Navigation – Plan du site

AccueilDossiers23Le Flaubert de Paul Bourget

Le Flaubert de Paul Bourget

Bernard Gendrel

Texte intégral

  • 1 Marcel Proust, « Mondanité de Bouvard et Pécuchet », La Revue blanche, juillet-août 1893.

Quant à France, il écrit bien mais pense mal, au contraire de Bourget qui est profond, mais possède une forme affligeante. La rareté d’un talent complet les désolait. Cela ne doit pourtant pas être bien difficile, songeait Bouvard, d’exprimer ses idées clairement1.

  • 2 Voir la lettre autobiographique à Alphonse N. van Daell, publiée dans Extraits choisis des œuvres d (...)
  • 3 Voir « Balzac et Le Cousin Pons » [1898], repris dans Nouvelles pages de critique et de doctrine, P (...)

1Cette citation n’est pas extraite d’un chapitre inédit de Bouvard et Pécuchet, mais d’un pastiche de Marcel Proust, publié en 1893 dans La Revue blanche et repris dans Les Plaisirs et les jours. Il donne l’occasion à un Flaubert fictif de parler d’un jeune auteur qu’il a eu à peine le temps de connaître avant sa mort, mais qui, en l’espace de dix ans, est devenu un romancier à la mode. À travers un Bouvard qui n’est plus totalement celui de Flaubert, c’est aussi la différence d’écriture qui est ici pointée entre l’ermite de Croisset, pour qui le style passe avant toutes choses, et le prolifique romancier d’Un crime d’amour, d’André Cornelis, ou du Disciple. Paul Bourget, cela va sans dire, est très éloigné esthétiquement de Flaubert, mais un lien ancien semble exister, malgré tout, entre les deux écrivains. Si l’on en croit l’intéressé lui-même, c’est à l’adolescence qu’il entre en contact avec l’œuvre flaubertienne2. Dès cette époque, Madame Bovary se présente à lui comme un « livre de vérité », même si la prééminence semble être laissée à Balzac et à sa Comédie humaine, qui procure au lycéen le véritable choc littéraire de sa jeunesse3. Bien que Bourget s’oriente d’abord vers une carrière de poète, il fréquente aussi des romanciers et rencontre peut-être Flaubert à la fin des années 1870. Si le premier maître et ami du jeune homme, Barbey d’Aurevilly, a une position ambiguë sur le roman flaubertien, son second maître, Hippolyte Taine, est un proche du romancier et influence, à l’époque, la jeune génération naturaliste. C’est dans ce contexte et sous ce patronage que le poète commence son œuvre de critique.

  • 4 André Guyaux, « Bourget et le nihilisme de Flaubert », dans Flaubert et la théorie littéraire. En h (...)
  • 5 Didier Philippot, Notice « Paul Bourget », dans Gustave Flaubert. Mémoire de la critique, D. Philip (...)

2En 1878, alors que Flaubert est encore en vie, Bourget publie son premier article d’envergure sur le romancier : « La Genèse du roman contemporain » (La Vie littéraire, août-septembre 1878) cherche à comprendre l’émergence du roman flaubertien dans le champ littéraire du Second Empire, après les exemples de Balzac, Stendhal et Gautier. À partir de cette date et jusqu’à la fin de sa vie, le nom de Flaubert ne cessera de revenir sous sa plume, Bourget tentant constamment de cerner la spécificité de son œuvre par rapport à celles de ses devanciers et de ses successeurs (que ce soit dans la « Chronique théâtrale » du Parlement de 1882 ou dans ses « Réflexions sur l’art du roman » de 1884). À côté de ces écrits importants, mais centrés sur des problèmes plus généraux d’esthétique romanesque, l’on compte trois grands articles consacrés exclusivement à Flaubert (sans compter l’article nécrologique du 13 mai 1880, et quelques textes sur des publications posthumes) : « Gustave Flaubert » (La Nouvelle Revue, 15 juin 1882, repris en 1883 dans les Essais de psychologie contemporaine), « Gustave Flaubert » (conférence donnée à Oxford en 1897 et reprise dans Études et Portraits en 1903) et « La place de Flaubert dans le roman français » (L’Illustration, 10 décembre 1921, repris en 1922 dans Nouvelles pages de critique et de doctrine). Pendant quarante-trois ans, la question de l’importance de Flaubert dans les lettres françaises ne cesse donc de se poser, amplifiée par la mort de l’auteur et la place que celui-ci semble avoir conquise définitivement dans l’histoire littéraire. Avant de réunir ces textes, il convient, comme l’ont déjà fait André Guyaux4 et Didier Philippot5, d’éclairer la relation essentiellement posthume que Bourget a nouée avec Flaubert. Nous distinguerons pour cela deux Bourget : le critique et le romancier.

