partout accidenté, des chaînes de montagnes à franchir, des gorges sauvages à traverser, des plateaux nus et désolés, des steppes couvertes de bruyères à parcourir, la sombre majesté des vieilles forêts, des rochers entassés les uns sur les autres, brisés et épars, et portant les traces de l’action destructive du temps et des éléments, tel est le spectacle qu’offre aux artistes cette intéressante région. (Joanne, 129)

  • 8 De tous temps, dans la forêt de Fontainebleau, c’est le chêne qui a la faveur des planteurs, parce (...)
  • 9 Théodore Rousseau, Clairière dans la Haute Futaie : forêt de Fontainebleau, musée d’Orsay, Paris ht (...)

8Ces « vieilles forêts », essentiellement dans le voisinage de la route de Fontainebleau à Paris, sont constituées d’espèces variées (chêne, pin, hêtre, bouleau et charme) dont certains arbres, et notamment les chênes8, possèdent des formes et des dimensions exceptionnelles. Pour qualifier ce milieu, Flaubert utilise l’expression « hte futaie », la même dont se sert Théodore Rousseau, qui peint quelques trois ans auparavant Clairière dans la Haute Futaie : forêt de Fontainebleau, un tableau conservé longtemps dans des collections privées, avant d’intégrer le musée d’Orsay de Paris9.

9Flaubert archive scrupuleusement toutes les particularités du milieu environnemental ; les indications sur le système naturel – topographie, végétaux, type de sol, animaux, humains – participent de sa méthode d’observation, globale et précise, nécessaire à l’expérience de l’épisode, à son épaisseur, à son équilibre. La précision fait exister l’objet.

10Certaines de ses observations peuvent laisser croire à des effets pittoresques, mais les choses vues sont tout simplement représentatives des traditions et pratiques historiques de la forêt de Fontainebleau :
– les femmes « portant des bourrées [fagots de menues branches] sur leur dos » (
Carnet 12, f° 39) sont des « habitants peu aisés de Fontainebleau et des communes environnantes, [qui ont l’autorisation] pendant neuf mois de l’année, d’aller ramasser dans la forêt le menu bois mort. » (Joanne, 134) ;
– l’« homme = à vipères avec une boîte à grilles » (
Carnet 12, f° 38v°) capture des serpents qui sont si nombreux au XIXe siècle, et les accidents si fréquents, que sous le Premier Empire, un médecin propose de les éradiquer en offrant une prime pour chaque tête apportée. Le 5 juillet 1848, le conseil municipal de Fontainebleau attribue officiellement un crédit à la depense. Barrage, un homme du pays, en fait une véritable industrie, les vendant aux pharmacies pour leur venin. En 1868, la chasse se pratique encore.

  • 10 La forêt est un espace vivant, changeant, frémissant aux caprices du vent, aux jeux de lumières imp (...)

11L’attention de Flaubert pour les jeux de lumières incite à soupçonner une influence de Barbizon et de Marlotte où depuis 1820 les paysagistes d’après nature, qu’ils soient peintres ou plus récemment photographes10, viennent puiser leur inspiration. Mais sa curiosité témoigne avant tout d’un intérêt très ancien pour le mouvement éphémère des éclaboussures lumineuses :
– « grand soleil – effet sinistre de la lumière qui a quelque chose de noir » (
Carnet de voyage 4, f° 13, décembre 1849, Rosette)
– « à la tombée du jour, lumière liquide gris-bleu, violet qui pénètre l’atmosphère » (
Carnet de voyage 4, f° 22v°, décembre 1849, Le Caire)
– « l’air est profond, la lumière tombe d’aplomb, c’est un paysage nègre » (
Carnet de voyage 4, f° 67°, février 1850, Assouan)
– « Dans le café de ces dames, effet du soleil entrant par les interstices des cannes du toit, et faisant
des taches lumineuses sur la natte où nous étions assis » (Carnet de voyage 4, f° 67, mars 1850, Esna)
– « transparence de la lumière rose s’apâlissant sur le gris » (
Carnet de voyage 5, f° 33, avril 1850, Esna)
– « rondelles d’ombre et points de lumière » (
Carnet de voyage 5, f° 70v°, août 1850, vers la Mer Morte), etc.

12À la prise de notes, Flaubert pourrait se contenter du simple constat énumératif, quitte plus tard à déployer la matière au fil de la narration. Au contraire, dès le repérage il cherche le point de vue, guette le moment décisif pour saisir le motif, fait vivre les nuances, absorbe la substance des lieux, contextualise les phénomènes, scénarise bon nombre des éléments observés, comme s’il nourrissait déjà la matière romanesque de l’histoire à construire, comme si transposer des événements vécus dans une séquence fictive spécifique lui donnait déjà un sens ou une valeur.

  • 11 L’Éducation sentimentale, édition présentée et annotée par Pierre-Marc de Biasi, « Le Livre de Poch (...)

13N’ayant fait aucune économie, ni sur la couleur, ni sur l’éclairage, le phénomène visuel, la mise en scène ou le fond sonore, l’écrivain implante le détail dans le roman, parfois litttéralement, parfois sans grande modification :
– « hte futaie – feuilles de chêne sèches par terre […] 2 gds arbres dont les troncs se touchent frères Siamois […] le vieux Pharamond […] Des gdes futaies […] Carrefour du bouquet du Roi » (
Carnet 12, f° 39 et f° 38v°) → « le cocher de temps à autre disait : "Voici les Frères-Siamois, le Pharamond, le Bouquet-du-Roi…", n’oubliant aucun des sites célèbres, parfois même s’arrêtant pour les faire admirer. » (És, 480)11 ;
– « feuilles de chêne sèches par terre le soleil y fait comme des taches d’or sur un tapis brun » (
Carnet 12, f° 39) → « Au milieu du jour, le soleil […] jetait des taches d’or sur les couches de feuilles mortes » (És, 482) ;
– « silence [...] un petit cri d’oiseau très faible. le cheval souffle – » (
Carnet 12, f° 39) → « Quand la voiture s’arrêtait, il se faisait un silence universel ; seulement, on entendait le souffle du cheval dans les brancards, avec un cri d’oiseau très faible, répété. » (És, 482) ;
– « deux femmes passent portant des bourrées sur leur dos » (
Carnet 12, f° 39) → « Mais tout à coup passait […] une bande de femmes en haillons, traînant sur leurs dos de longues bourrées. » (És, 482) ;
– « hommes = à vipères avec une boîte à grilles » (
Carnet 12, f° 38v°) → « Elle eut bien peur une fois, quand un homme, se présentant tout à coup, lui montra dans une boîte trois vipères » (És, 483).

