Navigation – Plan du site

AccueilDossiers23La médiocrité juste du personnage

La médiocrité juste du personnage

Article « Chronique théâtrale », Le Parlement, 11 avril 1882
Paul Bourget

Notes de la rédaction

Cet article, souvent cité, n’a jamais été republié intégralement. La partie consacrée à Flaubert (dont le héros « incarne en lui la moyenne des idées et des sentiments d[’une] classe ») ne prend pourtant tout son sens qu’au regard des parties consacrées à Balzac (qui « fait saillir à leur extrême », dans ses personnages, « les traits particuliers » d’une classe) et à Zola (qui laisse la place aux « échantillons les plus dégradés » ou aux « exemplaires les plus difformes » de la société). Bourget prend l’occasion d’un mélodrame de Jules Dornay (Les Foulards rouges), exemple de la tendance moderne à la bassesse et à la trivialité, pour entamer une réflexion sur le « type » dans la littérature contemporaine.

Texte intégral

  • 1 L’acteur Hilarion Ballande avait pris la direction du Théâtre des Nations (actuel Théâtre de la Vil (...)

1Dussé-je une fois de plus mériter le reproche d’être « le feuilletoniste qui n’aime pas le théâtre », je m’abstiendrai d’analyser le triste et compliqué mélodrame à la première représentation duquel M. Ballande1 avait convoqué la critique, samedi dernier. J’en veux seulement prendre matière à quelques réflexions plus générales sur l’esthétique contemporaine. Les œuvres de dixième ordre ont cette vertu précieuse, au regard du philosophe, qu’elles manifestent mieux, dans la grossièreté de leur procédé, les insuffisances des théories d’art que des hommes de talent ont mises en vogue.

  • 2 Constant Jules Alexandre Lacroix (1829-1906), dit Jules Dornay, fut un auteur dramatique célèbre de (...)

2Vous avez bien lu le titre de la pièce nouvelle de M. Dornay2. Elle est dénommée drame populaire. L’intention de l’auteur était donc de montrer les mœurs des classes inférieures de la société, – et tout ingénuement, pour représenter ces mœurs et ces classes, il a choisi des scélérats de l’espèce la plus infâme à la fois et la plus mesquine. Il ne s’agit, tout au long de cette intrigue, compliquée d’assassinats, que des exploits d’une bande de voleurs appelée la bande des foulards rouges, – parce que ceux qui la composent ont au cou une cravate couleur cerise. Les noms et les discours de ces bandits de barrière sont en harmonie avec leur costume : haute casquette de soie noire, accroche-cœurs ramenés sur les tempes, pantoufles brodées, toute la physionomie en un mot du souteneur de filles, telle que le théâtre contemporain a pris l’habitude de la dessiner avec une prédilection singulière, car visiblement, les dramaturges de la période actuelle se complaisent à portraiturer ce bas personnage, et ils choisissent pour ce portrait les lignes les plus triviales et les couleurs les plus malpropres. J’ajouterai que ce n’est point là une tournure d’esprit exceptionnelle, car, depuis deux ans que je suis avec assiduité les premières représentations, c’est bien la trentième fois que je rencontre au bout de ma lorgnette, et sous prétexte d’étude de mœurs, cet ignoble profil de la banlieue. Beaucoup de mes confrères, et des moins prudes, commencent à se déclarer écœurés de cette peinture sans verve et sans esprit des pires bas-fonds parisiens. Ce n’est pourtant pas un simple hasard qui détermine les auteurs à ce choix de héros aussi imbéciles que répugnants. C’est la logique de ce choix que j’essaierai de montrer.

3D’un bout à l’autre de notre littérature contemporaine, il y a une évidente préoccupation de mettre en scène non pas des individus isolés, mais des types, des exemplaires de certaines espèces sociales. Qu’ils y réussissent ou non, les écrivains de romans et de pièces de théâtre ont tous cette ambition de faire des tableaux de mœurs. Aussi, lorsqu’ils créent un personnage, ils s’essaient à incarner en lui tout un milieu. Mais comment réaliser cette incarnation ? Tel est le problème qui s’impose à tous, et qu’ils résolvent de la même façon, faute peut-être d’en avoir assez profondément étudié les conditions.

