Navigation – Plan du site
Une œuvre mémorielle

Note sur la mémoire du lecteur de L’Éducation sentimentale

Guillaume Perrier

Résumés

Dans L’Éducation sentimentale, presque tous les rappels narratifs passent par la pensée du héros. Les rappels des deux derniers chapitres se distinguent par leur caractère dialogique, ainsi que leur fréquence, leur ampleur et leur portée. De plus, les manuscrits témoignent d’une hésitation de l’écrivain, à ce moment décisif, entre une sollicitation explicite ou implicite de la mémoire du lecteur. L’examen de ces régularités et variations mnémoniques contribue à définir le rôle de la mémoire narrative dans le processus d’interprétation du roman au cours de la lecture.

Haut de page

Texte intégral

Marcel ProustAfficher l’image
Crédits : Wikipedia
  • 1 Pierre Klossowski, Sur Proust, ouvrage publié sous la direction de Luc Lagarde, Paris, Serge Safran (...)
  • 2 P. Klossowski, Sur Proust, op. cit., p. 64.

1Après avoir retracé à grands traits l’histoire du roman dans ses rapports avec la mémoire depuis Senancour et Chateaubriand, Pierre Klossowski, dans un manuscrit sur Proust, définit À la recherche du temps perdu comme une « imitation volontaire de la mémoire involontaire », imitation par l’écriture de « l’aller venir de la réminiscence et de l’oubli » et ainsi « mise à l’épreuve du lecteur »1. Avant Proust, écrit-il, l’originalité de Flaubert aurait consisté, dans L’Éducation sentimentale, à « situer la conclusion dans le point de départ » du récit. L’auteur de la Recherche aurait transformé cette « technique » en « thème » de l’œuvre2.

  • 3 Marie-Astrid Charlier, « Vertiges et vestiges. Histoire, récit, mémoire dans L’Éducation sentimenta (...)
  • 4 Christophe Ippolito, Narrative Memory in Flaubert’s Works, New York, Peter Lang, coll. « Currents i (...)
  • 5 Isabelle Daunais, Les Grandes disparitions. Essai sur la mémoire du roman, Saint-Denis, Presses uni (...)
  • 6 Ibid., p. 42.
  • 7 C. Ippolito, op. cit., p. 29.
  • 8 « Ils l’avaient manquée tous les deux [leur vie], celui qui avait rêvé l’amour, celui qui avait rêv (...)
  • 9 C. Ippolito, chap. VI : « Subtexts as Implicit Elements of Narrative Memory » (p. 167-212), en part (...)
  • 10 M.-A. Charlier, « Vertiges et vestiges. Histoire, récit, mémoire dans L’Éducation sentimentale », a (...)

2La mémoire – involontaire – étant effectivement le thème primordial d’À la recherche du temps perdu, l’enjeu de la conclusion du roman apparaît clairement comme la communication de l’expérience du héros-narrateur au lecteur. Dans le cas de L’Éducation sentimentale, l’enjeu de la remémoration finale est moins clair. Les travaux sur le sujet insistent sur le « trouble de la mémoire »3 ou l’effet de « désorientation »4 du lecteur. Isabelle Daunais, dans Les Grandes disparitions, a analysé la « correction du réel qu’apporte ce souvenir », « dévastateur et ironique », ramenant le personnage « à son point de départ »5 ; expérience à la fois ordinaire et incommunicable dans la mesure où « [t]outes les existences se composent de tels souvenirs, heureux ou malheureux, qui n’ont de sens que parce qu’ils appartiennent à la vie privée et lointaine, et donnent à ceux qui se les remémorent le sentiment que leur expérience du monde est unique et singulière »6. Selon Christophe Ippolito, le lecteur risque de ne pas reconnaître le contenu d’une lecture linéaire dans les souvenirs évoqués par les personnages à la fin du roman. Pour autant, il est invité à participer activement à cette remémoration et c’est comme si le héros, changeant de point de vue, devenait enfin un bon lecteur de lui-même7. La lecture linéaire est remise en cause au profit d’une exploration non chronologique du texte, qui met en évidence les « dessous » et le « sous-texte » de l’œuvre. La notion de « ligne », qui émerge dans la conversation entre Frédéric et Deslauriers8, apparaît finalement comme l’enjeu principal de cette interprétation9. Marie-Astrid Charlier rattache quant à elle le souvenir final à un thème plus large que celui de la seule mémoire qui, à travers certains motifs en apparence anodins, articule différents niveaux de temporalité : « Les différences s’estompent et les nuances s’émoussent entre les époques, les personnages, “les fonds” et les “premiers plans” parce que séquences et objets circulent des uns aux autres, participant ainsi au développement d’un récit qui fonctionne essentiellement sur l’analogie, par re-présentation et recréation mémorielles. »10

  • 11 Guillaume Perrier, La Mémoire du lecteur. Essai sur Albertine disparue et Le Temps retrouvé, Paris, (...)

3Il ne s’agit pas de parcourir encore une fois le réseau des souvenirs de lecture possibles, mais d’ajouter une note à ces réflexions riches et variées, somme toute convergentes, en nous appuyant sur l’expérience d’une étude de la même problématique appliquée au roman de Proust11 et en nous limitant à une catégorie de souvenirs.

