Navigation – Plan du site

Flaubert voyageur : mode d’emploi

Gersende Plissonneau
Référence(s) :

Flaubert voyageur, Éric Le Calvez (dir.), « Rencontres », Classiques Garnier, Paris, 2019, 359 p.

Texte intégral

  • 1 Le premier voyage dans les Pyrénées, le Midi et en Corse date de 1840 ; le second est un voyage en (...)

1Le Flaubert voyageur dirigé par Éric Le Calvez repose à la fois sur la diversité des voyages de l’auteur et sur l’importance qu’ils ont pu revêtir pour son œuvre. Tout en retraçant la chronologie des principaux voyages1, la préface rappelle les distances prises avec le récit de voyage romantique, et certaines caractéristiques de l’écriture viatique pratiquée par Flaubert (rapidité, effet du lieu sur le voyageur). Outre les cinq voyages considérés, d’autres ont pu avoir lieu en lien avec la rédaction de L’Éducation sentimentale, de Bouvard et Pécuchet et d’Un Cœur simple. De plus, ces déplacements de proximité au cours desquels des notes sont prises relèvent, comme les lectures, du documentaire qui vient nourrir la genèse de l’œuvre fictionnelle.

2Situé dans une partie intitulée « Prolégomènes », le texte de Thierry Poyet « Politique(s) du voyage » vient compléter l’entrée dans l’ouvrage par la mise en évidence de contradictions majeures propres au voyage flaubertien : vouloir et ne pas vouloir quitter Rouen, fuir le moi pour le retrouver, fuir le Bourgeois pour finir par le rechercher. L’exploration de ces enjeux complexes du voyage s’oriente dans trois directions : même si, comme d’autres à sa génération, il tire un « amer savoir » du voyage, Flaubert se détache de ce qui peut intéresser les autres voyageurs ; sa pratique de l’écriture viatique est marquée par la subjectivité et par un relatif inachèvement ; enfin, le voyage nourrit la création littéraire.

3Après ces deux étapes introductives, l’ouvrage s’organise en trois parties : les deux premières distinguent ce qui a trait aux premiers voyages de ce qui relève plus spécifiquement du voyage en Orient ; la troisième aborde les héritages littéraires de ces différents voyages, fussent-ils lointains et orientaux ou plus proches. À titre d’exemple, pour ce qui est des premiers voyages, le chapitre d’Alexandre Bonafos « Vider tous les horizons » prend en compte les trois voyages qui se sont déroulés entre 1840 et 1847 alors que celui d’Abbey Carrico intitulé « La vaporosité de l’imagination » porte sur le premier d’entre eux à partir du texte de Pyrénées-Corse et que celui de Jeffrey Thomas ne considère qu’une étape de ce premier voyage, la découverte de la Provence (Pont du Gard, arènes de Nîmes).

4Au fil des chapitres, différentes démarches critiques sont adoptées. Jeffrey Thomas propose des analyses stylistiques dans le chapitre « Flaubert aux arènes ». Khalid Lyamlahy montre, pour sa part, combien La Préparation du roman de Barthes peut s’avérer éclairante pour lire Voyage en Italie en tant que matrice romanesque. Les liens étroits entre voyage et écriture sont aussi particulièrement envisagés dans les chapitres écrits par Stéphanie Dord-Crouslé, Nathalie Petitbon et Ôphélia Claudel.

5En ce qui concerne le voyage en Orient, Lúcia Amaral de Oliveira Ribeiro compare les notes et carnets flaubertiens à ceux d’autres écrivains et peintres voyageurs français du XIXe siècle et Asmaa El Meknassi prend elle aussi le parti d’une comparaison avec d’autres écrivains voyageurs. Catherine Thomas-Ripault se concentre sur l’écriture de l’intime dans les lettres d’Orient. Pour finir, Rosa Maria Palermo et Stella Mangiapane privilégient une approche génétique.

6Pour rendre compte de notre lecture, nous cheminerons librement dans l’ouvrage en nous demandant si l’on entend, dans certains de ces chapitres, comme un « Je hais les voyages et les voyageurs  » flaubertien puis dans quelle mesure et de quelle manière il s’agit, pour Flaubert d’écrire le voyage ou bien davantage de voyager pour écrire.