Le critique face au romancier

3Lorsque Paul Bourget prend la plume à la fin des années 1870 pour parler de Flaubert, il est un poète qui commence une carrière de critique ; lorsqu’il parle pour la dernière fois de lui dans les années 1920, il est un romancier célèbre qui continue, en parallèle, sa carrière de critique. Ces données sont importantes pour comprendre la teneur de ses propos et l’évolution de sa position sur Flaubert.

  • 6 Paul Bourget, « Psychologie contemporaine. Notes et portraits. Charles Baudelaire », La Nouvelle Re (...)
  • 7 Lettre du 30 novembre 1884 à Paul Bourget, reproduite dans Hippolyte Taine. Sa vie et sa correspond (...)
  • 8 Paul Bourget, « Psychologie contemporaine. Notes et portraits. Charles Baudelaire », art. cit., p.  (...)
  • 9 Loc. cit.
  • 10 Paul Bourget « Gustave Flaubert », La Nouvelle Revue, 15 juin 1882, repris dans Essais de psycholog (...)
  • 11 Voir Paul Bourget « Gustave Flaubert » [1897], dans Études et Portraits. Portraits d’écrivains et n (...)
  • 12 Voir Paul Bourget, « La Genèse du roman contemporain », La Vie littéraire, 5 septembre 1878, p. 1. (...)

4Bourget aborde la critique sous la houlette du grand penseur de la seconde moitié du xixe siècle : Hippolyte Taine. Tout le monde s’accorde à voir dans les Essais de psychologie contemporaine une tentative de critique littéraire proche de celle initiée par l’auteur des Essais de critique et d’histoire et de l’Histoire de la littérature anglaise. Bourget expliquera d’ailleurs que, s’il renonce à faire figurer un essai sur Balzac dans son ouvrage, c’est parce que Taine lui en a déjà consacré un en 18586. La correspondance entre les deux hommes révèle le magistère que Taine exerce alors sur Bourget. En novembre 1884, le philosophe compare même le jeune écrivain à Sainte-Beuve, voyant en lui un plus grand « psychologue » : « Sainte-Beuve procédait par le dehors ; il voyait et caractérisait parfaitement les effets, un à un, il n’avait pas le goût pour chercher les choses internes, les mécanismes innés. Vous avez ce goût, et nul autre ne l’a aujourd’hui7. » C’est dans cet esprit-là que Bourget rédige son introduction au premier article de « Psychologie contemporaine » (La Nouvelle Revue, 15 novembre 1881), dans lequel il donne une définition du rôle du psychologue : « Son affaire, à lui, est de démonter, pièce par pièce, le rouage compliqué de nos associations d’idées8. » Il précise également que son « regard de curieux recueill[e] tous les indices sur notre mécanisme intérieur9 ». « Rouage », « mécanisme », « association d’idées », voilà qui rappelle fortement le déterminisme psychologique de Taine exposé dans De l’intelligence (1870) et l’associationnisme hérité de John Stuart Mill. Le critique psychologue analyse et collectionne les faits qui lui permettront, ensuite, de proposer au lecteur une synthèse éclairante. La méthode de Bourget emprunte aussi aux trois concepts importants développés dans l’Histoire de la littérature anglaise : la race, le milieu et le moment. Ces trois facteurs permettent d’expliquer le développement intérieur et esthétique des auteurs considérés. Si l’on prend le cas de Flaubert, Bourget revient régulièrement sur son ancrage normand (« Y avait-il en lui l’obscur atavisme des Normands de sa province, et son sang roulait-il des gouttes de ce sang des anciens pirates en qui semblaient avoir passé l’inquiétude, la sauvagerie et la puissance de leur cruel Océan10 ? »), sur le milieu médical dans lequel il fut élevé (« Flaubert, ce poète lyrique, né d’un médecin et grandi dans un hôpital11 ») et sur le moment postromantique qui fut le sien, celui du Second Empire, illustré politiquement par Morny ou Saint-Arnaud, et porté à « la négation absolue de l’Idée », au « culte presque religieux du Fait12 ».