  • 12 Peter Graf et Daniel L. Schacter, « Implicit and Explicit Memory for New Associations in Normal and (...)
  • 13 La mémoire du texte lu, dans la terminologie de Michel Charles (Introduction à l’étude des textes, (...)
  • 14 Soit les analepses répétitives, dans la terminologie de Gérard Genette (Figures III, Paris, Seuil, (...)

4Dans l’étude d’un problème aussi vaste et complexe que celui de la mémoire romanesque, il peut être utile d’examiner ce qui en constitue pour ainsi dire les prémisses : la mémoire explicite12, contextuelle13, en particulier les rappels narratifs14, dans leur manifestation linguistique et énonciative. En effet, accorder une place prééminente à la mémoire implicite risquerait d’annihiler ici la problématique en conduisant à une analyse des échos, résonances et autres analogies, comme n’importe quelle étude peut être amenée à le faire dans sa perspective propre. La mémoire explicite est une mémoire commune, nécessaire, une structure à l’intérieur de laquelle se déploie le libre jeu des souvenirs individuels, possibles.

5Dans L’Éducation sentimentale, presque tous les rappels narratifs passent par le héros. C’est avant tout le héros qui se souvient et le lecteur à travers lui. Contrairement au narrateur proustien ou balzacien, le narrateur flaubertien ne sollicite pas directement la mémoire du lecteur sans passer par l’intermédiaire du personnage.

  • 15 Rappel de : « Frédéric se trouvait auprès d’un jeune homme blond, à figure avenante, et portant mou (...)

6Les exceptions sont rares et peu significatives. « Tu ne nous reconnais pas ? dit Hussonnet. / C’était le nom du jeune homme à moustaches » (I, 4, p. 83)15. Le nom de Hussonnet n’est pas prononcé dans le dialogue et l’identification du personnage s’adresse exclusivement au lecteur – le nom, pour le lecteur, semble ici l’équivalent du visage, pour le personnage. Le fait de différer la mention du nom de Hussonnet plonge le lecteur dans la même incertitude que les personnages qui voient apparaître de nouveaux visages et entrent en relation avec des inconnus, dans une situation confuse.

  • 16 Rappel de tout ce qui précède (I, 1, p. 41-52).
  • 17 Rappel de : « Une négresse, coiffée d’un foulard, se présenta, en tenant par la main une petite fil (...)
  • 18 Rappel du premier portrait de Mme Arnoux (I, 1, p. 47).
  • 19 Rappel de ladite scène, p. 75-76 (la Vatnaz).
  • 20 Rappel du premier chapitre, en particulier de : « […] une petite fille, déjà grande » (I, 1, p. 48, (...)
  • 21 Quand Frédéric apprend la peinture chez Pellerin ; rappel imprécis des évocations antérieures de Mm (...)
  • 22 Le contenu du souvenir n’est pas précisé, puis il est nié, mais le contexte immédiat permet de dire (...)
  • 23 Rappel de : « On se console des femmes vertueuses avec les autres. Veux-tu que je t’en fasse connaî (...)
  • 24 Quand Frédéric retourne à Paris, après avoir touché son héritage, et qu’il cherche désespérément Re (...)
  • 25 Pendant le bal chez Rosanette. Rappel, en premier lieu (avant un rappel général de la fréquentation (...)
  • 26 Rappel de : « Puis on déplora l’immoralité des domestiques, à propos d’un vol commis par un valet d (...)
  • 27 Rappel probable de la promenade aux Champs-Élysées, peu après l’arrivée du héros à Paris : « Des fe (...)
  • 28 Rappel de : « Un industriel, ancien carbonaro, tâcha de lui démontrer que les d’Orléans étaient une (...)
  • 29 Rappel de la première rencontre (I, 1, p. 47). Voir M.-A. Charlier, « Tout son voyage… », art. cit. (...)
  • 30 Lors de la vente aux enchères des biens des Arnoux.
  • 31 Rappel de : « il y avait, contre la pendule, un coffret à fermoirs d’argent » (I, 4, p. 102) ; « El (...)
  • 32 Rappel global sans antécédent précis.

