Navigation – Plan du site

AccueilDossiers23Le « modèle le plus définitif » d...

Le « modèle le plus définitif » du roman de mœurs

Extraits de l’article « Réflexions sur l’art du roman » [1884], repris dans Études et Portraits. Portraits d’écrivains et notes d’esthétique, Paris, Lemerre, 1889
Paul Bourget

Notes de la rédaction

Cet article important, dont nous ne donnons ici que des extraits, est le premier de Bourget à formaliser précisément la distinction entre « roman de mœurs » et « roman de caractères ». Le modèle du « roman de caractères » est, pour Bourget, Le Rouge et le Noir, point de départ de ces quelques réflexions sur « l’art du roman », puisque Stendhal tend à promouvoir l’individualité originale de ses héros ; le modèle du « roman de mœurs » est L’Éducation sentimentale, puisque Flaubert se plaît à nous présenter des personnages « moyens », représentatifs de leur génération. Balzac, quant à lui, constituerait une exception, ayant réussi la prouesse de mêler « roman de caractères » et « roman de mœurs ». Nous pouvons noter une inflexion de Bourget par rapport à son grand article de 1882 (repris dans les Essais de psychologie contemporaine) : Flaubert n’y est plus présenté comme un psychologue qui aurait mis en pratique la science contemporaine éminemment illustrée par Taine, mais comme un romancier presque exclusif des mœurs, incapable de saisir les subtilités de la psychologie humaine. C’est aussi une manière, pour Bourget, de montrer qu’un espace est libre dans le champ littéraire pour un autre type de roman, celui qu’il va bientôt mettre en avant avec Cruelle énigme (1885) ou Un crime d’amour (1886). Nous donnons ici la version de 1889 de l’article.

Texte intégral

Boulevard des Italiens par Eugène Guérard, 1856Afficher l’image
Crédits : Wikimedia Commons
  • 1 Il y aurait encore, – tant ces théories, en apparence très simples, se résolvent, dans la pratique, (...)

1Ce que l’on appelle le caractère réside chez un homme, et par définition, dans les quelques traits profondément individuels qui le distinguent et font de lui un être à part des autres. Ce que l’on appelle les mœurs réside au contraire dans les traits généraux qui conviennent à une classe entière de personnes, en sorte que deux habitants d’une même petite ville et de même condition, deux membres d’une même confrérie, pourront se ressembler beaucoup par les mœurs et différer totalement par le caractère. Étant donnée une espèce sociale, celle des avocats, des médecins, des professeurs, le psychologue qui fait l’anatomie de cette espèce rencontre aussitôt un certain nombre d’habitudes communes, imprimées par le métier ; puis, dans chaque échantillon de cette espèce, un certain nombre d’habitudes spéciales et originales, attribuables à la nature propre de celui qui les possède. Le romancier qui se trouve en présence de cette vaste classe peut donc se proposer un double but : ou bien il tentera de saisir et de reproduire les ressemblances du groupe tout entier, ou bien il sera intéressé par l’originalité de tel ou tel membre du groupe, et il s’attachera de son mieux à peindre le personnage singulier dans son relief natif ou acquis. Dans le premier cas, il écrira un roman de mœurs ; dans le second, il composera un roman de caractères, et la divergence du but aura pour corollaire une divergence absolue de la méthode1.

  • 2 Pierre-Antoine Berryer (1790-1868), célèbre avocat légitimiste
  • 3 Dans les éditions ultérieures, Bourget remplacera « morceau » par le terme pictural « raccourci ».