  • 13 Paul Bourget, « Réflexions sur l’art du roman » [1884], repris dans Études et Portraits. Portraits (...)

5On sait l’importance qu’a eue la notion de « milieu », héritée de Taine, pour le naturalisme. Elle se constitue, chez le philosophe, sans doute, grâce au roman balzacien, dont il est l’un des grands défenseurs. Ce concept permet, en partie, d’expliquer Flaubert, mais il permet aussi, et surtout, d’expliquer le roman flaubertien, et d’expliquer en quoi il découle d’une certaine tradition (récente), celle du « roman de mœurs ». Dans ses « Réflexions sur l’art du roman », Bourget fait justement de L’Éducation sentimentale, « le modèle le plus définitif de cette sorte de romans13 », consacrant par là la lecture « réaliste » de l’œuvre de Flaubert. Si le détour par Hippolyte Taine permet bien de comprendre le positionnement critique de Paul Bourget, il n’en reste pas moins que celui-ci n’est pas un simple imitateur. La correspondance, là encore, révèle de légères dissensions, à l’époque des Essais de psychologie contemporaine, sur le choix des auteurs ou sur l’analyse de la « décadence ». Mais ce qu’il est intéressant de noter, et qui se précisera encore plus à la fin des années 1880, est l’importance grandissante que Bourget donne au « caractère » ou aux « facultés » premières de l’individu, c’est-à-dire du « moi ». En cela, Bourget se situe dans un mouvement général qui l’unit, à l’époque, à des romanciers comme Anatole France ou Maurice Barrès. Ces jeunes auteurs restent fidèles à Taine en promouvant l’analyse et la description des états psychologiques, mais ils s’en éloignent en semblant rendre au « moi » une consistance que celui-ci rejetait. Ils tirent la « faculté maîtresse » (celle du temps de La Fontaine et ses Fables ou de l’Essai sur Tite-Live) en dehors des simples bornes du déterminisme spinoziste dans lesquelles Taine semblait l’enfermer. Une référence revient souvent sous la plume de Bourget : celle de « l’empire dans un empire » que constituerait l’homme. Il s’agit bien sûr d’une expression de Spinoza (souvent citée par Taine), mais Spinoza déniait justement à l’individu cette capacité d’indépendance vis-à-vis de la Nature. Et Taine, son disciple, s’ingénie, toute sa vie, à abattre les illusions qui entourent le moi et ses soi-disant capacités. On se souvient de l’ouverture de De l’intelligence :

  • 14 Hippolyte Taine, De l’intelligence, Paris, Hachette, 1870, p. 3.

Les mots faculté, capacité, pouvoir, qui ont joué un si grand rôle en psychologie ne sont, comme on le verra, que des noms commodes au moyen desquels nous mettons ensemble, dans un compartiment distinct, tous les faits d’une espèce distincte ; ces noms désignent un caractère commun aux faits qu’on a logés sous la même étiquette ; ils ne désignent pas une essence mystérieuse et profonde, qui dure et se cache sous le flux des faits passagers14.

6En dans une nouvelle préface à la quatrième édition, il résume ainsi la pensée du « moi » développée dans l’ouvrage :

  • 15 Ibid., 4e édition, Paris, Hachette, 1884, p. 7.

[O]n s’aperçoit qu’il n’y a rien de réel dans le moi, sauf la file de ses événements ; que ces événements, divers d’aspect, sont les mêmes en nature et se ramènent tous à la sensation ; que la sensation elle-même, considérée du dehors et par ce moyen indirect qu’on appelle la perception extérieure, se réduit à un groupe de mouvements moléculaires15.

  • 16 Jules Lemaître, Les Contemporains, 3e série, Lecène et Oudin, 1887, p. 344.
  • 17 Ibid., p. 345.
  • 18 Ce sera la raison de la véritable rupture avec Taine à l’occasion de la parution du Disciple : « Pe (...)