14Cependant au moment de la composition, l’écrivain jongle géographiquement avec les notes du carnet : ces paramètres du milieu environnemental de la forêt de la Tillaie sont attribués dans le roman à une zone géographique indéterminée, générique en quelque sorte, un ailleurs justifié à ce moment-là du récit par les besoins d’une évasion romantique atemporelle, mais en grande proximité avec la nature.

15Puis, le cocher entraîne Flaubert vers un autre site renommé de la forêt, celui de Franchard. Les ouvrages touristiques de l’époque en vantent les attraits :

Aujourd’hui Franchard est peut-être le point de la forêt de Fontainebleau le plus fréquenté par les touristes. Ils y viennent généralement en voiture. (Joanne, 166)

16Dans cette zone accidentée des Gorges de Franchard, Denecourt trace en 1847 à l’aide de marques bleues un itinéraire fort apprécié qui circule entre les rochers, qui conduit à des grottes, qui aboutit à des plateaux, à des mares, qui propose des vues panoramiques, etc.

  • 12 Les « roches à fleur de terre comme des dalles bombées » sont en effet de curieuses formations géol (...)

17Les notes sur la nature du sol, sur la topographie sont si précises qu’elles n’autorisent guère de doute sur lieu fréquenté : il s’agit de l’Ermitage de Franchard où débute le sentier Denecourt n° 7 : « Franchard les roches à fleur de terre comme des dalles bombées – Sable si fin qu’il donne envie de le mettre dans un écritoire – petits arbres épineux » (Carnet 12, f° 37v°)12.

18Une position d’où il voit la Route de l’Ermitage que l’équipage va emprunter, une large allée parallèle à la formation rocheuse (« fond de la gorge = ovale », Carnet 12, f° 37v°). Flaubert se range ainsi à l’avis du guide Joanne qui propose au promeneur « pressé par le temps [d’aller] au beau point de vue des gorges de Franchard, belvédère de l’Impératrice » par un « chemin de voitures » (Joanne, 173).

Les roches polies

Les roches polies

Droits de reproduction : Monique Sicard, 2018

  • 13 Flaubert conserve un souvenir fort d’Arbonne-la-Forêt : « J’ai été deux fois à Fontainebleau, et la (...)
  • 14 Le télégraphe de Noisy appartient au réseau des télégraphes aériens Chappe installé sur l’ensemble (...)

19Depuis le point de vue des Gorges de Franchard, Flaubert aperçoit l’agglomération d’Arbonne-la-Forêt13 : « Arbonne au fond comme un piton » (Carnet 12, f° 37v°) ; « vers le fond où se dresse Arbonne, puis tout au-delà un télégraphe » (Carnet 12, f° 37). Le télégraphe de Noisy qu’il remarque au loin14 ne figure dans aucun des guides de l’époque, ni le Joanne, ni le Denecourt.

20Le paysage admiré et consigné, il fait demi-tour, passe devant les ruines de l’ancienne abbaye de Franchard, à côté desquelles se trouve encore en 1868 le « restaurant de Franchard » ; il ne semble pas s’y arrêter prendre un repas ou un rafraîchissement, mais il y voit « une double noce » (Carnet 12, f° 37).

Restaurant de Franchard

Restaurant de Franchard

Guide Joanne, 1867

21Dans le roman, l’écrivain mime peu ou prou son expérience (És, 480) :
– il conserve la logique du temps et de l’espace : c’est après la découverte de la Tillaie que Frédéric et Rosanette « entrèrent dans la futaie de Franchard. » ;
– il respecte topographie et couverture végétale : « ils marchèrent sur de grosses roches », « entremêlement de grès et de genévriers », « creux du vallon », « sentier » ;
– il mentionne le télégraphe aperçu au loin : « et on aperçoit tout au loin un sommet en cône aplati, avec la tour d’un télégraphe par derrière », un élément prosaïque qui se détache nettement dans l’atmosphère bucolique de la promenade des deux amants.

22En revanche, sa constatation laconique « à Franchard une double noce » trouve à se développer en un moment de détente pour les deux amants : « tout à coup, un garçon de café parut ; et ils descendirent devant la barrière d’un jardin où il y avait des tables rondes. » laissant à penser que les personnages, eux, prennent un repas ou un rafraîchissement.

23L’étape après Franchard conduit l’équipage un peu plus au nord, vers Apremont, en conformité avec Joanne qui conseille de « visiter, dans une même promenade, ces deux sites renommés de la forêt. » (Joanne, 173). Les notes du carnet soulignent la nature du terrain, identifient l’odeur provoquée par les résineux, enregistrent la vue panoramique : « Puis on va – à pied : Le chemin monte entre des pins, avec des roches énormes – extrême odeur de résine – Les racines sur le chemin font des veines saillantes – Plateau – Au 1er plan ; roches plates – en dessous : têtes d’arbres – plaines roussies – Caverne des brigants redescente : les racines sont plus nombreuses – eau dans les trous de rocher » (Carnet 12, f° 36v° et f° 36).

Les racines font des veines saillantes

Les racines font des veines saillantes

Droits de reproduction : Monique Sicard, 2018

  • 15 Selon la légende, sous le règne de Louis XV, le souterrain de la Caverne des Brigands abrite la ban (...)