« Je hais les voyages et les voyageurs » ?

7Alexandre Bonafos signale que, dès les premiers voyages, l’expérience viatique passe par le refus des itinéraires balisés et que Flaubert se moque de la présence envahissante de « touristes en goguette » (p. 54). Il se manifeste plutôt alors une « tentation des horizons » (p. 59), que ces derniers soient échappée dans l’espace comme le rêve d’envolée né face au pic de la Maladeta ou mouvement vers le passé tel que l’attention portée au caractère ancestral du peuple des campagnes en Bretagne.

8Dans le même ordre d’idées, Stéphanie Dord-Crouslé explique, au sujet du voyage en Orient, que Flaubert fustige le tourisme apparu au dix-neuvième siècle mais le pratique et en « reproduit certains travers » (p. 207). Cependant, Asmaa El Meknassi précise que le voyage correspond à un moment « d’ouverture à l’autre et à l’ailleurs » (p. 164). L’Orient est alors envisagé notamment comme le berceau des religions révélées. D’après l’étude de Vesna Elez, Flaubert, qui écrit dans une lettre adressée à sa mère qu’il veut voyager comme les gens du pays, remarque aussi, avec mélancolie, l’odeur de mort qui règne dans un cimetière chrétien ou l’absence de démarcation entre les cimetières et le reste de l’espace urbain oriental ; il est frappé par le caractère inauthentique dû à l’influence occidentale (p. 198). Martine Breuillot relève l’intérêt porté à des « traits d’altérité évocateurs d’une culture différente » (p. 224) comme les bijoux ou les broderies vus en en Grèce tandis que Nathalie Petibon s’attache à la découverte en Italie d’une réalité autre que celle qui est déjà connue du jeune romantique déçu que peut être Flaubert lors de son premier séjour dans ce pays.

9Étant et n’étant pas au fil de ses différents voyages un touriste, Flaubert évite le piège de l’ethnocentrisme comme le rappelle Moulay Youssef Soussou à partir d’une analyse de Pierre-Marc de Biasi.

Voyager et écrire

10Contrairement à ce qui se passe pour Chateaubriand ou pour Lamartine, Vesna Elez estime que le voyage n’est pas, pour Flaubert, un pèlerinage romantique. Asma El Maknassi insiste également sur les différences qui le séparent de ces deux écrivains voyageurs auxquels elle adjoint Nerval. Chateaubriand se présente comme « le dernier des croisés » dans Itinéraire de Paris à Jérusalem alors que le voyage est pour Nerval une question de vie ou de mort.

11Par ailleurs, l’enregistrement sur le vif peut se révéler fastidieux : lors du premier voyage de 1840, la description vient faire « obstacle à la sensation vécue » (p. 67) ainsi que l’indique Alexandre Bonafos. L’écriture viatique est donc souvent fragmentaire : Abbey Carrico estime que, dans Pyrénées-Corse, Flaubert « tente de trouver une nouvelle façon de s’exprimer, autre que celle des annotations épuisantes, ce qui laisse entrer en scène l’interprétation imaginative impressionnée de prime abord par son milieu » (p. 77). Nathalie Petitbon pointe, quant à elle, le caractère très hétérogène du premier carnet de voyage en Italie : on y trouve « des descriptions de lieu », « de personnes », « d’œuvres d’art », « des commentaires personnels » et autres « récits de rêves » (p. 243). « Mais le tout est généralement vif, entrecoupé de tirets plutôt que de points finaux, le mouvement du voyage empêchant de s’étendre outre mesure et apportant constamment son lot de nouveautés. » (ibid.)

12Cette écriture viatique peut aussi être extrêmement précise : cela est notamment le cas pour les notes prises lors du voyage en Tunisie et Algérie entrepris en 1858 pendant la rédaction de Salammbô. Ôphélia Claudel compare la technique de Flaubert arpentant les ruines antiques à celle d’un archéologue (p. 287). « Les phrases scandées par les points virgules […] plantent le décor » ; « l’ellipse des articles donne l’impression d’embrasser la scène dans son ensemble » (p. 288).

