Navigation – Plan du site

Présentation

Isabelle Daunais

Texte intégral

Vignette de l’éditorial du dossier « Flaubert et la mémoire »Afficher l’image
Crédits : Pixabay.com
  • 1 Lettre à Gertrude Collier, début de novembre 1846, Correspondance, t. I, édition de Jean Bruneau, P (...)
  • 2 Lettre à sa mère, 20 [?] janvier 1851, ibid., p. 740.
  • 3 Lettre à Louise Colet, 20 mars 1852, ibid., t. II, 1980, p. 58.
  • 4 Lettre à Amélie Bosquet, 20 août 1866, ibid., t. III, 1991, p. 517.

1Flaubert entretient avec la mémoire un rapport contradictoire. D’une part, la force du souvenir constitue, de son aveu répété, un trait marqué de sa personnalité : « Si jamais, n’importe quand, vous aviez besoin de quelque chose en France, comptez sur moi ; ne craignez rien, j’ai la mémoire longue »1, écrit-il à Gertrude Collier en 1846 ; « Je suis comme toi, je n’oublie rien »2, rappelle-t-il à sa mère lors du voyage en Orient ; ou encore, à Louise Colet, l’année suivante : « j’ai eu des amitiés vivaces qui se sont dénouées les unes après les autres. – Ils ne [se] souviennent plus de moi, je me souviens toujours. C’est la complexion de mon esprit dont l’écorce est dure »3. Il en vient même, dans une lettre à Amélie Bosquet, à élaborer une maxime pour dire son incapacité d’oublier : « Je suis d’argile pour recevoir les impressions et de bronze pour les garder ; chez moi rien n[e s]’efface ; tout s’accumule »4

  • 5 Lettre à Louise Colet, 27 août 1853, ibid., t. II, p. 421.

2D’autre part, sa méthode de travail et son esthétique sont profondément anti-mémorielles. Elles reposent non sur le souvenir des choses représentées, mais sur leur observation et leur vérification, toute son œuvre s’élaborant sur le principe d’une abolition de soi. Le conseil que donne Flaubert à Louise Colet de « laisser là », pour observer le monde, « [s]on sexe comme [s]a patrie, [s]a religion et [s]a province[ ;] [o]n doit être âme le plus possible, et c’est par ce détachement que l’immense sympathie des choses et des êtres nous arrivera plus abondante »5, est au cœur de sa poétique et du pari même, en quoi elle consiste, que l’abstraction est un mode de révélation.

  • 6 Lettre à Mlle Leroyer de Chantepie, 30 mars 1857, ibid., t. II, p. 697.

3Sans doute peut-on voir dans cette opposition entre hypermnésie et détachement la mesure de l’effort qu’a demandé à Flaubert l’écriture de chacun de ses livres. Mais cette opposition, ou plus exactement cette tension, n’est pas qu’extérieure à l’œuvre, elle s’y présente aussi comme l’un de ses propos tant la mémoire y est à la fois un objet d’intrigue (c’est le principe même du bovarysme) et un objet de composition. La mémoire se déploie chez Flaubert de plus d’une façon et sur plusieurs plans. Elle peut prendre la forme d’un amont, qui n’est pas seulement celui de quelques expériences vécues (la passion adolescente pour Élisa Schlesinger, par exemple), mais, de façon plus discrète, celui des lectures. Anne Green met ainsi au jour le souvenir étayé laissé dans Madame Bovary de L’Homme au sable d’Hoffmann, auteur dont savons que Flaubert l’a lu (comme un grand nombre de ses contemporains) avec fascination – « Tout ce qu’il y a dans sainte Thérèse, dans Hoffmann et dans Edgar Poe, je l’ai senti, je l’ai vu, les hallucinés me sont fort compréhensibles »6 – et nous découvrons ici la puissance de l’empreinte. Sarga Moussa montre la présence, dans le Voyage en Orient, de Chateaubriand mais aussi de rêves que Flaubert emporte avec lui sur les rives de la Méditerranée et qui créent, tout au long de son périple, un sentiment de déjà vu, de déjà vécu, de déjà ressenti d’autant plus fort que ce déjà vu est parfois un déjà écrit (La Tentation de saint Antoine). Dans chaque cas, observent les deux auteurs, la mémoire du déjà lu ou du déjà rêvé donne lieu, en s’entremêlant à l’observation exacte des choses et au détail réaliste, à une forme d’inquiétante étrangeté, qui fait du souvenir un objet dont l’origine semble en suspens.