  • 3 Voir l’Avant-propos de La Comédie humaine.

4Une classe sociale étant donnée, il semble qu’il y ait, en effet, plus d’une méthode pour en résumer les traits en une créature imaginaire. Il y a un procédé qui consiste à démêler ces traits particuliers et à les faire saillir à leur extrême dans les figures qui réalisent avec toute l’intensité possible les caractères de la classe. C’est ainsi que Balzac a composé les commerçants, les banquiers, les avoués, les médecins, tous les gens de métier de sa Comédie humaine. Vous ne rencontrerez sur les trottoirs de Paris, ni Birotteau, ni Nucingen, ni du Tillet, ni Derville, ni Bianchon. Cependant Birotteau, Nucingen, de Tillet, Derville et Bianchon vivent d’une vie indiscutable, parce que les détails de leur personnalité sont bien les mêmes qui se remarquent chez leurs confrères de l’existence quotidienne. La nature produit, dans l’ordre psychologique comme dans l’ordre physiologique, d’innombrables échantillons d’une même forme, tous incomplets par quelque point. Les artistes de la puissance de Balzac résument ces milliers d’ébauches inachevées en un exemplaire qui dépasse la nature en la condensant. C’est là une idéalisation comparable à celle des grands faiseurs de corps de la Renaissance et des grands faiseurs d’âmes de tous les temps. Elle est difficile parce qu’elle suppose un égal pouvoir d’analyse et de synthèse, d’observation et d’invention. Il ne suffit plus, pour exécuter cette œuvre, de prendre des notes minutieuses et de les coudre bout à bout ; il faut ici le don créateur, ce pouvoir, comme disait Balzac lui-même, « de faire concurrence à l’état-civil3 ». Il n’y a pas de précepte pour composer des romans et des drames avec ce procédé, le plus génial qui soit. Aussi les élèves même[s] de Balzac ont-ils plus volontiers employé le second, dont Gustave Flaubert a donné un modèle accompli dans l’Éducation sentimentale.

  • 4 Il s’agit de La Rabouilleuse (1842).

5Ce second procédé consiste à représenter une classe de la société par un personnage qui incarne en lui la moyenne des idées et des sentiments de cette classe. Frédéric Moreau, par exemple, le héros de l’Éducation, est un exemplaire moyen du jeune Français du temps de Louis-Philippe. Il représente les mille échantillons que la nature a dû produire, et bien loin de s’exagérer en lui, les qualités de ces échantillons s’atténuent et se diminuent de telle sorte qu’il est une sorte de compromis entre eux tous ; et tous les personnages qui l’entourent sont conçus d’après cette même méthode des moyennes : Hussonet, Deslauriers, Sénécal, le banquier Dambreuse. Avec cette méthode, il n’est pas possible de formuler des vérités profondes sur les passions, mais il est possible de marquer avec exactitude le train quotidien des mœurs d’une époque. Tel roman de Balzac, la Cousine Bette ou le Ménage de garçon4, vous découvrira avec une autre lumière d’analyse les arrière-fonds des puissances qui mènent le civilisé. Aucun ne vous permettra de vous former une idée plus juste de l’ensemble de la société aux environs de 1848. Pour composer un livre ou une pièce de théâtre avec ce second procédé, il semble qu’il suffise d’une observation très attentive et d’une prise de notes habituelle, presque journalière. Quand la vigueur du style vient comme chez Flaubert se surajouter à l’exactitude minutieuse de l’observation, l’œuvre est vraiment belle, car la qualité de l’expression corrige ce qu’une telle méthode d’analyse a nécessairement d’un peu terre-à-terre.