13En outre, pour Lúcia Amaral de Oliveira Ribeiro, les notes prises lors du voyage en Orient se rapprochent de la peinture. On retiendra entre autres la comparaison avec Delacroix chez qui les tableaux font récit là où les descriptions flaubertiennes se font tableaux (les textes se soucient de la représentation des plans, des nuances de couleurs). Flaubert se livre à des emprunts esthétiques et plastiques à d’autres peintres et écrivains voyageurs.

14Enfin, « la relation de voyage dans les lettres d’Orient » constitue « une écriture de l’intime ». Catherine Thomas-Ripault analyse la manière dont Flaubert se démarque des modèles préconstruits du genre viatique : il « laisse ainsi au destinataire de ses lettres de voyage une place fondamentale » (p. 180). L’écriture épistolaire, « loin d’être la réitération de passages obligés et de descriptions convenues, participe de l’expérience même du voyage » (p. 182).

15Pour autant, il n’est pas nécessairement impossible d’élaborer un récit de voyage à l’intention d’un lecteur. Après avoir rappelé que « la rédaction du récit est majoritairement ultérieure aux haltes du voyage » (p. 86) dans le cas de Pyrénées-Corse, Jeffrey Thomas étudie la manière dont Flaubert s’emploie à nous faire découvrir les lieux visités en recréant une expérience du passé : rendant compte de son passage à Nîmes et Arles, Flaubert nous entraîne dans « une visite guidée au cours des combats de gladiateurs » (p. 93). Selon Alexandre Bonafos, les sensations éprouvées lors du voyage ont été enregistrées et « les descriptions auxquelles elles donnent naissance […] les capturent et les rehaussent » (p. 68) dans Par les champs et les grèves.

16Parallèlement à ces écritures du voyage, qu’elles aient lieu sur le vif ou a posteriori, l’expérience du voyage est aussi intimement liée chez Flaubert à la création littéraire, aux livres à écrire ou en cours de rédaction, à la question de l’impersonnalité ou à la double logique d’un voyage documentaire s’effectuant à la fois dans les livres et in situ.

Voyager : une invitation à l’écriture

17En premier lieu, différents chapitres abordent les liens complexes entre l’écriture et le voyage ; en effet, comme l’écrit Stéphanie Dord-Crouslé, « (p)aradoxalement, c’est sans doute parce que Flaubert s’est refusé à rédiger un “ voyage en Orient ” qu’il a pu ensuite inventer un nouveau mode d’écriture qui tend à retranscrire et à importer en littérature la manière dont il a voyagé, de façon particulièrement décisive, en Orient. » (p. 213) L’objet du voyage étant « d’accueillir voire de recueillir le monde » (p. 211), un nouveau projet d’écriture peut se faire jour : c’est à l’issue de ce voyage que commence la rédaction de Madame Bovary. Pour Flaubert, comme pour Barthes, l’expérience du voyage serait, comme l’affirme Khalid Lyamlahy, à la fois « lieu d’apprentissage et prétexte – ou du moins prélude – à l’écriture » (p. 102) : la pratique flaubertienne de la notation participerait dans cette perspective d’une poétique romanesque.

18Plus précisément, Vesna Elez établit une relation entre la description des maladies – celle par exemple de lépreux aperçus à Damas – et « le visage hideux de l’aveugle dans Madame Bovary » d’une part ainsi que « l’aspect physique de Hannon, gravement atteint par la lèpre dans Salammbô » (p. 197) de l’autre. Rosa Maria Palermo envisage le voyage en Orient comme « un noyau essentiel, le socle dur de l’œuvre flaubertienne » (p. 270) ; ainsi les notes préparatoires d’Hérodias empruntent à des sources livresques et aux carnets de voyage. Bien que ces notes disparaissent en tant que telles, elles laissent « des marques qui vont du simple mot aux thématiques dominantes » (p. 271). On comprend au fil de l’étude génétique menée dans le chapitre « De la Palestine à Hérodias » à quel point la haine religieuse que Flaubert a découverte sur les lieux mêmes où vécut le Christ va se déployer en une série de haines lors du festin (p. 276).

