Navigation – Plan du site

AccueilDossiers23Le « raté » flaubertien

Le « raté » flaubertien

Extrait de l’article « Tourguéniev », La Nouvelle Revue, 15 mai 1884, repris dans Nouveaux essais de psychologie contemporaine, 1885
Paul Bourget

Notes de la rédaction

Ce bref extrait de l’article consacré par Bourget à Tourgueniev un an après sa mort est intéressant, car il revient sur le personnage « sans saillie », qui est le héros-type de Flaubert (voir l’article du Parlement du 11 avril 1882). Cela permet à Bourget d’introduire une nouvelle distinction au sein du « second procédé » romanesque (différent de celui de Balzac et de Zola) : parmi les héros médiocres, il y a d’un côté les « ratés » de Flaubert, qui ont manqué leur vie parce qu’ils étaient trop dépendants « de l’image que les autres se formaient d’eux », et de l’autre les « inachevés » de Tourgueniev, qui sont des « vaincus » mais qui ont vécu « leur propre vie ». Nous donnons ici la version de 1885 de l’article.

Texte intégral

  • 1 Le substantif apparaît, avec ce sens-là, dans les années 1870. Voir Jack (1876) d’Alphonse Daudet : (...)

1Certes, ce sont bien là des personnages tels que les exige le roman d’observation, des êtres sans saillie excessive, des créatures à la douzaine, si l’on peut dire, et comme un habitant de Karkow ou de Poltawa en connaît ou en peut connaître chaque jour ; et cependant de tous ces personnages pas un seul ne procure cette impression d’une vie absolument manquée qui s’exhale de l’Éducation sentimentale de Flaubert. Même quand ils ont pour toujours échoué dans les faits, il demeure en eux une puissance intacte qui leur permet de sentir leur souffrance avec une étrange intensité. Ils sont vaincus. Ils ne sont pas usés. Ce sont des inachevés, ce ne sont pas des Ratés1.

  • 2 Dans les pages précédentes, Bourget oppose « la jeunesse du tempérament et de la race » en Russie à (...)
  • 3 Personnages de L’Éducation sentimentale. (NdA.)
  • 4 Il s’agit de Spinoza, qui conteste en fait cette conception de l’homme au début du livre III de l’É (...)

2C’est qu’en effet, pour des raisons très profondes, qu’elles soient dues à une intégrité de la puissance vitale2, ou bien à une organisation plus simple de la société, tous ces personnages ont en eux ce qui manque aux médiocres que peint notre roman moderne, — une solitude. Telle qu’elle se présente, ou douloureuse ou médiocre, leur existence n’est pas une œuvre d’opinion. S’ils sont ainsi, c’est par eux-mêmes. Ils ne se conforment point à un programme d’effet social. Ils ne se comparent point à celui-ci et à celui-là. Lorsqu’on creuse plus avant encore dans la psychologie de l’être avorté, on découvre que cet avortement n’est irréparable que dans l’impression produite sur autrui. Tant qu’un homme respire, il peut agir, à la condition qu’il n’agisse que pour lui seul et sans aucun souci de la figure extérieure de ses actes et du jugement porté sur eux. C’est la poésie du Robinson de Daniel de Foë que cette action toute cachée, toute personnelle de la volonté qui se détermine et s’efforce en dehors de la réussite d’orgueil ou de vanité. Cette poésie du « quant à soi », tous les héros de Tourguéniev la gardent invinciblement. Il se trouve que, somme toute, ils ont vécu non pas une vie prescrite par d’autres, mais leur propre vie, et cela les empêche d’aboutir à l’annihilation d’un Frédéric Moreau ou d’un Deslauriers3. Car ici-bas, la grande affaire n’est pas d’être apprécié ou d’être méconnu ; c’est d’avoir goûté par soi-même la saveur amère ou douce des passions, d’avoir eu des fatalités du monde une impression directe et sincère ; d’avoir été, en un mot, pendant quelques années, au milieu de l’écrasante nature, cet empire dans un empire dont parle le philosophe4, fût-on un empire destiné à la défaite, — et, en un certain sens, il n’est de destinée manquée que celle de l’homme qui a existé seulement dans l’image que les autres se formaient de lui.

Haut de page

Notes

1 Le substantif apparaît, avec ce sens-là, dans les années 1870. Voir Jack (1876) d’Alphonse Daudet : « Du reste, personne ne s’en inquiétait, ces sortes d’affaires, très fréquentes aux séances littéraires du gymnase Moronval, s’arrangeant toujours juste au moment où elles prenaient le plus de gravité. Seulement elles marquaient en général la fin de ces petites réunions, où chaque Raté s’était arrêté à son tour au marbre de la cheminée ou devant l’orgue-harmonium, le temps de révéler son génie. » (Première partie, chap. IV.)

2 Dans les pages précédentes, Bourget oppose « la jeunesse du tempérament et de la race » en Russie à « la civilisation vieillissante » en France : « La vérité aperçue par Tourguéniev, c’est que, dans une race encore vierge, neuf fois sur dix, cet homme moyen est un commencement ».

3 Personnages de L’Éducation sentimentale. (NdA.)

4 Il s’agit de Spinoza, qui conteste en fait cette conception de l’homme au début du livre III de l’Éthique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Bourget, « Le « raté » flaubertien », Flaubert [En ligne], 23 | 2020, mis en ligne le 20 juillet 2020, consulté le 28 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/flaubert/4036

Haut de page

Auteur

Paul Bourget

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search