24Au moment de la composition (És, 480-481), Flaubert :
– reproduit l’itinéraire traditionnel : Frédéric et Rosanette découvrent Apremont après Franchard ;
– reprend ses observations sur place : « Une odeur résineuse emplissait l’air chaud, des racines à ras du sol s’entrecroisaient comme des veines. […] et, sans donner un coup d’œil au paysage que l’on découvre du plateau » ;
– les enrichit de précisions non relevées sur le carnet, comme la présence d’un établissement pour touristes : « une manière de cabaret, où l’on vend des bois sculptés. Elle but une bouteille de limonade, s’acheta un bâton de houx », ou bien encore la possibilité de descendre dans la Caverne des Brigands : « elle entra dans la Caverne-des-Brigands »
15. Cependant, la buvette à l’entrée de la caverne est un élément anachronique dans L’Éducation sentimentale, car elle n’est construite qu’en 1857 ;
– mais il fait aussi appel à de lointaines réminiscences : « précédée d’un gamin portant une torche » ;
en effet, le samedi 6 avril 1850, sa visite du sanctuaire du Grand Temple d’Abou Simbel se déroule de cette façon, accompagné par un enfant portant un éclairage : « nos enfants arabes agitent leurs torches. effet d’un dans la salle du fond se tenant debout sur une pierre comme sur une table et levant sa torche en l’air » (Carnet de voyage 5, f° 19v°).

La caverne des brigands

La caverne des brigands

Guide Joanne, 1867

25La tournure comparative de supériorité de l’expression « les racines sont plus nombreuses » (Carnet 12, f° 36) alliée au fait que les cochers ont l’habitude de déposer leur voyageur à un endroit pour les reprendre à un autre, incitent à penser que Flaubert utilise un autre sentier pour descendre, probablement celui qui mène directement au Carrefour du Bas-Bréau.

26Ils partent en direction de Fontainebleau, où l’écrivain passe sans doute la nuit, après un détour par Barbizon : « Bas-Préau [Flaubert écrit toujours Préau au lieu de Bréau], Barbizon, Bas-Préau, Carrefour du Bas-Préau, route de Paris, Côte de Chailly, croix du gd Veneur » (Carnet 12, f° 36). En 1868, Barbizon « est un village, d’aspect assez laid, situé à une extrémité occidentale de la forêt. Il dépend de la commune de Chailly et ne se compose que d’une seule rue. Il manque à la fois de verdure et d’eau ; mais il est dans le voisinage des gorges d’Apremont et de la futaie du Bas-Bréau, sites aimés des peintres paysagistes […] » (Joanne, 202).

27Ayant consulté des guides avant de partir, Flaubert sait-il au moment de l’expérience que le récit fictif à construire sera un calque de la réalité, de son approche concrète ? Toujours est-il que la première journée de promenade de Frédéric et de Rosanette en 1848 s’organise selon le même schéma que le repérage de 1868, tant du point de vue de l’espace (partie ouest de la forêt : La Tillaie, Franchard et Apremont), que du temps (une demi-journée avec retour à Fontainebleau pour la nuit, És, 481).

Partie nord de la forêt de Fontainebleau (le Gros Fouteau, les Hauteurs de la Solle, Cassepot)

28Le départ se fait depuis « la rue Guérin » de Fontainebleau en direction du « Mt Pierreux », puis du « Gros fouteau » (Carnet 12, f° 35v°) ; le cocher montre au voyageur le « bouquet de l’Impératrice », se dirige vers la « Fontaine Sanguinède » d’où il peut observer le « champ de course et […] la Vallée de le Sole », pénètre dans la « Folie-Denecourt » (Carnet 12, f° 35).

29Dans cette zone du Gros Fouteau, de nombreux chênes sont âgés de 300 à 400 ans. Le « bouquet de l’Impératrice énorme chêne », signalé dans les indicateurs du XIXe siècle, n’existe plus.

  • 16 Trois contes, introduction et notes par Pierre-Marc de Biasi, Paris, « Le Livre de Poche », « Class (...)

30La route forestière du Gros Fouteau s’enfonce dans les bois, et donne à Flaubert l’impression de pénétrer dans un édifice antique aux dimensions monumentales : « La futaie de hêtres est très hte – on dirait de colonnes dont les feuillages sont les chapiteaux évasés » (Carnet 12, f° 35v° et 35). Il apprécie cette belle allée pour le mystère dégagé par sa profondeur, pour la majesté de ses arbres dont la forme lui évoque des supports cylindriques. La note du carnet est exploitée doublement : dans L’Éducation sentimentale bien sûr où cette perspective typique du Gros Fouteau est affectée à une zone indéfinie : « Quelques-uns [des arbres] d’une altitude démesurée, avaient des airs de patriarches et d’empereurs, ou, se touchant par le bout, formaient avec leurs longs fûts comme des arcs de triomphe ; » (És, 482) ; et plus tard et sans détour dans La Légende de saint Julien l’Hospitalier quand Julien se trouve confronté au grand cerf : « Puis il s’avança dans une avenue de grands arbres, formant avec leurs cimes comme un arc de triomphe, à l’entrée d’une forêt. »16.

31

La route forestière du Gros Fouteau

La route forestière du Gros Fouteau

Droits de reproduction : Sylvie Giraud, 2015

32L’osmose ressentie en 1868 entre les deux éléments que sont le végétal et l’architectural est une sensation qu’il a relevée auparavant, notamment en Orient : « promenade au coucher du soleil dans le bois de palmiers – leur ombre s’étend sur l’herbe verte comme les colonnes devaient faire autrefois sur les grandes dalles disparues » (Carnet de voyage 4, f° 30v°, décembre 1849, Le Caire). Que les colonnes des premiers temples aient été des troncs d’arbres – en cèdre ceux du temple de Tanit (Salammbô, chapitre V), en genévrier ceux de la grande tour de Mégara (Salammbô, chapitre VII), en ébène (La Tentation de saint Antoine, chapitre III) – éclairent le phénomène de fusion.

33Le cocher prend ensuite la direction de la fontaine Sanguinède, une construction en pierres aménagée par Denecourt en 1852 autour d’une petite source, il y intalle même une buvette. Les lieux sont redevenus sauvages et paisibles.