7De l’intelligence est en grande partie une œuvre nominaliste : il s’agit pour Taine de montrer que certains mots n’ont pas de réalité en soi, à commencer par la « faculté » ou le « moi ». Bourget n’est sans doute pas prêt à accepter cette destitution totale du moi, lui qui admire le Volupté de Sainte-Beuve ou l’Adolphe de Benjamin Constant, lui qui, selon Jules Lemaître, pratique une « critique égotiste16 », qui n’est « au fond que l’histoire de son âme à lui17 », lui qui pose l’Inconnaissable de Spencer comme une limite au scientisme forcené18. Il n’est pas prêt non plus à ne voir dans l’esprit humain que des « images de sensations ». Or, quoi qu’il en dise lui-même dans les « Réflexions sur l’art du roman », c’est bien là la grande thèse de la psychologie tainienne : l’explication des idées par les images et des images par les sensations. En cela, comme Bourget le remarque très bien en 1882, Flaubert est en parfait accord avec Taine, puisque ses personnages sont avant tout des « sensations » et que le lecteur perce leur intériorité par ces sensations mêmes :

Et c’est ainsi que Flaubert inventa le procédé d’art qui fit de l’apparition de Madame Bovary un événement littéraire d’une importance capitale. Les analystes, comme M. Taine, pouvaient reconnaître leur théorie de l’âme humaine mise en œuvre avec une précision parfaite. Le « moi » des personnages était bien « cette collection de petits faits » dont parlait le philosophe19.

  • 20 Voir Ferdinand Brunetière, « Le naturalisme français. Étude sur Gustave Flaubert » [1880], dans Le (...)
  • 21 Ibid., p. 164-165.

8Brunetière soulignait ce même phénomène dans son grand article de 188020. L’on pourrait dire que, pour Bourget, la « faculté maîtresse » de Flaubert est son « imagination du monde extérieur », cette capacité de convoquer les images physiques des choses, les petites perceptions, pour rendre compte d’un lieu, d’une atmosphère ou d’un état d’esprit – c’est aussi, si l’on suit les propos du critique, la part de romantisme qui subsiste dans des œuvres comme Madame Bovary. Dès l’article de 1882, Bourget semble se montrer réservé sur cette limitation de la psychologie à cette seule manière, même s’il en salue la nouveauté : « Un monde intérieur s’agite en nous : idées, émotions, volitions, qui nous suggère des images d’un ordre tout à fait distinct de l’autre21. » Chez Taine, comme chez Flaubert, les idées découlent des images, qui découlent des sensations. Chez Bourget, une autre imagination semble prévaloir, celle « du monde intérieur », où les idées elles-mêmes et les émotions provoquent des images. Il le confirmera d’ailleurs dans la lettre autobiographique à Alphonse N. van Daell (1894), qui semble une réécriture d’une partie de l’essai de 1882 sur Flaubert :

  • 22 Paul Bourget, « Lettre autobiographique », éd. cit., p. 6-7.

Autant que l’on peut se connaître soi-même, je crois que ma faculté maîtresse, comme disait mon vénéré maître M. Taine, a toujours été l’imagination des sentiments. Médiocrement doué pour l’évocation des formes, j’ai de la peine à me rappeler avec exactitude un endroit, un tableau, une statue. Je serais embarrassé de dire la couleur des yeux et des cheveux d’une personne que j’aurais vue seulement deux ou trois fois. En revanche le souvenir des plus légères émotions demeure si vivant dans ma mémoire que j’ai la puissance de les ressentir, pour ainsi dire, à nouveau avec toute leur douceur et leur amertume, même quand il s’agit de joies ou de douleurs aussi lointaines, par exemple, que celles de mes premiers jours de collège22.

9Cela explique en grande partie la réserve de Bourget, qui s’affirme de plus en plus, au fil des années, à l’égard du roman flaubertien. Madame Bovary ou L’Éducation sentimentale sont pour lui des modèles du « roman de mœurs » tel que le pratiquent les naturalistes (avec cette nuance que Flaubert s’en tient à la juste « médiocrité » des personnages, tandis que Zola s’intéresse aux « échantillons les plus dégradés23 » d’une classe). Aux tenants de l’explication par le « milieu », même inspirés par son maître Taine, Bourget préfère les romanciers qui défendent l’originalité individuelle, c’est-à-dire les peintres de « caractères ». Mais cette opposition profonde entre deux types de « facultés » rejoint aussi des choix d’ordre esthétique et la volonté, pour Bourget, de prendre toute sa place dans le champ littéraire du moment.

Le romancier face au romancier

  • 24 Rémy Ponton, « Naissance du roman psychologique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. (...)