7Au contraire, on compte plusieurs dizaines de rappels narratifs qui sont des souvenirs de Frédéric et qui apportent un étayage considérable à la mémoire du lecteur. Une simple liste permettra de se faire une idée du procédé et de ses principales caractéristiques : « tout son voyage lui revenait à la mémoire » (I, 1, p. 53)16 ; « Une négresse, qu’il croisa un jour dans les Tuileries tenant une petite fille par la main, lui rappela la négresse de Mme Arnoux »17 ; « de vagues ressemblances amenaient à sa mémoire Mme Arnoux » (I, 3, p. 73)18 ; « C’était la femme entrevue, l’été dernier, au Palais-Royal » (I, 4, p. 90)19 ; « [Mlle Marthe] avait beaucoup grandi depuis le voyage de Montereau » (I, 4, p. 102)20 ; « il retrouvait au fond de chaque idée le souvenir de Mme Arnoux » (I, 5, p. 114)21 ; « des images charmantes défilaient dans sa mémoire, devant ses yeux plutôt » (I, 5, p. 128)22 ; « Le conseil de Deslauriers vint à sa mémoire » (I, 5, p. 145)23 ; « puis tous les noms des cafés qu’il avait entendu prononcer par cet imbécile jaillirent de sa mémoire, à la fois, comme les mille pièces d’un feu d’artifice » (II, 1, p. 85)24 ; « Frédéric leva les yeux : c’était le lustre en vieux saxe qui ornait la boutique de l’Art industriel ; le souvenir des anciens jours passa dans sa mémoire » (II, 1, p. 197)25 ; telle « récrimination » de Rosanette contre ses domestiques « lui rappelait trop les autres, et établissait entre les deux maisons une sorte d’égalité fâcheuse » (II, 2, p. 219, voir n. 2)26 ; « Alors, Frédéric se rappela les jours déjà loin où il enviait l’inexprimable bonheur de se trouver dans une ces voitures, à côté d’une de ces femmes » (II, 4, p. 322)27 ; « les convives arrivèrent : d’abord M. Paul de Grémonville, le diplomate entrevu au bal ; puis Fumichon, cet industriel dont le dévouement conservateur l’avait un soir scandalisé » (III, 2, p. 505)28 ; « Frédéric, immobile dans l’autre fauteuil, pensait à Mme Arnoux. / Elle était en chemin de fer […] ou bien sur le pont d’un bateau à vapeur, comme la première fois qu’il l’avait rencontrée » (III, 5, p. 600)29 ; « Il reconnut immédiatement les deux étagères de l’Art industriel, sa table à ouvrage, tous ses meubles ! » (III, 5, p. 607)30 ; « On posa devant les brocanteurs un petit coffret avec des médaillons, des angles et des fermoirs d’argent, le même qu’il avait vu au premier dîner dans la rue de Choiseul, qui ensuite avait été chez Rosanette, était revenu chez Mme Arnoux ; souvent, pendant leurs conversations, ses yeux le rencontraient ; il était lié à ses souvenirs les plus chers » (III, 5, p. 609)31 ; « Il fréquenta le monde, et il eut d’autres amours encore. Mais le souvenir continuel du premier les lui rendait insipides » (III, 6, p. 615)32.

  • 33 Voir infra certaines exceptions, qui peuvent se rattacher à la remémoration finale. Citons ici une (...)

8Notons que, dans cette série de rappels, le substantif « mémoire » est sensiblement prédominant sur les verbes « se rappeler », « se souvenir », « reconnaître ». Le souvenir semble ainsi, plutôt qu’un fait parmi d’autres dans la continuité du récit, une expérience qui ouvre un espace de pensée, où le lecteur pénètre à la suite du personnage. Les souvenirs embrassent une gamme très large d’antécédents, vagues ou précis, proches ou lointains, subjectifs ou objectifs. Mais ils surgissent tous de la pensée de Frédéric, plutôt que de sa parole, de celle d’un autre personnage ou de la voix narrative33. Ils concernent directement ou indirectement ses relations amoureuses, voire mondaines, en majorité sa relation avec Mme Arnoux. Notons que la dimension historique et politique de l’expérience de Frédéric est totalement absente de ces rappels.

  • 34 Au sens narratologique que G. Genette a donné à ces deux termes : Figures III, op. cit., p. 89-90.
  • 35 La dimension essentiellement dialogique, sociale au sens premier, sera à la base du travail de Maur (...)

9Ceux des deux derniers chapitres méritent une place à part pour quatre raisons : leur fréquence, leur ampleur et leur portée34, mais aussi leur caractère énonciatif, dialogique en l’occurrence35, exception faite du souvenir cité à la fin de la liste précédente. Il s’agit d’une mémoire partagée, à plus d’un titre, avec Mme Arnoux d’une part, avec Deslauriers d’autre part. Après l’ellipse de plus de quinze ans, donc :

  • 36 Rappel de : « Mme Arnoux, se croyant seule, s’amusait à chanter. Elle faisait des gammes, des trill (...)
  • 37 Rappel de l’apparition de Mme Arnoux dans cette scène (I, 6, p. 151).

Ils se racontèrent leurs anciens jours, les dîners du temps de l’Art industriel, les manies d’Arnoux, sa façon de tirer les pointes de son faux col, d’écraser du cosmétique sur ses moustaches, d’autres choses plus intimes et plus profondes. Quel ravissement il avait eu la première fois, en l’entendant chanter36 ! Comme elle était belle, le jour de sa fête, à Saint-Cloud37 ! Il lui rappela le petit jardin d’Auteuil, des soirs au théâtre, une rencontre sur le boulevard, d’anciens domestiques, sa négresse (III, 6, p. 617).

  • 38 Souvenir interdit, c’est-à-dire impossible à partager, à cette étape de leur relation et qui plus e (...)
  • 39 Rappel pour le lecteur (I, 2, p. 59-60).