34Depuis cet endroit, situé légèrement en hauteur par rapport à vallée de la Solle où se trouve l’hippodrome, Flaubert bénéficie d’une échappée : « Fontaine Sanguinède vue du champ de course et de la Vallée de la Sole » (Carnet 12, f° 35) d’autant qu’un belvédère y a été aménagé, maintenant détruit. La verdure abondante ne permet plus de découvrir le paysage lointain.

35Quant à la Petite Folie Denecourt : « Folie-Dennecourt nous sommes sur les hteurs de la Sole » (Carnet 12, f° 35), c’est un aménagement de gros blocs de grès qui forment une sorte de cave suivie d’un passage souterrain.

36L’équipage poursuit : « Mt Chauvet, Pierre qui y remue, Cassepot = petite furaie – Fort l’Empereur Pont de la Trémouille = chemin de fer Orloff. La Madeleine = pente couverte d’une futaie. Pont de Valvin, nous tournons à droite, gauche » (Carnet 12, f° 35 et f° 34v°).

37Nulle trace dans le roman de ces aménagements parfois incongrus, qu’ils soient fontaine, grotte, tour d’observation. En revanche, on peut sans doute établir un lien entre l’indication « Orloff » (Carnet 12, f° 34v°), c’est-à-dire Nicolas Orloff, ambassadeur de Russie qui réside en 1868 au château de Bellefontaine, et l’un des amants de Rosanette, prince russe : « Elle [la Maréchale = Rosanette] était, maintenant, avec un homme très riche, un Russe, le prince Tzernoukoff, qui l’avait vue aux courses du Champ de Mars, l’été dernier. » (És, 382).

38Flaubert arrive à « La Platrerie », un hameau de Samois-sur-Seine à l’est de Fontainebleau – au XIXe siècle, la berge s’appelle « Port à L’anguille » – et s’arrête pour déjeuner. Sur le carnet, il suit une approche logique des lieux :
– il relève le nom de l’auberge et de son patron, inscrits sur la façade, une première fois « à la bonne matelotte Bertaut » (
Carnet 12, f° 34), puis une seconde fois de manière plus précise « à la Bonne Matelotte Périer Gervais Bertaut » (Carnet 12, f° 32). Cet établissement a construit sa réputation sur la spécialité culinaire aux poissons, au point d’être répertorié dans le guide Joanne : « On peut aussi suivre le bord de la Seine à gauche et aller dîner aux Plâtreries (quinze minutes), localité renommée pour ses matelottes. » (Joanne, 208) ;
– il consigne le paysage extérieur avec soin, l’organisant par plans, du plus lointain au plus proche : « en face [...] à gauche sur l’autre rive [...] au loin [...] Au 1er plan » (
Carnet 12, f° 34) ;
– il retient l’économie locale : « bachots, boutiques à poisson [...] Filets sur des batons » (
Carnet 12, f° 33v°) ;
– il rapporte la particularité du lieu, l’humain avant le matériel : responsable de la maison, personnel de service, clientèle : « L’aubergiste
α ses servantes [...] une "Dame" qui est au premier [...] une des servantes, blonde, charmante, à traits fins me sert, en chapeau de paille – une autre , tout à l’heur, tirait de l’eau à un puits [...] elle était brune ou châtain – les cheveux roulés derrière la tête en petites tresses » (Carnet 12, f° 33) ; puis les éléments du décor intérieur : « Dans la salle de l’auberge caricature de Bellangé, portraits de 1830 Lamennais Odilon Barrot » (Carnet 12, f° 33v°), « Le papier de la salle où je déjeune représente des Chinois – en bas une large plinthe verte [...] Aux murs de la salle avec les caricatures de genre de Bellangé batailles de Solférino Magenta » (Carnet 12, f° 32v° et f° 32).

Bas-Samois (Seine-et-Marne). – Les Plâtreries, À la bonne Matelote

Bas-Samois (Seine-et-Marne). – Les Plâtreries, À la bonne Matelote

Droits : https://www.delcampe.net/​fr/​collections/​

39Bon nombre de ces précisions et singularités s’insèrent dans le roman : Frédéric et Rosanette prennent un repas « dans une auberge face à la Seine » où « une matelote d’anguilles » leur est servie (És, 485), « plus loin, à gauche, le toit d’une maison faisait une tache rouge sur la rivière », sur la berge bordée de « joncs » « des perches plantées au bord pour tenir des filets » et « une fille en chapeau de paille tirait des seaux d’un puits » (És, 486).

40L’intérêt de Flaubert pour la « Maison de Mr Pavie chalet hollandais avec une porte à toit de chaume – vases de faïence bleue sur les coins. » (Carnet 12, f° 33v°) peut s’expliquer par une curiosité artistique envers un phénomène culturel qui se développe vers 1850 autour de Fontainebleau et des bords de Seine – Samoreau, Héricy, Samois-sur-Seine, Melun – avec l’arrivée du chemin de fer : la construction par les bourgeois aisés de fastueuses villégiatures. Ces demeures de type manoir, villa, chalet, petit château, cottage, appelées « les Affolantes », sont d’une architecture qualifiée d’éclectique avec colombages, terrasses, balcons, patios, ornements. Les artistes, peintres, musiciens, écrivains – Degas, Bonnard, Renoir, Debussy, Saint-Saëns, Mallarmé – aiment se réunir dans ces villas à la belle saison. Le jardin d’agrément de la villa voisine de l’auberge, 10 quai des Plâtreries, « Ruissel-sous-Bois », est inscrit à l’inventaire général de la base Mérimée, ministère français de la Culture, référence IA77000105.

10 quai des des Plâtreries, Samois-sur-Seine

10 quai des des Plâtreries, Samois-sur-Seine

Droits de reproduction : Sylvie Giraud, 2015

41Cette attention envers une esthétique architecturale atypique et nouvelle peut s’avérer en outre une ressource opportune, comme par exemple une possible application à la maison du couple Arnoux, « une manière de chalet suisse peint en rouge, avec un balcon extérieur. Il y avait dans le jardin trois vieux marronniers, et au milieu, sur un tertre, un parasol en chaume que soutenait un tronc d'arbre. » (És, 404). Sachant que le domicile est passible d’une lecture sociale tant statutaire qu’identitaire, qu’il demeure un symbole de réussite, on peut dire que le choix de ce type d’habitation pour le personnage Arnoux traduit bien son caractère bourgeois et affirmé des années 1850.