10Un article de 1975 de Rémy Ponton analyse la « naissance du roman psychologique » à la fin du xixe siècle24, et les stratégies littéraires qui l’ont accompagnée. En se fondant sur les origines sociales des écrivains en question, sur leur éducation et sur les possibilités offertes par le champ littéraire de l’époque, Rémy Ponton montre que les tenants du « roman psychologique » s’organisent avant tout contre le roman naturaliste zolien. Le principal représentant de ces jeunes auteurs est Paul Bourget, et l’approche socio-historique est, dans son cas, assez pertinente. Deux passages de son œuvre révèlent que, derrière le choix du « roman psychologique », il y a, outre un goût personnel pour l’étude de l’intériorité, une volonté de se démarquer des romanciers du jour. Dans la lettre autobiographique, déjà citée, à Alphonse N. van Daell, il confronte deux types d’« observation » romanesque, celle des mœurs et celle de l’âme :

  • 25 Paul Bourget, « Lettre autobiographique », éd. cit., p. 12.

À l’époque dont je parle et qui remonte à dix ans, l’école des écrivains de mœurs, issue de Balzac par Flaubert, avait en France à peu près écarté de ce genre toute étude des phénomènes intérieurs. Or, c’était justement vers la description de ces phénomènes que je me sentais attiré. Peut-être y avait-il alors quelque courage à reprendre cette tradition du roman d’analyse en plein triomphe du roman de mœurs, et quand les maîtres de cette dernière école déployaient une supériorité de talent incomparable25.

  • 26 Paul Bourget, « L’esthétique de l’observation : Sous l’œil des Barbares » [1888], repris dans Essai (...)

11« Courage », dit Bourget, opportunité également. Et la clé de ce choix du « roman d’analyse » nous est sans doute donnée dans un article consacré au roman de Maurice Barrès Sous l’œil des Barbares : « […] les nouveaux venus, désespérant d’égaler leurs aînés sur un certain terrain, s’en choisissent-ils un autre par ambition, sur lequel ils ne trouveront pas à côté d’eux ces trop redoutables rivaux26 ? » Sous la forme d’une interrogation, et à propos d’un jeune auteur qui lui est proche, n’est-ce pas, à demi-mot l’aveu d’une stratégie de conquête ? Quoi qu’il en soit, ce choix romanesque et cette construction d’une opposition entre l’école de Flaubert et celle de Stendhal mèneront Bourget à forcer encore plus le trait d’un « réalisme » flaubertien étranger à toute subtilité psychologique.

  • 27 Paul Bourget, « Lettre autobiographique », éd. cit., p. 14.
  • 28 Voir Paul Bourget, « Tourguéniev », La Nouvelle Revue, 15 mai 1884, repris dans Nouveaux essais de (...)

12Le roman psychologique des années 1880-1890 est aussi, et avant tout, un roman du grand monde – d’où la réputation de romancier mondain dont Bourget ne parviendra jamais totalement à se défaire. Une raison à cela : « le monde des oisifs » est « la classe où les gens peuvent le plus penser à leurs sentiments27 ». C’est pour cela que le roman d’analyse, exception faite du Rouge et le Noir et de son héros Julien Sorel (et encore : il finit par fréquenter le beau monde), s’intéresse avant tout aux sphères les plus élevées de la société, celles qui permettent à la pensée et aux sentiments de se développer à leur maximum. Par contraste, le roman flaubertien s’enfoncera de plus en plus, pour Bourget, dans la description d’une médiocrité sans véritable vie intérieure, sinon celle, primaire, des sensations. Le roman peut représenter des « ratés », mais il y a une différence, comme le remarque Bourget dans son article sur Tourgueniev, entre le raté qui a vécu sa propre vie et celui qui a vécu, tel Frédéric Moreau, la vie des autres28.

13Le roman flaubertien s’oppose au « roman d’analyse », mais une autre expression apparaît assez tôt, en concurrence avec celle-ci, pour désigner l’opposé du roman de mœurs : « roman de caractères ». Bourget distingue roman d’analyse et roman de caractères une seule fois, dans une note de bas de page de ses « Réflexions sur l’art du roman », semblant faire du « roman d’analyse » le seul roman des « remous de la passion ». À d’autres moments, comme à la fin de ce même article, il paraît les confondre, d’autant plus que son modèle du « roman de caractères », Le Rouge et le Noir, est aussi présenté comme un modèle du roman d’analyse. Dans la logique binaire de Bourget, il y a deux types d’« observation » en littérature, celle du monde extérieur, du « milieu », et celle du monde intérieur. Dans la première se place le roman de mœurs et dans la seconde les romans de caractères et d’analyse. Le roman d’analyse est une expansion possible du roman de caractères, celui-ci postulant l’existence d’un individu avec une personnalité propre (contrairement au roman de mœurs qui postule l’annihilation de toute personnalité). À partir du moment où le romancier décide de donner une consistance à cet « empire dans un empire » que constitue le personnage romanesque, il laisse plus ou moins de place à l’analyse de sa singularité psychique : c’est là que le roman d’analyse peut naître du roman de caractères.