10La réaction de Mme Arnoux justifie, d’une certaine manière, la primauté accordée par le narrateur au personnage de Frédéric dans la formulation des rappels : « Elle s’étonnait de sa mémoire. » La sienne est moins précise, d’un flou poétique : « Cependant, elle lui dit : – Quelquefois, vos paroles me reviennent comme un écho lointain, comme le son d’une cloche apporté par le vent ; et il me semble que vous êtes là, quand je lis des passages d’amour dans les livres » (III, 6, p. 617-618). On peut rattacher à cette mémoire dialogique trois rappels antérieurs. Le premier est négatif, dans la mesure où il se heurte à une sorte de refus : « – Voilà une jeune personne qui est devenue bien grande depuis trois ans ! – Vous rappelez-vous, mademoiselle, quand vous dormiez sur mes genoux, dans la voiture ? – Marthe ne se rappelait pas. –Un soir, en revenant de Saint-Cloud ? / Mme Arnoux eut un regard singulièrement triste. Était-ce pour défendre toute allusion à leur souvenir commun ? » (II, 2, p. 227)38. Les deux suivants sont positifs et anticipent la remémoration finale : « Il lui conta ses mélancolies au collège39, et comment dans son ciel poétique resplendissait un visage de femme, si bien qu’en la voyant, il l’avait reconnue. Ces discours n’embrassaient, d’habitude, que les années de leur fréquentation. Il lui rappelait d’insignifiants détails, la couleur de sa robe à telle époque, quelle personne un jour était survenue, ce qu’elle avait dit une autre fois ; et elle répondait tout émerveillée : – Oui, je me rappelle ! » (II, 4, p. 405). « Et il lui rappela qu’une fois ils étaient sortis ensemble, par un crépuscule d’hiver, un temps de brouillard. Tout cela était bien loin, maintenant ! » (II, 6, p. 409). Notons que Frédéric était déjà l’initiateur du rappel, son énonciateur et le sujet de « rappeler ».

  • 40 Rappel pour le lecteur (II, 5, p. 372-373).
  • 41 Même rappel que dans le chapitre précédent, mais cette fois, partagé et plus fidèle (I, 2, p. 59-60 (...)
  • 42 « Te rappelles-tu ? » est préféré à « te souviens-tu – répété » qui apparaissait dans la toute prem (...)
  • 43 P. M. Wetherill insiste sur l’ « activité commune » de la mémoire et « l’anonymat total » du souven (...)

11La tonalité des retrouvailles avec Deslauriers est moins romantique : « Deslauriers ne cacha pas qu’il avait profité de son désespoir pour s’en assurer par lui-même [que Rosanette avait beaucoup grossi]. – Comme tu me l’avais permis, du reste. / Cet aveu était une compensation au silence qu’il gardait touchant sa tentative près de Mme Arnoux40. Frédéric l’eût pardonné, puisqu’elle n’avait pas réussi » (III, 7, p. 623). « Et ils résumèrent leur vie » (III, 7, p. 624). « Frédéric reprit : – Ce n’est pas là ce que nous croyions devenir autrefois, à Sens, quand tu voulais faire une histoire critique de la Philosophie, et moi, un grand roman moyen âge sur Nogent […]. Te rappelles-tu ? / Et, exhumant leur jeunesse, à chaque phrase, ils se disaient : – Te rappelles-tu ? / Ils revoyaient la cour du collège, la chapelle, le parloir, la salle d’armes au bas de l’escalier […] – puis une terrible ribote, en promenade, leurs premières pipes fumées, les distributions des prix, la joie des vacances » (III, 7, p. 624-625)41. La répétition de la question42 et le sujet commun, pluriel, de « revoir », mieux que celui de « se raconter » dans le chapitre précédent, témoignent d’une mémoire réellement partagée par les deux personnages masculins43, plus précise encore que le récit premier de la même expérience.

  • 44 Ibid., p. 44, 58. Il s’agit de la version L.
  • 45 « L’évolution du texte passe donc, il me semble, par deux stades distincts. Il supprime dans un pre (...)

12Le dernier souvenir est introduit de manière elliptique, ce qui n’en fait pas un rappel à proprement parler. Nous l’intégrons à cette analyse, non seulement parce qu’il appartient à la même série de souvenirs mais parce qu’il témoigne, comme nous allons le voir, d’une stratégie délibérée de la part de l’écrivain, au terme d’une hésitation entre mémoire explicite et mémoire implicite. Dans la continuité du dialogue entre les deux personnages, ce souvenir apparaît avec les mêmes critères de précision et de réciprocité que les rappels qui précèdent : « C’était pendant celles [les vacances] de 1837 qu’ils avaient été chez la Turque. / […] C’est là ce que nous avons eu de meilleur ! dit Frédéric – Oui, peut-être bien ? C’est là ce que nous avons eu de meilleur ! dit Deslauriers » (III, 7, p. 625-626). La question – déjà posée dans diverses perspectives interprétatives – est de savoir si le lecteur peut se souvenir des deux allusions au même événement, éloignées de plus de cinq cents pages – sept cent cinquante dans l’édition originale. La première, très brève, renvoyait à l’opinion de la mère du héros sur Deslauriers : « Le jeune homme déplut à Mme Moreau. […] enfin, elle crut savoir qu’il avait conduit son fils dans des lieux déshonnêtes » (I, 2, p. 60). La seconde, plus développée, quoique qualifiée d’« allusions » par le narrateur, consistait déjà en un échange verbal entre les deux amis, lors de leurs premières retrouvailles : « Cependant à vingt toises des ponts, sur la rive gauche, une lumière brillait dans la lucarne d’une maison basse. / Deslauriers l’aperçut. Alors, il dit emphatiquement, tout en retirant son chapeau : / – Vénus, reine des cieux, serviteur ! Mais la Pénurie est la mère de la Sagesse. Nous a-t-on assez calomniés pour ça, miséricorde ! / Cette allusion à une aventure commune les mit en joie. Ils riaient très haut, dans les rues » (I, 2, p. 65-66). Ce dédoublement de l’antécédent, malgré son caractère éloigné et allusif, contient en lui-même une certaine élaboration temporelle qui semble s’opposer à l’oubli définitif, comme le suggère une version tardive du manuscrit : « Cela fit une <grande> histoire qui n’était pas oubliée <en marge : trois ans après> »44 . Mais cette « allusion » n’est pas aussi développée dans le texte publié45.

