Navigation – Plan du site

AccueilDossiers23La genèse du roman flaubertien

La genèse du roman flaubertien

Extraits de l’article « La Genèse du roman contemporain », La Vie littéraire, 15 août, 22 août, 5 septembre 1878
Paul Bourget

Notes de la rédaction

Le grand article de 1878, en trois livraisons, sur la « genèse du roman contemporain » est la première étude du jeune critique sur le roman flaubertien et ses origines. Bourget le précise dès le début du numéro du 15 août : « je parlerai seulement de l’école ramassée autour de MM. Flaubert et Goncourt » ; ou plutôt il parlera de son « histoire », depuis les années 1830 jusqu’aux années 1870.

Texte intégral

  • 1 Mme Paul Gaschon de Molènes (1838-1892), dont le pseudonyme en littérature était Ange-Bénigne.
  • 2 Il s’agit du romancier Victor Cherbuliez (1829-1899).

1De toutes les formes de la pensée contemporaine, en France, la plus vivante est à coup sûr le roman. Je précise d’un coup la question en déclarant que je parlerai seulement de l’école ramassée autour de MM. Flaubert et Goncourt. Je ne prétends pas qu’il n’y ait ailleurs des talents de premier ordre. M. Barbey d’Aurevilly, Mme de Molènes1, MM. Feuillet et Cherbuliez2 ont écrit, le premier, des nouvelles qui sont des chefs-d’œuvre, les autres des récits parfois délicieux. Mais chacun avouera qu’autour de MM. Flaubert et Goncourt, et là seulement se rencontre ce phénomène si rare d’un groupe homogène d’esprits dévoués au même Idéal, et conservant pourtant leur caractère propre. J’ai risqué le mot école, ce n’est pas une critique. Je n’ai pas dit coterie.

  • 3 Rappelons que Bourget est alors connu comme poète. 1878 est, notamment, l’année de parution d’Edel.

2Elle est en pleine victoire cette école. Elle a ce double trait qui l’indique assez, d’être devenue très populaire – ce qui la distingue de la poésie – et très littéraire – ce qui la distingue du théâtre. C’est évident que nous autres poètes3 nous cherchons encore la vraie œuvre à réaliser, puisque nous demeurons le régal de quelques raffinés, sans que nos vers fassent flamber comme des punchs toutes les jeunes têtes de vingt-cinq ans. C’est évident aussi que pour un dégustateur de style, ni Sardou, ni Dumas, ni Augier lui-même ne sont de grands artistes. Ils sacrifient la langue. Que le théâtre le veuille ainsi, soit ; en ce cas, le théâtre a tort et cesse de relever des lettres. Qu’on nous ramène à la pantomime. Mais, en regard, les innombrables éditions de Mme Bovary, de l’Assommoir, de la Fille Élisa et du Nabab, proclament le franc succès, auprès du public, d’œuvres consciencieusement étudiées et sincèrement écrites. Il y a un grand roman contemporain. Il n’y a que de grands poètes contemporains. J’ai dit, comme je pensais, mon opinion sur la littérature dramatique. J’aime mieux le cirque, neuf fois sur dix.

  • 4 Tant bien que mal.

3Ce roman contemporain est-il sorti tout entier d’un seul cerveau, comme la Minerve casquée du front de Jupiter ? Évidemment non. Il a son histoire, les créatures morales ou physiques ont toutes la leur. Il a sa Genèse. La raconter par le menu constituerait un traité complet d’histologie intellectuelle. Il y faudrait un volume que je n’ai ni la prétention ni la vaillance d’entreprendre. J’ai dans mes cahiers quelques notes sur ce point particulier d’histoire littéraire. Le directeur de la Vie littéraire m’ayant ouvert ses colonnes, je donnerai ces notes tellement quellement4. C’est, à mon sens, la seule façon de faire de bons articles. Susciter la réflexion chez le lecteur et l’amener à reprendre des livres qu’il a laissés depuis des années. Y réussirai-je ?

   

[L’ancêtre des romanciers contemporains est Balzac : Bourget lui consacre l’essentiel de l’article du 15 août, reprenant les grandes lignes de l’Avant-propos de La Comédie humaine ou de l’étude de Taine de 1858 : « Il ne s’agit plus pour l’écrivain de développer devant nos yeux une tapisserie bariolée et de nous amuser l’imagination. Il s’agit de rechercher les causes et d’expliquer un caractère. Comme une coquille révèle au naturaliste par sa structure intime la structure intime de l’être disparu qui l’habitait il y a des milliers d’années, ainsi une ville, une maison, une chambre, par l’intime étude de leurs singularités, révèlent au psychologue les singularités de tempérament et de mœurs de la créature humaine qui a vécu là. » L’article du 22 août est consacré, quant à lui, à Stendhal et à Gautier, et Bourget cherche constamment, en parlant de ces auteurs, ce qui les rapproche ou les éloigne du romancier de Madame Bovary.]

  • 5 L’auteur de De l’intelligence (1870) était tout à la fois un admirateur de Stendhal (voir son artic (...)