14Cette catégorie plus vaste du roman de caractères permet à Bourget de mettre en avant deux romanciers qu’il place, à n’en pas douter, au-dessus de Flaubert : Stendhal et Balzac. Stendhal est, pour lui, le romancier de caractères par excellence, car il présente un héros « singulier dans son relief natif ou acquis29 » – et l’on sait combien l’adjectif « singulier » est important pour l’auteur du Rouge et le Noir. Lorsque Bourget dit, à la fin des « Réflexions sur l’art du roman », qu’il « imagine […] qu’un renouveau du roman de caractères est possible à côté de cette efflorescence du roman de mœurs », il pense bien sûr à l’œuvre qu’il entreprend alors lui-même. Et Jules Lemaître, dans l’article qu’il consacre à Bourget en 1886, fait du jeune romancier un disciple complet de Stendhal :

  • 30 Jules Lemaître, op. cit., 1887, p. 349.

Mais Stendhal a toutes ses tendresses. Stendhal est sa passion, son vice, et quelquefois son préjugé. Stendhal est le seul écrivain antérieur à la génération de 1850 qu’il ait admis dans sa galerie. Il prononce toujours son nom avec un peu de mystère, comme celui du dieu d’une religion secrète. « Henri Beyle », ce nom prend pour lui la douceur d’un petit nom, – ou l’importance d’un nom sacré et caché, qui n’est révélé qu’aux adeptes. Il dit : « Henri Beyle », comme un moliériste dit : « Poquelin ». Ce culte est ici fort légitime, Stendhal ayant manié avec plus de sûreté, de finesse, de hardiesse et de suite qu’aucun autre écrivain, l’instrument dont s’est servi M. Bourget lui-même pour approfondir les sentiments les plus distingués de sa génération ou pour les faire naître en lui : l’analyse30.

15Bourget évoluera, d’une certaine manière, du roman psychologique stendhalien au roman à idées balzacien ; mais il retrouvera aussi, chez Balzac, le « roman de caractères » qu’il affectionnait chez Stendhal. L’auteur de La Comédie humaine est, pour Bourget, celui qui a réussi « l’effort suprême » de « reproduire à la fois les mœurs et le caractère31 » : « il est demeuré le seul romancier capable de cette double vision du monde social et du monde individuel, grâce à une puissance de génie créateur qui le met à part de toutes les théories32. » L’opposant principal de Flaubert, dans l’esprit de Bourget, devient ainsi, paradoxalement, celui qui lui est aussi le plus proche. Dès l’article du Parlement de 1882, il relève combien le procédé de Balzac consiste « à faire saillir à leur extrême33 » les caractères, alors que Flaubert s’en tient à la « moyenne des idées et des sentiments ». Quarante ans plus tard, il défend le style de « fresquiste » de Balzac – qui est aussi le sien, pense-t-il – contre le style de « miniaturiste » de Flaubert34. Bourget est alors passé pleinement, depuis L’Étape (1902), au roman à thèse, dans lequel il voit l’occasion, sans doute, de reproduire l’union balzacienne du « monde individuel » et du « monde social ». Il s’est aussi converti au catholicisme et au monarchisme, acceptant de Balzac non seulement l’esthétique mais l’idéologie. Il n’est pas étonnant, dans ces conditions, que Bourget marque fortement son opposition au principe flaubertien de l’impersonnalité : « Sur un point, Flaubert me paraît s’être trompé dans l’interprétation de la formule d’art élaborée par Balzac. Il n’a pas vu, ou, s’il l’a vu, — car il était si réfléchi, si cultivé ! — il n’a pas voulu admettre que la chronique des mœurs dût aboutir à la recherche des causes35. » La recherche des causes, Balzac la promeut fortement, et Bourget à sa suite.