  • 46 Ibid., p. 38, 47-48 (version E).
  • 47 Ibid., p. 38-39, 58-59 (versions D et H). « Flaubert, au départ, semble vouloir préciser les dimens (...)

13Notre hypothèse est que la mémoire du lecteur n’est pas une faculté naturelle, extérieure au processus de lecture. L’auteur ne compte pas sur les facultés données a priori à ses différents lecteurs. C’est lui qui crée la mémoire de son lecteur, de manière artificielle. Il lui demande quelque chose et il l’obtient, du moment que celui-ci lit le livre sans en perdre le fil. Les manuscrits témoignent du fait que Flaubert a envisagé deux manières de s’adresser à la mémoire de son lecteur – deux manières de façonner cette mémoire, si l’on suit notre hypothèse – l’une explicite, l’autre implicite. La première fait de l’ultime souvenir un rappel à proprement parler, introduit de la même manière que les précédents : « Te rappelles-tu la Turque ? »46 L’écrivain a même envisagé de rappeler le rappel en tant que tel : « anecdote à laquelle il est fait allusion au premier chapitre », puis dans une version ultérieure « <adjonction marginale : rappeler qu’il en a été question au premier chapitre> »47. Le texte publié, quant à lui, ne laisse pas entendre que le souvenir a déjà été évoqué. Il coupe le fil de la mémoire explicite et y attache le fil de la mémoire implicite. Le lecteur est invité à dérouler ce fil, après la remémoration finale et même après la fin du roman, pour remonter le cours de l’existence, à la recherche du temps perdu.

  • 48 M. Charles, Introduction à l’étude des textes, op. cit., p. 86 : « la lisibilité́ sociale du texte (...)
  • 49 P. Klossowski, Sur Proust, op. cit., p. 122.
  • 50 M. Proust, À la recherche du temps perdu, op. cit., vol. IV, 1989, p. 489-490.
  • 51 Ibid., p. 445-446. Voir Jo Yoshida, « Un après-midi à Venise : autour de plusieurs textes inédits s (...)

14S’ils constituent un fil plus facile à suivre, un texte plus « lisible »48, les rappels ne forment pas pour autant une structure rigide et purement matérielle, puisqu’ils sont intimement liés, dans le roman de Flaubert, à la pensée des personnages, en particulier du héros, et finalement à leur parole. Ils sont consubstantiels aux émotions et aux réflexions qui alimentent le processus de lecture de l’œuvre romanesque. Ils représentent une « mise à l’épreuve » du lecteur et une « méthode préparatoire »49 à la remémoration authentique, pour reprendre les termes de Klossowski à propos de Proust. Dans À la recherche du temps perdu, le lecteur est invité à devenir « le propre lecteur de soi-même » et à se servir du livre comme d’un « instrument d’optique » pour lire dans sa propre vie50. Pourtant, il est impliqué pleinement dans toutes les expériences de mémoire involontaire du Temps retrouvé qui, à une exception près que l’on va voir, sont des rappels narratifs. Le lecteur de Proust peut-il réellement échapper à la remémoration du héros-narrateur et à l’interprétation que celui-ci en donne, pour explorer sa propre subjectivité ? La réminiscence de Venise, déclenchée par les « pavés inégaux »51, pourrait être, sur le plan narratif et génétique, l’équivalent du souvenir de jeunesse de Frédéric et Deslauriers. En effet, Proust a supprimé tardivement l’antécédent de cette réminiscence – la mention des dalles du baptistère de Saint-Marc – introduisant ainsi dans le rappel narratif un espace vide qui ouvre la voie à la mémoire subjective du lecteur. Mais ce souvenir n’est que le premier d’une série – serviette empesée, cuiller qui tinte, couverture de François le Champi – qui introduit la longue exégèse du narrateur.

  • 52 C’est-à-dire le plus fidèle aux déclarations de « Proust théoricien » (être « le propre lecteur de (...)

15Dans cette perspective, on peut se demander si le finale de L’Éducation sentimentale n’est pas plus proustien52 que celui de la Recherche, du fait que l’expérience de mémoire est finalement laissée à l’initiative du lecteur. Au lecteur de participer ou non au souvenir de jeunesse du héros ; au lecteur de donner à ce souvenir un sens plus profond – qui n’est pas donné par le narrateur – ; au lecteur de remonter le cours de son existence, comme celui du récit, pour en faire sa propre interprétation.

Haut de page

Notes

1 Pierre Klossowski, Sur Proust, ouvrage publié sous la direction de Luc Lagarde, Paris, Serge Safran éditeur, 2019, p. 61-62 (Senancour, Chateaubriand, Flaubert, Proust), p. 75, 82, 84 (citation). Il se trouve qu’Oberman et René sont mentionnés dans l’une des premières versions du finale de Flaubert ; voir Peter Michael Wetherill, « “C’est là ce que nous avons eu de meilleur” », dans Jean-Claude Mallet et al., Flaubert à l’œuvre, présenté par Raymonde Debray-Genette, Paris, Flammarion, coll. « Textes et manuscrits », p. 37, 46, 64.