4Le procédé particulier de ce psychologue [Stendhal] dérive en droite ligne du dix-huitième siècle. Ce procédé consiste à considérer une âme humaine quelconque comme une simple collection d’états de conscience. Au lieu de voir avec les Cartésiens et avec Leibnitz une substance indépendante dans le moi pensant, l’école empirique fait de ce moi un total, une addition de phénomènes psychologiques reliés entre eux en vertu des lois de l’association des idées. C’est l’opinion hasardée par Locke, puis soutenue par Hume en Angleterre, en France, c’est la thèse courante de Condillac et de ses élèves, jusqu’à Destutt de Tracy. Étudier un personnage, c’est donc établir une série de petits faits extérieurs. On voit du coup l’importance de la découverte pour un romancier. De l’association des idées on est passé à l’association des images, et on a eu le caractère tel que le comprend M. Flaubert. Mais ce passage, Stendhal ne l’a même pas soupçonné. Il est demeuré abstrait, philosophique, et je répète le mot parce qu’il date : idéologue. Par amour de l’énergie, il n’a choisi que des héros parfaitement maîtres d’eux et se connaissant comme Machiavel. Par cela même il s’est mutilé. Il ne comprend pas et ne reproduit pas l’arrière-fond inconscient de la nature humaine. Il se remue en nous une continuelle et ténébreuse végétation intérieure de sentiments et de pensées ; un moi nouveau s’élabore, tout différent du moi que nous croyons être. Cet inachevé de l’être vivant, ce devenir de nos facultés, les frères de Goncourt l’ont merveilleusement senti ; pour le symboliser, ils ont inventé une tournure par l’imparfait que se rappellent certainement ceux des lecteurs qui ont étudié le début de Germinie Lacerteux. Stendhal, si délié qu’il soit, ignore ces nuances. N’importe. Sa conception du caractère est si parfaitement scientifique et originale que, professée par M. Taine5 et pratiquée par Mérimée, elle a pénétré jusqu’aux ennemis littéraires de l’auteur de Rouge et Noir. Si bien que M. Flaubert ne peut souffrir Stendhal et que Mme Bovary est cependant un livre tout stendhalien.

  • 6 Première partie de l’article publiée le 15 août 1878.
  • 7 Lettre à Ernest Feydeau du 11 février 1859 (reproduite dans Ernest Feydeau, Théophile Gautier. Souv (...)

5Elle s’explique d’ailleurs aisément, cette aversion de M. Flaubert. Entre lui et Beyle, il y a le style. J’ai cité, dans mon précédent article6, l’opinion de M. Flaubert sur ce qu’il appelle d’un mot barbare, mais admirable de justesse : « le gueuloir ». Ce bon Gautier écrivait aussi de Saint-Pétersbourg : « Il faut que je revienne à Paris pour retrouver un peu le la du gueuloir7. » Cela revient à dire que la prose est constituée par le nombre comme par l’idée, qu’il existe un rapport intime et caché entre le rythme d’une phrase et le sentiment exprimé, et que la perception, spontanée ou réfléchie de ce rapport, révèle le vrai prosateur. Je déclare humblement que je suis dès longtemps converti à la théorie de M. Flaubert. Stendhal, au contraire, a conçu la prose, non comme créée, mais comme imprimée. Écrire, pour lui, c’était mettre du noir sur du blanc, et non pas évoquer des sonorités. La notation algébrique, tel est son idéal. M. Flaubert veut qu’on le lise avec les oreilles. Stendhal veut qu’on le lise avec les yeux. De là cette phrase incisive, toute petite, si claire, et copiée sur les formules du Code civil, mais si remplie de faits nouveaux qu’avec son dénuement et son indigence de mots éclatants, l’ensemble mord sur l’esprit à la façon de l’eau-forte, et que le Rouge et le Noir flamboie dans la mémoire de ceux qui l’ont bien lu aussi ardemment que la Tentation de saint Antoine, qui peut être considérée comme le chef-d’œuvre de la prose française – depuis les Pensées de Pascal – au sens technique et latin de la formule. Qui expliquera les démentis infligés par le génie à la plus savante rhétorique ?

6J’ai dit que chez M. Flaubert la théorie de Stendhal avait abouti à constituer les caractères, non plus par des associations d’idées, mais par des associations d’images : ainsi la tête de Mme Bovary est comme un kaléidoscope où des tableaux innombrables, créés par le souvenir des lectures ou des choses vues, se succèdent, se heurtent, se détruisent, se mêlent. Il y a une sorte de lutte pour la vie, et celui qui triomphe, demeurant un moment immobile devant l’imagination, entraîne avec lui la volonté. Ce passage de l’idée à l’image procède plus particulièrement du grand artiste que j’ai cité : Théophile Gautier.