2Si l’écrivain a pour ambition d’exécuter un roman de mœurs, ses personnages se trouveront devoir représenter une classe entière, et par conséquent, ils devront rester moyens, ils ne seront ni trop réussis ni trop avortés ; car ni l’extrême intensité, ni l’excessive dépression ne sont la règle commune. Mais c’est surtout le talent trop complet qui détruit la valeur de représentation générale d’un homme. Il est très évident qu’un bon roman sur les avocats ne saurait avoir comme héros un Berryer2 ou un Gambetta, pas plus qu’un bon roman sur l’armée ne saurait incarner l’officier dans Napoléon. Ce sont là des créatures exorbitantes, chez lesquelles le génie personnel s’additionne au métier dans une quantité trop forte. Le romancier de mœurs est donc amené à copier dans un groupe social quelconque l’homme ordinaire et à l’entourer d’événements ordinaires. De là dérivent les traits principaux qui se reconnaissent dans tant de romans contemporains : médiocrité des héros, diminution systématique de l’intrigue, suppression presque complète des faits dramatiques, multiplicité du détail presque insignifiant, car il a une signification de vie commune, objet propre de la peinture. On peut considérer, même aujourd’hui, l’Éducation sentimentale de Flaubert comme le modèle le plus définitif de cette sorte de romans. C’est bien la jeunesse du temps de Louis-Philippe qui revit toute dans cette œuvre, représentée par des personnages tels qu’il a dû s’en rencontrer beaucoup aux environs de 1845. D’innombrables échantillons ont évidemment existé, en tout pareils à ceux que le botaniste-psychologique a catalogués et desséchés dans son herbier. C’est bien là un morceau3 des mœurs d’une époque, et qu’on aime ou non ce singulier livre, exécuté avec un si vigoureux talent dans un parti-pris de grisaille et de monotonie, il est impossible de ne pas se dire, en le fermant, qu’on vient d’assister au détail d’une existence comme il s’en est produit des milliers de semblables à la même époque et sous le jeu des mêmes circonstances sociales.‌

   

[…]

   

3S’il est donc aisé de déterminer les causes qui ont tourné l’auteur de Rouge et Noir du côté du roman de caractères, il ne l’est pas moins de déterminer celles qui ont fait prospérer le roman de mœurs dans la seconde moitié de notre xixe siècle. La première et la plus importante a été le désir de donner à l’œuvre littéraire un appareil scientifique. Beaucoup d’excellents esprits ont aperçu cette vérité que l’histoire nouvelle s’efforçait de reconstruire à grand renfort de témoignages tout le détail réel des façons de vivre d’autrefois. Avec quelle minutie un Michelet, un Augustin Thierry, un Carlyle, n’ont-ils pas recherché les plus humbles, les plus mesquins renseignements sur les mobiliers, les costumes, la nourriture des âges qu’ils ont tenté de ressusciter ? N’était-il pas possible de faire à l’avance cette besogne pour l’âge contemporain et de ramasser dès aujourd’hui tous les documents capables de servir à l’histoire privée de notre époque ? Le simple sous-titre de Madame Bovary, celui des Rougon-Macquart, ceux aussi des divers livres de M. Alphonse Daudet, attestent cette préoccupation, que Balzac avait exprimée déjà dans la préface de la Comédie humaine : « En lisant les sèches et rebutantes nomenclatures de faits appelées histoires, qui ne s’est aperçu que les écrivains ont oublié dans tous les temps, en Égypte, en Perse, en Grèce, à Rome, de nous donner l’histoire des mœurs ? Le morceau de Pétrone sur la vie privée des Romains irrite plutôt qu’il ne satisfait notre curiosité… Peut-être pouvais-je arriver à écrire cette histoire oubliée par tant d’historiens. » En second lieu, la société moderne, pareille sur ce point à toutes les sociétés démocratiques, est peu favorable au développement des personnalités très intenses et très vigoureuses. Pour le peintre de caractères, les modèles s’y font rares, tandis qu’il n’y a qu’à ouvrir les yeux pour apercevoir le fonctionnement des grands organismes sociaux qui absorbent l’homme et font de lui une de leurs cellules. C’est la grande valeur de M. Zola d’avoir vu ce fait social et de l’avoir montré avec une extrême puissance dans ses romans, comme le Ventre de Paris, comme le Bonheur des dames, comme Germinal, où le personnage principal est non plus tel ou tel homme, mais un quartier, un magasin, une mine. La plupart du temps, l’écrivain français a grandi dans un milieu de vie bourgeoise où il a pu constater la soumission au métier, l’enrôlement docile dans quelque carrière, le pétrissage de l’individu par les forces collectives, presque partout en un mot l’action des mœurs sur les personnes. — Enfin, si la langue de la fin du xviiie siècle était merveilleusement apte à noter des décompositions d’idées, celle que nous ont léguée les maîtres de 1830 se trouve particulièrement capable de copier des milieux, et qui niera l’influence de l’outil sur l’ouvrier ? À travers la descendance de Théophile Gautier, cette langue française, enrichie de termes pittoresques, souple et compliquée, vibrante et colorée, est parvenue à un « rendu » des choses visibles extraordinaire. Elle excelle à évoquer des intérieurs de maison, des physionomies de rues, toute la gesticulation de la vie, toute la portion perceptible des habitudes quotidiennes. Quoi d’étonnant si les écrivains se complaisent à brosser ces toiles pour lesquelles les couleurs sont là, toutes préparées ?‌

   

  • 4 M. Octave Feuillet par exemple, si méconnu des jeunes écrivains à cause de ses procédés de rhétoriq (...)
  • 5 Le Moulin sur la Floss fut publié en 1860 et Silas Marner en 1861.