  • 17 Lettre à Hippolyte Taine, Croisset, 20 ? novembre, 1866 (Correspondance, III, p. 562). En 1866, Fla (...)

42Flaubert se met véritablement en situation romanesque, tant du point de vue des conditions matérielles que spéculatives. La preuve de cette conciliation entre le réel de 1868 et la fiction de 1848 est la présence du jeune Moreau dans les notes : « [La Platrerie rappelle à Fr. le voyage de Montereau] » (Carnet 12, f° 33v°). L’insertion dit bien sa capacité à ne concevoir aucune distorsion entre l’univers sensible et le monde imaginaire, la stratégie enquêtrice se confond avec l’argument fictif. À Taine, qui le questionne sur son expérience de romancier, il répond : « Il y a bien des détails que je n’écris pas […] dans le passage que j’écris immédiatement, je vois tout un mobilier (y compris des taches sur les meubles) dont il ne sera pas dit un mot. »17

  • 18 Le suivi génétique de l’épisode est le suivant : L'Éducation sentimentale, NAF 17607, f° 102v° : «  (...)
  • 19 Dans cette même lettre à Hippolyte Taine, Croisset, 20 ? novembre, 1866 (Correspondance, III, p. 56 (...)

43Dans L’Éducation sentimentale, le phénomène hypnagogique est pleinement à l’œuvre au moment de l’écriture du paragraphe (Carnet 12, f° 33v°, f° 32v° et f° 32). Dès l’ébauche manuscrite de l’épisode – « Platreries […] à la bonne matelote Bertaut […] salle de l’auberge »18 –, et bien qu’aucune expression ne fasse directement allusion au cadre noté en 1868, l’image du décor de l’auberge, conservée en mémoire, est manifestement présente en arrière-couche, ne serait-ce que par l’intermédiaire de l’expression « salle de l’auberge » identique à celle du carnet (Carnet 12, f° 33v°). La table modeste où dînent Frédéric et Rosanette en témoigne : « compotier en terre de pipe, [le] vin râpeux, [le] pain trop dur, des couteaux ébréchés » (És, 485) ; sa qualité fruste est en harmonie avec les gravures aux murs qui signalent un attrait pour l’épopée napoléonienne et sa légende, un goût très répandu au sein du public modeste, comme l’est celui des pêcheurs des Plâtreries. S’il faut une preuve supplémentaire à l’influence implicite de la « vision intérieure »19, voici un accessoire intéressant qui, malheureusement, ne franchit pas l’étape des brouillons, mais qui l’aurait mérité : les deux amants devaient manger dans des « assiettes à devise » (NAF 17607, f° 157). Au XIXe siècle, ces pièces avec motif et légende ont un succès populaire certain, les scènes représentées sont parfois militaires, les phrases souvent des proverbes.

Partie sud de la forêt de Fontainebleau (le Long Rocher)

44Après le repas, Flaubert et son cocher reprennent la visite de la région en direction du sud de Fontainebleau. De toute évidence, la zone à reconnaître est celle du cahos rocheux du Long Rocher. Les feuillets égrènent les lieux traversés : route de Bourgogne, ventes Héron, Croix de Guise, La Petite Haie (Carnet 12, f° 31v°), Croix de Montmorin, Croix du Grand Maître (Carnet 12, f° 31), la Gorge aux Loups, le Long Rocher (Carnet 12, f° 30v°), Marlotte, la Mare aux Fées, la mare de la Gorge aux Loups (Carnet 12, f° 28v°), Pont de la Reine, Croix de Saint Herem (Carnet 12, f° 28).

45Le trajet s’effectue sans halte ; l’unique indication temporelle du carnet (« nous coupons la route de Monteraut, de Moret – 1/4 d’heure après nous laissons le Rocher des Princes » Carnet 12, f° 31) permet de calculer la vitesse de l’équipage : 15 minutes pour 2 km entre la Croix de Montmorin et la Croix du Grand Maître, carrefour le plus proche du Rocher des Princes, font 8 km/h.

46Arrivé à destination, Flaubert monte sur le plateau du Long Rocher, une chaîne de grès, longue de 4 km et large de 700 m (Joanne, 193), sans doute par le sentier tracé par Denecourt en 1867 appelé l’Enfer de Dante ; il s’attarde à en décrire la surface rocheuse, la végétation (Carnet 12, f° 30v°, 30, 29v°, 29), et grave dans sa mémoire la vue panoramique qu’autorise la position en hauteur, convaincu de la transposer dans la fiction : « Debout, l’un près de l’autre, sur quelque éminence du terrain » (És, 483).

47Dans cette partie sud de la forêt de Fontainebleau, les éléments aperçus et notés au fil de la route concernent essentiellement le couvert végétal, la configuration topographique, la structure géologique :
– prédominance du pin sylvestre : « Croix de Guise = petits pins […] Croix du Gd Maître – puis, rien que des petits pins […] La gorge au Loup – rien – que des pins » ;
– faible variété des plantes : « beaucoup de bruyères en fleurs […] bruyères et fougères dont qques unes, brûlées, font comme de l’or […] à de certaines places l’herbe est rase comme un tapis de billard vert rapé » ;
– présence de sable et de rochers : « Les ventes Heron – sables […] (dans les tranchées, le sable coupé est si fin α si dense qu’il ressemble presque à du pain) […] Le long Rocher est à gauche – lande. puis une banque semée de gros rochers […] les rochers sont très gris » ;
– densité arboricole : « La petite haie = Futaie insignifiante. […] à notre gauche = petite futaie […] Mare aux Fées gde flaque d’eau couverte de lentisques au milieu d’une mince futaie ».