2 P. Klossowski, Sur Proust, op. cit., p. 64.

3 Marie-Astrid Charlier, « Vertiges et vestiges. Histoire, récit, mémoire dans L’Éducation sentimentale », Flaubert. Revue critique et génétique [en ligne], n° 19, 2018, URL : http://journals.openedition.org/flaubert/2847 (consulté le 1er décembre 2018). Voir aussi : M.-A. Charlier, « “Tout son voyage lui revint à la mémoire” : autour du premier chapitre de L’Éducation sentimentale », dans Steve Murphy (dir.), Lectures de L’Éducation sentimentale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Didact Français », 2017, p. 83-96.

4 Christophe Ippolito, Narrative Memory in Flaubert’s Works, New York, Peter Lang, coll. « Currents in Comparative Romance Languages & Literatures », 2001, p. 29.

5 Isabelle Daunais, Les Grandes disparitions. Essai sur la mémoire du roman, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, coll. » L’imaginaire du texte », p. 41-42.

6 Ibid., p. 42.

7 C. Ippolito, op. cit., p. 29.

8 « Ils l’avaient manquée tous les deux [leur vie], celui qui avait rêvé l’amour, celui qui avait rêvé le pouvoir. Quelle en était la raison ? / – C’est peut-être le défaut de ligne droite, dit Frédéric. / – Pour toi, cela se peut. Moi, au contraire, j’ai péché par excès de rectitude […] » (III, 7, p. 624). Nous renvoyons directement après la citation, entre parenthèses, au numéro de partie (en chiffre romain) et au numéro de chapitre (en chiffres arabes) puis à la pagination dans à notre édition de référence : Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale [1869], édition présentée et annotée par Pierre-Marc de Biasi, Paris, Librairie générale française, coll. « Les classiques de poche », 2002.

9 C. Ippolito, chap. VI : « Subtexts as Implicit Elements of Narrative Memory » (p. 167-212), en particulier la dernière section : « The ligne Subtext in L’Éducation sentimentale » (p. 188-212). « Rereading the novel and tracing the evolution of a ligne subtext enables the reader to follow first and foremost the development of the two main characters, but also that of some of the others. In the scenarios, it appears that the Balzacian intertext presupposed at the incipit of the novel implies an interpretation of the line subtext in terms of success versus failure, which is consistent, at the level of the character, with the meaning of défaut de ligne droite as a matrix of the subtext. In this context, ambition is represented as a linear path to an idea and/or to success […] » (p. 191).

10 M.-A. Charlier, « Vertiges et vestiges. Histoire, récit, mémoire dans L’Éducation sentimentale », art. cit.

11 Guillaume Perrier, La Mémoire du lecteur. Essai sur Albertine disparue et Le Temps retrouvé, Paris, Classiques Garnier, coll. « Bibliothèque proustienne », 2012.

12 Peter Graf et Daniel L. Schacter, « Implicit and Explicit Memory for New Associations in Normal and Amnesic Subjects », Journal of Experimental Psychology. Learning, Memory and Cognition, vol. XI, n° 3, 1985, p. 501-518.

13 La mémoire du texte lu, dans la terminologie de Michel Charles (Introduction à l’étude des textes, Paris, Seuil, coll. « Poétique », 1995, p. 80) par opposition à la mémoire intertextuelle. La mémoire des autres livres du même auteur (« intratextualité externe », dans la terminologie de C. Ippolito, Narrative Memory in Flaubert’s Works, op. cit., p. 7 et n. 9) n’est pas retenue, malgré l’injonction de Flaubert à connaître un auteur « tout entier » (comme le rappelle C. Ippolito dans son introduction, ibid., p. 3) et la méthode de Proust appliquée à Ruskin (voir notamment la « Préface du traducteur », dans John Ruskin, La Bible d’Amiens, traduction, notes et préface par Marcel Proust, Paris, Mercure de France, 1904, p. 10) et à d’autres écrivains, notamment dans les réflexions du héros-narrateur de La Prisonnière sur les grands auteurs du XIXe siècle (Proust, À la recherche du temps perdu, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », sous la direction de Jean-Yves Tadié, vol. III, 1988, p. 877-883). On ne s’interdit pas les rapprochements éclairants avec d’autres ouvrages du même auteur, mais cette mémoire ne se situe pas sur le même plan et ne joue pas le même rôle dans le processus de lecture d’un livre donné. Nous distinguons la connaissance d’un auteur et la réflexion sur le processus de lecture.

14 Soit les analepses répétitives, dans la terminologie de Gérard Genette (Figures III, Paris, Seuil, coll. « Poétique », 1972, p. 95).

15 Rappel de : « Frédéric se trouvait auprès d’un jeune homme blond, à figure avenante, et portant moustache et barbiche comme un raffiné du temps de Louis XIII » (I, 4, p. 77). Les notes de notre édition de référence, situées soit à l’emplacement du rappel, soit à celui de son antécédent, soit aux deux, nous ont aidé à identifier un certain nombre de ces rappels. L’existence de ces notes est un indicateur du statut accordé à la mémoire explicite d’un point de vue éditorial. En l’occurrence, on ne peut pas dire qu’elle soit clairement distinguée de la mémoire implicite ni que son mode de traitement soit uniforme, mais elle fait l’objet d’une attention non négligeable.