4La mémoire flaubertienne est aussi une mémoire en aval, qui est celle de l’usage qui a été fait – et que l’on continue de faire – de l’œuvre du romancier, de ce que l’on en retient, de ce que l’on y consulte. Si, ainsi que l’écrit Anne Herschberg Pierrot, « [p]our toute une partie de la littérature contemporaine, celle du XXe et du XXIe siècle commençant, il y a en effet un avant et un après Flaubert, lié à la nouvelle poétique du roman qui s’inaugure avec lui et à l’absolu de l’écriture qu’il représente », la recherche de la part qui peut être revendiquée de son œuvre commence très tôt : chez les écrivains qui le suivent immédiatement et partagent son esthétique, bien sûr – encore qu’il soit difficile de parler ici de mémoire dans le cas de contemporains de Flaubert –, mais aussi chez des auteurs qu’il ne nous vient pas spontanément à l’esprit de voir comme ses héritiers. C’est ainsi que Marina Girardin suit la conversation qu’entretiennent par articles interposés, au début des années 1920, quelques écrivains et critiques catholiques dans leur effort de transformer l’ascèse flaubertienne en une forme de spiritualité chrétienne qui puisse se prolonger dans leur propre siècle.

5L’aval pose aussi la question, d’ordre technique, de ce qu’on peut appeler la mémorabilité de l’œuvre de Flaubert. Si on peut expliquer par toutes sortes de raisons pourquoi Madame Bovary, LÉducation sentimentale, Bouvard et Pécuchet nous paraissent exemplaires d’un grand nombre de traits formels, esthétiques, thématiques, philosophiques de la littérature moderne, cette exemplarité n’empêche pas qu’on peut se demander pourquoi et par quels moyens les romans de Flaubert s’ancrent si facilement dans l’esprit de leurs lecteurs, pourquoi ils sont si aisément convocables, pour quelle raison nous les archivons si volontiers dans notre propre mémoire. La seconde partie du dossier montre comment Flaubert à la fois capte et déploie les modalités d’une mémoire qui privilégie le fragment, la trace, l’inachevé à la totalisation, le banal au monumental, ce qui est appelé à se répéter à que ce qui est historique. Ces modalités, qui sont celles de ce qu’on peut appeler une mémoire moderne, ainsi que j’en fais plus loin la proposition, non seulement président à l’ordonnancement du récit, mais sont aussi à l’œuvre dans la façon dont les personnages enregistrent eux-mêmes ce qu’il leur semble important de conserver de leur existence – comme nous des nôtres. Guillaume Perrier et Véronique Samson explorent tous deux, à partir de cette idée de trace, la façon dont, chez Flaubert, le récit en est très souvent un de l’après, les événements que les personnages considèrent les plus importants – événements le plus souvent anodins, parfois microscopiques – se situant non dans le présent de ce qui leur arrive, et donc du récit, mais dans un passé qui ressurgit au hasard de situations qui ne les éclairent que partiellement et ne les explique presque jamais.

6Les personnages de Flaubert sont pris entre un excès de mémoire et un manque de mémoire ou, si l’on préfère, entre une mémoire trop forte (Emma de ses lectures de couvent, Frédéric de l’apparition de Mme Arnoux, Bouvard et Pécuchet des savoirs qu’ils enregistrent) et une mémoire trop faible (des événements du réel, de ce qu’ils vivent concrètement, ils ne conservent que quelques images qui peu à peu se dissolvent, des regrets qui eux-mêmes se défont, une absence d’enseignement). Cet entre-deux constitue en soi un territoire, dont Flaubert a fait sa matière et un champ d’investigation. Ce territoire nous est familier, puisqu’il est celui de notre propre mémoire, moderne et contemporaine ; nous y reconnaissons une manière de se tenir dans le temps quand l’origine des choses se brouille et se défait sans cependant se perdre assez pour que nous en oublions l’idée.

Haut de page

Notes

1 Lettre à Gertrude Collier, début de novembre 1846, Correspondance, t. I, édition de Jean Bruneau, Paris, Gallimard, coll. » Bibliothèque de la Pléiade », 1973, p. 403.

2 Lettre à sa mère, 20 [?] janvier 1851, ibid., p. 740.

3 Lettre à Louise Colet, 20 mars 1852, ibid., t. II, 1980, p. 58.

4 Lettre à Amélie Bosquet, 20 août 1866, ibid., t. III, 1991, p. 517.

5 Lettre à Louise Colet, 27 août 1853, ibid., t. II, p. 421.

6 Lettre à Mlle Leroyer de Chantepie, 30 mars 1857, ibid., t. II, p. 697.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Daunais, « Présentation », Flaubert [En ligne], 22 | 2019, mis en ligne le 16 décembre 2019, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/flaubert/3890

Haut de page

Auteur

Isabelle Daunais

Université McGill

Articles du même auteur

Haut de page