48S’il est vrai qu’au XIXe siècle, la Mare au Fées est considérée comme une simple « grande flaque d’eau » ou une « grande mare », cette mare de platière jamais asséchée dans ce milieu sableux très sec fonctionne néanmoins comme un sujet hautement esthétique pour bon nombre d’artistes, tant elle est aquarellée, peinte, dessinée, photographiée, décrite :

Mare aux Fées, Constant Alexandre Famin, 1870

Mare aux Fées, Constant Alexandre Famin, 1870

Photo (C) Musée d'Orsay, Dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt

49En ce qui concerne cette zone de la forêt, Flaubert a déjà probablement décidé de la transposition de ses notes en fiction, qui sera celle d’un traitement à la fois plus resserré géographiquement : « Le lendemain, ils [les deux amants] allèrent voir la Gorge-au-Loup, la Mare-aux-Fées, le Long-Rocher, la Marlotte ; » (És, 481) et plus dispersé dans les détails. Il a besoin de toutes ces connaissances concrètes, aussi minimes soient-elles, sur la matéralité locale, sur le milieu environnemental pour que le récit fictif, même d’une évasion amoureuse typique du style romantique, ne s’appauvrisse pas, ne soit pas flou :
– « à noter dans les htes futaies les positions différentes des longs troncs qq uns obliques dès le bas » (
Carnet 12, f° 29) devient « d’autres, poussés dès le bas obliquement, semblaient des colonnes près de tomber. » (És, 482) ;
– le simple mot « papillons » (
Carnet 12, f° 29) suggère « le vol de deux papillons qui les suivaient » (És 482) ;
– « beaucoup de bruyères en fleurs » (
Carnet 12, f° 30) autorisent « Rosanette [à] s’en all[er] cueillir des bruyères. Leurs petites fleurs violettes, tassées les unes contre les autres, formaient des plaques inégales » (És, 484).

50Les notes du carnet sont liées à deux dimensions : le cadre naturel avec son protocole prosaïque (la chose vue et éprouvée), et le cadre fictionnel au statut plus lyrique (la valeur romantique potentielle) ; ainsi, la forêt de Fontainebleau s’avère-t-elle l’enveloppe parfaite pour soumettre les éléments réels aux techniques d’écriture du courant romantique saturé de discours hyperboliques, d’images conventionnelles, de clichés plastiques, d’éléments mystérieux et fantastiques.

51Je refermerai le sujet en soulignant les spécificités du repérage de 1868 : critères de sélection du circuit, conditions matérielles, utilisation des notes.

52Au XIXe siècle les indicateurs touristiques – celui de Joanne par exemple, publié chez Hachette dans une série à couverture en percaline bleu nuit avec lettrage doré – jouent un rôle influent comparable à celui des collections contemporaines qui proposent aux voyageurs de se projeter dans la région ou le pays à visiter. Flaubert y apprend quelles sont les curiosités de ce territoire forestier de Fontainebleau à visiter, telles que les Gorges de Franchard et d’Apremont, les hauteurs de la Solle, le Long Rocher, la Mare aux Fées ; la zone dégage un pittoresque inépuisable pour un écrivain. L’enquête documentaire n’interdit pas la présence d’une curiosité « non orientée » : ainsi du détour vers Barbizon et Marlotte, villages des peintres paysagistes, et de l’arrêt sur le lieu d’un fait divers récent, le crime Mertens.

53Flaubert effectue une soixantaine de km ; ses circuits figurent bien dans le Joanne, mais il est un visiteur pressé, une catégorie prévue à cette période récente du voyage d’agrément, où les bourgeois endimanchés et des dames aux crinolines encombrantes doivent être conduits au plus près des sites remarquables pour qu’ils n’aient plus que quelques marches à monter et admirer le point de vue depuis le belvédère, ou que quelque petit sentier à descendre pour visiter la grotte. Alors il recourt à une voiture avec cocher, pour des raisons pratiques essentiellement, la rapidité d’une part : « en prenant une voiture, on a l’avantage de pouvoir visiter, dans une journée, des parties de la forêt très-éloignées les unes des autres, et l’on explore ensuite, à pied, sans trop de fatigue, les sites les plus pittoresques et les plus accidentés des chaînes de collines. » (Joanne, 201), et l’efficacité d’autre part : bien qu’il sache conduire une voiture à cheval, il a besoin d’un bon guide qui connaisse parfaitement la forêt.

54Certes, le repérage en forêt de Fontainebleau se trouve dans un cas de figure bien particulier, celui d’une exploration non pas à l’aventure mais infléchie par un objectif précis. Flaubert sait d’avance que son constat sur place devra s’adapter aux circonstances fictives de L'Éducation sentimentale, mais serrer l’expérience au plus près est la meilleure façon pour lui d’articuler les deux notions antinomiques dont il a besoin : la réalité de la reconnaissance des lieux, vécue et concrète, et l’abstraction de l’aventure romantique des amants. Le détail n’est jamais assez méticuleux, ne serait-ce que pour solidifier son imaginaire d’écrivain.

  • 20 En annexe, un fichier « Randonnée dans les pas de Flaubert en forêt de Fontainebleau » propose l’it (...)

55Cependant, je ne saurai terminer l’article sans une incitation appuyée à reconnaître l’itinéraire de Flaubert, à l’expérimenter, à le reproduire, à l’éprouver pour se confronter à la nature relevée dans les notes de son carnet20. En chemin, sans doute apercevrez-vous « les roches à fleur de terre comme des dalles bombées », « le sable si fin qu’il donne envie de le mettre dans un écritoire », « les racines sur le chemin [qui] font des veines saillantes », les « colonnes [de hêtres] dont les feuillages sont les chapiteaux évasés », etc. Resserrer son attention sur les éléments et les phénomènes éprouvés par l’écrivain procure à la randonnée, somme toute relativement traditionnelle à notre époque, une intensité supplémentaire.

Haut de page

Bibliographie

Écrits de Gustave Flaubert
Carnet 12, f° 39v° à f° 27v°, manuscrit :
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10536987w/f1.image.r=flaubert carnet de travail 12
L'Éducation sentimentale, NAF 17607, manuscrit :
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000156d.r=L%27Éducation sentimentale?rk=278971;2
L'Éducation sentimentale, édition présentée et annotée par Pierre-Marc de Biasi, Paris, « Le Livre de Poche », « Classique », 2002.
Trois contes, introduction et notes par Pierre-Marc de Biasi, Paris, « Le Livre de Poche », « Classique », Paris, 1999.
Carnets de travail, édition critique et génétique établie par Pierre-Marc de Biasi, Paris, Balland, 1988.
Correspondance, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de La Pléiade », édition présentée, établie et annotée par Jean Bruneau, t. III, Paris, 1991.