16 Rappel de tout ce qui précède (I, 1, p. 41-52).

17 Rappel de : « Une négresse, coiffée d’un foulard, se présenta, en tenant par la main une petite fille, déjà grande » (I, 1, p. 48).

18 Rappel du premier portrait de Mme Arnoux (I, 1, p. 47).

19 Rappel de ladite scène, p. 75-76 (la Vatnaz).

20 Rappel du premier chapitre, en particulier de : « […] une petite fille, déjà grande » (I, 1, p. 48, déjà cité).

21 Quand Frédéric apprend la peinture chez Pellerin ; rappel imprécis des évocations antérieures de Mme Arnoux.

22 Le contenu du souvenir n’est pas précisé, puis il est nié, mais le contexte immédiat permet de dire qu’il s’agit de l’intérieur de l’appartement perçu directement, mais empli par le souvenir ou l’image de Mme Arnoux.

23 Rappel de : « On se console des femmes vertueuses avec les autres. Veux-tu que je t’en fasse connaître, des femmes. Tu n’as qu’à venir à l’Alhambra » (I, 5, p. 136).

24 Quand Frédéric retourne à Paris, après avoir touché son héritage, et qu’il cherche désespérément Regimbart pour obtenir la nouvelle adresse des Arnoux. La citation se poursuit par la liste de tous les noms de café (ironiquement, Frédéric retrouvera Regimbart dans une autre café que tous ceux dont il se souvient). Pour le lecteur, le rappel fait plutôt référence à l’évocation de l’emploi du temps de Regimbart (I, 4, p. 94) comprenant une partie seulement de ces noms de café. Le décalage entre la mémoire du lecteur est ici mineur, mais on rencontrera plus loin l’exemple d’un décalage important et significatif.

25 Pendant le bal chez Rosanette. Rappel, en premier lieu (avant un rappel général de la fréquentation du salon de l’Art industriel dans la première partie), de : « et un lustre en vieux saxe, un tapis vert sur le plancher, avec une table en marqueterie, donnaient à cet intérieur plutôt l’apparence d’un salon que d’une boutique. » (I, 3, p. 69).

26 Rappel de : « Puis on déplora l’immoralité des domestiques, à propos d’un vol commis par un valet de chambre ; et les cancans se déroulèrent » (II, 2, p 215-216, chez les Dambreuse).

27 Rappel probable de la promenade aux Champs-Élysées, peu après l’arrivée du héros à Paris : « Des femmes, nonchalamment assises, dans des calèches, et dont les voiles flottaient au vent, défilaient près de lui […] » (I, 3, p. 72-73).

28 Rappel de : « Un industriel, ancien carbonaro, tâcha de lui démontrer que les d’Orléans étaient une belle famille ; sans doute, il y avait des abus… / – Eh bien, alors ? / – Mais on ne doit pas les dire, cher Monsieur ! si vous saviez comme toutes les criailleries de l’Opposition nuisent aux affaires ! – Je me moque des affaires ! reprit Frédéric » (II, 4, p. 364).

29 Rappel de la première rencontre (I, 1, p. 47). Voir M.-A. Charlier, « Tout son voyage… », art. cit., p. 89.

30 Lors de la vente aux enchères des biens des Arnoux.

31 Rappel de : « il y avait, contre la pendule, un coffret à fermoirs d’argent » (I, 4, p. 102) ; « Elle […] prit le coffret d’argent sur la cheminée, et lui tendit une facture grande ouverte » (II, 2, p. 268, preuve de la trahison d’Arnoux envers sa femme) ; « Il y avait sur la table, entre un vase plein de cartes de visite et une écritoire, un coffret d’argent ciselé. C’était celui de Mme Arnoux ! Alors, il éprouva un attendrissement, et en même temps comme le scandale d’une profanation. Il avait envie d’y porter les mains, de l’ouvrir. Il eut peur d’être aperçu, et s’en alla » (II, 6, p. 388, chez Rosanette). Voir l’analyse détaillée de M.-A. Charlier, « Vertiges et vestiges », art. cit.

32 Rappel global sans antécédent précis.

33 Voir infra certaines exceptions, qui peuvent se rattacher à la remémoration finale. Citons ici une exception différente, un souvenir en partie implicite partagé, chacun à sa manière, par trois personnages – Frédéric, Rosanette et Cisy – : « Et la manche de sa robe, glissant un peu découvrit, à son poignet gauche, un bracelet orné de trois opales. / Frédéric l’aperçut. / – Tiens ! mais… / Ils se considérèrent tous les trois, et rougirent » (II, 4, p. 327-328, voir n. 1). Rappel de : « […] dans la rue de la Paix, elle s’arrêta, devant la boutique d’un orfèvre, à considérer un bracelet ; Frédéric voulut lui en faire cadeau. / – Non, dit-elle, garde ton argent. / Il fut blessé de cette parole » (II, 2, p. 249, voir n. 1).