16Les derniers articles sur Flaubert font encore entendre cette fascination du jeune romancier pour le grand artiste disparu, mais l’auteur aguerri, rompu au roman psychologique depuis Cruelle énigme et au roman social depuis L’Étape, promoteur du « roman à idées » – et à idées traditionalistes – ne peut que ressentir de l’éloignement vis-à-vis d’un auteur qui semble devenu un monument, mais qui n’est ni ne fut jamais, pour lui, un modèle.

Note sur l’établissement des textes

17Certains articles sont donnés ici dans leur version intégrale (lorsqu’ils portent continûment sur Flaubert), d’autres sous la forme d’extraits. Les deux premiers articles n’ayant jamais été rassemblés en volume par Bourget, nous nous sommes reporté aux numéros de La Vie littéraire et du Parlement pour l’établissement du texte. Dans tous les autres cas, nous avons privilégié la première parution en volume, en indiquant dans les notes les variantes intéressantes des éditions ultérieures. Les notes de Bourget lui-même sont suivies de la mention « NdA ».

18Didier Philippot a déjà proposé quelques articles de Bourget dans son anthologie de textes sur Flaubert pour la collection « Mémoires de la critique » (Presses de l’Université Paris-Sorbonne). Notre édition vient en complément de la sienne, puisque nous ne reproduisons ni l’article nécrologique du Parlement (13 mai 1880) ni l’étude sur la correspondance de Flaubert et de George Sand (Journal des débats, 10 février 1884). Nous ne pouvions pas, en revanche, ne pas reproduire l’article majeur des Essais de psychologie contemporaine (dans la version de 1883 et non dans celle de 1882).

Haut de page

Notes

1 Marcel Proust, « Mondanité de Bouvard et Pécuchet », La Revue blanche, juillet-août 1893.

2 Voir la lettre autobiographique à Alphonse N. van Daell, publiée dans Extraits choisis des œuvres de Paul Bourget, Alphonse N. van Daell éd., Boston, Ginn & Company, 1894, p. 8 : « À quinze ans mes camarades et moi nous savions par cœur les deux volumes de vers d’Alfred de Musset, nous avions dévoré tous les romans de Balzac et ceux de Stendhal, Madame Bovary et Les Fleurs du mal. J’ai toujours soutenu qu’un livre de vérité n’est jamais immoral, et j’en pourrais donner cette preuve qu’aucun de nous n’a été corrompu par une seule de ces soi-disant dangereuses lectures. »

3 Voir « Balzac et Le Cousin Pons » [1898], repris dans Nouvelles pages de critique et de doctrine, Paris, Plon, 1922, t. I, p. 40-41 : « Voici plus d’un quart de siècle que j’ai lu un roman de Balzac en entier pour la première fois. C’était le Père Goriot. J’avais quinze ans. […] Je me souviens. Il était une heure quand je demandai, bien par hasard, le premier tome du Père Goriot dans une de ces éditions dites de cabinet de lecture, qui ont, elles aussi, disparu de nos mœurs. Il en était sept quand je me retrouvai sur le trottoir de la rue Soufflot, ayant achevé l’ouvrage entier. L’hallucination de cette lecture avait été si forte que je trébuchais physiquement. L’intensité du rêve où m’avait plongé Balzac produisit en moi des effets analogues à ceux de l’alcool ou de l’opium. Je demeurai quelques minutes à réapprendre la réalité des choses autour de moi et ma propre réalité. »

4 André Guyaux, « Bourget et le nihilisme de Flaubert », dans Flaubert et la théorie littéraire. En hommage à Claudine Gothot-Mersch, Tanguy Logé et Marie-France Renard dir., Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 2005. [https://journals.openedition.org/flaubert/3067]

5 Didier Philippot, Notice « Paul Bourget », dans Gustave Flaubert. Mémoire de la critique, D. Philippot éd., Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2006, p. 782-790.

6 Paul Bourget, « Psychologie contemporaine. Notes et portraits. Charles Baudelaire », La Nouvelle Revue, 3e année, t. XIII (novembre-décembre), 1881, p. 401 : « Il aurait fallu, pour être logique, commencer par le grand initiateur moderne : Balzac. Mais le travail a été fait par M. Taine, de telle façon qu’il n’y a plus lieu d’y revenir. »

7 Lettre du 30 novembre 1884 à Paul Bourget, reproduite dans Hippolyte Taine. Sa vie et sa correspondance, t. IV, Paris, Hachette, 1907, p. 189.