Sources contemporaines
Claude-François Denecourt, L'Indicateur de Fontainebleau : itinéraire descriptif du palais, de la forêt et des environs, 17e édition, Fontainebleau, Chez l'auteur, Paris, Hachette, 1868.
Claude-François Denecourt, Excursion à la Fosse à Râteau, où fut assassinée Marguerite-Sidonie Mertens par la femme Frigard, le 8 mai 1867, Fontainebleau, Ernest Bourges, 1867, 15 pages.
Adolphe Joanne, Fontainebleau. Son palais, ses jardins, sa forêt et ses environs. Itinéraire du promeneur. Illustré de 45 gravures sur bois par Lancelot, Granet, Thérond, Hubert Clerget. Et contenant une carte et un plan, Paris, Librairie de L. Hachette et Cie, 1867.

Référence documentaire d’aujourd’hui
Pascale Bonnet, Dossier pédagogique accompagnant l’exposition « À l’épreuve du réel : les peintres et la photographie au XIXe siècle. Exposition présentée du 30 juin au 1er octobre 2012, musée Courbet, Ornans » (en ligne http://www2.doubs.fr/courbet/fichiers/epreuve_du_reel.pdf).

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 Pour plus de détails sur le repérage de Flaubert en juillet-août 1868, se reporter à l’article Sylvie Giraud « L’Éducation sentimentale, Frédéric et Rosanette en forêt de Fontainebleau » paru dans Flaubert. Revue critique et génétique n° 19, 2018 : http://journals.openedition.org/flaubert/2843.

2 On trouve une trace du guide touristique utilisé par Flaubert dans l’avant-texte du manuscrit : « Ils sortent de Fontainebleau par la route barrière de Paris vaste rond-point (Joanne 166) », (scénario, f° 88v°, NAF 17607). Il s’agit de l’ouvrage d’Adolphe Joanne, Fontainebleau. Son palais, ses jardins, sa forêt et ses environs. Itinéraire du promeneur. Illustré de 45 gravures sur bois par Lancelot, Granet, Thérond, Hubert Clerget. Et contenant une carte et un plan, Paris, Librairie de L. Hachette et Cie, 1867. La référence au guide est notée (Joanne, x) au sein de l’article.

3 Pierre-Marc de Biasi a transcrit et édité ce carnet dans Carnets de travail, édition critique et génétique, Balland, Paris, 1988, pp. 402-428. Entre juillet et août 1868, à propos de la seule forêt de Fontainebleau, Flaubert noircit 25 feuillets (f° 39v° au f° 27v°) d’un petit calepin conservé à la Bibliothèque Historique de Paris, répertorié Notes de lecture 12, qu’il entame par la dernière page Voir le manuscrit original Notes de lecture 12 (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10536987w/f1.image.r=flaubert carnet de travail 12). En annexe, le fichier « Carnet 12, transcriptions et images » propose les notes accompagnées de leur transcription.

4 Merci aux collègues de l’Item qui ont participé à la contre-enquête : Jean-Sébastien Macke et Monique Sicard.

5 En annexe, le fichier « Sidonie Mertens » propose un avis de conférence organisée par le conseil général Seine-et-Marne.

6 À partir de 1832, Claude-François Denecourt, grand amateur de Fontainebleau, château et forêt, décide de recenser les sites remarquables et de partager sa passion en publiant des guides de découvertes : Indicateur historique et descriptif de Fontainebleau. Itinéraire du palais, de la forêt et des environs. Il publie Excursion à la Fosse à Râteau, où fut assassinée Marguerite-Sidonie Mertens par la femme Frigard, le 8 mai 1867, Fontainebleau, Ernest Bourges, in-8°, 15 p. en 1867. Flaubert le lit-il avant son repérage ?

7 Ivan Jablonka, L’Obs, n° 2780, 15-21 février 2018, pp. 72-74.

8 De tous temps, dans la forêt de Fontainebleau, c’est le chêne qui a la faveur des planteurs, parce que c’est un bois de marine, un bois noble. Tous ces arbres font l’objet de plantations régulières à partir de 1720 ; le roi Louis XIV veut un massif mieux planté.

9 Théodore Rousseau, Clairière dans la Haute Futaie : forêt de Fontainebleau, musée d’Orsay, Paris https://www.photo.rmn.fr/CS.aspx?VP3=SearchResult&VBID=2CO5PCIK67YQV&SMLS=1&RW=1062&RH=789.

10 La forêt est un espace vivant, changeant, frémissant aux caprices du vent, aux jeux de lumières imprévisibles ; les photographes de l’époque Le Gray, Marville, Cuvelier, Le Secq comprennent les bienfaits à tirer de ce studio en plein air qu’est la forêt de Fontainebleau, ils viennent y réaliser des expérimentations photographiques en rupture avec les pratiques précédentes (voir Pascale Bonnet, dossier pédagogique accompagnant l’exposition « À l’épreuve du réel : les peintres et la photographie au XIXe siècle. Exposition présentée du 30 juin au 1er octobre 2012, musée Courbet, Ornans » (en ligne http://www2.doubs.fr/courbet/fichiers/epreuve_du_reel.pdf)

11 L’Éducation sentimentale, édition présentée et annotée par Pierre-Marc de Biasi, « Le Livre de Poche », « Classique », Paris, 2002. La référence au roman est notée (És, x) au sein de l’article. Les deux vieux chênes Les Frères siamois et le Pharamond n’existent plus, le premier brisé par un ouragan, et le second emporté par la vieillesse vers 1930. Les forts coups de vent et l’envahissement des parasites sont les deux principales causes de la mort de ces vieux arbres.