19En second lieu, dans son étude des voyages en Italie (celui de 1845 puis celui qui prit place en 1851 lors du retour d’Orient), Nathalie Petitbon met en évidence le mouvement qui conduit progressivement l’écrivain à adopter une écriture impersonnelle : Flaubert « se déleste progressivement de son moi pour se réduire tout bonnement à un œil » (p. 248). De ce fait, se marquerait une rupture entre les écrits épistolaires intimes et le style impersonnel de Madame Bovary et des œuvres ultérieures. Catherine Thomas-Ripault s’inscrit en faux contre cette approche de la Correspondance : « la relation de voyage dans les lettres d’Orient » est non seulement un espace de confidences mais aussi le lieu d’un développement paradoxal de l’impersonnalité « dans cette tension vers l’autre, tandis qu’il confie les métamorphoses de son être, mais aussi les pensées d’un jour » (p. 188). Ôphélia Claudel voit également une manifestation de l’impersonnalité dans la manière dont le voyage en Algérie et en Tunisie sert de substrat à la poursuite de la rédaction de Salammbô : « c’est grâce […] à ce qui a senti, éprouvé sur le terrain par l’auteur que le roman […] va tenir, sans que l’auteur n’apparaisse dans la narration. » (p. 292)

20En dernier lieu, dans le cas de Bouvard et Pécuchet, l’articulation entre enquête sur le terrain et écriture fictionnelle permet d’aborder la question du documentaire : ce dernier « transformé potentiellement en fiction » par le recopiage peut venir d’une note de repérage ou d’une source livresque (p. 323). Au cours de la rédaction du chapitre deux centré sur l’agriculture, Flaubert visite la ferme modèle de Lisors en octobre 1874. Le chapitre rédigé par Stella Mangiapane se penche successivement sur une note sur la ferme puis sur l’élaboration de la description à laquelle elle sert de soubassement : « (l)entement donc, au terme de cinq rédactions successives, à l’aide des éléments provenant du Carnet 18 bis et de ceux que Flaubert retrouve dans sa mémoire, les choses vues et notées par l’écrivain pendant sa propre “ visite ” coïncident en partie avec les choses vues par les deux bonshommes pendant la leur. » (p. 329)

21Pour conclure, ce Flaubert voyageur éclaire à la fois la complexité de l'expérience du voyage pour l'auteur et la relation complexe qui unit chez lui voyage et écriture, relation qui comprend une réflexion sur l'écriture viatique sans y être cantonnée. La fécondité de l'absence de rédaction d'« un voyage en Orient » ou le fait que le voyage de 1858 en Afrique du Nord ait été motivé par une panne lors de la rédaction de Salammbô sont de ce point vue particulièrement intéressants. L'ouvrage aborde également certains aspects nodaux de la poétique romanesque flaubertienne depuis l'impersonnalité jusqu'à la part du documentaire dans la création littéraire. Plusieurs chapitres ont retenu notre attention en raison de la perspective d'ensemble qu'ils proposent (ceux de Stéphanie Dord-Crouslé et de Khalid Lyamlahy notamment) ou des études spécifiques qu'ils mènent (ceux d’Alexandre Bonafos, de Jeffrey Thomas, de Christophe Ippolito, de Rosa Maria Palermo ou de Stella Mangiapane par exemple) mais c'est aussi le dialogue qui s'établit au sein de ce volume entre différents chapitres (entre autres, ceux de Lúcia Amaral de Oliveira et d'Asmaa El Meknassi ou encore ceux de Catherine Thomas-Ripault et de Vesna Elez) qui contribue à son caractère stimulant.

Haut de page

Notes

1 Le premier voyage dans les Pyrénées, le Midi et en Corse date de 1840 ; le second est un voyage en Italie en 1845. En 1847, Flaubert voyage en Bretagne avec Maxime Du Camp. Le départ pour l’Orient a lieu en 1849 et ce voyage se termine en juin 1851. Enfin, Flaubert se rend en Afrique du Nord en 1858 au cours de la rédaction de Salammbô.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gersende Plissonneau, « Flaubert voyageur : mode d’emploi », Flaubert [En ligne], mis en ligne le 24 mars 2020, consulté le 27 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/flaubert/3984

Haut de page