   

[L’article du 5 septembre tente de saisir les liens profonds entre l’histoire politique et sociale de la France et l’histoire romanesque. Bourget s’intéresse à l’émergence du romantisme après l’épopée napoléonienne, puis à l’émergence d’une sorte de pragmatisme après la période des utopies. Les personnages qui symbolisent le mieux, pour lui, cette fin de l’Idée et cet avènement du Fait sont le duc de Morny et le général de Saint-Arnaud, deux des principaux conjurés du coup d’État du 2 décembre 1851.]

7Deux traits les distinguent [Morny et Saint-Arnaud] : la négation absolue de l’Idée, le culte presque religieux du Fait. Et à leur suite une armée de fonctionnaires pénétrés des mêmes convictions, et un peuple tout entier à genoux devant le Fait. La théorie des coups d’État, du plébiscite, des candidatures officielles qu’est-ce autre chose que la mise en œuvre d’une politique de force et de faits ?

  • 8 La victoire de l’armée française à Magenta eut lieu le 4 juin 1859 et la victoire de Solférino le 2 (...)

8Et immédiatement une littérature surgit tout armée de faits et de force. On entend bien que des exceptions se produisirent. Mais c’étaient des vétérans d’un autre âge. Dans les questions religieuses, l’exégèse est définitivement substituée à la discussion dogmatique. Dans la critique, Sainte-Beuve et M. Taine instituent une histoire naturelle des esprits. Les formes théologiques comme les formes littéraires sont des faits légitimes du moment qu’ils sont, et qu’il faut constater, grouper et rattacher à d’autres sans les juger. La poésie s’essaie à ne plus contredire la science, Leconte de Lisle la munit d’une érudition exacte comme celle d’un philologue, Baudelaire se réduit à n’être qu’un psychologue raffiné, reproduisant en parfait comédien tout le drame contemporain du vice et du crime. Enfin, le roman apparaît qui résume l’époque, et Madame Bovary est publiée, en pleine splendeur du régime, au lendemain de Solférino et à la veille de Magenta8.

9Il doit être extrêmement pénible à M. Flaubert, après trente années de pénible labeur, d’être encore pour beaucoup de lecteurs le romancier de Madame Bovary, et rien de plus. Cela tient, non pas à l’infériorité de ses autres œuvres, – je préfère de beaucoup l’Éducation sentimentale, – mais à ceci, que Madame Bovary est la confession de toute une époque. Madame Bovary, cette romantique traînée à l’adultère, à la prostitution et au suicide parce qu’elle a un Idéal au-dessus des Faits qui l’entourent, c’est la philosophie de la France entière à la suite du duc de Morny et de Saint-Arnaud. L’écrivain démontait, rouage par rouage, les merveilleux rêves de l’héroïne ; il faisait un procès implacable aux enivrements et aux exaltations des héros de Hugo et des héroïnes de Sand. Sa doña Sol de province, sa Lélia de Rouen, échouait dans les bras d’un clerc de notaire avec des phrases d’un lyrisme lamartinien, et dans l’encadrement d’un paysage décrit avec des périodes aussi balancées que les plus sonores de Chateaubriand. Oh ! que c’était amer, tout cela, et plus amer parce qu’on sentait l’écroulement dans l’âme du romancier de quelque sublime échafaudage de rêveries, parce que, lui aussi, blasphémait ses Dieux et qu’il insultait ses songes de la veille ! Mais aussi que c’était bien le livre attendu, une œuvre d’analyse féroce et de constatation presque médicale, et quoi d’étonnant si ce roman et l’école dont il relevait ont fini par devenir la seule littérature originale de cette époque-là !

Haut de page

Notes

1 Mme Paul Gaschon de Molènes (1838-1892), dont le pseudonyme en littérature était Ange-Bénigne.

2 Il s’agit du romancier Victor Cherbuliez (1829-1899).

3 Rappelons que Bourget est alors connu comme poète. 1878 est, notamment, l’année de parution d’Edel.

4 Tant bien que mal.

5 L’auteur de De l’intelligence (1870) était tout à la fois un admirateur de Stendhal (voir son article du 1er mars 1864 dans La Nouvelle Revue de Paris) et un ami de Flaubert. 

6 Première partie de l’article publiée le 15 août 1878.

7 Lettre à Ernest Feydeau du 11 février 1859 (reproduite dans Ernest Feydeau, Théophile Gautier. Souvenirs intimes, Paris, Plon, 1874, p. 186-188). Voici le passage exact : « C’est égal, quoique la neige étincelle comme du marbre de Carrare en poudre, je ne serais pas fâché de revoir un peu la boue de ma patrie. Je manque de métaphores et de hurlements, et j’ai peur, à la longue, de perdre le la du gueuloir. »

8 La victoire de l’armée française à Magenta eut lieu le 4 juin 1859 et la victoire de Solférino le 24 juin. Bourget confond sans doute ici la victoire de Solférino et celle de Sébastopol (11 septembre 1855). Madame Bovary fut publié en avril 1857.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Bourget, « La genèse du roman flaubertien », Flaubert [En ligne], 23 | 2020, mis en ligne le 20 juillet 2020, consulté le 28 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/flaubert/4006

Haut de page

Auteur

Paul Bourget

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search