12 Les « roches à fleur de terre comme des dalles bombées » sont en effet de curieuses formations géologiques : des roches lisses, aux formes arrondies, comme posées sur le sable. Le sable de la région de Fontainebleau, d’origine marine, est blanc et pur, il a parfois plus de 40 m d’épaisseur ; en se consolidant, il s’est transformé en grès, ce qui explique les formes rocheuses désormais célèbres, surprenantes, imposantes et évocatrices. À l’époque de l’écriture à la plume d’oie, le sable peut avoir deux fonctions : conservé dans une boîte à sable, il sert à saupoudrer la page fraîchement écrite à l’encre, ou bien déposé près des plumes et canif, il fait office de buvard. Dans son cabinet de travail à Croisset, Flaubert possède son écritoire, meuble où il range papier, encrier, plumes, essuis-plumes, boîte de séchage, etc.

13 Flaubert conserve un souvenir fort d’Arbonne-la-Forêt : « J’ai été deux fois à Fontainebleau, et la seconde fois, selon votre avis, j’ai vu les sables d’Arbonne. C’est tellement beau que j’ai "cuydé" en avoir le vertige. » Lettre à George Sand, Dieppe, 10 août 1868 (Correspondance, Gallimard, « Bibliothèque de La Pléiade », édition présentée, établie et annotée par Jean Bruneau, t. III, 1991, p. 786).

14 Le télégraphe de Noisy appartient au réseau des télégraphes aériens Chappe installé sur l’ensemble du territoire français à partir de la fin du XVIIIe siècle ; en 1844, 534 tours quadrillent la France, mais dès 1855 le télégraphe électrique le relègue au rang des antiquités. Il reste du télégraphe de Noisy la base de la tour qui se situe dans la forêt des Trois Pignons.

15 Selon la légende, sous le règne de Louis XV, le souterrain de la Caverne des Brigands abrite la bande à Tissier qui détrousse les voyageurs sur la route de Paris, et répand la terreur aux environs.

16 Trois contes, introduction et notes par Pierre-Marc de Biasi, Paris, « Le Livre de Poche », « Classique », Paris, 1999, La Légende de saint Julien l’Hospitalier, p. 103.

17 Lettre à Hippolyte Taine, Croisset, 20 ? novembre, 1866 (Correspondance, III, p. 562). En 1866, Flaubert est en pleine rédaction de L’Éducation sentimentale, mais le mobilier n’est pas celui de l’auberge des Plâtreries qu’il ne voit qu’en 1868.

18 Le suivi génétique de l’épisode est le suivant : L'Éducation sentimentale, NAF 17607, f° 102v° : « Platreries […] à la bonne matelote Bertaut […] salle de l’auberge » ; f° 100v° : « N Auberge de la Platrerie. » ; f° 116v° : « La salle de l’auberge au rez de chaussée » ; f° 154 : « Un jour un soir, ils dînèrent dans une auberge, au bord de la Seine – la Platrerie. Bonne salle d’auberge, contigue à la cuisine Le repas B fourchettes de fer. – assiettes ebrech matelotte, – tant mieux. ils trouvent tout non » ; f° 157 : « Un jour Le soir Ce soir là ils dînèrent dans une auberge au bord de la Seine de l’eau de la Seine. La Bonne salle d’auberge contigue à s’avançait sur la cuisine […] couteaux ébréchés assiettes à devise couteaux assiettes ébréchés – à devise fourchettes de fer matelotte… ils trouvèrent tout bon N assiettes à devise n’importe » ; f° 147v° : « Ce soir-là, ils dînèrent dans une auberge au bord de la Seine. Une bonne salle d’auberge contenue à la cuisine […] On leur servit une matelotte au vin d’anguilles dans un plat en terre de pipe avec du pain trop dur du vin râpeux des… couteaux ébréchés un vin du cru un peu râpeux assiettes à devise », etc.

19 Dans cette même lettre à Hippolyte Taine, Croisset, 20 ? novembre, 1866 (Correspondance, III, p. 562).

20 En annexe, un fichier « Randonnée dans les pas de Flaubert en forêt de Fontainebleau » propose l’itinéraire de randonnée.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/3467/img-1.png
Fichier image/png, 118k
Titre La roche Mertens
Crédits Droits de reproduction : Sylvie Giraud, 2015
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/3467/img-2.png
Fichier image/png, 200k
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/3467/img-3.png
Fichier image/png, 237k
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/3467/img-4.png
Fichier image/png, 249k
Titre Les roches polies
Crédits Droits de reproduction : Monique Sicard, 2018
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/3467/img-5.png
Fichier image/png, 295k
Titre Restaurant de Franchard
Crédits Guide Joanne, 1867
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/3467/img-6.png
Fichier image/png, 335k
Titre Les racines font des veines saillantes
Crédits Droits de reproduction : Monique Sicard, 2018
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/3467/img-7.png
Fichier image/png, 316k
Titre La caverne des brigands
Crédits Guide Joanne, 1867
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/3467/img-8.png
Fichier image/png, 326k
Titre La route forestière du Gros Fouteau
Crédits Droits de reproduction : Sylvie Giraud, 2015
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/3467/img-9.png
Fichier image/png, 301k
Titre Bas-Samois (Seine-et-Marne). – Les Plâtreries, À la bonne Matelote
Crédits Droits : https://www.delcampe.net/​fr/​collections/​
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/3467/img-10.png
Fichier image/png, 336k
Titre 10 quai des des Plâtreries, Samois-sur-Seine
Crédits Droits de reproduction : Sylvie Giraud, 2015
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/3467/img-11.png
Fichier image/png, 254k
Titre Mare aux Fées, Constant Alexandre Famin, 1870
Crédits Photo (C) Musée d'Orsay, Dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt
URL http://journals.openedition.org/flaubert/docannexe/image/3467/img-12.png
Fichier image/png, 205k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Giraud, « Dans les pas de Flaubert en forêt de Fontainebleau », Flaubert [En ligne], Genèse, mis en ligne le 15 mai 2019, consulté le 24 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/flaubert/3467

Haut de page

Auteur

Sylvie Giraud

ITEM / CNRS

Articles du même auteur

Haut de page