6Il est enfin un troisième procédé pour donner l’illusion de la réalité. Il consiste à peindre une classe sociale dans ses échantillons les plus dégradés, et dans ses exemplaires les plus difformes. C’est la méthode des satiriques, des auteurs de farce et en général de tous les écrivains que le langage appelle assez improprement réalistes. C’est aussi la méthode dont les résultats sont le plus aisément appréciés par la foule ; car il n’y faut ni la philosophie de la réflexion profonde, ni l’acuité du sens critique. C’est, par suite, la méthode qui tend à prévaloir de plus en plus dans notre littérature démocratique. L’écueil de ce procédé est la vulgarité basse et plate, comme l’écueil du procédé de Balzac est l’enflure exagérée des caractères, comme l’écueil du procédé de Flaubert est la monotonie morne des effets. Il semble qu’un romancier ou un dramaturge d’un talent supérieur obtiendrait des reliefs incomparables en étageant, si l’on peut dire, ces trois méthodes. Au premier plan, il ferait se mouvoir les héros typiques destinés à reproduire, avec une saillie un peu trop forte, telle ou telle variété sociale ; au second plan se rangeraient les personnages de grandeur moyenne, et au troisième les caricatures. Ne serait-ce pas imiter la nature, qui, d’une même espèce, fournit des exemplaires merveilleusement réussis, puis des exemplaires d’une médiocrité pourtant sortable, et enfin tout un lot d’avortons à demi-monstrueux, à demi-grotesques ?

7Cette brève analyse des solutions diverses qu’on peut donner au problème de la représentation littéraire des espèces sociales ne permet-elle pas d’expliquer comment les romanciers et les dramaturges contemporains en sont arrivés à peindre les milieux populaires par ce que ces milieux ont de plus misérable ? Des trois procédés que j’ai essayé d’indiquer, le premier exigeait du génie ; le second exige une conscience extrême ; le dernier est le plus facile à manier. Il est aussi le plus voisin de l’expérience des masses. Et toute une école s’est formée dont les Foulards rouges sont une manifestation moins réussie que d’autres. Le malheur est que le public, qui se blase de cette littérature inférieure, la confond avec la littérature d’observation. Un mouvement commence à se produire qui substituera à l’engouement des peintures basses l’engouement des peintures faussement idéales. Mais ce nouvel engouement passera comme passe l’ancien et force restera aux vrais écrivains, à ceux qui auront essayé de dire sincèrement leurs idées sur l’âme humaine – et de les dire dans une langue définitive.

Haut de page

Notes

1 L’acteur Hilarion Ballande avait pris la direction du Théâtre des Nations (actuel Théâtre de la Ville) en 1880.

2 Constant Jules Alexandre Lacroix (1829-1906), dit Jules Dornay, fut un auteur dramatique célèbre de la seconde moitié du xixe siècle.

3 Voir l’Avant-propos de La Comédie humaine.

4 Il s’agit de La Rabouilleuse (1842).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Bourget, « La médiocrité juste du personnage », Flaubert [En ligne], 23 | 2020, mis en ligne le 20 juillet 2020, consulté le 24 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/flaubert/4016

Haut de page

Auteur

Paul Bourget

Articles du même auteur

  • Extraits de l’article « La Genèse du roman contemporain », La Vie littéraire, 15 août, 22 août, 5 septembre 1878
    Paru dans Flaubert, 23 | 2020
  • Article « Gustave Flaubert », La Nouvelle Revue, 15 juin 1882, repris dans Essais de psychologie contemporaine, Paris, Lemerre, 1883
    Paru dans Flaubert, 23 | 2020
  • Extrait de l’article « Tourguéniev », La Nouvelle Revue, 15 mai 1884, repris dans Nouveaux essais de psychologie contemporaine, 1885
    Paru dans Flaubert, 23 | 2020
  • Extraits de l’article « Réflexions sur l’art du roman » [1884], repris dans Études et Portraits. Portraits d’écrivains et notes d’esthétique, Paris, Lemerre, 1889
    Paru dans Flaubert, 23 | 2020
  • Conférence « Gustave Flaubert » [1897], reprise dans Études et Portraits. Portraits d’écrivains et notes d’esthétique, Paris, Plon, 1903
    Paru dans Flaubert, 23 | 2020
  • Article « La place de Flaubert dans le roman français », L’Illustration, 10 décembre 1921, repris dans Nouvelles pages de critique et de doctrine, Paris, Plon, 1922
    Paru dans Flaubert, 23 | 2020
Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search