8 Paul Bourget, « Psychologie contemporaine. Notes et portraits. Charles Baudelaire », art. cit., p. 399.

9 Loc. cit.

10 Paul Bourget « Gustave Flaubert », La Nouvelle Revue, 15 juin 1882, repris dans Essais de psychologie contemporaine, Paris, Lemerre, 1883, p. 129. [https://journals.openedition.org/flaubert/4018]

11 Voir Paul Bourget « Gustave Flaubert » [1897], dans Études et Portraits. Portraits d’écrivains et notes d’esthétique, Paris, Plon, 1903, p. 197. [https://journals.openedition.org/flaubert/4051]

12 Voir Paul Bourget, « La Genèse du roman contemporain », La Vie littéraire, 5 septembre 1878, p. 1. [https://journals.openedition.org/flaubert/4006]

13 Paul Bourget, « Réflexions sur l’art du roman » [1884], repris dans Études et Portraits. Portraits d’écrivains et notes d’esthétique, Paris, Lemerre, 1889, p. 271. [https://journals.openedition.org/flaubert/4042]

14 Hippolyte Taine, De l’intelligence, Paris, Hachette, 1870, p. 3.

15 Ibid., 4e édition, Paris, Hachette, 1884, p. 7.

16 Jules Lemaître, Les Contemporains, 3e série, Lecène et Oudin, 1887, p. 344.

17 Ibid., p. 345.

18 Ce sera la raison de la véritable rupture avec Taine à l’occasion de la parution du Disciple : « Peut-être la voie que vous prenez, votre idée de l’inconnaissable, d’un au-delà, d’un noumène, vous conduira-t-elle vers un port mystique, vers une forme du christianisme. » (Lettre d’Hippolyte Taine à Paul Bourget, datée du 29 septembre 1889, reproduite dans Hippolyte Taine. Sa vie et sa correspondance, t. IV, Paris, Hachette, 1907, p. 293).

19 Paul Bourget, « Gustave Flaubert » [1882], éd. cit., p. 162. [https://journals.openedition.org/flaubert/4018]

20 Voir Ferdinand Brunetière, « Le naturalisme français. Étude sur Gustave Flaubert » [1880], dans Le Roman naturaliste, Paris, Calmann Lévy, 1883.

21 Ibid., p. 164-165.

22 Paul Bourget, « Lettre autobiographique », éd. cit., p. 6-7.

23 Paul Bourget, « Chronique théâtrale », Le Parlement, 11 avril 1882, p. 1. [https://journals.openedition.org/flaubert/4016]

24 Rémy Ponton, « Naissance du roman psychologique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 1, n° 4, juillet 1975, p. 66-81.

25 Paul Bourget, « Lettre autobiographique », éd. cit., p. 12.

26 Paul Bourget, « L’esthétique de l’observation : Sous l’œil des Barbares » [1888], repris dans Essais de psychologie contemporaine, Paris, Plon, 1920, t. II, p. 243-244.

27 Paul Bourget, « Lettre autobiographique », éd. cit., p. 14.

28 Voir Paul Bourget, « Tourguéniev », La Nouvelle Revue, 15 mai 1884, repris dans Nouveaux essais de psychologie contemporaine, 1885, p. 226-227. [https://journals.openedition.org/flaubert/4036]

29 Paul Bourget, « Réflexions sur l’art du roman » éd. cit., p. 270. [https://journals.openedition.org/flaubert/4042]

30 Jules Lemaître, op. cit., 1887, p. 349.

31 Paul Bourget, « Réflexions sur l’art du roman » éd. cit., p. 272. [https://journals.openedition.org/flaubert/4042]

32 Ibid., p. 273. [https://journals.openedition.org/flaubert/4042]

33 Paul Bourget, « Chronique théâtrale » (1882), éd. cit., p. 1. [https://journals.openedition.org/flaubert/4016]

34 Voir notamment Paul Bourget, « La place de Flaubert dans le roman français » L’Illustration, 10 décembre 1921, repris dans Nouvelles pages de critique et de doctrine, Paris, Plon, 1922, p. 62. [https://journals.openedition.org/flaubert/4057]

35 Ibid., p. 63. [https://journals.openedition.org/flaubert/4057]

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Gendrel, « Le Flaubert de Paul Bourget », Flaubert [En ligne], 23 | 2020, mis en ligne le 20 juillet 2020, consulté le 24 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/flaubert/4002

Haut de page

Auteur

Bernard Gendrel

Univ Paris Est Créteil, LIS, F-94010 Créteil, France

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search