34 Au sens narratologique que G. Genette a donné à ces deux termes : Figures III, op. cit., p. 89-90.

35 La dimension essentiellement dialogique, sociale au sens premier, sera à la base du travail de Maurice Halbwachs sur la mémoire collective. Voir M. Halbwachs, Les Cadres sociaux de la mémoire [1925], Paris, Albin Michel, coll. « Bibliothèque de l’évolution de l’humanité », 1994, p. VI.

36 Rappel de : « Mme Arnoux, se croyant seule, s’amusait à chanter. Elle faisait des gammes, des trilles, des arpèges. Il y avait de longues notes qui semblaient se tenir suspendues ; d’autres tombaient précipitées, comme les gouttelettes d’une cascade ; et sa voix, passant par la jalousie, coupait le grand silence, et montait vers le ciel bleu » (I, 5, p. 151).

37 Rappel de l’apparition de Mme Arnoux dans cette scène (I, 6, p. 151).

38 Souvenir interdit, c’est-à-dire impossible à partager, à cette étape de leur relation et qui plus est en présence de Marthe. Rappel de : « La voiture roulait, et les chèvrefeuilles et les seringas débordant les clôtures des jardins, envoyaient dans la nuit des bouffées d’odeurs amollissantes. Les plis nombreux de sa robe couvraient ses pieds. Il lui semblait communiquer avec toute sa personne par ce corps d’enfant étendu entre eux. Il se pencha vers la petite fille, et, écartant, ses jolis cheveux bruns, la baisa au front, doucement. – Vous êtes bon ! dit Mme Arnoux » (I, 5, p. 157).

39 Rappel pour le lecteur (I, 2, p. 59-60).

40 Rappel pour le lecteur (II, 5, p. 372-373).

41 Même rappel que dans le chapitre précédent, mais cette fois, partagé et plus fidèle (I, 2, p. 59-60).

42 « Te rappelles-tu ? » est préféré à « te souviens-tu – répété » qui apparaissait dans la toute première version manuscrite ; voir P. M. Wetherill, « “C’est là ce que nous avons eu de meilleur” », art. cit., p. 37, 47. P. M. Wetherill identifie quatre « scénarios » (classés de la lettre A à la lettre D) et neuf « brouillons » (de E à M). Il s’agit ici de la version A.

43 P. M. Wetherill insiste sur l’ « activité commune » de la mémoire et « l’anonymat total » du souvenir qui en résulte » (ibid., p. 66).

44 Ibid., p. 44, 58. Il s’agit de la version L.

45 « L’évolution du texte passe donc, il me semble, par deux stades distincts. Il supprime dans un premier temps le renvoi “balzacien”, ce qui amène un changement de régime au niveau de la lecture. Ensuite, il réduit au minimum l’allusion de la p. 52 [65-66]. […] le résultat de ce travail est d’abord de rendre indispensable la participation du lecteur à la signification de l’anecdote, et ensuite de rendre cette participation tout à fait inopérante ! », toujours selon P. M. Wetherill (ibid., p. 60). « Ce n’est donc pas le seul protagoniste qui est l’objet de la corrosion ironique du texte, c’est le lecteur aussi… » (ibid., p. 61).

46 Ibid., p. 38, 47-48 (version E).

47 Ibid., p. 38-39, 58-59 (versions D et H). « Flaubert, au départ, semble vouloir préciser les dimensions textuelles de son roman, et cela même dans ses rapports avec ses lecteurs (“rappeler” montre qu’on n’a pas affaire à une simple indication technique). […] Le lecteur est invité à parcourir le roman en suivant le guide incorporé dont tout roman traditionnel s’accompagne. Éliminer cette indication, c’est donc, en premier lieu, supprimer délibérément les résonances balzaciennes du texte », explique P. M. Wetherill (ibid., p. 59).

48 M. Charles, Introduction à l’étude des textes, op. cit., p. 86 : « la lisibilité́ sociale du texte est assurée par la mémoire contextuelle ; tout l’appareil des mémoires pragmatique et intertextuelle mis en jeu dans les arts de la mémoire lui fait obstacle, ancrant le discours dans les souvenirs, les affects, l’imaginaire d’un sujet individuel. »

49 P. Klossowski, Sur Proust, op. cit., p. 122.

50 M. Proust, À la recherche du temps perdu, op. cit., vol. IV, 1989, p. 489-490.

51 Ibid., p. 445-446. Voir Jo Yoshida, « Un après-midi à Venise : autour de plusieurs textes inédits sur la basilique Saint-Marc », Cahiers Marcel Proust 14, Paris, Gallimard, 1987, p. 181 ; Nathalie Mauriac Dyer, Proust inachevé. Le dossier « Albertine disparue », Paris, Honoré Champion, coll. « Recherches proustiennes », 2005, p. 75. Au-delà de Venise, c’est le souvenir de la mère, qui accompagne le héros lors de cette visite, et dont cette scène est le « tombeau », qui est en jeu.

52 C’est-à-dire le plus fidèle aux déclarations de « Proust théoricien » (être « le propre lecteur de soi-même », se servir du livre comme d’un « instrument d’optique ») qu’à la pratique de « Proust romancier », dans la terminologie de Vincent Descombes (Proust. Philosophie du roman, Paris, Minuit, coll. « Critique », 1987).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Perrier, « Note sur la mémoire du lecteur de L’Éducation sentimentale », Flaubert [En ligne], 22 | 2019, mis en ligne le 16 décembre 2019, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/flaubert/3921

Haut de page