4L’école de l’observation — car ces réflexions s’appliquent à cette seule école et non pas à ceux de nos romanciers, et il en est d’un très beau talent, qui relevèrent d’une esthétique différente4, — s’est donc cantonnée dans le roman de mœurs. Les excès qui ont pu être commis au nom de ce principe ne doivent pas empêcher la critique de reconnaître la très réelle valeur de la tâche accomplie. En achevant la lecture du livre de Stendhal qui a fourni prétexte à quelques notes, j’imagine pourtant qu’un renouveau du roman de caractères est possible à côté de cette efflorescence du roman de mœurs. Si les artistes à la suite de Balzac et de Flaubert ont été préoccupés par l’histoire, ils ne l’ont pas été au même degré par la psychologie. Cette science, qui s’est développée avec tant de force, grâce aux magnifiques travaux de l’École anglaise, est demeurée presque sans influence aucune sur la conception de l’âme humaine telle que les romanciers d’observation nous la montrent. Pour n’en citer qu’un seul exemple, il est acquis aujourd’hui que l’imagination diffère d’homme à homme, non point seulement par l’intensité, mais par le genre. Dans telle tête ressuscitent des images de sentiments, dans telle autre des images de sensations, dans une troisième des images de raisonnement. M. Taine a renouvelé la critique littéraire par l’application de cette vérité. Vous chercheriez en vain un roman moderne où il en soit tenu compte. Dans la Madame Bovary de Flaubert, par exemple, tous les personnages ont le genre d’imagination de l’auteur lui-même, cette étonnante et obsédante vision du moindre détail physique, — et cependant, qui ne se rend compte, que, dans un groupe d’êtres humains, les formes d’esprit doivent être différentes, par suite la marche de la volonté ? Ce qu’il y a de remarquable dans Stendhal, bien au contraire, c’est qu’il tient compte de toutes les vérités psychologiques acquises de son temps et de celles aussi qu’il a devinées. Il est pareil en cela à la grande romancière anglaise, George Eliot. Tous les deux ont aperçu et réalisé avec la nuance de leur génie ce problème difficile : la mise en action des grandes lois connues de l’esprit. Cette mise en action est l’œuvre propre du roman de caractères, et aucun de ceux qui la tenteront ne pourra se dispenser de connaître le Rouge et le Noir et la Chartreuse de Parme, au même titre que Silas Marner et que le Moulin sur la Floss5. Cela ne suffit-il pas à la gloire de Beyle ?‌

Haut de page

Notes

1 Il y aurait encore, – tant ces théories, en apparence très simples, se résolvent, dans la pratique, en applications variées, – à marquer une troisième espèce de roman qui serait le roman d’analyse psychologique proprement dit. La Princesse de Clèves, Dominique, les Affinités, Adolphe, Fanny en sont des modèles. On peut y voir, comme dans les tragédies de Racine, un effort pour noter en détail les moindres remous de la passion. Le caractère et les mœurs sont relégués au second plan. Et cette forme aussi est légitime. (NdA.)

2 Pierre-Antoine Berryer (1790-1868), célèbre avocat légitimiste

3 Dans les éditions ultérieures, Bourget remplacera « morceau » par le terme pictural « raccourci ».

4 M. Octave Feuillet par exemple, si méconnu des jeunes écrivains à cause de ses procédés de rhétorique spéciaux et à qui nous devons les monographies exactes de l’homme et de la femme du monde entre 1850 et 1880 ; – M. Pierre Loti, qui est venu démontrer par ses admirables livres que l’Idylle pouvait être rajeunie et modernisée jusqu’à tout faire paraître conventionnel en regard. On ne saurait trop multiplier ces exemples, qui démontrent l’insuffisance des formules fixes et des doctrines arrêtées. La Vie dans l’Esprit, comme dans la Nature, échappe à la définition. Elle est chose sacrée et qui ne relève que de la Cause Inconnue. (NdA.)

5 Le Moulin sur la Floss fut publié en 1860 et Silas Marner en 1861.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Bourget, « Le « modèle le plus définitif » du roman de mœurs », Flaubert [En ligne], 23 | 2020, mis en ligne le 20 juillet 2020, consulté le 24 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/flaubert/4042

Haut de page

Auteur

Paul Bourget

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search